ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Transversale Sud : le bug auquel les voyageurs ont échappé

Posted by ardsl sur 19 décembre 2011

Nous publions l’article hallucinant publié le 19 décembre par Ville, Rail & Transports… Un article qui en dit long sur les dysfonctionnements majeurs qui affectent le réseau français, la programmation des travaux, la crise des sillons …

L’information en gare sur Bordeaux – Nice et Nice – Bordeaux aurait presque pu passer inaperçue. «Des informations contradictoires ont pu circuler concernant ces trains. Ceci est dû à des informations sur les travaux transmises tardivement et de façon imprécise par Réseau Ferré de France. […] RFF vient de nous confirmer la quasi-totalité des horaires, nous sommes donc en mesure de rouvrir les réservations. […] La circulation sur la ligne Nice – Bordeaux s’effectuera avec des temps de parcours allongés jusqu’à une heure au-delà de Carcassonne. » Surprenant, c’est le 8 décembre que cette information a été faite en gare pour évoquer les difficultés rencontrées sur l’offre Transversale Sud, entre Bordeaux et Nice. Trois « petits » jours seulement avant le changement de service. Dans le même temps, un « Tweet » s’est taillé un succès grand public. Le message électronique envoyé par Pierre Salviac, journaliste plus connu sur les terrains de rugby que dans les sphères ferroviaires : « 80 000 billets vendus en fin d’année pour des trains qui n’existent plus. On est dans la m…, me dit un proche du dossier. » Et si l’on était passé tout près d’un « bug » à grande échelle… C’est ce que nous confirme l’un des spécialistes du dossier en question : « changement d’horaires » à la SNCF. Retour aux sources d’une histoire édifiante. Dès l’été, la SNCF reçoit de RFF des réponses fermes pour confirmer ses demandes de sillons pour la Transversale Sud. Elle ouvre donc à la vente dès le 13 octobre, deux mois avant le 11 décembre, les trains à réservation obligatoire, soit les TGV et les Intercités. Mais le 20 novembre, moins de trois semaines avant le changement de service, RFF renvoie à la SNCF des sillons « actualisés ». Et cela concerne entre 16 000 et 20 000 places déjà achetées sur les trains à réservation obligatoire.
Une quinzaine de trains « grands parcours » sont directement concernés. Certains partent 40 minutes plus tôt de Bordeaux, certains ont des parcours limités, comme un TGV Bordeaux – Dijon qui s’arrête à Toulouse… Un train sur lequel, exemple parmi d’autres, 400 clients ont déjà réservé pour le 24 décembre. Directement concernées, beaucoup de familles, qui ont réservé pour les fêtes, en particulier autour des dates de Noël et du 31 décembre. Et si l’on prend en compte l’impact sur les TER, on peut considérer que cette « actualisation » impacte directement quelque 80 000 voyageurs.
En cause : de grands travaux de RVB, renouvellement voie et ballast. « Nous avons découvert cela un matin. C’est inimaginable. Cela s’est fait sans concertation. Aucun horairiste au monde ne sape le boulot à quelques jours d’un changement de service », tempête un responsable SNCF proche du dossier. D’autant plus que ces travaux sont connus depuis très longtemps… Prévus non loin d’Agen et de Castelnaudary, ils nécessitent des « suites rapides », sont programmés trois ans à l’avance, mobilisent quelque 300 personnes. Ils doivent d’ailleurs durer jusqu’au début de mars prochain…
C’est la « douche froide ». Et la panique, avec une pression maximale. Car il y a là tous les ingrédients pour rendre la situation explosive. Avec les très fortes périodes d’affluence que constituent les fêtes de fin d’année et le début janvier, sur cette Transversale Sud où se conjuguent pointe hebdomadaire et pointe de vacances. Sur des parcours dans des régions où existent déjà certaines contestations et où siègent de fortes personnalités, en Midi-Pyrénées avec Martin Malvy, en Aquitaine avec Alain Rousset, président de l’Association des régions de France, sans oublier en Languedoc et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sans parler des réservations sur tous les trains concernés qui ont été fermées à la vente, dès le 20 novembre, une fois « l’actualisation » parvenue. De quoi faire prendre le risque de mouvements sociaux de cheminots, placés face à une situation très complexe à expliquer à des clients désorientés… « Il y avait un risque majeur que tout explose, de faire un amalgame avec l’ensemble de la mise en place des nouveaux horaires 2012. On ne pouvait pas mettre plus d’alcool fort dans le verre… Pour les voyages jusqu’à la mi-janvier, nous étions vraiment coincés. Nous avons hurlé, c’est vite monté très haut, au niveau du ministère », souligne notre informateur. « Et nous avons dit : on ne pourra pas gérer ça. Il faut que ces trains roulent. » Dans un premier temps, du 25 novembre au 7 décembre, les trains en question sont donc réétudiés. Un par un. « Il fallait les faire partir à l’heure prévue, remettre les parcours dans leur totalité. Cela occasionnait jusqu’à 120 minutes de retard, des retards qui restaient théoriques, et par ricochet des retards pour tous les TER… ». Difficile, dans ce contexte, de faire des demi-mesures.
Le 7 décembre, la décision « ultime » est prise d’annuler les travaux prévus du 11 décembre à la mi-janvier, la période la plus critique. Soit quatre semaines de « GOP », grosses opérations programmées, désormais à reprogrammer « pour éviter une catastrophe généralisée ». Cela va avoir un coût considérable et il ne sera pas aisé de trouver un nouveau créneau pour bénéficier de ces suites rapides, réservées plusieurs années à l’avance pour les plus gros travaux ferroviaires.
Et puis, faute d’avoir eu le temps nécessaire pour refaire les graphiques de circulation de façon optimale, les 16 000 voyageurs des trains concernés mettront plus de temps que prévu initialement. Des « retards » pris en compte dans les « nouveaux » billets remis en vente, le 9 décembre, mais pas sur les anciens… Pas trop tard donc pour éviter le pire, même s’il y a eu « tout de même un bug majeur dans le processus. Ce n’est d’ailleurs pas le seul et c’est souvent lié au fait que les plages travaux ne sont pas assez actualisées. Cette fois, nous sommes passés à côté de la catastrophe majeure. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :