ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 8 juin 2012

Bourgogne : la tempête perturbe le trafic des TGV

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

De violents orages se sont abattus en Bourgogne jeudi 7 juin 2012. Coups de vent, coupures d’électricité, arbres abattus, caves inondées… Les intempéries qui ont touché la Bourgogne ont aussi affecté le trafic ferroviaire sur la LGV Paris – Sud-Est.

Un arbre endommagé menaçait une caténaire. SNCF a été obligée de couper l’alimentation électrique sur la ligne, dans le sens province > Paris, sur la portion de ligne située entre Le Creusot TGV et Sully, en Saône-et-Loire. Des équipes de l’entreprise de transport sont intervenues pour scier les branches menaçantes, a indiqué SNCF.

La circulation a été maintenue dans le sens Paris > province. Les TGV ont donc dû circuler sur une seule voie en alternance. Cependant, deux TGV qui assuraient pour l’un la liaison Saint-Étienne -Paris et pour l’autre Annecy – Paris, ont été bloqués sur la portion de voie concernée l’un au sud du côté de Vaux-en-Pré, l’autre au nord, à proximité de Sully.

La chute d’un arbre sur une voie de la LGV vers 20 heures dans les environs du Creusot, a provoqué ces incidents suite à une rupture de caténaire et causé des retards conséquents sur plusieurs trains.

Initialement, ces deux convois devaient être ramenés en gare TGV du Creusot-Montchanin grâce à des motrices diesel, l’alimentation électrique ne fonctionnant plus. Il était prévu de ravitailler les passagers en gare du Creusot avant de reprendre leur voyage à destination de Paris.

L’alimentation électrique ayant pu être rétablie vers 23h30, un des deux convois a repris sa route initiale vers Paris sans stopper à la gare du Creusot. L’autre rame a également redémarré en direction de la capitale peu avant minuit.

Le plan Pégase, qui consiste à renforcer les transports à la sortie des gares lorsqu’un incident entraîne un retard nocturne important a été déclenché. Le trafic a également été perturbé dans l’autre sens, avec deux TGV qui ont dû être ralentis en direction du sud et qui devaient accuser une bonne heure de retard.

À noter que les orages avaient déjà provoqué de fortes perturbations dès 15h30, une première coupure de l’alimentation électrique déjà entre Sully et Vaux-en-Pré ayant entraîné l’arrêt de la circulation durant environ 1h45.

Par la suite, les dispositions prises par SNCF afin de ravitailler en plateaux-repas et boissons les passagers sinistrés se sont avérées inutiles, tout étant rentré dans l’ordre en soirée avec la reprise du trafic dans les deux sens.

Ces trains auraient dû arriver normalement à Paris vers 21h30. Ces TGV transportaient environ un millier de passagers.

Dans le sens province -> Paris, une dizaine de TGV ont été impactés et circulaient avec un retard de dix minutes à une heure. Quatre autres TGV circulant dans le sens province -> Paris ont été détournés sur la ligne classique et accusaient un retard d’une heure environ. Cet incident a également provoqué quelques perturbations dans le sens Paris -> province, huit TGV circulant avec des retards minimes, selon la même source.

Voir aussi notre article sur les retards du jeudi 7 juin.

(Avec AFP, bourgogne.france3.fr et Le Journal-de-Saône-et-Loire).

Publicités

Posted in Bourgogne, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Axa se retire de Keolis

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

AXA Private Equity, filiale du groupe d’assurances Axa, a annoncé lundi 4 juin avoir vendu à SNCF la part de 21% qu’elle détenait dans l’opérateur de transport public Keolis.

Cette participation, acquise en 2007, était détenue dans un consortium réunissant Pragma Capital et la Caisse de dépôt et placement du Québec, a précisé AXA Private Equity dans un communiqué.

À la suite de cette transaction, dont le montant n’a pas été précisé, la part de SNCF dans Keolis représente 70% et celle de la Caisse de dépôt et placement du Québec 30%.

David Azéma, actuel directeur général délégué du groupe SNCF, succédera à Michel Bleitrach en tant que président du directoire de Keolis (lire).

(Avec Reuters).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Enfin, les deux étages entre Lausanne et Genève !

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

Enfin ! diront les voyageurs entre Lausanne et Genève. Les deux premières rames à deux étages Duplex Regio CFF pour la Suisse romande vont en effet entrer en service dimanche 10 juin 2012. Les voyageurs devraient bénéficier de plus de confort et de plus de places, selon les CFF.

Les deux premières rames ne vont assurer que certaines relations, dès dimanche 10 juin 2012. Les rames suivantes seront mises en service progressivement pour atteindre un total de 13 rames au changement d’horaire, le 9 décembre 2012.

Les nouveaux trains à deux étages offrent un tiers de places assises en plus par rapport au matériel conventionnel. Chaque rame dispose de 337 places assises, dont 277 en seconde. Aux heures de pointe, elles circuleront en composition double, avec une capacité de 674 places assises.

Les trains sont également plus confortables : climatisation, plancher surbaissé pour un accès facilité, toilettes pour les fauteuils roulants, espaces multifonctions pour vélos, poussettes et bagages, écrans d’information et surveillance vidéo font partie de l’équipement.

Les nouveaux trains, fabriqués par Stadler AG en Thurgovie, permettront de doubler les cadences des RegioExpress entre Genève et Lausanne dès le changement d’horaire. Avec un train toutes les demi-heures, les villes profiteront d’une amélioration de leur desserte ferroviaire. Les relations RegioExpress Genève – Lausanne seront en outre prolongées une fois l’heure sur Romont et Vevey dès le changement d’horaire. Entre Lausanne et Vevey, les nouvelles rames devraient fortement améliorer la capacité d’un tronçon aujourd’hui surchargé aux heures de pointe.

(Source : AP).

Posted in Genève, Matériel, Service 2012, Service 2013, Vaud | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Travaux dans le Var les 2, 3, 9 et 10 juin

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

En raison de travaux d’amélioration des voies entre Toulon et Carnoules les week-ends du 2 et 3 juin ainsi que les 9 et 10 juin, le trafic TGV entre Genève, Rhône-Alpes et la Côte d’Azur est réduit.

Il s’agit de travaux engagés par RFF pour la régénération d’un ouvrage d’art entre Toulon et Carnoules.

Les travaux de changement de deux tabliers du pont ferroviaire de Carnoules ont nécessité pour leur réalisation, un arrêt de la circulation ferroviaire de 24 heures durant le week-end du 2 au 3 juin.  Ils se sont effectués sans soucis majeurs durant une bonne partie la nuit du samedi 2 au dimanche 3 juin.

Une vingtaine de personnes, d’ÉRDF et d’Entreprise industrielle de travaux publics (EITP) basée à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), avec les moyens de levage de l’entreprise Médiaco, ont œuvré pour remplacer deux tabliers, plus que centenaires, en gare de Carnoules.

Avant de fixer sur le pont ferroviaire, vers 23h, les nouveaux équipements préfabriqués, les employés d’EIPT avaient au préalable, consolidé l’ouvrage. La pose de quatre plots en béton armé et leur caoutchouc (limiteurs de bruit) sur lesquels allaient être vissés les tabliers, devait clôturer ce travail préliminaire.

Et dimanche 3 juin, comme prévu, à partir de 14h, les deux voies ont été rouvertes à la circulation.

Cette opération de rénovation des éléments ferroviaires sur la ligne Marseille – Nice, va se répéter samedi 9 et dimanche 10 juin pour la pose d’un troisième tablier métallique sur les quatre existants. Le tablier de la voie de service ne sera, quant à lui, pas remplacé.

Le trafic ferroviaire est totalement interrompue dans ce secteur :

  • du samedi 2 juin 14h au dimanche 3 juin 14h.
  • du samedi 9 juin 19h au dimanche 10 juin 10h30.

Samedi 2 juin

  • Les TGV 6876 (Nice 17h27 – Dijon 23h40), 5198/9 (Nice 13h26 – Metz 22h44) et 5098 (Nice 13h26 – Dijon 19h38) ont été supprimés entre Nice et Marseille.
  • Le TGV 5184/5 (Nice 14h27 – Lille Europe 21h57) a été supprimé entre Nice et Toulon.
  • Les TGV 6829 (Dijon 15h52 – Nice 22h33) et 6818/9 (Genève 12h42 – Nice 19h05) ont été supprimés entre Marseille et Nice.
  • Le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) a été supprimé entre Toulon et Nice.

Dimanche 3 juin

  • Les TGV 6854 (Nice 7h27 – Lyon Part-Dieu 11h54) et 6886/7 (Nice 10h57 – Genève 17h16) ont été supprimés entre Nice et Marseille.
  • Le TGV 9864/5 (Nice 11h27 – Bruxelles 19h42) a été supprimé entre Nice et Toulon.
  • Les TGV 6815 (Lyon Part-Dieu 7h06 – Nice 11h33) et 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h33) ont été supprimés entre Marseille et Nice.
  • Le TGV 5102/3 (Lille Europe 6h02 – Nice 13h33) a été supprimé entre Toulon et Nice.
  • Le TGV 5032/3 (Dijon 9h20 – Nice 15h33) a été supprimé sur l’intégralité de son parcours.

Samedi 9 juin

  • Le TGV 6876 (Nice 17h27 – Dijon 23h40) est supprimé entre Nice et Marseille.
  • Le TGV 6829 (Dijon 15h52 – Nice 22h33) est supprimé entre Marseille et Nice.

Dimanche 10 juin

  • Le TGV 6854 (Nice 7h27 – Lyon Part-Dieu 11h54) est supprimé entre Nice et Marseille.
  • Le TGV 6815 (Lyon Part-Dieu 7h06 – Nice 11h33) est supprimé entre Marseille et Nice.

(Avec Var Matin).

Posted in Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un tram pour desservir Saint-Julien-en-Genevois à l’horizon 2018

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

La Communauté de communes du Genevois ouvre une concertation préalable (du 6 juin au 6 juillet) sur le section française du projet de tramway entre Genève et Saint-Julien-en-Genevois.

«C’est le seul vrai tram transfrontalier. C’est donc ensemble qu’on doit le réussir», lance Bernard Gaud, président de la Communauté de communes du Genevois (34500 habitants). Contrairement aux trams d’Annemasse et de Saint-Genis-Pouilly, qui constitueront un prolongement depuis la frontière des rails genevois, il s’agit, concernant le tram desservant Saint-Julien-en-Genevois (11900 habitants), de prolonger avec le tram 15 des TPG et de lui faire franchir la frontière. Depuis Lancy-Pont-Rouge donc, jusqu’à la gare SNCF de Saint-Julien-en-Genevois.

«Il sera utile pour l’ensemble du canton de Saint-Julien. Grâce à des lignes de rabattement depuis Valleiry et Collonges», précise l’élu français. Pour compléter ce dispositif, un parking relais dédié aux usagers du tram verra le jour près de la gare. Les prévisions tablent sur 4000 à 5000 voyageurs par jour sur le tronçon français. La mise en service est prévue pour 2018. Pour le moment, côté français, débute la phase de concertation publique. Du 6 juin au 6 juillet, tout un chacun est invité à faire part de ses remarques (dans les mairies, lors de réunions publiques ou par mail à tram-avis@cc-genevois.fr).

Trois tracés proposés.

L’un emprunte l’avenue de Genève, tourne devant la mairie pour rejoindre la gare. C’est le plus court – 1,5 km – et donc le moins cher : 30 millions d’euros (soit 20M€ hors taxe par km). Cet itinéraire est préconisé par la CCG. Le deuxième passe devant l’hôpital, compte 2010 mètres et coûterait 40 millions. Le troisième effectue une boucle dans le centre de Saint-Julien avant de rejoindre la gare. Avec ses 2620 mètres, c’est l’option la plus chère (50M€).

Le financement

Pour financer ce projet, désigné lors du dernier discours de Saint-Pierre comme une priorité du Grand Genève, les partenaires franco-genevois comptent sur un financement fédéral, de 40% maximum.

La CCG devrait investir dans ce projet à hauteur de 7M€ à 10M€.

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la CCG a obtenu une participation de l’État français au financement de la partie française du projet s’élevant à environ 4,16 millions d’euros (pour une enveloppe de 30 millions d’euros). Le financement du projet à l’étude nécessitera la participation complémentaire de différents partenaires mobilisés actuellement par la CCG. On peut citer :

  • la commune de Saint-Julien pour l’insertion urbaine ;
  • l’Europe, avec le dépôt du dossier de demande de subvention INTERREG ;
  • le Conseil général de la Haute-Savoie, notamment par la mobilisation de fonds frontaliers ;
  • le Conseil Régional Rhône-Alpes.

Les caractéristiques du projet de tramway entre Saint-Julien et Genève

Le projet prévoit :

  • 4 ou 5 stations.
  • un tram toutes les 8 minutes aux heures de pointe.
  • une vitesse moyenne du tram de 17km/h.
  • un temps de parcours de 25 minutes entre la gare SNCF de Saint-Julien et Lancy-Pont-Rouge.
  • un fonctionnement de 5h à 1h.

La gare de Saint-Julien-Genevois, pôle d’échange

L’aménagement du pôle d’échange de la gare de Saint-Julien garantira une connexion aisée entre le tramway, les lignes de bus de rabattement et les TER.

Un parking-relais est envisagé à la gare de Saint-Julien.

Le plan de circulation général de Saint-Julien-en-Genevois sera repensé avec l’arrivée du tramway afin de conserver la possibilité de circuler et d’accéder au centre-ville en voiture.

Une réponse à la congestion automobile

Plus de 20000 habitants de la CCG se rendent à Genève chaque jour. Ces trajets sont majoritairement effectués en voiture individuelle. Seuls 3% des déplacements se font en transports publics. Malgré tout la fréquentation de la ligne D des TPG (Saint-Julien – Genève) a été multiplié par 5 entre 2002 et 2011.

Dès sa mise en service, le tramway permettra de multiplier le report modal par 5. De facto, la baisse de l’usage de la voiture sera significative.

Réunions publiques

  • Mardi 12 juin à 20h30 à Archamps à la Communauté de communes du genevois,  38 rue Georges de Mestral, technopole.
  • Vendredi 22 juin à 18h30 à Valleiry à l’espace Albert Fol, 189 route de Saint-Julien.
  • Mardi 26 juin à 20h30 à Saint-Julien-en-Genevois,  à l’Arande,  24 grande Rue.

Expositions

  • Du 6 au 17 juin à Collonges-sous-Salève (traboule).
  • Du 18 au 24 juin en mairie de Valleiry.
  • Du 25 juin au 1er juillet en mairie de Viry.
  • Du 2 au 6 juillet en mairie de Beaumont.
  • Jusqu’au 6 juillet : à Saint-Julien-en-Genevois (à l’Arande) et à Archamps (au siège de la CCG).
  • En juillet à la gare de Saint-Julien-en-Genevois.
  • En août à Neydens (Vitam Parc).

Planning prévisionnel

  • Bilan de la concertation préalable : automne 2012.
  • Enquête publique : début 2013.
  • Déclaration d’utilité publique : fin 2013.
  • Travaux : entre 2014 et 2018.
  • Mise en service : 2018.

Pour en savoir plus, télécharger :

La Communauté de communes du Genevois

C’est la collectivité française qui est maître d’ouvrage de la partie française du tramway Saint-Julien – Genève.

La CCG regroupe depuis 1996, 17 communes :

  • Archamps : 1900 habitants
  • Beaumont : 2100 habitants
  • Bossey : 700 habitants
  • Chênex : 600 habitants
  • Chevrier : 400 habitants
  • Collonges-sous-Salève : 3700 habitants
  • Dingy-en-Vuache : 600 habitants
  • Feigères : 1500 habitants
  • Jonzier-Épagny : 700 habitants
  • Neydens : 1500 habitants
  • Présilly : 700 habitants
  • Saint-Julien-en-Genevois : 11900 habitants
  • Savigny : 700 habitants
  • Valleiry : 3100 habitants
  • Vers : 700 habitants
  • Viry : 3600 habitants
  • Vulbens : 1000 habitants.

La CCG prend la compétence transport urbain

La Communauté de communes du Genevois a obtenu par un arrêté préfectoral du 11 mai 2012, la compétence transport. Elle est désormais autorité organisatrice du transport urbain (AOTU) sur son territoire.

Posted in Genève, Genevois, Service 2018 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Passages à niveau dangereux : une tardive prise de conscience

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

Il y a quatre ans, le drame d’Allinges provoquait le lancement d’un plan national de suppression des passages à niveau dits « préoccupants ». Où en est-on aujourd’hui ?

Alors que vient de se dérouler, ce dimanche 3 juin, la fête annuelle de l’association « Sourire des anges », créée en la mémoire des sept collégiens décédés dans la collision entre un car et un TER, au passage à niveau de Mésinges, sur la commune d’Allinges, en juin 2008, l’Union Internationale des Chemins de fer (UIC) et Réseau Ferré de France (RFF) organisaient ce jeudi 7 juin à Paris le lancement officiel de la 4e édition de la Journée mondiale de sécurité routière aux passages à niveau, qui aura lieu le 5 juillet prochain.

L’occasion pour RFF de souligner les efforts engagés, depuis ce drame, pour supprimer les passages à niveau dits « préoccupants ». En 2011, 43 millions d’euros ont ainsi été investis par l’État, RFF et les collectivités territoriales pour supprimer ou améliorer ces passages à niveau ; 160 d’entre eux ont été supprimés et 263 ont été améliorés. Autre bilan : on a tout de même enregistré pour cette même année 110 collisions et 29 tués.

Dans plus de 98% des cas, l’accident est dû au non-respect du code de la route, souligne RFF, avec notamment :

  • une vitesse d’approche élevée des véhicules, qui n’ont pas le temps de s’arrêter et percutent le train qui passe ;
  • des passages en chicane entre les barrières fermées (voitures, piétons ou cyclistes) ;
  • un stop grillé (passage à niveau à croix de Saint-André) ;
  • enfin, 30% à 50% des fermetures de passages à niveau voient un usager de la route passer en infraction.

Dans le même temps, en Haute-Savoie, le Conseil général réuni pour voter son budget supplémentaire en début de semaine, a réaffirmé son engagement dans ce domaine : le budget des infrastructures routières connaît en effet une hausse conséquente, avec 25M€ supplémentaires. « Ceci permettra d’accélérer la concrétisation ou la poursuite de plusieurs projets essentiels pour l’aménagement du territoire départemental« , note le Département, dont le programme conjoint engagé avec Réseau Ferré de France pour la suppression des fameux passages à niveau préoccupants à Sallanches, à Reignier-Ésery et Étrembières et bien sûr à Allinges.

Quant au procès de l’accident de Mésinges, dont les familles des victimes réclament qu’il se tienne dès cette année, il pourrait bien n’avoir lieu qu’en 2013 (lire). Alors que RFF et SNCF, qui ont fait appel de leur mise en examen dans ce drame, seront fixés sur leur sort le 4 juillet prochain, date à laquelle la Chambre de l’instruction de la cour d’appel de Chambéry rendra sa décision.

(Avec tdg.ch).

Posted in Passage à niveau | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des vélos en libre-service à Genève dès l’été 2013

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

Le financement est assuré. Dès l’été 2013, Genevois et touristes pourront profiter des vélos en libre-service.

Dès l’année prochaine, une centaine de stations réparties dans 15 communes mettront à disposition des vélos en libre-service (VLS), a annoncé mercredi 6 juin Michèle Künzler, la conseillère d’État en charge de la mobilité. Le Conseil d’État a approuvé une subvention de 1,345 million de francs à TPG Vélo SA, la société fille des TPG qui pilotera l’installation et la gestion du futur réseau.

«Comme nous sommes à peu près les derniers en Europe à nous doter de VLS, nous avons pu nous inspirer de ce qui se fait de mieux», a assuré Michèle Künzler. Il est vrai qu’il a fallu du temps à Genève pour mettre en place son projet de réseau, puisqu’on en parle depuis plus de deux ans. Le système prévoit la mise à disposition progressive de 150 stations, offrant la possibilité au public d’emprunter un vélo et de le restituer à un autre emplacement du canton. Environ 1500 vélos seront achetés dans un délai de trois ans.

Les communes participant au projet financeront les infrastructures (11,4 millions sur dix ans) et verseront 700000 francs par an pour les charges d’exploitation. Ces coûts ont poussé sept des communes approchées à renoncer à s’engager.

Les utilisateurs des VLS pourront acquérir un abonnement annuel de 70 francs ou de 45 francs s’ils possèdent déjà un abonnement Unireso. Il sera également possible de louer les vélos par heure ou par jour (5 fr. dans ce cas).

(Avec tdg.ch).

Posted in Genève, Tarification | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Trains à Genève : les riverains du rail seront bientôt protégés du bruit

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

Quatre communes sont encore exposées à un bruit dépassant les limites. Des mesures de protection se préparent.

Les trains genevois seront bientôt plus silencieux. Suite aux premiers travaux menés il y a dix et vingt ans, de nouvelles mesures antibruit sont en préparation dans les quatre dernières communes du canton dépassant les valeurs limites : Genève, Vernier, Céligny et Lancy. Murs ou fenêtres de protection permettront de mieux préserver les riverains.

Selon la loi, l’assainissement sonore des voies de chemin de fer doit prendre fin en 2015 au plus tard. Ce vaste projet, piloté par l’Office fédéral des transports (OFT), vise à agir sur les bâtiments par la pose de fenêtres antibruit, le long des voies, grâce à des constructions de murs et sur les véhicules eux-mêmes. Jusqu’en 2011, 178 kilomètres d’écrans antibruit ont ainsi vu le jour le long des rails helvétiques. Si rien n’était entrepris, 265000 personnes subiraient des nuisances dépassant les limites en vigueur, selon l’OFT. À Genève, des travaux d’insonorisation ont déjà abouti sur le tronçon entre Cornavin et l’aéroport, il y a une vingtaine d’années. La ligne Genève – Coppet a elle aussi été assainie, il y a environ dix ans.

Murs et fenêtres antibruit

Pour l’heure, quatre projets sont en cours d’approbation par l’OFT. À Vernier, on s’apprête à poser des fenêtres antibruit près des voies, pour un coût de 2 000 francs. «La procédure devrait prendre fin d’ici à quelques mois», explique Florence Pictet, porte-parole de l’office. Le même type de travaux devrait être mené à Céligny, pour environ 30000 CHF.

Deux autres projets sont dans le pipeline côté CEVA, mais ils prendront plus de temps étant donné les procédures juridiques, désormais levées. À Lancy, des fenêtres antibruit apparaîtront le long des rails. «Et à Genève, il ne manque plus qu’un complément d’une centaine de mètres de parois antibruit juste avant la tranchée couverte de Saint-Jean», précise Frédéric Revaz, porte-parole des CFF.

Que prévoit-on pour limiter les nuisances du futur CEVA ? La liaison, en majeure partie souterraine, pourra provoquer des sons dits «solidiens», bruit dû aux vibrations se propageant dans les bâtiments. « Nous allons d’abord effectuer des tests in situ à l’aide d’un camion vibreur« , explique Caroline Monod, chargée de communication du projet CEVA. « Puis nous mettrons en place les mesures nécessaires, comme des dalles flottantes ou des chaussons sous les rails. Ces dispositifs vont au-delà de ce que prévoit la législation. »

Deux tronçons extérieurs

Hormis le secteur de Lancy cité plus haut, le CEVA n’a que deux tronçons extérieurs. L’un, le pont du Val l’Arve, sera vitré. L’autre, le pont enjambant la Seymaz, accueillera des murs antibruit.

Un train de voyageurs génère environ 80 décibels, alors qu’un train de fret en produit 10 de plus. Pour réduire les nuisances subies par les riverains, les murs sont parfois mieux adaptés que les fenêtres antibruit. En général, ces parois sont en béton, « car c’est le matériau le plus résistant« , poursuit Frédéric Revaz. « Le bois peut également être utilisé, mais il se détériore plus facilement. Dans certains cas particuliers, on peut aussi se servir d’aluminium, par exemple sur les ponts. » Autre solution, le verre. Mais celui-ci ne peut être utilisé que dans les gares «si des raisons de sécurité l’exigent, par exemple pour des questions de visibilité», précise le porte-parole des CFF.

Des trains plus silencieux

Tous les trains CFF qui circulent à Genève – de voyageurs ou de marchandises – sont assainis.

Depuis le début des années 2000, l’entreprise a rénové plus de 1000 voitures de voyageurs et 5800 wagons de marchandises. « Les anciens véhicules étaient équipés de freins dits à sabots, ce qui provoquait une importante usure des roues et qui entraînait une augmentation du bruit au moment du freinage« , explique Patricia Claivaz, porte-parole aux CFF. « Nous les avons donc équipés de freins antibruit. Le bruit de roulement a été réduit de 15 décibels, ce qui correspond à une baisse de plus de la moitié du bruit ressenti. » Il reste encore 500 wagons de fret à assainir.

(Source : La Tribune de Genève).

 

Posted in CEVA, Genève | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Des trains cadencés au quart d’heure entre Genève et Coppet dès decembre 2015

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

Dès le 13 décembre 2015, les trains rouleront à la cadence du quart d’heure entre Genève et Coppet. Un premier jalon dans le développement du réseau de la métropole lémanique.

Actuellement, les pendulaires circulant entre Coppet et la gare de Cornavin peuvent sauter dans un train toutes les demi-heures. À compter du service 2016, cette cadence sera ramenée au quart d’heure. C’est une première étape concrète du projet Léman 2030, qui prévoit un doublement des places assises sur les trains grandes lignes et une cadence de 15 minutes sur les RER des deux agglomérations de Lausanne et Genève.

Ce tronçon fait partie du RER franco-valdo-genevois, qui permettra à terme, avec la construction du CEVA, de relier Coppet à Annemasse, Annecy, Saint-Gervais-les-Bains et Évian sans changer de train. C’est grâce au préfinancement accordé par les cantons de Vaud et Genève, environ 300 millions de francs, que la réalisation de cet aménagement a été anticipée de quelques années. Les deux états voisins ont lancé simultanément la mise à l’enquête des points de croisements qui devront être réalisés en gare de Mies (VD) et de Chambésy (GE) et dont les travaux devraient débuter à fin 2013.

Dans cette région du district de Nyon, soumise à forte pression démographique et à une mobilité galopante, les deux conseillers d’État genevois et vaudois Michèle Künzler et François Marthaler espèrent rattraper le retard qu’a pris la métropole lémanique pour en matière de transfert de la route au rail et dans son réseau express régional.

(Avec tdg.ch).

Posted in Genève, Service 2016, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :