ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

SNCF : Josiane Beaud, la forte tête du rail

Posted by ardsl sur 24 décembre 2011

Josiane Beaud, directrice Rhône-Alpes SNCF

Critiquée pour son manque de dialogue et son autoritarisme, la directrice régionale SNCF doit faire face à plusieurs fronts. Droite dans ses bottes, Josiane Beaud répond. Et réplique.

D’autres vacilleraient sérieusement à sa place. Pas Josiane Beaud. Coiffure stricte et posture droite, la directrice SNCF de la région Rhône-Alpes tient bon le cap. «Je suis très sereine», ose-t-elle même. En poste depuis 2009, Josiane Beaud n’est pourtant pas épargnée. Sa personnalité cristallise les tensions, très fortes en ce moment à SNCF. Organisations syndicales, associations d’usagers et même élus politiques : pas facile ces jours-ci de trouver des voix pour soutenir la présidente à la poigne de fer. Le terme «autoritaire» colle à sa carrière dans les hautes sphères de la fonction publique, tour à tour magistrate, sous-préfète, directrice générale des services du Grand Lyon, directrice des transports en commun marseillais et enfin directrice de quatre régions SNCF.

Pour le délégué Sud-Rail Sébastien Gillet, la directrice régionale est «braquée». «Elle a la volonté de passer en force dans les dossiers. Lors des comités d’établissement, ce n’est pas du dialogue, mais du monologue. Nous n’avons aucune marge pour discuter. Et si l’on est pas d’accord avec ses positions, elle est capable de mettre quelqu’un minable devant tout le monde». Très crainte, certains l’affublent même de doux surnoms comme « Adolf » ou « Staline« , dans les couloirs SNCF. «Les attaques personnelles, c’est quand on n’a plus rien à dire sur le fonds des dossiers. Et puis il faudrait que certains fassent attention, j’ai le recours facile et un bon avocat», prévient Josiane Beaud.

Tout s’est envenimé depuis la rentrée, avec la mise en place dans l’Ouest lyonnais d’une ligne sans contrôleur dans les rames, mais simplement avec la présence d’un conducteur à bord. Le dossier «agent seul» est devenu explosif au fil des jours. Des agents se sont mis en grève, Sud-Rail a attaqué SNCF au tribunal de grande instance de Lyon, les groupes politiques de la majorité du Conseil régional se sont publiquement émus à plusieurs reprises, l’inspection du Travail a envoyé des courriers à la direction SNCF…

Pendant la tempête, Josiane Beaud n’est pas restée à l’abri dans son bureau, s’impliquant personnellement sur tous les fronts. La directrice est allée jusqu’à envoyer des courriers signés de sa main au domicile d’agents en grève pour leur faire savoir que leur droit de retrait n’avait, selon elle, «aucun fondement». Et menacer ces salariés de «poursuites disciplinaires». «Josiane Beaud est quelqu’un qui va au contact. Elle n’est pas langue de bois, et son franc-parler était très apprécié au départ. Après, c’est sûr que son tempérament peut choquer», affirme l’un de ses anciens collaborateurs.

À la tête d’une région «grande comme la Suisse», Josiane Beaud a d’autres priorités de que justifier son tempérament et sa communication. «Je ne me préoccupe uniquement de l’intérêt général des usagers et d’assurer un service public. Quand j’ai décidé qu’un projet était bon, il ne faut pas compter sur moi pour revenir en arrière. Si c’est ça être autoritaire, alors je le suis», balaie-t-elle, agacée.

Son manque de dialogue ? Elle prend l’exemple du conflit qui perturbe le trafic stéphanois depuis plusieurs mois. Début décembre, les syndicats Sud-Rail et la CGT ont boycotté une table ronde d’urgence qu’ils avaient pourtant réclamée, au motif que des organisations non-grévistes étaient également conviées. «Nous tendons des perches aux syndicats en acceptant cette concertation bien qu’ils soient en grève, et ils ne viennent pas. Que voulez-vous faire ? Quand on m’attaque, je ne me base pas sur des «on dit», mais sur des faits», claque Josiane Beaud, qui dénonce un environnement plein de «manipulations» et «d’interférence».

Elle vise là clairement l’association de défense des usagers Adula. Son animateur invite les voyageurs excédés par les grèves à envoyer doléances et notes de frais directement à l’adresse mail de la directrice. «Appeler à saturer ma boîte mail, ce n’est pas une méthode propre», réagit Josiane Beaud. Quant aux élus du Conseil régional qui s’immiscent dans la vie de SNCF, elle les renvoie dans leurs cordes, forte du soutien appuyé de Jean-Jack Queyranne, le président de la Région Rhône-Alpes. «Mon interlocuteur, c’est l’exécutif, pas Pierre, Paul ou Jacques». En ce début de semaine, l’emploi du temps de Josiane Beaud était surchargé, à cause notamment du changement d’horaires géant initié dimanche 11 décembre. Son entourage la dit «fatiguée». Pourtant, elle n’en laisse rien paraître. Un sacré bout de bonne femme.

 (Source : Tribune de Lyon).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :