ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 19 décembre 2011

SNCF contrainte de vendre des billets à tarifs réduits les jours de grand départ

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Le décret d’application sur les nouveaux tarifs de la SNCF a été publié au Journal Officiel. Il réserve quelques surprises.

SNCF ne pourra pas vendre au prix fort tous ses billets les jours de grand départ. L’État a décidé de graver dans le marbre un quota minimum de 10% pour les tarifs réduits applicable quel que soit le jour de l’année.

Les grandes lignes de ce nouveau principe tarifaire avaient été fixées l’été dernier, au cœur de l’été : l’État avait déplafonné les tarifs SNCF. Le 16 décembre, le décret est paru, précisant les modalités d’application de la décision gouvernementale. Il a de nombreuses conséquences pour les millions de Français qui voyagent sur le réseau grandes lignes (TGV, Teoz,…) SNCF.

1. Sur le prix des billets plein tarif

Le prix le plus élevé en seconde classe – plein tarif, donc -, ne peut désormais être supérieur à 1,5 fois le prix de base. Il sera intéressant de regarder l’évolution de ceux-ci quand SNCF rendra public son nouveau tarif, début janvier.

2. Sur les tarifs réduits

L’État avait annoncé cet été que SNCF avait l’obligation de vendre 50% de ses billets à un prix égal ou inférieur au tarif de base de la seconde. L’arrêté pose les précisions suivantes : 10% doivent être vendus en heure de pointe le week-end, « entre le vendredi 12h et le samedi 12h, et entre le dimanche 12h et le lundi 12h« . Le décret ne précise pas à quel moment elle devra les mettre en vente : les prévoyants seront sans doute toujours privilégiés. L’arrêté stipule en revanche que la proportion de tarifs réduits en période de pointe (10%, donc) devra être la même dans les Corail et dans les TGV : SNCF ne peut donc pas concentrer ses tarifs bradés sur les trains les moins remplis.

3. Sur le tarif spécial des cheminots

Point significatif, l’arrêté précise que toutes les nouvelles proportions (50% des billets au niveau ou en-dessous du tarif de base, et 10% des billets tarif réduit en heure de pointe) sont « hors facilités de circulation« , le tarif spécial dont bénéficient les cheminots. L’État exclue donc de subventionner les avantages en nature des cheminots, qui sont bien à la charge de SNCF.

4. Sur les tarifs sociaux

Comme annoncé cet été, les tarifs sociaux sont protégés. « Le prix réduit payé par les bénéficiaires des tarifs sociaux est calculé à partir d’une base tarifaire inférieure au tarif de base« . 40% des trains sur une semaine doivent être accessibles à un tarif social, 10% des trains le week-end.

5. Sur l’éclatement à venir des lignes de trains

Signe que l’État prépare la libéralisation du marché, une distinction est désormais faite entre « les services faisant l’objet d’une convention de service public » (Corail, Teoz, Lunéa…), et les « autres services nationaux » (le TGV). Les lignes à grande vitesse sont même divisées en dix grandes zones géographiques. Là encore, le quota de 10% devra être respecté pour chacune d’entre elles.

(Source : challenges.fr)

Posted in SNCF, Tarification | Tagué: | Leave a Comment »

La Région Rhône-Alpes demande à SNCF l’étude de tarifications sociales plus attractives pour les TER

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Alors que 145 000 Rhônalpins utilisent chaque jour le train, la politique tarifaire constitue un levier de développement important pour l’attractivité du service TER. En cohérence avec le Schéma régional des services de transport, qui vise à rendre les TER plus accessibles tant pour les jeunes et que pour les catégories sociales défavorisées, le Conseil régional a souhaité réétudier les réductions proposées aux usagers pour certaines tarifications sociales du service TER, suite à l’inscription d’un rapport à l’ordre du jour de la session à l’initiative du groupe Europe Écologie Les Verts (à lire ici) comme le prévoit le règlement intérieur.

Le groupe de travail TER réunissant les élus de tous les groupes politiques sera chargé, courant 2012, en lien avec la SNCF, d’en étudier la faisabilité et les impacts en vue d’une mise en oeuvre à l’horizon fin 2012. Les dispositifs concernés par cette révision tarifaire sont : 

  • « Illico solidaire ». Cette carte gratuite s’adresse aux publics touchés par le chômage, la précarité et le handicap. Elle ouvre droit à des réductions pour tous les trajets, dont les taux pourraient être amplifiés. 
  • « Illico Jeunes ». Les élus régionaux souhaitent rendre plus attractifs les trajets domicileétudes pour les jeunes Rhônalpins en formation et renforcer le droit de réduction pour les autres trajets.

Une nouvelle tarification sera également étudiée en direction des groupes de jeunes séjournant dans les centres de vacances de Rhône-Alpes dans le cadre du tourisme social.

Rapport adopté – détail des votes :

  • Pour : PSEA, EÉLV, FdG, PRG
  • Contre : FN, UDC.

Posted in Politique, Tarification | Tagué: , | Leave a Comment »

Projet LGV Paris – Orléans – Clermont – Lyon : Rhône-Alpes opte pour le tracé par Roanne, mais refuse de le financer

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Dans le cadre du débat public relatif au projet de ligne à grande vitesse (LGV) Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon (POCL), qui se déroule jusqu’au 31 janvier prochain, le Conseil régional a adopté le « cahier d’acteurs » qu’il porte au nom de 9 collectivités territoriales rhônalpines : les Départements de la Loire et du Rhône, le Grand Lyon, Saint-Étienne Métropole, et les Communautés d’agglomération Porte de l’Isère, du Pays Viennois, du Grand Roanne et de Loire Forez.

La Région Rhône-Alpes se positionne en faveur d’un tracé desservant Roanne de préférence à Mâcon permettant ainsi le développement des échanges vers l’Ouest de la France et notamment une liaison forte entre Lyon et Clermont-Ferrand, pour laquelle 3,4 millions d’habitants sont concernés. La desserte TGV de Saint-Étienne est également plébiscitée au titre du projet POCL, favorisant ainsi l’aménagement du territoire et un développement équilibré des services ferroviaires à grande vitesse.

Par ailleurs, le Conseil régional a réaffirmé la priorité donnée à la résolution de la saturation du noeud ferroviaire lyonnais, préalablement à la réalisation du POCL.

Enfin, le Conseil régional Rhône-Alpes a également pris acte de la déclaration des Présidents des cinq Régions traversées par le projet, renvoyant à l’Etat et à l’Europe, la responsabilité exclusive du financement de la LGV-POCL.

Rapport adopté – détail des votes :

  • Point 1 relatif au projet de cahier d’acteur rhônalpin : pour : PSEA, PRG, FN, UDC, 6 FdG ; abstention : 4 FdG ; contre : EÉLV.
  • Point 2 relatif à la position commune des présidents des 5 régions concernées : pour : PSEA, PRG, FN, FDG ; contre : UDC, EÉLV.

Posted in Politique | Tagué: | Leave a Comment »

Transversale Sud : le bug auquel les voyageurs ont échappé

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Nous publions l’article hallucinant publié le 19 décembre par Ville, Rail & Transports… Un article qui en dit long sur les dysfonctionnements majeurs qui affectent le réseau français, la programmation des travaux, la crise des sillons …

L’information en gare sur Bordeaux – Nice et Nice – Bordeaux aurait presque pu passer inaperçue. «Des informations contradictoires ont pu circuler concernant ces trains. Ceci est dû à des informations sur les travaux transmises tardivement et de façon imprécise par Réseau Ferré de France. […] RFF vient de nous confirmer la quasi-totalité des horaires, nous sommes donc en mesure de rouvrir les réservations. […] La circulation sur la ligne Nice – Bordeaux s’effectuera avec des temps de parcours allongés jusqu’à une heure au-delà de Carcassonne. » Surprenant, c’est le 8 décembre que cette information a été faite en gare pour évoquer les difficultés rencontrées sur l’offre Transversale Sud, entre Bordeaux et Nice. Trois « petits » jours seulement avant le changement de service. Dans le même temps, un « Tweet » s’est taillé un succès grand public. Le message électronique envoyé par Pierre Salviac, journaliste plus connu sur les terrains de rugby que dans les sphères ferroviaires : « 80 000 billets vendus en fin d’année pour des trains qui n’existent plus. On est dans la m…, me dit un proche du dossier. » Et si l’on était passé tout près d’un « bug » à grande échelle… C’est ce que nous confirme l’un des spécialistes du dossier en question : « changement d’horaires » à la SNCF. Retour aux sources d’une histoire édifiante. Dès l’été, la SNCF reçoit de RFF des réponses fermes pour confirmer ses demandes de sillons pour la Transversale Sud. Elle ouvre donc à la vente dès le 13 octobre, deux mois avant le 11 décembre, les trains à réservation obligatoire, soit les TGV et les Intercités. Mais le 20 novembre, moins de trois semaines avant le changement de service, RFF renvoie à la SNCF des sillons « actualisés ». Et cela concerne entre 16 000 et 20 000 places déjà achetées sur les trains à réservation obligatoire.
Une quinzaine de trains « grands parcours » sont directement concernés. Certains partent 40 minutes plus tôt de Bordeaux, certains ont des parcours limités, comme un TGV Bordeaux – Dijon qui s’arrête à Toulouse… Un train sur lequel, exemple parmi d’autres, 400 clients ont déjà réservé pour le 24 décembre. Directement concernées, beaucoup de familles, qui ont réservé pour les fêtes, en particulier autour des dates de Noël et du 31 décembre. Et si l’on prend en compte l’impact sur les TER, on peut considérer que cette « actualisation » impacte directement quelque 80 000 voyageurs.
En cause : de grands travaux de RVB, renouvellement voie et ballast. « Nous avons découvert cela un matin. C’est inimaginable. Cela s’est fait sans concertation. Aucun horairiste au monde ne sape le boulot à quelques jours d’un changement de service », tempête un responsable SNCF proche du dossier. D’autant plus que ces travaux sont connus depuis très longtemps… Prévus non loin d’Agen et de Castelnaudary, ils nécessitent des « suites rapides », sont programmés trois ans à l’avance, mobilisent quelque 300 personnes. Ils doivent d’ailleurs durer jusqu’au début de mars prochain…
C’est la « douche froide ». Et la panique, avec une pression maximale. Car il y a là tous les ingrédients pour rendre la situation explosive. Avec les très fortes périodes d’affluence que constituent les fêtes de fin d’année et le début janvier, sur cette Transversale Sud où se conjuguent pointe hebdomadaire et pointe de vacances. Sur des parcours dans des régions où existent déjà certaines contestations et où siègent de fortes personnalités, en Midi-Pyrénées avec Martin Malvy, en Aquitaine avec Alain Rousset, président de l’Association des régions de France, sans oublier en Languedoc et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sans parler des réservations sur tous les trains concernés qui ont été fermées à la vente, dès le 20 novembre, une fois « l’actualisation » parvenue. De quoi faire prendre le risque de mouvements sociaux de cheminots, placés face à une situation très complexe à expliquer à des clients désorientés… « Il y avait un risque majeur que tout explose, de faire un amalgame avec l’ensemble de la mise en place des nouveaux horaires 2012. On ne pouvait pas mettre plus d’alcool fort dans le verre… Pour les voyages jusqu’à la mi-janvier, nous étions vraiment coincés. Nous avons hurlé, c’est vite monté très haut, au niveau du ministère », souligne notre informateur. « Et nous avons dit : on ne pourra pas gérer ça. Il faut que ces trains roulent. » Dans un premier temps, du 25 novembre au 7 décembre, les trains en question sont donc réétudiés. Un par un. « Il fallait les faire partir à l’heure prévue, remettre les parcours dans leur totalité. Cela occasionnait jusqu’à 120 minutes de retard, des retards qui restaient théoriques, et par ricochet des retards pour tous les TER… ». Difficile, dans ce contexte, de faire des demi-mesures.
Le 7 décembre, la décision « ultime » est prise d’annuler les travaux prévus du 11 décembre à la mi-janvier, la période la plus critique. Soit quatre semaines de « GOP », grosses opérations programmées, désormais à reprogrammer « pour éviter une catastrophe généralisée ». Cela va avoir un coût considérable et il ne sera pas aisé de trouver un nouveau créneau pour bénéficier de ces suites rapides, réservées plusieurs années à l’avance pour les plus gros travaux ferroviaires.
Et puis, faute d’avoir eu le temps nécessaire pour refaire les graphiques de circulation de façon optimale, les 16 000 voyageurs des trains concernés mettront plus de temps que prévu initialement. Des « retards » pris en compte dans les « nouveaux » billets remis en vente, le 9 décembre, mais pas sur les anciens… Pas trop tard donc pour éviter le pire, même s’il y a eu « tout de même un bug majeur dans le processus. Ce n’est d’ailleurs pas le seul et c’est souvent lié au fait que les plages travaux ne sont pas assez actualisées. Cette fois, nous sommes passés à côté de la catastrophe majeure. »

Posted in Languedoc-Roussillon, Service 2012, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grèves SNCF : les perturbations prévues du lundi 19 décembre

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Divers mouvements locaux entraînent une réduction du trafic SNCF du lundi 19 décembre. Télécharger les informations pour les lignes impactées.

Le Puy – Firminy – St Etienne – Lyon

Le Puy – St-Etienne

Clermont – Noirétable – St Etienne

Roanne – St Etienne

Clermont – Roanne – Lyon

Lyon – Ambérieu

Posted in Grèves | Tagué: , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions, retards et perturbations constatés lundi 19 décembre

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Perturbations

Martigny – Saint-Gervais

La ligne du Mont-Blanc Express (Martigny – Saint-Gervais) est perturbée par les chutes de neige et de rochers.

Le trafic ferroviaire est interrompu entre Vallorcine et Le Châtelard en raison de la chute de 8m³ de rochers.

N’hésitez à nous transmettre vos informations en commentant ce billet. Merci d’avance.

Accident de personne à Échirolles sur la ligne Grenoble – Gap

Une femme est décédée, percutée par un train reliant Grenoble à Veynes au niveau d’un passage à niveau situé avenue d’Honhoue à Échirolles.

LGV

La vitesse est limitée à 220 km/h entre Valence et Mâcon sur la ligne à grande vitesse Sud-Est. Prévoyez des retards de 15 minutes pour l’ensemble des trains circulant dans ce secteur.

Train supprimé

  • TGV 9773 (Paris 12h11 – Genève 15h27) : supprimé entre Bellegarde et Genève. Les voyageurs empruntent la rame TGV 6887 afin de terminer leur parcours.

Retards

Retard indéterminé pour le TER 885613 (Grenoble 15h10  – Clelles 16h11) en raison d’un accident de personne.

1h45 de retard pour le TGV 9773 (Paris 12h11 – Genève 15h27) en raison d’une panne au départ nécessitant un changement de rame. Ce train est terminus Bellegarde. Les voyageurs empruntent la rame TGV 6887 afin de terminer leur parcours.

1h30 de retard pour :

  • le TGV 5312/3 (Nantes 7h05 – Marseille 13h14) en raison de la panne d’un TER près du Mans.
  • le TGV 5358/9 (Rennes 7h07 – Marseille 13h14) en raison de la panne d’un TER près du Mans.

1h15 de retard pour le TGV 9260 (Lausanne 6h22 – Paris 10h11). Ce TGV a heurté un obstacle à Yerres (Essonne) sur la Ligne à Grande Vitesse Sud-Est, ce qui nécessite des vérifications techniques. La circulation est interrompue dans ce secteur depuis 10h50. Ce train a aussi été retardé par un problème de signalisation causé par des conditions climatiques difficiles à Boujailles entre Frasne et Mouchard.

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 6610 (Part-Dieu 9h04 – Paris 11h03) en raison de l’interruption du trafic depuis 10h50 à Yerres.
  • le TER 17619 (Part-Dieu 13h14 – Grenoble 14h37) en raison de difficultés d’acheminement du personnel.
  • le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h45) en raison d’une panne à Tonerre (Yonne).

40 minutes de retard pour :

  • les TGV 6962/3 et 2944/5 (Annecy 7h31 – Paris 11h15) en raison de l’interruption du trafic depuis 10h50 à Yerres.
  • le TGV 5316/7 (Le Havre 7h54 – Marseille 14h18).
  • le TER 884509 (Bellegarde 10h09 – Évian 11h30).
  • le TER 884609 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55).
  • le TGV 9828/9 (Bruxelles 12h18 – Marseille 17h46).
  • le TGV 5028/9 (Lille Europe 13h03 – Marseille 17h46).
  • le TER 17696 (Grenoble 14h47 – Part-Dieu 16h16).

30 minutes de retard pour :

  • le TGV 6208 (Montpellier 10h24 – Paris 13h53) pour ralentissements sur la Ligne à Grande Vitesse Sud-Est. En raison de conditions climatiques difficiles, la vitesse est limitée à 220 km/h entre Valence et Mâcon par mesure de sécurité.
  • le TER 17982/3 (Part-Dieu 14h08 – Annecy 16h00).
25 minutes de retard pour :
  • le TGV 5016/7 (Nice 11h27 – Lille Europe 18h57) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9864/5 (Nice 11h27 – Bruxelles 19h42) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 96634/5 (Genève 9h59 – Valence 13h18).
  • le TER 883115 (Chambéry 10h38 – Bourg-Saint-Maurice 12h23) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

15 minutes de retard pour :

  • le car TER 49713 (Bourg-en-Bresse 10h26 – Ambérieu 11h05).
  • le TER 885668 (Gap 13h29 – Grenoble 15h43).
  • le TER 886826/7 (Part-Dieu 14h12 – Ambérieu 14h54).
  • le TER 884209 (Annecy 14h32 – Annemasse 15h27).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :