ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 24 mai 2012

SNCF dévoile ses nouvelles cartes de fidélité

Posted by ardsl sur 24 mai 2012

L’entreprise lance le 31 mai un système similaire à celui proposé par les compagnies aériennes.

«Voyageur», tout simplement ! SNCF n’a pas eu besoin de longues séances de brainstorming pour trouver un nom au programme de fidélité qu’elle lancera le 31 mai. Dorénavant, tous les clients SNCF auront la possibilité de devenir gratuitement des membres du programme de fidélité et des titulaires d’une carte Voyageur qui servira aussi de titre de transport sur les trains Intercités et TGV. Le programme fonctionnera aussi sur des trajets internationaux, avec Eurostar, Thalys, Lyria…, les filiales de SNCF. En revanche, les voyages en iDTGV ne seront pas pris en compte.

«Ce qui intéresse les clients, c’est de pouvoir convertir leurs points de fidélité dans des voyages ou des services liés au train», résume Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages. Un critère que ne remplissait pas le programme multimarque S’Miles, partagé avec Les Galeries Lafayette et Monoprix notamment, et que SNCF a décidé de quitter en janvier dernier. Sur les 21 millions d’adhérents, seulement 2,3 millions avaient en effet profité des services offerts par l’opérateur ferroviaire. « Le programme S’Miles était complexe et difficile à utiliser pour les clients de la SNCF« , remarque Bertrand Le Moigne, consultant chez SIA Conseil. « Il n’était pas possible d’obtenir un billet gratuit aux périodes de pointe, et, souvent, les clients ne parvenaient pas à accumuler assez de points. » Cette fois, une palette de «récompenses», pour l’essentiel liées au train, sera proposée aux voyageurs. Les plus fréquents se verront offrir des services spécifiques – salons d’attentes, files réservées, réductions en partenariat avec Avis ou Accor… – qui leur rappelleront ceux que proposent les compagnies aériennes.

Mieux connaître les clients

Ce nouveau programme illustre un vrai changement dans la stratégie commerciale de la SNCF. «L’évolution du métier de cheminot, c’est d’apporter encore plus de valeur ajoutée aux clients à bord et de prendre en compte le fait que certains sont de grands voyageurs et des clients ­fidèles», explique Barbara Dalibard, qui rappelle que 30000 personnes ont été formées en interne à l’utilisation des nouvelles cartes Voyageur.

Outre les services offerts aux plus fidèles, ce programme va permettre à SNCF de mieux connaître ses clients et de personnaliser ses offres. Jusqu’à présent, l’opérateur ferroviaire jonglait avec différentes cartes payantes : Grand voyageur, Senior, 12-25, Enfant +… À présent, tous ces programmes et toutes les données seront fondus dans une seule plate-forme informatique qui réunira l’ensemble des informations sur les clients de la SNCF. «Ce nouveau programme de fidélité s’ajoute à la garantie Voyage que nous avons lancée il y a un mois et demi, explique la directrice de la branche Voyage. Ces deux engagements vont permettre de renforcer les relations entre la SNCF et ses clients.» Prochaine étape : faire entrer les «voyageurs du quotidien» dans la danse.

Questions à Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages

Pourquoi avoir quitté S’miles ?

« S’miles permettait de bénéficier de produits et de services sans rapport avec le train. Nous avons voulu construire un nouveau pilier de notre relation client avec une carte gratuite qui servira aussi de billet de train. »

À quels services cette carte donnera-t-elle accès ?

« D’abord elle permettra de bénéficier de réductions et de billets gratuits. Les voyageurs qui ont effectué 10 trajets bénéficieront de 10% de réduction sur leur prochain parcours et 20% pour 20 trajets. Pour les plus fréquents, ils cumuleront des points donnant droit notamment à des allers-retours. Des guichets leur seront dédiés dans les grandes gares, et l’accès aux salons leur sera ouvert. Les points de fidélité pourront aussi être convertis en services en boisson au bar ou en jeux et en musique téléchargeables. »

Comment passez-vous d’un système à l’autre ?

« Les 2,3 millions de clients SNCF bénéficiaient du programme S’miles. Les 750000 voyageurs les plus fréquents recevront automatiquement leur nouvelle carte, au plus tard le 6 juin, créditée des points acquis. Pour ceux qui voyageaient occasionnellement, nous les avons tenus informés au cours des derniers mois qu’ils devaient convertir leurs points avant le 25 mai. »

Réactions à la nouvelle offre SNCF

Un effort louable de remise à plat, mais une offre encore complexe et pas assez grand public : les associations de voyageurs ont réservé un accueil mitigé au nouveau programme de fidélité présenté jeudi 24 mai par SNCF.

« C’est une remise à plat de l’offre fidélité, on ne peut que l’apprécier« , juge Fabrice Michel, porte-parole de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT). « Mais la SNCF a tendance à vouloir trop concurrencer l’avion et moins l’automobile. C’est regrettable« , ajoute-t-il.

Les bénéficiaires de ce nouveau programme devront choisir parmi quatre statuts, chacun disposant d’une carte, selon la fréquence de leurs déplacements : Voyageur (occasionnels), Grand Voyageur et Grand Voyageur Plus (fréquents) et Grand Voyageur Le Club (très fréquents).

« Il faut y réfléchir à deux fois pour savoir dans quelle case rentrer« , estime Thierry Saniez, délégué général de l’association Consommation, logement, cadre de vie (CLCV). « On ne voit pas concrètement de quoi on va pouvoir profiter. Cette offre fidélité est à l’image de la tarification complexe proposée par la SNCF« , ajoute-t-il.

Pour tous les porteurs d’une carte, des réductions de 10% sont prévues après dix trajets (soit cinq allers-retours) et de 20% après vingt trajets, à valoir sur un trajet de leur choix.

« Plus les clients voyagent, plus ils accèdent rapidement aux statuts supérieurs et peuvent bénéficier de services SNCF et d’avantages supplémentaires« : accès à un catalogue cadeaux, bons d’achat à valoir sur certains services (bagages à domicile, restauration à bord…), a indiqué SNCF dans un communiqué.

« Pour les clients les plus fréquents, des services pour améliorer le confort tel que l’accès aux salons SNCF Grand Voyageur » sont prévus.

« Voyageur repose sur une double logique de récompense pour tous les voyageurs et de reconnaissance pour les clients les plus fréquents« , fait valoir l’entreprise publique.

Les associations de voyageurs regrettent cependant l’exclusion des TER, Transilien et iDTGV du programme. « Comme d’habitude, cette offre est réservée aux grandes lignes. Le TER est un peu le parent pauvre de ces annonces« , a souligné Fabrice Michel.

L’incorporation dans les cartes de fidélité des billets électroniques (e-billet) du voyageur, qui n’aura plus besoin d’imprimer ou de composter, est en revanche accueillie favorablement par Fabrice Michel, qui a salué cette « simplification » et a réclamé une « généralisation du e-billet« .

Thierry Saniez note pour sa part que cette offre est « très orientée vers les internautes« . « La moitié de la population, voire plus, n’est ni mobile, ni internaute et la majorité va encore en gare« , souligne-t-il

« Attention à ce que les avantages donnés à certains ne se fassent pas au détriment du prix du billet pour tous« , a-t-il prévenu.

(Avec Le Figaro et lamontagne.fr).

Publicités

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : supprimés et retards constatés jeudi 24 mai

Posted by ardsl sur 24 mai 2012

Accident de personne en Île-de-France

Les TGV ont été détournés par un autre itinéraire.

Trains supprimés

  • TER 895810/1 (Lons-le-Saunier 6h00 – Part-Dieu 7h31) : supprimé uniquement entre Lons-le-Saunier et Bourg-en-Bresse.

Trains retardés

50 minutes de retard pour le TGV 6641 (Paris 6h27 – Part-Dieu 8h24) en raison de travaux.

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 6901 (Paris 6h41 – Grenoble 9h37) en raison de travaux.
  • le TGV 9761 (Paris 7h11 – Genève 10h16) en raison de travaux.
  • le TGV 9769 (Paris 11h11 – Genève 14h16) en raison d’un accident de personne.
  • l’IC 4516/7 (Part-Dieu 15h08 – Tours 20h24) en raison d’une panne à Amplepuis.

30 minutes de retard pour :

  • le TGV 6931 (Paris 6h45 – Annecy 10h30) en raison de travaux.
  • le TGV 6603 (Paris 6h57 – Part-Dieu 8h56) même motif.
  • le TGV 6680/1 (Paris 6h57 – Saint-Étienne 9h47) même motif.
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h45) même motif.
  • le TER 17972/3 (Part-Dieu 8h08 – Annecy 9h59).
  • le TER 885138/9 (Grenoble 12h03 – Chambéry 13h02) en raison de l’attente du personnel.
  • le TER 17724 (Marseille 17h04 – Part-Dieu 20h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 5302/3 (Nantes 4h56 – Part-Dieu 9h38) en raison de travaux.
  • le TER 884201 (Annecy 6h32 – Annemasse 7h27).
  • le TER 895810/1 (Bourg-en-Bresse 6h42 – Part-Dieu 7h31).
  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6905 (Paris 7h37 – Grenoble 10h40) en raison de travaux.
  • le TGV 6191 (Paris 7h37 – Avignon 11h15) en raison de travaux.
  • le TGV 5318/9 (Rennes 9h07 – Montpellier 15h30) en raison d’un accident de personne.
  • le TGV 5326/7 (Nantes 9h08 – Montpellier 15h30) même motif.
  • le TER 883732/3 (Chambéry 13h24 – Grenoble 14h23) en raison de la réutilisation de la rame du 885138/9.
  • le TER 17718 (Marseille 15h06 – Part-Dieu 18h40) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9846/7 (Bruxelles 19h18 – Part-Dieu 23h24) en raison de l’attente d’un personnel.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 884550 (Évian 5h02 – Bellegarde 6h21) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5104/5 (Lille Europe 6h22 – Montpellier 11h30) en raison de travaux.
  • le TER 875702/3 (Clermont-Ferrand 6h27 – Part-Dieu 8h52) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6643 (Paris 7h27 – Part-Dieu 9h24) en raison de travaux.
  • le TGV 6605 (Paris 7h53 – Part-Dieu 9h56) même motif.
  • le TER 884654/5 (Saint-Gervais 8h03 – Bellegarde 9h51).
  • le TER 884509 (Bellegarde 10h09 – Évian 11h30) en raison de la correspondance avec les 9761 et 96502/3.
  • le TER 884608/9 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55) même motif.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 96439 (Frasne 10h58 – Berne 12h36) en raison de la correspondance avec le 9261.
  • le TER 885144/5 (Saint-Marcellin 13h04 – Chambéry 15h02) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 875718/9 (Clermont-Ferrand 17h56 – Part-Dieu 20h20) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 5124/5 (Lille Europe 18h26 – Marseille 23h16) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TGV 6197 (Paris 19h37 – Avignon 23h07) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17644 (Grenoble 21h23 – Part-Dieu 22h46) en raison de la panne d’un autre train.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 96552/3 (Saint-Gervais 5h03 – Part-Dieu 8h22) en raison de l’attente du 96554/5 à Annemasse.
  • le TER 96554/5 (Évian 5h34 – Part-Dieu 8h22) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6601 (Paris 5h50 – Part-Dieu 7h56) en raison de travaux.
  • le TER 96550/1 (Bellegarde 5h52 – Part-Dieu 7h24).
  • le TER 886180 (Avignon 7h41 – Valence 9h06) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 9261 (Paris 7h57 – Lausanne 11h44) en raison de travaux.
  • le TER 882111 (Mâcon 8h11 – Bourg-en-Bresse 8h37).
  • le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27) en raison de travaux.
  • le TER 884566 (Évian 8h34 – Bellegarde 9h51) en raison de l’attente du 884654/5 à Annemasse.
  • le TER 96502/3 (Part-Dieu 8h38 – Genève 10h27).
  • le TER 875712/3 (Clermont-Ferrand 14h56 – Part-Dieu 17h20) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17935 (Part-Dieu 16h40 – Chambéry 17h58).
  • le TER 96570/1 (Genève 17h29 – Part-Dieu 19h22).
  • le TGV 5122/3 (Lille Europe 18h26 – Grenoble 22h56) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TGV 6665 (Paris 18h27 – Part-Dieu 20h24) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6927 (Paris 19h37 – Grenoble 22h40) en raison d’un incident technique sur le train.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Les CFF investissent 606 millions de francs dans la modernisation de la flotte d’infrastructure

Posted by ardsl sur 24 mai 2012

Le Conseil d’administration des CFF a décidé d’investir ces prochaines années 606 millions de francs dans la modernisation et le renouvellement de la flotte d’infrastructure. L’âge actuel moyen de la flotte est de 33 ans et celle-ci ne correspond plus aux standards actuels en matière de technique, d’environnement et de sécurité. En remplaçant les anciens wagons de ballast et de transport ainsi que les locomotives de manœuvre et les tracteurs du service de la voie, les CFF pourront augmenter leur productivité et baisser la production de CO2 de la flotte infrastructure de près de 80% par année dès 2018, soit 9500 tonnes par an.

La flotte de véhicules de CFF Infrastructure se compose de locomotives, de wagons marchandises et de véhicules de travaux. Elle est utilisée avant tout pour l’entretien des infrastructures, la manœuvre et lors d’interventions. Le parc de véhicules d’Infrastructure comprend 2240 véhicules, et sa moyenne d’âge est de 33 ans – beaucoup de ces véhicules atteindront ces prochaines années leur âge limite et doivent être remplacés.

À l’avenir, le développement du réseau ferroviaire va se poursuivre. Pour répondre aux besoins de l’infrastructure, le Conseil d’administration des CFF a décidé de se doter de nouveaux véhicules d’ici 2018. L’investissement total est chiffré à 606 millions de francs. 1750 véhicules seront progressivement remplacés. Il s’agit notamment de locomotives de ligne et de manœuvre, de wagons pour le ballast et le transport, de véhicules pour la ligne de contact ou de wagons-grues, de tracteurs pour le service de la voie, de wagons spéciaux pour les diagnostics et de wagons élévateurs.

Actuellement, un concept détaillé est en cours d’élaboration, la mise au concours devrait suivre en 2013. Ces investissements seront financés par un prêt commercial de la Confédération, propriétaire des CFF.

Les nouveaux véhicules seront équipés de la dernière technologie. Efficaces et fiables, ils répondront aux dernières normes en matière de sécurité. Grâce au renouvellement de la flotte, CFF Infrastructure pourra augmenter sa productivité tout en réduisant ses émissions de CO2 d’environ 80 pour cent ou 9500 tonnes par année dès 2018.

Posted in Matériel, Suisse | Tagué: , , | Leave a Comment »

Michel Bleitrach quitte Keolis pour la présidence de la Saur

Posted by ardsl sur 24 mai 2012

Michel Bleitrach, président du directoire de Keolis, quitte le groupe de transport pour prendre la présidence du groupe Saur à compter du 27 mai 2012. Il reste président de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP).

« Michel Bleitrach a été nommé ce jour en tant que nouveau président de la société Hime, tête de groupe de la Saur » indique un communiqué de la Saur daté du 22 mai. Il remplacera à la tête de la Saur Joël Séché qui était en conflit avec les actionnaires. Selon ce communiqué, Michel Bleitrach a été choisi pour « sa grande expérience dans les services aux collectivités territoriales. »

Cette annonce intervient quelques jours à peine avant le départ officiel de Michel Bleitrach de la présidence du directoire de Keolis qui était prévue en juin (lire).

S’il quitte avec un peu d’avance Keolis, Michel Bleitrach restera, comme prévu, administrateur de deux filiales de Keolis, Effia SA et Keolis SA, ce qui lui permet de se maintenir à la présidence de l’UTP. Il gardera également une mission de conseil auprès de Guillaume Pépy sur les questions énergétiques.

(Source : mobilicites.com).

 

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Turin, cherche partenaire financier pour son entreprise de transport urbain

Posted by ardsl sur 24 mai 2012

La ville de Turin veut céder au privé 49% de GTT (Gruppo Torinese Trasporti), l’entreprise de transport public qui transporte 190 millions de passagers par an et dont elle possède actuellement l’intégralité du capital. Elle va lancer un appel d’offres pour trouver un candidat d’ici la fin de l’année.

Ce mouvement de privatisation des opérateurs italiens, est une des solutions trouvée par le gouvernement italien pour tenter d’assainir les finances des sociétés municipales de transport public. C’est ainsi que RATP Dev est entré, en mars 2009, au capital de l’opérateur qui gère le réseau de Modène et a failli faire de même à Gênes, avant de reculer tant le contexte économique italien est difficile. Concernant le réseau de Turin, les dirigeants de RATP Dev ne sont pas intéressés par une prise de participation minoritaire au capital.

Pour faire face à la crise, Turin comme les autres réseaux italiens, a dû se résoudre en début d’année à une très forte hausse de ses tarifs. Le prix du ticket unitaire est passé le 1er février de 1 euros à 1,50 euros soit 50% d’augmentation ! Les abonnements ont subi une augmentation moindre, inversement proportionnelle à leur durée. La plus faible hausse (7% tout de même) a été appliquée aux abonnements annuels. « Notre objectif est de remonter à un ratio recettes sur dépenses de 40%« , explique Roberto Cambursano, directeur commercial et marketing de GTT. En d’autres termes augmenter la participation des clients au coût réel du transport pour compenser en partie la baisse des subventions de l’État italien. Actuellement cette participation n’est que de 35%.

5500 employés

Contrairement à la France qui a une ressource affectée au fonctionnement des transports publics des agglomérations – le versement transport, taxe perçue sur les entreprises – les sociétés municipales italiennes ne vivent que grâce aux subventions que leur verse les régions qui elles-mêmes reçoivent de l’argent de l’État. Comme ce dernier a fermé les robinets l’effet domino se répercute jusqu’aux entreprises municipales. « Le Piémont n’a plus assez d’argent pour honorer ses engagements » déplore Roberto Cambursano.

GTT emploie 5500 employés, ce qui en fait, selon Roberto Cambusano, « le premier employeur de Turin« . L’entreprise opère :

  • huit lignes de tramway sur 220 km de voies, le plus gros réseau italien après Milan
  • quatre-vingt lignes de bus urbains (1000 autobus) et suburbains
  • une ligne de métro automatique léger, le Val de Siemens.
  • un réseau extra urbain qui dessert la région autour de Turin (300 bus)
  • deux lignes ferroviaires, dont celle reliant la gare centrale à l’aéroport. « Ces lignes ferroviaires vont être mises en appel d’offre par la région du Piémont« , indique Robert Cambusano.

Le prix du stationnement double

Pour éviter que les hausses des tarifs du transport public n’incitent les turinois à utiliser un peu plus leur voiture, GTT, qui exploite les parkings de surface du centre historique pour le compte de la ville, a doublé le prix du stationnement, passant le tarif horaire dans l’hypercentre de 1,30 euros à 2,50 euros. Avec un résultat mitigé : « cette augmentation a eu un effet nul sur nos recettes car elle a entrainé une certaine désaffection du centre-ville par les automobilistes » déplore Roberto Cambursano, qui évite soigneusement de parler du niveau de fraude…

Quant à l’effet de la hausse des tarifs des transports publics il est encore un peu tôt pour en juger. GTT a lancé des campagnes de communications auprès des Turinois pour expliquer qu’il est plus économique d’acheter des abonnements.

Le Val turinois se prolonge et innove

Inaugurée en 2006 à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver, la ligne du Val de Turin, qui a été prolongée de 3,9 km en 2011, déroule ses 13, 5 km selon un axe nord-ouest/sud-est. Malgré les difficultés financières de l’État Italien, les travaux d’un nouveau prolongement et de deux stations supplémentaires vont débuter dans quelques mois. Ouverture prévue dans trois ans.

Sur cette ligne Siemens teste plusieurs innovations qui pourront être déployés ensuite sur d’autres lignes de Val. C’est le cas d’un système de comptage de passagers par vidéo, développé en partenariat avec la société Vanaheim et d’une solution d’optimisation de la consommation électrique, qui permet de récupérer automatiquement l’énergie électrique produite au moment du freinage par une autre rame du réseau en phase accélération.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Aéroports, Italie, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :