ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 8 novembre 2011

Circulation ferroviaire : retards et suppressions constatés le 7 novembre

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Trains supprimés

  • TER 17648 (Grenoble 16h25 – Part-Dieu 17h59) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 885476 (Grenoble 16h30 – Rives 17h01)
  • TER 17526/7 (Annecy 14h43 – Valence 17h46). Train supprimé entre Grenoble et Valence.
  • TER 883742/3 (Gières 16h25 – St Marcellin 17h25). Train supprimé entre Grenoble et St Marcellin.
  • TER 885370 (Gières 16h36 – Perrache 18h43).
  • TER 885152/3 (St Marcellin 16h08 – Chambéry 18h02). Train supprimé entre Grenoble et Chambéry.
  • TER 885465 (Grenoble 17h09 – Gières 17h20).
  • TER 885480 (Gières 16h56 – Rives 17h41). Train supprimé entre Grenoble et Rives.
  • TER 885477 (Rives 17h56 – Gières 18h39). Train supprimé entre Rives et Grenoble.
  • TER 885492 (Gières 18h16 – Rives 19h01).
  • TER 17568/9 (Valence ville 18h09 – Annecy 21h22). Train supprimé entre Valence et Grenoble.
  • TER 885485 (Rives 18h56 – Gières 19h40). Train supprimé entre Rives et Grenoble.
  • TER 883764/5 (Grenoble 19h39 – St Marcellin 20h24).
  • TER 885386 (Gières 19h56 – St André-le-Gaz 21h08). Train supprimé entre Gières et Grenoble

Trains retardés

2h15 de retard pour le TER 17650 (Grenoble 16h46 – Part-Dieu 18h12).

1h15 de retard pour :

  • le TER 96634/5 (Genève 14h57 – Valence 18h10).
  • le TER 17568/9 (Grenoble 19h25 – Annecy 21h22).

1h de retard pour :

  • le TER 96608/9 (Valence ville 16h44 – Genève 19h58).
  • le TER 885168/9 (Grenoble 19h32 – Chambéry 20h31).

50 minutes de retard pour :

  • le TER 17528/9 (Annecy 15h38 – Valence 18h46).
  • le TER 17566/7 (Valence 17h09 – Annecy 20h15).
  • le TGV 6924 (Grenoble 19h21 – Paris 22h28).
  • le TER 17662 (Grenoble 19h46 – Dijon 23h24).
  • le TER 885382 (Gières 19h36 – St André-le-Gaz 20h43).

40 minutes de retard pour TER 885386 (Grenoble 20h10 – St André-le-Gaz 21h08).

30 minutes de retard pour le TER 17530/1 (Annecy 16h43 – Valence 19h46).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 883754/5 (Chambéry 16h56 – St Marcellin 18h57).
  • le TER 885162/3 (Grenoble 18h32 – Chambéry 19h31).
  • le TER 885164/5 (St Marcellin 18h08 – Chambéry 20h02).
  • le TER 885494 (Gières 18h56 – Rives 19h41).
  • le TER 17570/1 (Valence ville 19h09 – Annecy 22h15). Retard réduit à 10 minutes à l’arrivée à Annecy.
  • le TER 17666 (Grenoble 20h42 – Part-Dieu 22h08).
  • le TER 17572/3 (Valence ville 20h09 – Annecy 23h15). Retard réduit à 20 minutes à l’arrivée à Annecy.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 885158/9 (St Marcellin 17h08 – Chambéry 19h02).
  • le TER 885925 (Grenoble 18h13 – Vif 18h36).
  • le TER 883760/1 (Chambéry 17h56 – Valence 20h32).
Publicités

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , | 1 Comment »

La couronne frontalière s’étend toujours plus autour de Genève

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Les frontaliers s’installent toujours plus loin. Les élus lorgnent la compensation genevoise.

Oyonnax. Située à 90 km de Genève, la ville du Haut-Bugey compte une soixantaine de frontaliers. Depuis peu, l’influence de la métropole genevoise s’étend jusqu’à atteindre ce secteur du département de l’Ain pourtant éloigné de la frontière. Travaillant pour une société française dans l’export, Angélique Toulouse a ainsi choisi de s’établir à Izernore. «Ma zone d’activité comprend la Suisse, le Royaume-Uni et l’Irlande. Je devais donc être à proximité de la Suisse et d’un aéroport.» Pourquoi le Haut-Bugey? «Plus près c’est trop cher ! Au début, j’ai regardé sur Gex mais c’est de la folie.» Si elle évite les heures de pointe, elle met 45 minutes pour atteindre le canton et 55 pour l’aéroport.

En tout, ils sont 600 frontaliers à habiter au-delà de la zone dite frontalière, soit le Pays de Gex et la communauté de communes du Pays bellegardien. Si le phénomène est encore balbutiant, il va s’amplifier. La raison principale: les prix de l’immobilier. Comme en témoignent les agents immobiliers ou le Groupement transfrontalier. «Les frontaliers européens et les Suisses cherchant à se loger en France voisine n’hésitent plus à s’installer loin« , relève Jean-François Besson, secrétaire général du Groupement. « La barrière naturelle que constituait Fort l’Ecluse a sauté, notamment grâce au train. Mais surtout, avec les prix pratiqués dans le Pays de Gex ou en Haute-Savoie, les gens n’ont plus le choix.»

C’est aussi ce qui a poussé les Golinelli à élire domicile sur le Poizat. «Nous sommes originaires de Haute-Savoie« , explique Christelle Golinelli, qui travaille à Genève dans la finance. « Au départ, nous étions en location à Nangy (Haute-Savoie). Quand on a vu les prix en Haute-Savoie, on est vite allés chercher plus loin. Sachant qu’on voulait une maison et du terrain, on a préféré s’éloigner

«40 euros le mètre carré»

Situé sur le plateau du Retord, le Poizat séduit les frontaliers. Ils sont 21 sur 430 habitants, selon le décompte du maire Raymond Poupon. Pour se rendre à Genève, les Poizatiers prennent l’autoroute ou rejoignent la gare de Bellegarde pour monter dans le train direction Cornavin. Travaillant tous deux à Meyrin, le couple Golinelli covoiture. Contre toute attente, leur trajet n’est pas beaucoup plus long que lorsqu’ils habitaient à Nangy. «Il y a moins de bouchons. Le temps de parcours est plus régulier, soit 50 minutes. Et le soir, on se retrouve au calme, dans un petit village», indique la jeune maman.

«On offre à nos nouveaux habitants un cadre de vie exceptionnel« , s’enthousiasme le maire. « Mais aussi des services. Quand ils arrivent, ils demandent s’il y a une crèche, une école, un centre de loisirs… Et nous avons tout cela.» Mais surtout, les prix de l’immobilier sont ultracompétitifs.

«Ici, le m2 de terrain viabilisé est à 40 euros», précise Raymond Poupon. Résultat, le village voit pousser ici de nouvelles bâtisses, là, un lotissement. «On n’est pas contre l’arrivée de ces nouveaux habitants, s’empresse de préciser l’édile. On a tout intérêt à ce que nos villages vivent.»

Si, sur le Poizat, la majorité des frontaliers sont des nouveaux venus, quelques-uns sont des jeunes du village attirés par les salaires genevois. Un phénomène que constate aussi Jean-Pierre Carminati, à Nantua. «Le taux de change a rendu les emplois genevois attractifs même pour un secteur plus éloigné comme le nôtre, analyse le maire. La crise a accentué le phénomène. Les jeunes ont compris l’intérêt de franchir la frontière pour trouver du travail. Ils en ont parlé entre eux et il y a eu un effet boule de neige. De plus, grâce au pôle multimodal, Bellegarde est devenue une porte. Tous ces signaux cumulés ont focalisé l’attention sur Genève.»

Ils veulent leur part du gâteau

La logique des maires des communes concernées ne s’arrête pas là. Ils lorgnent la compensation financière genevoise (CFG). En effet, selon l’accord de 1973, le Canton de Genève rétrocède à la Haute-Savoie et à l’Ain une partie de l’impôt à la source payé par les frontaliers (à hauteur de 3,5% de la masse salariale). Les départements voisins conservent une partie de ces fonds et en reversent aux Communes en fonction du nombre de frontaliers. Seulement voilà, dans l’Ain, seuls le Pays de Gex, le bassin bellegardien et Seyssel et Corbonod ont droit à leur part.

Les maires situés hors zone sont donc en passe de se fédérer pour réclamer leur part du gâteau. Raymond Poupon mène le combat. «A une époque, la zone frontalière était bien définie. Il n’y avait pas lieu de revendiquer quoi que ce soit« , lâche-t-il. « Aujourd’hui, la donne a changé. On dépense de l’argent pour accueillir ces frontaliers. On revendique donc d’être aidé.» S’appuyant sur les chiffres de 2009, l’édile remarque que Chézery, qui comptait à l’époque 22 frontaliers, avait touché 45 000 euros. «Pourquoi certaines communes profiteraient-elles de cette manne et pas nous? C’est une question d’équité.»

D’où un courrier cosigné par les maires de Belleydoux et d’Echallon, à l’attention du Conseil général. «Nous ne sommes pas restés sourds à ce courrier« , réagit Guy Larmanjat, vice-président du Conseil général. « Ce point sera abordé plutôt en 2012. Mais il pose le problème des limites. Des frontaliers, il y a en a aussi à Bourg-en-Bresse.»Conscient des enjeux pour ce territoire, le maire de Nantua voit plus loin encore que la CFG: «On aurait tort de ne pas profiter de la dynamique de la métropole genevoise. Il peut être intéressant de raccrocher les wagons de la locomotive qu’est le projet d’agglomération.»

(Source : La Tribune de Genève).

Posted in Ain | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Saint-Etienne : Un incendie met le bazar en centre-ville

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Mardi 8 novembre à Saint-Étienne, l’incendie sans gravité d’un immeuble désaffecté a causé l’arrêt des trams pendant plus d’une heure.

Peu avant 15h30, un feu s’est déclaré rue du Président-Wilson, en plein centre-ville. En cause, l’incendie du dernier étage d’un immeuble non habité et donnant sur une cour intérieure. Selon certaines sources, il servait cependant de squat. Un large périmètre de sécurité a dû être déployé. Impossible d’accéder à une dizaine de commerces situé dans le quartier. L’incendie a été vite maîtrisé, même si une équipe est restée sur place bien plus tard afin de surveiller une éventuelle reprise de feu.

A 16h30, la Grand’Rue a pu retrouver une activité normale et les trams de nouveau circuler.

(Source : leprogres.fr)

Posted in Loire | Tagué: , | Leave a Comment »

Retour à la normale sur la ligne Marseille – Veynes

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

La voie de chemin de fer qui s’est affaissée samedi 5 novembre en raison des intempéries a pu être rouverte dimanche 6 novembre à 23h30. Des travaux de rebalastage ont permis de consolider la voie au niveau du passage à niveau de Corbières où le train de la ligne Marseille-Veynes avait dû s’immobiliser. Si le trafic est rétabli, la vitesse reste limitée à 60 km/h entre Meyrargues et Manosque.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Hausse de la TVA sur les titres de transport

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Parmi les mesures annoncées par François Fillion dans son plan d’austérité lundi 7 novembre, il y a la hausse du taux de TVA réduite. Actuellement à 5,5%, ce taux va grimper à 7%. Les titres de transport bénéficiant du taux réduit de TVA, ils vont donc coûter plus chers dans les prochains mois.

Si elle est adoptée par le Parlement, cette hausse s’appliquera aux titres de transport, y compris ceux bénéficiant d’une tarification sociale. Selon les calculs de l’Union des transports publics et du Gart, la mesure coûterait 50 millions d’euros aux collectivités locales.

Avec l’annonce du « plan d’équilibre des finances publiques » par François Fillon le 7 novembre 2011, on a beaucoup entendu parler de la création d’un taux de TVA intermédiaire à 7% (au lieu de 5,5%) pour les travaux de rénovation et pour l’hôtellerie-restauration. Sait-on que cette hausse de 1,5% toucherait aussi les tarifs des tickets de transport public ?

Si les produits alimentaires, les abonnements au gaz et à l’électricité, les équipements et services à destination des personnes handicapées sont épargnés, les transports publics, eux, ne le sont pas. Même pas ceux qui bénéficient d’une tarification sociale.

55 millions au total à la charge des AO

Qui paiera le surcoût ? « Les autorités organisatrices de transport« , indique l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP) qui a rapidement tiré sa calculette : « Vous prenez les recettes commerciales 2010 et vous appliquez une hausse de 1,5% de TVA, ça donne 50 millions d’euros« , explique Anne Meyer, directrice clientèles, exploitation et recherche à l’UTP.

La mesure coûterait même cinq millions supplémentaires pour couvrir la hausse de TVA sur les tarifs sociaux réservés aux personnes en difficulté, selon les critères retenus par l’UTP et le Groupement des autorités responsables de transport (Gart).

Intenable pour les usagers

Même à 7%, la France resterait toutefois dans la moyenne européenne : le taux de TVA sur les transports est de 10% en Italie, 7% en Allemagne, 6% en Belgique, 8% en Espagne, 13% en Grèce et.. 0% en Grande-Bretagne. Mais outre Manche, le prix des tickets de métro ou d’autobus est beaucoup plus élevé que dans l’Hexagone.

En revanche, pour les collectivités locales, cette mesure serait un nouveau coup dur : il s’agira finalement de transferer la dette de l’Etat vers les collectivités locales. Si jamais elles avaient prévu d’augmenter le tarif des titres de transport en fonction de l’inflation, elles devront geler ces hausses car, cumulées à celle de la TVA, elles seraient intenables pour l’usager.

(Avec mobilicites.com)

Posted in Politique, Tarification | Tagué: , | Leave a Comment »

SNCF grève du 9 novembre : peu de perturbations sauf autour de Saint-Etienne et Roanne

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Vous trouverez ci-dessous le programme des trains supprimés en Rhône-Alpes (où le cas échéant la liste des trains maintenus).

Grenoble – Lyon

Marseille – Lyon

Le Puy – Firminy – St Etienne – Lyon

Clermont – St Etienne

Roanne – St Etienne

Givors – Lyon

Clermont – Roanne – Lyon

Dijon – Lyon

Ambérieu – Bourg-en-Bresse

Lyon – Ambérieu

Grenoble – St André-le-Gaz

L’Arbresle – Lyon

Trafic normal sur toutes les autres lignes.

Posted in Grèves | Tagué: | Leave a Comment »

Une grande intercommunalité autour de Montélimar

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Le préfet de la Drôme a entériné l’union territoriale envisagée depuis le printemps entre la Sésame et le Pays de Marsanne.

15 communes composent actuellement la Communauté d’Agglomération de Montélimar-Sésame :

  • Allan 1600 habitants
  • Ancône 1000 habitants
  • Châteauneuf-du-Rhône 2300 habitants
  • Espeluche : 1100 habitants
  • La Bâtie-Rolland : 1000 habitans
  • La Coucourde : 1000 habitants
  • La Touche : 200 habitants
  • Les Tourettes : 1000 habitants
  • Montboucher-sur-Jabron : 2000 habitants
  • Montélimar : 36200 habitants
  • Portes-en-Valdaine : 400 habitants
  • Puygiron : 400 habitants
  • Rochefort-en-Valdaine : 400 habitants
  • Saulce-sur-Rhône : 1700 habitants
  • Savasse : 1300 habitants.
10 communes composent le Pays de Marsanne :
  • Bonlieu-sur-Roubion 400 habitants
  • Charols 800 habitants
  • Cléon-d’Andran 900 habitants
  • Condillac 200 habitants
  • La Laupie 700 habitants
  • Marsanne 1200 habitants
  • Roynac 500 habitants
  • Saint-Gervais-sur-Roubion 800 habitants
  • Saint-Marcel-lès-Sauzet 1200 habitants
  • Sauzet 1900 habitants.
Montélimar-Sésame exerce la compétence transports. Le réseau Montélibus va devoir s’étendre pour desservir le Pays de Marsanne, un territoire peu peuplée.

Posted in Drôme | Tagué: , | Leave a Comment »

Nouveaux horaires de trains : c’est toujours pour le 11 décembre

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Dans un grand raout devant la presse organisé le 8 novembre 2011, jour de grève à la SNCF, le patron de la compagnie ferroviaire Guillaume Pépy et Hubert Du Mesnil, président de Réseau Ferré de France, ont justifié, expliqué et commenté le passage aux nouveaux horaires de trains à partir du 11 décembre. Un médiateur doit être désigné dans les prochains jours.

De quelques minutes à un quart d’heure, 85% des 15 000 trains (voyageurs et fret) circulant sur le réseau ferré français vont changer d’heure le 11 décembre 2011. Excepté en Ile-de-France où les changements sont mineurs, il va y avoir de la friture sur les autres lignes. Pour certains trains, le temps de parcours pourra être rallongé de quelques minutes, pour d’autres de plus d’une heure.

Le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé la désignation imminente d’un médiateur des horaires. C’est dire…

Depuis fin septembre, le site Internet dédié a reçu 3,5 millions de consultations, fait l’objet de nombreuses réactions d’usagers, « et comme tout problème mérite écoute et traitement, 75 problèmes évoqués par les internautes ont été résolus« , selon le patron de la SNCF qui cite les dessertes de Vendôme, Bourg-en-Bresse, Amiens, Angoulème par exemple.

Il en resterait environ 25, mais « il n’existe pas d’horaire parfait, si l’on en bouge un, on dérègle l’autre, c’est l’effet domino« , a ajouté Guillaume Pépy. Les plus mal servis n’auront qu’à attendre les horaires 2013 qui seront échafaudés à l’automne 2012…

Pour la première fois, les horairistes de la SNCF et ceux de RFF ont travaillé ensemble. Et pour la première fois depuis de nombreux mois, les deux frères ennemis du rail qui s’opposent sur leur vision de l’avenir du système ferroviaire français sont venus parler d’une seule voix devant la presse le 8 novembre, au sujet de la grille horaires seulement…

10 millions d’euros de communication

A un mois de ce big bang, et après une campagne de communication web, presse écrite et TV, un tract national tiré à trois millions d’exemplaires va être distribué en gares, une plateforme de questions-réponses doit être mise prochainement en ligne. Il existe même un jeu pour vous mettre dans la peau du responsable de la circulation ferroviaire !

Au total, 10 millions d’euros sont dépensés pour expliquer ce chambardement des horaires et faire passer la pilule aux usagers.

Du côté des cheminots (100 000 conducteurs, contrôleurs, agents d’escale, d’entretien des rames et des infrastructures sont concernés), l’heure semble être au consensus. Dans une interview accordée fin septembre à nos confrères de Ville Rail et Transports, Gilbert Garrel, responsable de la CGT cheminots, confiait : « Nous avons envie que ce changement de services se passe bien (…) Notre objectif n’est absolument pas de faire grève le 11 décembre, c’est de faire en amont ce qu’il faut pour que cela se passe bien« .

La compagnie ferroviaire a embauché 1 000 nouveaux agents et mettra 450 agents en renfort dans les gares et les trains à partir du 10 décembre.

Pourquoi un tel chambardement ?

« Ces modifications permettent de prendre en compte les travaux de rénovation du réseau ferré programmés par RFF jusqu’en 2016 (pour 13 milliards d’euros), ainsi que le cadencement (trains partant à horaires réguliers) », ont précisé les deux partenaires.

« Le réseau va franchir une étape importante avec près de 20% du service cadencé en 2012, contre 8% en 2011. Ca va encore durer cinq ans (…), le pic pourrait intervenir en 2013« , a relevé Hubert Du Mesnil, insistant sur le fait que « le cadencement ne concernera jamais 100% des trains« .

Troisième facteur de cette révolution des horaires 2012, l’entrée en service du TGV Rhin-Rhône le 11 décembre 2011 qui entraîne une remise à plat des horaires sur à peu près toute la France de la grande vitesse.

La prochaine grande étape de service cadencé est prévue pour 2016-2017 avec l’entrée en service de la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de Loire, région relativement épargnée en 2012 toute comme la Lorraine et la Champagne Ardenne.

(Source : mobilicites.com)

Posted in Service 2012 | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Tain : 3 morts dans un attentat à la bombe dans un TGV Marseille – Paris le 31 décembre 1983

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

À Tain-l’Hermitage (Drôme), l’attentat du 31 décembre 1983 contre un TGV Marseille-Paris avait fait trois morts et une quinzaine de blessés.

« Ce 31 décembre 1983, j’étais en famille chez moi. Je n’avais rien prévu de particulier en cette soirée de réveillon… Quand, subitement, vers 20 heures, nous avons entendu une énorme explosion » confie Robert Chanas.

À cet instant-là, le Tainois, cheminot de profession et sapeur-pompier volontaire pense à l’explosion de la station essence située à quelques rues de son domicile… « Quelques secondes plus tard, le standard départemental des sapeurs-pompiers m’appelait : “Il y a eu une grosse explosion à Tain. Nous ne savons pas ce qui se passe” ». «C’est instinctif, il faut sauver des vies… »

Le sergent Chanas se rend aussitôt au centre de secours tainois avant de prendre place, avec deux autres pompiers, dans un VSAB (une ambulance). Après une rapide opération de reconnaissance autour de la gare, « nous avons été les premiers secouristes à découvrir l’énorme “trou” dans le TGV et à prendre en charge les victimes » poursuit Robert Chanas. « C’était très spectaculaire, mais nous n’avons pas eu le temps de réfléchir. Dans ces conditions-là, c’est instinctif, il faut aller sauver des vies ! »

« J’ai vu l’horreur ! »

« J’ai vu l’horreur ! Ces images, je ne peux pas les oublier » livre Gilbert Perret alors chef de gare de Tain en ce dernier jour de l’année 1983. « J’étais en Savoie, dans ma famille pour le réveillon. Nous étions en train de regarder la télévision, quand les variétés ont été interrompues. J’ai alors vu sur l’écran ma gare ! Quelques secondes plus tard, mon chef d’établissement me téléphonait et me demandait de rejoindre au plus vite la Drôme. En gare de Tain/Tournon, c’était épouvantable ! L’explosion avait fait trois morts : un couple de Parisiens et une femme, épouse d’un médecin de Montélimar ; ainsi qu’une quinzaine de blessés. La bombe se trouvait dans la troisième voiture du TGV, une voiture de 1 re classe. Cette dernière était éventrée, c’était abominable ! »

Gilbert Perret d’ajouter enfin : « Attendre 28 ans pour l’ouverture du procès, c’est bien trop long pour les familles de victimes… »

Depuis lundi 7 novembre 2011, Carlos comparaît devant la cour d’assises spéciale de Paris pour quatre attentats commis en France entre 1982 et 1983, dont celui du TGV à Tain le 31 décembre 1983.

(Thomas Zimmermann, Le Dauphiné Libéré).

Posted in Drôme | Tagué: | Leave a Comment »

Roanne : la fréquentation des bus progresse malgré la diminution de la population

Posted by ardsl sur 8 novembre 2011

Alors que la population de Roanne (37 300 habitants) a fortement baissé ces dix dernières années, paradoxalement, la fréquentation du réseau de la Société de transports de l’agglomération roannaise (STAR) est en hausse régulière. Au premier trimestre 2011, la STAR a ainsi enregistré une progression de 5 % du nombre de voyageurs par rapport à la même période l’an passé.

En 2010, plus de 2,6 millions de passagers ont emprunté une ligne du réseau. Cela réprésente 7 100 voyageurs transportés en moyenne journalière.

À elles trois, les lignes 1 (Roanne Le Parc – Le Coteau via les 2 gares SNCF), 2 (Riorges collège – Mably via la gare de Roanne)  et 3 (Mably bourg – Mayollet via la gare de Roanne) concentrent entre 80 et 90 % du trafic. Les lignes 6 (Villerest – Roanne Hôtel de ville) et 7 (Mably Demi-Lieue – Commelle-Vernay) connaissent un public plus scolaire, avec un flux principal domicile-école le matin et en fin d’après-midi. La ligne 5 (Riorges Le Scarabée – Roanne Les 3 Ponts), prolongée jusqu’au centre pénitentiaire, correspond aux horaires de parloir. « Elle joue son rôle de service public, c’est une ligne très « sociale », puisque la fréquentation est assez faible sur le bout des deux antennes », explique Patrick Charollois, directeur de la STAR.

En revanche, le service à la demande Créabus est en « perte de vitesse » depuis janvier, d’après le dirigeant. Crédité de 31 000 voyages en 2010, Créabus devrait connaître une baisse d’environ 10 % cette année.

(Avec Le Progrès).

Posted in Fréquentation, Loire | Tagué: , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :