ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 15 février 2012

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés jeudi 16 février

Posted by ardsl sur 15 février 2012

Après le grand froid : plan de transport adapté pour les TER

En raison de contraintes d’exploitation liées au grand froid, la circulation des TER est perturbée sur certaines lignes.

Téléchargez ci-dessous les programmes de circulation des lignes concernées. À noter que certains trains peuvent également avoir une composition réduite.

02 Genève / Annecy – Valence 7 trains supprimés

10 Lyon – Firminy 2 trains supprimés

12 Roanne – Saint-Etienne 2 trains supprimés

24 Roanne – Lyon 2 trains supprimés

30 Mâcon – Ambérieu 15 trains supprimés

31 Saint-Claude – Bourg-en-Bresse 2 trains supprimés. À noter la mise en place d’un car pour Saint-Claude à 18h23 au départ de Bourg-en-Bresse.

32 Bourg-en-Bresse – Lyon 6 trains supprimés

35 Chambéry – Ambérieu 2 trains supprimés

40 Annemasse – Chêne-Bourg 14 trains supprimés

42 Saint-Gervais – Annemasse 2 trains supprimés. À noter la mise en place d’un car pour Saint-Gervais à 19h11 au départ de La Roche-sur-Foron.

50 Annecy – Chambéry 6 trains supprimés

51 Chambéry – Culoz 2 trains supprimés

52 Chambéry -Bourg-Saint-Maurice 2 trains supprimés

54 Chambéry – Saint-André-le-Gaz – Lyon 8 trains supprimés

60 Grenoble – Chambéry 14 trains supprimés

61 Grenoble – Valence 13 trains supprimés

Clermont-Ferrand – Le Puy 2 trains supprimés

Andelot – Saint-Claude 4 trains supprimés

Après le grand froid : plan de transport adapté pour les TGV

En raison des conditions climatiques difficiles de ces derniers jours, des rames TGV sont immobilisées pour maintenance.

Les TGV suivants sont supprimés :

  • le TGV 6603 (Paris 6h57 – Part-Dieu 8h56) est supprimé. À Paris les voyageurs sont replacés dans le TGV 6680/1 (Paris 6h57 – Saint-Étienne 9h47) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 8h56.
  • le TGV 6614 (Part-Dieu 11h04 – Paris 13h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 11h04.
  • le TGV 6618 (Part-Dieu 13h04 – Paris 15h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6694/5 (Saint-Étienne 12h13 – Paris 15h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 13h04.
  • le TGV 6630 (Part-Dieu 19h04 – Paris 21h06) est supprimé. Les voyageurs sont replacés dans le TGV 6696/7 (Saint-Étienne 18h13 – Paris 21h06) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 19h04.
  • le TGV 6615 (Paris 12h57 – Part-Dieu 14h56) est supprimé. À Paris, les voyageurs prendront le TGV 6685 (Paris 12h57 – Saint-Étienne 15h47) qui dessert également Lyon Part-Dieu à 14h56.

Trains supprimés

  • IC 712 (Saint-Gall 7h11 – Genève aéroport 11h24) : supprimé uniquement Cointrin et Cornavin. Mise en place d’un train de remplacement au départ de Cornavin.
  • IC 716 (Saint-Gall 8h11 – Genève aéroport 12h24) : supprimé uniquement entre Firbourg et Genève aéroport. Mise en place d’un train de remplacement au départ de Lausanne.
  • TER 883162 (Moûtiers 9h12 – Chambéry 10h27) en raison d’un incident technqiue sur le train.

Trains retardés

1h20 de retard pour l’EC 36 (Milan 17h25 – Genève 21h18).

1h15 de retard pour le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) en raison d’un incident technique sur le train.

1h de retard pour :

  • le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33) en raison de la panne d’un train de fret à Chagny.
  • l’EC 32 (Milan 8h25 – Genève 12h18) en raison de travaux.
  • le TER 885615 (Grenoble 16h10 – Briançon 19h58).

50 minutes de retard pour :

  • le TER 895824/5 (Belfort 7h36 – Part-Dieu 11h22).
  • l’EC 34 (Milan 12h25 – Genève 16h18) en raison de travaux.
  • les TGV 2936 et 6622 (Part-Dieu 15h04 – Paris 17h06) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

40 minutes de retard pour :

  • le TER 17809 (Dijon 9h40 – Part-Dieu 11h40) en raison de la panne d’un train de fret à Chagny.
  • le TER 885664 (Gap 11h29 – Grenoble 13h43).
  • le TER 18503 (Part-Dieu 11h40 – Modane 14h32).
  • le TGV 9866/7 (Marseille 13h10 – Bruxelles 18h42) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 885678 (Gap 17h29 – Grenoble 19h43).
  • le TGV 6880/1 (Toulouse 17h50 – Part-Dieu 21h54) en raison de l’attente d’un personnel.

30 minutes de retard pour le TGV 6925 (Paris 18h41 – Grenoble 21h37) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

25 minutes de retard pour :

  • le TER 96550/1 (Genève 5h25 – Part-Dieu 7h24).
  • le TER 883103 (Chambéry 7h34 – Moûtiers 8h40) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 885656 (Clelles 7h41 – Grenoble 8h43).
  • le TGV 6937 (Paris 9h49 – Annecy 13h30) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 885605 (Grenoble 10h10 – Gap 12h24).
  • le TER 17978/9 (Part-Dieu 12h08 – Annecy 13h59).
  • le TER 885607 (Grenoble 12h10 – Gap 14h24).
  • le TER 885668 (Gap 13h29 – Grenoble 15h43).
  • le TER 885611 (Grenoble 14h10 – Gap 16h24).
  • l’IC 4516/7 (Part-Dieu 15h08 – Tours 20h24) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886143 (Mâcon 17h35 – Valence 19h52).
  • le TER 885680 (Gap 19h30 – Grenoble 21h47).

20 minutes de retard pour :

  • le TER 17550/1 (Chambéry 6h24 – Annecy 7h22) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • l’IC 712 (Saint-Gall 7h11 – Genève 11h17) en raison d’un dérangement d’aiguillage.
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48).
  • le TER 16848/9 (Part-Dieu 12h08 – Tours 17h59) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886614 (Part-Dieu 15h12 – Roanne 16h30).
  • le TER 887343 (Perrache 17h19 – Gières 19h25).
  • le TER 885619 (Grenoble 18h10 – Veynes 20h02).

15 minutes de retard pour :

  • le TER 17354 (Briançon 4h46 – Romans 8h43).
  • le TGV 6192 (Avignon 4h57 – Paris 8h44).
  • le TER 885652 (Veynes 5h50 – Grenoble 7h43).
  • le TER 17970/1 (Part-Dieu 7h08 – Annecy 8h59) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17805 (Dijon 7h40 – Part-Dieu 9h40).
  • le TER 885601 (Grenoble 8h10 – Gap 10h24).
  • le TER 886015 (Mâcon 8h35 – Perrache 9h35).
  • le TER 17974/5 (Part-Dieu 9h08 – Annecy 11h07).
  • le TER 17757 (Bercy 9h23 – Part-Dieu 14h40).
  • le TER 887117 (Villefranche 10h41 – Perrache 11h15).
  • le TER 886716/7 (Part-Dieu 10h54 – Saint-Étienne 11h40).
  • le TER 875734/5 (Part-Dieu 11h40 – Clermont-Ferrand 14h05) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’IC 4582/3 (Part-Dieu 12h40 – Bordeaux 20h36) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 875712/3 (Clermont-Ferrand 14h56 – Part-Dieu 17h20).
  • le TER 96616/7 (Valence ville 16h41 – Genève 20h00).
  • le TGV 6626 (Part-Dieu 17h04 – Paris 19h06) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 96454 (Berne 17h23 – Frasne 19h00) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • le TER 18507 (Part-Dieu 17h40 – Modane 20h19).
  • le TER 875744/5 (Part-Dieu 18h40 – Clermont-Ferrand 21h05).

Si vous constatez d’autres suppressions, des retards significatifs ou des trains surchargés, n’hésitez pas à nous le faire savoir en commentant cet article.

Publicités

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Sud Rail veut prendre en otage les vacanciers !

Posted by ardsl sur 15 février 2012

Le syndicat Sud-Rail a appelé mercredi 15 février les contrôleurs SNCF de la région de Chambéry (Ain, Isère, Savoie et Haute-Savoie) à faire grève les deux prochains week-ends pour demander de nouvelles embauches, menaçant les départs en vacances vers les stations de ski des Alpes.

Le préavis de grève concerne tous les trains et pourrait toucher certains TGV et des TER en correspondance à Chambéry, a indiqué à l’AFP Julien Troccaz, du syndicat Sud-Rail, deuxième organisation syndicale de la région, derrière la CGT.

L’appel à la grève a été fixé du vendredi 17 février à partir de 10h au lundi 20 février à 8h et du vendredi 24 février 10h au lundi 27 février 8h. Les vacances scolaires de la zone C (Bordeaux, Paris, Créteil, Versailles) commencent vendredi 17 février au soir.

Sud-Rail réclame 12 embauches de contrôleurs sur la région de Chambéry «pour compenser les départs en retraite et les mutations», a indiqué M. Troccaz.

«La direction bouge un petit peu à la veille des forts trafics mais ce n’est pas suffisant», a estimé le syndicaliste.

La CGT n’appelle pas à la grève. Elle s’estime satisfaite des avancées obtenues lors d’un dialogue avec la direction régionale.

Pascal Gentil, chargé des relations sociales à la direction régionale SNCF, a expliqué sur les ondes de France Bleu Pays de Savoie que 6 contrôleurs seraient recrutés. Il estime cet effectif supplémentaire suffisant face au nombre de trains à contrôler. Pascal Gentil a salué l’attitude responsable de la CGT.

11% des contrôleurs se sont déclarés grévistes.

L’ensemble des TGV et trains de nuits devraient être maintenus.

L’appel à la grève auprès des contrôleurs SNCF de la région de Chambéry pour les deux prochains week-ends, départs en vacances vers les stations de ski des Alpes, « n’aura aucune conséquence« , a assuré jeudi 16 février la direction SNCF.

Le préavis de grève concerne uniquement les TER, pas les TGV, a indiqué la direction qui prévoit de remplacer « poste par poste les agents en grève par des cheminots volontaires« . « C’est un non-événement« , a ajouté la direction soulignant que la CGT, syndicat majoritaire, s’était dès mardi 14 février retiré du préavis de grève.

(Source : ledauphine.com, France Bleu Pays de Savoie et AFP).

Posted in Grèves | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Transport : «l’opération vérité» du gouvernement

Posted by ardsl sur 15 février 2012

Les ministres Nathalie Kosciusko-Morizet et Thierry Mariani ont dévoilé jeudi 16 février le site Internet www.qualitetransports.gouv.fr

Chaque année en France plus de 1100 millions de voyageurs prennent le train et environ 120 millions effectuent un trajet en avion. Alors que cette mobilité entraîne un besoin croissant de fiabilité, les données sur la ponctualité des opérateurs sont difficilement accessibles pour le grand public.

Dans le même temps, 25 millions de bagages ont été égarés dans les aéroports mondiaux en 2010. Les TGV ont cumulé en décembre 2011 66 467 minutes de retard et les avions 74690 minutes. Pourtant, trouver une information simple et compréhensible sur les démarches à effectuer en cas de retard, d’annulation ou de perte de bagage peut parfois se transformer en parcours du combattant…

Pour répondre à cette exigence accrue, le Président de la République a annoncé le 8 septembre 2011 à l’occasion de l’inauguration de la ligne à grande vitesse (LGV) Rhin Rhône, la création de l’Autorité de la Qualité de Service dans les Transports (AQST). Son objectif est d’améliorer la qualité de service (ponctualité et régularité) des différentes entreprises de transports et de fournir une information claire sur les droits des passagers.

Le site www.qualitetransports.gouv.fr permet à l’utilisateur d’avoir accès à toutes les statistiques concernant les retards et annulations des trains et avions sur plus de 250 liaisons régionales, nationales et internationales.

Enfin, ce site sert de guide pratique au voyageur afin qu’il connaisse ses droits et les démarches à effectuer en cas de litige.

Posted in Aéroports, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Michel Béguelin : «avoir une place assise est un droit ferroviaire»

Posted by ardsl sur 15 février 2012

Réseau saturé, retards à répétition, perturbations de Genève à Saint-Gall. C’est ce que promet le socialiste vaudois Michel Béguelin, à moins que l’on améliore les grandes lignes du Plateau. Pour l’ancien cheminot, il faut réagir si l’on ne veut pas devoir voyager debout.

Il nous a donné rendez-vous au buffet première de la gare de Lausanne. Évidemment. Michel Béguelin, c’est une vie au service du rail : vingt-trois ans aux CFF puis vingt-trois ans au syndicat des cheminots, sans oublier vingt ans au Parlement, au Conseil national et aux États. Aujourd’hui, le socialiste vaudois remonte au front. Avec un groupe d’experts, il propose la création d’une nouvelle ligne sur le Plateau. Un projet aussi ambitieux que remarqué. Il s’explique. Derrière ses allures de vieux sage, l’homme a gardé toute sa flamme.

À 75 ans, après une carrière plus que remplie, vous ferraillez encore et toujours pour défendre les dossiers ferroviaires. Qu’est-ce qui vous motive ?

Je suis issu d’une famille de cheminots. Mon grand-père puis mon père ont été chefs de gare à Vallorbe. Moi-même, j’ai commencé commis de gare, avant que ma carrière me conduise à présider la Commission des transports du Conseil national. Le service public au sens noble du terme est ancré en moi. Aux CFF, on était alors investi d’une mission. Il fallait que les trains roulent, que les gens arrivent. Il m’est arrivé d’emmener un passager dans ma propre voiture de la gare de Chavornay à celle d’Yverdon pour qu’il puisse attraper sa correspondance.

Ce n’est plus le cas aux CFF ?

À l’époque, nous étions formés à servir le client, à lui proposer la meilleure offre, à rechercher la combinaison de prix optimale pour lui. Maintenant… Déjà, on vous fait faire la queue pour vous pousser à l’automate. Après, au guichet, l’agent – ce sont les ordres venus d’en haut – a vingt-cinq secondes pour servir une personne, quitte à donner le plus gros prix possible. Il s’agit de lui piquer des ronds. Cette dérive me fait grimper les murs.

Comment expliquez-vous cette dérive ?

Elle est liée à tous ces effets de libéralisation. On n’offre plus un service à la clientèle. Le client est devenu un coût. Je suis conscient que cela ne sert à rien de vouloir revenir en arrière, ce serait combattre des moulins à vent. On peut cependant améliorer les choses. Et je veux aussi pouvoir bénéficier du modernisme du rail, de cette formidable efficacité, mais pour le mettre au service de la collectivité. C’est ma conviction profonde. Ce n’est pas maintenant que je vais me refaire.

Justement, avec un groupe d’experts, vous venez de dévoiler un rapport ambitieux, Rail2000 plus. De quoi s’agit-il ?

Cela fait vingt ans que l’on investi systématiquement sur l’axe nord-sud, les fameuses transversales alpines. Nous disons qu’il est temps d’inverser cette tendance et de revenir en plaine. Le trafic sur le Plateau a explosé, en hausse de 10% chaque année, dépassant largement toutes les prévisions. Nous avons pris du retard.

Concrètement, que proposez-vous ?

Principalement, nous demandons la réalisation d’une nouvelle ligne entre Roggwil (BE) et Zurich. Elle permettra de décharger Olten, un noeud ferroviaire vital pour tout le réseau. Chaque jour, 550 trains y transitent. Il y en aura 700 dans cinq ans, 850 à terme.

Est-ce réaliste de vouloir implanter une nouvelle ligne ? N’allez-vous pas vous confronter à une montagne d’oppositions ?

Nous lançons une idée alternative (ndlr : le projet des CFF prévoit, lui, le quadruplement de plusieurs tronçons de la ligne actuelle entre Olten et Zurich). Nous souhaitons qu’elle soit discutée. Nous n’avons pas d’autres ambitions. Bien sûr, nous pouvons nous heurter à des oppositions. On peut aussi expliquer au peuple suisse qu’il doit se contenter du réseau actuel. Comment les trains passeront-ils à Olten dans dix ans, dans quinze ans ? Ils passeront… Mais il y aura des perturbations sur tout le réseau. Cela représentera une dégradation par rapport aux conditions actuelles. Pour moi, c’est inacceptable.

N’est-ce pas curieux de vous voir, vous, le grand promoteur du rail romand, militer pour investir une fois de plus dans la région zurichoise ?

Il faut sortir de ces guéguerres entre les régions, entre les cantons. Elles polluent le débat. Les Romands font bloc contre «ces Zurichois qui vont tout nous piquer». En Suisse orientale, on tient le même raisonnement. Nous devons arrêter avec cet esprit de clocher où chacun défend son tronçon. Quand on investit des milliards, on ne peut pas penser village.

Mais qu’avons-nous à y gagner, nous, Romands ?

Tout. Entre Lausanne et Genève, trois trains par heure passent également par le tronçon Olten-Zurich, où il y a déjà deux fois plus de trafic qu’ici. Si c’est perturbé là bas, nous en subissons les conséquences ici. Nous devons améliorer le cœur du réseau, soit l’axe du Plateau. Avec encore quelques travaux sur la ligne Lausanne-Berne, nous pouvons gagner une demi-heure entre Genève et Saint-Gall.

Peu de monde va de Genève à Saint-Gall. Au lieu d’investir pour gagner trente minutes pour traverser le pays, ne devrait-on pas mieux se concentrer sur les tronçons les plus chargés ?

Cette demi-heure gagnée sur cet axe central va se répercuter sur toutes les correspondances, tous les noeuds. Par exemple, elle vous permettra d’améliorer également la ligne du pied du Jura reliant Bienne à l’arc lémanique, qui passe aussi par ce tronçon Olten-Zurich. Et, ensuite, de perfectionner la ligne Bienne-Delémont-Bâle. Notre projet de nouvelle ligne concerne le Lausannois qui se rend à Berne, comme le Jurassien qui descend au Tessin. Il concerne toute la Suisse.

Mais, au final, ce sont encore des investissements pour Zurich alors que Genève et Lausanne…

Vous me parlez de Genève-Lausanne. Mais vous devez savoir que le tronçon Lausanne-Montreux est davantage chargé. Allez prendre le train un vendredi entre 16h30 et 17h30 en direction du Valais ! Vous y verrez – en première classe ! – vingt à trente personnes voyageant debout. Les CFF, avec raison, ont pour ambition de généraliser les trains à deux étages. C’est une bonne chose car, en tant qu’ancien cheminot, je ne peux pas accepter l’idée de passagers debout. Une des caractéristiques d’un train efficace, c’est qu’on puisse s’asseoir. Cela fait partie du service. Je me bats contre cette tendance des CFF à tolérer que, pour quinze minutes, les gens peuvent rester debout. Je dis non et j’insiste: la place assise, c’est un droit ferroviaire. Point.

Raison de plus. Comment justifier que l’on remette de l’argent principalement sur la métropole zurichoise ?

Il faut lire la presse alémanique. Ça râle drôlement là-bas. De leur côté, les Suisses alémaniques estiment également que l’on donne trop aux Romands. Sur les 3,5 milliards de francs prévus par le Conseil fédéral (ndlr : pour la première tranche du fonds d’infrastructure ferroviaire), plus d’un milliard sera en effet consacré au noeud de Lausanne, qui est actuellement le point faible du système. La gare est trop petite pour accueillir des trains de 400 mètres de long. On doit l’agrandir. C’est une priorité. Si ces travaux ne sont pas réalisés, les trains de 400 mètres ne pourront pas être introduits systématiquement sur la ligne du Plateau. Dans ce cas, les Zurichois – je le leur répète – devront voyager debout pendant encore plus longtemps.

Pour agrandir les gares de Lausanne et de Genève, on va détruire des logements. Il y a des résistances. Les comprenez-vous ?

Ces résistances sont normales. Dans le cas de Lausanne, elles ont même été créées par Immobilier CFF. Ceux-ci ont simplement convoqué les habitants pour leur annoncer que dans deux ans ils devraient se trouver un autre domicile. Ils n’ont avisé ni la commune ni le canton. Évidemment, la première réaction a été de crier aux «salopards», de prendre un avocat et de mettre sur pied un comité de soutien. Il faut tout reprendre à zéro, rediscuter avec les gens, faire intervenir les services de l’État pour les aider à se reloger. Le processus va durer. Mais on va y arriver.

Et à Genève ?

C’est très différent. À Genève, c’est une affaire idéologique. Un membre de l’exécutif de la ville (ndlr : Rémy Pagani) a fait du quartier des Grottes son Morgarten et refuse qu’on y touche. Il n’y a rien de rationnel là-dedans. Il faudra bien qu’une solution soit trouvée. Au final, c’est l’intérêt de toute la collectivité en regard de celle d’une collectivité plus petite.

Comprenez-vous cependant la grogne montant autour des CFF ?

Absolument.

Il y a eu ces amendes de 90 francs pour tout passager sans billet, ou avec un mauvais billet, sur les grandes lignes. Comment les avez-vous perçues ?

Extrêmement mal. Mais les syndicats, où je suis toujours engagé, sont intervenus très fortement auprès des CFF pour corriger le tir. Même si ces derniers ne veulent pas le dire trop fort, ils ont lâché du lest et laissent dorénavant un maximum de souplesse aux agents de train afin de ne pas pénaliser les passagers honnêtes. Il faut néanmoins trouver un équilibre pour ne pas non plus inciter les gens à monter dans le train sans payer leur dû. Ce qui est inadmissible.

Il y a ensuite cette succession de hausses de prix.

Je me bats contre elles. Ça commence à bien faire. Et c’est un comble de voir Mme Leuthard décider d’augmenter le prix du sillon (ndlr : redevance que paient les compagnies à l’État pour utiliser le réseau ferroviaire suisse), ce qui va donc induire une hausse des prix de 5% fin 2012. C’est aberrant ! C’est un impôt déguisé. Cet argent n’a pas à aller dans les caisses générales de la Confédération. Mais ce qui m’inquiète vraiment, c’est qu’à force de renchérir les tarifs à ce rythme sans qu’il y ait de retour pour eux, les citoyens risquent de refuser de soutenir le rail lors de prochaines votations cruciales, prétextant qu’ils ne font déjà que payer. Il faut enfin se souvenir qu’avec Rail2000, l’objectif était d’améliorer les prestations pour attirer du monde vers les transports publics. On ne peut pas juste dire maintenant aux usagers : vous êtes venus, tant pis pour vous.

(Source : L’Illustré).

Posted in Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les rames Corail de retour sur les TER Lyon – Genève

Posted by ardsl sur 15 février 2012

Un TER Lyon - Genève, assuré avec des voitues Corail, en gare de Bellegarde

Un TER Lyon - Genève, assuré avec des voitues Corail, en gare de Bellegarde

L’ARDSL a participé à de nombreuses discussions avec la Région Rhône-Alpes et la direction régionale SNCF pour la desserte TER entre Lyon et Genève.

Parmi les avancées, nous avons proposé et obtenu le retour de l’utilisation de matériel Corail sur cette liaison, en lieu et place des automotrices Bombardier. Celles-ci posaient régulièrement des problèmes de capacité et de confort. Une partie des dessertes TER Lyon – Genève est désormais assurée en rame Corail. Les autres liaisons restent assurées en ZGC ou BBGC.

Une rame ZGC comporte au maixmum 174 places assises. Ces rames peuvent se coupler avec 2 éléments (348 places) ou 3 éléments (522 places).

Un TER composé de 6 voitures Corail de seconde classe comporte 528 places. Avec 7 voitures, la capacité passe à 616 places.

Nous vous informons du matériel utilisé en théorie sur les relations Genève – Lyon.

Sens Genève > Lyon

  • TER 96550/1 (sauf dimanche et fêtes) Genève 5h25 – Part-Dieu 7h24 : rame Corail.
  • TGV 6806/7 Genève 6h42  – Part-Dieu 8h30
  • TER 96556/7 Genève 7h29 – Part-Dieu 9h22 : BBGC
  • TER 96558/9 Genève 9h29 – Part-Dieu 11h22 : BBGC
  • TER 96562/3 Genève 11h29 – Part-Dieu 13h22 : ZGC
  • TGV 6818/9 Genève 12h42 – Part-Dieu 14h26
  • TER 96564/5 Genève 13h29 – Part-Dieu 15h22 : ZGC
  • TGV 6816/7 Genève 14h42 – Part-Dieu 16h26
  • TER 96568/9 Genève 15h29 – Part-Dieu 17h22 : rame Corail
  • TER 96646/7 (sauf week-end et fêtes) Genève 16h42 – Culoz 17h38 (BBGC) + TER 17960/1 Culoz 17h56 – Part-Dieu 18h52 (rame Corail)
  • TER 96570/1 Genève 17h29 – Part-Dieu 19h22 : rame Corail
  • TER 96578/9 Genève 19h29 – Part-Dieu 21h22 : ZGC
  • Lunéa 4778/9 (uniquement le vendredi) Genève 20h41 – Part-Dieu 22h44.

Sens Lyon > Genève

  • TER 96500/1 (sauf dimanche et fêtes) Part-Dieu 6h38 – Genève 8h27 : ZGC
  • Lunéa 4678/9 (uniquement le lundi) Part-Dieu 6h48 – Genève 8h50
  • TER 96502/3 Part-Dieu 8h38 – Genève 10h27 : rame Corail
  • TER 96506/7 Part-Dieu 10h38 – Genève 12h27 : ZGC
  • TER 96510/1 Part-Dieu 12h38 – Genève 14h27 : rame Corail
  • TER 96512/3 Part-Dieu 14h38 – Genève 16h27 : rame BBGC
  • TGV 6886/7 Part-Dieu 15h34 – Genève 17h16
  • TER 96514/5 Part-Dieu 16h38 – Genève 18h27 : ZGC
  • TER 96516/7 (sauf le samedi) Part-Dieu 17h38 – Bellegarde 19h04 (ZGC) + RER 96781 (sauf le week-end) Bellegarde 19h21 – Genève 19h57 (BEM 550)
  • TER 96520/1 Part-Dieu 18h38 – Genève 20h27 : rame Corail
  • TGV 6866/7 Part-Dieu 19h34 – Genève 21h16
  • TER 96522/3 (sauf le vendredi) Part-Dieu 20h38 – Genève 22h31 : BBGC
  • TGV 6874/5 (le week-end) Part-Dieu 21h00 – Genève 22h47
  • TGV 6874/5 (sauf le week-end) Part-Dieu 21h34 – Genève 23h16.

Posted in Genève, Matériel, Service 2012, Suisse | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :