ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 6 décembre 2011

Grève aux VFD le 7 décembre : réseaux Transisère et TAG perturbés

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

La société de transports en commun VFD est impacté par une grève illimitée lancée le 5 décembre.

En conséquence certains services ne seront pas assurés mercredi 7 décembre.

Transisère

Des courses sont supprimés sur les lignes 2990,  2900, 3000, 4100, 4600,  6020, 6060, 6070, 7140 et sur certaines lignes scolaires.

Télécharger la liste des services supprimés

Réseau TAG

  • Ligne 41 : la desserte vers Domène Les Bourelles n’est pas assurée. 1 bus toutes les 45 minutes environ entre 7h et 19h sur le reste de la ligne.
  • Navette Le Rabot : De 6h55 à 8h22 au départ du Rabot, un bus toutes les 30 minutes. De 16h15 à 20h30 au départ des Trois Dauphins, un bus toutes les 30 minutes. En dehors de ces horaires la navette Le Rabot ne circule pas.
Publicités

Posted in Grèves, Isère | Tagué: , , , | 1 Comment »

Ligne Briançon – Paris : un comité pour sauver le train de nuit

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, à Briançon, une poignée d’élus haut-alpins afin de lancer le comité de ligne Briançon-Paris.

Après la manifestation du conseil général, samedi 3 décembre, en gare de Veynes, les Hautes-Alpes passent au niveau supérieur. Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, les grands chefs de file du département pour la création d’un comité de ligne Briançon – Paris, histoire de remettre sur les rails le transport ferroviaire. Sa situation, qui est jugée aujourd’hui critique, occupe sérieusement les esprits dans les rangs politiques.

Dans la petite salle de la mairie de Briançon, une poignée d’élus ont, pendant deux heures, au côté du sénateur, tenté de dessiner cette nouvelle arme de guerre : « Il ne s’agira pas d’un simple comité de défense. Mais du fer de lance des Hautes-Alpes pour maintenir le train de nuit », a annoncé d’emblée Pierre Bernard-Reymond.  » Il faut faire bloc et être fort vis-à-vis de Paris. »

Sentiments partagés par l’assemblée. Chantal Eyméoud, maire d’Embrun, Gérard Fromm, maire de Briançon ou encore Roger Didier, maire de Gap ont acquiescé, en souhaitant toutefois élargir le champ d’action du comité aux trains de jour, eux aussi touchés par les “problèmes” : « Il faut prendre le sujet dans sa globalité » a indiqué la maire d’Embrun.

Ce comité se réunira trois fois par an. Et défendra en priorité la fiabilité et les délais de réservation qui sont les problèmes prioritaires actuels. Car, d’après le sénateur, si les réservations ne sont pas possibles à long terme, « les touristes déserteront le train au profit de la voiture. La SNCF aura un argument tout trouvé pour le supprimer ». Pour sauver la ligne et la rendre attractive, le comité soumettra toutes ses idées à SNCF. « Et si elles ne sont pas viables, ils devront exactement nous expliquer pourquoi », affirme Pierre Bernard-Reymond.

Pour être efficace, le sénateur a proposé la création d’une association afin de bénéficier « d’un minimum de moyens. Nous devrons aussi nous tourner vers les collectivités territoriales. Si on veut créer un site, par exemple, il faut que quelqu’un s’en occupe ». L’assemblée a validé l’idée.

En plus des maires des principales villes et du conseiller général de Die – qui avait fait le déplacement depuis la Drôme -, le comité souhaiterait gonfler ses rangs des deux parlementaires haut-alpins (Joël Giraud et Henriette Martinez), des présidents de communautés de communes du Diois, du Val de Drôme, de l’Ubaye, et du maire de Barcelonnette.

De quoi faire « bloc » vis-à-vis de la direction générale de SNCF.

Lire aussi notre billet sur l’ouverture des réservations du train de nuit Paris – Briançon.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Grèves SNCF : les pertubations prévues mercredi 7 décembre

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Divers mouvements locaux entraînent une réduction du trafic SNCF mercredi 7 décembre. Télécharger les informations pour les lignes impactées.

Perrache – Valence : suppression du TER 886145 (Perrache 19h08 – Valence 20h21).

Le Puy – Firminy – St Etienne – Lyon

Clermont – Noirétable – St Etienne

Roanne – St Etienne

Givors – Lyon

Clermont – Roanne – Lyon

Lyon – Dijon : suppression des TER 17606 (Part-Dieu 7h22 – Dijon 9h24) et 17629 (Dijon 10h33 – Part-Dieu 12h35).

Lyon – Ambérieu 4 allers-retours supprimés

Besançon – Lons – Bourg

Besançon – St Claude

Posted in Grèves | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le Breuil : des questions après le choc

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Reste à expliquer pourquoi la voiture a quitté la route principale pour prendre ce chemin réservé aux riverains et traverser la voie.

Au lendemain de la collision dans le Rhône entre un TER et une voiture qui a fait quatre morts, dont trois enfants, l’enquête se concentre sur les raisons de la présence de la famille sur ce chemin sans issue où se trouvait le passage à niveau.

L’état de santé de la mère de 32 ans, grièvement blessée et placée en coma artificiel à l’hôpital de Villefranche-sur-Saône, est « stationnaire », a déclaré lundi 5 décembre, le procureur de Villefranche-sur-Saône Olivier Étienne. « Les médecins ne se prononcent pas sur son pronostic vital », ont indiqué les pompiers. Selon les premiers éléments de l’enquête, la famille, qui « rentrait d’un week-end passé chez des amis », passait logiquement par la route départementale pour rejoindre son domicile, situé à Létra, à une dizaine de kilomètres, a dit M. Étienne. Reste à expliquer pourquoi la voiture a quitté la route principale pour s’engager sur ce chemin réservé aux riverains et traverser la voie ferrée, avant d’effectuer une marche arrière sur les rails et d’être percutée par la locomotive par l’arrière gauche. Pour « comprendre le sens de cette manœuvre », « aucune hypothèse n’est exclue », a indiqué M. Étienne. Est-ce « une erreur de parcours ? Un accident mécanique ? Le père a-t-il volontairement reculé la voiture en entendant le train ? », s’interroge le procureur, qui souhaite « ouvrir toutes les portes pour les refermer ».

300 mètres pour s’arrêter

« Aucun élément » ne permet à l’heure actuelle de « conforter la piste » selon laquelle la famille aurait été propriétaire d’un des jardins privatifs auxquels le chemin menait, ajouté M. Étienne. Une autopsie pratiquée lundi matin sur le père, et des examens externes des enfants, ont « confirmé que les décès étaient dus au choc ». Des analyses toxicologiques sont en cours pour détecter la « présence éventuelle d’alcool, de produits stupéfiants ou de tout autre produit », a précisé M. Étienne. Un expert mène également des constations techniques sur le véhicule. Le conducteur du TER, qui a eu besoin d’environ 300 mètres pour arrêter le train, a, lui, déclaré avoir vu les feux rouges d’une voiture qui reculait sur la voie ferrée, selon le procureur. La visibilité à ce passage à niveau, signalisé par un « stop » et une croix de Saint-André, situé dans une ligne droite, à environ 150 à 200 mètres d’une sortie de courbe, est conforme à la réglementation en vigueur, selon Réseau ferré de France (RFF). Des mesures effectuées chaque année en ce sens ont été réalisées début avril 2011, concluant à une « visibilité supérieure aux 205 mètres » qui sont la norme, a dit RFF. Ce type de passage à niveau n’est « pas conçu pour que le train s’arrête », mais « pour qu’une voiture puisse passer en sécurité si elle ne voit pas de train quand elle est arrêtée au stop », a détaillé Bruno Flourens, directeur régional Rhône-Alpes Auvergne de RFF.

« Pas un passage à niveau dangereux »

Ce passage à niveau ne figure pas dans la liste des plus dangereux, selon les autorités ferroviaires, qui rappellent qu’en dix ans le taux de mortalité a baissé de moitié sur ces intersections. Sur les quelque 15 000 croisements impliquant des trains, d’autres véhicules ou des piétons, les trois quarts sont équipés de feux et de barrières (automatiques ou manuelles), un quart étant dépourvu de barrières comme dans le cas de l’accident du Breuil impliquant un TER et une voiture particulière (ces derniers sont situés majoritairement sur des routes communales). Il s’agit « un passage non protégé, indiqué par des panneaux de signalisation, sur une toute petite route », a expliqué le préfet délégué à la sécurité dans le Rhône. Il s’agit du croisement entre une « voie très peu circulée » et « un passage à niveau peu fréquenté et non classé comme préoccupant », a précisé la direction régionale Rhône-Alpes Auvergne de Réseau ferré de France (RFF).

RFF a précisé que 216 passages à niveau sont, à ce jour, « considérés comme à traiter ou à aménager en priorité contre 364 en 2005 ». En moyenne, une centaine de passages voient leur signalisation améliorée chaque année (installation de feux à diodes, de feux sur potence, d’îlots séparateurs de sens, de mesures pour réduire la vitesse d’approche, etc.) Entre 2009 et 2010, 105 millions d’euros ont été investis par RFF, l’État et les collectivités territoriales pour supprimer ou améliorer des passages à niveau, selon RFF. Le gestionnaire du réseau voit dans ces aménagements l’une des causes de la baisse régulière des collisions depuis dix ans (238 en 2000 contre 110 en 2010). Une tendance observable également pour le nombre des tués passé de 51 en 2000 à 25 l’an passé. « À 98 %, ces accidents sont le résultat du non-respect du code de la route », observe-t-on à RFF : vitesse d’approche élevée des véhicules qui n’ont pas le temps de s’arrêter, passage de véhicule « en chicane » (entre les barrières fermées) ou encore non-respect d’un « Stop » à un passage dit « en croix de saint André » (sans barrière de sécurité).

(Source : Le Journal-de-Saône-et-Loire).

Posted in Rhône | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Paray – Lyon, une ligne archaïque

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Près de 20 % des trains express régionaux de la ligne Paray-Lyon arriveraient en retard d’après les chiffres officiels SNCF.

La faute à la voie, tellement vétuste, qu’elle impose « des ralentissements réguliers pour des raisons de sécurité, à tel point que parfois, il faut presque deux heures pour relier les deux villes, quand les trains peuvent rouler ». Les commentaires des usagers allaient bon train eux, lors de la dernière réunion du comité de ligne interrégional Paray-Lyon réuni en novembre dernier à Chauffailles. Avec un constat unanime : les travaux deviennent urgents. Le premier problème, c’est que rénover cette ligne a un coût : « 1 million d’euros du kilomètre » selon Romain Durand, représentant de Réseau Ferré de France. Le second problème, c’est que RFF, propriétaire des réseaux, n’a pas les moyens financiers. Aussi pour l’instant, si aucune date n’est fixée pour la rénovation de cette ligne, cette dernière pourrait s’inscrire dans le prochain contrat de projet (2014-2017) comme l’a demandé le député de la circonscription Jean-Marc Nesme. D’ici là, seuls les travaux d’entretien courant continueront d’être effectués.

(Source : Le Journal-de-Saône-et-Loire).

Posted in Bourgogne, Retards / Suppressions, Rhône | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Veolia va se retirer du secteur des transports

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Le patron de Veolia Environnement a confirmé le 6 décembre la vente « sans précipitation » de Veolia Transdev, sa filiale commune de transports publics avec la Caisse des dépôts. Des contacts avec des repreneurs sont déjà en cours. Objectif, désendetter le groupe et le recentrer sur ses trois autres métiers, eau, propreté, services énergétiques. Au total, Veola Environnement compte céder cinq milliards d’actifs d’ici à fin 2013.

Officiellement marié le 4 mars 2011, le couple Veolia Transdev divorce déjà. Dans un point presse organisé le 6 décembre 2011, Antoine Frérot a confirmé l’abandon de l’activité transport pour se « désendetter significativement et recentrer les activités du groupe sur trois métiers : l’eau, la propreté et l’energie« . La dette du groupe représente 15 milliards d’euros.

« Veolia n’est pas le mieux placé pour assurer un bel avenir à Veolia-Transdev« , a commenté le patron de Veolia Environnement. Pour rappel, le groupe avait finalisé l’opération de fusion de son activité transports publics avec Transdev de la Caisse des dépôts, mi-2011 pour devenir le géant des transports publics fort d’un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros.

« Nous avons revisité l’ensemble de nos activités et avons décidé de céder celles qui ne sont pas essentielles à notre transformation et à notre avenir, nous avons donc pris la décision stratégique de rechercher de nouveaux actionnaires pour l’activité transport« , a-t-il ajouté, observant que cette activité a « moins de synergies » avec ses autres métiers.

Quel repreneur ?

L’abandon par Veolia de son activité transport se fera « soit par vente, soit par dilution » progressive, et doit être effective d’ici à fin 2013, date à laquelle le groupe veut avoir terminé son recentrage.

Alors, qui pourrait racheter les 50% de parts détenus par Veolia? « Il y a trois types d’actionnaires qui peuvent être intéressés par cette activité : notre partenaire actuel, la Caisse des Dépôts (CDC), mais également des investisseurs financiers intéressés par l’activité transport voire même des investisseurs industriels« , a répondu laconiquement Antoine Frérot.
« Des premiers contacts ont déjà été pris« , a t-il ajouté, se refusant à citer lesquels. Keolis, le candidat malheureux quand la décision de fusionner Transdev avec Veolia a été prise en 2009 ? Ratp Dev qui avait aussi échoué à prendre les commandes de Transdev et avait décidé de vendre les 25% de parts que possédait la RATP dans Transdev ?
Avec une dette de près de 5 milliards, et un nouveau plan d’investissement en Ile-de-France de 1,8 milliards d’euros le morceau serait trop gros à avaler pour le groupe. Des Britanniques comme First qui n’a pas réussi à entrer en France par croissance externe ? Ou la CDC qui resterait seule aux manettes du géant des transports publics ?

(Source : mobilicites.com)

Posted in Veolia | Tagué: | Leave a Comment »

Grève aux VFD le 6 décembre : réseaux Transisère et TAG perturbés

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

La société de transports en commun VFD est impacté par une grève illimitée lancée le 5 décembre.

En conséquence certains services ne seront pas assurés mardi 6 décembre.

Transisère

Des courses sont supprimés sur les lignes 2990, 1980, 1981, 2900, 2960, 4110, 4600,  6020, 6060, 6070, 7140 et sur certaines lignes scolaires.

Télécharger la liste des services supprimés

Réseau TAG

  • Ligne 41 : la desserte vers Domène Les Bourelles n’est pas assurée. 1 bus toutes les 45 minutes environ entre 7h et 19h sur le reste de la ligne.
  • Navette Le Rabot : De 6h55 à 8h22 au départ du Rabot, un bus toutes les 30 minutes. De 16h15 à 20h30 au départ des Trois Dauphins, un bus toutes les 30 minutes. En dehors de ces horaires la navette Le Rabot ne circule pas.

Posted in Grèves, Isère | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :