ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 25 juillet 2012

Déjà 5 millions de passagers pour le TGV Rhin-Rhône

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Lancée le 11 décembre 2011, la nouvelle ligne à grande vitesse Rhin-Rhône connait un succès plus important qu’imaginé.

Depuis le 11 décembre 2011, les relations entre Rhône-Alpes, la Bourgogne, la Franche-Comté et l’Alsace se sont considérablement améliorées avec l’entrée en service de 140km de ligne à grande vitesse (consulter les horaires des TGV Lyon – Strasbourg). Pour preuve, Jean-Christophe Archambault, directeur du TGV Sud-Est, se félicite de la fréquentation des différents axes de ce nouveau TGV : déjà 5 millions de voyageurs entre mi-décembre et fin juin, sachant que le mois de mai a été un peu morose à cause des élections et des ponts pluvieux mais que l’été s’annonce bon malgré un début juillet assez triste.

Le représentant de SNCF n’hésite donc pas à parler de « succès » pour le TGV Rhin-Rhône, même si il attend un an pour faire un véritable bilan. Plusieurs facteurs pour expliquer tout ça : « la vitesse, bien sûr » détaille Jean-Christophe Archambault « mais aussi le dynamisme et l’attractivité des régions traversées par les trains : Alsace, Franche-Comté, Bourgogne et Rhône Alpes. 60% de nos trajets sont ainsi effectués sur les liaisons Paris – Besançon – Mulhouse avec une clientèle essentiellement professionnelle. Les 40 autres pour cent se concentrent sur l’axe Besançon – Chalon – Lyon – Marseille, la plupart du temps pour des trajets « loisirs ». Les trains sont donc un peu moins remplis qu’entre la capitale et l’Alsace mais la tendance devrait un peu s’inverser cet été ».

Un TGV ponctuel mais pas toujours propre

S’il refuse de donner précisément le taux de remplissage des trains (cependant « meilleur que les autres lignes TGV »), le directeur du TGV Sud Est se vante en revanche d’un excellent taux de ponctualité : 91% des TGV Rhin Rhône arrivent à l’heure, même s’ils sont un peu moins nombreux sur la route Nord / Sud – celle qui passe par Lyon, « car sur les voyages plus longs, les retards sont mathématiquement plus fréquents ». Cela dit, les clients de la ligne semblent globalement satisfaits. « Selon les enquêtes mensuelles que nous faisons, environ 87% des voyageurs ont une bonne image de ce TGV. Le rapport qualité / prix est notamment très bien noté » se félicite Jean Christophe Archambault. Reste quand même quelques points à améliorer comme la propreté des trains, en dépit de la mise en place d’un service de nettoyage sur les liaisons Alsace / Méditerranée avec le passage d’agents de propreté entre les gares de Besançon et Lyon Part-Dieu.

Pour 2013, et la deuxième année du TGV Rhin Rhône, peu d’évolutions sont à prévoir. La desserte entre la Saône-et-Loire, la Méditerranée, Besançon, Strasbourg ou Francfort n’évoluera pas. Un arrêt sera supprimé pour accélérer un voyage Strasbourg / Lyon « mais en contrepartie on va créer un nouveau train Lyon – Mulhouse via Dijon qui s’arrêtera partout et qui sera prolongé jusqu’à Bâle en Suisse à l’été 2013 » explique SNCF. Une liaison Paris – Dijon – Fribourg (Allemagne) devrait également voir le jour l’an prochain. L’international, c’est la vraie force de cette ligne Rhin-Rhône avec notamment un beau succès pour le Francfort – Marseille lancé en mars. L’objectif sur 2012 était de 75000 voyageurs, « on sera au dessus » promet Jean Christophe Archambault.

La branche « Sud » de la LGV Rhin-Rhône abandonnée ?

Alors que le prolongement de la ligne à grande vitesse actuelle entre Belfort et Mulhouse à l’Est et vers Dijon à l’Ouest semble acquis, il n’en est pas de même pour la partie Besançon – Lyon. Cette portion du projet initial, qui aurait pu passer par le Jura et la Bresse de Saône et Loire, était déjà très contestée car jugée peu rentable (vitesse maximum de 220km/h, nombre de voyageurs attendu moindre…). Elle est maintenant quasiment enterrée à cause de la crise, le ministre du budget Jérôme Cahuzac ayant clairement affirmé que la construction de nouvelles LGV était moins important que l’entretien du réseau actuel. La branche Dijon – Montbard risque également de rester dans les cartons pendant un bon moment. En revanche, le projet de nouvelle ligne à grande vitesse Paris – Lyon via Orléans, Nevers et Roanne reste d’actualité.

(Avec infos-chalon.com).

Posted in Ain, Bourgogne, Drôme, Fréquentation, Jura, Languedoc-Roussillon, Loisirs, Provence, Retards / Suppressions, Rhône, Service 2012, Service 2013, SNCF, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Philippe Duron prend la tête de l’AFITF

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Proposé par Matignon, le député-maire socialiste de Caen devient président du conseil d’administration de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF).

Philippe Duron – également co-président, avec Louis Nègre, de l’association TDIE – succède au poste de président de l’AFITF à l’ancien député UMP et ex-ministre des Transports Dominique Perben.

Cette agence est chargée de coordonner le financement de grands projets d’infrastructures de transport routières, ferroviaires, fluviales ou portuaires. Ses statuts stipulent que la présidence de son conseil d’administration doit obligatoirement revenir à un parlementaire.

Par ailleurs, Gilles Savary, député de la Gironde, a été nommé par décret du 23 juillet membre du conseil d’administration de l’AFITF.

(Source : mobilicites.com).

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Rhône : le département crée un syndicat mixte des transports

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Le Conseil général du Rhône a décidé mi-juillet 2012 de mettre en place une structure départementale pour mieux coordonner les services de transport du département et de disposer de ressources supplémentaires.

Il s’agit d’un syndicat mixte départemental de type SRU (rendu possible par la loi Solidarité renouvellement urbain de 2000), composé dans un premier temps du département du Rhône et de la Communauté d’agglomération de Villefranche-sur-Saône est en passe d’être créé.

Les communautés de communes souhaitant se constituer en autorités organisatrices de transport urbain sur le périmètre de transport urbain (PTU) susceptible d’être ainsi créé pourront adhérer à ce syndicat. Le département reste adhérent du SYTRAL, l’autorité organisatrice des transports sur l’agglomération lyonnaise.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Rhône | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le feuilleton Veolia Transdev pourrait se dénouer cet été

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Alors que Veolia Transdev annonce le renouvellement d’un contrat de transport en Océanie, c’est à Paris que se joue cet été l’avenir de la filiale commune de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts. Selon une information du Monde, la CDC nouvellement dirigée par Jean-Pierre Jouyet, pourrait monter au capital et devenir majoritaire du groupe dont Veolia cherche à se défaire pour se désendetter.

Selon le journal Le Monde du 26 juillet 2012, la Caisse des dépôts (CDC) pourrait devenir majoritaire dans Veolia Transdev, la filiale qu’elle détient à parité avec Veolia Environnement, après que cette dernière a annoncé fin 2011 vouloir sortir de son activité dans les transports publics.

Au total, Veolia Environnement prévoit de céder pour cinq milliards d’actifs dans le cadre de son programme de désendettement, à commencer par ses activités de transports.

Le quotidien qui ne cite pas ses sources, explique que la Caisse des dépôts « est prête à prendre ses responsabilités » dans ce dossier et que le nouveau directeur général du bras armé financier de l’Etat, Jean-Pierre Jouyet, s’est entretenu le 24 juillet avec le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, à ce sujet. Joint par mobilicites.com, Veolia Environnement s’est refusé à tout commentaire.

Le Monde précise que les détails ne sont pas encore réglés mais qu' »une part d’au moins 60% serait jugée opportune« . Resterait alors à déterminer qui pourrait se porter acquéreur du solde. Le fonds d’investissement Cube Infrastructure, contrôlé par la banque Natixis, candidat à la reprise de la part de Veolia Environnement, n’avait finalement pas été retenu (lire).

Parmi les potentiels acheteurs, l’Allemand Rethmann, spécialisé dans les services aux collectivités locales, le transport et la logistique, qui avait déclaré sa flamme dans le même temps.

La montée au capital de la Caisse des dépôts se ferait grâce à une transformation des prêts qu’elle a consentis à Veolia Transdev en capital. Le désengagement de Veolia Environnement serait alors « progressif« , ajoute Le Monde selon une information de Reuters.

La veille, l’agence de presse annonçait d’ailleurs une autre information selon laquelle le groupe avait lancé le processus de cession de ses marchés d’autobus en Europe de l’Est afin d’être une cible plus attrayante pour des acheteurs potentiels. Également interrogé par mobilicites.com à ce sujet, Veolia Transdev n’a pas souhaité commenter.

Le groupe aurait chargé la banque néerlandaise ING de trouver des acquéreurs pour des concessions de services de bus urbains en République tchèque, Slovaquie, Pologne, Serbie, Croatie et Slovénie.

Les bus de Perth aux couleurs de Veolia

Veolia Transdev a remporté le renouvellement du contrat du réseau de bus de Fremantle, dans l’agglomération de Perth (Australie), annonce le groupe dans un communiqué du 25 juillet.

Ce contrat, qui débutera en octobre 2012 pour une durée de 10 ans, représente un chiffre d’affaires de « plus de 340 millions d’euros », précise le communiqué. Il porte sur « une flotte de 169 bus, qui représentent 16% du marché des bus de Perth« , située dans le sud-ouest du pays.

Veolia Transdev est présent à Perth depuis 2004 et exploite « 44% du marché des bus » de la ville, soit « une flotte de 470 bus, 33 millions de passagers transportés et un service opéré de 900 collaborateurs« , est-il indiqué.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Suicides et accidents sur le rail : des conducteurs préparés mais pas épargnés

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Face à l’accident de voyageur – très souvent un suicide – sur les voies du métro ou sur les voies ferrées, les conducteurs sont formés pour parer à l’urgence mais bénéficient aussi de dispositifs pour surmonter cette situation traumatique, dont ils ont été acteurs malgré eux.

« Tous les accidents ne sont pas égaux, certains sont plus impressionnants que d’autres, mais il y a toujours un avant et un après« , raconte à l’AFP Sylvie Teneul, responsable du Pôle de soutien psychologique à SNCF.

À la RATP, Luc Roumazeille, en charge de l’Institut d’accompagnement psychologique et de ressources (IAPR), explique que « parfois l’impact est mesuré et dans d’autres cas, il y a littéralement un effondrement« .

Sur le réseau RATP, environ 75 tentatives de suicide sur les voies sont enregistrées chaque année : la moitié sur le RER, l’autre moitié dans le métro.

À SNCF, qui fait circuler des trains sur 32000 km de voies dans l’Hexagone, un peu moins de 400 accidents voyageurs mortels surviennent tous les ans.

Au-delà de l’arrêt de la circulation et de la désorganisation du trafic à gérer, se pose le problème de la prise en charge des conducteurs.

Depuis une vingtaine d’années, le thème est abordé dès leur formation initiale, via l’aspect technique (freinage, sécurisation du train, alerte au centre de régulation) et l’aspect psychologique.

« On ne se prépare pas à ce genre d’événement mais on peut essayer d’intégrer la possibilité d’y être confronté« , souligne Luc Roumazeille.

Sylvie Teneul indique : « on peut expliquer comment on réagit à ça et le sens des procédures entourant l’accident, qui peuvent être lourdes« .

« Grand moment de solitude pour le conducteur »

Après l’arrêt du train et une fois l’alerte donnée, à la RATP, « dans la minute, l’encadrement descend sur le quai et prend en charge le conducteur (…) pendant que les interventions des secours se font« .

À SNCF, où le réseau est bien plus immense, les accidents peuvent survenir en rase campagne. Le conducteur doit aller constater lui-même l’accident, notamment pour voir si le corps n’a pas été projeté sur une autre voie.

« C’est un grand moment de solitude pour le conducteur« , note Sylvie Teneul, même s’il est parfois accompagné d’un contrôleur.

« Il y a le face-à-face avec la mort qui rappelle notre propre condition de mortel et aussi l’accès à une intimité du corps qu’on n’est pas censé avoir« , poursuit la psychologue.

Arrivent ensuite pompiers et forces de l’ordre, et, le plus rapidement possible, un cadre SNCF d’astreinte qui va accompagner le conducteur.

La déposition au commissariat est « un moment difficile« , note Sylvie Teneul. L’agent sera reconduit chez lui et le dispositif en place rappelé : permanence téléphonique 24h/24 avec un psychologue, possibilité de rendez-vous en face-à-face, visite au médecin du travail, entretien avec son responsable avant la reprise.

Le but est de faire « un état des lieux des ressources de la personne » car l’événement aura un impact psychologique différent en fonction du contexte personnel.

« L’idée, c’est un accompagnement à la reprise le plus rapidement possible pour ne pas bloquer, mais il y a des situations où il faut quelques jours d’arrêt« , note Luc Roumazeille.

Lors des entretiens, « le conducteur dit souvent j’ai tapé, on lui apprend à dire le train a tapé« , explique Sylvie Teneul.

Dans de rares cas, il peut y avoir une impossibilité à reconduire. Une inaptitude provisoire sera d’abord prononcée, avant un éventuel reclassement dans l’entreprise.

(Avec AFP).

Posted in RATP, SNCF | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

En Europe, le train a encore du chemin à faire pour réduire son impact environnemental

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Les émissions de dioxyde de carbone dues au transport ferroviaire se sont réduites pour représenter moins de 1% du total, selon un rapport de l’Union internationale des chemins de fer (UIC) et l’Agence internationale de l’Énergie (AIE). Mais les ressources énergétiques utilisées pour le rail diffèrent selon les pays tout comme l’utilisation des énergies renouvelables.

Le transport ferroviaire représente moins de 1% du total des émissions de dioxyde de carbone dans les 27 pays de l’Union européenne, selon l’agence internationale à l’énergie et l’Union internationale du transport ferroviaire. Ces deux organismes ont mis leurs données en commun et ont publié le 18 juillet un rapport dans lequel ils donnent les détails de ces enquêtes. En 2009, date des derniers relevés disponibles, le secteur des transports était responsable d’environ 31% du total des émissions de CO2 provenant de la combustion d’énergie fossile en Europe. Le transport ferroviaire contribue à 1,8% de ces émissions dues au transport (soit 0,6% du total des émissions au sein de l’UE).

Progrès dans la réduction des émissions de CO2

« Du fait de son faible niveau d’émissions de CO2, le transport ferroviaire constitue un outil extrêmement efficace au service du développement durable« , pointent les rédacteurs de cette étude. Or, les membres de l’Union européenne se sont donnés pour objectif de réduire de 30% le niveau d’émission de gaz à effet de serre par passager et par tonne de marchandise transportée entre 1990 et 2020. Et, selon les derniers relevés, ces objectifs ont été atteints à la fois pour les particuliers et pour le fret. Pour 2013, de nouvelles cibles ont été choisies qui visent notamment une réduction de la consommation finale par train de 30%.

Mix énergétique : des bons et des mauvais élèves

L’analyse rend également compte, pays par pays, des différentes sources d’énergie utilisée pour faire fonctionner les trains. Globalement, en 1990, 30% des lignes ferroviaires étaient électrifiées, contre 53% en 2009. Environ huit trains sur dix qui circulent dans l’UE sont électrifiés. Mais, dans ce domaine, les progrès réalisés en matière de développement durable sont très contrastés selon les pays. Les pays nordiques font figures de bons élèves avec 100% de production d’électricité ferroviaire provenant de l’énergie renouvelable au Danemark, en Finlande, en Norvège, et en Suède (selon des données de 2007 dans ce dernier cas).

À l’inverse, la France, pour laquelle les données remontent à 2005, est encore loin de ce niveau puisque près de 90% de son électricité utilisée pour les trains était d’origine nucléaire, la plus grosse proportion en Europe. Moins de 5% provenaient de sources renouvelables. En République Tchèque, Pologne et surtout au Pays-Bas, où le gaz est encore en 2009 une source majeure d’énergie électrique pour les trains, la part de renouvelable est, là aussi, congrue.

Dans le fret, le choix du transport routier progresse au détriment du train

Enfin, il est à noter que, si le rendement énergétique des trains progresse (la consommation par voyageur au kilomètre s’est réduite de 12 %, celle par tonne de marchandise de 19% depuis 1990) le choix du train comme moyen de transport n’est toujours pas prioritaire. « Aucun changement significatif n’est intervenu dans la répartition intermodale pour le transport de passagers« , signale l’étude. D’après les dernières données disponibles, seuls 6% du transport de passagers en Europe est réalisée par le train. Dans le cas du transport de fret, « la situation a légèrement évolué au profit de la route« , note cette enquête, qui indique que la part des chemins de fer en transport de marchandise est de 7%.

(Source : La Tribune).

Posted in Etudes, Fret | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Hydroélectricité : un groupe suédois, candidat à la reprise des barrages français

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

En France, d’ici 2015, une dizaine de concessions de barrages hydroélectriques arriveront à terme et devront être renouvelées.

Celle des barrages “Bissorte-Super Bissorte”, en Maurienne, prendra fin le 31 décembre 2014 et celle du “Doron de Beaufort”, comprenant La Girotte, Belleville, Hauteluce, Beaufort et Villard, fin 2015. Dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité, ÉDF ne sera pas le seul candidat à postuler. Le groupe suédois Vattenfall, associé dans le cadre d’un partenariat avec des industriels français gros consommateurs d’électricité (Solvay, SNCF et ArcelorMittal), vise 2000 mégawatts (MW) sur les 5300 MW, concernés par les renouvellements de concession. Des ambitions qui s’accompagnent d’une véritable campagne de terrain en cours dans le département de l’Isère et à venir en Savoie. Rencontre avec Dorothée Coucharrière, directrice des affaires publiques et communication pour Vattenfall France et Claire Gabarrou, directrice de projet Vattenfall pour la région.

Qui est le groupe Vattenfall ?

« Il a été créé en 1909, en Suède, pour exploiter une centrale hydroélectrique. Le capital est détenu à 100 % par l’État suédois. Aujourd’hui, Vattenfall est le sixième énergéticien européen, mais son cœur de métier reste l’hydroélectricité

Quelle est votre stratégie en France ?

«Nous sommes présents depuis 2000 par la vente d’électricité aux grands industriels et au secteur tertiaire. Mais nous ne produisons pas d’électricité en France, alors que notre portefeuille de clients augmente. Il y a deux ans, nous avons décidé d’investir dans la production en France. Notre ambition est de produire 2000 MW

Où en êtes de vous de vos candidatures ?

«Même si les appels d’offres n’ont pas encore été lancés, nous travaillons déjà sur les dix concessions remises en jeu d’ici 2015. Nous n’avons pas accès aux installations mais nous faisons un travail de terrain en allant à la rencontre des parties prenantes, des élus, des associations de protection de l’environnement. Les nouvelles concessions seront signées pour environ 35 ans, c’est dans notre intérêt d’avoir de bonnes relations locales, d’instaurer un climat de confiance

Comment êtes vous reçus par les acteurs locaux ?

«L’histoire est longue avec ÉDF, le concessionnaire actuel. Les gens ne connaissent pas autre chose. Il y a parfois des craintes. Les élus nous réservent en général un accueil favorable. Ils nous questionnent sur l’emploi…»

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Isère, Savoie, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le TER Genève – Lyon laisse des passagers à quai à Bellegarde

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Pour la journée du samedi 21 juillet, Bison Futé avait vu rouge. De son côté, SNCF avait annoncé, déjà depuis fin 2011 dans son ”calendrier voyageurs”, que ce serait un de “jour particulier”. Et pourtant…

Les TER en provenance d’Évian-les-Bains (départ 6h34) et de Saint-Gervais-les-Bains (départ 6h03), réunis à Annemasse, sont arrivés bondés à Bellegarde-sur-Valserine, à 7h51.

Quelques minutes plus tard, quand le TER en provenance de Genève (départ 7h29) et à destination de Lyon (9h22) est arrivé sur les quais de la gare de Bellegarde, il fut aussitôt pris d’assaut par une armée de candidats aux vacances, munis de sacs de voyage, valises trolley, instruments de musique et autres poussettes chargées comme des mobile-homes.

Or, le train ne comprenait qu’une seule rame. Une rame vide stationnait sur le quai d’à côté, sans destination indiquée.

À l’heure du départ, les wagons étaient pleins. Même une contrôleuse filiforme n’aurait pas pu se frayer un chemin à l’intérieur de la rame. Certains voyageurs qui n’avaient pas pu monter à bord, sont restés penauds, sur le quai. Quelques minutes plus tard, la direction a enfin pris la décision de doubler la rame. Un machiniste a alors manœuvré la rame libre, stationnée sur le quai d’à côté, pour l’accrocher en tête du train. Tous les passagers ont pu prendre place. Le train a alors pu quitter la gare de Bellegarde avec une demi-heure de retard.

À bord, le contrôleur rechercha qui aurait un problème de correspondance à Lyon à cause du retard, afin de prévenir les responsables lyonnais pour qu’ils agissent en conséquence.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ain, Chablais, Genève, Genevois, Retards / Suppressions, Rhône, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Un travesti s’exhibe dans un train

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

L’histoire peut prêter à sourire. Mais il est évidemment sûr qu’elle a mis beaucoup d’animation dans un train reliant Avignon à Lyon.

Tout commence dans la nuit de samedi 21 à dimanche 22 juillet, par un banal contrôle des billets. Un passager, âgé de 32 ans vêtu d’une tenue de femme, n’en a pas, ni de pièce d’identité valide d’ailleurs. La SUGE, police ferroviaire de SNCF décide alors d’isoler cet homme dans un compartiment pour le faire descendre en gare de Valence. Un traitement qui lui déplaît fortement, et il le fait savoir en remontant sa jupe et en se masturbant devant les agents de SNCF.

Alors qu’ils interviennent pour le calmer, le travesti s’énerve de plus belle et veut même descendre du train en marche ! Dans la bousculade, il frappe l’un des agents et détruit un luminaire. Une excitation que le contrôle de son alcoolémie détectée à 2,5 grammes pourra largement expliquer. Entendu au commissariat de Valence, ce Brésilien habitant Avignon devrait prochainement répondre devant la justice de violence sur personnes chargées d’une mission du service public, exhibition sexuelle et dégradation de bien public.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Drôme, Provence | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Pont-Saint-Esprit : 2 morts dans une collision entre un train et une voiture

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

L’accident s’est produit samedi 21 juillet vers midi, sur la commune de Pont-Saint-Esprit (Gard).

Coincée dans les bouchons de l’avenue Kennedy, une voiture était arrêtée sur un passage à niveau. À son bord, une famille danoise : un couple de grands-parents âgés de 69 ans et deux enfants, un petit garçon de 11 ans et une fillette de 8 ans. Ils ont vu un train de marchandise arriver, mais les barrières étaient baissées. Aucun d’entre eux n’a eu le temps de sortir du véhicule avant le choc. Le grand-père, au volant, a été tué sur le coup. Le garçon, qui se trouvait sur le siège passager avant a été éjecté. Héliporté à l’hôpital de Montpellier, il est décédé. La grand-mère et une fillette de huit ans, qui se trouvaient à l’arrière de la voiture, sont quant à elles indemnes et mais très choquées.

L’accident a également impliqué deux autres voitures, qui se trouvaient derrière le véhicule impacté dans la collision. Neuf autres personnes, légèrement blessées, ont été évacuées vers l’hôpital de Bagnols-sur-Cèze (Gard).

Une enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie de Bagnols-sur-Cèze.

(Avec ledauphine.com).

Posted in Languedoc-Roussillon | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :