ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Transports publics : l’imposture du Conseil général de la Haute-Savoie

Posted by ardsl sur 15 octobre 2011

L’ARSDL (Association Rail Dauphiné Savoie Léman), Sauvons le Tonkin, Environn’MontBlanc, l’ARSMB (Association pour le Respect du Site du Mont Blanc) et l’AGCFUT (Association Genevois Chablais Faucigny des Usagers des Transports) souhaitent rétablir la vérité entre l’affichage publicitaire pratiqué par le Département de la Haute-Savoie et la réalité de sa politique des transports.

1. Toujours plus d’investissements routiers, au détriment des transports collectifs

Le président du Conseil général de la Haute-Savoie, Christian Monteil, avait affirmé en 2010 : « on ne pourra plus construire d’axes routiers. Nous voulons encourager l’utilisation des transports en commun et développer le covoiturage. Nous devons inciter les Haut-Savoyards à délaisser la voiture au profit des transports collectifs ».

Nos associations ne peuvent que constater le profond décalage entre les discours publics et la réalité de l’action conduite par le département de la Haute-Savoie, qui continue à développer le transport individuel motorisé. Le Département va réaliser un contournement de Marignier et Thyez sur 6 km pour un coût de 68M€ et s’apprête à réaliser une 2 fois 2 voies entre Thonon et Machilly pour un coût d’au moins 160M€. Cette politique routière est en totale contradiction avec le Grenelle de l’Environnement et les directives européennes qui exigent une réduction de 20% des gaz à effet de serre d’ici à 2020 et elle n’améliorera ni la qualité de vie, ni la qualité de l’air en Haute-Savoie.

2. Un sous financement des transports publics

Contrairement à la communication trompeuse du Conseil général, son budget transports n’est pas supérieur à 50M€. Le budget réellement consacré aux transports collectifs est de 40,5M€ pour les transports scolaires et de seulement 3,1M€ pour les transports interurbains. Ce budget n’est pas à la hauteur d’un département de 738 000 habitants. Moins de 5€ par habitant sont ainsi consacrés au transport interurbain. Le CG74 doit rédéfinir sa politique transports en l’orientant enfin vers un développement conséquent de son réseau interurbain en prennant en compte objectivement l’intérêt général.

La répartition absurde des 127M€ perçus en 2010 au titre de la compensation financière genevoise démontre bien l’absence de volonté de développer les transports publics. Moins de 500 000€ ont été consacrés au fonctionnement des transports collectifs !

3. Une conception étrange de l’intermodalité

Le covoiturage est évidemment moins néfaste pour l’environnement que l’autosolisme. Nos associations estiment pourtant que le Conseil général devrait développer une offre de transport collectif tournée vers les salariés. Il faut pour cela travailler à une desserte des zones d’emploi (ce que fait avec succès le réseau Transisère), qui se trouvent souvent à l’écart des villes. Le technopôle d’Archamps, que le Conseil général présente comme la vitrine du département, n’est desservi par aucun transport collectif.

L’intermodalité ne consiste pas à regrouper les automobilistes, mais à une politique de report modal vers les transports publics. Nos associations exigent l’abandon définitif de la subvention des trajets autoroutiers, car cela incite à l’usage de l’automobile, au détriment des transports collectifs.

4. Un réseau inefficace

Il faut aussi se demander pourquoi le réseau Lihsa transporte seulement 3000 personnes par jour, en dehors de la clientèle scolaire. Ce réseau n’est pas construit en complémentarité du réseau ferroviaire. Certaines lignes sont clairement en concurrence avec le train. Nous souhaitons que le Conseil Général réoriente son réseau vers un rabattement sur le réseau ferroviaire.

L’offre actuelle de transports collectifs du Conseil Général est très insuffisante. Des fréquences minimalistes n’incitent pas les Haut-Savoyards à emprunter au quotidien ou même occasionnellement les cars départementaux.

5. Une information insuffisante

Les usagers des transports en commun doivent disposer d’informations en temps rééel. Aucun dispositif de ce type existe en Haute-Savoie. Le réseau Lihsa ne dispose pas d’un centre de relation avec les usagers et les points de vente (hors des cars) sont peu nombreux, souvent fermés (y compris dans les gares routières). Il existe une réelle opacité sur la tarification du réseau Lihsa. Les fiches horaires ou le site Internet Lihsa ne comportent aucune indication tarifaire.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :