ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 23 juin 2012

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés samedi 23 juin

Posted by ardsl sur 23 juin 2012

Ligne Moirans – Valence

Le trafic ferroviaire a été très perturbé en raison d’une panne de signalisation.

Trains supprimés

  • IC 715 (Genève aéroport 6h36 – Saint-Gall 10h53) : supprimé uniquement entre Berne et Saint-Gall, en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement. Mise en place d’un train de remplacement au départ de Fribourg.
  • TER 889909 (Boën 7h32 – Saint-Étienne 8h23) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 17564/5 (Valence 8h14 – Grenoble 9h29) en raison d’une panne de signalisation.
  • TER 885804/5 (Grenoble 12h08 – Valence 13h18) même motif.
  • TER 17574/5 (Valence 12h14 – Grenoble 13h29) même motif.
  • TER 885820/1 (Grenoble 12h30 – Valence 13h46) : supprimé uniquement entre Saint-Marcellin et Valence, en raison d’une panne de signalisation.
  • TER 885814/5 (Valence 13h41 – Grenoble 14h52) même motif.
  • TER 17578/9 (Valence 14h14 – Grenoble 15h29) même motif.
  • IC 4416/7 (Tours 16h16 – Part-Dieu 21h20) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 885896/7 (Valence 16h41 – Grenoble 17h52) en raison d’une panne de signalisation.
  • TER 885842/3 (Grenoble 17h07 – Valence 18h18) même motif.
  • TER 17584/5 (Valence 17h14 – Grenoble 18h29) même motif.
  • TER 17588/9 (Valence 17h41 – Grenoble 18h52) même motif.
  • TER 17642 (Grenoble 20h23 – Part-Dieu 21h50) : supprimé uniquement entre Bourgoin et Lyon, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 887361 (Perrache 21h49 – Saint-André-le-Gaz 22h47) : supprimé uniquement entre Bourgoin et Saint-André-le-Gaz en raison de la panne d’un autre train.

Trains retardés

1h15 de retard pour :

  • le TER 885812/3 (Grenoble 9h30 – Valence 10h46) en raison d’une panne de signalisation.
  • le TER 17570/1 (Valence 10h14 – Grenoble 11h29) même motif.
  • le TER 885816/7 (Grenoble 10h30 – Valence 11h46) même motif.

1h05 de retard pour l’IC 715 (Genève aéroport 6h36 – Berne 8h32) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.

1h de retard pour :

  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) même motif.
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) même motif.
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48) même motif.
  • le TER 17576/7 (Valence 13h11 – Grenoble 14h29) en raison d’une panne de signalisation.

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 885810/1 (Grenoble 8h30 – Valence 9h46) en raison d’une panne de signalisation.

40 minutes de retard pour le TGV 4854/5 (Montpellier 10h03 – Strasbourg 15h45) en raison de la panne d’un autre train.

30 minutes de retard pour :

  • le TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40) en raison d’une correspondance avec un train retardé.
  • l’EC 37 (Genève 7h42 – Venise 14h40) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • le TER 17580/1 (Valence 15h14 – Grenoble 16h29) en raison d’une panne de signalisation.
  • le TGV 6919 (Paris 15h37 – Grenoble 18h40) en raison d’une panne au départ.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 9862/3 (Perpignan 5h15 – Bruxelles 12h42) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 886176 (Avignon 6h31 – Valence 7h56) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5166/7 (Toulouse 7h18 – Lille Europe 14h30) en raison d’un déclenchement du signal d’alarme.
  • le TER 885820 (Grenoble 12h30 – Saint-Marcellin 13h03) même motif.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 96550/1 (Bellegarde 5h52 – Part-Dieu 7h24) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 895810/1 (Lons-le-Saunier 6h00 – Part-Dieu 7h31) même motif.
  • le TGV 6806/7 (Genève 6h42 – Marseille 10h16) même motif.
  • le TGV 9763 (Paris 8h11 – Genève 11h27) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TGV 5430/1 (Marseille 10h42 – Strasbourg 16h49) en raison d’une correspondance avec un train retardé à Lyon Part-Dieu.
  • le TER 17925 (Part-Dieu 12h40 – Chambéry 13h58) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 18538 (Chambéry 13h02 – Part-Dieu 14h20) même motif.
  • le TER 17625 (Part-Dieu 16h14 – Grenoble 17h33) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 4640/1 (Strasbourg 19h08 – Part-Dieu 23h14).
  • l’ICN 1544 (Saint-Gall 20h48 – Lausanne 0h15) en raison de trains en correspondance retardés.
  • le RE 2644 (Lausanne 23h48 – Genève 0h39) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.

Retard non communiqué pour le RE 2615 (Genève aéroport 6h11 – Lausanne 7h12) en raison d’un dérangement technique.

Publicités

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fret ferroviaire, pourquoi il faut être optimiste !

Posted by ardsl sur 23 juin 2012

Tribune d’Anne-Laure Noat et Jérôme Wernert (Eurogroup Consulting) publiée par Les Échos le 22 juin 2012.

On associe trop souvent en France l’expression « fret ferroviaire » au seul nom de l’ancien opérateur national « Fret SNCF », dont les difficultés et l’évolution alimente régulièrement la presse.

C’est un fait que le transport de marchandises sur rail en France connaît un recul constant, à la fois en valeur absolue (-7% en 2010 après -21% en 2009) comme en valeur relative, par rapport au camion dont l’hégémonie sur les transports ne cesse de croître depuis 50 ans. Pourtant ces chiffres masquent une situation plus paradoxale qu’on ne le pourrait croire.

Dans le cadre d’une étude réalisée en tant que Knowledge Partner de Reed Exhibitions pour les 3èmes Journées Européennes du Fret Ferroviaire en mars dernier, Eurogroup Consulting a interrogé une soixantaine d’opérateurs, gestionnaires, représentants des pouvoirs publics et surtout chargeurs, sur la vision qu’ils avaient de l’avenir de ce mode de transport à l’échelle européenne. Il ressort des entretiens que les acteurs du fret ferroviaire en ont une vision très majoritairement optimiste, car ses fondamentaux sont bons. En effet, le fret ferroviaire demeure structurellement nécessaire à l’équilibre de la chaîne de transports, au moins en complément de la route qui ne peut absorber indéfiniment l’accroissement des volumes transportés. D’autre part, les chargeurs rencontrés manifestent la volonté d’un recours accru au transport ferroviaire, l’argument environnemental étant de plus en plus fréquemment mis en avant.

Alors pourquoi, malgré une demande et des acteurs optimistes et volontaires, le fret ferroviaire ne redémarre-t-il pas ? Contrairement à une idée répandue, le prix du fret ferroviaire n’est pas le principal frein invoqué face à la concurrence de la route ; les faiblesses majeures pointées par les chargeurs sont avant tout le manque de fiabilité du service ferroviaire (pour ses utilisateurs réguliers) et le manque de lisibilité de l’offre (pour les candidats ou les utilisateurs récents).

Le fret ferroviaire n’est pas encore au niveau des exigences imposées aux camions, qui sont devenues la norme pour la planification logistique des entreprises. Ce manque de fiabilité est le résultat d’un réseau vieillissant, dont les travaux de renouvellement nécessaires mais longtemps différés ont été engagés massivement, occasionnant des contraintes considérables ; c’est aussi le fait d’un héritage social et de réglementations contraignantes, qui handicapent principalement l’opérateur historique.

Le manque de lisibilité est la contrepartie de l’ouverture à la concurrence. Depuis mars 2006, une vingtaine d’entreprises sont entrées sur le marché, qui se partagent désormais près de 30% du chiffre d’affaires, cette part allant croissant. En parallèle, l’offre de l’opérateur historique s’est réduite et concentrée, de nouvelles offres locales sont apparues, rendant le marché difficilement compréhensible à qui n’est pas spécialiste du secteur…

À l’occasion de la présentation de notre étude, le 28 mars 2012 lors du Salon International du Transport et de la Logistique, les intervenants du débat ont chacun donné leur vision de la manière de sortir de cette situation paradoxale ; tous conviennent de la nécessité d’adapter l’offre, alors que la demande est bien présente. Cela nécessite que les acteurs se parlent, se rencontrent et prennent conscience de leurs besoins et contraintes respectifs.

Comment alors provoquer et soutenir ce dialogue ? L’organisation commerciale mise en place par RFF depuis 2008 est un premier pas positif vers un dialogue « tripartite » entre gestionnaires d’infrastructure, opérateurs et chargeurs ; mais plus encore, c’est le rôle des commissionnaires qu’il nous paraît nécessaire de faire évoluer : le fret ferroviaire a besoin en urgence d’un « intégrateur de la demande » connaissant aussi bien l’offre que la demande de transport ferroviaire, qui soit capable de jouer le rôle d’intermédiaire entre elles et de proposer de réelles solutions multimodales. Cela ne réglera pas dans l’immédiat les problèmes de fiabilité, mais contribuera grandement à recréer la confiance et les conditions du redémarrage du fret ferroviaire.

Posted in Fret | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La ligne CFF entre Lausanne et Vevey interrompue par des travaux

Posted by ardsl sur 23 juin 2012

La ligne CFF Lausanne – Vevey est interrompue à partir de samedi 23 juin à 19h30 jusqu’à dimanche 24 juin au matin en raison de travaux. Les passagers pourront se rabattre sur un service de bus.

La ligne CFF Lausanne – Vevey est interrompue de samedi 23 juin à 19h30 jusqu’à dimanche 24 juin à 5h20 en raison de travaux à la hauteur de Pully. Un service de cars est mis en place pour permettre aux usagers de rallier leur destination.

Le temps de parcours sera prolongé d’environ 30 minutes. Des assistants seront présents dans les gares pour informer les passagers et l’horaire en ligne des CFF tient compte de ces travaux.

Deux ponts routiers doivent être démolis pour permettre le passage des nouvelles rames à deux niveaux Duplex Regio qui seront mises en service à l’occasion du nouvel horaire 2013, qui entrera en vigueur le 9 décembre 2012. Au final, 3 ponts seront détruits puis reconstruits à Pully. L’adaptation de la ligne Lausanne – Vevey est devisée à 10 millions de francs au total.

(Avec rts.ch).

 

Posted in Service 2013, Travaux, Vaud | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :