ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Totalement obsolète, la ligne TER Paray-le-Monial – Lyon suscite la colère des usagers

Posted by ardsl sur 12 novembre 2011

Depuis plusieurs années, l’état de la ligne Paray-le-Monial-Lyon ne cesse de se dégrader. Les voyageurs sont aujourd’hui exaspérés.

C’est l’histoire d’un service public qui n’en a plus que le nom. L’histoire d’une ligne de train laissée à l’abandon. Près de 80 usagers de l’axe Paray-Lyon étaient présents jeudi 10 novembre au comité de ligne organisé à Chauffailles afin d’exprimer leur mécontentement. Premier grief : les retards presque quotidiens. La cause ? La vétusté de l’infrastructure qui entraîne de nombreux ralentissements pour éviter tout accident. Éliane, une habitante de Saint-Igny-de-Roche travaillant sur Lyon, était la première à prendre la parole. « Depuis un mois, on roule à 30 km/h. Une fois sur deux, il n’y a même pas de train. Quand vous arrivez au boulot à 10 heures, on croit que vous avez fait la grasse matinée alors que vous êtes partis de chez vous à 6 heures… ».

Pour elle, comme pour tous ceux qui utilisent le train quotidiennement afin de se rendre au travail, la situation n’est plus tenable. Amélia, qui va sur la région lyonnaise tous les jours, en a gros sur la patate. « Je reviens du Sri Lanka, les trains roulent plus vite que sur cette ligne. Il y a des jours où je mets plus de temps pour faire Paray- Lyon que pour faire Paris- Lyon. Cela montre bien les priorités de la SNCF ». Comme l’ensemble de ses compagnons d’infortune, elle avoue « en avoir marre. Il faut des mesures d’urgence » dit-elle.

Colère …

Surendetté, Réseau Ferré de France (RFF), en charge de l’entretien et de l’investissement sur les réseaux, ne peut pas mettre la main à la poche. Pas assez en tout cas. Les 215 millions inscrits dans le Contrat Projet État Région 2007-2013 permettront seulement de procéder à quelques aménagements. Pas de régler le fond du problème. « Mais on étudie la faisabilité de réaliser des travaux d’urgence pour 2012 » avançait Céline Félix de RFF Bourgogne. Ce qui avait le don d’agacer les voyageurs à l’image de Julien, usager régulier de La Clayette-Lyon. « Vous avez déjà pris la ligne ? Empruntez-la et vous comprendrez. Il n’y a pas besoin de faire une étude ».

Et les affaires risquent de ne pas aller en s’arrangeant puisqu’un troisième ralentissement sera mis en place dès le mois de décembre. « 60 km/h sur une distance de 37 km » précisait Muriel Nouzé, correspondante TER Bourgogne Ouest. « Cela va engendrer 7 à 12 minutes supplémentaires de temps de trajet. Une correspondance à Paray-le-Monial sera également impactée ».

… et inquiétude

De quoi susciter de nouvelles inquiétudes chez les usagers. Et leur faire regretter d’avoir choisi le rail comme moyen de transport. « On est venu habiter ici, à la campagne, car il y avait cette ligne de train. Aujourd’hui, qu’est-ce qu’on y gagne ? » s’interroge Éliane. « Je paie 160 € d’abonnement mensuel et je suis obligé de prendre ma voiture pour aller travailler. On aimerait bien rester positif mais c’est difficile ». À l’image de Jean-Paul Pinaud, vice-président du conseil régional délégué aux transports, le député Jean-Marc Nesme et le conseiller régional Gérald Gordat ont réclamé eux aussi des investissements indispensables sur cet axe « stratégique » en matière d’aménagement du territoire. Tout le monde semble donc d’accord. Il ne reste plus qu’à trouver l’argent.

L’argent, le nerf de la guerre ferroviaire

Dans ce nœud ferroviaire, les différents acteurs ne cessent de se renvoyer la balle. Chacun est conscient qu’il faut agir, personne ne sait comment. Avec plusieurs milliards d’euros de dettes, RFF, un établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1997 par une scission de la SNCF, semble dans l’incapacité d’assurer sa mission de service public. Chargé de l’entretien, du développement, de la cohérence et de la mise en valeur du réseau ferré national. RFF ne peut plus financer aujourd’hui le renouvellement d’un réseau national en état de vieillissement général. Il est donc contraint de faire des choix et de fixer des priorités. Avec seulement 250 voyageurs quotidiens, la ligne Paray-Lyon n’en fait pas partie. Vice-président du conseil régional, Jean-Paul Pinaud avançait une solution. « Que l’État efface la dette de RFF d’un milliard d’euros ». Une proposition reprise par Sheila Mc Carron, présidente du comité de ligne Paray- Lyon. « On l’a fait pour la Grèce, pourquoi ne pas le faire pour RFF ? ».

(Source :  Le Journal de Saône-et-Loire).

Publicités

2 Réponses to “Totalement obsolète, la ligne TER Paray-le-Monial – Lyon suscite la colère des usagers”

  1. […] articles du Journal de-Saône-et-Loire Totalement obsolète, la ligne suscite la colère des usagers Les problèmes s’accumulent sur la […]

  2. […] quand les trains peuvent rouler ». Les commentaires des usagers allaient bon train eux, lors de la dernière réunion du comité de ligne interrégional Paray-Lyon réuni en novembre dernier à Ch…. Avec un constat unanime : les travaux deviennent urgents. Le premier problème, c’est que […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :