ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 13 juillet 2012

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés vendredi 13 juillet

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Trains supprimés

  • TER 883503 (Saint-André-le-Gaz 6h38 – Chambéry 7h36) en raison d’une grève.
  • TER 17763 (Bercy 15h38 – Part-Dieu 20h40) : supprimé uniquement entre Beaune et Lyon.

Trains retardés

2h de retard pour :

  • le TGV 5148/9 (Metz 6h02 – Nice 15h36) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 5032 (Dijon 9h20 – Nice 15h36) en raison de la panne d’un autre train.

1h15 de retard pour :

  • le TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5166/7 (Toulouse 7h18 – Lille Europe 14h30) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 9580/1 (Francfort 14h01 – Marseille 21h46) en raison de la panne d’un autre train.

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h23).
  • le TGV 6917 (Paris 12h41 – Grenoble 15h37).
  • le TER 17578/9 (Valence 14h14 – Grenoble 15h29) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 5456/7 (Metz 15h52 – Marseille 22h46) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 6876 (Nice 17h27 – Dijon 23h51) en raison d’un incendie aux abords des voies.
  • le TER 96516/7 (Part-Dieu 17h38 – Évian 20h27) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 96518/9 (Part-Dieu 17h38 – Saint-Gervais 20h57) même motif.

30 minutes de retard pour :

  • le TGV 5116/7 (Marseille 9h14 – Lille Europe 13h57) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9860/1 (Marseille 9h14 – Bruxelles 14h23) même motif.
  • le TER 875716/7 (Clermont-Ferrand 16h55 – Part-Dieu 19h20) même motif.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 6812/3 (Dijon 7h21 – Toulouse 13h11) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5306/7 (Bordeaux 7h37 – Dijon 15h39).
  • le TGV 9582/3 (Marseille 8h14 – Francfort 15h58) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43).
  • le TGV 5120/1 (Lille Europe 11h02 – Marseille 15h48) en raison du déclenchement du signal d’alarme.
  • le TGV 6940/1 (Paris 12h45 – Annecy 16h30).
  • le TGV 5342/3 (Nantes 19h05 – Part-Dieu 23h30) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 5344/5 (Rennes 19h07 – Part-Dieu 23h30) même motif.
  • le TER 884594/5 (Évian 20h36 – Bellegarde 22h03) en raison de la réutilisation de la rame du 96516/7.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 18514 (Modane 7h44 – Part-Dieu 10h20) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6964 (Annecy 8h31 – Paris 12h14) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 18538 (Albertville 12h09 – Part-Dieu 14h20) en raison de l’attente d’un personnel à Chambéry.
  • le TGV 6615 (Paris 12h57 – Part-Dieu 14h56) en raison d’une alerte nécessitant une vérification technique sur le train.
  • le TGV 6684/5 (Paris 12h57 – Saint-Étienne 15h47) même motif.
  • le TER 886826/7 (Saint-Étienne 13h20 – Ambérieu 14h53).
  • le TGV 5464/5 (Montpellier 14h02 – Metz 20h54) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96524/5 (Part-Dieu 20h36 – Évian 23h25) en raison d’une correspondance avec un train retardé.
  • le TER 96526/7 (Part-Dieu 20h36 – Saint-Gervais 23h57) en raison d’une correspondance avec un train retardé.

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 5102/3 (Lille Europe 6h02 – Nice 13h33) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TER 17753 (Bercy 7h38 – Part-Dieu 12h40) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6692/3 (Saint-Étienne 10h13 – Paris 13h06) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 18528/9 (Part-Dieu 10h34 – Albertville 12h40).
  • le TGV 6614 (Part-Dieu 11h04 – Paris 13h06) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 9244 (Milan 11h10 – Paris 19h10).
  • le TGV 9770 (Genève 12h29 – Paris 15h52).
  • le TER 96564/5 (Genève 13h29 – Part-Dieu 15h22) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 18531 (Part-Dieu 14h40 – Bourg-Saint-Maurice 17h43) en raison de la réutilisation de la rame du 18538.
  • le TGV 6946/7 (Paris 16h45 – Annecy 20h32) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886028 (Part-Dieu 16h46 – Mâcon 17h33) même motif.
  • le TGV 9277 (Paris 17h57 – Lausanne 21h47).
  • le TGV 6628 (Part-Dieu 18h04 – Paris 20h14).
  • le TER 895848/9 (Belfort 18h36 – Part-Dieu 22h28).
  • le TER 96616/7 (Chambéry 18h44 – Genève 20h00) en raison d’un dérangement technique.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le train 25% plus cher en province qu’à Paris

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

D’après l’association de consommateurs CLCV, le prix au kilomètre des billets de train est 25% plus cher au départ de la province que depuis Paris.

Les billets de train sont vendus en moyenne 25% plus cher au kilomètre au départ de la province que depuis Paris, selon les résultats publiés vendredi d’une étude de l’association de consommateurs CLCV pour le week-end du 14 juillet mais contestée par SNCF.

En moyenne, les 100 kilomètres parcourus sont facturés 11,60 euros au départ de Paris contre 14,60 euros au départ d’une autre ville, sur les lignes nationales et pour les tarifs les moins chers, par exemple des trains très matinaux ou des billets non-remboursables.

Le tarif « moyen », calculé par CLCV en fonction de l’ensemble des tarifs proposés par SNCF, s’est établi à 16,40 euros pour 100 kilomètres au départ de Paris et à 21,60 euros au départ de la Province.

CLCV dit avoir étudié 720 tarifs vers 24 destinations différentes avec des relevés à un mois, deux mois et trois mois avant. La période retenue prévoit « un départ à partir du vendredi 13 juillet à 15 heures et jusqu’au samedi à une heure permettant d’arriver à destination en début de soirée au plus tard ».

Structure tarifaire

« Cette structure tarifaire induit tout de même une discrimination géographique qui est contestable car l’opérateur a été fondé sur une logique de solidarité territoriale », déplore CLCV.

Les résultats de cette études sont « faux », a déclaré un porte-parole de SNCF, qui « ne fixe pas les tarifs au kilomètre ». « Plus on réserve tôt et moins c’est cher (mais) il n’y a pas de distinction selon qu’on parte de province ou pas », a-t-il ajouté.

(Avec AFP).

Posted in Associations, Tarification | Tagué: , , | Leave a Comment »

Rhône-Alpes lance son chantier de rénovation ferroviaire

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Carte des grands chantiers prévus en 2013

Le PDG de SNCF a fait le point vendredi 6 juillet à Lyon sur la modernisation du sillon alpin sud. La ligne de TER, fréquentée par 9000 usagers par jour, sera fermée pendant un an.

L’année 2013 s’annonce encore délicate pour SNCF en Rhône-Alpes. Deux importantes rénovations de lignes ferroviaires TER vont être lancées :

  • d’une part, la section sud du sillon alpin, de Valence au sud à Moirans au nord ;
  • et, d’autre part, le tronçon Lyon-Saint-André-le-Gaz, tronc commun vers Grenoble et Chambéry.

Le premier chantier se soldera par la fermeture, à partir du 9 décembre et pendant un an, des 70 kilomètres de voies empruntées quotidiennement par 9000 usagers des TER, et les réactions sont vives. « C’est une vraie opération de corps d’armée. Ce choix a été préféré à des travaux à la petite cuillère qui se seraient étalés sur quatre ou cinq ans », a justifié Guillaume Pépy, PDG de SNCF, présent aux côtés de Josiane Beaud, sa directrice régionale en Rhône-Alpes, pour engager les premières discussions avec les différents partenaires impliqués (RFF, conseil régional…). « Rhône-Alpes est une région clef pour nous. C’est la première offre TER de France, le premier hub TGV et beaucoup de fret », a-t-il martelé. Ce dynamisme rhônalpin a ses revers : saturation et fragilité du réseau.

Cars de substitution

D’où la nécessité de lourdes remises à niveau et d’augmentation des capacités. La modernisation du sillon alpin (électrification, mise au gabarit des tunnels) coûtera au global 575 millions d’euros, dont 350 millions pour la deuxième phase incluant la création d’un raccordement direct avec le TGV à Valence, financés par l’État, la Région Rhône-Alpes, RFF et les collectivités territoriales locales (16%).

Pendant l’arrêt de la ligne, « des autocars rapides assureront les liaisons entre les grandes villes, tandis que pour les autres dessertes il faudra procéder à du cabotage. Nous travaillons actuellement sur le niveau de service nécessaire et le chiffrage financier viendra ensuite. Notre convention avec la région consacre une enveloppe à la substitution routière », a indiqué Josiane Beaud.

Pour le deuxième chantier -Lyon – Saint-André-le-Gaz -, dont l’investissement s’établit à 73 millions d’euros, les travaux seront nocturnes et s’effectueront au moyen d’un train usine qui trie et avale vieux ballast et traverses puis installe les nouveaux matériaux au rythme de 1 kilomètre chaque nuit.

Toutefois, des conséquences sont annoncées sur les circulations du matin et le débit de cet axe fréquenté par 35000 voyageurs par jour. Comme la première, cette opération est qualifiée d’urgente pour assurer « un service plus robuste », selon Guillaume Pépy.

Suivra en 2014 la ligne Lyon – Ambérieu (Ain), qui, elle, particulièrement fragile, nécessitera une intervention d’une centaine de millions d’euros.

(Avec Les Échos).

Posted in Drôme, Isère, Rhône, Savoie, Service 2013, Service 2014, SNCF, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les gares prises d’assaut pour le week-end du 14 juillet

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Les gares seront prises d’assaut samedi et dimanche à l’occasion du week-end du 14 juillet qui marque la deuxième grande vague de départs des vacanciers.

Dans les gares, 920000 voyageurs sont attendus par SNCF sur ses lignes nationales et internationales, selon le groupe.

À Paris, 592 trains sont prévus au départ et à l’arrivée de Montparnasse et 688 trains sont prévus au départ et à l’arrivée de Gare de Lyon, les deux principales gares pour les départs vers la côte Atlantique et vers la Méditerranée.

(Avec AFP).

 

Posted in Loisirs, SNCF | Tagué: | Leave a Comment »

Grève SNCF : 4 TER supprimés en Rhône-Alpes vendredi 13 juillet

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Vendredi 13 juillet, 4 TER sont supprimés en Région Rhône-Alpes en raison d’un mouvement de grève peu suivi.

Il s’agit des TER suivants :

  • 17942/3 (Annecy 7h00 – Part-Dieu 8h52)
  • 883358 (Modane 7h10 – Chambéry 8h45)
  • 885115 (Saint-Marcellin 6h34 – Grenoble 7h18/37 – Gières 7h48)
  • 883710 (Gières 8h11 – Grenoble 8h23).

Posted in Grèves, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’abandon de projets de LGV inquiète des élus mais réjouit les opposants

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

La remise en cause par le gouvernement de futures lignes à grande vitesse, pour cause de rigueur budgétaire, inquiète certains élus régionaux mais conforte les anti-LGV qui avancent depuis longtemps des arguments économiques et environnementaux.

« Nous sommes conscients que les finances publiques sont contraintes, mais la 4e ville de France ne peut pas être tenue à l’écart du réseau européen de la grande vitesse« , a déclaré le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, réagissant aux propos tenus par le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac.

Ce dernier, aussi député du Lot-et-Garonne, a prévenu mercredi 11 juillet que « le gouvernement n’aura pas d’autre choix que d’abandonner certains projets« .

« Il faudra élaguer« , a-t-il averti, s’interrogeant sur l’intérêt de prolonger certaines lignes LGV « pour un gain de temps marginal« , alors qu’il serait peut-être plus urgent de consacrer cet argent à l’entretien des lignes ferroviaires secondaires.

« Ce que le gouvernement a annoncé me paraît raisonnable, réaliste. Il faut prendre tout ces projets, les examiner du point de vue de l’environnement, de l’énergie, de leur utilité, de leur urgence et il y aura à ce moment-là des priorités définies« , a déclaré jeudi 12 juillet le patron de SNCF, Guillaume Pépy.

« Ma conviction, c’est que la priorité de la SNCF, ça doit être les trains de la vie quotidienne, c’est-à-dire les RER en Île-de-France, les TER en province et le réseau existant« , a-t-il assuré.

Or, le Grenelle de l’environnement, qui vise à favoriser le rail sur la route, a prévu la construction de 14 LGV supplémentaires (2000 km), d’ici à 2020. 2500 km sont également à l’étude pour le plus long terme.

Seules quatre nouvelles lignes sont aujourd’hui financées et assurées d’être réalisées :

  • la phase 2 de la  LGV Est entre Metz et Strasbourg
  • Le Mans – Rennes
  • Tours – Bordeaux
  • le contournement Nîmes – Montpellier.

L’incertitude plane notamment sur les deux prolongements au-delà de Bordeaux (vers Toulouse et Hendaye), la ligne Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon (POCL), Marseille – Nice ou Lyon – Turin.

Mettre de l’ordre

Pour le président PS de la Région Aquitaine, Alain Rousset, le prolongement vers l’Espagne « est non seulement une priorité mais c’est aussi une obligation internationale puisque l’Europe ne financera que s’il y a une jonction » avec l’Espagne.

Le socialiste Jean-Jack Queyranne, à la tête de la Région Rhône-Alpes, a lui aussi fait part de son inquiétude, demandant « solennellement » au gouvernement de respecter la parole de la France en faveur du Lyon – Turin (lire le communiqué complet de Jean-Jack Queyranne). Dans les Alpes-Maritimes, le président du Conseil général et député UMP Éric Ciotti a dénoncé « un coup d’arrêt inacceptable« .

Dans son récent rapport sur l’état des finances publiques, la Cour des comptes relève que le volet « Transports » dans le Schéma national des infrastructures de transports (SNIT) « aurait un coût total estimé à 260 milliards d’euros« , dont les deux tiers consacrés au ferroviaire.

L’institution s’interroge notamment sur la création de nouvelles LGV « qui ne sont pas budgétairement soutenables et dont, ni la rentabilité financière, ni la rentabilité socio-économique, ni l’intérêt environnemental ne sont établis« .

Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a affirmé vouloir « mettre de l’ordre dans le SNIT » (lire). Ce sera la tâche d’une commission chargée de « hiérarchiser les projets, de définir un mode d’emploi ainsi que sa faisabilité financière« .

« Sans avoir les financements, il est aberrant de parler d’un projet de huit milliards entre Toulouse et Bordeaux pour seulement une élite qui se déplace de métropole en métropole« , a déclaré à l’AFP le porte-parole de la coordination anti-LGV dans le Lot-et-Garonne, Charles d’Huyvetter.

 (Avec nouvelobs.com).

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Transport des handicapés : le coût n’est plus une excuse

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Les collectivités n’ont plus que 32 mois pour se conformer à la loi. C’est une grande victoire pour le handicap, qui met la pression aux collectivités. Un Isérois vient d’obtenir du Conseil d’État que son réseau de transport public soit rendu totalement accessible.

C’est une décision qui fera date. Olivier Bouret, adhérent à l’Association des paralysés de France (APF) de l’Isère, vient d’obtenir gain de cause face à la communauté d’agglomération du Pays Voironnais.

Cette collectivité avait pris la décision de n’aménager que 42,5% des points d’arrêts de son réseau de bus, notamment pour un motif économique. Impossible, rétorque le Conseil d’État dans un arrêt rendu le 22 juin. La juridiction s’appuie sur la loi du 11 février 2005. Elle stipule que les services de transports collectifs doivent être rendus accessibles aux personnes handicapées, dans leur totalité et dans un délai de dix ans. Seul moyen d’y déroger : une impossibilité technique avérée. Les critères financiers ne peuvent donc pas entrer en compte. À moins que le coût ne soit « manifestement hors de proportion avec le coût habituellement supporté sur le même type d’ouvrage. » Ce qui n’était pas le cas dans l’Isère.

« C’est une belle victoire », savoure Bernard Berraud, responsable de l’APF pour la Meurthe-et-Moselle. « Il y a une dizaine d’années, lorsqu’on évoquait le sujet avec les élus, ils nous renvoyaient dans les cordes en arguant que c’était trop cher. Depuis la loi de 2005, on se contente de répondre qu’il s’agit d’une obligation. Du coup, c’est devenu un plaisir de travailler avec les collectivités. Ce sont parfois même elles qui viennent vers nous », n’en revient pas Jacky Humilière, chargé de mission accessibilité pour l’APF de Moselle.

Du retard à l’allumage

Les deux spécialistes savent pertinemment qu’en 2015, année de l’échéance fixée aux collectivités, tous les réseaux ne seront pas accessibles. « Elles s’y sont prises trop tard », regrette Bernard Berraud. Cela passe soit par des quais à niveau, soit par des bus qui s’abaissent.

Les quais sont pas ou peu aménagés. Ce qui rend les déplacements quasi impossibles. « La grande satisfaction, c’est qu’un service de transport à la demande fonctionne très bien dans la plupart des agglos », souligne Jacky Humilière. Côté liaisons ferroviaires, les TER sont à la page. Mais certaines gares sont à la traîne. La situation semble beaucoup plus complexe sur les réseaux départementaux.

(Avec Le Républicain Lorrain).

Posted in Associations, Isère, Politique | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF à la rescousse ?

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

SNCF pourrait recruter des personnels licenciés du groupe PSA, notamment des électriciens, des mécaniciens ou des spécialistes d’ingénierie, a déclaré jeudi 12 juillet le président de la compagnie ferroviaire publique, Guillaume Pépy.

« S’il y a des gens qui viennent du secteur automobile, on y fera particulièrement attention », a-t-il assuré, en soulignant que SNCF avait embauché 11000 personnes cette année. « On souhaite aussi embaucher des gens expérimentés», a précisé le patron de SNCF. « Il y a tout un savoir-faire dans les usines automobiles que nous savons, nous, utiliser à la SNCF », a-t-il poursuivi.

Le groupe d’électronique et de défense Safran a également indiqué étudier l’embauche de 400 salariés de PSA Peugeot Citroën.

(Avec Le Républicain Lorrain).

Posted in SNCF | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La hausse du prix des billets CFF sera moins forte que prévue

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

La hausse du prix des billets de transports publics, le 9 décembre prochain, sera moins forte qu’annoncé grâce à un accord entre Monsieur Prix et l’Union des transports publics. Il ne devrait plus y avoir d’augmentation avant 2014.

Dès le 9 décembre, les prix des billets grimperont de plus de 5% en moyenne. Il ne devrait toutefois plus y avoir de nouvelle augmentation avant décembre 2014. Dévoilé vendredi 13 juillet, le règlement à l’amiable conclu entre l’Union des transports publics (UTP) et le Surveillant des prix est valable deux ans. Les entreprises de transport voulaient alourdir la note davantage.

Pour les clients du rail, l’accord conclu entre le Surveillant des prix et l’Union des transports publics (UTP) représente une « économie » d’environ 35 millions de francs sur deux ans. « La Confédération veut facturer un prix du sillon plus élevé pendant les heures de pointe que pendant les heures creuses« , a expliqué vendredi 13 juillet le Surveillant des Prix.

Des hausses moins élevées

La négociation a permis de limiter certaines hausses. Monsieur Prix a insisté pour que les clients voyageant aux heures de pointe soient moins fortement touchés. Les prix des billets de 2e classe augmenteront finalement de 3% au lieu de 4%, ceux de 1ère classe de 6,5% au lieu de 7%. La hausse du tarif des cartes journalières valables à partir de 9 heures a été abandonnée.

La courbe est un tout petit peu moins raide que prévu pour les abonnements généraux. Un adulte devra néanmoins débourser 200 francs de plus pour le sésame 2e classe (3550 francs, +6%) et 450 francs de plus en 1ère classe (5800 francs, +8,4%). Comme souhaité par l’UTP, l’abonnement demi-tarif annuel coûtera 175 francs, contre 165 actuellement (+6,1%).

Pas d’augmentation prévue en revanche pour l’abonnement voie 7, qui permet aux moins de 26 ans de voyager gratuitement à partir de 19h00. Statu quo aussi pour les cartes Junior et petits-enfants ainsi que pour le transport des bagages.

Augmentation de la redevance payée par les compagnies

En décembre dernier, la douloureuse avait grimpé en moyenne de 1,2%. La nouvelle augmentation globale est nettement plus élevée. Cela s’explique par l’augmentation du prix du sillon, la redevance que versent les compagnies de chemins de fer à la Confédération pour circuler sur le réseau suisse.

L’UTP justifie aussi les hausses de tarifs par le développement constant de l’offre. Corrigés du renchérissement, les tarifs des transports publics n’ont augmenté que de 1% ces dix dernières années, assure l’organisation.

Les CFF investissent 300 millions dans la sécurité

Les CFF vont investir 300 millions de francs dans la sécurité du trafic d’ici 2017. Ce crédit va servir à installer les 11000 installations ETCS (« European Train Control System« ) destinées à augmenter également la capacité du trafic ferroviaire.

La première unité a été officiellement mise en service vendredi 13 juillet à Airolo (TI) en présence de représentants de l’Office fédéral des transports, des CFF et des partenaires industriels Siemens Suisse et Thales, a précisé la régie fédérale.

La nouvelle technologie ETCS présente de nombreux avantages, selon les CFF : simplification de l’accès au réseau européen, augmentation de la sécurité, de la capacité et de la fiabilité du trafic.

À 200 km/h toutes les deux minutes

La sécurité ferroviaire actuelle du réseau des CFF sera remplacée par la technologie ETCS d’ici 2017. Ce système avec signalisation en cabine est déjà utilisé sur les lignes à grande vitesse entre Mattstetten (BE) et Rothrist (AG) et dans le tunnel de base du Lötschberg. Sur ces tronçons, il rend possible le passage de trains circulant à 200 km/h toutes les deux minutes.

Après le remplacement des anciennes installations, l’accès au réseau ferré suisse sera simplifié. Au lieu de quatre systèmes de sécurité différents nécessaires actuellement, seul l’ETCS subsistera, ce qui réduit les coûts d’équipement et d’entretien du matériel roulant, écrivent les CFF.

Trafic marchandise aussi

ETCS étant un standard européen, cette technologie simplifie l’interopérabilité entre les réseaux. L’Union européenne oblige ses membres aujourd’hui déjà à s’équiper de cette technologie sur les nouvelles lignes. Il est également prévu d’équiper les corridors de trafic de marchandises de l’ETCS. Le corridor Rotterdam – Gênes, qui passe par la Suisse, doit être entièrement équipé.

Jusqu’en 2025, l’objectif est d’équiper par étapes l’ensemble du réseau suisse à voie normale du système ETCS « 2e degré », qui ne nécessite plus de signaux extérieurs classiques le long des voies. Les conducteurs de locomotive recevront directement les informations nécessaires sur un écran placé dans la cabine.

Outre une amélioration de la sécurité et de la fiabilité du trafic, ce système permet aussi une augmentation de la capacité du réseau, les trains pouvant se suivre de manière « dynamique », expliquent les CFF. Pour 50 millions de francs supplémentaires, 1700 signaux seront en outre équipés de systèmes de surveillance de la vitesse.

(Avec AP, ATS et rts.ch).

Posted in Service 2013, Suisse, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Jack Queyranne rappelle la nécessité du Lyon – Turin

Posted by ardsl sur 13 juillet 2012

Jean-Jack Queyranne à Genève le 15 novembre 2011 lors de l’inauguration des travaux du CEVA. Photo : Joël Grandcollot.

Jean-Jack Queyranne, le président PS de la Région Rhône-Alpes a réaffirmé la nécessité du Lyon – Turin dans un communiqué daté du 12 juillet.

« Une récente déclaration gouvernementale laisse entendre que la liste des grands chantiers d’infrastructures ferroviaires programmés par l’État pourrait être réduite. Le projet Lyon – Turin ne saurait être concerné. Cette liaison ferroviaire, à double composante fret et voyageur représente un projet exemplaire pour réaliser le report modal de la route vers le rail. Depuis le gouvernement Jospin, le projet Lyon – Turin fait l’objet d’un engagement du gouvernement français dans le cadre d’un accord international Franco – Italien. L’Union Européenne l’a inscrit dans son réseau central prioritaire d’infrastructures et a financé pour partie les premiers travaux de prospective et de descenderie. Les accords internationaux ont permis de ramener la part de la contribution française à 25% du coût total du tunnel de base. Les collectivités locales de Rhône-Alpes se sont unanimement engagées à participer au financement des accès français entre l’aéroport Saint-Éxupéry et Saint-Jean-de-Maurienne. Il serait incompréhensible que la France renonce au Lyon – Turin pour lequel 800 millions d’euros ont déjà été mobilisés. Les conclusions de l’enquête publique viennent d’être portées à connaissance par le préfet de Savoie. Elles sont positives pour un ouvrage qui créera activités et emplois à un moment où le gouvernement comme l’Union Européenne sont à la recherche d’investissements favorables à la croissance. Dans les Alpes françaises la préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité est une exigence alors que les nuisances s’accentuent avec le transit de plus de 1,2 million de poids lourds chaque année par les tunnels du Fréjus et du Mont Blanc. Soutenir le projet Lyon – Turin, c’est tout à la fois, faire le choix de l’Europe, du développement des échanges, de la préservation de l’environnement, au service de la sécurité des usagers et des populations. C’est pourquoi je demande solennellement au gouvernement de respecter la parole de la France en faveur du Lyon – Turin ».

 

Posted in Isère, Italie, Politique, Rhône, Savoie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :