ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 17 janvier 2012

Le projet de la future gare de Chêne-Bourg verra le jour en 2017

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Les trains en provenance d'Evian et Annemasse effectuent leur terminus à Chêne-Bourg depuis le 11 décembre 2011. Cela devrait durer jusqu'à la mi 2013.

Le projet de la future gare de Chêne-Bourg verra le jour en 2017. Mais avant tout aménagement d’un espace public, il faut désigner l’architecte en charge du projet.

Concernant le projet d’aménagement d’espaces publics de la future gare de Chêne-Bourg, on connaît maintenant le nom du lauréat du concours. Il s’agit de l’architecte Éric Maria du bureau EMA architectes en collaboration avec Ilex SAS (Lyon) et Ingphi ingénieur (Lausanne). Avec la réalisation de ce concours, le premier d’une série, l’État de Genève s’engage dans une nouvelle manière de concevoir les espaces publics. À savoir, des projets de qualité répondant aux besoins des habitants et des utilisateurs.

Ce concours d’espaces publics sera suivi par ceux des gares de Lancy – Pont-Rouge, de Carouge – Bachet et de Champel – Hôpital, ce dernier étant réalisé par la Ville de Genève.

Un projet “Palimpeste”

Ce projet de Chêne-Bourg a été appelé “Palimpeste”. Il démontre une grande qualité urbanistique, notamment par une ouverture généreuse qu’il offre de la gare vers le centre existant de la commune grâce à un vaste parvis triangulaire. Le matériau choisi est l’asphalte poncé, plus simple. La volonté affirmée de mettre en relation les échanges entre les quartiers sud et nord de la commune et de relier le quartier de la gare, aux stations de tram existantes a été très appréciée.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Posted in CEVA, Genève | Tagué: | Leave a Comment »

Grèves SNCF : les perturbations prévues mercredi 18 et jeudi 19 janvier

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Le mouvement de grève des cheminots stéphanois entraîne une réduction du trafic SNCF mercredi 18 et jeudi 19 janvier. Télécharger les informations pour les lignes impactées.

Le Puy – Firminy – St Etienne – Lyon

Clermont – Noirétable – St Etienne

St Etienne – Roanne

Clermont – Roanne – Lyon

Lyon – Ambérieu

Posted in Grèves | Tagué: , , | Leave a Comment »

Grèves SNCF : les perturbations prévues mardi 17 janvier

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Le mouvement de grève des cheminots stéphanois entraîne une réduction du trafic SNCF mardi 17 janvier. Télécharger les informations pour les lignes impactées.

Le Puy – Firminy – St Etienne – Lyon

Clermont – Noirétable – St Etienne

St Etienne – Roanne

Clermont – Roanne – Lyon

Lyon – Ambérieu

Posted in Grèves | Tagué: , , | Leave a Comment »

Le durcissement des CFF fâche les voyageurs et le personnel

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Amendes salées, restrictions diverses. Les nouvelles mesures passent mal auprès des usagers.

Depuis le changement d’horaire, ça râle sec dans les compartiments des trains. Motif : l’introduction de plusieurs mesures perçues comme vexatoires par les voyageurs et maladroites par le personnel. En vrac, l’amende de 90 francs – au lieu de 10 francs – infligée aux personnes qui voyagent sans billet dans les trains grandes lignes. La hausse de 5 à 10 francs du montant minimum du surclassement. Et, cerise sur le gâteau, la possibilité de faire payer un billet demi-tarif au voyageur qui étale ses bagages sur un deuxième siège dans un train bondé.

«Il ne s’agit pas d’une mesure tarifaire», précise Patricia Claivaz à propos de l’occupation d’un deuxième siège. Mais d’une campagne de sensibilisation rappelant le principe «une place payée égale une place». « En pratique, les voyageurs sont courtois et nous n’avons pas vendu de demi-tarif pour ce motif« , indique la porte-parole des CFF. « Mais les gens font désormais davantage attention. »

Le poids de la resquille

Les CFF expliquent le durcissement dans les Intercity par une volonté de serrer la vis. Car la resquille pèse lourd dans les comptes : 10 millions de francs par an uniquement pour les amendes non payées. La compagnie a constaté en particulier que des petits malins ont fait leurs comptes : il est plus rentable de voyager sans billet, quitte à se faire pincer de temps en temps et à payer la taxe de 10 francs. «Le prélèvement d’une amende de 90 francs est un signal à leur égard, et aussi vis-à-vis de la majorité des voyageurs qui paient leur billet», explique Patricia Claivaz. «Le message est qu’on ne monte pas dans un train sans avoir acheté son billet. Ce d’autant plus que les possibilités n’ont jamais été aussi nombreuses : au guichet, à l’automate, en ligne, par smartphone…»

Il n’en demeure pas moins que cette mesure suscite des réactions non seulement parmi les usagers mais aussi parmi le personnel. « Nous ne sommes pas contents de la situation« , admet Peter Moor, porte-parole du syndicat SEV. « Les cheminots ont pu discuter de l’application, mais pas du principe même. S’ils n’avaient pas obtenu une certaine souplesse, la situation aurait été vraiment tendue. » De son côté, Patricia Claivaz confirme qu’il n’est pas question de prélever l’amende auprès des passagers qui sont visiblement de bonne foi, auprès des touristes égarés ou des handicapés, par exemple.

«Mauvaise image»

Secrétaire général de l’association Ouestrail, Jean-Claude Hennet nuance. «Je ne suis pas opposé au principe, car il ne serait pas correct de ne rien faire par rapport aux voyageurs en règle. Mais le montant de 90 francs est choquant et donne une mauvaise image.» Ce partisan du rail s’étonne aussi que les CFF veuillent renforcer la chasse aux fraudeurs alors qu’il constate qu’il y a moins de contrôles dans les trains. « Aux heures de pointe, nos agents n’ont souvent pas le temps de contrôler tous les voyageurs entre deux arrêts rapprochés« , reconnaît Patricia Claivaz. « Depuis l’an passé, nous avons donc systématisé l’accompagnement des trains grandes lignes par deux agents. »

Fausse identité

De manière générale, Peter Moor constate que les CFF ont tendance depuis plusieurs années à prendre des mesures restrictives à l’égard de la clientèle. Et de citer par exemple la réduction des ouvertures des guichets. «D’ailleurs, les quelques milliers de profiteurs qui donnent une fausse identité et ne paient jamais d’amende, ne seront pas davantage touchés par ces nouvelles règles.» « Il est difficile d’agir lorsqu’une personne est vraiment décidée à ne pas payer« , reconnaît Patricia Claivaz. « Un contrôleur ne peut pas la contraindre à décliner son identité ou à descendre du train. Cela relève des missions de la police des transports. »

(Source : 24heures.ch).

Posted in Suisse | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La direction SNCF tente d’éteindre l’interminable conflit rhônalpin

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Au 75e jour du conflit, après la réunion de clarification de Jean-Pierre Farandou, directeur général de la branche proximités de SNCF, les syndicats FO et SUD-Rail vont tenir une assemblée générale mercredi 18 janvier.

Pour trouver une issue après deux mois et demi de perturbations pour plus de 20000 usagers des TER de la Loire et des départements voisins, Jean-Pierre Farandou, le directeur général de la branche proximités SNCF, a rencontré lundi 16 janvier à Lyon les organisations syndicales représentatives concernées par la mise en place au 1er janvier d’un nouvel établissement dans la Loire. Il regrouperait dans un même ensemble les trois principales catégories de salariés (conducteurs, contrôleurs et agents de services en gare), ce qui a fait naître chez certains d’entre eux des craintes de filialisation ou de privatisation dans l’optique d’une future ouverture à la concurrence des lignes TER.

L’objectif de cette rencontre était d’appuyer la directrice régionale, Josiane Beaud, confrontée à un mot d’ordre de grève encore suivi (malgré le retrait de la CGT) par FO et surtout SUD-Rail. Jean-Pierre Farandou a ainsi confirmé par écrit que « l’entreprise SNCF ne prévoit en aucun cas de filialiser l’établissement ». « Il n’y a pas de changement car notre interlocuteur n’était pas venu pour négocier », résume sobrement Yvan Richet, représentant FO, tandis que SUD-Rail était lundi 16 janvier aux abonnés absents.

Dans l’exercice de clarification engagé, Josiane Beaud a précisé que le pilotage de l’établissement s’effectuera, comme ailleurs, par lignes de métier, afin de lever des inquiétudes qui s’étaient fait jour sur les problèmes de sécurité qui pourraient découler d’une organisation multifonctions. Elle a rappelé que cela débouche sur « la création d’au moins 30 emplois à Saint-Étienne » et s’est engagée sur « un bilan dans six mois pour vérifier l’ensemble des engagements que j’ai pris ».

Une grève au coût prohibitif

Laurent Goutorbe, responsable régional CFDT-cheminots, un des deux syndicats représentatifs avec l’Unsa à avoir émis un avis favorable au projet de la réorganisation, « au terme de 47 réunions », précise-t-il, n’est pas optimiste sur l’arrêt de ce conflit dont le coût se chiffrera, selon lui, en dizaines de millions d’euros. Il redoute qu’ « une dizaine de grévistes par jour ne continuent à perturber l’activité économique de la région », tant que la loi sur le service garanti dans les transports publics ne sera pas mieux encadrée. Elle permet, entre autres, que certains s’annoncent faussement grévistes quarante-huit heures avant le jour J, sans subir de sanction financière.

Le député de la Loire, Yves Nicolin (UMP), a pour sa part annoncé aux « Échos » qu’il interpellera mercredi 18 janvier le gouvernement lors des questions d’actualité de l’Assemblée nationale, « pour demander ce qu’il compte faire face à ce détournement constaté de l’esprit de la loi sur le service garanti dans les transports terrestres ». Et ce à une semaine de la venue en discussion du projet de loi sur le futur service garanti dans les transports aériens, concocté après les grèves de décembre.

(Avec Les Échos).

Posted in Grèves, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés mardi 17 janvier

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Les trains supprimés et retardés en raison de l’envahissement des voies à Givors sont recensés dans un billet spécifique.

Trains supprimés

  • TER 17709 (Part-Dieu 9h20 – Marseille 12h54) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 17687 (Part-Dieu 9h44 – Grenoble 11h13) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 886184 (Avignon 12h01 – Valence 13h26) en raison d’une absence de matériel.
  • TER 884258 (Annemasse 12h31 – Annecy 13h29) en raison d’un incident technique sur le train.

Trains retardés

1h de retard pour le TER 17718 (Marseille 15h06 – Part-Dieu 18h40).

50 minutes de retard pour le TGV 6624 (Part-Dieu 16h04 – Paris 18h07) en raison d’une manifestation en gare du Creusot (lire ici).

40 minutes de retard pour le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h45).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 18528/9 (Part-Dieu 10h34 – Bourg-Saint-Maurice 13h43).
  • le TGV 6919 (Paris 15h37 – Grenoble 18h41) en d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 886844/5 (Saint-Étienne 16h50 – Ambérieu 18h25).
  • le TER 17990/1 (Part-Dieu 18h08 – Annecy 19h59).

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h10 – Paris 13h26).
  • le TER 17613 (Part-Dieu 10h14 – Grenoble 11h33).

15 minutes de retard pour :

  • le TER 886712/3 (Ambérieu 8h35 – Part-Dieu 9h18).
  • le TER 884609 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h57).
  • le TER 884205 (Annecy 10h32 – Annemasse 11h27).
  • le TER 886947 (Roanne 19h24 – Saint-Étienne 20h38).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , | Leave a Comment »

Givors : les voyageurs ont bloqué le trafic ferroviaire de 8h à 11h

Posted by ardsl sur 17 janvier 2012

Suite à la suppression de trains matinaux entre Saint-Étienne et Lyon, de nombreux voyageurs sont restés à quai en gare de Givors ce mardi 17 janvier. Excédée après 76 jours de grève, une cinquantaine d’entre eux est descendue sur les voies pour bloquer le trafic pendant plus de 3 heures. La directrice régionale SNCF est venue à leur rencontre.

Au 76e jour de grève des cheminots de Saint-Étienne, les usagers n’en peuvent plus. Une cinquantaine de voyageurs, exaspérée par les retards et les annulations de trains, ont bloqué la circulation sur la ligne Lyon – Saint-Étienne en gare de Givors ville à partir de 8h. Ils sont restés sur les voies durant plus de 3 heures, un TER étant arrêté dans chaque sens.

Cette manifestation spontanée traduit l’extrême exaspération d’usagers qui paient cher –moralement et financièrement- les conséquences de ce conflit qui s’enlise.

En milieu de matinée, la directrice régionale SNCF, Josiane Baud, s’est rendue sur place pour dialoguer avec ces usagers en colère. Au-delà de la grève, les voyageurs souhaitent de vraies réponses au quotidien car, au départ de Givors, les rames arrivant de Saint-Étienne sont fréquemment bondées, rendant les conditions de transport difficiles. Certains usagers particulièrement remontés, ont menacé d’aller bloquer les TGV en gare de Lyon Part-Dieu si la direction SNCF ne trouve pas une solution au plus vite.

La directrice a promis de les convier prochainement à une réunion avec la région Rhône-Alpes et la mairie de Givors pour aborder le nombre de trains mis à disposition et leur capacité. Vers 11h, les manifestants ont accepté de lever leur blocus. Le trafic ferroviaire a pu reprendre dans les deux sens vers 11h15.

Voir la vidéo du progres.fr

Les maires de Givors, Martial Passi et de Grigny, René Balme (Front de Gauche) se sont rendu en gare de Givors-ville.

De 8h à 11h15, le trafic ferroviaire a été totalement interrompu entre Lyon et Saint-Étienne. 17 TER et 2 TGV ont été supprimés.

Des cars de substitution ont été mis en place.

Trains supprimés

  • TGV 6680/1 (Paris 6h57 – Saint-Étienne 9h47) : supprimé entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886706/7 (Ambérieu 7h07 – Saint-Étienne 8h40) : supprimé entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886808/9 (Saint-Étienne 7h20 – Ambérieu 8h53) : supprimé entre Lyon et Ambérieu.
  • TER 886708/9 (Ambérieu 7h35 – Saint-Étienne 9h10) : supprimé entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886810/1 (Saint-Étienne 7h50 – Part-Dieu 8h36).
  • TER 887706/7 (Perrache 7h58 – Givors 8h25).
  • TER 886710/1 (Ambérieu 8h07 – Saint-Étienne 9h40) : supprimé entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886262/3 (Saint-Étienne 8h34 – Perrache 9h27).
  • TER 887712/3 (Givors 8h35 – Perrache 9h01).
  • TER 886712/3 (Ambérieu 8h35 – Saint-Étienne 10h10) : supprimé entre Lyon et Saint-Étienne.
  • TER 886812/3 (Saint-Étienne 8h50 – Part-Dieu 9h36).
  • TER 886714/5 (Ambérieu 9h07 – Saint-Étienne 10h40).
  • TER 886864/5 (Saint-Étienne 9h20 – Ambérieu 10h53).
  • TER 886214/5 (Perrache 9h31 – Saint-Étienne 10h27).
  • TER 886814/5 (Saint-Étienne 9h50 – Part-Dieu 10h36).
  • TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h03). Les voyageurs au départ de Châteaucreux sont acheminés en autocar à Lyon Part-Dieu.
  • TER 886866/7 (Saint-Étienne 10h20 – Part-Dieu 11h06).
  • TER 886216/7 (Perrache 10h31 – Saint-Étienne 11h27).
  • TER 886716/7 (Part-Dieu 10h54 – Saint-Étienne 11h40).

Trains retardés

3h30 de retard pour le TER 889972/3 (Saint-Étienne 7h34 – Perrache 8h18) bloqué à Givors.

3h15 de retard pour le TER 886808/9 (Saint-Étienne 7h20 – Part-Dieu 8h06) bloqué à Givors.

(Avec leprogres.fr et AFP).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :