ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Retour sur le comité de ligne Grenoble – Gap

Posted by ardsl sur 7 décembre 2011

Le comité de ligne Grenoble – Gap s’est réuni mardi 6 décembre à Pont-de-Claix.

Environ 70 personnes ont assisté à cette réunion présidée par le conseiller régional EÉLV Gérard Leras. La Région était également représentée par Frédéric Duchêne de la direction des transports. Pour le groupe SNCF, on notait les présences de la chargée de la ligne Brigitte Bachelard et de la chargée du service 2012 à la direction du TER Rhône-Alpes Blandine Lopez. RFF avait dépêché Damien Berlier et Romain Durand.

Le maire de Pont-de-Claix, Christophe Ferrari, a assisté au début de réunion avant de s’absenter pour participer à une commission transports du SMTC.

Ce comité de ligne faisait suite à celui du 27 octobre.

Gérard Leras a rappelé les efforts de la Région Rhône-Alpes pour la ligne Grenoble – Gap. La Région a demandé à RFF et SNCF de revoir leur copie pour le service 2012. Mais aucune solution ne peut être mise en oeuvre pour le 11 décembre (entrée en vigueur des nouveaux horaires).

Romain Durand (RFF) a expliqué que le nombre de trains pouvant circuler sur la ligne était limité. Les trains supprimés sont des navettes Clelles – Grenoble afin de ne pas pénaliser le trafic avec les Hautes-Alpes. Il a détaillé les autres raisons conduisant à la suppression du train arrivant à 8h12 à Grenoble. Il y a un conflit avec un sillon fret, un conflit avec le TER partant de Grenoble à 8h10 pour Gap, une saturation de la gare de Grenoble.

Par ailleurs, SNCF est confrontée à une pénurie de matériel en raison des retards dans la livraison et la mise en oeuvre du matériel tram train sur l’Ouest Lyonnais. Les X73500 doivent assurer l’intérim. De plus, il faut des X73500 pour remplacer les rames RRR utilisées autour de Roanne qui vont partir à la casse. En conséquence le matériel disponible pour la ligne Grenoble – Gap est réduit.

La CGT a souligné l’entretien à minima de ligne. Lors de la dernière fermeture de la ligne, les travaux n’ont pas été réalisés.

Robert Cuchet (association AGV) a demandé : « qu’est-ce qu’on attend pour améliorer la signalisation ? » Il a aussi demandé des nouvelles sur l’étude sur la signalisation. Gérard Leras a précisé que l’étude a été engagée avec un financement de la Région. Elle n’est pas terminée. Elle sera présentée en 2012.

Des usagers sont revenus sur le choix des trains supprimés. Romain Durand a précisé que la section Jarrie – Grenoble n’est pas soumise à une réglementation limitant le nombre de trains sur la ligne. Le problème se concentre sur la gare de Grenoble.

RFF n’a pas été en mesure d’avoir les traverses nécessaires pour les travaux. « 12M€ ont été investis sur cette ligne : on ne laisse pas pourrir la ligne« .

Concernant l’étude de signalisation, RFF a précisé qu’elle était en cours de relecture. Elle sera présentée en comité technique à la Région en janvier 2012.

Une usagère a dit craindre la mort de la ligne avec la diminution du nombre de trains.

Quentin Dietrich (usager) a affirmé que l’absence de la bifurcation de Veynes sur le tronc commun à Grenoble avec la ligne de Chambéry était le point noir qui bloque la ligne. Damien Berlier (RFF) a expliqué qu’il s’agissait d’un investissement prévu dans le cadre de la modernisation du sillon alpin sud. « Pour des problèmes de financement, on a dû faire des choix pour réduire l’enveloppe global et assurer les travaux« . Gérard Leras a évoqué l’explication donnée lors du comité de pilotage du sillon alpin sud. « Il fallait deux bifurcations, ce qui était compliqué et n’apparaissait pas comme la bonne solution. Au lieu d’une modification de la voie, une modification de la signalisation apparaissait comme une meilleure solution. » Cette explication a été acceptée par la Région Rhône-Alpes. Et Gérard Leras de poursuivre : « Il n’y avait pas de raisons financières données et ici RFF nous parle de raison financière !« . Selon Gérard Leras, l’absence de cette bifurcation pose problème tant pour la ligne Grenoble – Gap, que pour la ligne Grenoble – Chambéry. Sa réalisation améliorerait le service rendu sur les deux lignes. Son absence pénalise la régularité. Gérard Leras a avoué « s’être fait roulé sur ce sujet ! »

Une action symbolique est programmé vendredi 9 décembre, dernier jour de circulation du train arrivant à Grenoble à 8h12.

2 Réponses to “Retour sur le comité de ligne Grenoble – Gap”

  1. […] Récents Retour sur le comité de ligne Grenoble – Gap « ardsl dans RFF impose une diminution du nombre de trains circulant sur la ligne Grenoble […]

  2. […] Retour sur le comité de ligne Grenoble – Gap « ardsl Damien Berlier (RFF) a expliqué qu'il s'agissait d'un investissement prévu dans le cadre de la modernisation du sillon alpin sud. “Pour des problèmes de financement, on a dû faire des choix pour réduire l'enveloppe global et … Source: ardsl.wordpress.com […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :