ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Grand froid : les transports scolaires et interurbains sont passés à travers les mailles des préfets

Posted by ardsl sur 13 février 2012

Les cars Lihsa ont continué à circuler malgré le grand froid sévissant en Haute-Savoie

« Refroidis » par la pagaille de décembre 2010 lorsque la neige avaient paralysé les déplacements, le gouvernement a renforcé les dispositifs de lutte contre les effets du froid et de la neige sur les routes. De son côté, la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) a coédité un guide de rédaction des arrêtés préfectoraux interdisant la circulation des poids lourds. Objectif, éviter que les autocars scolaires et interurbains soient bloqués pour « rien ». Bilan après deux semaines glaciales.

Rappelez-vous, 8 décembre 2010, la grande pagaille sur les routes à cause de fortes chutes de neige sur la France. Montrés du doigt pour leur manque d’anticipation, le ministre des Transports Thierry Mariani et sa ministre de tutelle NKM, s’étaient engagés à renforcer les dispositifs d’information, de prévention et de lutte contre les conséquences des intempéries de l’hiver, pour tous les modes de transport.

Pour la route, il s’agissait d’éviter à tout prix le blocage des grands axes sans information préalable et sans prévoir de zones de délestage pour les poids lourds. Le plan d’action s’est appliqué à la lettre début février 2012 avec les premières températures glaciales et les chutes de neige. « Pour le moment, les choses se passent correctement« , assurait Thierry Mariani, le 6 février sur RTL. Même s’il y a eu quelques ratés selon les professionnels de la route.

Alors que le 13 février, le redoux se fait sentir, quel bilan tirer de ces deux semaines glaciales dans l’organisation des transports départementaux en autocar, lignes interurbaines et ramassages scolaires ? « Alors que l’hiver 2011-2012 est beaucoup plus rigoureux qu’en 2010, il y a finalement moins de perturbations tant dans les transports scolaires que sur les lignes régulières« , constate Pierre-Olivier Carel, chargé d’une cellule de veille à la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

Pas de véhicules bloqués ça et là, pas de voyageurs transits de froids sur des aires de stationnement pour poids lourds frappés par des interdictions de circuler. Par quel miracle ?

Il y a poids lourd et poids lourd

« Un élément nouveau a changé la donne cette année, explique le représentant du syndicat professionnel des entreprises autocaristes. En 2011, nous avons travaillé avec le chef du Bureau de la circulation des transports routiers au ministère des Transports (Julien Fernandez), et nous avons coédité un guide d’aide à la rédaction des arrêtés préfectoraux interdisant la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes en cas de chutes de neige et de verglas« , explique-t-il.

Grâce aux conseils de ce guide, les préfectures auraient géré plus finement les arrêtés d’interdiction de circuler, et fait la différence entre camions et autocars. Certes, en Basse-Normandie, dans le Centre, le Gers, le Loiret, l’Orne ou la Sarthe, fortement touchés par les chutes de neige, les circuits scolaires n’ont pas été assurés pendant plusieurs jours, mais à l’inverse, en région PACA, recouverte d’un épais manteau neigeux, l’arrêté préfectoral du Var pris le 12 février a fait la différence entre les camions et les autocars. Si les premiers ont été interdits de circulation, les transports scolaires et les autocars de lignes n’ont pas été frappés par cette même interdiction, indique la FNTV.

« Il faut laisser la décision de mettre des autocars sur les routes à l’appréciation des conseils généraux (les autorités organisatrices) et les transporteurs qui sont des pros de la route et ont une fine connaissance du terrain« , juge Pierre-Olivier Carel. « En Savoie et Haute-Savoie, les bus et les cars circulent, non ?« , ajoute-il comme pour montrer que la neige n’est pas systématiquement synonyme d’accident et de sortie de route.

Tout notre travail a consisté à sensibiliser les préfectures sur la distinction à faire entre un transport routier et un transport de voyageurs. Car il y a poids lourds et poids lourds, « ceux qui transportent des marchandises et ceux qui transportent des voyageurs, et si vous immobilisez un camion, même avec des denrées périssables, sur une aire d’autoroute en cas d’intempéries, ce n’est pas la fin du monde. Or, si vous bloquez un autocar avec 50 passagers à bord, ils sont beaucoup plus périssables… Il faut laisser la décision de mettre des autocars sur les routes à l’appréciation des conseils généraux (les autorités organisatrices) et des transporteurs qui sont des pros de la route et ont une fine connaissance du terrain« , juge Aurélie Bruder, responsable de commission technique et sécurité à la FNTV.

(Source : mobilicites.com).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :