ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 9 janvier 2012

L’État et la ville de Genève au chevet de Bel-Air et des futures gares du CEVA

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

L’aménagement des gares du CEVA fera l’objet d’une concertation accrue. Et la recette vaut aussi pour la place Bel-Air.

L’aménagement de la place Bel-Air n’est pas du goût de nombreux Genevois. À Bel-Air, tout n’est pas perdu. L’État et la ville de Genève vont collaborer pour sauver ce qui peut l’être de l’aménagement de la place. Il s’agira dans un premier temps d’analyser les problèmes puis d’examiner comment on peut la désengorger. Cette démarche s’inscrit dans un projet plus global. Refroidies par les échecs des aménagements de la place Cornavin et de Bel-Air, les autorités veulent éviter que cela ne se reproduise. Or, avec le futur CEVA, cinq nouvelles gares vont être aménagées. Et il s’agit de ne pas les rater.

Un comité de pilotage politique a donc été créé. Il regroupe l’État et les communes concernées. Ce comité aura pour tâche de faire collaborer les différentes administrations.

Selon nos informations, c’est le conseiller d’État Mark Muller qui présidera ce comité de pilotage politique. Il semble d’ailleurs être à l’origine de cette démarche.

(Source : tdg.ch).

Posted in CEVA, Genève | Tagué: , , | Leave a Comment »

Albanais Voyages assure désormais la ligne hivernale entre la gare d’Annecy et le Semnoz

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Le chalet nordique du Semnoz

Le Semnoz n’est pas accessible uniquement en voiture individuelle. Mais on n’est encore loin d’un site accessible uniquement en transports publics, comme cela était affiché dans le dossier d’Annecy 2018.

Le dossier remis au CIO promettait que le Semnoz serait accessible uniquement en transports collectifs. Lors du vote, Annecy a recueilli seulement 7 voix. Une telle déconfiture pousse la quasi totalité des partisans d’Annecy 2018 à ne pas relancer une candidature pour les Jeux d’hiver 2022. Mais que reste-t-il de cette idée d’un Semnoz sans voiture individuelle ?

Elle semble avoir été oubliée par les promoteurs de la candidature d’Annecy 2018. Le conseiller général du canton d’Annecy Nord-Ouest, le socialiste Christian Jeantet, avait soulevé publiquement cette problématique à l’automne 2011 lors d’un Conseil d’agglomération de la C2A (la Communauté de l’agglomération annecienne). Il souhaitait que des efforts soient faits pour aller dans le sens du renforcement de la desserte en transports publics du Semnoz. L’exécutif (la C2A est présidée par le maire d’Annecy, Jean-Luc Rigaut (NC) ; son vice-président est le maire d’Annecy-le-Vieux, Bernard Accoyer (UMP)) s’était alors défaussé de la question en expliquant que cela relevait du SIPAS (le syndicat intercommunal pour la protection et l’aménagement du Semnoz, présidée par la conseillère générale et maire de Seynod, Françoise Camusso (UMP).

La desserte estivale du Semnoz est organisée et assurée par la C2A et la Sibra. 6 allers-retours sont mis en place entre la gare d’Annecy et le Semnoz. Ce service fonctionne les week-ends du mois de juin et tous les jours en juillet et en août.

La desserte hivernale du Semnoz est organisée par le SIPAS. Le transport était assuré par la compagnie Crolard. Mais cet hiver, ce n’est plus cette compagnie qui assure les navettes entre Annecy et le Semnoz. Pour autant la page sur la navette du Semnoz n’a pas disparu du site Internet de ce transporteur. Le service proposé à l’hiver 2010-2011 comprenait :

  • la desserte de la gare d’Annecy, de la mairie d’Annecy et de l’auberge de jeunesse d’Annecy.
  • 3 allers-retours quotidiens du 18 décembre 2010 au 2 janvier 2011 et du 26 février au 13 mars 2011 avec des départs à 8h45, 11h30 et 14h d’Annecy et des retours à 9h30, 13h et 17h30 du Semnoz.
  • 2 allers-retours les mercredis (hors vacances scolaires de la zone A) avec des départs à 11h30 et 14h00 d’Annecy et des retours à 13h et 17h30 du Semnoz.
  • 3 allers-retours quotidiens les week-ends (hors vacances scolaires de la zone A) avec des départs à 8h45, 11h30 et 14h d’Annecy et des retours à 9h30, 13h et 17h30 du Semnoz.
  • un aller-retour à 5,20€.
  • la vente des billets au guichet Voyages Crolard à la gare routière sud d’Annecy ou auprès du conducteur.

Le car de la société Albanais Voyages embarque ses passagers pour le Semnoz au départ d'Annecy

Pour l’hiver 2011-2012, le SIPAS a missionné la société Albanais Voyages, basée à Rumilly, pour assurer la desserte entre la gare d’Annecy et le Semnoz. La communication sur cette ligne est pour le moins minimaliste. Même sur son site web, la sociéte ne mentionne pas les tarifs pratiqués sur la ligne. L’ARDSL a donc dû téléphoner à Albanais Voyages pour connaître le prix de l’aller-retour entre Annecy et Le Semnoz. Un aller-retour au Semnoz vous coûtera donc 5,40€.

3 allers-retours sont proposés :

  • départs de la gare SNCF d’Annecy (rue de l’Industrie, près du pôle d’échanges des bus de la Sibra) à : 8h45, 11h45 et 13h45.
  • départs du Semnoz à : 9h45, 13h et 17h30.

Les cars desservent aussi la mairie d’Annecy.

La ligne fonctionne tous les jours du 17 décembre 2011 au 2 janvier 2012 et du 11 février au 4 mars. Elle fonctionne aussi les week-ends du 7 janvier au 5 février.

L’ARDSL a testé cette ligne samedi 7 janvier. Nous étions à abord des cars partant d’Annecy à 13h45 et du Semnoz à 17h30. À la montée, le car a transporté une quinzaine de personnes. À la descente une trentaine de personnes étaient présentes.

Les points positifs de la ligne Annecy gare – Le Semnoz

  1. Un tarif attractif (5,40€) face à l’autosolisme. C’est un paramètre que les automobilistes se rendant au Semnoz ne prennent pas en considération. Le carburant pour un aller-retour coûte près de 8€. Nous avons pu remarquer que la ligne est majoritairement utilisée par des jeunes qui ne possèdent par forcément une voiture ou le permis.
  2. Des horaires adaptés à des demi-journées de ski. On peut partir à 8h45 et finir sa sortie ski à 13h. On peut partir à 11h45 et passer l’après-midi au Semnoz avant de redescendre par le dernier car à 17h30.
  3. Une dernière montée à 13h45. Le dernier départ d’Annecy permet d’être à 14h30 sur les pistes et de profiter de 3h de glisse. Cela permet aussi de prendre le repas du midi à son domicile, avant de rejoindre les pistes.

Les points négatifs de la ligne Annecy gare – Le Semnoz

  1. Une tarification dissuassive pour les couples et les familles. Le tarif unique de l’aller-retour à 5,40€ n’est pas de nature à convaincre les familles ou les couples d’utiliser le car pour se rendre au Semnoz. Le coût du carburant pour une voiture est inférieur au prix de 2 allers-retours en autocar.
  2. Une tarification qui n’incite à pas l’utilisation des transports publics. Les utilisateurs de la navette entre la gare d’Annecy et le Semnoz ne bénéficient ni de forfaits à prix réduits, ni de forfaits combinés. Il est regrettable qu’une tarification combinant le transport et le forfait (alpin ou nordique) ne soit pas mise en place. Il est également regrettable qu’il n’existe pas de tarification combiné avec les transports urbains de la Sibra et les transports ferroviaires (depuis Groisy et Rumilly).
  3. Aucun abonnement n’est possible. L’offre s’adresse essentiellement à un public qui se rend occasionnellement au Semnoz. Or la station du Semnoz délivre de nombreux forfaits saisons. Il est nécessaire de mettre en place un tarif réduit à la saison et pour les personnes se rendant plusieurs fois par mois au Semnoz.
  4. Une information quasi inexistante. Aucune publicité n’est faite pour faire connaître le service. Les cars n’ont pas un habillage spécifique (contrairement à la ligne d’été de la Sibra). Il n’existe ni fiche horaire téléchargeable, ni fiche horaire papier. L’achat des forfaits est possible sur Internet, mais on ne peut pas acheter de titres de transport sur le net. Désormais, le chauffeur du car est le seul à vendre les billets.
  5. Des horaires inadaptés aux horaires des bus de la Sibra le dimanche. Les  horaires des cars pour le Semnoz et les horaires des Dim’ Bus de la Sibra ne sont pas coordonnés. Autrement dit, on ne peut pas utiliser cette ligne les dimanches et jours fériés, sauf à habiter près de la gare ou de la mairie d’Annecy.
  6. Un service qui n’est pas quotidien. Jusqu’à nouvel ordre, la station du Semnoz n’est pas ouverte uniquement le week-end et les vacances scolaires. Aucun service n’est assuré du lundi au vendredi en dehors des vacances scolaires. C’est une conception pour le moins étrange de l’utilité des transports collectifs. Il convient de remarquer que les services qui étaient assurés les  mercredis hors vacances scolaires ont été supprimés avec le changement de transporteur.
  7. Un dernier départ du Semnoz trop tardif. Le dernier car ne quitte le Semnoz qu’à 17h30. Les utilisateurs de transports collectifs doivent attendre dans le froid le départ du car. La salle hors sac ferme à 17h15. La plupart des automobilistes quittent la station bien avant 17h30. Il est certain qu’un départ aussi tardif n’est pas de nature à inciter les automobilistes à se rendre au Semnoz avec un autre mode de transport.
  8. Une offre de 3 allers-retours très insuffisante. Il n’y a que deux véritables horaires pour les retours à 13h et 17h30. La capacité réelle de transports publics desservant le Semnoz se limite donc à une centaine de passagers par jour. La station du Semnoz attire plusieurs milliers de personnes qui résident principalement dans le bassin annecien. L’offre devrait être adaptée à la fréquentation réelle du Semnoz. Ce profond décalage entre les besoins et l’offre de transports publics met en évident une conception étonnante de l’utilité des transports publics. Avec une offre aussi réduite, la ligne Annecy – Le Semnoz ne peut attirer qu’une clientèle captive. Une cadence à la demi-heure toute la journée parait être le niveau minimal pour avoir une offre permettant un report modal. La fréquence pourrait grimper à un car toutes les 5, 10 ou 15 minutes lors des jours de grande fréquentation.
  9. Une offre qui s’adresse qu’aux Anneciens ou presque. Les habitants de Seynod, Saint-Jorioz ou Sevrier, villes pourtant situées au pied du Semnoz n’utiliseront sans doute jamais, la navette reliant la gare d’Annecy au Semnoz. Il faudrait mettre en place des navettes partant de Saint-Jorioz et Seynod pour que les habitants de ces communes puissent se rendre au Semnoz sans voiture. De même, les habitants de Rumilly et Groisy n’utiliseront sans doute jamais la ligne entre la gare d’Annecy et le Semnoz que les horaires de la ligne ne sont pas synchronisés avec ceux des TER.
  10. L’absence de consignes individuelles à la station du Semnoz. Cela nuit à l’attractivité de la navette.

Le Semnoz est le domaine skiable le plus proche d’Annecy. Il est envahi par les voitures, ce qui genère une pollution importante du site. Le renforcement de la desserte en transports publics du Semnoz représente un enjeu majeur pour une mobilité durable dans le bassin annecien entre lac et montagnes. Il est en effet préférable pour l’environnement que les utilisateurs du Semnoz puissent se livrer des activités sportives de plein air sans avoir à parcourir le trajet entre la ville et la montagne en voiture individuelle.

Les jours de grande fréquentation, le Semnoz se transforme en une gigantesque aire de stationnement automobile légal ou sauvage.

La desserte actuelle du Semnoz en transport collectif depuis Annecy n’est vraiment intéressante que pour des personnes sans voiture et sans contrainte horaire et qui ne vont qu’occasionellement à la montagne.

Peu consistante et chère, elle n’est en revanche absolument pas attractive pour les couples et les familles disposant d’une voiture, d’autant plus que le stationnement est gratuit au Semnoz.

Posted in Bassin annecien, Loisirs, Politique, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Conflit SNCF : Gagnaire et les syndicats pas sur la même longueur d’ondes

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Dans un communiqué de presse, le député PS de la Loire, Jean-Louis Gagnaire, espère une sortie rapide et positive du conflit SNCF après l’appel à la reprise du travail de la direction nationale CGT SNCF. Mais rien est fait du côté des syndicats…

Dans un communiqué daté de dimanche 8  janvier, Jean-Louis Gagnaire annonce : « La décision de la direction nationale de la CGT de la SNCF de mettre fin au conflit qui oppose la direction régionale de la SNCF à une partie des personnels roulants du dépôt de Saint-Étienne laisse augurer une sortie rapide et positive du conflit. On peut légitimement espérer une reprise normale du trafic des TER dès le début de la semaine prochaine. Si tel n’était pas le cas, j’ai obtenu, suite à mon courrier en date du 3 janvier, la confirmation d’une intervention de M. le Préfet de Région pour mettre en place une médiation en accord avec les parties.»

Les syndicats pas aussi optimistes

Même si la CGT est en train de chercher une porte de sortie, le reste de l’intersyndicale campe sur ses positions. « Nous avons obtenu quelques avancées et il faut savoir s’arrêter« , confirme Yves Novelon, délégué CGT cheminots. Le représentant note ici des avancées dans les négociations et la nécessité d’en finir. Pour le délégué FO, Thierry Garnier, le retrait complet de la CGT, si retrait il y a, n’implique pas pour autant un retour à la normale du trafic des TER. « Vendredi, lors de l’assemblée générale, sur cent personnes, treize ont voté contre la poursuite du mouvement. Ce vote est souverain. La prochaine assemblée générale est prévue vendredi prochain et en cas d’ouverture de véritables négociations avec la direction, ou d’une médiation, il pourrait y avoir une assemblée extraordinaire dans la semaine. Mais pour l’instant, le mouvement est maintenu. »

La grève qui a débuté le 3 novembre entraîne quotidiennement des suppressions de trains et des modifications d’horaires pour plus de 20000 voyageurs de la Loire, du Rhône, de l’Ain, du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire.

(Source : leprogres.fr).

Posted in Grèves, Loire | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

TPG : des mesures annoncés pour mardi 10 janvier

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

La conseillère d’État, Michèle Künzler, a rencontré lundi 9 janvier la direction des Transports Publics Genevois. Des mesures immédiates vont être prises pour tenter de rétablir un fonctionnement correct du réseau des TPG.

Ces mesures seront annoncées mardi 10 janvier.

Posted in Genève | Tagué: , , | Leave a Comment »

L’ATE publie un guide de l’accessibilité des stations helvétiques en transports publics

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Un séjour à la montagne ? Laissez de côté le stress et la fatigue liés à un trajet en voiture. Optez pour les transports publics, voyagez confortablement et économisez-vous en vue des plaisirs de la neige.

L’ATE (Association Transports et Environnement) publie pour la seconde année consécutive son guide pratique sur l’accessibilité en transports publics des principales stations helvétiques.

L’ATE entend encourager les amateurs de sports d’hiver à choisir les transports publics pour se rendre dans une station de ski.

Ride&Glide informe sur les moyens d’accéder aux stations de ski, le nombre de changements, la durée du parcours en transports publics et le dernier trajet jusqu’au départ des pistes. Le service informe par ailleurs sur les consignes de ski, la location de skis et les sommets intéressants pour les randonnées en peaux de phoque.
Tout cela va dans le sens d’un tourisme respectueux de l’environnement dont on parle beaucoup mais pour lequel on ne fait toujours pas grand-chose. Le tourisme hivernal souffre particulièrement du manque de neige provoqué par le réchauffement climatique. L’intense trafic individuel nuit par ailleurs à la qualité de zone de repos de nombreuses stations de ski ainsi que des localités situées sur les voies d’accès.

Télécharger Ride&Glide

Les stations du Valais sont accessibles en TGV depuis Paris, Dijon et Dôle (lire).

Posted in Suisse | Tagué: , | Leave a Comment »

Les Hautes-Alpes pénalisées par la fermeture du tunnel du Mont-Cenis

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Le Conseil général des Hautes-Alpes propose une ligne régulière entre Briançon et Oulx (via Montgenèvre). Les cars sont le plus souvent en correspondance avec les TGV venant de Paris et Milan. Le trajet coûte 10€.

  • Le car Briançon 7h00Oulx 8h00 est en correspondance avec le TGV 9240 (Oulx 8h37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – St Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – St Exupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h23).
  • Le TGV 9240 (Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa7h44/46Oulx 8h35) est en correspondance avec le car Oulx 9h00Briançon 10h00.
  • Le car Briançon 11h00Oulx 12h00 est en correspondance avec le TGV 9241 (Oulx 12h30Turin Porta Susa 13h25Milan Garibaldi 14h45) et le TGV 9242 (Oulx 12h36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – St Exupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h19, qui circule uniquement le week-end).
  • Le TGV 9241 (Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – St Exupéry TGV 9h47/49 – Chambéry10h52/57 – St Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30) et le TGV 9242 (Milan Garibaldi 10h12Turin Porta Susa 11h38/40Oulx 12h34, qui circule uniquement le week-end) sont en correspondance avec le car Oulx 13h05Briançon 14h05.
  • Le car Briançon 14h05Oulx 15h05 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance le TGV 9245 (Oulx 15h26Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46, qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 15h30Oulx 16h55 (qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le TGV 9247 (Oulx 17h23Turin Porta Susa 18h22Milan Garibaldi 19h47, qui circule uniquement le week-end).
  • Le TGV 9245 (Paris 10h41 – St Exupéry TGV 12h33/35 – Chambéry13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26, qui circule du lundi au vendredi) est en correspondance avec le car Oulx 16h00Briançon 17h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 16h25Oulx 18h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance avec le TGV 9248 (Oulx 18h37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – St Exupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h21).
  • Le TGV 9247 (Paris 12h45Chambéry15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23, qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le car Oulx 18h00Briançon 19h00.
  • Le car Briançon 18h05 –Oulx 19h05 est en correspondance avec le TGV 9249 (Oulx 19h21Turin Porta Susa 20h13Milan Gabaldi 21h45).
  • Le TGV 9249 (Paris 14h41 – St Exupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21) est en correspondance avec le car Oulx 19h30Briançon 20h30.

Mais avec la fermeture du tunnel ferroviaire du Mont-Cenis, les TGV ne circulent plus entre Modane et Milan. Cela pénalise les voyageurs qui utilisent le TGV jusqu’à Oulx, puis le car Oulx – Briançon pour se rendre dans le Briançonnais.

« Comme à chaque fois, on oublie de prévenir les Hautes-Alpes », s’indigne le député Joël Giraud (PRG). « Des Briançonnais ou des gens de passage ont pris la navette en direction d’Oulx. Personne n’était au courant qu’il n’y avait pas de TGV ».

Dimanche 8 janvier, à 11 h 57 à Modane, en Savoie. Les 350 passagers du TGV 9241 en provenance de Paris ont dû descendre de l’appareil avant de monter dans l’un des sept cars affrétés pour se rendre en Italie.

Parmi les voyageurs, une quarantaine de personnes allait en direction de Puy-Saint-Vincent pour le festival du rire, qui débute. Pour, notamment, Patrick Sabatier, Bruno Salomone, Ambroise Michel (joue le rôle de Rudy dans Plus Belle la vie) ou Denis Maréchal, un bus a été spécialement affrété afin de les amener à bon port.

(Avec ledauphine.com).

Posted in Alpes du Sud, Italie, Savoie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Un bus hybride testé aux Deux-Alpes

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Le transporteur VFD, qui exploite la navette de la station de ski des Deux-Alpes en Isère pour le compte de la communauté de communes regroupant les villages de Venosc et Mont-de-Lans, a testé un bus hybride thermique et électrique – un Lyon’s City du constructeur Man – du 8 au 13 décembre 2011.

Il s’agissait de vérifier la consommation de ce type de véhicules, de la comparer avec celle d’un véhicule gazole et de connaître son comportement dans les conditions particulières d’altitude et de froid qui limite le rendement des batteries. Malgré tout, la commune reste plutôt plate. En revanche, les aspects de fort dénivelé ont déjà été testés dans une autre station de montagne, à Villard-de-Lans, en juin dernier, avec un bus hybride Iveco Iribus. Ce dernier avait aussi été testé Aux Deux-Alpes, pendant l’été. L’utilisation de véhicules moins polluants répond aussi aux souhaits des stations de montagne, de préserver un environnement privilégié mais fragile. Aussi, VFD va poursuivre ses tests, à partir du mois de janvier, avec un bus électrique, cette fois, sur une période de trois mois. L’entreprise, qui exploite de nombreuses lignes en Isère, notamment départementales et scolaires pour le compte du conseil général, dressera un bilan à l’issue de l’ensemble de ces expérimentations.

(Source : Ville, Rail & Transports).

Posted in Isère | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés lundi 9 janvier

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Un cheval, en divigation sur la voie ferrée, a été mortellement heurté le TER 886402/3 qui devait relier Saint-Claude à Lyon vers 7h20 à Ceyzériat.

L’incident a été vécu avec plus ou moins de patience et de compréhension par les 250 voyageurs, bloqués plus de trois heures à bord du TER, immobilisé en pleine voie, à la sortie du tunnel de Sénissiat, sur la commune de Ceyzériat. Ce train comportait deux rames B81500.

Happé par la motrice, l’animal a été déchiqueté par le convoi qui s’est immobilisé 200 mètres plus loin, bloquant le passage à niveau de la Montée des vignes (PN18). Choquées par le freinage assez brusque, deux jeunes filles ont été prises en charge et évacuées rapidement par les sapeurs-pompiers de Ceyzériat.

L’incident a provoqué des répercussions en cascade sur le trafic ferroviaire, le TER accidenté n’étant plus en mesure de rouler. La circulation des TGV a été détournée par Culoz. Les passagers du TER suivant ont été acheminés à Bourg-en-Bresse par autocar, depuis la gare de Villereversure, pour que cette rame vide puisse pousser le convoi accidenté jusqu’en gare de Ceyzériat. C’est là que les 250 passagers devaient être débarqués, les évacuations en pleine voie étant évitées par SNCF dans la mesure du possible.

Au final, en raison de contraintes mécaniques, liées également à la sécurité des passagers, l’opération de dépannage n’a pas pu s’effectuer comme prévu, provoquant l’exaspération de certains.

Quatre bus ont été affrétés finalement par SNCF, afin de transporter les voyageurs à destination de Bourg-en-Bresse. L’évacuation des passagers s’est déroulée entre 10h20 et 11h.

Il a fallu plusieurs heures, pour identifier formellement l’animal, déchiqueté par le train. L’intervention d’un vétérinaire a été nécessaire afin de retrouver la puce, et donc l’identité de la bête, appartenant au Club hippique Cheval Bugey, situé tout près.

« On ne sait pas exactement ce qui s’est passé. Il était dans un pré, avec d’autres chevaux, et seul celui-là s’est échappé », expliquait, désolé, Cédric Dunand, le directeur du centre. Le club de Ceyzériat est propriétaire d’une soixantaine de chevaux.

Son assurance professionnelle sera sollicitée par SNCF, compte tenu des dégâts causés à la motrice. De son côté, la SPA a ouvert une enquête sur l’état des clôtures du club hippique.

(Avec Le Progrès).

 

Les retards liés à la fermeture du tunnel du Mont-Cenis sont répertoriés dans un billet spécifique.

Trains supprimés

  • TER 886402/3 (Saint-Claude 5h56 – Part-Dieu 8h26) : supprimé entre Ceyzériat et Lyon.
  • TER 886404/5 (Saint-Claude 7h07 – Part-Dieu 9h26) : supprimé entre Villereversure et Lyon.
  • TET 4412/3 (Tours 8h16 – Part-Dieu 13h20) : supprimé uniquement entre Tours et Nevers en raison d’une panne au départ. Les voyageurs au départ de Tours sont replacés dans un TER.
  • TER 17757 (Bercy 9h23 – Part-Dieu 14h40) : supprimé entre Paris et Laroche-Migennes.
  • TER 889418 (Part-Dieu 12h25 – Bourg-en-Bresse 13h30) en raison de l’absence d’un membre du personnel.
  • TER 886826/7 (Saint-Étienne 13h20 – Ambérieu 14h54) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Lyon.

Trains retardés

Retard non communiqué pour le TER 886404/5 (Saint-Claude 7h07 – Part-Dieu 9h26).

3h de retard pour le TGV 9762 (Genève 6h12 – Paris 9h32) en raison d’un détournement par Culoz.

50 minutes de retard pour le TER 17757 (Laroche-Migennes 11h02 – Part-Dieu 14h40).

40 minutes de retard pour :

  • le TER 895828 (Part-Dieu 9h41 – Belfort 13h26).
  • le TGV 9768 (Genève 9h42 – Paris 12h49) en raison d’un détournement par Culoz.
  • le TGV 5114/5 (Part-Dieu 16h10 – Bordeaux 22h31) en raison d’une panne nécessitant un changement de rame à Lyon Part-Dieu.
  • le TGV 9777 (Paris 16h11 – Genève 19h37) en raison d’une panne nécessitant un changement de rame.

30 minutes de retard pour :

  • les TGV 6962 et 2944 (Annecy 7h31 – Paris 11h18) en raison de la correspondance avec un TER retardé à Chambéry.
  • le TGV 9764 (Genève 7h42 – Paris 10h49) en raison d’un détournement par Culoz.
  • le TGV 5462/3 (Metz 8h15 – Montpellier 14h58) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5472/3 (Strasbourg 9h16 – Montpellier 14h58) même motif.
  • le TER 18538 (Bourg-Saint-Maurice 10h55 – Part-Dieu 14h20) en raison de la réutilisation de la rame du 18525.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 9761 (Paris 7h11 – Genève 10h16) en raison d’un détournement par Culoz.
  • le TER 18525 (Part-Dieu 7h35 – Bourg-Saint-Maurice 10h43).
  • l’Intercités 4480/1 (Bordeaux 10h44 – Part-Dieu 18h20).
  • le car TER 41291 (Saint-Étienne 13h20 – Le Puy 15h40).
  • le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Part-Dieu 23h14) en raison d’un obstacle sur ou ay=ux abords de la voie.
  • le TGV 6874/5 (Marseille 19h44 – Genève 23h16).

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27) en raison d’un détournement par Culoz.
  • le TER 895824/5 (Belfort 7h36 – Part-Dieu 11h26).

15 minutes de retard pour :

  • le TER 884609 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h57) en raison de la correspondance avec le TGV 9761 retardé.
  • le TER 18528/9 (Part-Dieu 10h34 – Bourg-Saint-Maurice 13h43).
  • le TGV 6940/1 (Paris 12h45 – Annecy 16h31) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 886762/3 (Part-Dieu 14h24 – Saint-Étienne 15h10).
  • le TGV 5372/3 (Marseille 14h44 – Nantes 20h48).
  • le TGV 5370/1 (Marseille 14h44 – Rennes 21h01).
  • le TER 886836/7 (Saint-Étienne 15h20  – Ambérieu 16h53) en raison de la réutilisation de la rame du 886836/7.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Loire : la grève SNCF se poursuit en dixième semaine

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Plus de 20000 usagers des TER de la Loire et des départements limitrophes sont confrontés à des transports ferroviaires perturbés par la dixième semaine de grève de cheminots opposés à leur regroupement au sein d’un unique établissement.

Vendredi 6 janvier, la CGT des Cheminots de Saint-Étienne a appelé à la reprise du travail (lire), mais le même jour, la très grande majorité des participants à l’assemblée générale hebdomadaire s’est prononcée pour une poursuite du mouvement.

Seuls FO et SUD maintiennent leur préavis de grève illimitée contre la création d’un établissement unique regroupant l’ensemble des cheminots de la Loire, qu’ils jugent comme « la première étape d’une privatisation« .

La grève, qui a débuté le 3 novembre, entraîne quotidiennement des suppressions de trains et des modifications d’horaires pour plus de 20000 voyageurs de la Loire, du Rhône, de l’Ain, du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire.

Face à l’ampleur des perturbations et à l’enlisement du conflit, plusieurs députés de la Loire demandent à l’État, actionnaire de l’entreprise, l’organisation d’une médiation.

Maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire), ville impactée par cette grève, Laurent Wauquiez (UMP), estime qu' »il faut savoir cesser un conflit qui n’a que trop duré« .

Il déplore que l’attitude des grévistes « consiste à instrumentaliser la loi sur le service garanti en déposant de multiples préavis sur lesquels s’inscrivent des cheminots qui viennent quand même travailler, désorganisant l’entreprise sans conséquence financière pour eux, ce qui permet au conflit de s’éterniser au détriment des voyageurs« .

(Avec AP).

Posted in Grèves, Loire | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nouveaux horaires : SNCF n’en a pas fini avec les difficultés

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Si le big bang du 11 décembre a été une réussite, le redémarrage de certains chantiers temporairement ajournés en décembre pourrait à nouveau perturber le trafic.

S’est-on réjoui trop vite ? Alors que SNCF a bouleversé 85 % de ses horaires le 11 décembre dernier, c’est la satisfaction qui dominait quelques jours plus tard : seuls quelques accrocs mineurs ont été relevés et le « big bug » redouté a été évité. Un mois plus tard, plusieurs acteurs, dont la direction SNCF elle-même, estiment néanmoins que la vigilance reste de rigueur et reconnaissent des difficultés persistantes sur le fret. « Nous sommes dans une phase paradoxale, où le soulagement domine alors que beaucoup de dangers potentiels demeurent », confirme l’Association des régions de France. En ligne de mire : des chantiers de rénovation du réseau retardés depuis le 11 décembre et dont la reprise ces jours-ci pourrait générer complications et retards. Une vision partagée par SUD-rail : « C’est un service « allégé » qui a été mis en oeuvre » pour lancer les nouveaux horaires, avance le syndicat, qui évoque, outre les travaux décalés notamment dans le Sud-Ouest, la non-programmation de certains trains.

Le fret toujours perturbé

Interrogée, SNCF confirme que « quelques trains », notamment des TGV dans le Sud-Est, avaient été retirés de la grille et vont redémarrer aujourd’hui. L’entreprise reconnaît également que les travaux étaient « en régime de basses eaux » le 11 décembre, mais selon un processus classique lié à la météo : « Tout cela fait partie de notre plan de travail », affirme-t-elle.

Du côté du transport de fret, le trafic demeure très perturbé, avec un nombre très élevé de trains fonctionnant avec des sillons de dernière minute (des créneaux horaires dont ni l’heure de départ ni celle d’arrivée ne sont garanties), ce qui est très pénalisant commercialement. « Le principal impact des travaux est payé par le fret », confirme-t-on du côté de RFF, qui dit se mobiliser pour réduire les difficultés.

Celles-ci concernent également la préparation de la grille horaire de 2013. Le directeur général sécurité et qualité du service ferroviaire, Jacques Damas, a indiqué dans une note transmise au conseil d’administration du 22 décembre que l’organisation des chantiers de rénovation de l’infrastructure était en retard de plus de six mois. « Ma préoccupation est de garder l’ensemble des acteurs mobilisés et de faire prendre conscience que la réussite du démarrage le 11 décembre n’était qu’une étape », précise-t-il aujourd’hui.

(Source : Les Échos).

Posted in Fret, Service 2012, Service 2013, Travaux | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :