ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Rhône-Alpes : la violence va bon train

Posted by ardsl sur 22 mai 2012

TER. Malgré plusieurs mesures, l’insécurité ne diminue pas selon la CGT.

Mai 2011. Les contrôleurs de la région lyonnaise cessent le travail après l’agression d’un des leurs dans un train circulant entre Nice et Lyon. 17 mai 2012 : un contrôleur d’un TER Lyon – Saint-Étienne est brutalisé en gare de Part-Dieu par un voyageur. Dès le lendemain, les agents usent de leur droit de retrait et réclament davantage de sécurité dans les trains (lire). Mais cette demande, souvent formulée sous le choc des agressions, a-t-elle été entendue ? En un an, la sécurité à bord des trains rhônalpins s’est elle améliorée ? Non, à en croire la CGT Cheminots qui, avec Sud-Rail, avait demandé au printemps dernier la mise en place de 12 contrôleurs supplémentaires pour doubler les agents dans les trains circulant sur les lignes dites sensibles (Vallée du Rhône, Lyon – Saint-Étienne…). En vain.

« Il y a même 30 agents de moins depuis la suppression des contrôles systématiques dans l’Ouest Lyonnais », déplore Laurent Brun de la CGT Cheminots. Selon lui, certaines mesures ont toutefois été prises par SNCF pour lutter contre l’insécurité. « La présence de la police ferroviaire a été renforcée dans les trains. Mais cela équivaut à une équipe de plus jour, ce qui est insuffisant », ajoute le délégué, précisant que depuis 2007, « les agressions et outrages à agents ont progressé de 600% » en Rhône-Alpes. Un chiffre non confirmé par la direction régionale SNCF. Selon elle, le nombre d’agressions est passé de 15 en 2007 à 25 en 2011. «Cette violence observée dans les trains comme dans la société est difficile à endiguer», précise la directrice régionale SNCF Josiane Beaud.

Une brigade de contrôle testée

Pour la faire reculer, SNCF a lancé une expérimentation à Annemasse et sur la ligne Lyon – Saint-Étienne. Comme sur le réseau TCL, « une brigade mobile réalise des contrôles inopinés, à la descente ou la montée des passagers. Personne alors ne monte sans billet », ajoute la directrice. Après le passage de l’équipe, le contrôleur risque moins d’être confronté à un contrôle qui tourne mal. Ce système sera évalué cet été et pourrait, s’il s’avère efficace dans la lutte contre la fraude et l’insécurité, être étendu à d’autres lignes dès la rentrée. D’ici là, la direction régionale s’est engagée au lendemain de l’agression à la Part-Dieu, à renforcer sur la ligne Lyon – Saint-Étienne, « la présence dans les trains de fin de soirée ». Un geste destiné à « rassurer les cheminots ».

(Avec 20 minutes Lyon).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :