ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 29 mars 2012

Coeur de Maurienne étend son réseau de bus

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

La communauté de communes Coeur de Maurienne a étendu son réseau de bus lundi 2 avril.

Les communes de Hermillon (500 habitants), Le Châtel (200 habitants), Saint-Julien-Mont-Denis (1700 habitants), Saint-Jean-de-Maurienne (8800 habitants), Montvernier (200 habitants) et Villargondran (1000 habitants) forment la communauté de communes Coeur de Maurienne (CCCM).

La CCCM exerce la compétence transport depuis le 1er janvier 2012.

Les lignes du réseau Coeur de Maurienne Bus

La ligne 1 est la reprise de la ligne bleue du réseau Saint-Jean Bus. La desserte est inchangée. C’est une ligne circulaire. Un passage toutes les 20 minutes est assuré. Le passage à la gare SNCF se fait aux minutes 16, 36 et 56 de 7h16 à 19h16.

La ligne 2 est la reprise de la ligne rouge du réseau Saint-Jean Bus. La desserte est inchangée. C’est une ligne circulaire. Un passage toutes les 20 minutes est assuré. Le passage à la gare SNCF se fait donc aux minutes 25, 45 et 05 de 7h25 à 19h25.

La nouvelle ligne 3 est interne à Saint-Jean-de-Maurienne. Elle dessert notamment l’usine Rio Tinto Alcan. 5 allers-retours sont assurés.

La nouvelle ligne 4 assure la liaison entre Villargondran et Saint-Jean-de-Maurienne. 2 allers-retours sont assurés.

La nouvelle ligne 5 assure la liaison entre Saint-Julien-Montdenis et Saint-Jean-de-Maurienne. 2 allers-retours sont assurés. Circule sans réservation les mardis, mercredis et samedis. Transport à la demande les lundis, jeudis et vendredis. Réservation par téléphone au 04 79 83 45 45.

La nouvelle ligne 6 assure la liaison entre Montvernier, Le Châtel, Hermillon et Saint-Jean-de-Maurienne. 2 allers-retours sont assurés. Transport à la demande. Réservation par téléphone au 04 79 83 45 45. Le mardi après-midi et le samedi matin la ligne fonctionne sans réservation.

Toutes les lignes desservent la gare SNCF de Saint-Jean-de-Maurienne. Télécharger la fiche horaire Chambéry – Saint-Jean-de-Maurienne – Modane

Tous les véhicules réguliers sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. De plus les véhicules des lignes 1 et 2 sont équipés d’un système d’aide à l’information des voyageurs.

Tarifs en vigueur depuis le 15 janvier 2012

  • Ticket unité 2h : 1€.
  • Ticket unité 4h : 1,5€.
  • Carnet de 10 tickets unité 2h : 7€.
  • Carnet de 10 tickets unité 4h : 10,50€.
  • Abonnement mensuel plein tarif : 15€.
  • Abonnement mensuel tarif réduit (jeunes de 12 à 18 ans, personnes aux revenus inférieurs aux plafonds CMUC, demandeurs d’emploi et personnes âgées de plus de 75 ans) : 7,50€.
  • Gratuité pour les enfants scolarisés en primaire.

Points de vente

Les tickets, carnets et abonnements sont délivrés par la CCCM, Trans-Alpes, l’office de tourisme de Saint-Jean-de-Maurienne et les mairies.

Seuls les tickets à l’unité sont vendus à bord des bus.

Un versement transport fixé à 0,18%

Le versement transport (VT) est un impôt destiné au financement des transports collectifs urbains. Sont assujetties à ce VT les personnes physiques ou morales employant plus de 9 salariés. L’assiette du VT est constituée par les salaires payés aux salariés.

Coeur de Maurienne a fixé son VT à 0,18% de la masse salariale. Le VT devrait rapporter 152 000€. La loi autorisait un taux allant jusqu’à 0,60%, ce qui aurait rapporté 506 000€. Le VT est prélevé à compter du 1er avril 2012.

Télécharger la plaquette d’information sur le réseau Coeur de Maurienne Bus.

Posted in Savoie, Tarification | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les CFF ont transporté près de 1 million de personnes par jour en 2011

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

Les CFF ont enregistré un nouveau record en 2011 avec 977000 personnes véhiculées par jour. Mais sans un financement durable, le groupe ferroviaire est pessimiste. C’est pourquoi il a insisté sur la nécessité du projet FAIF.

Avec ses 977000 personnes transportées chaque jour en 2011, le résultat de la régie fédérale est en hausse à 338,7 millions de francs.

Toutefois, le groupe ferroviaire a insisté sur la nécessité du projet FAIF, un projet de financement durable.

«En première ligne, il s’agit d’une proposition de financement qui doit nous apporter les moyens nécessaires à l’entretien du réseau», a expliqué devant les médias jeudi 28 mars à Zurich le directeur des CFF Andreas Meyer. La définition des priorités des projets spécifiques est «secondaire».

Le projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF) est controversé. Les cantons se disputent la répartition des 3,5 milliards de francs qui doivent être investis d’ici 2025.

Pour les CFF, cette somme est insuffisante. Dans leur prise de position sur le FAIF, ils estiment que 5,7 milliards sont nécessaires d’ici 2025 pour éliminer les principaux goulets du réseau.

Appel à une position commune

Malgré cela, le président du conseil d’administration des CFF Ulrich Gygi a appelé les acteurs politiques à adopter une position commune. «Il faut penser avant tout à l’intérêt national», a-t-il souligné.

Le FAIF fait figure de contre-projet à l’initiative de l’Association transports et environnement (ATE) qui veut affecter les recettes de l’impôts sur les huiles minérales à parts égales à la route et au rail. Il sera probablement soumis à votation en 2014.

Bénéfice voyageurs en baisse

Dans l’immédiat, les bénéfices enregistrés en 2011 et les années précédentes permettent d’aborder les futurs investissements avec plus de sérénité, a affirmé Andreas Meyer. L’endettement de l’ex-régie demeure élevé, à près de 8 milliards de francs.

Si le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a augmenté à 17749 millions (+ 1,3%) et le nombre de personnes transportées sur l’année se monte à 357 millions (+ 2,7%), le résultat du trafic voyageurs est en baisse. Il se chiffre à 213,9 millions de francs, contre 292,6 millions en 2010.

Lourd prix du sillon

Ce fléchissement est dû a une croissance faible et à la hausse de 90% du prix du sillon, a indiqué le chef des finances Georg Radon. La hausse du prix des billets n’a permis qu’une compensation partielle.

Pour faire face aux nouvelles hausses prévues, les CFF veulent améliorer l’efficacité et la productivité de 2%. La régie fédérale s’est félicitée des aménagements déjà accomplis, ayant même permis d’économiser 72 millions de francs alloués par la Confédération pour l’infrastructure. En accord avec Berne, cet argent pourra être investi dans les prochaines années.

Meilleure ponctualité

Les CFF se sont également réjouis de la hausse de la ponctualité des trains. En 2011, 89,8% des passagers sont arrivés à destination avec au maximum trois minutes de retard (87% en 2010). Dans 97,7% des cas, les correspondances ont pu être assurées, un record. Les passagers se montrent par contre mécontents du rapport-qualité prix et du confort à bord des trains.

Restructurations chez CFF Cargo

Le trafic marchandise reste dans le rouge. Il a connu une stagnation sous l’effet de la baisse des transports en trafic intérieur et de la cherté du franc suisse. En 2011, CFF Cargo et CFF Cargo International ont transporté quelque 195000 tonnes de marchandises par jour contre 200’000 en 2010.

CFF Cargo a toutefois ramené sa perte à 45,9 millions de francs, contre 64 millions l’année précédente. Le but est d’enregistrer des chiffres noirs dès 2013.

Des restructurations seront nécessaires, a indiqué Ulrich Gygi. Le syndicat du personnel des transport SEV s’en est indigné, regrettant un démantèlement «au détriment du service public».

Quant au personnel, il n’est toujours pas entièrement satisfait des conditions de travail au sein des CFF, a déploré Ulrich Gygi. Certains employés ont vu leur salaire gelé lors d’une mise à niveau sur les salaires du marché, a expliqué le président. La compagnie ferroviaire comptait en 2011 28586 collaborateurs, soit 443 de plus qu’un an auparavant.

(Source : ATS).

Posted in Fréquentation, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Genève : haro sur la fermeture prochaine de l’agence CFF de Longemalle

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Soutenue par le Syndicat du personnel des transports (SEV) et l’Agence transports et environnement (ATE), une pétition exige des CFF le maintien d’une présence rive gauche.

Si l’on excepte les petites succursales de Balexert et de l’aéroport, seule la gare Cornavin abritera une agence CFF l’année prochaine. L’entreprise ferroviaire souhaite en effet se séparer de son point de vente place Longemalle, dont le loyer triplera suite à des rénovations prévues début 2013.

Des raisons financières qui suscitent la grogne des riverains et du SEV, à l’origine de la pétition qui circule depuis un mois. «Un sacrifice des services publics à la course au profit», dénonce un communiqué du syndicat. «On nous dit vouloir développer les transports publics, et dans le même temps, on ferme ses points de vente ?» Valérie Solano, secrétaire du SEV, ne décolère pas. «Je comprends que la hausse du loyer mette l’entreprise en difficulté. Mais je regrette que l’entreprise n’ait pas cherché de nouveaux locaux plutôt que de renvoyer tout le monde sur la gare.»

Un reproche qui fait bondir Frédéric Revaz, porte-parole des CFF : «nous avons au contraire contacté de nombreuses régies et recherché intensivement un local au coût équivalent. Mais cette quête s’est malheureusement révélée infructueuse». Le porte-parole regrette la fermeture de l’agence, mais «le loyer exigé dépassait nos moyens. La décision est définitive.»

Il n’empêche que la pétition, dont les signataires enjoignent les CFF à «trouver une solution» pour conserver une agence Rive Gauche, rencontre un écho certain. «Nous avons recueilli 3800 signatures en quatre semaines» se targue la secrétaire du SEV. «Des personnes de tout âge, quel que soit leur lieu de résidence, se sentent concernées par la disparition de ce point de vente.»

Client assidu de l’agence Longemalle depuis plus de vingt ans, Jean-Marc déplore avant tout la perte d’un lieu «chaleureux, où l’on ne venait pas seulement acheter son billet, mais passer du temps avec un conseiller, qui nous guidait et nous connaissait bien.» Une proximité humaine qu’il craint ne pas retrouver. «À la gare, nous ne serons que des numéros. Je ne remets pas en cause la compétence des employés de cette agence, mais ils n’ont tout simplement pas le temps de s’attarder sur les demandes des clients.»

Un avis que ne partage pas Frédéric Revaz. Il explique que «les six employés de la place de Longemalle viendront renforcer l’équipe en place à la gare, et apporteront avec eux leurs compétences communicatives et humaines. Tout sera fait pour assurer la même qualité de service.»

(Avec La Tribune de Genève).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Défaite sans appel des opposants au CEVA !

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Le lancement des travaux du CEVA s'est déroulé le 15 novembre 2011 devant une locomotive de 1912 et une autre de 2011. (Photo : Joël Grandcollot).

Le Tribunal fédéral a rejeté jeudi 29 mars 2012 les quatre ultimes recours contre la future liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse.

Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté les quatre derniers recours contre CEVA. La plus haute instance juridique suisse a ainsi levé les dernières restrictions bloquant encore partiellement le démarrage du chantier de la future liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse. Elles empêchaient notamment le percement du tunnel de Champel.

Les recours émanaient tous de propriétaires ou de locataires d’immeubles situés à la hauteur de ce tunnel et de la halte de Champel. Les autres tronçons de la future ligne n’étaient plus remis en cause.

Avec cette décision du TF, le projet CEVA bénéficie enfin d’une autorisation de construire en force sans plus aucune restriction.

«Le Conseil d’État salue cette décision du Tribunal fédéral qu’il attendait avec impatience, comme 61,2% des Genevois qui avaient soutenu le projet le 29 novembre 2009. La justice a explicitement constaté que les mesures de protection prévues et les charges imposées aux maîtres d’ouvrage protégeront les riverains de manière adéquate et suffisante. Nous allons enfin pouvoir consacrer toutes nos forces et nos ressources à la construction à proprement parler de cet ouvrage structurant pour notre agglomération et dont nous avons tant besoin», s’est réjouit François Longchamp, conseiller d’État chargé du département des constructions et des technologies de l’information.

Clause contestée

En dernière instance, le TF a confirmé la décision d’approbation des plans prise par l’Office fédéral des transports (OFT) en 2008 ainsi que l’une de ses clauses les plus contestées. Celle-ci prévoit que les mesurages dans les ouvrages souterrains et les immeubles concernés ne seront effectués qu’une fois le gros-oeuvre achevé.

Des pronostics précis en matière de propagation de vibrations et de génération du son solidien, soit le grondement sourd provoqué par le passage des trains, sont «extrêmement difficiles et sujet à des imprécisions relativement importantes en raison de la nature géologique du sol», a souligné le TF.

Pour déterminer l’ampleur des immiscions éventuelles, la méthode consistant à procéder à des mesurages sur le site, une fois le gros-oeuvre achevé, est adéquate, poursuit le TF.

Dalles flottantes

Il ressort des rapports d’expertise que les valeurs préconisées par les normes applicables seront très probablement respectées avec un système de dalles flottantes. Selon le TF, «les mesures de protection prévues et les charges imposées aux maîtres d’ouvrage protégeront les riverains de manière adéquate et suffisante contre les vibrations et le bruit solidien.» Il appartiendra par conséquent à l’OFT de définir la nature exacte des protections à poser, une fois les mesurages effectués, ajoute la haute instance.

En décembre dernier, avant de rendre son verdict définitif, le TF avait provisoirement interdit l’abattage d’arbres au Val d’Arve, là où devrait être aménagé le portail du futur tunnel de Champel.

Premier coup de pioche le 15 novembre 2011

Ces mesures n’avaient pas empêché le démarrage du chantier. Le premier coup de pioche avait été donné le 15 novembre 2011 (lire notre article sur cet événement). La conseillère fédérale Doris Leuthard, (cheffe du Département fédéral des transports), le président de la Région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne et le président du Conseil général de la Haute-Savoie Christian Monteil avaient participé à la cérémonie.

«Après le Tribunal administratif fédéral et l’Office fédéral des transports, le Tribunal fédéral confirme à son tour la conformité du dossier d’approbation des plans déposé en 2006. Cela souligne la qualité du travail accompli pour concrétiser ce projet ferroviaire capital pour la région franco-valdo-genevoise», s’est félicité Philippe Gauderon, chef Infrastructure, CFF SA.

Devisé à 1,5 milliard de francs pour le tronçon qui sera construit sur sol suisse et à 240 millions d’euros pour les deux kilomètres qui seront aménagés sur sol français, le CEVA devrait être inauguré en décembre 2017 (voir les calendriers des travaux sur Suisse et sur France). Il sera la colonne vertébrale du futur réseau RER, qui rayonnera à partir de Genève jusqu’en Haute-Savoie et dans le canton de Vaud. Long de 13,7 km, le tracé du CEVA avait suscité pas moins d’une soixantaine d’oppositions.

(Avec tdg.ch).

Posted in CEVA | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés jeudi 29 mars

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Mont-Blanc Express

Les trains TMR Martigny – Vallorcine sont supprimés entre Le Châtelard-Frontière et Vallorcine, en raison d’un risque de chutes de pierre. Des bus de remplacement circulent entre Le Châtelard-Frontière et Vallorcine.

Un bloc de 3 tonnes suspendu à 4 mètres de haut a bougé avec le dégel et menace de tomber sur la voie et la route. Le rocher devrait être retiré vendredi 30 mars à l’aide d’une grue.

Ligne Fribourg – Lausanne

En raison d’un accident de personne survenu vers 17h, le trafic entre La Conversion et Pully-Nord sur la ligne Fribourg – Lausanne a été restreint jusque vers 19h.

Les trains grandes lignes Lausanne – Fribourg – Lausanne et les trains RER S2 Palézieux – Vallorbe ont été maintenus.

Les trains RER S4 Palézieux – Allaman ont été supprimés entre Palézieux – et Lausanne. Les trains RER S21 Payerne – Lausanne ont été supprimés entre Puidoux-Chexbres et Lausanne.

Trains supprimés

  • IR 2528 (Lucerne 15h00 – Genève aéroport 17h59) : supprimé uniquement entre La Conversion et Genève aéroport, en raison d’un accident de personne. Mise en place d’un train de remplacement au départ de Cornavin.
  • TGV 5124/5 (Lille Europe 18h26 – Marseille 23h16) : supprimé uniquement entre Lyon Part-Dieu et Marseille, en raison de la panne d’un autre train. Les arrêts à Valence TGV, à Avignon TGV et à Marseille ont été supprimés. Le train a été détourné par la ligne classique jusqu’à Avignon centre. Un arrêt exceptionnel a été effectué à Valence ville. Les voyageurs pour Marseille ont été pris en charge à Avignon centre.

Trains retardés

1h30 de retard pour le TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

1h15 de retard pour :

  • le TER 17402/3 (Marseille 8h35 – Briançon 12h44) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison de l’attente d’un personnel.

1h de retard pour :

  • le TGV 5124/5 (Lille Europe 18h26 – Part-Dieu 21h30).
  • le TGV 5122/3 (Lille Europe 18h26 – Grenoble 22h56).

50 minutes de retard pour :

  • le TER 22371 (Part-Dieu 11h20 – Marseille 14h54) en raison de la réutilisation de la rame du 17706.
  • le TER 895836/7 (Belfort 13h36 – Part-Dieu 17h26) en raison d’un incident technique sur le train.

40 minutes de retard pour le TER 886116 (Valence 12h29 – Part-Dieu 13h40) en raison d’un obstacle sur ou aux abords des voies.

30 minutes de retard pour :

  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h24).
  • le TER 17582/3 (Valence 16h14 – Annecy 19h22).
  • le TER 96616/7 (Valence 16h41 – Genève 20h00).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 17604 (Grenoble 6h26 – Part-Dieu 7h50) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17608 (Grenoble 7h23 – Part-Dieu 8h46) même motif.
  • le TER 17921 (Part-Dieu 8h40 – Chambéry 9h58). Ce train a été détourné par Ambérieu. Les arrêts à Bourgoin, La Tour-du-Pin et Pont-de-Beauvoisin ont été supprimés.
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48).
  • le TER 887126 (Vienne 12h04 – Villefranche 13h19) en raison d’un obstacle sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17982/3 (Part-Dieu 14h08 – Annecy 16h00) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886762/3 (Part-Dieu 14h24 – Saint-Étienne 15h10) même motif.
  • le TER 18929 (Saint-Gervais 19h06 – Vallorcine 20h25) en raison de la réutilisation de la rame du 18926.
  • le TER 886155 (Part-Dieu 21h20 – Valence 22h31).

20 minutes de retard pour :

  • le TER 886111 (Mâcon 6h35 – Valence 8h52) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h26).
  • le TER 17704 (Marseille 9h06 – Part-Dieu 12h40) en raison d’un obstacle sur ou aux abords de la voie.
  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43).
  • le TGV 9245 (Paris 10h41 – Milan 17h46) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9244 (Milan 11h10 – Paris 19h10).
  • le TGV 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17716 (Marseille 13h06 – Part-Dieu 16h40).
  • le TGV 9580/1 (Francfort 14h01 – Marseille 21h46) en raison de l’affluence de voyageurs à Strasbourg.
  • le TER 884670/1 (Saint-Gervais 16h03 – Bellegarde 17h51) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 884570 (Évian 16h34 – Bellegarde 17h51) même motif.
  • le TER 885168/9 (Saint-Marcellin 17h04 – Chambéry 19h02).
  • le TGV 6980/1 (Annecy 17h31 – Paris 21h18).
  • le TER 18926 (Vallorcine 17h35 – Saint-Gervais 18h54).
  • le RE 2645 (Genève 20h20 – Lausanne 21h12) en raison d’un dérangement à la ligne de contact.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 96550/1 (Bellegarde 5h52 – Part-Dieu 7h24) en raison de l’attente d’un membre du personnel.
  • le TER 17610 (Grenoble 7h47 – Part-Dieu 9h16) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17612 (Grenoble 8h26 – Part-Dieu 9h46) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 18914 (Vallorcine 11h35 – Saint-Gervais 12h54).
  • les TGV 2937 et 6613 (Paris 11h53 – Part-Dieu 13h56) même motif.
  • le TGV 6910 (Grenoble 12h23 – Paris 15h22) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 883732/3 (Chambéry 13h24 – Grenoble 14h23) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 883174 (Albertville 13h47 – Chambéry 14h29) en raison de la correspondance avec le car TER en provenance de Bourg-Saint-Maurice.
  • le TGV 6622 (Part-Dieu 15h04 – Paris 17h06) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886836/7 (Saint-Étienne 15h20 – Ambérieu 16h53) en raison de la réutilisation de la rame du 886762/3.
  • le TER 886732/3 (Part-Dieu 16h24 – Saint-Étienne 17h10).
  • le TER 17628 (Grenoble 16h26 – Part-Dieu 17h46) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 886232/3 (Perrache 17h11 – Saint-Étienne 17h57).
  • le TER 96570/1 (Genève 17h29 – Part-Dieu 19h22) en raison des correspondances à Bellegarde.
  • le TER 887722 (Givors 17h35 – Perrache 18h01).
  • le TGV 5180/1 (Marseille 18h14 – Lille Europe 23h04).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

28 mars : feu à bord du TGV Metz – Nice

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Mardi 28 mars, le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33) a eu pour terminus  exceptionnel Le Luc-et-Le-Canet avec 3h05 de retard en raison d’une panne. Les voyageurs ont été replacés à bord des TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05), 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) et d’un TER jusqu’à Nice. Ce train a également été retardé en raison de la panne d’un TER à Solliès-Pont, près de Toulon. Les passagers sont arrivés vers 21h seulement à Nice !

Les voyageurs ont dû quitter le TGV 5148/9 en gare du Cannet à la suite d’un début d’incendie dans la motrice de queue (rame 4513). Terminus, tout le monde descend ! Il est 17h30. À l’approche du Cannet-des-Maures, une fumée suspecte s’échappant de la motrice arrière du TGV 5148/9 à destination de Nice oblige le conducteur à stopper la rame. « Avec l’aide de plusieurs volontaires, nous sommes passés dans les compartiments pour expliquer de vive voix le problème et éviter un mouvement de panique », témoigne Lydie, l’hôtesse de bord. Jean-Claude Boisson, un volontaire, l’assiste alors pour inviter l’ensemble des passagers à gagner l’avant du train. « Puis, en l’espace d’une demi-heure, nous sommes tous descendus du train dans le calme », rapporte ce dernier.

Les pompiers sur le quai

Sur les quais à l’arrivée du TGV, les pompiers du Luc constatent l’avarie du transformateur de la motrice de queue. « Les gaz cyanurés et PCB contenus dans ce type d’appareil sont extrêmement toxiques à l’inhalation et au toucher », comme l’indique le capitaine Pécot. D’où les précautions prises durant l’intervention. Ce n’est d’ailleurs qu’après avoir remisé la rame sur une voie de garage que les sapeurs-pompiers ont pu circonscrire l’incendie. Et le trafic en gare du Cannet de reprendre vers 19h30. Enfin ! Car ce train a joué de malchance depuis son départ de Metz à 6h11.

Six heures de retard

Après seulement trois heures à bord, les passagers connaissent un premier incident technique en gare de Dijon-ville, retardant le train de plus d’une heure. Puis, après un changement d’une heure à Lyon Part-Dieu, les naufragés du TGV sont à nouveau retardés 50 minutes en gare de Toulon. La faute à… la panne d’un autre train qui occupe les voies. La coupe est pleine pour certains passagers excédés. Mais le pire reste encore à venir. À peine 50 km plus loin, la rame rend définitivement l’âme. Obligeant cette fois les passagers à descendre. À prendre leur mal en patience, aussi. Si les voyageurs restent dans l’ensemble d’un stoïcisme déconcertant, d’autres ne se privent pas d’émettre des critiques acerbes sur la gestion de l’événement par la SNCF. Leur prise en charge par les agents. Les informations distillées au compte-gouttes.

L’absence de navette de remplacement… « Ils ont fait le nécessaire», ou « c’est pas normal de nous laisser comme ça dans la galère», chacun son avis sur la question. Ils ont d’ailleurs eu le temps d’en débattre. Deux heures durant, les naufragés attendront le train de substitution. Pour finalement parvenir à regagner Nice aux environ de 21h. L’humoriste Eric Colado, à bord de cette galère, n’était pas très en verve pour son spectacle à la comédie de Nice prévu mardi 28 mars … à 20h.

(Avec Var Matin).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :