ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 2 juin 2012

Châteauneuf-sur-Isère : 2 morts dans une collision entre un TER et une voiture

Posted by ardsl sur 2 juin 2012

La collision entre une voiture et le TER 22369 (Romans-sur-Isère 19h53 – Briançon 0h03) a fait 2 morts samedi 2 juin vers 19h55 sur la commune de Châteauneuf-sur-Isère (Drôme).

Alban Diaferia, 18 ans, originaire de Saint-Geoire-en-Valdaine et Alric Pain, habitant Voiron et tout juste âgé de 19 ans, étaient attendus par des amis pour faire la fête en Drôme des collines. Mais une imprudence leur a coûté la vie avant leur arrivée. Alban Diaferia (titulaire d’un permis de conduire probatoire) était au volant de la voiture.

Le train arrive, la voiture accélère

Le conducteur du TER reliant Romans-sur-Isère à Briançon, qui n’allait pas tarder à entrer en gare de Valence-TGV, a tout de suite compris ce qui allait se produire. Alors qu’il arrivait au passage à niveau, il a remarqué la présence d’une voiture.

Contre toute attente, et alors que les demi-barrières étaient baissées et que le feu était “rouge”, le véhicule s’est faufilé, a accéléré, et a tenté de passer quand même. Le choc a été terrible. Le train, roulant à près de 120 km/h, a continué sur sa lancée et a mis plus de 500 mètres à s’arrêter, traînant avec lui la voiture qui s’est encastrée dans la motrice.

Une dizaine de minutes plus tard, les secours étaient sur place, mais il était déjà trop tard pour les deux jeunes occupants du véhicule percuté.

Le trafic ferroviaire coupé jusqu’à 4 heures

Les sapeurs-pompiers mettront plus de trois heures pour désincarcérer les corps. Après les constatations effectuées par les gendarmes, les agents et les services techniques de SNCF travailleront jusqu’à 4 heures du matin pour rétablir le trafic ferroviaire interrompu dans les deux sens (4 autres TER ont dû être supprimés).

Alors que le conducteur du TER, extrêmement choqué, était pris en charge par la cellule psychologique des pompiers, les trois passagers indemnes du train ont continué leur voyage vers Briançon en taxi.

C’est le premier accident mortel à ce passage à niveau.

(Avec France Info, France 3 Rhône-Alpes et Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Posted in Drôme, Passage à niveau, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés samedi 2 juin

Posted by ardsl sur 2 juin 2012

Accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère

Le TER 22369 (Romans 19h53 – Briançon 0h03) a percuté vers 19h55 une voiture, qui aurait forcé un passage à niveau sur la commune de Châteuneuf-sur-Isère (à proximité de Valence TGV).

Les deux occupants de la voiture sont décédés. Les passagers du train sont indemnes.

Lire notre article sur cet accident mortel.

Le trafic ferroviaire a été interrompu. 4 autres TER ont dû être supprimés.

Bourg-en-Bresse : une fausse alerte perturbe la circulation des trains

Le conducteur du TER 895836/7 (Belfort 13h36 – Part-Dieu 17h26) , qui a cru avoir percuté un patient du Centre psychothérapique de l’Ain (CPA) à Bourg-en-Bresse, a stoppé son train.

Le prétendu incident s’est produit peu avant 17h. Le conducteur a appliqué les consignes d’usage. Après vérifications, il est apparu qu’aucune personne n’a été blessé. La circulation des trains a reprise petit à petit vers 18h.

Trains supprimés

  • TER 883766/7 (Gières 19h11 – Valence 21h20) : supprimé uniquement entre Saint-Marcellin et Valence, en raison d’un accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère.
  • TER 22369 (Romans 19h53 – Briançon 0h03) en raison d’un accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère.
  • TER 885838/9 (Grenoble 19h30 – Valence 20h46) : supprimé uniquement entre Romans et Valence, en raison d’un accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère.
  • TER 885840/1 (Grenoble 20h30 – Valence 21h46) en raison d’un accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère.
  • TER 17596/7 (Valence 21h14 – Grenoble 22h29), en raison d’un accident de personne à Châteauneuf-sur-Isère. Mise en place d’un car de remplacement à 22h04 au départ de Valence.

Trains retardés

1h30 de retard pour le TER 895836/7 (Belfort 13h36 – Part-Dieu 17h26) en rais d’une fausse alerte.

41 minutes de retard pour le TER 8958456/7 (Part-Dieu 18h34 – Belfort 22h30) en raison de la réutilisation de la rame du 895836/7.

40 minutes de retard pour :

  • le TER 885808/9 (Valence 6h41 – Grenoble 7h51) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 17512/3 (Annecy 7h38 – Montmélian 8h48).
  • le TER 887325 (Perrache 12h49 – Saint-André-le-Gaz 13h47) en raison de l’attente d’un personnel.

30 minutes de retard pour le TER 886946 (Saint-Étienne 19h52 – Roanne 21h08) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.

25 minutes de retard pour :

  • le TER 17400 (Marseille 6h35 – Laragne 8h59).
  • le TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17970/1 (Part-Dieu 7h08 – Annecy 8h59).
  • le TER 17554/5 (Montmélian 8h11 – Annecy 9h17).
  • le TER 96558/9 (Genève 9h29 – Part-Dieu 11h22) en raison de l’affluence à Bellegarde.
  • le TER 17401 (Veynes 9h32 – Briançon 11h13).
  • le TGV 5016/7 (Nice 11h27 – Lille Europe 18h57) en raison de travaux.
  • le TGV 9864/5 (Nice 11h27 – Bruxelles 19h42) même motif.
  • le TER 18542 (Bourg-Saint-Maurice 15h10 – Part-Dieu 18h20).

20 minutes de retard pour :

  • le TER 17946/7 (Annecy 7h52 – Part-Dieu 9h52).
  • le TER 17402 (Marseille 8h35 – Briançon 12h44) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 887114 (Vienne 9h04 – Villefranche 10h19).
  • le TER 886610 (Part-Dieu 12h12 – Roanne 13h30) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9772 (Genève 13h42 – Paris 16h52).
  • le TER 18507 (Part-Dieu 17h40 – Modane 20h19) en raison de travaux.
  • le TER 886441 (Bourg-en-Bresse 17h43 – Part-Dieu 18h35).
  • le TER 895848/9 (Belfort 18h36 – Bourg-en-Bresse 21h43) en raison de la panne d’un autre train.

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 5164/5 (Marseille 6h44 – Lille Europe 11h35) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9854/5 (Marseille 6h44 – Bruxelles 11h51) même motif.
  • le TER 17972/3 (Part-Dieu 8h08 – Annecy 9h59).
  • le TER 17976/7 (Part-Dieu 10h08 – Annecy 11h59) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17619 (Part-Dieu 13h14 – Grenoble 14h37) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 887332 (Saint-André-le-Gaz 14h15 – Perrache 15h11) en raison de la réutilisation de la rame du 887325.
  • le TGV 6622 (Part-Dieu 15h04 – Paris 17h06).
  • l’ICN 1535 (Lausanne 15h45 – Saint-Gall 19h15) en raison d’un dérangement technique.
  • le TER 18533 (Part-Dieu 18h40 – Bourg-Saint-Maurice 21h45) en raison de la réutilisation de la rame du 18542.
  • le TER 8918919 (Dijon 18h43 – Bourg-en-Bresse 20h28).

(Avec France Info et leprogres.fr).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

L’offre du RER vaudois va se développer d’ici 2018

Posted by ardsl sur 2 juin 2012

L’offre des trains régionaux va être nettement améliorée ces six prochaines années dans le canton de Vaud. Ce renforcement permettra d’absorber la forte hausse des voyageurs attendue d’ici 2030.

De nouvelles infrastructures et de nouvelles rames permettront d’intensifier l’offre dans le Nord vaudois, la Broye, à la Vallée de Joux, ainsi qu’entre Cully et Cossonay (3400 habitants). Ce projet de développement du Réseau express régional (RER) vaudois a été présenté vendredi 1er juin par le chef du Département vaudois des infrastructures François Marthaler.

Pierre angulaire du RER vaudois, la nouvelle halte de Prilly-Malley sera inaugurée le 29 juin 2012. Dès le lendemain, trois trains s’y arrêteront chaque heure, ce qui améliorera la desserte de l’Ouest lausannois.

Trois prochaines étapes

Le réseau RER, qui s’arrête actuellement à Yverdon-les-Bains (27500 habitants), sera prolongé jusqu’à Grandson (3000 habitants) avec un train toutes les 30 minutes dès décembre 2015. Fin 2017, la desserte de la Basse Broye (jusqu’à Morat, 6100 habitants) et la Vallée de Joux (jusqu’au Brassus) sera systématique et sans changement.

Enfin l’année suivante, la cadence au quart d’heure au lieu de la demie-heure sera introduite entre entre Cully et Cossonay. Cette étape implique notamment la construction d’une 4e voie entre Lausanne (127800 habitants) et Renens (19600 habitants) et d’un «saut-de-mouton» entre Prilly-Malley et Renens.

Le nombre de voyageurs sur le réseau RER vaudois ne cesse d’augmenter, a souligné le conseiller d’État. Il est passé de près de 9 millions de clients en 2007 à 14,7 millions en 2011 (+65%). Une progression moyenne de 5% par an est encore attendue entre 2020 et 2030.

Investissements de 166 millions de francs

Pour réaliser ce programme, il faudra construire de nouvelles infrastructures ferroviaires :

  • nouveau quai à Grandson : 7MCHF, hors TVA.
  • modernisation de la gare de Moudon (4800 habitants), double voie entre Moudon (4800 habitants) et Lucens (2600 habitants) : 65MCHF.
  • gare de rebroussement au Day (commune de Vallorbe, 3300 habitants) : 13MCHF.
  • gare de rebroussement à La Sarraz (2200 habitants) : 10MCHF.
  • voie de rebroussement à Cully (39MCHF) …

Le montant de ces investissements est de l’ordre de 166 millions de francs, financés par la Confédération et le Canton de Vaud. Une demande de crédit sera soumise au Grand Conseil en automne 2012 pour réaliser les études nécessaires. Quant aux CFF, ils devront compléter le parc avec de nouvelles rames modernes.

Le RER vaudois devrait encore se développer entre 2025 et 2035. Mais pour arriver à une desserte à la demie-heure de toutes les haltes entre Renens et Allaman (400 habitants), il faudra construire une 3e voie sur tout ce tronçon.

Ces renforcements de l’offre visent à répondre à la demande qui connaît une croissance spectaculaire et à augmenter la part modale des transports publics dans les déplacements des Vaudois, en leur offrant une autre solution que la voiture pour se rendre en ville.

Pour en savoir plus, télécharger le dossier de presse

(Avec ATS).

Posted in Fréquentation, Matériel, Service 2012, Service 2016, Service 2018, Service 2019, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Panoramique des Dômes à l’arrêt pour plusieurs semaines

Posted by ardsl sur 2 juin 2012

Une réunion s’est tenue mardi 26 mai à la Préfecture du Puy-de-Dôme, après l’incident qui a stoppé le Panoramique des Dômes le week-end dernier (lire). Le concessionnaire réfute tout défaut de sécurité. Il attend le rapport des experts pour prendre les mesures nécessaires.

Après la mise hors service du Panoramique des Dômes, ce week-end, à la suite d’un orage, une réunion de crise s’est tenue mardi 26 mai à la Préfecture du Puy-de-Dôme, réunissant les acteurs du Conseil général du Puy-de-Dôme, du concessionnaire TC Dôme et de la Préfecture.

D’ores et déjà, les acteurs réunis mardi 26 mai ont assuré que « la sécurité du matériel et des infrastructures n’est pas en cause« , rappelant que les consignes de sécurité avaient été « respectées« . Le directeur de TC Dôme, concessionnaire du Panoramique des Dômes attend le rapport des experts pour prendre les mesures nécessaires.

Fermé « le temps qu’il faudra« 

Le panoramique des Dômes ne devrait en tout cas pas redémarrer avant plusieurs semaines, l’inauguration officielle étant toujours prévue le 23 juin prochain.

Huissier et experts sont déjà au chevet du panoramique des Dômes dont une portion de ballast a été emportée par un très violent orage.

« Toutes les questions qui seront posées trouveront une réponse ; et quoi qu’il en coûte, il faudra le faire« . Telle était la première réaction de Gilles Giuliani, sous-préfet de Riom. « À la suite de ça, l’État, comme l’exploitant, désignera des experts qui confronteront leurs conclusions. Ce sont elles qui dicteront les solutions nécessaires. Pour nous, une seule certitude : la sécurité prime sur tout le reste et c’est la mise en œuvre des solutions nécessaires et elle seule qui entrera en ligne de compte« .

Même discours du côté du groupe SNC-Lavalin (concepteur canadien du projet). « Notre seule préoccupation est la sécurité« , explique Jérôme Geoffray, « c’est la raison pour laquelle à cette heure, nous ne pouvons donner aucun calendrier sur la suite. Dans un premier temps, nous réalisons un bilan global des dégâts, viendra ensuite le diagnostic ». Là aussi, on affirme que toutes les questions devront être mises sur la table : y a-t-il eu trop d’arbres coupés ; comment la gare de départ a-t-elle pu être endommagée par la boue à la suite d’un orage, certes violent mais qui peut se reproduire ?

Seul élément positif : du côté des services de l’État comme de l’exploitant, on met en avant les dispositifs de sécurité et la bonne tenue du matériel. « Aucun matériel roulant n’a été endommagé ; le personnel a parfaitement réagi ainsi eu les services de secours. Ce qui s’est traduit par une absence totale de mouvement de panique parmi les passagers« , insistent Jérôme Geoffray et le sous-préfet de Riom.

Mais c’est un « exercice de sécurité » grandeur nature dont tout le monde se serait bien passé le premier jour de mise en route d’un projet qui se veut emblématique du tourisme auvergnat.

Jérôme Geoffray reste catégorique : « pour remettre en route, nous prendrons le temps qu’il faudra« .

Victime d’un orage exceptionnel ?

L’orage qui s’est abattu samedi 26 mai sur le Puy de Dôme, provoquant des dégâts sur l’infrastructure du train à crémaillère le jour de sa mise en service, est à la fois courant et exceptionnel pour le laboratoire de météorologie physique de de l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC).

L’orage était « exceptionnel et localisé » selon le Conseil général du Puy-de-Dôme.

Mais le groupe socialiste et républicain du Conseil général, lui, estime qu’il s’agissait d' »un événement climatique non exceptionnel » et appelle à ce que « les pouvoirs publics diligentent, dans les plus brefs délais, une enquête sur l’ensemble des conditions de sécurité du Panoramique des Dômes« .

De son côté, Yves Pointin, chargé de recherche au laboratoire de météorologie physique (Lamp) de l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC) tempère : « un caractère exceptionnel ? Oui et non. Non du fait que des orages avec des précipitations intenses, à savoir plus de 100 mm/h, il y en a 5-6 par an sur ce secteur. » En 2011, il a ainsi plu 37 mm de pluie en quelques minutes le 1er septembre ou encore 27 mm en quelques instants, le 26 juillet.

« Par contre, il est très rare que l’orage ne se déplace pas, comme dans ce cas-là. D’habitude les orages voyagent à plusieurs dizaines de kilomètres par heure » souligne le chercheur. Effectivement, images radar à l’appui, l’orage qui s’est formé à partir de 16 heures au sud du parc des volcans, est resté sur le Puy de Dôme de 16h42 à 17h39. Soit près d’une heure.

Reste à présent à connaître la véritable pluviométrie survenue lors de cet épisode orageux car à l’heure actuelle, ni Météo France, ni le Lamp n’ont de pluviomètre agréé sur zone. « Nous ne pourrons donner des valeurs significatives qu’après avoir désarchivé et analysé les données satellites et radar. Mais en aucun cas nous n’avons de données physiques de pluviométrie sur le Puy de Dôme« . La station météo au sommet, la plus vieille de France, est en effet fermée depuis le début des travaux du train à crémaillère.

Depuis sa mise à l’arrêt, samedi 26 mai, le Panoramique des Dômes commence déjà à coûter cher à son exploitant TC Dôme : sur les seuls tickets de transport, la perte est estimée à 25000 euros par jour.

(Avec lamontagne.fr).

Posted in Auvergne | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le médiateur SNCF veut plus de clarté sur les tarifs et les e-billets

Posted by ardsl sur 2 juin 2012

Rendre les tarifs voyageurs plus visibles, mieux informer sur les billets électroniques pour éviter des amendes en cas d’erreur : ce sont quelques unes des recommandations du médiateur SNCF, toujours plus sollicité par les usagers et qui publiait son rapport vendredi 1er juin.

Selon le médiateur Bernard Cieutat, nommé en 2009 et qui vient d’être renouvelé pour trois ans dans sa fonction, une doléance récurrente des voyageurs est de ne pas connaître précisément les règles applicables en matière de tarifs. Il appelle à « améliorer leur visibilité et leur exhaustivité« .

« Les règles sur les tarifs existent quelque part et sont accessibles, mais pas suffisamment. C’est ça qu’il faut améliorer« , explique-t-on à SNCF.

Les problèmes concernent des modalités particulières appliquées pour certains moyens de paiement : en cas de paiement en chèques vacances par exemple, le client ne peut pas être remboursé en liquide, seulement en bons voyage. Et « ce n’est pas explicité clairement« , reconnaît la SNCF.

Autre difficulté fréquente : le transport de vélos. Les voyageurs n’ont pas toujours prévu de billet adéquat, ou pas bien compris les modalités spécifiques du transport (sur certains trains dans un emplacement dédié, sur d’autres seulement sous certaines conditions, avec les roues démontées par exemple).

Selon SNCF, « si ce n’est pas fait, les contrôleurs sont en droit de verbaliser« . Mais cela peut sembler exagéré aux clients qui étaient seulement mal informés.

Autres amendes souvent mal perçues : celles sanctionnant les erreurs sur des billets électroniques.

Le rapport juge nécessaire de « renforcer la communication sur les règles d’utilisation des e-billets et les sanctions encourues« , notant que « de nombreux clients, manifestement de bonne foi« , écopent d’une amende maximale de 128 euros « pour une simple erreur d’identité« .

« Le plus difficile, c’est d’être verbalisé avec l’indemnité forfaitaire maximale alors qu’on est de bonne foi, qu’on n’a pas coché la bonne case, qu’on s’est trompé. Il y a une espèce d’injustice ressentie« , reconnaît SNCF.

Assurance annulation

Le médiateur a aussi reçu beaucoup de réclamations concernant l’assurance annulation lors d’une réservation sur internet. Il insiste sur le fait que ce choix doit être laissé au client, et que la case de souscription ne devrait pas être préalablement cochée comme actuellement. « Les clients assimilent cette procédure à une forme de vente forcée« , note le rapport.

« Si ce n’est pas déjà résolu, ça devrait l’être sous peu« , promet SNCF.

Parmi les autres suggestions du rapport figurent encore la prise en charge des clients en cas de dysfonctionnement du services bagages, ou un meilleur suivi de l’envoi de bons voyages, qui jusqu’ici ne peuvent pas être réédités quand les clients disent ne pas les avoir reçus.

Le médiateur a été saisi à 4339 reprises en 2011, un nombre faible comparé à environ 4 millions de voyageurs par jour, mais en hausse de 16% comparé à 2010.

Les réclamations ne cessent d’ailleurs d’augmenter depuis 2009, date depuis laquelle les clients peuvent le saisir directement, sans passer par une association de défense des consommateurs ou des usagers. 95% des saisines de 2011 émanaient ainsi de particuliers.

Depuis septembre 2011, le médiateur peut également être saisi par internet, ce qui « a encore fait augmenter les chiffres » mais aussi « instauré une nouvelle relation avec les clients » qui ont « plus de possibilités de recours« , souligne SNCF.

Le médiateur a traité les dossiers l’an dernier en 58 jours en moyenne, contre 59 en 2010 et 81 en 2009. Dans 50% des cas, sa décision a été favorable ou partiellement favorable au client.

(Avec la montagne.fr).

Posted in Loisirs, SNCF, Tarification | Tagué: , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :