ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Les voyageurs victimes de la crise des sillons

Posted by ardsl sur 3 mai 2012

Voyager en train de nuit devient de plus en plus compliqué, en raison des ouvertes tardives des réservations et des suppressions des circulations certains jours en raison des travaux.

Fin avril, SNCF a officialisé la suppression de certains trains en raison de la crise des sillons. L’État approuve cette décision. Explications.

La direction nationale SNCF a validé fin avril une nouvelle stratégie concernant les retours de sillon par RFF sur les trains impactés par les travaux : « si les demandes de sillons horaires faites par SNCF n’obtiennent pas l’accord de Réseau Ferré de France à J – 21 pour les trains de nuit et à J – 14 pour les trains de jour les trains seront supprimés« .

Parmi les premières conséquence de cette décision la suppression des circulations envisagées en mai du train de nuit Genève – Hendaye (lire). Il serait même dans une situation « délicate » pour les mois de juillet et août, période où il doit en théorie circuler toutes les nuits.

Certains trains de nuit seront replacés par des autocars sur certains trajets.

La problématique de l’impact des travaux sur la circulation ferroviaire n’est pas nouvelle. Mais elle s’intensifie en 2012 avec la multiplication des chantiers. Le ministère des Transports, la direction de SNCF et la direction de RFF tiennent régulièrement des réunions tripartites sur la « crise horaire ». La FNAUT est intervenue fin avril pour dénoncer les multiples suppressions ou ouvertures tardives des réservations pour les trains de nuit (lire). L’État pousse la logique de suppression anticipée (les jours où la circulation ne pourra être confirmé).

La stratégie précédente de SNCF comprenait des ouvertures à la vente extrêmement tardives, voire des places vendues dans des trains qui n’ont finalement pas pu circuler.

SNCF a adoptée cette nouvelle stratégie faute de mieux. Mais cela laisse espérer que peu d’améliorations à court terme pour les voyageurs, victimes de la crise des sillons.

Pour changer cette situation détestable, il faudrait que les pouvoirs publics prennent conscience de la médiocrité du fonctionnement actuel entre RFF et SNCF (qui ne se limite pas à la crise des sillons, mais porte aussi sur l’organisation et la conduite de la maintenance et des travaux sur le réseau ferroviaire national). Sinon, le chemin de fer français ne pourra continuer sa descente aux enfers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :