ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 5 janvier 2012

Les Navibus de la CGN déroutés sur Évian

Posted by ardsl sur 5 janvier 2012

Les navettes rapides, qui assurent la liaison lacustre Lausanne-Thonon, ont été déroutées sur le port d’Évian ce jeudi 5 janvier en fin d’après-midi, en raison des fortes rafales de vent qui soufflaient sur le Léman.

Plus légers et donc moins stables sur des eaux déchaînées, les Navibus ont emboîté le pas des bateaux de plus gros gabarit affectés à la desserte Lausanne-Évian. « Nous sommes restés dans leur sillage », expliquait un passager, qui rapportait avoir été particulièrement secoué : « nous étions tous livides ».

À terre, des navettes routières ont été mises en place pour acheminer les usagers vers Thonon.

(Avec ledauphine.com).

Posted in CGN, Chablais, Vaud | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés jeudi 5 janvier

Posted by ardsl sur 5 janvier 2012

En raison de fortes chutes de neige, la circulation des trains a été très perturbée sur la ligne Chamonix – Argentière – Montroc – Vallorcine.

En raison d’une panne à Gières, le trafic ferroviaire du sillon alpin a été perturbé.

Trains supprimés

  • TER 18907 (Saint-Gervais 9h06 – Vallorcine 10h25) : limité à Argentière.
  • TER 18912 (Vallorcine 10h35 – Chamonix 11h07) : supprimé entre Vallorcine et Argentière.
  • TER 18909 (Saint-Gervais 10h06 – Vallorcine 11h25) : limité à Argentière.
  • TER 18914 (Vallorcine 11h35 – Saint-Gervais 12h54) : supprimé entre Vallorcine et Argentière.
  • TER 18935 (Chamonix 11h20 – Vallorcine 11h57).
  • TER 18934 (Vallorcine 12h04 – Chamonix 12h39).
  • TER 18911 (Chamonix 11h51 – Vallorcine 12h25) : limité aux Tines.
  • TER 18916 (Vallorcine 12h35 -Saint-Gervais 13h54) : supprimé entre Vallorcine et Les Tines.
  • TER 18913 (Saint-Gervais 12h06 – Vallorcine 13h25) : limité à Chamonix.
  • TER 18918 (Vallorcine 13h35 – Saint-Gervais 14h54) : supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18915 (Saint-Gervais 13h06 – Vallorcine 14h25) : limité à Chamonix.
  • TER 18920 (Vallorcine 14h35 – Chamonix 15h07).
  • TER 18917 (Saint-Gervais 14h06 – Vallorcine 15h25) : limité à Chamonix.
  • TER 18922 (Vallorcine 15h35 – Saint-Gervais 16h54) : supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18919 (Chamonix 15h51 – Vallorcine 16h25).
  • TER 18924 (Vallorcine 16h35 – Sain-Gervais 17h54) supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18937 (Chamonix 16h20 – Vallorcine 16h57).
  • TER 18936 (Vallorcine 17h04 – Chamonix 17h39).
  • TER 18921 (Saint-Gervais 16h06 – Vallorcine 17h25) limité à Chamonix.
  • TER 18926 (Vallorcine 17h35 – Saint-Gervais 18h54) supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18923 (Saint-Gervais 17h06 – Vallorcine 18h25) limité à Chamonix.
  • TER 18928 (Vallorcine 18h35 – Saint-Gervais 19h54) supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18927 (Saint-Gervais 18h06 – Vallorcine 19h25) limité à Chamonix.
  • TER 18930 (Vallorcine 19h35 – Saint-Gervais 20h54) supprimé entre Vallorcine et Chamonix.
  • TER 18929 (Saint-Gervais 19h06 – Vallorcine 20h25) limité à Chamonix.
  • TER 18932 (Vallorcine 20h35 – Chamonix 21h07).
  • TER 18933 (Saint-Gervais 21h06 – Chamonix 21h47).
  • TER 17721 (Part-Dieu 15h20 – Marseille 18h54) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 17540/1 (Annecy 18h38 – Valence 21h46) : supprimé entre Grenoble et Valence.
  • TER 17598/9 (Valence 22h14 – Grenoble 23h29) en raison de la panne d’un autre train. Mise en place d’un car de remplacement.

Trains et cars retardés

Retards non communiqués pour :

  • le TER 17540/1 (Annecy 18h38 – Grenoble 20h27).
  • le TER 96648/9 (Genève 18h42 – Grenoble 21h02).
  • le TER 883768/9 (Chambéry 18h58 – Saint-Marcellin 20h56).

1h45 de retard pour le TER 883772/3 (Chambéry 19h24 – Grenoble 20h23).

1h30 de retard pour :

  • le TGV 9580/1 (Strasbourg 16h16 – Marseille 21h46) en raison de vents violents dans la région de Strasbourg. Des obstacles sont tombés sur les voies à hauteur de Ribeauvillé.
  • le TGV 6880/1 (Toulouse 17h42 – Part-Dieu 21h54) en raison de vents violents, un arbre est tombé sur les voies à Courson. La circulation a repris normalement depuis 19h30.
  • le TER 885680 (Gap 19h30 – Grenoble 21h47).

1h15 de retard pour :

  • le TGV 6876 (Nice 17h27 – Dijon 23h40) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17544/5 (Annecy 19h37 – Grenoble 21h27) en raison de la panne d’un autre train à Gières.
  • le Lunéa 5596/7 (Saint-Gervais 20h13 – Paris 6h18) en raison de la présence d’un arbre sur la voie entre Saint-Gervais et Sallanches.
  • le TER 17644 (Grenoble 21h24 – Part-Dieu 22h46).

1h de retard pour :

  • le TER 886618 (Part-Dieu 17h12 – Roanne 18h30).
  • le TER 96518/9 (Part-Dieu 17h38 – Saint-Gervais 20h57) en raison de la présence d’un arbre sur la voie entre Saint-Gervais et Sallanches.

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 5314/5 (Toulouse 16h50 – Part-Dieu 20h50) en raison de vents violents, un arbre est tombé sur les voies à Courson. La circulation s’effectue en alternance sur une seule voie depuis 19h00.
  • le TER 18533 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h45).

40 minutes de retard pour :

  • le TER 18542 (Bourg-Saint-Maurice 15h10 – Part-Dieu 18h20) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 5376/7 (Marseille 15h42 – Le Havre 22h01) en raison d’un obstacle sur ou aux abords de la voie.
  • le TET 4416/7 (Tours 16h16 – Part-Dieu 20h20) en raison d’une collision avec un animal.

33 minutes de retard pour le TER 886734/5 (Ambérieu 16h08 – Saint-Étienne 17h42).

30 minutes de retard pour :

  • le TER 895836 (Belfort 13h36 – Part-Dieu 17h26).
  • le TER 875718/9 (Clermont-Ferrand 17h56 – Part-Dieu 20h20).
  • le TGV 5122/3 (Lille Europe 18h26 – Grenoble 22h56).
  • le TER 884682 (Saint-Gervais 20h03 – Annemasse 21h09).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 17761 (Bercy 13h38 – Part-Dieu 18h40).
  • le TER 886133 (Perrache 15h40 – Valence 16h52) en raison de l’affluence.
  • le TER 886848/9 (Saint-Étienne 17h50 – Ambérieu 19h26) en raison de la réutilisation de la rame du 886734/5.
  • le TGV 5124/5 (Lille Europe 18h26 – Marseille 23h16).

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h24).
  • le TER 883382 (Modane 16h26 – Chambéry 17h45) en raison de la neige.
  • le TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h11).
  • le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Part-Dieu 23h14) en raison de vents violents dans la région de Strasbourg. Des obstacles sont tombés sur les voies à hauteur de Ribeauvillé.
  • le TER 884639 (Bellegarde 20h09 – Saint-Gervais 21h57) en raison de la présence d’un arbre sur la voie entre Saint-Gervais et Sallanches.

15 minutes de retard pour :

  • le car TER 49850 (Modane 14h30 – Chambéry 16h45).
  • le TER 884670 (Saint-Gervais 16h03 – Bellegarde 17h51).
  • le TER 883325 (Chambéry 16h16 – Modane 17h32).
  • le TER 886189 (Valence 17h04 – Avignon 18h30) en raison de la réutilisation de la rame du 886133.
  • le TER 889962 (Saint-Étienne 17h11 – Le Puy 18h42).
  • le TER 17592/3 (Valence 19h14 – Annecy 22h22).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Pour Vincent Kaufmann : « les Genevois ont de bonnes raisons de grogner contre les TPG »

Posted by ardsl sur 5 janvier 2012

Spécialiste de la mobilité, le professeur Vincent Kaufmann de l’ÉPFL démolit les choix des TPG et de Michèle Künzler.

Inauguré le 11 décembre dernier, le nouveau réseau arrange mieux les TPG, mais il convient beaucoup moins à l’usager, selon Vincent Kaufmann, professeur de sociologie urbaine et de mobilité à l’ÉPFL. Interview.

Vincent Kaufmann, le nouveau réseau des TPG a provoqué un véritable big bang. En tant qu’usager, comprenez-vous la colère des Genevois ?

Je la comprends très bien. La politique des TPG est complètement erratique. En quinze ans, ils ont fait une chose et son contraire. Là, on est passé du réseau «constellation» au réseau consternation… Avant, la plupart des quartiers avaient un accès direct à la gare et au centre-ville sans que les usagers aient besoin de changer de véhicule. On pouvait ainsi, depuis Bernex, rejoindre la gare, grâce à la ligne 19, ou le centre-ville, grâce à la ligne 2. Chaque axe important a besoin d’au moins deux lignes pour offrir un minimum de correspondances.

On en est loin aujourd’hui…

C’est même tout le contraire. Les TPG se sont en quelque sorte reniés parce qu’ils n’arrivaient plus à exploiter leur réseau. Par exemple, les trams 14 et 16 se rejoignaient à la Coulouvrenière. Normalement, ils devaient s’alterner mais comme ils ne tenaient souvent pas leurs horaires, il y avait parfois plusieurs 16 les uns derrière les autres. Le système était difficile à gérer mais il était meilleur pour l’usager. Maintenant, on a fait un système qui arrange mieux les TPG au niveau de l’exploitation, mais qui convient beaucoup moins à l’usager. Ce dernier doit multiplier les changements de véhicule.

Le nouveau système semble avoir été conçu avant tout par des techniciens…

Oui, on se trouve dans une logique d’ingénieur pure, une logique technocratique. Ce qui me fascine, c’est que pratiquement tous les acteurs se sont prononcés contre ce changement. Le Grand Conseil et les communes étaient très divisés, les associations d’usagers, comme l’ATE et la Citrap, ont émis de grosses réserves. Mais on n’a pas tenu compte de ces remarques. Moi-même, comme d’autres, j’ai fait part de mes réticences à Mme Künzler. Elle les a balayées. La réponse a été : de toute façon, on fera ce changement. Les TPG comptent sur le fait que la colère des usagers va retomber dans deux mois mais je pense qu’elle ne retombera pas.

Pourquoi ne s’habitueraient-ils pas au nouveau système ?

Parce que les conditions dans lesquelles on leur demande de changer de véhicule sont hallucinantes. Pour que ce système marche, il faut que les transbordements puissent se faire de quai à quai. Vous sortez d’un véhicule et, au même endroit, vous montez dans un autre. Si vous devez traverser un carrefour et un flux d’automobiles comme à Genève, vous ne le faites pas. Ou ça vous pousse à des comportements téméraires et dangereux. À Genève, aujourd’hui, il n’y a quasi pas de transbordement correct ! Comment un usager pourrait-il préférer changer deux fois de correspondance en traversant un flux de voitures plutôt que d’emprunter une ligne directe ?

Les conditions du changement ne sont donc pas maîtrisées ?

On est passé d’un réseau offrant de nombreuses liaisons directes à un réseau de lignes plus fréquentes mais nécessitant davantage de changements. Or, à partir du moment où l’on changeait de concept, il fallait repenser non seulement le réseau, mais aussi les lieux où l’on changeait de véhicule. Ce qui n’a pas été fait. Les TPG usent d’un artifice assez amusant mais foireux pour nous convaincre que tout va bien : le tram, c’est comme le métro. On ne peut pas faire ce raccourci. Le métro est beaucoup plus rapide, la fréquence est plus élevée, on est à l’abri et les transbordements se font souvent de quai à quai. Dans les réseaux récents, on est sécurisé, chauffé, il n’y a pas de carrefour à traverser. On ne peut pas comparer.

Alors pourquoi le pouvoir politique a-t-il soutenu ce changement ?

Je comprends que les TPG tentent de rationaliser leur exploitation, mais je ne comprends pas que Michèle Künzler et le Conseil d’État les suivent. Je trouve ça curieux.

Quel effet sur les plus vulnérables, comme les enfants ?

L’effet est important car les clients vulnérables sont beaucoup plus nombreux qu’on le dit sur le réseau TPG. Une population non négligeable qui en plus est grande utilisatrice de transports en commun ! Je connais des gens qui n’envoient plus leur gamin de 10 ans seul à une activité extrascolaire parce qu’il doit changer de tram à la gare Cornavin. Qui peut assurer à ses parents que, pour un enfant, il n’est pas dangereux de changer de véhicule à cet endroit-là ?

On a toujours dit qu’il fallait éviter les transbordements; ce principe n’est-il plus valable ?

Il est toujours valable. Dans les études que nous avons menées dans les années 90 à Genève, on constatait que la fréquentation chute lors du premier changement de véhicule. Alors que cette fréquentation est de 26% lorsque la ligne entre le domicile et le travail est directe, elle tombe à 14% avec un transbordement. Et à partir de deux changements, il n’y a presque plus personne. Pourtant, les constatations faites à Grenoble ne donnent pas les mêmes résultats. Dans cette ville, tout le système a été conçu pour que les transbordements se fassent de quai à quai. Il y a eu là un vrai travail d’urbanisme.

Donc, la grogne des Genevois vous paraît légitime ?

Oui, pour une fois, ils ont de bonnes raisons de grogner. Le nouveau réseau est mal conçu, c’est objectif. Le discours qui consiste à dire : les Genevois râlent dès qu’on change quelque chose, n’est dans ce cas pas justifiable. Aujourd’hui, nous n’avons ni le système en étoile ni les transbordements de quai à quai… Pendant dix ans, les défenseurs des TPG se sont battus pour obtenir la ligne de tram 13 (Carouge-Cornavin-Nations); ça a même été la grande bataille des transports des années 90. Et maintenant on la démantèle ! On sait qu’à Genève, le problème c’est le passage d’une rive à l’autre. Or on supprime deux lignes de tram (13 et 16) qui assurent précisément ce passage. Ce sont des signes qui laissent penser que les transports et les espaces publics sont mal gérés. C’est un problème de gouvernance. Il y a des luttes intestines, une fragmentation dans le processus de décision, un manque de vision d’ensemble.

Comprenez-vous l’augmentation des tarifs dans ces conditions ?

Oui, si l’offre était bonne. Mais là, le contrat est rompu. Les TPG s’engagent à transporter les usagers de manière relativement confortable, avec des horaires qui sont respectés… Or, ce n’est pas le cas. Ce n’est pas un réseau digne d’une agglomération d’un million d’habitants. On a raisonné petit. Il y a un manque de courage politique. Je pense que sans ligne de tram Rive-Cornavin qui traverse le pont du Mont-Blanc, on ne peut pas avoir de réseau performant.

(Source : La Tribune de Genève).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Éric Fournier : « nous voulons à travers la dynamisation du transport ferroviaire montrer qu’il est possible d’avoir un tourisme respecteux de l’environnement »

Posted by ardsl sur 5 janvier 2012

Le maire de Chamonix, Éric Fournier

Éric Fournier (Nouveau Centre), maire de Chamonix, président de la communauté de communes de Chamonix et conseiller régional était l’invité de la rédaction de France Bleu Pays de Savoie jeudi 5 janvier à 7h16.

Nous avons retranscrit l’entretien.

France Bleu Pays de Savoie : L’accord signé hier entre la SNCF et les Suisses sur l’exploitation de cette ligne du Mont-Blanc Express va-t-elle dans le bon sens pour vous ?

Éric Fournier : « Ah pour nous résolument la venue hier de Guillaume Pépy, le président de la SNCF est une très bonne nouvelle. Sa signature avec TMR, l’exploitant suisse renforce l’intérêt que nous portons au développement de cette ligne ferroviaire. Vous le savez la vallée de Chamonix est engagée dans un plan climat, c’est le premier plan climat des zones de montagne. Nous participons également activement au plan de protection de l’atmosphère et nous voulons à travers cette dynamisation du transport ferroviaire, que nous avons déjà engagée, montrer qu’il est possible d’avoir un tourisme respectueux demain de l’environnement et des grandes masses touristiques que constituent nos sites du pays du Mont-Blanc. »

D’après vous est-ce qu’il faut aller encore plus loin ? Dans le journal de 6h, on était avec Monsieur Christian Monteil, le président du Conseil général de la Haute-Savoie qui nous parlait d’un TGV régulier pour desservir les vallées du Chablais et de Chamonix.

« C’est une demande qui est déjà ancienne et que nous relayons pleinement avec l’ensemble des maires de station. »

Pourquoi ?

« En matière d’attractivité touristique et demain encore plus qu’aujourd’hui, il sera nécessaire de proposer à nos hôtes touristiques et il faut également penser à nos vallées qui sont également industrielles des dessertes de qualité sur le plan ferroviaire. L’évolution du coût des matières pétrolières, des coûts du transport nécessite que nous ayons ces capacités. Raisonner sur le ferroviaire, c’est relativement long. Il nous faut prévoir dès maintenant les améliorations en matière d’infrastructure qui seront nécessaires. Alors on parle beaucoup du CEVA. Mais CEVA, ça n’est pas suffisant pour la Haute-Savoie. Il faut absolument que maintenant nous ayons dans la vallée de l’Arve et dans le Chablais – et cette vallée de l’Arve a été un petit peu trop laissée pour compte sur ce sujet – des améliorations d’infrastructure en attendant la mise en oeuvre d’un TGV régulier. J’ai bien entendu effectivement les propos échangés avec Guillaume Pépy. »

Alors qu’a-t-il dit justement Guillaume Pépy sur cette demande ?

« Il est prêt à réévaluer les besoins et à relancer les études avec un accord et une contribution éventuelle des collectivités et du Conseil général. Donc ça c’est une bonne nouvelle également. Je crois qu’il nous faut raisonner sur la partie très symbolique du haut de vallée Saint-Gervais – Vallorcine sans oublier la desserte qui peut s’effectuer dans nos vallées et tout au long de la vallée de l’Arve jusqu’à Genève. »

Plus près de nous, Éric Fournier, les travaux de modernisation de la ligne justement du Mont-Blanc Express commencent au printemps. On en est où du financement ? On parle du bouclage aujourd’hui.

« Nous avons une réunion de comité de pilotage aujourd’hui à Chambéry avec l’ensemble des partenaires. Nous avons bon espoir. Nous sommes en phase pour faire des propositions permettant de boucler ce financement et d’engager ces travaux qui doivent commencer comme vous l’avez dit dès le mois d’avril. »

La part de Réseau Ferré de France qui au départ avait dit qu’il rénoverait dans le cadre d’Annecy 2018, puis finalement s’était désengagé, puis finalement revient.

« C’est l’objet du débat. Nous avons à faire comprendre à Réseau Ferré de France que l’engagement des collectivités ne vaut que s’il suit ces problématiques et ces investissements. »

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF prévoit plus de chiffre d’affaires et moins de cheminots

Posted by ardsl sur 5 janvier 2012

Fin 2012, SNCF comptera moins de 150000 cheminots. Du jamais vu depuis sa création. Guillaune Pépy, son président, prévoit par ailleurs une croissance du chiffre d’affaires supérieure à 5%.

Guillaume Pépy, président de SNCF, a présenté à ses administrateurs le 22 décembre ses objectifs pour 2012. L’entreprise publique prévoit une hausse de son chiffre d’affaires de 5,1% à 34,2 milliards d’euros. L’encours de la dette sera, elle aussi en hausse, à 9,1 milliards (contre 8,8 milliards fin 2011). Le résultat opérationnel, lui, devrait baisser légèrement, pour tout juste dépasser le milliard d’euros (1,2 milliard d’euros fin 2011).

La branche Voyages devrait souffrir en 2012 : le groupe prévoit « un impact massivement négatif des nouveaux horaires et des travaux sur le réseau sur la performance de l’activité TGV domestique (-83 millions d’euros de marge opérationnelle)« .

Des effectifs en très légère baisse

SNCF considère par ailleurs la hausse de 1,5 point de TVA le 3 janvier entrainera une baisse de 53 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice, et craint un risque de dégradation lié à la crise économique qui pourrait coûter 25 millions d’euros supplémentaires. Mais la branche, en comprimant ses dépenses courantes et en réduisant « sensiblement » ses investissements devrait « maintenir un cash flow libre positif à 29 millions d’euros« .

Fret SNCF continue sa chute, à 21 millions de tonnes-kilomètres, soit un trafic en baisse de 8,8%. 1232 postes devraient être supprimés en 2012 dans cette activité. Ces suppressions d’emplois vont entraîner une réduction dans les effectifs globaux du groupe. La SNCF employait l’an passé 150454 cheminots. Fin 2012, ils seront 149752. Un cap hautement symbolique sera alors franchi. Jamais depuis sa création en 1945, la SNCF n’avait franchi le seuil des 150000 cheminots.

(Source : challenges.fr).

Posted in Fret, SNCF | Tagué: , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :