ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Grèves SNCF : la double peine pour les usagers

Posted by ardsl sur 5 décembre 2011

Avec la grève qui sévit depuis début novembre, certains usagers ont payé un abonnement SNCF resté inutile. Ils ont aussi remis la main à la poche pour les frais de voiture.

Cent euros pour un abonnement SNCF en novembre. Cent euros partis « dans le vent » : Lucie Delsart n’a pas pris un seul train en un mois. « La difficulté, sur la ligne Saint-Étienne/Le Puy, c’est qu’elle est très impactée dès qu’il y a une grève. La SNCF arrive toujours à ménager quelques trains entre Saint-Étienne et Lyon. Mais ici, ils sont souvent remplacés par des cars ».

Des bus pour la Haute-Loire, donc. Ou plutôt, des omnibus. « Je mets une heure trente pour faire Retournac/Saint-Étienne au lieu de trois quarts d’heure habituellement : le car parcourt toute la vallée de la Loire ! ».

Au trentième jour d’une grève interminable commencée le 3 novembre, les galères d’usagers se comptent par dizaines. Jean-Pierre Frencel, de l’Ain, est écœuré. « Quelqu’un qui a payé son abonnement, a déjà dépensé plus de 200 euros en frais de voiture ».

À Bonson, Marie-Louise Le Strat se déclare « sidérée de voir qu’on prend des gens en otage pendant un mois. Mon fils est en dernière année de classe préparatoire au lycée Fauriel, il ne peut pas se permettre d’arriver en retard. La grève a supprimé son train habituel. Sa solution est de se replier sur un car, mais qui part une demi-heure plus tôt ».

Du coup, l’étudiant utilise une voiture. « Son abonnement SNCF de novembre, d’environ 50 euros, n’a servi à rien. Et nous payons en plus des frais d’essence et un stationnement à Saint-Étienne. Je ne m’attends pas à ce que la SNCF nous indemnise, elle ne l’a pas fait l’an dernier lors des grèves sur les retraites. Reprendre un abonnement en décembre ? On va déjà voir quels trains circulent ! ».

Certaines, en tout cas, se contenteront de regarder passer les convois. À Rive-de-Gier, deux jeunes filles en période d’essai chez un employeur lyonnais ont été menacées de licenciement pour retards répétés.  » La SNCF, c’est fini. On voulait jouer le jeu. Pour l’environnement, le développement durable. Mais trop, c’est trop ». Le duo s’est lancé dans le covoiturage. « Si on trouve un ou deux passagers, ça nous coûtera même moins cher que le train. Sans les contrariétés ».

(Source : Le Progrès).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :