ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 15 octobre 2011

Sabotage de la ligne de la Tarentaise le 26 février 2011 : point sur l’enquête

Posted by ardsl sur 15 octobre 2011

Le samedi 26 février 2011, entre Tournon et Frontenex, près d’Albertville aux alentours de 9 heures, trois câbles en cuivre étaient sectionnés le long de la voie de chemin de fer. Ils servaient à l’alimentation et à la signalisation des voies ferrées. Aussitôt, les barrières du passage à niveau n° 15 de Bornéry, à environ 150 mètres des lieux, s’abaissaient par mesure de sécurité, entraînant une vaste pagaille sur le réseau ferroviaire régional. Car, faute de signalisation opérante, Les trains étaient bloqués en gare, voire en rase campagne. Certains usagers, qui se rendaient dans les stations de sport d’hiver, ont dû patienter plus de quatre heures. Plusieurs milliers de personnes étaient bloquées dans les gares d’Albertville, Chambéry, Bourg-Saint-Maurice, etc..

L’enquête a été confiée aux gendarmes de la section de recherches de Chambéry. Ils ont exploré toutes les pistes possibles (vandalisme, vol, acte politique…). L’enquête s’avère très complexe, car sans véritable indice, à part des témoignages d’automobilistes attestant de la présence d’un homme près de la voie ferrée le samedi matin.

La gendarmerie a diffusé samedi 15 octobre, la photographie de celui qu’elle considère comme un témoin majeur. Cet homme a été vu le jour des faits dans un magasin de bricolage, à proximité immédiate des lieux.

 

Posted in Retards / Suppressions, Savoie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La modernisation du réseau ferroviaire en Haute-Savoie fera-t-elle les frais du fiasco d’Annecy 2018 ?

Posted by ardsl sur 15 octobre 2011

Pour l’ARDSL, « l’échec du projet olympique ne saurait justifier un renvoi à un horizon 2030 ou aux calendes grecques la nécessité pour la Haute-Savoie de se doter d’un réseau ferroviaire moderne »

Notre association se mobilise depuis toujours pour la modernisation ferroviaire du sillon alpin. L’organisation des Jeux 2018 aurait pu être un accélérateur de l’indispensable modernisation des voies uniques de Savoie et de Haute-Savoie (seules les lignes Culoz – Modane et Montmélian – Pontcharra sont à doubles voies).

L’échec du projet olympique ne saurait justifier un renvoi à un horizon 2030 ou pire aux calendes grecques la nécessité pour la Haute-Savoie d’avoir réseau ferroviaire à la hauteur des besoins d’un département qui compte plus de 738 000 habitants et des millions de touristes le visitant à toute saison.

Le caractère frontalier du département contribue à une explosion démographique. La Haute-Savoie sera le 3éme département le plus peuplé de Rhône-Alpes dès 2012 ou 2013. Or, l’urbanisme délirant et l’insuffisance de transports publics (dont la Région Rhône-Alpes n’est évidemment pas la seule responsable) genère une croissance du trafic automobile, dans un département déjà suréquipé en voiture individuelle. Le dossier Annecy 2018 tablait sur une réduction du nombre de voitures par ménages à partir de 2018 grâce aux infrastructures réalisées pour les JO.

Nous pensons qu’une politique publique en ce sens doit être mené dès à présent.

La modernisation de la ligne à voie métrique St Gervais – Vallorcine et le doublement partiel de la ligne Aix – Annecy doivent se faire le plus rapidement possible. Ces projets n’étaient pas conditionnés à l’obtention des Jeux 2018.

L’ARDSL estime que le cap 2018 doit être conservé pour les modernisations au nord d’Annecy. 2018 ne sera pas l’année des Jeux à Annecy, mais nous l’espérons l’année de la mise en service du CEVA. Cette perspective doit s’accompagner d’une modernisation de l’étoile ferroviaire de La Roche-sur-Foron et de la réouverture de la ligne du Tonkin.

Dans cette logique, il convient de réorienter les études vers une modernisation de la ligne Annecy – Annemasse qui bénéficiera aussi aux relations entre Chamonix, Sallanches, Cluses, Bonneville, La Roche et Annecy.

Posted in ARDSL, Bassin annecien, Chablais, Genevois, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Transports publics : l’imposture du Conseil général de la Haute-Savoie

Posted by ardsl sur 15 octobre 2011

L’ARSDL (Association Rail Dauphiné Savoie Léman), Sauvons le Tonkin, Environn’MontBlanc, l’ARSMB (Association pour le Respect du Site du Mont Blanc) et l’AGCFUT (Association Genevois Chablais Faucigny des Usagers des Transports) souhaitent rétablir la vérité entre l’affichage publicitaire pratiqué par le Département de la Haute-Savoie et la réalité de sa politique des transports.

1. Toujours plus d’investissements routiers, au détriment des transports collectifs

Le président du Conseil général de la Haute-Savoie, Christian Monteil, avait affirmé en 2010 : « on ne pourra plus construire d’axes routiers. Nous voulons encourager l’utilisation des transports en commun et développer le covoiturage. Nous devons inciter les Haut-Savoyards à délaisser la voiture au profit des transports collectifs ».

Nos associations ne peuvent que constater le profond décalage entre les discours publics et la réalité de l’action conduite par le département de la Haute-Savoie, qui continue à développer le transport individuel motorisé. Le Département va réaliser un contournement de Marignier et Thyez sur 6 km pour un coût de 68M€ et s’apprête à réaliser une 2 fois 2 voies entre Thonon et Machilly pour un coût d’au moins 160M€. Cette politique routière est en totale contradiction avec le Grenelle de l’Environnement et les directives européennes qui exigent une réduction de 20% des gaz à effet de serre d’ici à 2020 et elle n’améliorera ni la qualité de vie, ni la qualité de l’air en Haute-Savoie.

2. Un sous financement des transports publics

Contrairement à la communication trompeuse du Conseil général, son budget transports n’est pas supérieur à 50M€. Le budget réellement consacré aux transports collectifs est de 40,5M€ pour les transports scolaires et de seulement 3,1M€ pour les transports interurbains. Ce budget n’est pas à la hauteur d’un département de 738 000 habitants. Moins de 5€ par habitant sont ainsi consacrés au transport interurbain. Le CG74 doit rédéfinir sa politique transports en l’orientant enfin vers un développement conséquent de son réseau interurbain en prennant en compte objectivement l’intérêt général.

La répartition absurde des 127M€ perçus en 2010 au titre de la compensation financière genevoise démontre bien l’absence de volonté de développer les transports publics. Moins de 500 000€ ont été consacrés au fonctionnement des transports collectifs !

3. Une conception étrange de l’intermodalité

Le covoiturage est évidemment moins néfaste pour l’environnement que l’autosolisme. Nos associations estiment pourtant que le Conseil général devrait développer une offre de transport collectif tournée vers les salariés. Il faut pour cela travailler à une desserte des zones d’emploi (ce que fait avec succès le réseau Transisère), qui se trouvent souvent à l’écart des villes. Le technopôle d’Archamps, que le Conseil général présente comme la vitrine du département, n’est desservi par aucun transport collectif.

L’intermodalité ne consiste pas à regrouper les automobilistes, mais à une politique de report modal vers les transports publics. Nos associations exigent l’abandon définitif de la subvention des trajets autoroutiers, car cela incite à l’usage de l’automobile, au détriment des transports collectifs.

4. Un réseau inefficace

Il faut aussi se demander pourquoi le réseau Lihsa transporte seulement 3000 personnes par jour, en dehors de la clientèle scolaire. Ce réseau n’est pas construit en complémentarité du réseau ferroviaire. Certaines lignes sont clairement en concurrence avec le train. Nous souhaitons que le Conseil Général réoriente son réseau vers un rabattement sur le réseau ferroviaire.

L’offre actuelle de transports collectifs du Conseil Général est très insuffisante. Des fréquences minimalistes n’incitent pas les Haut-Savoyards à emprunter au quotidien ou même occasionnellement les cars départementaux.

5. Une information insuffisante

Les usagers des transports en commun doivent disposer d’informations en temps rééel. Aucun dispositif de ce type existe en Haute-Savoie. Le réseau Lihsa ne dispose pas d’un centre de relation avec les usagers et les points de vente (hors des cars) sont peu nombreux, souvent fermés (y compris dans les gares routières). Il existe une réelle opacité sur la tarification du réseau Lihsa. Les fiches horaires ou le site Internet Lihsa ne comportent aucune indication tarifaire.

Posted in ARDSL, Bassin annecien, Chablais, Genevois, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un week-end sans bus à Chambéry

Posted by ardsl sur 15 octobre 2011

Le trafic des bus urbains du réseau STAC (agglomération de Chambéry) est nul samedi 15 et dimanche 16 octobre. Tous les conducteurs de bus font usage du droit de retrait, après l’agression à coup de pierre d’un contrôleur de la STAC, survenue vendredi 14 octobre, à Chambéry-le-Haut.

Cette agression serait la quatrième en une semaine. Vendredi 14 octobre, vers 8h30, un contrôleur d’une cinquantaine d’années a été blessé à la hanche par une pierre, « de la taille d’un œuf », selon le directeur du STAC, Laurent Gelhaye. Il était à l’arrêt du lycée Louis Armand sur la ligne 1, avec deux autres collègues, quand un groupe d’une quinzaine de jeunes s’est approché et a lancé le projectile. Les auteurs des faits ont immédiatement pris la fuite en passant par le lycée. Les deux individus sont activement recherchés par la police. Le contrôleur, lui, a déposé plainte.

L’incident a créé l’émoi au sein du Stac. « Chaque conducteur a demandé à ne plus pouvoir exercer, ils ont fait valoir leur droit de retrait. » Les 33 chauffeurs du matin ont progressivement abandonné leur poste, tandis que les 43 de l’après-midi, n’ont pas pris leur service.

« Les mesures prises par les sous-inspecteurs [la déviation sur Chambéry-le-Haut] ne nous garantissent pas de travailler en sécurité. Nous demandons plus de moyens pour pouvoir assurer notre mission », argumente Alexis Martinet, délégué CGT.

Vendredi 14 octobre après-midi, environ 80 agents du STAC se sont rassemblés place Caffe pour rencontrer la préfecture, Chambéry Métropole et la sécurité urbaine. À l’issue de la réunion, les salariés du Stac et de Frossard ont décidé de reconduire le mouvement aujourd’hui. « Car les individus n’ont pas été arrêtés et les moyens mis en face ne correspondent pas à nos exigences de sécurité. On nous a proposé le renfort ponctuel de la police or nous voulons du long terme : une police des transports pour faire des tournées sur le réseau. »

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Retards / Suppressions, Savoie | Tagué: , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :