ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 14 février 2012

Pôle métropolitain : Collomb rassure Queyranne

Posted by ardsl sur 14 février 2012

La région urbaine de Lyon est bientôt morte, vive le pôle métropolitain ! Lundi 13 février, les élus communautaires du Grand Lyon ont reconduit la subvention accordée à la région urbaine de Lyon (RUL) de 127 125 euros. Cette structure intercommunale ne devrait cependant pas passer l’année, et cette somme sera proratisée en fonction de la date de disparition de la RUL. Car en avril, le préfet devrait signer l’arrêté instaurant le pôle métropolitain.

Alors que plusieurs élus ont souligné les réserves exprimées par la Région (lire), le président de l’agglomération Gérard Collomb s’est voulu rassurant. « Les régions exercent pleinement leur rôle« , a-t-il affirmé, ajoutant à propos du syndicat de transport adossé au pôle que « nous sommes prêts à ce que le patron de la Région ait un rôle central dans le syndicat« . Il a indiqué que Roanne et Bourg-en-Bresse étaient intéressées pour se rapprocher du pôle. Max Vincent (centristes et démocrates) a plaidé pour l’instauration d’une tarification unique entre les TER et le SYTRAL à l’intérieur du périmètre du pôle.

(Source : lyoncapitale.fr).

 

Publicités

Posted in Politique, Rhône | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi Genève a opté pour trois lignes de tram ?

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Lancé le 11 décembre, le nouveau réseau des TPG est toujours en rodage.

Simplifier le réseau afin de le rendre plus performant. Tel est le but que les Transports Publics Genevois (TPG) et la Direction générale de la mobilité (DGM) espéraient atteindre avec la mise en œuvre d’un nouveau réseau, le 11 décembre dernier. Deux mois après, les usagers ne sont toujours pas convaincus. À la colère succèdent les questions…

Un nouveau réseau, pour quoi faire ?

«Genève connaît une forte croissance. Au début des années 2000, l’offre de transports publics manquait», explique Pascal Ganty, directeur du développement et de l’ingénierie des TPG. Les prestations de la régie publique sont fixées tous les quatre ans par le Conseil d’État via le Plan directeur des transports publics (PDTC). En octobre 2008, les réflexions sur le PDTC pour les années 2011-2014 débutent. Il est alors établi que le nombre de places offertes par les TPG au kilomètre doit croître de 37% d’ici à 2014. L’augmentation de la vitesse commerciale est un autre but à atteindre. Plusieurs groupes de réflexion, qui incluent les communes et les associations d’usagers, se réunissent. Un an plus tard, en octobre 2009, une première version du PDTC est adoptée par le Conseil d’État. Le document propose le passage à un réseau «simplifié» constitué de trois lignes de tram.

Trois lignes, pour quelles raisons ?

L’ancien système – dit des axes – «arrive petit à petit à la limite de ses capacités», estiment les ingénieurs. Avec l’extension du réseau vers Meyrin et Bernex, ce système aurait dû s’équiper de neuf lignes, calculent les experts. Mission déclarée techniquement impossible car les nœuds ferroviaires auraient été saturés, ce qui aurait créé des bouchons. Certains craignent aussi qu’un réseau à neuf lignes soit trop difficilement lisible pour les usagers. Le réseau «simplifié» séduit aussi les exploitants. Il permet d’avoir une plus grande flexibilité des fréquences et d’améliorer la vitesse commerciale. Autres avantages : trois lignes de tram utilisent moins de chauffeurs et permettent d’«optimiser et d’amortir tout le matériel roulant»; en clair, les anciens trams monodirectionnels comme les nouveaux véhicules bidirectionnels.

Les «vieux» véhicules monodirectionnels ne peuvent emprunter que les tracés qui se terminent par une boucle et non pas en cul-de-sac, dit «en tiroir», comme à l’arrêt P+R Bernex, par exemple. Finalement l’argument économique fait aussi pencher la balance en faveur d’un réseau à trois lignes. Le système «simplifié» coûte 12% moins cher et permet une économie annuelle de 17 millions de francs. Malgré ces explications, une question demeure. Pourquoi avoir choisi de relier Meyrin à Bernex ; les Nations et Moillesulaz à Lancy et pas d’autres itinéraires ? «La variante retenue relie des régions qui s’équilibrent car elles drainent le même nombre de passagers», explique Pascal Ganty.

Qui a critiqué quoi ? Qui a retenu quoi ?

Suite à l’adoption du PDTC, en mai 2010, le Grand Conseil soumet des remarques. Le Parti radical, soutenu par le PDC, les libéraux et le MCG, estime «que le concept de trois lignes n’est pas suffisamment abouti». Il met en avant «des problèmes piétons aux interfaces» ; la «multiplication des transbordements» et un «manque d’estimations de la demande». Les élus exigent le maintien des «voies de tram actuelles pour permettre la réversibilité du système d’exploitation actuel».

Toujours en mai, la Communauté d’intérêts pour les transports publics (Citrap) écrit à la Commission des transports : «le réseau simplifié est une solution très technocratique qui ne tient pas suffisamment compte du confort des usagers.» Elle propose un réseau «simplifié» à cinq lignes. En plus des lignes retenues, elle suggère un tram 13 reliant Bachet à Cornavin via Carouge et Stand et une ligne 16 reliant Moillesulaz au CERN. L’augmentation des transbordements inquiète. Selon les estimations, le nombre de trajets directs chutera de 66% à 61%.

La hausse des cadences doit compenser cette perte. « On savait que cela impliquerait des changements d’habitudes« , explique Marion Guillot, ingénieure au service transports publics de la DGM. « Mais l’augmentation des transbordements, ne concernant que peu d’usagers, a été jugée acceptable. » Le 23 juin 2010, le Conseil d’État adopte une nouvelle version du PDTC. Le réseau à trois lignes est maintenu. Le maintien des anciens rails pour permettre la réversibilité du système y figure, ainsi que le besoin de «compléments d’interfaces de trams et la modélisation de Bel-Air et Plainpalais». En novembre 2010, le contrat de prestation des TPG revient devant le Grand Conseil. Des voix s’inquiètent à nouveau des transbordements, mais le débat se cristallise autour de l’augmentation du prix des billets et abonnements.

Des imprévus ? Des améliorations futures ?

Depuis le 11 décembre, gérer le réseau «simplifié» se révèle compliqué. La météo n’est pas le seul problème rencontré par les TPG. «La planification des travaux du TCOB ne permettait pas d’effectuer des tests avant la mise en service du tram», admet Pascal Ganty. La mise en service à Bernex était dictée par le changement d’horaire européen. «L’opportunité de procéder à ces changements à une autre période de l’année, par exemple pendant l’été, mérite d’être étudiée», reconnaît Yann Gerdil-Margueron, porte-parole de la DGM. Le risque ? Que les horaires genevois ne soient pas intégrés aux moteurs de recherche CFF ou SNCF, par exemple.

À l’avenir, le réseau sera amélioré, rassurent ses concepteurs. Il pourrait être étendu à Vernier, voire plus tard sur le pont du Mont-Blanc. Les cadences seront augmentées à la fin de 2013. CEVA et futur RER franco-valdo-genevois «viendront compléter le tout et offrir une cadence et un haut débit», relève Fabrice Étienne, directeur par intérim du service transports publics à la DGM. D’ici là, patience.

(Source : La Tribune de Genève).

Posted in Genève, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Michèle Künzler : « la priorité doit revenir aux transports publics »

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Dans vingt mois, le gouvernement genevois se représentera devant les électeurs. La Tribune de Genève a passé l’ensemble des sept conseillers d’État sur le grill.

Michèle Künzler, s’il fallait repenser le réseau TPG, opteriez-vous pour le système à trois lignes de tram ?

Oui, car le principe permet au réseau de grandir. Le système ne fonctionne pas encore de manière satisfaisante, mais il a le mérite de remplir l’objectif qui était d’augmenter les prestations des Transports Publics Genevois de 25% en deux ans.

Quelle part des dysfonctionnements assumez-vous ?

Je ne suis pas directrice des TPG, seuls deux collaborateurs de mon département ont travaillé à la conception du réseau. Par contre, sa mise en place a fait apparaître une crise de management au sein des TPG.

La direction et le conseil d’administration des TPG ont mal réagi…

La direction s’est bien ressaisie suite à mon intervention, mais l’action du conseil d’administration était assez faible. Son président était malheureusement peu présent.

Quelle est votre vision de la mobilité ?

Je la pense au niveau de l’agglomération ! Nous travaillons avec nos voisins français pour créer des P+R et des trams. Plus on approche de l’hypercentre, plus l’interconnexion des modes de transports doit être efficiente. Ici, la priorité doit revenir aux piétons, puis aux transports publics et évidemment aux véhicules de livraison.

On vous reproche de ne pas empoigner de gros dossiers, comme la traversée du lac. Que répondez-vous ?

Mark Muller voulait se charger de la traversée du lac, le Conseil d’État la lui a confiée. Mes priorités sont la piétonnisation des centres urbains, l’extension du réseau de trams et de la gare Cornavin.

Après deux ans, êtes-vous à l’aise dans votre rôle de conseillère d’État ?

Je me suis sentie tout de suite bien et à ma place dans cette fonction. On trouve surprenant de me voir à ce poste parce que je viens d’un milieu populaire. On me juge sur ma coupe de cheveux. On pourrait plutôt évoquer mon respect pour l’institution et mon sens des responsabilités.

Votre coupe de cheveux ? Y a-t-il du sexisme au sein du Conseil d’État ?

Un certain paternalisme… Avec l’arrivée des trois femmes, j’inclus la chancelière, l’équilibre de l’équipe a changé. Cela tient aussi à la répartition des dossiers. Ce rapport de force imposé au départ a plombé l’ambiance, mais il en faut plus pour me décourager.

Forces et faiblesses

Michèle Künzler possède les qualités de ses défauts. La conseillère d’État se dit consciente de ses faiblesses et les assume.

Ses faiblesses : ses opposants politiques lui reprochent d’être trop naturelle et transparente; certains critiquent son look et sa manière de s’exprimer en public. Beaucoup évoquent un manque de vision et aimeraient la voir empoigner de grands dossiers.

Ses forces : politicienne de compromis, la magistrate accumule les petites victoires sur le terrain. Ses partenaires et employés parlent d’une femme travailleuse, respectueuse, à l’écoute et sachant faire confiance.

Posted in Genève | Tagué: , , , | Leave a Comment »

160 automates des TPG vandalisés en une nuit

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Dans la nuit de dimanche 12 à lundi 13 février, 160 automates distribuant les titres de transport du réseau des TPG ont été vendalisés.

Les Transports publics genevois (TPG) sont en état d’alerte. Lundi 13 février au matin, la régie publique a réalisé que 160 de ses 650 distributeurs de billets avaient été vandalisés dans la nuit. «Il s’agit d’une attaque organisée et soigneusement préparée», déplore Philippe Anhorn, chargé de communication des TPG. Jamais la régie publique n’avait connu d’attaque aussi ciblée et systématique.

Armés de colle, de feutres et de pièces de bois de la taille d’une carte de crédit, les vandales ont visé les automates longeant, principalement, les lignes de trams. 130 anciens appareils et 30 nouveaux ont été mis hors service et ornés de slogans pour la gratuité des transports collectifs.

Les TPG refusent d’y voir un acte d’usagers en colère contre le nouveau réseau ou une action des mouvements d’extrême gauche, partisans de la gratuité. «On sent que c’est quelque chose qui va plus loin que la simple mauvaise humeur des usagers ou des revendications politiques», analyse Philippe Anhorn qui compare ces méthodes à celles des black blocks lors des manifestations.

La régie publique s’avoue déstabilisée et impuissante. Elle craint de nouveaux agissements. «En novembre, des tracts anonymes avaient été déposés aux arrêts TPG. Ils renvoyaient à un site appelant à commettre ce genre d’actes», relève Philippe Anhorn.

Pour l’heure, son service juridique a déposé plusieurs plaintes et ses techniciens s’attèlent à réparer du matériel. Certaines machines pourront être retapées sur place, mais d’autres devront être enlevées temporairement. La régie publique estime que 70 heures de travail seront nécessaires. Des pièces devront également être changées. Le prix de ces réparations n’est pas encore clair. En revanche, les TPG estiment une baisse de leur chiffre d’affaire de 40 000 francs par jour.

(Avec tdg.ch).

Posted in Genève | Tagué: , , | Leave a Comment »

Des logements et des bureaux à proximité de la gare de Lancy Pont-Rouge

Posted by ardsl sur 14 février 2012

À deux pas de la gare de Lancy Pont-Rouge, qui sera desservie par le CEVA, les CFF vont construire 550 logements et des bureaux pour 4600 travailleurs.

Le nouveau quartier doit accueillir d’ici quelques années la future gare Jean Nouvel du Pont-Rouge – c’est elle qui sera construite en premier à l’horizon 2014-1016 – des immeubles administratifs (4600 places de travail), le long de la route du Grand-Lancy, et 550 logements au pied du coteau qui sépare la gare de La Praille de Lancy. Les bureaux seront construits par étapes sans doute avant les logements en raison de l’emprise du chantier du CEVA. Chaque étape donnera lieu à une mise à l’enquête publique.

Cinq immeubles administratifs et quatorze immeubles locatifs

Les CFF vont réaliser cinq immeubles totalisant 94 500 m2 de surface administrative et 9300 m2 de surface commerciale. Par ailleurs, quatorze immeubles comprenant six cents logements ainsi qu’une école primaire seront également construits autour de la gare de Lancy Pont-Rouge. Ces projets immobiliers participeront au financement de la ligne ferroviaire CEVA. Un protocole d’accord tripartite a été passé dans ce sens entre l’État de Genève, les CFF et la Confédération.

(Avec tdg.ch).

 

Posted in CEVA, Genève | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés mercredi 15 février

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Après le grand froid : plan de transport adapté pour les TER

En raison de contraintes d’exploitation liées au grand froid, la circulation des TER est perturbée sur certaines lignes.

Téléchargez ci-dessous les programmes de circulation des lignes concernées. À noter que certains trains peuvent également avoir une composition réduite.

02 Genève / Annecy – Valence 7 trains supprimés

10 Lyon – Firminy 2 trains supprimés

12 Roanne – Saint-Etienne 2 trains supprimés

24 Roanne – Lyon 2 trains supprimés

30 Mâcon – Ambérieu 15 trains supprimés

31 Saint-Claude – Bourg-en-Bresse 2 trains supprimés

32 Bourg-en-Bresse – Lyon 6 trains supprimés

35 Chambéry – Ambérieu 2 trains supprimés

40 Annemasse – Chêne-Bourg 14 trains supprimés

42 Saint-Gervais – Annemasse 2 trains supprimés

50 Annecy – Chambéry 6 trains supprimés

51 Chambéry – Culoz 2 trains supprimés

52 Chambéry -Bourg-Saint-Maurice 2 trains supprimés

54 Chambéry – Saint-André-le-Gaz – Lyon 8 trains supprimés

60 Grenoble – Chambéry 14 trains supprimés

61 Grenoble – Valence 13 trains supprimés

Clermont-Ferrand – Le Puy 2 trains supprimés

Andelot – Saint-Claude 2 trains supprimés

Après le grand froid : plan de transport adapté pour les TGV

En raison des conditions climatiques difficiles de ces derniers jours, des rames TGV sont immobilisées pour maintenance.

Les TGV suivants sont supprimés :

  • le TGV 6603 (Paris 6h57 – Part-Dieu 8h56) est supprimé. À Paris les voyageurs sont replacés dans le TGV 6680/1 (Paris 6h57 – Saint-Étienne 9h47) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 8h56.
  • le TGV 6614 (Part-Dieu 11h04 – Paris 13h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 11h04.
  • le TGV 6618 (Part-Dieu 13h04 – Paris 15h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6694/5 (Saint-Étienne 12h13 – Paris 15h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 13h04.
  • le TGV 6630 (Part-Dieu 19h04 – Paris 21h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6696/7 (Saint-Étienne 18h13 – Paris 21h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 19h04.
  • le TGV 6130 (Marseille 18h08 – Paris 21h26) est supprimé. Les voyageurs seront replacés dans le TGV 6138 (Marseille 18h36 – Paris 21h44) qui marquera exceptionnellement un arrêt à Valence TGV.
  • le TGV 6615 (Paris 12h57 – Part-Dieu 14h56) est supprimé. À Paris, les voyageurs prendront le TGV 6685 (Paris 12h57 – Saint-Étienne 15h47) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 14h56.

Interruption du trafic ferroviaire entre Lyon et Saint-Étienne

Le trafic ferroviaire a été interrompu à 12h30 entre Lyon et Saint-Étienne.

La présence de stalactites dans un tunnel entre Saint-Chamond et Rive-de-Gier rendait dangereuse la poursuite de la circulation ferroviaire.

Les services techniques SNCF se sont rendus sur place pour briser les stalactites.

Le trafic ferroviaire entre Saint-Étienne et Lyon a été interrompu pendant près de 2 heures. Il a repris vers 14h.

Un TGV et plusieurs TER ont subi des retards allant jusqu’à 1h45.

15 TER ont été supprimés.

Ce sont les phénomènes liés au dégel qui sont à l’origine de cette interruption de trafic. « Nous avons constaté la rupture d’une canalisation sous un tunnel entre Saint-Étienne et Saint-Chamond pouvant entraîner des incidents au niveau de l’alimentation électrique des trains », a précisé le service communication de la SNCF. La présence de stalactites sous le tunnel était aussi de nature à causer des problèmes aux caténaires.

Trains supprimés (en plus des listes ci-dessus)

  • IC 712 (Saint-Gall 7h11 – Genève aéroport 11h24) : supprimé uniquement entre Cornavin et Cointrin.
  • TER 886413 (Bourg-en-Bresse 7h14 – Part-Dieu 8h10) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 886722/3 (Ambérieu 12h07 – Saint-Étienne 13h40) en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • ICN 519 (Genève aéroport 8h05 – Saint-Gall 12h15) : supprimé uniquement entre Cornavin et Cointrin.
  • TER 886822/3 (Saint-Étienne 12h20 – Ambérieu 13h53) : supprimé uniquement entre Lyon et Ambérieu, en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • TER 886220/1 (Perrache 12h31 – Firminy 13h50) en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • TER 886272/3 (Firminy 12h38 – Perrache 13h57) : supprimé uniquement entre Saint-Étienne et Perrache, en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • TER 886824/5 (Saint-Étienne 12h50 – Part-Dieu 13h36) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • TER 886826/7 (Saint-Étienne 13h20 – Ambérieu 14h53) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • TER 886724/5 (Part-Dieu 13h24 – Saint-Étienne 14h10) même motif.
  • TER 886222/3 (Perrache 13h31 – Firminy 14h50) même motif.
  • TER 886728/9 (Ambérieu 14h07 – Firminy 16h03) : supprimé uniquement entre Ambérieu et Lyon.
  • TER 886870/1 (Saint-Étienne 14h20 – Part-Dieu 15h06) en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • TER 886762/3 (Part-Dieu 14h24 – Saint-Étienne 15h10) même motif.
  • TER 886224/5 (Perrache 14h31 – Perrache 15h50) : supprimé uniquement entre Perrache et Firminy, en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • TER 886274/5 (Firminy 14h38 – Perrache 15h57) supprimé en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • TER 886276/7 (Firminy 15h38 – Perrache 16h57) : supprimé uniquement entre Firminy et Saint-Étienne en raison d’un rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • TER 888912 (Saint-Étienne 16h00 – Firminy 16h20).
  • TER 889962 (Saint-Étienne 17h11 – Le Puy 18h42) en raison d’une absence de matériel.
  • TER 889967 (Le Puy 19h13 – Saint-Étienne 20h42) en raison d’une absence de matériel.

Trains et cars retardés

Retard non communiqué pour le TER 886720/1 (Part-Dieu 12h24 – Saint-Étienne 13h10) en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.

2h de retard pour le TGV 6940/1 (Paris 12h45 – Annecy 16h30) en raison d’un incident technique sur le train à Yerres.

1h45 de retard pour :

  • le TGV 6694/5 (Saint-Étienne 12h13 – Paris 15h06) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • le TER 886822/3 (Saint-Étienne 12h20 – Part-Dieu 13h06) même motif.

1h30 de retard pour :

  • le TER 889980/1 (Part-Dieu 12h06 – le Puy 14h23) en raison d’une rupture de caténaire entre Givors et Rive-de-Gier.
  • le TER 886726/7 (Ambérieu 13h07 – Saint-Étienne 14h40) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.

1h de retard pour :

  • le TER 883651 (Ambérieu 6h13 – Chambéry 7h25) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 883103 (Chambéry 7h34 – Moûtiers 8h40) en raison de la réutilisation de la rame du 883651.
  • le TER 17757 (Bercy 9h23 – Part-Dieu 14h40) en raison d’un incident technique sur le train.

50 minutes de retard pour :

  • le TER 885605 (Grenoble 10h10 – Gap 12h24).
  • le TGV 6232 (Figueres 10h20 – Paris 15h56) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17908 (Chambéry 12h02 – Part-Dieu 13h20).
  • le TER 886830/1 (Firminy 13h38 – Perrache 14h57) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • le TER 96512/3 (Part-Dieu 14h38 – Genève 16h27).
  • le TER 96646/7 (Genève 16h42 – Grenoble 19h05) en raison de la réutilisation de la rame du 96512/3.
  • le TER 886141 (Part-Dieu 18h20 – Avignon 20h59).

40 minutes de retard pour :

  • le TER 17974/5 (Part-Dieu 9h08 – Annecy 11h07) en raison de la réutilisation de la rame du 17942/3.
  • le TER 889976/7 (Le Puy 12h41 – Part-Dieu 14h54) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier entre Givors.
  • le TER 886828/9 (Saint-Étienne 13h50 – Part-Dieu 14h36) en raison d’une rupture de caténaire entre Rive-de-Gier et Givors.
  • le TER 18531 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h44).
  • le TER 885678 (Gap 17h29 – Grenoble 19h43).

35 minutes de retard pour le TER 886746/7 (Ambérieu 19h07 – Saint-Étienne 20h40) en raison de la réutilisation du 886846/7.

30 minutes de retard pour :

  • le TER 17601 (Part-Dieu 6h08 – Grenoble 7h33) en raison de l’attente d’un membre du personnel.
  • le TER 17942/3 (Annecy 7h00 – Part-Dieu 8h52) en raison d’un détournement par Chambéry et Bourgoin. Ce train n’a pas desservi Ambérieu.
  • le TGV 6642/3 (Paris 7h27 – Part-Dieu 9h24) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17610 (Grenoble 7h47 – Part-Dieu 9h16) en raison de la réutilisation de la rame du 17601.
  • le TER 884205 (Annecy 10h32 – Annemasse 11h27) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17978/9 (Part-Dieu 12h08 – Annecy 13h59) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 885607 (Grenoble 12h10 – Gap 14h24).
  • le TER 885668 (Gap 13h29 – Grenoble 15h43).
  • le TER 884621 (Bellegarde 14h09 – Saint-Gervais 15h55).
  • le TER 886127 (Part-Dieu 14h20 – Valence 15h31) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 5456/7 (Metz 16h01 – Marseille 22h46) en raison d’une collision entre un train précédent et un sanglier à Selongey.
  • le TER 886732/3 (Part-Dieu 16h24 – Saint-Étienne 17h10).
  • le TER 886846/7 (Saint-Étienne 17h20 – Ambérieu 18h53) en raison de la réutilisation de la rame du 886732/3.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h26).
  • le TER 96630/1 (Genève 6h59 – Grenoble 9h05) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17970/1 (Part-Dieu 7h08 – Annecy 8h59) même motif.
  • le TER 884558 (Évian 7h34 – Annemasse 8h14).
  • le TER 883606 (Chambéry 7h36 – Ambérieu 8h47) même motif.
  • le TER 875704/5 (Clermont-Ferrand 8h57 – Part-Dieu 11h20) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 883162 (Moûtiers 9h12 – Chambéry 10h27) en raison de la réutilisation de la rame du 883103.
  • le TER 884609 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55).
  • le TGV 9268 (Lausanne 12h22 – Paris 16h17) en raison d’un dérangement technique locomotive.
  • le TER 889428 (Part-Dieu 14h25 – Bourg-en-Bresse 15h30).
  • le TER 886226/7 (Perrache 15h31 – Firminy 16h50).
  • le TER 889960 (Saint-Étienne 15h53 – Le Puy 17h17).
  • le TER 889994 (Saint-Étienne 16h15 – Bas-Monistrol 17h00).
  • le TER 889964 (Saint-Étienne 18h45 – Le Puy 20h12) en raison de l’attente d’un personnel.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 884503 (Bellegarde 7h09 – Évian 8h27).
  • le TER 884666 (Saint-Gervais 8h03 – Bellegarde 9h51).
  • le TER 884505 (Bellegarde 8h09 – Évian 9h27) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 884566 (Évian 8h34 – Bellegarde 9h51) en raison de la réutilisation de la rame du 884503.
  • le TER 96558/9 (Genève 9h29 – Part-Dieu 11h22) en raison des correspondances à Bellegarde.
  • le TER 886214/5 (Perrache 9h31 – Firminy 10h50).
  • le TER 17922/3 (Part-Dieu 9h34 – Chambéry 10h53).
  • le TER 885664 (Gap 11h29 – Grenoble 13h43).
  • le TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h36).
  • le TER 886116 (Valence 12h29 – Part-Dieu 13h40) en raison d’un voyageur malade à bord.
  • le TER 17717 (Part-Dieu 13h20 – Marseille 16h54).
  • le TER 884113 (Annecy 13h32 – Saint-Gervais 14h57).
  • le TER 17982/3 (Part-Dieu 14h08 – Annecy 15h59).
  • le TER 17810 (Part-Dieu 14h20 – Dijon 16h19).
  • le TER 96616/7 (Valence 16h41 – Genève 20h00) en raison d’arrêts supplémentaires entre Gières et Montmélian.
  • le TER 884692 (Saint-Gervais 18h03 – Bellegarde 19h51).
  • le TER 884592 (Évian 18h34 – Bellegarde 19h51).
  • le TER 18544 (Bourg-Saint-Maurice 18h16 – Part-Dieu 21h20) en raison de la réutilisation de la rame du 18531.
  • le TER 886852/3 (Saint-Étienne 18h50 – Ambérieu 20h25).

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 6201 (Paris 6h07 – Montpellier 9h34).
  • le TGV 6641 (Paris 6h27 – Part-Dieu 8h24) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 891801 (Dijon 6h33 – Bourg-en-Bresse 8h16).
  • le TER 875730/1 (Part-Dieu 6h40 – Clermont-Ferrand 9h05).
  • le TER 889655 (Roanne 6h45 – Perrache 8h19) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6930/1 (Paris 6h45 – Annecy 10h30) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 96604/5 (Grenoble 6h55 – Genève 9h00) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886609 (Roanne 7h10 – Part-Dieu 8h20).
  • le TER 895824/5 (Belfort 7h36 – Part-Dieu 11h26).
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45).
  • le TGV 9261 (Paris 7h57 – Lausanne 11h44).
  • le TER 17972/3 (Part-Dieu 8h08 – Annecy 9h59) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17564/5 (Valence 8h14 – Annecy 11h24).
  • ICN 1619 (Lausanne 8h45 – Bâle 10h53) en raison d »un dérangement à l’appareil d’enclechement.
  • le TER 18528/9 (Part-Dieu 10h34 – Bourg-Saint-Maurice 13h43).
  • le TER 886760/1 (Ambérieu 11h07 – Saint-Étienne 12h40).
  • l’IC 722 (Saint-Gall 11h11 – Genève aéroport 15h24) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.
  • le TER 887130 (Perrache 14h45 – Villefranche 15h19).
  • le TER 886728/9 (Part-Dieu 14h54 – Firminy 16h03).
  • le TER 96570/1 (Genève 17h29 – Part-Dieu 19h22).
  • le TER 883137 (Chambéry 17h32 – Bourg-Saint-Maurice 19h17).
  • le TER 889978/9 (Le Puy 17h35 – Part-Dieu 19h54) en raison de la réutilisation de la rame du 889960.
  • le TER 17990/1 (Part-Dieu 18h08 – Annecy 19h59).
  • le TGV 9781 (Paris 18h11 – Genève 21h27) en raison d’un dérangement technique.
  • le TER 883141 (Chambéry 18h32 – Bourg-Saint-Maurice 20h20).
  • le TER 96520/1 (Part-Dieu 18h38 – Genève 20h27).
  • le car TER 884631 (Annemasse 18h49 – Saint-Gervais 19h57).

Si vous constatez d’autres suppressions, des retards significatifs ou des trains surchargés, n’hésitez pas à nous le faire savoir en commentant cet article.

(Avec leprogres.fr).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Retour sur le débat public à Chamonix sur l’avenir de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine

Posted by ardsl sur 14 février 2012

Un train en gare d'Argentière. Photo : Daniel Zorloni

Autour du projet de développement du service public ferroviaire en vallée d’Arve et de Chamonix, la CGT cheminots de la vallée d’Arve a organisé un débat public jeudi 2 février à 17h30 à Chamonix (salle du bicentenaire).

L’objectif était de susciter un débat citoyen constructif autour du projet de modernisation du Mont-Blanc Express. Pour la CGT, l’ambition doit être poussée au-delà d’une simple rénovation d’infrastructure et du cadencement à la 1/2 heure. Le Mont-Blanc Express doit devenir un maillon vital pour le transport des voyageurs et du fret entre la plaine de Sallanches et la vallée de Chamonix.

Les cheminots du Mont-Blanc Express ont élaboré un projet complet de développement pour la ligne Saint-Gervais – Vallorcine afin de proposer une offre voyageur et fret nouvelle.

Télécharger le communiqué de la CGT

Le Messager, 9 février 2012

Posted in Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Bilan de l’autoroute ferroviaire alpine pour janvier 2012

Posted by ardsl sur 14 février 2012

L’autoroute ferroviaire alpine (AFA) relie Aiton à Orbassano par le tunnel du Mont-Cenis. Elle permet le transport international des marchandises par le rail.

En janvier 2012, 150 trains ont circulé (soit 75 allers-retours) avec un remplissage de 63%.

L’année 2012 a commencé sur la même tendance que celle observée fin 2011 avec un trafic au plus bas. Cette situation s’explique par les crises de la chimie française et de la sidérurgie italienne.

En décembre 2011, 146 trains avaient circulé (soit 73 allers-retours) avec un remplissage de 52%.

Posted in Fret | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :