ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Ligne Briançon – Paris : un comité pour sauver le train de nuit

Posted by ardsl sur 6 décembre 2011

Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, à Briançon, une poignée d’élus haut-alpins afin de lancer le comité de ligne Briançon-Paris.

Après la manifestation du conseil général, samedi 3 décembre, en gare de Veynes, les Hautes-Alpes passent au niveau supérieur. Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a invité, lundi 5 décembre, les grands chefs de file du département pour la création d’un comité de ligne Briançon – Paris, histoire de remettre sur les rails le transport ferroviaire. Sa situation, qui est jugée aujourd’hui critique, occupe sérieusement les esprits dans les rangs politiques.

Dans la petite salle de la mairie de Briançon, une poignée d’élus ont, pendant deux heures, au côté du sénateur, tenté de dessiner cette nouvelle arme de guerre : « Il ne s’agira pas d’un simple comité de défense. Mais du fer de lance des Hautes-Alpes pour maintenir le train de nuit », a annoncé d’emblée Pierre Bernard-Reymond.  » Il faut faire bloc et être fort vis-à-vis de Paris. »

Sentiments partagés par l’assemblée. Chantal Eyméoud, maire d’Embrun, Gérard Fromm, maire de Briançon ou encore Roger Didier, maire de Gap ont acquiescé, en souhaitant toutefois élargir le champ d’action du comité aux trains de jour, eux aussi touchés par les “problèmes” : « Il faut prendre le sujet dans sa globalité » a indiqué la maire d’Embrun.

Ce comité se réunira trois fois par an. Et défendra en priorité la fiabilité et les délais de réservation qui sont les problèmes prioritaires actuels. Car, d’après le sénateur, si les réservations ne sont pas possibles à long terme, « les touristes déserteront le train au profit de la voiture. La SNCF aura un argument tout trouvé pour le supprimer ». Pour sauver la ligne et la rendre attractive, le comité soumettra toutes ses idées à SNCF. « Et si elles ne sont pas viables, ils devront exactement nous expliquer pourquoi », affirme Pierre Bernard-Reymond.

Pour être efficace, le sénateur a proposé la création d’une association afin de bénéficier « d’un minimum de moyens. Nous devrons aussi nous tourner vers les collectivités territoriales. Si on veut créer un site, par exemple, il faut que quelqu’un s’en occupe ». L’assemblée a validé l’idée.

En plus des maires des principales villes et du conseiller général de Die – qui avait fait le déplacement depuis la Drôme -, le comité souhaiterait gonfler ses rangs des deux parlementaires haut-alpins (Joël Giraud et Henriette Martinez), des présidents de communautés de communes du Diois, du Val de Drôme, de l’Ubaye, et du maire de Barcelonnette.

De quoi faire « bloc » vis-à-vis de la direction générale de SNCF.

Lire aussi notre billet sur l’ouverture des réservations du train de nuit Paris – Briançon.

(Source : Le Dauphiné Libéré).

Publicités

2 Réponses to “Ligne Briançon – Paris : un comité pour sauver le train de nuit”

  1. Bernard said

    Ce monsieur a la fibre ferroviaire très développée, mais souvenons nous tout de même qu’il est toujours un ardent défenseur et promoteur de l’A51! Double langage?Et puis il veut impliquer dans son association tous les « décideurs » politiques ; mais les représentants des usagers et leurs associations , il ne connaît pas? A ce titre, en tant que membre d’un comité de ligne , j’ai remarqué que nombre d’élus de base ( maires, conseillers généraux, présidents de communautés de communes) on été régulièrement absents dans cette instance. Comme cela on règle les problèmes entre amis sans être ennuyés par ces râleurs d’usagers.

  2. Bonjour,
    J’ai participé lundi 5 décembre à Montgenèvre à une journée de réflexion sur les traversées Alpines.
    Les amis Rhône-Alpins étaient bien présents avec le Lyon-Turin, comme les amis de Provence-Alpes Côte d’Azur qui militent aussi pour la percée ferroviaire du Montgenèvre, parfait complément l’un de l’autre puisque ne concernant pas les mêmes trafics fret dont les camions croulent à Vintimille.
    Briançon-Paris n’est pas oublié, bien au contraire; Avec cette percée, la massif haut-alpin serait enfin désenclavé aussi bien pour les voyageurs que pour le fret, ce qui élargirait dans le même temps l’hinterland du port de Marseille (GPMM).
    Je joins le lien dont je suis le reporter du contenu : ;
    Très amicalement,
    Gilbert SOULET
    Cadre Honoraire SNCF
    Président de l’association NOSTER PACA sur les Transports.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :