ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 11 mars 2012

Mont-Blanc Express : programme des circulations assurées lundi 12 mars

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Un train en gare d'Argentière. Photo : Daniel Zorloni

Un mouvement de grève d’une partie des agents de conduite du Mont-Blanc Express impacte le trafic ferroviaire de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine.

Lundi 12 mars, la desserte TER Saint-Gervais – Chamonix – Vallorcine comporte en conséquence à la fois des circulations ferroviaires et des circulations routières.

Les services suivants sont assurés en mode ferroviaire :

  • 18902 (Vallorcine 6h35 – Saint-Gervais 7h54).
  • 18907 (Saint-Gervais 9h06 – Vallorcine 10h25).
  • 18912 (Vallorcine 10h35 – Chamonix 11h12).
  • 18911 (Chamonix 11h51 – Vallorcine 12h25).
  • 18916 (Vallorcine 12h35 – Saint-Gervais 13h54).
  • 18917 (Saint-Gervais 14h06 – Vallorcine 15h25).
  • 18922 (Vallorcine 15h35 – Saint-Gervais 16h54).
  • 18923 (Saint-Gervais 17h06 – Vallorcine 18h25).
  • 18928 (Vallorcine 18h35 – Saint-Gervais 19h54).
  • 18929 (Saint-Gervais 19h06 – Vallorcine 20h25).
  • 18931 (Saint-Gervais 20h06 – Chamonix 20h47).
  • 18932 (Vallorcine 20h35 – Chamonix 21h07).

Télécharger les horaires valables lundi 12 mars

Depuis le 29 février, les conducteurs du Mont-Blanc Express sont en grève. Les conducteurs sur cette ligne entre Saint-Gervais et Vallorcine ont le statut de conducteur de tram-train. « Ils sont de ce fait payés en dessous du SMIC et n’ont eu qu’une formation au rabais de quatre mois contre neuf mois pour les conducteurs de train, alors que c’est le même métier« , explique Pierre Salvas, secrétaire général CGT des cheminots de la vallée de l’Arve. Les grévistes demandent à ce que leur travail soit reconnu : « nous revendiquons que les conducteurs soient formés correctement et que leur métier soit revalorisé. »

(Avec le messager.fr).

Publicités

Posted in Grèves, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Une redevance routière pour financer les transports publics ?

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Une étude faite dans le canton de Berne met en évidence le fait qu’une redevance routière permettrait de dégager des ressources financières pour de nouvelles infrastructures en matière de transports publics.

Un péage routier de 5 francs par jour désengorgerait les routes de l’agglomération bernoise de 15 à 20% de son trafic.

Cette redevance routière permettrait en outre de dégager des ressources financières pour de nouvelles infrastructures en matière de transports publics.

Ces constats figurent dans une étude commune au canton de Berne, à la région bernoise et à la ville de Berne. Ces trois collectivités cherchent une solution pour faire face à la pression croissante du trafic motorisé privé. Leurs réflexions sont aussi motivées par la situation des finances publiques.

Forfaits journaliers

Cette étude s’est penchée sur l’impact de forfaits journaliers de cinq et neuf francs pour les déplacements à l’intérieur de la zone sous péage. Celle-ci comprendrait le noyau de l’agglomération, à savoir la ville et les communes avoisinantes, sans le trafic de transit sur les routes nationales.

Une redevance routière de cinq francs par jour réduirait de 15% à 20% le volume du trafic. La diminution irait jusqu’à près de 30% pour un péage de neuf francs par jour. Plus de la moitié de ce trafic se reporterait sur les transports publics. Le nombre de déplacements à pied augmenterait lui aussi.

Ce transfert vers le rail et le bus génèrerait des recettes nettes allant de quelque 230 à 370 millions de francs par an, a expliqué vendredi 9 mars le canton de Berne. Ces millions pourraient être affectés au développement des transports publics et à l’allègement de la fiscalité pour l’ensemble des contribuables.

Droit fédéral

Le canton, la région, ainsi que la ville de Berne concluent qu’un péage routier serait un bon moyen pour produire le désengorgement qu’ils jugent souhaitable ainsi que pour générer de nouvelles ressources financières. Mais les conditions ne sont pas réunies dans le droit fédéral.

Ces trois entités demandent donc à la Confédération de créer les bases légales nécessaires à la réalisation d’expériences pilotes. Elles estiment qu’un large débat pourrait alors s’engager.

(Avec ATS).

Posted in Etudes, Suisse | Tagué: | Leave a Comment »

Les pratiques de Car Postal dénoncées par ses concurrents

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Car Postal France ferait appel à La Poste suisse, sa maison-mère, pour compenser les pertes de sa filiale Car Postal Interurbain dans les marchés interurbains isérois. Une explication sur le caractère systématiquement moins disant de ses offres ?

À l’heure où la question de l’exil fiscal revient dans l’actualité, il semblerait que des mouvements financiers dans le sens Suisse – France soient aussi à l’ordre du jour. Mobilettre vient de révéler que La Poste suisse (entreprise publique) compenserait les marchés à marge négative remportés par sa filiale Car Postal France, notamment en Isère. Dans ce département, Car Postal France, par le biais de sa filiale Car Postal Interurbain a multiplié les succès, emportant quasiment l’ensemble des appels d’offres sur les lignes express avec des offres souvent inférieures de 20% à celle de la concurrence. Si l’on ne peut que prêter aux Suisses un certain savoir-faire dans le maniement des chiffres, de tels écarts tiendraient presque de la prestidigitation. « Alors que nous cessions d’alerter le conseil général sur l’incongruité de tels écarts, celui-ci ne nous a jamais écouté. Bien au contraire, il nous a dénigré de plus belle« , raconte un opérateur local sous couvert d’anonymat.

Une lettre au Préfet

Mais le pot aux roses a été découvert, et c’est peut-être le département qui sera au final chocolat. Dans une lettre adressée au Préfet de l’Isère, la FNTV locale et différents transporteurs dénoncent les pratiques de dumping concurrentiel exercé par l’opérateur helvète. Le courrier qui dénonce les passations de marché est sans équivoque : « cette procédure de mise en concurrence est en effet faussée par la candidature d’une société qui est l’émanation d’un établissement public suisse et qui bénéficie d’aides publiques, ce que nous venons de découvrir, alors que cela dure depuis plusieurs années maintenant, aides publiques qui lui permettent d’offrir des prix très inférieurs à ceux proposés par les entreprises les mieux placées pour obtenir ces marchés« . Le courrier est accompagné de documents fiscaux étayant les faits dénoncés. On y note notamment et toujours concernant Car Postal Interurbain que : « dans le cadre de son activité, la société a souscrit des contrats qui pourraient générer des pertes. En soutien à ces filiales, La Poste Suisse, 21 Viktoriastraße, 3030 Bern, a signé avec la société un engagement d’aide financière. Cet engagement est directement rattachable aux contrats, et a été intégré dans l’évaluation de la marge prévisionnelle des contrats réalisés par la société. En tenant compte de cet engagement, la marge prévisionnelle de ces contrats est considérée comme nulle au 31 décembre 2010« . Un tel soutien financier autorise sans nul doute de répondre aux appels d’offres en proposant des tarifs défiant toute concurrence. Sans l’apport de fonds frais de sa maison-mère, Car Postal Interurbain ne devrait plus être en mesure de se porter candidate sur des marchés publics faute de capacité financière réelle, comme l’impose l’article 45 du code des marchés publics. Le courrier de la FNTV ajoute que les candidatures de Car Postal Interurbain devraient être rejetées « car l’équilibre financier de cette société ne repose pas sur les résultats de son exploitation mais sur une aide publique provenant de surcroît d’un établissement public étranger, dont rien ne garantit qu’elle se prolongera sur toute la durée des marchés publics (six à huit ans). En conséquence, c’est la continuité du service public qui est directement en cause« .

Arrêter les procédures d’appels d’offres en cours

Malgré l’ensemble des preuves à charge, il semble peu évident, voire inenvisageable que les marchés accordés à Car Postal Interurbain soient remis en question. En revanche, d’autres appels d’offres sont en cours, notamment celui portant sur la dernière ligne express non exploité par l’opérateur helvète (n°1920 Bourgoin – Lyon). « Il faut que les offres déposées soient gelées, ainsi que toutes celles établies par Car Postal Interurbain. Nous demandons également que l’autorité de la concurrence se saisisse du dossier. Par ailleurs, il serait temps que le Conseil général se montre avec Car Postal Interurbain aussi intransigeant qu’avec les entreprises implantées de longue date dans le département« , assure Frédéric Papon, secrétaire général de la FNTV 38. Il fait ici référence à des perquisitions opérées en 2010 dans diverses entreprises par l’autorité de la concurrence pour suspicion d’entente illégale, à la demande du conseil général. Cela témoigne du climat délétère qui règne en Isère sur la question des transports. Du côté de Car Postal, on réfute le fait que le soutien financier de la maison mère a permis la constitution d’offres moins disantes. « Ces déficits étaient dus à des frais de structure et de développement du fait du démarrage de l’activité interurbaine. Ainsi, le soutien économique de La Poste Suisse, visait à rétablir l’équilibre financier et non à compenser d’hypothétiques contrats à perte« , affirme Beat Müller, responsable du marché international chez Car Postal Suisse SA. Une réunion sur ce sujet entre le conseil général et les transporteurs isérois serait prévue lundi 12 mars. L’occasion de refaire le point sur l’avancement du dossier.

(Avec Bus et car).

Posted in Isère | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Passy : une table ronde sur la qualité de l’air le 20 mars

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Une table ronde sur la qualité de l’air, ouverte à tous les citoyens, est programmée mardi 20 mars à 20h30 à l’auditorium du collège de Varens à Passy (Haute-Savoie).

La pollution de l’air, ses conséquences sur la santé, ses causes, seront exposées sans complaisance, ni exagération, pour établir un état des lieux objectif. Des pistes seront aussi données aux citoyens pour les aider à agir à leur niveau. Avec les interventions de :

  • Didier Chapuis, Air Rhône-Alpes
  • Marielle Schmitt, Institut de Veille Sanitaire Rhône Alpes
  • Simon Métral, Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc
  • Anne Lassman Trappier, Environn’MontBlanc
  • Yann Ivart, Prioriterre

Télécharger le programme de la soirée

La table ronde est organisée par Trans’Versant, un réseau composé d’élus, de socioprofessionnels et de représentants associatifs du Pays du Mont-Blanc, qui souhaitent travailler ensemble dans le domaine du développement durable et avancer concrètement pour mettre en place des actions auprès des citoyens. La table ronde sur la Qualité de l’air est le premier événement public organisé par cette nouvelle structure.

Posted in Conférence, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Nyon Saint-Cergue prêt à vivre une révolution

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

De nouvelles rames, plus de confort, des gares mieux sécurisées, et une cadence au quart d’heure, tout ça en décembre 2015.

Après son sauvetage dans les années 1980 (lire l’historique de la ligne Nyon – Morez), le petit train rouge vivra une nouvelle révolution. D’abord annoncée pour 2013, puis repoussée à 2014, la cadence au quart d’heure interviendra en décembre 2015. «Nous avons déposé le plan d’investissement en octobre dernier. Il s’agit donc d’une projection réaliste», assure Richard Zaugg, directeur de la Compagnie du chemin de fer Nyon Saint-Cergue Morez (NStCM). Pour parvenir à relever ce défi horaire, la société ferroviaire devra acquérir de nouvelles rames, réaliser un point de croisement à Arzier, automatiser les aiguillages et déménager son dépôt de 1916.

Depuis 2004 – année où la gare enterrée de Nyon a été mise en fonction – le chemin de fer n’a plus connu d’évolution. Pendant ce temps, la fréquentation des voyageurs a augmenté de 58%. En 2010, le train a transporté 1,25 million de personnes. Et cette croissance va se poursuivre puisque le projet d’agglomération franco-valdo-genevoise prévoit 4000 habitants et emplois supplémentaires le long de la ligne à l’horizon 2030.

Aux limites de capacité

« Le drame, c’est qu’on travaille sans filet« , précise Richard Zaugg. « On arrive aux limites de capacité aux heures de pointe et on ne dispose pas de matériel de remplacement en cas de panne. Il est donc temps de compléter et de moderniser les installations. Heureusement, les feux sont au vert à tous les niveaux. On est entré dans une ère où l’on ne considère plus ce type de train comme un objet folklorique mais comme un outil faisant partie intégrante du système global des transports publics. »

L’acquisition de matériel roulant constituera le gros morceau puisque la commande prévoit quatre nouvelles rames en 2014 puis six autres en 2018, le tout pour 66 millions. «Nous financerons ces achats par des crédits bancaires mais on aura besoin d’une indemnité de l’État de Vaud pour nous aider à combler le manque à gagner pendant les années où il faudra amortir ces investissements», explique le directeur, confiant dans les autorités politiques.

De gros travaux d’infrastructures devront accompagner ces acquisitions. A commencer par la réalisation d’un point de croisement au-dessus d’Arzier (5 millions) afin de permettre une plus grande fréquence des trains entre Nyon et Genolier. Ce tronçon est concerné par le passage de la cadence toutes les 15 minutes pendant les heures de pointe (ce cadencement sera prolongé jusqu’à Saint-Cergue dans une deuxième phase, qui n’est pas encore programmée).

D’autres améliorations importantes sont prévues : la sécurisation des haltes et des gares, l’adaptation de la hauteur des quais, des aiguillages gérés par ordinateur, et un système d’annonces aux voyageurs digne de ce nom. Ces aménagements évalués à 43 millions de francs seront pris en charge par la Confédération et le canton.

Jusqu’aux Rousses ?

A noter encore que les autorités françaises ont approché la direction de la compagnie pour lui proposer de prolonger la ligne de La Cure jusqu’aux Rousses, soit sur une distance de trois kilomètres. « L’enjeu, côté français, est de taille« , relève Richard Zaugg. « Il s’agit de désenclaver une station touristique qui compte près de 20 000 lits. » Selon le directeur, les discussions sont bien avancées.

Un immense dépôt tout près de Paléo

Construit au nord de la ville de Nyon au début du XXe siècle, le dépôt atelier du chemin de fer Nyon Saint-Cergue Morez (NStCM) est aujourd’hui en plein centre urbain. Devenu obsolète et trop petit, il ne pourra plus remplir son rôle lorsque le NStCM aura acquis ses nouvelles rames. D’où le projet de réaliser un nouveau bâtiment quatre fois plus grand.

« Nous avons signé la promesse de vente d’un terrain privé de 20 000 m2 situé juste en dessus de Paléo« , annonce le directeur de la Compagnie Richard Zaugg. « Et la commune de Trélex nous a donné un préavis positif. Nous pensons l’inaugurer en 2015. » Pour pouvoir y parquer cinq rames, les ateliers de maintenance, les unités de lavage et tous les véhicules de service, il faut de la place, beaucoup de place. Le dépôt fera donc 80 mètres de long sur 50 de large. Presque un terrain de football. Direction et administration comptent aussi y avoir leurs bureaux.

Seul un point de vente restera au centre-ville. Est-ce que ce sera l’occasion d’y aménager un P+R et une nouvelle gare pour les pendulaires? «On ne l’exclut pas mais nous n’avons pas eu de demande des communes à ce sujet», répond le directeur.

Il précise qu’en revanche une nouvelle gare sera construite au Reposoir lorsque le quartier de la Petite-Prairie se développera. Au sujet du P+R, Elisabeth Ruey Ray déclare que les autorités hésitent encore entre deux emplacements, l’un près du futur dépôt du NStCM, et l’autre vers le Parc chevalin.

Télécharger les horaires actuels de la ligne Nyon – La Cure

(Avec 24heures).

Posted in Jura, Matériel, Service 2016, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

150 ans de chemin de fer à Paray-le-Monial

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

L’amicale des anciens Parodiens fait cette année honneur au chemin de fer à Paray-le-Monial.

« C’est plus d’un an et demi de travail« , explique Toto Lauvernier, inusable président de cette association, « que nous avons dû faire pour obtenir les documents nécessaires à cette exposition. » Des demandes aux archives de la SNCF, en passant par la collecte de cartes postales et d’articles de journaux… Autant de pistes pour pouvoir enfin célébrer, un peu en avance, les 150 ans du chemin de fer à Paray.

Une étoile ferroviaire importante

Entre les années 1861 et 1900, c’est autour de Paray que se construisent les lignes emportant voyageurs et marchandises vers Mâcon, Roanne, Lyon, Nevers, Moulins ou bien Chagny. Le réseau ferré est alors en plein développement et la gare de la ville est officiellement inaugurée le 16 septembre 1867.

Autour du PLM se développe alors des activités industrielles, les fameuses usines de céramique, et les établissements Fauchon-Baudot possèdent déjà leur embranchement particulier. Mais le pouvoir économique du PLM va au-delà puisque les pèlerinages au Sacré-Cœur sont sources de venues de milliers de passagers. De juin à octobre 1873, se sont 200 000 pèlerins qui arriveront avec des pointes journalières à plus de 20 000 personnes.

Un quartier dans la ville

Naît alors dans le quartier sud de la ville, à proximité des lieux d’exploitation et des dépôts, le fameux quartier PLM, avec ses logements identiques (on en dénombrera plus de 280), sa coopérative de ravitaillement et surtout son style de vie en lien constant avec le travail. La cité de cheminots avec ses jardins, ses espaces communs, son école est alors un lieu de vie important de la ville. Des 190 employés du PLM en 1901, il n’en restera plus de 660 en 1931, pesant largement sur la vie économique et politique de Paray-le-Monial.

Une belle exposition à découvrir à la Tour Saint-Nicolas du 9 au 18 mars de 14h à 18 h. Entrée libre.

(Source : Le Journal de Saône-et-Loire).

Posted in Bourgogne | Tagué: | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés dimanche 11 mars

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Trains supprimés

  • Lunéa 5596/7 (Saint-Gervais 19h12 – Paris 6h33) en raison d’une panne sur la locomotive. Les voyageurs sont replacés dans les trains suivants : 884178 (Saint-Gervais 19h03 – Annecy 20h29), 17968 (Annecy 21h01 – Aix 21h36) et 5706 (Bourg-Saint-Maurice 20h05 – Paris 6h33) qui effectue un arrêt exceptionnel à Aix-les-Bains.

Trains retardés

50 minutes de retard pour :

  • le TER 886606 (Part-Dieu 10h12 – Roanne 11h30) en raison d’un incident de circulation.
  • le TGV 5380/1 (Montpellier 16h28 – Nantes 23h08) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17538/9 (Annecy 17h37 – Valence 20h46) en raison d’un voyageur malade à bord.
  • le TGV 6057 (Paris 18h07 – Montpellier 21h34) en raison d’un voyageur malade pris en charge à Mâcon TGV.
  • le TGV 6217 (Paris 18h07 – Perpignan 23h24) en raison d’un voyageur malade pris en charge à Mâcon TGV.

40 minutes de retard pour :

  • le TER 17580/1 (Valence ville 15h14 – Annecy 18h22).
  • le TGV 5386/7 (Montpellier 16h28 – Rennes 22h54) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 884121 (Annecy 17h32 – Saint-Gervais 18h57).
  • le TER 875718/9 (Clermont-Ferrand 17h56 – Part-Dieu 20h20).
  • le TER 17540/1 (Annecy 18h37 – Valence 21h46).
  • le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Part-Dieu 23h14) en raison d’un incident technique sur le train.

30 minutes de retard pour :

  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45).
  • le TGV 9270 (Lausanne 16h25 – Paris 20h21) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17763 (Bercy 15h38 – Part-Dieu 20h40) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 883233 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h43) en raison d’un incident technique sur le train.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 5462/3 (Metz 8h15 – Montpellier 14h58) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) même motif.
  • le TGV 5376/7 (Marseille 15h42 – Le Havre 22h01) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 883231 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h55).
  • le TER 884178 (Saint-Gervais 19h03 – Annecy 20h29) en raison de la panne du 5596/7.
  • le TGV 5134/5 (Lille Europe 20h02 – Montpellier 1h25) en raison d’une correspondance avec un train retardé à Lyon.
  • le TER 886856/7 (Saint-Étienne 20h20 – Ambérieu 21h53).
  • le TER 886626 (Part-Dieu 21h12 – Roanne 22h30) en raison d’une correspondance avec un train retardé.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 886177 (Valence 7h04 – Avignon 8h29).
  • le TER 885603 (Grenoble 10h03 – Gap 12h24) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h06) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6614 (Part-Dieu 11h04 – Paris 13h06) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 885611 (Grenoble 14h10 – Gap 16h23).
  • le TER 17357 (Romans 14h22 – Briançon 18h46).
  • le TER 886189 (Valence 17h04 – Avignon 18h29) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 885682 (Gap 19h30 – Grenoble 21h57).
  • le TER 883341 (Chambéry 20h16 – Modane 21h32) en raison d’une correspondance avec un train retardé.

18 minutes de retard pour le TGV 6984 (Annecy 18h31 – Paris 22h13).

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16).
  • le TER 886113 (Part-Dieu 8h20 – Valence 9h31) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 6503 (Paris 10h11 – Évian 14h47) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6472/3 (Paris 10h11 – Saint-Gervais 15h18) même motif.
  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96506/7 (Part-Dieu 10h38 – Genève 12h27).
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 885668 (Briançon 11h51 – Grenoble 15h43).
  • le TGV 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56) en raison d’un dérangement d’installation.
  • l’ICN 1528 (Saint-Gall 13h48 – Lausanne 17h15) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6065 (Paris 14h07 – Perpignan 19h08) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6213 (Paris 14h07 – Figueras 19h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6686/7 (Paris 16h57 – Saint-Étienne 19h47).
  • le TER 17988/9 (Part-Dieu 17h08 – Annecy 18h59).
  • le TER 885678 (Gap 17h29 – Grenoble 19h43).
  • le Lunéa 4678/9 (Hendaye 18h16 – Genève 8h50).
  • le TGV 9784 (Genève 19h42 – Paris 22h52).

Autres informations

Mise en circulation de deux autocars pour Bellegarde au départ de Lyon Part-Dieu pour acheminer les passagers restés à quai lors du départ du TER 96512/3 (Part-Dieu 14h38 – Genève 16h27).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Samedi 10 mars : Valence – Briançon, le train fantôme

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

À l’heure du déjeuner samedi 10 mars, les voyageurs souhaitant se rendre dans la vallée de la Drôme ou dans les Hautes-Alpes ont vécu un désagréable moment. Ils attendaient un  train… fantôme !

C’est la première fois que cela se produit”, confie la direction de SNCF. Raison de cette situation des plus insolites et fâcheuses : “un bug informatique concernant le numéro d’un train TER”, assure SNCF.

Concrètement, pendant les pointes hivernales, SNCF fait circuler des TER supplémentaires entre Valence ville et Briançon en correspondance à Valence ville avec partant de Paris. Ces TER n’apparaissent pas dans les fiches horaires TER.

Ainsi les TGV 6005 et 6199 (Paris 9h27 – Valence ville 11h56) ont en théorie tous les samedis du mois de mars une correspondance pour Briançon assurée par le TER 17387 (Valence ville 12h41 – Livron 12h53/57 – Crest 13h10/12 – Saillans 13h25/26 – Die 13h48/54 – Luc-en-Diois 14h10/11 – Veynes 14h46/50 – Gap 15h09/12 – Chorges 15h25/28 – Embrun 15h47/50 – Montdauphin 16h04/05 – L’Argentière 16h15/17 – Briançon 16h30).

Samedi 10 mars, pas moins de 250 passagers étaient présent en gare de Valence ville à l’heure de départ théorique du TER 17387 à destination de Briançon.

Sauf que SNCF a vendu des billets pour un train fantôme ! En effet, aucun conducteur, aucun contrôleur et aucune rame n’étaient là pour assurer la liaison 17387 entre Valence ville et Briançon.

Autocars de substitution ou TER suivant…

Après avoir recensé le nombre de nos clients, nous avons distribué des plateaux-repas et des bouteilles d’eau. Des autocars de substitution ont également été mis à disposition pour une partie des voyageurs”, précise toujours la SNCF.

Quant aux autres passagers, ils ont été contraints et forcés de patienter jusqu’à 15h15. Pour enfin grimper dans un train TER à destination de Briançon, puis arriver dans les Hautes-Alpes… à l’heure du dîner !

(Avec France Bleu Drôme-Ardèche et Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Drôme, Loisirs | Tagué: , , , , | 3 Comments »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés samedi 10 mars

Posted by ardsl sur 11 mars 2012

Trains supprimés

  • TER 885318 (Gières 8h35 – Saint-André-le-Gaz 9h50) : supprimé uniquement entre Gières et Grenoble, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 17387 (Valence 12h40 – Briançon 16h30). Lire notre article consacré à la suppression de ce train.
  • TER 886186 (Valence 18h08 – Mâcon 20h30) : supprimé uniquement entre Saint-Georges-de-Reneins et Mâcon, en raison d’un accident de personne.

Trains retardés

2h45 de retard pour le TER 17816 (Part-Dieu 19h20 – Dijon 21h19) en raison d’un accident de personne à La Chapelle-de-Guinchay (Saône-et-Loire). Il était 20h samedi lorsqu’une femme de 52 ans a mis fin à ses jours à Pontanevaux, sur la commune de La Chapelle-de-Guinchay. Après avoir déposé son sac à main à côté du panneau de signalisation, la désespérée s’est mise à genou devant le train qui arrivait au loin et assurait la liaison Lyon – Dijon. Le trafic a été interrompu pendant plus de deux heures et des trains ont été détournés.

1h15 de retard pour le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Part-Dieu 23h14) en raison d’un accident de personne.

1h de retard pour le TGV 6414 (Modane 15h36 – Paris 20h11) en raison de l’attente d’un personnel à Chambéry.

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 6417 (Paris 6h41 – Bourg-Saint-Maurice 11h23) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 891807 (Dijon 8h33 – Bourg-en-Bresse 10h16) en raison de l’intervention des forces de l’ordre à Dijon.
  • le TER 885668 (Gap 13h28 – Grenoble 15h43) en raison d’un obstacle sur ou aux abords de la voie.
  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h24).
  • le TER 886036 (Part-Dieu 21h20 – Mâcon 22h06).

30 minutes de retard pour :

  • le TER 17755 (Bercy 7h38 – Part-Dieu 12h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17361 (Romans 16h23 – Briançon 20h24).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 883711 (Chambéry 7h24 – Grenoble 8h23) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 883215 (Part-Dieu 8h40 – Bourg-Saint-Maurice 12h01) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886423 (Bourg-en-Bresse 10h45 – Part-Dieu 11h35) en raison d’un voyageur malade à bord.
  • le TGV 9828/9 (Bruxelles 12h18 – Marseille 17h46) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9247 (Paris 12h45 – Milan 19h47) en raison d’un obstacle sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 5028/9 (Lille Europe 13h03 – Marseille 17h46) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17763 (Bercy 15h38 – Part-Dieu 20h40) en raison d’un accident de personne.
  • le TER 883484/5 (Modane 16h25 – Part-Dieu 19h30) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6130 (Marseille 18h08 – Paris 21h26) en raison de l’affluence à Valence TGV.
  • le TGV 6632 (Part-Dieu 20h04 – Paris 22h10).

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h26).
  • le TER 883254 (Bourg-Saint-Maurice 6h12 – Part-Dieu 9h20) en raison de la panne d’un autre train.
  • l’EXT 30612 (Bâle 7h59 – Genève aéroport 10h53) en raison d’un dérangement technique à un véhicule.
  • le TER 22022 (Briançon 9h39 – Grenoble 13h43).
  • le TER 885607 (Grenoble 12h10 – Gap 14h26).
  • le TER 887324 (Saint-André-le-Gaz 12h15 – Perrache 13h11).
  • le TGV 5188/9 (Bourg-Saint-Maurice 14h36 – Lille Flandres 21h15).
  • le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h45) en raison d’un obstacle sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17580/1 (Valence 15h14 – Annecy 18h22).
  • le TER 17406/7 (Marseille 16h35 – Briançon 21h24) en raison d’un incident technique sur le train.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 889974/5 (Le Puy 6h48 – Part-Dieu 8h54).
  • le TGV 6501 (Paris 7h11 – Évian 11h18) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 6466/7 (Paris 7h11 – Saint-Gervais 11h32) même motif.
  • le TGV 5306/7 (Bordeaux 7h37 – Dijon 15h39) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h33) en raison d’une correspondance avec un train retardé.
  • le TER 96542/3 (Part-Dieu 13h38 – Saint-Gervais 16h55).
  • le TGV 6434 (Bourg-Saint-Maurice 14h09 – Paris 19h22).
  • le TER 885611 (Grenoble 14h10 – Gap 16h23).
  • le TER 885715 (Grenoble 16h05 – Briançon 19h59).
  • le TER 895806/7 (Part-Dieu 16h34 – Besançon Viotte 19h09).
  • le TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h07) en raison d’un arrêt exceptionnel à Mâcon TGV.
  • le TGV 6950/1 (Paris 18h45 – Annecy 22h29) en raison d’un incident technique sur le train.

(Avec Le Journal-de-Saône-et-Loire).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :