ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 13 février 2012

Jean-Yves Petit s’insurge contre la hausse de la TVA dans les transports

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Le vice-président (EÉLV) du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Jean-Yves Petit, a la dent dure contre le gouvernement. Il a exprimé la semaine dernière son vif désaccord avec la hausse de la TVA dans les transports. « Au prétexte de lutter contre les déficits publics, le gouvernement a fait voter le 28 décembre la hausse du taux réduit de TVA de 5,5% à 7%, notamment sur les transports. Sur d’autres produits de base, par exemple des produits alimentaires, le gouvernement a accepté de laisser le taux réduit de 5,5% ».

Selon lui, le secteur des transports n’a pas vocation à être concerné par cette hausse : « la hausse sur les transports est scandaleusement injuste sur le plan social et aberrant sur le plan environnemental. Si les collectivités répercutent mécaniquement cette hausse sur le prix des titres de transport, les usagers perdront encore du pouvoir d’achat ; si elles choisissent de payer cette hausse de TVA sur leurs recettes, c’est autant de moyens en moins pour développer les réseaux », a-t-il affirmé dans un communiqué. Avant de poursuivre et de développer ses arguments : « dans tous les cas, à l’heure où il faut réduire la pollution dans nos villes et baisser nos émissions de gaz à effet de serre, comment inciter nos concitoyens à laisser leur voiture au profit des modes moins polluants, en augmentant le coût des transports urbains et ferroviaires ? Cette hausse de TVA rapportera au plan national 83 millions d’euros. Rappelons que, dans le même temps, l’évasion fiscale coûte chaque année 30 milliards d’euros de manque à gagner sur les recettes de l’État ! Face aux crises financière, environnementale et sociale, le gouvernement en place se trompe de réponse. La hausse de la TVA devrait coûter 1 million d’euros à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour ce qui concerne les TER et les LER. »

(Source : Ville, Rail & Transports).

Publicités

Posted in Tarification | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le Plan de Protection de l’Atmosphère de la vallée de l’Arve n’est toujours pas entré en vigueur

Posted by ardsl sur 13 février 2012

On nous avait dit que le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) de la vallée de l’Arve serait activé le 31 décembre 2011, puis début janvier 2012. Nous sommes mi-février et on ne voit toujours rien venir. Pas la moindre apparition spectrale, pas de fugace voile blanc flottant comme dans un mauvais rêve.

Il y a bien eu le 1er février 2012 une réunion du CODERST dont les associations ont été écartées, mais son but aurait été de répondre à des inquiétudes de transporteurs. Selon des représentants de la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) présents, « cette réunion n’a eu pour effet que l’inutilité et la perte de temps ».

Cela dépend du côté où l’on se place. Il s’agirait plutôt d’en gagner du temps : attendre la fin de ce foutu hiver et attendre que passent les élections.

Oui mais voilà : la pollution atmosphérique elle, est bien réelle, visible et puante, à couper au couteau. Elle s’exhibe impudique, le jour et la nuit. Les cabinets des médecins ne désemplissent pas. La population a franchi un niveau supérieur dans son inquiétude. Et n’est pas faite pour la rassurer la métamorphose subite des panneaux de signalisation d’ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont-Blanc) passés de « Pollution Réduction de vitesse obligatoire » à « Ralentissez Bouchons ». Surtout ne pas alerter les vagues de visiteurs-skieurs venus s’adonner aux joies de la glisse et respirer l’air pur de nos montagnes. Et puis un bouchon ça se résorbe avec un peu de patience. Un stratus pourri aux PM10, aux HaP et autres NO2, c’est plus tenace, ça s’amplifie au fil des jours et c’est surtout cancérigène.

La vallée de Chamonix, 9 février 2012. Photo : Daniel Zorloni.

Alors Monsieur le Préfet Philippe Derumigny, Monsieur le Député Martial Saddier, que faites-vous ? À part convaincre sans grand mal les médias de dénoncer le chauffage, toujours le chauffage, rien que le chauffage, au bois s’il vous plaît. Au risque de convaincre les citoyens pourtant peu enclins à se faire prendre pour des billes (de bois), ce chauffage est devenu un maléfice mystique, une apparition satanique sortie tout droit des courtines d’un vieux château. Stoppons ce rêve fût-il cauchemar !

La réalité n’engendre pas la plaisanterie : l’hiver il fait froid et se chauffer n’est pas un acte criminel.

Le PPA a émis des mesures de réduction d’émissions polluantes intéressantes en la matière : encore faut-il informer la population du panel d’aides à disposition du citoyen pour ce faire. Ce sera pour 20013 ? 2014 ? En d’autres domaines d’autres mesures ont été écartées, dont celle préconisant le report du trafic international de camions sur le rail en période de pics de pollution (grâce à l’autoroute ferroviaire alpine entre Aiton et Orbassano). Décidément le courage n’est pas le propre des fantômes. Le laxisme est devenu criminel et l’asservissement aux lobbies s’avère assassin. D’autres fantômes ont le couteau entre les dents.

En 2011, Air APS a comptabilisé 70 jours de dépassements de la valeur limite des PM10 pour 35 jours autorisés par la loi. Pour 2011, les taux de HaP sont trois fois supérieurs au seuil légal. Les taux de NO2 à proximité des axes routiers sont alarmants. L’été c’est l’ozone qui prend le relais. L’année 2012 a bien mal démarré avec la mise en seuil d’alerte niveau 2 pour toute la vallée. Plusieurs jours durant, l’indice ATMO a atteint 10 sur une échelle de 10. En résumé, pas moyen de faire pire.

Les associations ARDSL, ARSMB et Environn’MontBlanc ont participé à l’élaboration du PPA, notamment pour les mesures sur les transports. Notre santé, celle de nos enfants, notre environnement ne sont pas à vendre à des intérêts fantômes, surtout face à des responsables fantoches.

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Valence – Avignon : 2 trains supprimés les samedis 18 et 25 février

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Les TER 886181 (Valence 9h34 – Avignon 10h59) et 886188 (Avignon 13h01 – Valence 14h26) ne circuleront pas les samedis 18 et 25 février. SNCF invoque des contraintes de production. Décryptage.

Les TER 886181 et 886188 sont assurés par le même matériel : un BGC. Ce matériel peut à la fois circuler sur les lignes sans alimentation électrique et sur les lignes alimentées en 1500 V continu (comme la ligne Valence – Avignon). Ce matériel du constructeur Bombardier comporte de 133 à 174 places assises suivant les modèles.

Ces trains ne sont pas supprimés en raison du grand froid ou d’un taux élevé de matériel en maintenance.

Ce matériel va être en réalité utilisé pour les trains Valence – Briançon qui vont connaître une très grande fréquentation les samedis 18 et 25 février en raison des vacances aux sports d’hiver.

Aucune substitution n’est prévue à la suppression de ces deux trains Valence – Avignon.

Les personnes qui auraient souhaité emprunter le TER 886181 (Valence 9h34 – Avignon 10h59) :

  • devront emprunter les TER trains encadrant : le 17705 (Valence 8h29 – Avignon 9h41) ou le 17709 (Valence 10h29 – Avignon 11h41) qui desservent uniquement Valence ville, Montélimar, Pierrelatte, Bollène, Orange et Avignon.
  • ou devront pour les autres gares (Livron, Loriol, Donzère, Courthézon, Bédarrides et Sorgues) se rabattre sur le TER 886177 (Valence 7h04 – Avignon 8h29) ou le TER 886183 (Valence 11h34 – Avignon 12h59) : soit une période de 4h30 sans aucune desserte !

Les personnes qui auraient souhaité emprunter le TER 886188 (Avignon 13h01 – Valence 14h26) peuvent se rabattre sur les trains suivants :

  • le TER (Avignon 12h01 – Valence 13h26). Attention l’omnibus suivant est à 17h01 au départ d’Avignon : soit une période de 5h sans aucune desserte pour les gares où les TER Marseille – Lyon ne s’arrêtent pas.
  • le TER (Avignon 12h18 – Valence 13h31) qui dessert uniquement Avignon, Orange, Bollène, Pierrelatte, Montélimar et Valence ville.
  • le TER (Avignon 14h01 – Valence 15h31) qui dessert uniquement Avignon, Orange, Bollène, Pierrelatte, Montélimar et Valence ville.

L’ARDSL s’étonne que SNCF informe les voyageurs seulement 5 jours avant la suppression des trains concernés. Nous sommes également surpris que SNCF se déclare incapable d’assurer deux trains Valence – Avignon un samedi, alors que de nombreux matériels sont inutilisés le week-end tant en Rhône-Alpes qu’en PACA.

Par ailleurs, SNCF pourrait recourir à des voitures Corail et des locomotives diesel pour assurer les dessertes Valence – Briançon lors des hyperpointes. Or, SNCF préfère utiliser des rames BGC en unité multiple, qui ne sont pas utilisées habituellement pour la desserte Valence – Briançon (assurée avec des X 72500).

Posted in Alpes du Sud, Drôme, Matériel, Provence, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés mardi 14 février

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Grand froid : plan de transport adapté pour les TER

En raison de contraintes d’exploitation liées au grand froid, la circulation des TER est perturbée sur certaines lignes.

Téléchargez ci-dessous les programmes de circulation des lignes concernées. À noter que certains trains peuvent également avoir une composition réduite.

02 Genève / Annecy – Valence 7 trains supprimés

05 Valence – Marseille 1 train supprimé

10 Lyon – Firminy 2 trains supprimés

12 Roanne – Saint-Etienne 2 trains supprimés

24 Roanne – Lyon 2 trains supprimés

30 Mâcon – Ambérieu 15 trains supprimés

31 Saint-Claude – Bourg-en-Bresse 2 trains supprimés. À noter la mise en place d’un car pour Saint-Claude à 18h23 au départ de Bourg-en-Bresse.

32 Bourg-en-Bresse – Lyon 6 trains supprimés.

35 Chambéry – Ambérieu 2 trains supprimés

40 Annemasse – Chêne-Bourg 14 trains supprimés

42 Saint-Gervais – Annemasse 2 trains supprimés

50 Annecy – Chambéry 6 trains supprimés

51 Chambéry – Culoz 2 trains supprimés

52 Chambéry -Bourg-Saint-Maurice 2 trains supprimés

54 Chambéry – Saint-André-le-Gaz – Lyon 8 trains supprimés

60 Grenoble – Chambéry 14 trains supprimés

61 Grenoble – Valence 13 trains supprimés

Clermont-Ferrand – Le Puy 2 trains supprimés

Andelot – Saint-Claude 4 trains supprimés

Grand froid : plan de transport adapté pour les TGV

En raison des conditions climatiques difficiles de ces derniers jours, des rames TGV sont immobilisées pour maintenance.

Les TGV suivants sont supprimés :

  • le TGV 6603 (Paris 6h57 – Part-Dieu 8h56) est supprimé. À Paris les voyageurs ont été replacés dans le TGV 6680/1 (Paris 6h57 – Saint-Étienne 9h47) qui a desservi également Lyon Part-Dieu à 8h56.
  • le TGV 6614 (Part-Dieu 11h04 – Paris 13h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 11h04.
  • le TGV 6618 (Part-Dieu 13h04 – Paris 15h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6694/5 (Saint-Étienne 12h13 – Paris 15h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 13h04.
  • le TGV 6630 (Part-Dieu 19h04 – Paris 21h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6696/7 (Saint-Étienne 18h13 – Paris 21h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 19h04.
  • le TGV 6130 (Marseille 18h08 – Paris 21h26) est supprimé. Les voyageurs seront replacés dans le TGV 6138 (Marseille 18h36 – Paris 21h44) qui marquera exceptionnellement un arrêt à Valence TGV.

Difficultés de circulation sur la ligne à grande vitesse Sud-Est

En raison de la panne d’un TGV à Cluny au nord de Mâcon, le trafic TGV a été très perturbée toute la matinée.

Gare de Dijon

Un problème électrique dans la commande des aiguilles a fortement perturbé la circulation des trains aux heures les plus chargées du trafic.

Cet incident a provoqué l’interruption de toute entrée ou sortie de la gare durant près de 2 heures.

La gare se trouvant alors saturée, certains trains ont subi du retard au départ ou à l’arrivée.

Le trafic a repris progressivement vers 8h.

Une voiture sur la LGV

Les faits se sont déroulés sur la commune de Montmitrey-le-Château, dans le Jura.

À 21h30, un automobiliste qui roulait sur le RD 475 en direction de Pesmes, en Haute-Saône a perdu le contrôle de sa voiture. Le véhicule a arraché les grillages et il est tombé en contrebas de la route, carrément sur la ligne LGV !

Grosse frayeur pour le conducteur. Heureusement, aucun TGV ne passait à ce moment-là ! Blessé légèrement, l’automobiliste a été conduit à l’hôpital de Dole pour des examens.

Ligne Coppet – Cornavin

Quelques RER Coppet – Lancy-Pont-Rouge ont été supprimés entre Coppet et Versoix.

Raison: Un train bloque la ligne.

Interruption du trafic entre Vevey et Aigle (Vaud)

Le trafic sur la voie entre Vevey et Aigle sur la ligne Lausanne – Brig a été interrompue en début de matinée.

Les trains grandes lignes Genève-Aéroport – Brig (17xx) ont été supprimés entre Vevey et Aigle. Les trains grandes lignes Genève-Aéroport – Brig (14xx) ont été supprimés entre Lausanne et Aigle. Des bus de remplacement ont circulé entre Vevey et Aigle.

Les trains RER S1 Yverdon-les-Bains – Villeneuve ont été supprimés entre Vevey et Villeneuve. Les trains RER S3 Allaman – Villeneuve ont été supprimés entre Vevey et Villeneuve. Des bus de remplacement ont circulé entre Vevey et Aigle en desservant La Tour-de-Peilz, Burier, Clarens, Montreux, Territet, Vevey, Villeneuve et Roche.

Ces perturbations ont été provoquées par un dérangement d’aiguillage.

Le trafic a été rétabli vers 9h.

Trains supprimés (en dehors des listes ci-dessus)

  • TER 885660 (Briançon 6h09 – Grenoble 9h43) : supprimé uniquement entre Briançon et Gap, en raison d’un incident technique sur le train.
  • IC 710 (Zürich 7h32 – Genève aéroport 10h24) : supprimé uniquement entre Cornavin et Cointrin. Mise en place d’un train de remplacement au départ de Berne.
  • TER 883103 (Chambéry 7h34 – Moûtiers 8h41) : supprimé uniquement entre Albertville et Moûtiers, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TGV 6205 (Paris 8h07 – Béziers 12h29) : supprimé uniquement entre Montpellier et Béziers en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 883162 (Moûtiers 9h12 – Chambéry 10h27) : supprimé uniquement entre Moûtiers et Albertville.
  • IR 1425 (Genève aéroport 10h47 – Brigue 13h31) : supprimé uniquement entre Lausanne et Brigue, en raison d’un dérangement d’aiguillage.
  • TGV 6193 (Paris 11h27 – Miramas 15h44) : supprimé uniquement entre Avignon et Miramas. Les passagers pour Arles et Miramas empruntent des TER.
  • ICN 628 (Bâle 15h03 – Genève aéroport 17h56) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.
  • TGV 6659 (Paris 16h27 – Part-Dieu 18h24) en raison de problème lors de l’acheminement de la rame. Les voyageurs sont replacés dans les TGV partant à 16h57.
  • TER 883754/5 (Chambéry 16h57 – Saint-Marcellin 18h56) en raison d’un incident technique sur le train.

Trains retardés

2h de retard pour :

  • le TGV 5104/5 (Lille Europe 6h22 – Montpellier 11h30) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9854/5 (Marseille 6h44 – Bruxelles 11h51) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 6904 (Grenoble 7h20 – Paris 10h26) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TER 889452 (Part-Dieu 19h25 – Bourg-en-Bresse 20h30) en raison d’une panne.
  • le TER 889451 (Bourg-en-Bresse 20h31 – Part-Dieu 21h35) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Perrache 23h14) en raison de la présence d’une voiture sur les voies à Montmitrey-le-Château (Jura) de la LGV Rhin-Rhône, la circulation a été totalement interrompue sur les 2 voies à 21h30 dans ce secteur.

1h45 de retard pour :

  • le TGV 9260 (Lausanne 6h22 – Paris 10h11) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6642 (Part-Dieu 6h36 – Paris 8h36) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 9862/3 (Montpellier 7h00 – Bruxelles 12h51) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 6191 (Paris 7h37 – Avignon 11h15) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6605 (Paris 7h53 – Part-Dieu 9h56) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6205 (Paris 8h07 – Montpellier 11h34) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6937 (Paris 9h49 – Annecy 13h30) en raison de la panne d’un autre TGV.

1h30 de retard pour :

  • le TGV 6192 (Avignon 4h57 – Paris 8h44) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 6644 (Part-Dieu 6h52 – Paris 8h52) même motif.
  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) même motif.
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27) en raison d’un dérangement technique.
  • le TGV 6193 (Paris 11h27 – Avignon 15h03) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9828/9 (Bruxelles 12h18 – Marseille 17h46) en raison de la réutilisation d’une rame retardée sur son trajet précédent.
  • le TGV 5028/9 (Lille Europe 13h03 – Marseille 17h46) en raison de l’attente du 9828/9.
  • le TER 886456 (Part-Dieu 20h25 – Bourg-en-Bresse 21h30) en raison de la panne d’un autre train.

1h25 de retard pour le TGV 5314/5 (Toulouse 16h10 – Part-Dieu 20h50). Ce TGV a été couplé au TGV 6880/1 (Toulouse 17h50 – Part-Dieu 21h54).

1h15 de retard pour :

  • le TGV 5302/3 (Nantes 4h56 – Part-Dieu 9h38) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 891801 (Dijon 6h33 – Bourg-en-Bresse 8h16).
  • le TGV 6643 (Paris 7h27 – Part-Dieu 9h24) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6648 (Part-Dieu 7h36 – Paris 9h36) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 6905 (Paris 7h37 – Grenoble 10h40) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6611 (Paris 10h57 – Part-Dieu 12h56) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

1h de retard pour :

  • le TGV 6900 (Grenoble 5h20 – Paris 8h26) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33) en raison de travaux.
  • le TGV 6607 (Paris 8h57 – Part-Dieu 10h56) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9765 (Paris 9h11 – Genève 12h16) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6911 (Paris 9h37 – Grenoble 12h40) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 9245 (Paris 10h41 – Milan 17h46) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 9773 (Paris 12h11 – Genève 15h27) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9866/7 (Marseille 13h10 – Bruxelles 18h42) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6921 (Paris 16h41 – Grenoble 19h37) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6876 (Nice 17h27 – Dijon 23h40) en raison d’un incident technique sur le train.

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 4650/1 (Part-Dieu 5h58 – Strasbourg 10h09) en raison d’un dérangement d’installation et d’un incident affectant la voie.
  • le TGV 5102/3 (Lille Europe 6h02 – Nice 13h33) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17751 (Sens 6h18 – Part-Dieu 10h40).
  • le TGV 9761 (Paris 7h11 – Genève 10h16).
  • le TGV 9261 (Paris 7h57 – Lausanne 11h44) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • le TER 884605 (Bellegarde 8h09 – Saint-Gervais 9h55) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43).
  • le TGV 6939 (Paris 11h49 – Annecy 15h28).

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 6201 (Paris 6h07 – Montpellier 9h34) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33) en raison de travaux.
  • le TGV 6230 (Montpellier 6h24 – Paris 9h56) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TER 17756 (Part-Dieu 7h20 – Bercy 12h22) en raison de difficultés lors de la préparation du train et de correspondances à Dijon.
  • le TGV 5112/3 (Lille Europe 9h02 – Montpellier 13h57) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6609 (Paris 9h57 – Part-Dieu 11h56) en raison d’une mise à quai tardive.
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48).
  • le TGV 6818/9 (Genève 12h42 – Nice 19h05) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 18531 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h43).
  • le TGV 6231 (Paris 16h07 – Perpignan 21h22) en raison de difficultés lors de la préparation.
  • le TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h14) en raison de problèmes lors de la fermeture des portes.
  • le TGV 9846/7 (Bruxelles 19h18 – Part-Dieu 23h24) en raison de l’attente à Lille d’un personnel retardé sur son trajet précédent.
  • le TER 886458 (Bourg-en-Bresse 21h25 – Part-Dieu 22h30) en raison de la panne d’un autre train.

30 minutes de retard pour :

  • le TER 17800 (Part-Dieu 6h20 – Dijon 8h19).
  • le TGV 6194 (Miramas 8h15 – Paris 12h36) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • l’EC 32 (Milan 8h25 – Genève 12h18) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.
  • le TGV 5350/1 (Marseille 8h44 – Rennes 13h46) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9768 (Genève 9h42 – Paris 12h52).
  • le TER 884609 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55) en raison de la correspondance avec le 96502/3.
  • les TGV 2937 et 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56).
  • le TGV 6917 (Paris 12h41 – Grenoble 15h37) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 6150 (Toulon 5h08 – Paris 9h14) en raison de la panne d’un autre TGV.
  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h26).
  • le TGV 6815 (Part-Dieu 6h15 – Nice 11h03).
  • le TER 17803 (Dijon 6h40 – Part-Dieu 8h40) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 5166/7 (Toulouse 7h06 – Lille Europe 14h30) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 885660 (Gap 7h29 – Grenoble 9h43) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 895824/5 (Belfort 7h36 – Part-Dieu 11h26).
  • le TER 17753 (Bercy 7h38 – Part-Dieu 12h40).
  • le TER 17805 (Dijon 7h40 – Part-Dieu 9h40).
  • le TER 884505 (Bellegarde 8h09 – Évian 9h27) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96502/3 (Part-Dieu 8h38 – Genève 10h27) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • le TGV 5318/9 (Rennes 9h07 – Montpellier 15h30).
  • le TGV 5326/7 (Nantes 9h08 – Montpellier 15h30).
  • le TER 884509 (Bellegarde 10h09 – Évian 11h30) en raison de la correspondance avec le 96502/3.
  • le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13  – Paris 13h06).
  • le TER 886183 (Part-Dieu 10h20 – Avignon 12h59).
  • le TGV 6232 (Figueres 10h20 – Paris 15h56) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 5404/5 (Strasbourg 11h10 – Marseille 17h18).
  • le TER 17758 (Part-Dieu 11h20 – Bercy 16h22).
  • le TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h36).
  • le TER 875734/5 (Part-Dieu 11h40 – Clermont-Ferrand 14h05) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’EC 34 (Milan 12h25 – Genève 16h18).
  • le TGV 9775 (Paris 15h11 – Genève 18h16) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6919 (Paris 15h37 – Part-Dieu 18h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 96514/5 (Part-Dieu 16h38 – Genève 18h27) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 875716/7 (Clermont-Ferrand 16h56 – Part-Dieu 19h20).
  • le TER 886738/9 (Ambérieu 17h07 – Saint-Étienne 18h40) même motif.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 889951 (Le Puy 4h35 – Saint-Étienne 6h02) en raison d’un obstacle sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 6601 (Paris 5h53 – Part-Dieu 7h56).
  • le TER 886808/9 (Saint-Étienne 7h20 – Ambérieu 8h53) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’IC 710 (Zürich 7h32 – Genève 10h17).
  • le TGV 5462/3 (Metz 8h15 – Montpellier 14h58).
  • le TGV 5100/1 (Lille Europe 9h02 – Marseille 13h48) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17611 (Part-Dieu 9h14 – Grenoble 10h37) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5472/3 (Strasbourg 9h16 – Montpellier 14h58).
  • le TER 886615 (Roanne 9h30 – Part-Dieu 10h48) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6908 (Grenoble 10h23 – Paris 13h22).
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) même motif.
  • le TGV 9769 (Paris 11h11 – Genève 14h16).
  • le TGV 6684/5 (Paris 12h57 – Saint-Étienne 15h47).
  • le TER 895836/7 (Belfort 13h36 – Part-Dieu 17h26) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6617 (Paris 13h53 – Part-Dieu 15h56) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • les TGV 2936 et 6622 (Part-Dieu 15h04 – Paris 17h06).
  • le TER 96568/9 (Genève 15h29 – Part-Dieu 17h22).
  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h24) en raison de la réutilisation de la rame du 9241.
  • le TER 17582/3 (Valence 16h14 – Annecy 19h22) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’EC 42 (Venise 16h20 – Genève 23h15) en raison de travaux.
  • l’EC 36 (Milan 17h25 – Genève 21h18) en raison de travaux.
  • le TER 875742/3 (Part-Dieu 17h40 – Clermont-Ferrand 20h01) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6880/1 (Toulouse 17h50 – Part-Dieu 21h54) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 18544 (Bourg-Saint-Maurice 18h16 – Part-Dieu 21h20) en raison de la réutilisation de la rame du 18544.
  • le TER 886194 (Avignon 19h31 – Perrache 22h20).
  • le TER 884539 (Bellegarde 20h09 – Évian 21h27).
  • le TER 884639 (Bellegarde 20h09 – Saint-Gervais 21h57).
  • le TER 17818 (Part-Dieu 20h20 – Dijon 22h20).

15 minutes de retard pour :

  • le TER 891800 (Bourg-en-Bresse 5h30 – Dijon 7h03).
  • le TER 886201 (Perrache 5h41 – Firminy 6h50) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 887103 (Mâcon 5h47 – Vienne 7h26).
  • le TGV 5458/9 (Marseille 6h14 – Metz 12h53) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TGV 6641 (Paris 6h27 – Part-Dieu 8h24) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 886413 (Bourg-en-Bresse 7h14 – Part-Dieu 8h10).
  • le TGV 9284 (Berne 7h29 – Paris 12h18) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5316/7 (Le Havre 7h54 – Marseille 14h18).
  • le TGV 9264 (Lausanne 8h22 – Paris 12h18) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886712/3 (Ambérieu 8h35 – Saint-Étienne 10h10).
  • le TER 875704/5 (Clermont-Ferrand 8h57 – Part-Dieu 11h20).
  • le TER 886714/5 (Ambérieu 9h07 – Saint-Étienne 10h40) en raison de la réutilisation de la rame du 886808/9.
  • le TER 886718/9 (Part-Dieu 11h24 – Saint-Étienne 12h10).
  • le TER 17908 (Chambéry 12h02 – Part-Dieu 13h20) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5162/3 (Montpellier 13h02 – Lille Europe 17h57) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6212 (Béziers 13h31 – Paris 17h56) en raison d’un voyageur malade à bord.
  • le TGV 5464/5 (Montpellier 14h02 – Metz 20h45).
  • le TER 17357 (Romans 14h22 – Briançon 18h46) en raison de la correspondance avec un TGV retardé à Valence TGV.
  • le TER 17914 (Chambéry 16h02 – Part-Dieu 17h20).
  • le TER 17935 (Part-Dieu 16h40 – Chambéry 17h58).
  • le TER 96646/7 (Genève 16h42 – Grenoble 19h05).
  • le TER 886844/5 (Saint-Étienne 16h50 – Ambérieu 18h25) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 889997 (Bas-Monistrol 17h30 – Saint-Étienne 18h16).
  • le TER 96516/7 (Part-Dieu 17h38 – Évian 20h27) même motif.
  • le TER 96518/9 (Part-Dieu 17h38 – Saint-Gervais 20h57) même motif.
  • le TER 18533 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h45).
  • le TER 885680 (Gap 19h30 – Grenoble 21h57).

Si vous constatez d’autres suppressions, des retards significatifs ou des trains surchargés, n’hésitez pas à nous le faire savoir en commentant cet article.

(Avec franche-comte.france3.fr).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plus de 25 allers-retours par jour entre Grenoble et l’aéroport de Saint-Exupéry

Posted by ardsl sur 13 février 2012

La Région Rhône-Alpes organise un service d’autocars entre Grenoble et l’aéroport de Saint-Éxupéry. Certains TGV Grenoble – Paris s’arrêtent à Lyon Saint-Exupéry. Ainsi avec les cars et le train, Grenoble bénéficie de relations régulières avec l’aéroport rhôdanien.

Sens Grenoble > Saint-Éxupéry

  • CAR LàV (sauf fêtes) Grenoble 4h00 – Saint-Éxupéry 5h05

    Les horaires des TGV entre Grenoble et Saint-Exupéry

    Les horaires des TGV entre Grenoble et Saint-Exupéry

  • CAR LàS (sauf fêtes) Grenoble 5h00 – Saint-Éxupéry 6h05
  • TGV 6900 LàJ (sauf 09.07-23.08, 31.10 et fêtes) Grenoble 5h20 – Saint-Éxupéry 6h26
  • CAR Q Grenoble 6h00 – Saint-Éxupéry 7h05
  • CAR LàS (sauf fêtes) Grenoble 6h30 – Saint-Éxupéry 7h35
  • CAR Q Grenoble 7h00 – Saint-Éxupéry 8h05
  • TGV 6904 LàS (sauf 09.04 ; 01, 08, 28.05) Grenoble 7h20 – Saint-Éxupéry 8h26
  • CAR LàS (sauf fêtes) Grenoble 7h30 – Saint-Éxupéry 8h35
  • CAR Q Grenoble 8h00 – Saint-Éxupéry 9h05
  • CAR Q Grenoble 9h00 – Saint-Éxupéry 10h05
  • CAR DF Grenoble 9h30 – Saint-Éxupéry 10h35
  • CAR Q Grenoble 10h00 – Saint-Éxupéry 11h05
  • CAR Q Grenoble 11h00 – Saint-Éxupéry 12h05
  • CAR Q Grenoble 12h00 – Saint-Éxupéry 13h05
  • CAR Q Grenoble 13h00 – Saint-Éxupéry 14h05
  • CAR DàV Grenoble 13h30 – Saint-Éxupéry 14h35
  • CAR Q Grenoble 14h00 – Saint-Éxupéry 15h05
  • CAR S (sauf fêtes) Grenoble 14h30 – Saint-Éxupéry 15h35
  • CAR Q Grenoble 15h00 – Saint-Éxupéry 16h05
  • TGV 6920 DàV (aussi S jusqu’au 06.04 ; sauf 07.07-26.08) Grenoble 15h20 – Saint-Éxupéry 16h26
  • CAR Q Grenoble 16h00 – Saint-Éxupéry 17h05
  • CAR DàV Grenoble 16h30 – Saint-Éxupéry 17h35
  • CAR Q Grenoble 17h00 – Saint-Éxupéry 18h05
  • TGV 6922 Q (sauf S jusqu’au 30.03) Grenoble 17h20 – Saint-Éxupéry 18h26
  • CAR Q Grenoble 18h00 – Saint-Éxupéry 19h05
  • CAR Q Grenoble 19h00 – Saint-Éxupéry 20h05
  • TGV 6924 Q Grenoble 19h20 – Saint-Éxupéry 20h26
  • CAR Q Grenoble 20h00 – Saint-Éxupéry 21h05
  • CAR Q Grenoble 21h00 – Saint-Éxupéry 22h05
  • TGV 6928 D (+ 09.04 ; 01, 08, 28.05) Grenoble 21h20 – Saint-Éxupéry 22h26.

Sens Saint-Éxupéry > Grenoble

  • CAR LàV (sauf fêtes) Saint-Éxupéry 5h30 – Grenoble 6h35
  • CAR LàS (sauf fêtes) Saint-Éxupéry 6h30 – Grenoble 7h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 7h30 – Grenoble 8h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 8h30 – Grenoble 9h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 9h30 – Grenoble 10h35
  • TGV 6905 LàS (Aussi D jusqu’au 07.04. Sauf 09.04 ; 01, 08, 28.05) Saint-Éxupéry 9h33 – Grenoble 10h40
  • CAR Q Saint-Éxupéry 10h30 – Grenoble 11h35
  • CAR LàS (sauf fêtes) Saint-Éxupéry 11h00 – Grenoble 12h05
  • CAR Q Saint-Éxupéry 11h30 – Grenoble 12h35
  • TGV 6911 Q Saint-Éxupéry 11h33 – Grenoble 12h40
  • CAR Q Saint-Éxupéry 12h30 – Grenoble 13h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 13h30 – Grenoble 14h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 14h30 – Grenoble 15h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 15h00 – Grenoble 16h05
  • CAR Q Saint-Éxupéry 15h30 – Grenoble 16h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 16h30 – Grenoble 17h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 17h30 – Grenoble 18h35
  • TGV 6919 Q Saint-Éxupéry 17h33 – Grenoble 18h40
  • CAR Q Saint-Éxupéry 18h30 – Grenoble 19h35
  • CAR DàV Saint-Éxupéry 19h00 – Grenoble 20h05
  • CAR Q Saint-Éxupéry 19h30 – Grenoble 20h35
  • TGV 6923 DàV (sauf 17.05 et 01.11) Saint-Éxupéry 19h33 – Grenoble 20h40
  • CAR Q Saint-Éxupéry 20h30 – Grenoble 21h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 21h30 – Grenoble 22h35
  • TGV 6927 Q Saint-Éxupéry 21h33 – Grenoble 22h40
  • CAR Q Saint-Éxupéry 22h30 – Grenoble 23h35
  • CAR Q Saint-Éxupéry 23h59 – Grenoble 01h05.

Infos pratiques

Les TGV sont à réservation obligatoire.

Les cars empruntent l’autoroute.

La desserte routière est assurée par le transporteur Faure Vercors.

Les cars desservent la gare routière de Grenoble (à proximité immédiate de la gare SNCF) et la place de la Résistance.

Tarification

En TGV, le trajet simple coûte 26€ au plein tarif. Il coûte 19€ au tarif loisir réduit.

En car, le trajet simple pour un adulte coûte 22€.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le flyer sur les cars Grenoble – Saint-Exupéry

Posted in Aéroports, Isère, Rhône, Service 2012 | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Grand froid : les transports scolaires et interurbains sont passés à travers les mailles des préfets

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Les cars Lihsa ont continué à circuler malgré le grand froid sévissant en Haute-Savoie

« Refroidis » par la pagaille de décembre 2010 lorsque la neige avaient paralysé les déplacements, le gouvernement a renforcé les dispositifs de lutte contre les effets du froid et de la neige sur les routes. De son côté, la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) a coédité un guide de rédaction des arrêtés préfectoraux interdisant la circulation des poids lourds. Objectif, éviter que les autocars scolaires et interurbains soient bloqués pour « rien ». Bilan après deux semaines glaciales.

Rappelez-vous, 8 décembre 2010, la grande pagaille sur les routes à cause de fortes chutes de neige sur la France. Montrés du doigt pour leur manque d’anticipation, le ministre des Transports Thierry Mariani et sa ministre de tutelle NKM, s’étaient engagés à renforcer les dispositifs d’information, de prévention et de lutte contre les conséquences des intempéries de l’hiver, pour tous les modes de transport.

Pour la route, il s’agissait d’éviter à tout prix le blocage des grands axes sans information préalable et sans prévoir de zones de délestage pour les poids lourds. Le plan d’action s’est appliqué à la lettre début février 2012 avec les premières températures glaciales et les chutes de neige. « Pour le moment, les choses se passent correctement« , assurait Thierry Mariani, le 6 février sur RTL. Même s’il y a eu quelques ratés selon les professionnels de la route.

Alors que le 13 février, le redoux se fait sentir, quel bilan tirer de ces deux semaines glaciales dans l’organisation des transports départementaux en autocar, lignes interurbaines et ramassages scolaires ? « Alors que l’hiver 2011-2012 est beaucoup plus rigoureux qu’en 2010, il y a finalement moins de perturbations tant dans les transports scolaires que sur les lignes régulières« , constate Pierre-Olivier Carel, chargé d’une cellule de veille à la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

Pas de véhicules bloqués ça et là, pas de voyageurs transits de froids sur des aires de stationnement pour poids lourds frappés par des interdictions de circuler. Par quel miracle ?

Il y a poids lourd et poids lourd

« Un élément nouveau a changé la donne cette année, explique le représentant du syndicat professionnel des entreprises autocaristes. En 2011, nous avons travaillé avec le chef du Bureau de la circulation des transports routiers au ministère des Transports (Julien Fernandez), et nous avons coédité un guide d’aide à la rédaction des arrêtés préfectoraux interdisant la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes en cas de chutes de neige et de verglas« , explique-t-il.

Grâce aux conseils de ce guide, les préfectures auraient géré plus finement les arrêtés d’interdiction de circuler, et fait la différence entre camions et autocars. Certes, en Basse-Normandie, dans le Centre, le Gers, le Loiret, l’Orne ou la Sarthe, fortement touchés par les chutes de neige, les circuits scolaires n’ont pas été assurés pendant plusieurs jours, mais à l’inverse, en région PACA, recouverte d’un épais manteau neigeux, l’arrêté préfectoral du Var pris le 12 février a fait la différence entre les camions et les autocars. Si les premiers ont été interdits de circulation, les transports scolaires et les autocars de lignes n’ont pas été frappés par cette même interdiction, indique la FNTV.

« Il faut laisser la décision de mettre des autocars sur les routes à l’appréciation des conseils généraux (les autorités organisatrices) et les transporteurs qui sont des pros de la route et ont une fine connaissance du terrain« , juge Pierre-Olivier Carel. « En Savoie et Haute-Savoie, les bus et les cars circulent, non ?« , ajoute-il comme pour montrer que la neige n’est pas systématiquement synonyme d’accident et de sortie de route.

Tout notre travail a consisté à sensibiliser les préfectures sur la distinction à faire entre un transport routier et un transport de voyageurs. Car il y a poids lourds et poids lourds, « ceux qui transportent des marchandises et ceux qui transportent des voyageurs, et si vous immobilisez un camion, même avec des denrées périssables, sur une aire d’autoroute en cas d’intempéries, ce n’est pas la fin du monde. Or, si vous bloquez un autocar avec 50 passagers à bord, ils sont beaucoup plus périssables… Il faut laisser la décision de mettre des autocars sur les routes à l’appréciation des conseils généraux (les autorités organisatrices) et des transporteurs qui sont des pros de la route et ont une fine connaissance du terrain« , juge Aurélie Bruder, responsable de commission technique et sécurité à la FNTV.

(Source : mobilicites.com).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Microréseaux de transport : ils ont tout des grands

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Relier les pôles d’habitat, de santé, de loisirs et administratifs , c’est la mission première du transport dans les grandes villes, comme dans les petites. En 2011, plusieurs d’entre elles ont créé une ou deux lignes de bus, d’autres ont structuré l’offre existante pour gérer l’arrivée des « rurbains ».

« La création d’un réseau de transport urbain est un peu un must pour passer du statut de gros bourg à celui d’une petite ville. Il permet de donner corps à l’unité d’un territoire et fait partie du bouquet de services que l’on peut attendre d’une collectivité locale« .

Voilà résumées par Franck Michel, directeur du marketing chez Veolia Transdev, les principales motivations des élus qui décident de dénouer les cordons de la bourse pour financer un service de transport urbain.

Une décision souvent lourde de conséquences financières car les villes de moins de 10 000 habitants ne perçoivent pas le versement transport (VT). Et celles qui comptent plus d’administrés sont peu nombreuses à avoir instauré cet impôt sur les entreprises de plus de neuf salariés. Malgré cela, ces collectivités de moins de 50 000 habitants débloquent de l’argent public pour financer un service transport collectif.

Le phénomène s’accélère avec les « rurbains »

S’il n’est pas nouveau, le phénomène prend de la vitesse avec la création d’une dizaine de microréseaux en 2011. Pour Christian Rey-Reynaux, directeur du pôle communication, recherche et développement chez Réunir (groupement de PME de transport de voyageurs), « les élus de ces collectivités souhaitent s’inscrire dans leur époque. S’il est impossible de travailler sans internet à haut débit, c’est la même chose pour le transport public. Les élus ont un peu le sentiment d’être décalés s’ils n’organisent pas un service de transport public parce qu’il est porteur d’image, et répond à une attente« .

La création de petits réseaux de transport est aussi l’une des conséquences du phénomène de « rurbanisation ». Avec le desserrement de l’habitat et la hausse du prix de l’immobilier dans les grandes agglomérations, les Français choisissent de résider dans des petites, voire de très petites communes où le prix du foncier reste encore accessible. Sans cesser de travailler en ville.

« Cette population a un très haut niveau d’exigence en matière de services publics« , note Magalie Dujancourt, directrice de la communication chez Agir Transport. Un niveau de service équivalent à ceux dont ils bénéficiaient dans les grandes agglomérations. Un package comprenant cantine, piscine, crèche et transport urbain.

À Manosque, par exemple (Alpes-de-Haute-Provence), la population s’est fortement développée ces dernières années avec l’installation de personnes ayant quitté l’aire urbaine de Marseille mais continuant de travailler dans la cité phocéenne. Conséquence : avec 23 000 habitants (36 000 dans la communauté de communes), Manosque a créé en avril 2010 un réseau urbain doté de quatre lignes de bus qui ne désemplissent pas.

Par étapes

Si le transport public reste un facteur déterminant d’attractivité pour un territoire et assure son développement, dans les petites agglomérations, l’offre de transport reste toutefois modeste mais elle se structure progressivement. Une montée en gamme qui peut s’échelonner sur une dizaine d’années, le temps nécessaire pour tester les services et observer la réaction des habitants. « La tendance est de passer progressivement d’une navette à vocation plutôt sociale à un vrai réseau de transport, lisible, efficace, desservant des pôles à fort trafic » constate Franck Michel.

Mais dans ce schéma-là, la tentation, voire le risque, est d’étendre à l’infini ces services au fur et à mesure du développement de l’intercommunalité. Avec comme conséquence, un saupoudrage de l’offre, au détriment de toute efficacité commerciale.

Un piège évité dés lors que l’offre est centrée sur un axe essentiel reliant l’hôpital, le centre-ville, le centre commercial, les établissements scolaires, toutes les 15 à 20 minutes. Cette option a été retenue à Fougères (20 000 habitants en Ille-et-Vilaine), à Saint-Dié-des-Vosges (21 700 habitants) et à Saint-Avold (15 000 habitants). « Dans les villes moyennes, au delà de la voiture, le concurrent des transports publics peut être la marche à pied car généralement, on peut traverser la commune en 15 minutes. Or s’il faut attendre le bus pendant une demi-heure, les gens se déplacent à pied !« .

Saint-Avold a créé une maison de la mobilité, ce qui est peu banal dans une petite ville. Autre exemple, le système de location de vélos (dont certains à assistance électrique) proposé à Verdun (19 200 habitants), en complément des trois lignes régulières et d’un service de Transport à la demande.

Saint-Dié-des-Vosges a opté pour un Bus à haut niveau de service (BHNS) pour diffuser une image moderne du transport public. Guingamp a pour sa part mis en place un vélo-cargo-électrique pour « vendre » le transport public. Au Péage-de-Roussillon, l’exploitant a proposé d’installer des bornes d’information voyageur solaires aux principaux arrêts.

« Il n’y a pas de grands et de petits réseaux »

Bien que ces microréseaux portent sur de « petits » chiffre d’affaires (250 000 à 2 millions d’euros), ces marchés sont autant « disputés » par les groupes (Veolia, Transdev, Keolis, RATP Dev par exemple) que par les transporteurs indépendants. En atteste la mise en concurrence lors des appels d’offres : à Vesoul, cinq candidats se sont positionnés, à Lons-le-Saunier, il y en a eu deux. « Pour nous il n’y a pas de grands ou de petits réseaux. Tous exigent le même professionnalisme, le même engagement« , commentent les responsables marketing des groupes.

Jacques Pélissard : « il y a une prise de conscience en faveur du transport public« 

Pour Jacques Pélissard, député-maire de Lons-le-Saunier et président de l’Association des maires de France, l’intérêt des petites villes pour le transport public est grandissant mais ne participe pas d’un mouvement de fond.

Les créations de microréseaux en 2011

Guingamp, Oloron-Sainte-Marie, Plaine-Fougères, Le Péage-de-Roussillon, Sorgues. Ces cinq collectivités locales ont décidé en 2011 de créer un service de transport public. Soit pour répondre à des besoins internes de déplacements, soit pour assurer les correspondances avec les trains et les cars.

(Source : mobilicites.com).

Posted in Alpes du Sud, Isère, Jura, Politique, Provence | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Modernisation du réseau ferroviaire genevois : travaux de nuit à Russin

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Les CFF entreprennent des travaux de pose de nouvelles fondations pour les lignes de contact à Russin. Certains travaux auront lieu de nuit et il faudra s’attendre à des nuisances sonores durant certaines nuits de la mi-février à fin mai 2012.

Entre 2010 et 2015, les CFF investissent quelque 360 millions de francs dans la modernisation des infrastructures ferroviaires genevoises. Ces investissements s’ajoutent à la transformation de la gare de Cornavin, aux projets immobiliers et au chantier de la ligne Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse (CEVA).

L’un des chantiers prévoit une nouvelle électrification (25kV au lieu de 1,5kV actuellement) pour la ligne Genève – La Plaine. Cette modernisation permettra d’accroître la capacité des lignes, dans la perspective de l’augmentation de la clientèle, planifiée à plus de 100% d’ici 2030 sur l’arc lémanique.

Dans ce cadre, des travaux de pose de fondations pour les mâts des nouvelles lignes de contact auront lieu à Russin entre la mi-février et la fin mai 2012. Durant certaines périodes, il faudra s’attendre à des nuisances sonores les nuits de semaine.

Les travaux n’auront aucune répercussion sur le trafic ferroviaire. En raison de la grande densité du trafic sur le réseau CFF, ces travaux ne peuvent être effectués que durant la nuit.

Posted in Genève, Travaux | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

CFF : plus de plaintes pour des retards

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Toujours davantage de passagers se plaignent de retards auprès des CFF. L’entreprise ferroviaire n’a jamais eu à traiter autant de dossiers  de clients que l’an dernier, alors que la ponctualité des trains atteints des sommets.

Près d’un million de voyageurs utilisent quotidiennement les CFF. L’an dernier, 9 sur 10 (89,9%) ont atteint leurs destinations avec moins de 3 minutes de retard, une ponctualité record, annonçait le « Courrier CFF« .

Malgré cela, les CFF ont enregistré 25 000 plaintes, selon son porte-parole. Cela correspond à une augmentation de près de 30% par rapport à 2010 (19 800 plaintes).

Remboursement réclamé

Les voyageurs réclament un remboursement en raison de retards ou d’autres contrariétés. Les CFF ont versé 2,2 millions de francs de dédommagements aux voyageurs.

L’entreprise a déboursé 100000 francs pour des bagages perdus ou endommagés. Un demi-million est allé à des passagers en rade pour une course de taxi nocturne à leur domicile ou une nuit à l’hôtel.

(Sources : Télétexte TSR et ATS).

Posted in Retards / Suppressions, Suisse | Tagué: | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :