ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Moins de classe de neige : la faute à SNCF ?

Posted by ardsl sur 5 mai 2012

« Entre 1994 et 2008 en Haute-Savoie, nous sommes passés de 610 000 nuitées en classes de découverte à 293 000 ! Et, en conséquence, de 515 centres à 380 ». Le constat dressé par Jean-Karl Deschamps, secrétaire national de la ligue de l’enseignement, éclairait bien le propos du colloque qui s’est tenu jeudi 27 avril à Grenoble dans le cadre de salon mondial de l’aménagement en montagne. Les classes (vertes estivales, rousses automnales ou de neige) sont en chute libre. À l’heure où les élus de montagne et de station tentent une relance d’envergure, ils étaient nombreux à dessiner les contours d’une dégringolade.

1 . Une réglementation contraignante

« Nous avons identifié les blocages », dit la maire UMP de Megève, Sylviane Grosset-Janin. « Ils sont d’ordre tarifaire et réglementaire ». « Un centre a failli fermer car les pompiers demandaient l’installation de détecteurs à incendies… dans les douches ! » poursuit M. Deschamps. « Un enfant ne peut ainsi plus effectuer de via ferrata en classe découverte mais rien ne l’interdit en colonie… De même, si 10 % des élèves d’une classe (soit deux à trois élèves) refusent de partir, « la classe n’a pas le droit de s’en aller dans son ensemble ! » rappelle Bernard Julliard.

2. Un prix prohibitif et la SNCF pointée du doigt

« Prendre un train, c’est un parcours du combattant » souligne Claude Comet, conseillère régionale EÉLV. « Nous ne pouvons satisfaire que deux à trois groupes sur dix », explique M. Niel pour la compagnie ferroviaire. « Et nous n’avons pas la capacité à faire des réservations six mois à l’avance ni à donner un prix fixe aussi loin de la date de départ« . « Il faut savoir aussi que le panier moyen d’un enfant en classe de neige, c’est 50€ par jour » analyse M. Vielon…

3. L’Éducation nationale est-elle frileuse ?

Absente du débat bien qu’invitée, l’Éducation nationale en a largement pris pour son grade. « Elle s’est focalisée sur les évaluations en maths, en français, sur la dictée… Cette pédagogie ne va pas dans le sens des classes de découverte » insiste M. Labaquère du SNUIPP (syndicat national des professeurs des écoles). « Et les enseignants n’y sont plus incités, encore moins formés« . « Découvrir le monde, c’est pourtant autre chose que de regarder un livre de géographie », ironise Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE. « Mais l’Éducation nationale n’est tellement pas favorable à ces classes qu’elle en a arrêté toute statistique depuis 2002 ! ».

Les enseignants « sont dépassés par la liasse administrative à fournir », explique le Savoyard Bernard Julliard. « Trois mois à l’avance, il faut le nom du chauffeur du car, le numéro de son permis de conduire, l’aval de l’inspection de son académie de départ et celle d’arrivée, qui ne sont pas toutes d’accord entre elles ! »

 (Avec Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :