ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 28 mars 2012

Grève en Espagne : 3 TGV Paris – Valence TGV – Figueras limités à Perpignan jeudi 29 mars

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

Un mouvement de grève de la RENFE jeudi 29 mars ne sera pas sans conséquence sur le trafic ferroviaire entre Rhône-Alpes et l’Espagne.

Le TGV 6213 (Paris 14h07 – Figueras 19h40) sera terminus exceptionnel Perpignan à 19h06.  Le TGV 6216 (Figueras 14h20 – Paris 19h56) partira exceptionnellement de Perpignan à 14h51.  Le TGV 6232 (Figueras 10h20 – Paris 15h56) partira exceptionnellement de Perpignan à 10h51.

Ces 3 TGV Paris – Figueras desservent la gare de Valence TGV.

La journée du 29 mars est marquée par une grève générale en Espagne.

Publicités

Posted in Espagne, Grèves | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferrovaire : suppressions et retards constatés mercredi 28 mars

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

Trains supprimés

  • TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33). Ce TGV a eu pour terminus Le Luc-et-Le-Canet avec 3h05 de retard en raison d’une panne. Les voyageurs ont été replacés à bord des TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05), 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) et d’un TER jusqu’à Nice. Notez que ce train a également été retardé en raison de la panne d’un TER à Solliès-Pont, près de Toulon. Lire notre billet sur les avaries subies par ce train. En conséquence, le trafic ferroviaire a été interrompu plus de deux heures entre Toulon et Nice.
  • TER 887343 (Perrache 17h19 – Gières 19h25) : supprimé uniquement entre Grenoble et Gières.
  • TGV 6876/7 (Nice 17h27 – Dijon 23h40) : supprimé uniquement entre Lyon et Dijon, en raison de la panne du 5148/9.
  • IC 739 (Genève aéroport 17h36 – Saint-Gall 21h53) : supprimé uniquement entre Lausanne et Saint-Gall, en raison d’un dérangement technique à la locomotive. Un train de remplacement a été mis en place selon l’horaire entre Lausanne et Berne.
  • TER 17538/9 (Annecy 17h37 – Valence 20h46) : supprimé uniquement entre Chambéry et Valence, en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 883760/1 (Chambéry 17h58 – Saint-Marcellin 19h56) : supprimé uniquement entre Grenoble et Saint-Marcellin, en raison d’une panne à Goncelin.
  • TER 887347 (Perrache 18h19 – Gières 20h25) : supprimé uniquement entre Grenoble et Gières, en raison d’un incendie aux abords des voies à Voreppe.
  • TER 885382 (Gières 19h35 – Perrache 21h41) : supprimé uniquement entre Gières et Grenoble, en raison de la réutilisation prévue de la rame du 887343.
  • TER 885386 (Gières 20h35 – Saint-André-le-Gaz 22h01) : supprimé uniquement entre Gières et Grenoble, en raison de la suppression du 887347.

Trains retardés

Retard non communiqué pour le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Toulon 13h45). Lire notre billet sur les avaries subies par ce train.

3h15 de retard pour le TGV 9762 (Genève 6h12 – Paris 9h32) en raison d’un incident technique sur le train.

3h de retard pour :

  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison de la pane du 5148/9 au Luc-et-Le-Cannet. La circulation a été interrompue dans ce secteur entre 17h30 et 19h05.
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) en raison de la pane du 5148/9 au Luc-et-Le-Cannet. La circulation a été interrompue dans ce secteur entre 17h30 et 19h05.
  • le TGV 9868/9 (Perpignan 13h18 – Bruxelles 20h57) en raison d’un accident de personne.

2h45 de retard pour le TGV 6876/7 (Nice 17h27 – Part-Dieu 21h58) en raison de la panne du 5148/9.

2h15 de retard pour le TGV 6818/9 (Genève 12h41 – Nice 19h05) en raison de la panne du 5148/9.

1h45 de retard pour le TER 883768/9 (Chambéry 18h58 – Saint-Marcellin 20h56).

1h30 de retard pour :

  • le TER 96646/7 (Genève 16h42 – Grenoble 19h05) en raison de la panne du 883760/1 à Goncelin.
  • le TER 883760/1 (Chambéry 17h58 – Grenoble 18h58) en raison d’une panne à Goncelin.
  • le TER 18509 (Part-Dieu 19h40 – Modane 20h17).

1h15 de retard pour :

  • le TGV 6150 (Toulon 5h08 – Paris 9h14) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6216 (Figueras 14h20 – Paris 19h56) en raison d’un accident de personne.
  • le TER 885678 (Gap 17h29 – Grenoble 19h43).
  • le TER 883766/7 (Chambéry 18h24 – Valence 21h20) en raison de la panne du 883760/1 à Goncelin.

1h de retard pour :

  • le TGV 5474/5 (Montpellier 17h02 – Strasbourg 22h49) en raison d’un accident de personne, d’un acte de malveillance et d’un obstacle sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 6866/7 (Montpellier17h28 – Genève 21h16) en raison d’un acte de malveillance à Vénissieux.
  • le TER 17635 (Part-Dieu 18h44 – Grenoble 20h13) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 887351 (Perrache 19h19 – Grenoble 21h09).
  • le TER 885382 (Grenoble 19h50 – Perrache 21h41).

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 5462/3 (Metz 8h15 – Montpellier 14h58) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’EC 34 (Milan 12h25 – Genève 16h18) en raison de travaux.
  • le TGV 5322/3 (Nantes 12h52 – Marseille 19h16) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 887347 (Perrache 18h19 – Grenoble 20h09) en raison d’un incendie aux abords des voies à Voreppe.
  • le TER 887349 (Perrache 18h49 – Saint-André-le-Gaz 19h47) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 17637 (Part-Dieu 19h14 – Grenoble 20h37).
  • le TER 17641 (Part-Dieu 20h14 – Grenoble 21h33).

40 minutes de retard pour :

  • le TER 96550/1 (Bellegarde 5h52 – Part-Dieu 7h24) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 18531 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h43) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6976/7 (Annecy 15h31 – Paris 19h18).
  • le TER 886143 (Mâcon 17h35 – Valence 19h52) en raison d’un dérangement d’installation.
  • l’IC 739 (Genève aéroport 17h36 – Saint-Gall 21h53) en raison d’un dérangement technique à la locomotive. Train limité à Lausanne.
  • le TER 17634 (Grenoble 17h47 – Part-Dieu 19h16) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 17916 (Chambéry 18h02 – Part-Dieu 19h20) même motif.
  • le TER 18927 (Saint-Gervais 18h06 – Vallorcine 19h35).
  • le TER 17540/1 (Annecy 18h37 – Valence 21h46).
  • le TER 18533 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h45) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17937 (Part-Dieu 20h40 – Chambéry 21h58).

30 minutes de retard pour :

  • le TER 886756/7 (Part-Dieu 0h24 – Saint-Étienne 1h10).
  • le TGV 5016/7 (Nice 11h27 – Lille Europe 18h57)en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9864/5 (Nice 11h27 – Bruxelles 19h42) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 883325 (Chambéry 16h16 – Modane 17h32) même motif.
  • le TGV 9778 (Genève 16h29 – Paris 19h52) en raison d’un dérangement d’installation.
  • l’EC 36 (Milan 17h25 – Genève 21h18).
  • le TGV 6923 (Paris 17h37 – Grenoble 20h40).
  • le TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h14) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 887344 (Saint-André-le-Gaz 18h18 – Perrache 19h11) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 17636 (Grenoble 18h26 – Part-Dieu 19h46) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 887350 (Saint-André-le-Gaz 20h18 – Perrache 21h11).

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 6230 (Montpellier 6h24 – Paris 9h56) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17604 (Grenoble 6h26 – Part-Dieu 7h50) en raison d’arrêts supplémentaires.
  • le TER 884503 (Bellegarde 7h09 – Évian 8h27).
  • le TGV 6611 (Paris 10h57 – Part-Dieu 12h56).
  • le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h45).
  • le TER 18922 (Vallorcine 15h35 – Saint-Gervais 16h54).
  • le TER 17699 (Part-Dieu 15h44 – Grenoble 17h13) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6829 (Dijon 15h52 – Nice 22h33).
  • le TER 18924 (Vallorcine 16h35 – Saint-Gervais 17h54).
  • le TER 893900 (Part-Dieu 17h08 – Paray-le-Monial 19h06) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 887343 (Perrache 17h19 – Grenoble 19h09).
  • le TGV 6922 (Grenoble 17h20 – Paris 20h28) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17767 (Bercy 17h31 – Part-Dieu 22h40) en raison de la panne d’un autre train et d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 6638 (Part-Dieu 18h36 – Paris 20h36) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 885174/5 (Grenoble 18h37 – Grenoble 19h36) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6925 (Paris 18h41 – Grenoble 21h37) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6950/1 (Paris 18h45 – Annecy 22h29) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 893904 (Part-Dieu 19h08 – Paray-le-Monial 21h15).
  • le TER 17592/3 (Valence 19h14 – Annecy 22h22).
  • le TER 17639 (Part-Dieu 19h44 – Grenoble 21h13) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h26).
  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16).
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45) en raison de l’intervention des forces de l’ordre à Chambéry.
  • le TGV 6212 (Béziers 13h31 – Paris 17h56) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 889428 (Part-Dieu 14h25 – Bourg-en-Bresse 15h30) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 6198 (Miramas 16h15 – Paris 20h44) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6980/1 (Annecy 17h31 – Paris 21h18) même motif.
  • le TGV 6220 (Béziers 17h31 – Paris 21h56).
  • le TER 893902 (Part-Dieu 18h08 – Nevers 21h44).
  • le TER 887143 (Villefrance 18h11 – Vienne 19h26).
  • le TGV 5180/1 (Marseille 18h14 – Lille Europe 23h04) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 886147 (Mâcon 18h35 – Valence 20h52) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96648/9 (Genève 18h42 – Grenoble 21h02).
  • le TGV 6221 (Paris 20h07 – Montpellier 23h24).
  • le TER 17642 (Grenoble 20h23 – Part-Dieu 21h50) en raison d’un incendie à proximité des voies à Voreppe.
  • le TGV 6634 (Part-Dieu 21h04 – Paris 23h06) en raison d’arrêts supplémentaires.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 96554/5 (Saint-Gervais 5h03 – Part-Dieu 8h22) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 96556/7 (Évian 5h34 – Part-Dieu 8h22) même motif.
  • le TGV 6601 (Paris 5h53 – Part-Dieu 7h56) en raison de travaux.
  • le TER 17500/1 (Grenoble 6h02 – Valence 7h18).
  • le TGV 5166/7 (Toulouse 7h18 – Lille Europe 14h24).
  • le TGV 6643 (Paris 7h27 – Part-Dieu 9h24).
  • le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17402/3 (Marseille 8h35 – Briançon 12h44).
  • le TGV 9245 (Paris 10h41 – Milan 17h46) en raison de l’intervention des forces de l’ordre à Modane.
  • le TGV 6917 (Paris 12h41 – Paris 15h37) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5162/3 (Montpellier 13h02 – Lille Europe 18h07).
  • le TER 17621 (Part-Dieu 14h14 – Grenoble 15h33) en raison d’un dérangement d’installation.
  • l’EC 42 (Venise 16h20 – Genève 23h15) en raison d’un dérangement technique.
  • le RER 96770 (Genève 17h02 – Bellegarde 17h35).
  • le TER 17990/1 (Part-Dieu 18h08 – Annecy 20h00) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 887348 (Saint-André-le-Gaz 19h15 – Perrache 20h13) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique.
  • le TER 17544/5 (Annecy 19h37 – Grenoble 21h27).
  • le TER 18520 (Modane 19h44 – Part-Dieu 21h20).
  • l’IR 2542 (Lucerne 21h00 – Genève 0h04) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17598/9 (Valence 22h14 – Grenoble 23h29).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le projet et les finalités de la modernisation de la ligne Saint-Gervais – Vallorcine

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

La gare d'Argentière devrait être desservie par 2 trains par heure et par sens en haute saison dès 2014. Photo : Daniel Zorloni

Les travaux ont débuté le 2 avril 2012 visent à moderniser la ligne reliant Saint-Gervais-les-Bains à Vallorcine pour supporter avec fiabilité un trafic plus important, sans diminuer pour autant la durée des trajets (30 km/h de vitesse moyenne).

La section Saint-Gervais-les-Bains – Chamonix (19 kilomètres) est ouverte aux voyageurs depuis le 25 juillet 1901. La section Chamonix – Argentière est ouverte depuis le 25 juillet 1906. La section entre Argentière et Le Châtelard est ouverte depuis le 1er juillet 1908.

La nature des travaux

Les travaux consistent en deux ensembles d’opérations complémentaires portant d’une part, sur une partie de la voie (12 km traités sur 36,6 km), et d’autre part, sur l’aménagement du tunnel des Montets (2 km).

Les deux objectifs affichés sont de développer le recours au mode de transport ferroviaire dans la haute vallée de l’Arve et de désenclaver la commune de Vallorcine en sécurisant l’exploitation routière du tunnel « mixte » des Montets.

La voie ferrée est constituée d’une voie unique à écartement métrique, électrifiée en 850 volts par un troisième rail latéral. Cette ligne exclusivement dédiée au transport des voyageurs (TER), aussi appelée « Mont-Blanc Express », sert aux échanges entre le bas et le haut de la vallée, tant pour les habitants permanents que pour les touristes (actuellement : environ un train par heure et par sens). Elle traverse six communes : Saint Gervais-Les-Bains (5800 habitants), Passy (12000 habitants), Servoz (1000 habitants), Les Houches (3100 habitants), Chamonix-Mont-Blanc (9400 habitants) et Vallorcine (400 habitants).

Les travaux comprennent :

  • le remplacement, sur une partie très significative des 36,6 km, des composantes de la voie (soit environ 2 310 rails, 34 500 traverses, 42 000 tonnes de ballast, alimentation électrique), notamment sur tout le tronçon qui va de la gare des Tines jusqu’à la frontière franco-suisse
  • la rénovation d’ouvrages d’art (dont deux ponts : le pont rail des Mouilles au PK 8,023 sur la commune des Houches et le pont route au PK 34,543 sur la commune de Vallorcine, ainsi que la dalle et la voûte du tunnel des Montets)
  • le renforcement de l’alimentation électrique et la création de deux sous-stations électriques
  • la mise en place d’un nouveau système de signalisation, compatible avec celui qui est en place du côté suisse
  • des équipements visant à sécuriser la circulation routière dans le tunnel des Montets, plus ou moins assimilables à ceux d’une plate-forme de tramway avec un système de gestion et de sécurité du trafic.

Les travaux entraînent aussi la réorganisation des stationnements et des circulations aux abords de la gare de Montroc et la création de bâtiments techniques au niveau de chacune des deux têtes du tunnel des Montets ainsi que l’aménagement de « bases chantier », c’est-à-dire de zones de stockage d’engins et de matériels.

Le contexte des travaux

Les travaux ont fait l’objet d’un protocole d’intention signé en 2006 avec RFF, la Région Rhône-Alpes, le SIVOM de la Haute Vallée de l’Arve (devenu en 2010, la communauté de communes de Chamonix) et le Conseil général de Haute-Savoie. Le 29 janvier 2011 a été signée aux Houches une convention de financement concernant la rénovation de la voie et de la signalisation, ainsi que la sécurisation du tunnel des Montets de manière à pouvoir faciliter son double usage rail/route en période de risque d’avalanche qui impose la fermeture de l’accès routier (en moyenne 8 jours par an, mais davantage lors des années de fort enneigement).

Le montant estimé des travaux est d’environ 70 millions d’euros HT. Les aménagements ont vocation à être opérationnels au 8 décembre 2013 (entrée en vigueur des horaires du service 2014).

Au sein du massif du Mont-Blanc, la topographie accidentée et le climat alpin rigoureux imposent des contraintes particulières. Ils s’étaleront sur deux années en dehors des périodes hivernales (de début avril à début décembre).

La voie ferrée s’inscrit à proximité de plusieurs zones d’urbanisation, dont une partie importante, notamment dans Chamonix, est située à moins de 100 mètres de la voie ferrée. De Vallorcine à Saint-Gervais, on dénombre environ 33000 résidents permanents auxquels il est utile d’ajouter la population touristique soit 83000 lits en été. Il convient de noter que les touristes porteurs de la carte d’hôte bénéficient de la gratuité sur la ligne entre Servoz et Vallorcine.

La fréquentation de la ligne en 2010 était de l’ordre de 765 000 voyageurs, dont 4250 par jour en haute saison d’été. En haute saison, le motif loisir représente entre 70% et 80% des voyages. Les trajets domicile- travail ou études représentent seulement entre 10% et 15% en haute saison d’été, et de l’ordre de 30% en basse saison.

Les travaux s’inscrivent dans le cadre du plan de déplacement urbain (PDU) de la Haute vallée de l’Arve et dans la politique de la Région Rhône-Alpes de développer les dessertes en TER. L’organisation des transports prévue dans le PDU repose en grande part sur la ligne ferroviaire. Au-delà de la simple modernisation de la voie qui date de plus d’un siècle, le PDU affiche l’ambition d’en faire un « tramway des neiges », avec l’acquisition de rames supplémentaires et la mise en place de parcs-relais pour favoriser l’intermodalité.

Quelle desserte ferroviaire après la modernisation ?

Les ambitions affichées par le PDU en terme de fréquence (3 trains par heure entre Les Bossons et Vallorcine, et plus tard sur Les Houches et Servoz) n’ont pas été retenues, essentiellement en raison du nombre de sections d’évitement qu’il aurait fallu créer pour gérer les croisements des trains sur cette voie unique, conduisant à un coût qu’il n’était pas possible de financer, dans l’état des intentions des différents co-financeurs.

Le scénario retenu est le suivant :

  • en haute saison (206 jours par an) : 2 trains par heure et par sens sur la section Vallorcine – Les Houches ; 1 train par heure et par sens sur la section Les Houches – Saint-Gervais.
  • en basse saison (159 jours par an) : 2 trains par heure et par sens sur la section Vallorcine – Les Houches en heure de pointe, 1 train par heure et par sens en heure creuse ; 1 train par heure et par sens sur la section Les Houches – Saint-Gervais.

Il est ainsi envisagé de faire passer le nombre de voyageurs à 1 246 800 en 2014. Cela représente une hausse de la fréquentation de 61% par rapport à la fréquentation 2010. Cet objectif n’est atteignable que par un report modal massif de la route vers le train représenterait 71%.

Le tunnel des Montets

L’enjeu de la sécurisation du passage routier dans le tunnel des Montets en période de risque avéré d’avalanche correspond à une forte demande de la population de Vallorcine, tout particulièrement lorsque le trafic ferroviaire ne permet pas certains déplacements indispensables.

S’agissant du tunnel des Montets, les travaux sont prévus en deux étapes :

  • entre avril et décembre 2012 pour la plate-forme
  • entre avril et décembre 2013 pour la réfection de la voûte.

Chacune des têtes de tunnel accueillera une zone de stockage d’environ 2000 à 2500 m2 et un local technique de 70m2. Celui de Montroc, au sud, doit accueillir le PC (poste de commandement) d’exploitation locale. Une plate-forme clôturée de 700 m2 accueillera les bungalows et le parking. Un tronçon de 15 mètres de voirie sera en outre créé au débouché sud du tunnel pour relier la plate-forme mixte à la route existant à l’ouest de la voie ferrée et des bâtiments SNCF. Côté Vallorcine, la plate-forme de 650 m2 sera située dans une fourche entre la D1506 et la voie descendant vers le tunnel. Enfin, le pont côté Vallorcine pourrait être démoli et reconstruit pour être élargi à 5 mètres. Des aires étanches de lavage et d’entretien des engins sont prévues de part et d’autre du tunnel.

Posted in Fréquentation, Service 2014, Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’avis de l’autorité environnementale sur la modernisation de la ligne ferrovaire Saint-Gervais – Vallorcine

Posted by ardsl sur 28 mars 2012

Un train à la sortie du tunnel des Montets. Photo : Daniel Zorloni.

L’autorité environnementale a rendu le 22 février 2012 son avis sur les modernisations de la ligne ferroviaire Saint-Gervais – Vallorcine et du tunnel des Montets.

Les travaux commenceront dès lundi 2 avril (au lendemain du lundi de Pâques).

L’autorité environnementale donne des avis, rendus publics, sur les évaluations des impacts des grands projets et programmes sur l’environnement et sur les mesures de gestion visant à éviter, atténuer ou compenser ces impacts, par exemple, la décision d’un tracé d’autoroute, la construction d’une ligne TGV ou d’une ligne à haute tension, mais aussi d’un projet local, dès lors qu’il dépend du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) et qu’il est soumis à étude d’impact.

Elle se compose de 17 personnes dont 12 sont issus du Conseil général de l’Environnement et du Développement durable (CGEDD), instance de conseil et d’inspection du MEDDTL, et 5 sont des personnalités qualifiées externes, choisies pour leur compétence en environnement.

Les législations européennes et nationales prévoient que les évaluations d’impacts environnementaux des grandes opérations sont soumises à l’avis, rendu public, d’une « autorité compétente en matière d’environnement ».

Elle donne son avis sur tous les grands projets (infrastructures d’énergie, de transport, de télécommunications, de tourisme, etc.) et plans ou programmes (schémas nationaux de transports, orientations de l’État en matière d’urbanisme, etc.) relevant d’une décision de l’État (MEDDTL) ou directement pilotés par lui ou un de ses opérateurs (par exemple RFF).

C’est le responsable du projet qui établit le rapport d’évaluation des impacts de son projet sur l’environnement.

L’autorité environnementale, saisie de cette évaluation, analyse le projet, consulte toute personne de son choix, et donne un avis collégial, dans un délai de 3 mois.
L’avis est rendu public, et joint au dossier d’enquête publique

Quelle est la portée d’un avis de l’autorité environnementale ?

L’autorité environnementale n’est pas une « autorité indépendante » au sens juridique et ses avis sont consultatifs. Cependant, le caractère public des avis qu’elle émet, qui sont joints aux dossiers d’enquête publique, leur donne un poids certain vis-à-vis du public, des maîtres d’ouvrage, et des autorités chargés de décider. Cela impose aussi une exigence de qualité élevée pour les avis.
Rendu public à un stade suffisamment précoce (avant enquête publique), il sert à éclairer le public et le commissaire enquêteur, le cas échéant à inciter le responsable du projet à le modifier ou l’améliorer, et à permettre à l’autorité chargée de prendre la décision finale de le faire en toute connaissance de cause.

Résumé de l’avis de l’autorité environnementale

Le projet présenté par Réseau Ferré de France (RFF) concerne la modernisation de la ligne dédiée au transport de voyageurs qui relie Saint-Gervais-les-Bains à Vallorcine puis à Martigny en Suisse, pour supporter avec fiabilité un trafic plus important (doublement de la fréquence des trains). Il consiste en deux ensembles d’opérations complémentaires portant d’une part, sur la réfection des 36,6 km de la voie, et d’autre part, sur l’aménagement du tunnel des Montets (2 km). Ce tunnel ferroviaire présente la particularité de permettre également la desserte automobile de Vallorcine, depuis le hameau de Montroc lors des fermetures du col des Montets en période hivernale. Le passage des voitures est autorisé sous des conditions de sécurité drastiques : passage par convoi de 22 véhicules ou de 48 personnes encadré par la gendarmerie et les pompiers. Trois passages sont organisés par jour (matin, midi, fin d’après-midi) ; la nuit, le passage est régulé par un système de feux automatiques.

Les objectifs sont de développer le recours au mode de transport ferroviaire dans la haute vallée de l’Arve et de désenclaver la commune de Vallorcine en sécurisant l’exploitation routière du tunnel « mixte » des Montets. Le projet s’inscrit dans le cadre du plan de déplacement urbain (PDU) de la Haute vallée de l’Arve et dans la politique de la Région Rhône-Alpes de développer un mode de transport alternatif à la route.

Le projet de modernisation de la voie aura un effet bénéfique pour l’environnement, parce qu’il devrait a priori générer un report modal sur le rail. Le projet relatif au tunnel des Montets aura des effets positifs en termes d’amélioration des conditions de circulation ferroviaire et routière, de meilleure étanchéité de l’ouvrage, et de gestion des eaux circulant dans le tunnel (création d’un réseau séparatif).

Le maître d’ouvrage estimant que l’état actuel des parkings et le rabattement des bus vers les gares sont suffisants pour permettre la hausse de fréquentation envisagée, sans qu’il soit nécessaire de réaliser les aires de stationnement prévues par le PDU, l’autorité environnementale recommande que l’étude d’impact justifie l’absence de prise en compte de ces aires de stationnement dans l’évaluation des impacts de l’ensemble du programme, conformément à l’article R.122-3 IV3 du code de l’environnement : « lorsque la totalité des travaux prévus au programme est réalisée de manière simultanée, l’étude d’impact doit porter sur l’ensemble du programme. Lorsque la réalisation est échelonnée dans le temps, l’étude d’impact de chacune des phases de l’opération doit comporter une appréciation des impacts de l’ensemble du programme. »

L’autorité environnementale recommande, s’agissant des risques naturels, d’actualiser l’étude d’impact avec les nouvelles options retenues pour le local technique et le refuge prévus en tête nord du tunnel des Montets, en justifiant de leurs compatibilités respectives avec une situation en zone rouge du plan d’exposition aux risques (PER) de Vallorcine, et de veiller à ce que les zones de chantier et les sous-stations électriques créées soient compatibles avec les documents d’urbanisme.

Même si la ligne n’est pas significativement modifiée, l’autorité environnementale recommande d’approfondir l’étude des continuités écologiques et de leur enjeu pour les espèces mobiles au regard du risque accru du fait d’un trafic au moins doublé. L’autorité environnementale considère en outre que l’étude d’incidence Natura 2000 mérite d’être complétée par les mesures de réduction d’impact correspondant à la zone de traversée de la voie à mortalité significative identifiée par RFF en protégeant le rail électrifié.

L’autorité environnementale recommande que des plans de circulation optimisent les rotations des camions de chantier pour atténuer les risques de pollution de l’air et de congestion du trafic et d’identifier les méthodes les plus appropriées pour informer les usagers à l’avance des gênes de trafic estimées.

Télécharger l’avis de l’autorité environnementale

Posted in Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :