ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 27 juillet 2012

Un député saisit le ministre des Transports sur l’état de la ligne Lyon – Ambérieu

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Le député UMP de l’Ain, Charles de la Verpillière, a alerté Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, « sur les investissements qu’il faudrait réaliser sur la voie ferrée entre Lyon et Ambérieu-en-Bugey ».

Cette ligne, dont l’exploitation est souvent perturbée, figure parmi les douze lignes « sensibles », recensées par l’audit commandé par le gouvernement Fillon, fin 2011.

Concrètement, ce n’est pas l’offre TER en elle-même qui est mise en cause, mais bien l’état des infrastructures. « La ligne est victime de son succès : en raison de l’accroissement du nombre de trains, les voies et les gares sont saturées et tout événement (panne sur le matériel roulant ou la signalisation, blocage d’un passage à niveau, accident de personne, etc.) entraîne des retards qui peuvent aller jusqu’à plusieurs heures », précise Charles de la Verpillière dans son communiqué.

Réseau Ferré de France (RFF) prévoit à l’horizon 2014 de renouveler les voies et allonger les quais pour recevoir les futures rames TER. Mais pour le député, ces travaux ne résoudront pas les problèmes précités.

D’autres investissements, notamment le renforcement de l’alimentation électrique, la modernisation de la signalisation, et la suppression de certains passages à niveau sont préconisés par Charles de la Verpillière, en accord avec certains spécialistes.

Le gouvernement est donc désormais alerté sur les problématiques de cette ligne. Il lui a été demandé d’appuyer cette requête auprès du Réseau Ferré de France pour que les investissements soient entrepris. La réponse du ministre devrait intervenir en novembre prochain.

(Source : Le Progrès).

Publicités

Posted in Ain, Politique, Rhône | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Genève : hausse du prix des parkings pour doper la fréquentation des transports publics

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Pour favoriser le stationnement souterrain, le Conseil d’État désire encore augmenter le tarif horaire des horodateurs.

Place à la mobilité douce et aux transports en commun ! Mercredi 25 juillet, le Conseil d’État a annoncé vouloir augmenter le tarif horaire des horodateurs de 2 , 80CHF à 3,50CHF. La mesure, qui doit encore être approuvée par le Grand Conseil, cherche à favoriser les alternatives à la voiture en ville. Si elle était adoptée, Genève vivrait une seconde augmentation de prix en peu de temps. En mars, le tarif des horodateurs a été indexé à l’indice genevois des prix à la consommation. Jusqu’alors, il s’élevait à 2CHF de l’heure.

Se garer plutôt en sous-sol

«Nous voulons engager une réflexion sur le choix du mode de transport», explique Alexandre Prina, chef du Service de l’organisation de la mobilité à la Direction générale de la mobilité (DGM). L’idée est donc d’aligner le prix du stationnement sur celui d’un billet des Transports Publics Genevois. «Avec un prix du parking en surface plus élevé que dans les parkings souterrains, nous espérons inciter les automobilistes à se garer dans les ouvrages existants», continue-t-il. Un changement voulu par le plan directeur du stationnement.

L’augmentation de prix semble bien acceptée, même par la section genevoise du Touring Club Suisse (TCS). « L’idée d’amener les automobilistes à favoriser les parkings en ouvrage est une bonne chose« , relève Henri-Pierre Galletti, son directeur. « Nous espérons simplement qu’une telle mesure s’accompagne de la création de places en sous-sol et de la construction d’un parking à Rive. » Une crainte balayée par la DGM : «le Conseil d’État est favorable à la création d’un parking à Rive et à la piétonnisation du centre-ville. Le principe de compensation des places de parking supprimées en surface n’est pas remis en question», rassure Alexandre Prina.

Qui plus est, à l’exception des parkings du Mont-Blanc et de Rive, le taux d’utilisation des parkings du centre-ville varie «entre 20 et 60%, voire un peu plus à certaines courtes périodes», chiffre Alexandre Prina.

Tarifs plus hauts à Genève

Thibault Schneeberger, cosecrétaire de l’association actif-trafiC, est enthousiaste : «après des années d’augmentation du prix des transports en commun, nous augmentons enfin le prix du stationnement automobile !» Pour le défenseur de l’initiative «Pour la mobilité douce», «la voiture occupe énormément d’espace sur le domaine public. Cela empêche la création de pistes cyclables, par exemple

Le représentant d’actif-trafiC imagine la prochaine étape : «un rééquilibrage du prix des macarons et des abonnements dans les parkings souterrains.» Une mesure qui ne figure pas au programme de l’État. «Il est vrai que le tarif des macarons est bon marché à Genève, mais les macarons n’assurent pas de trouver une place. Aligner leur prix sur celui d’une place en sous-sol serait une inégalité de traitement», note Alexandre Prina.

Si les horodateurs genevois venaient à afficher un tarif horaire de 3,50CHF, Genève se placerait dans la fourchette haute des tarifs en vigueur en Suisse. À titre d’exemple, à Bâle, une heure de stationnement extérieur coûte 2CHF, contre 3CHF à Berne et 2,50 CHF à Zurich.

(Avec La Tribune de Genève).

Posted in Genève, Tarification | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mont-Blanc Express : point sur les travaux en cours et ceux à venir

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Le chantier de modernisation de la ligne du Mont-Blanc Express, conduit par RFF, concerne 12 kilomètres sur les 36 que compte la ligne de Saint-Gervais au Châtelard. On est donc loin d’une modernisation « totale ».

Il est prévu en 2012 :

  • renouvellement voie ballast (RVB) sur la section Argentière – Montroc (y compris les voies en gare). Cette portion avait déjà été traitée à 90% par les agents de l’Établissement SNCF du Mont-Blanc (ÉMB) depuis 2009 .
  • RVB entre la sortie des Praz de Chamonix et La Joux incluant la gare des Tines. Cette portion de ligne une fois traitée, les trains pourront à nouveau monter au moins à Argentière l’hiver 2012-2013 comme au printemps 2012. C’est l’entreprise Maïa Rail qui effectue ces travaux. La même société a rénové dernièrement une centaine de kilomètre de la ligne des Chemins de Fer de Provence. Du matériel ferroviaire lourds de travaux doit arriver d’Italie dans les prochaines semaines.

Pour 2013 :

  • RVB sur la section Servoz – Les Houches en priorité au printemps.
  • RVB du tunnel des Montets au Châtelard Frontière à l’automne. C’est l’entreprise Maïa Rail qui effectuera ces travaux.

Lors de ces opérations, les traverses en bois sont remplacées par des traverses métalliques et les rails en barre des 36 mètres ou de 6 mètres pour les plus anciens sont remplacés par des long rails soudés (LRS) pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de longueur. Les zones en gare resteront munies de traverses en bois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une nouvelle signalisation

La modernisation passe aussi par le changement du système d’exploitation qui intègre une nouvelle signalisation lumineuse automatique (identique à celle des TMR entre Le Châtelard Frontière et Martigny) qui sera toujours gérée depuis un poste centralisé à Saint-Gervais.

Le réseau filaire souterrain de la ligne sera totalement refait avec création de locaux techniques informatisés dans toutes les gares de croisement (et également au Fayet). Ces opérations ont lieu en même temps que les travaux de voie, de 2012 à 2013.

Les nouveaux signaux lumineux seront implantés de 2013 à 2014.

Vue aérienne de la zone « dans le cadre » du futur pont-rail de 82 mètres à Passy. Photo : Daniel Zorloni.

Les ponts

Deux petits ponts seront remplacés, l’un à Vallorcine, l’autre près des Houches.

Le pont-rail de Passy sera reconstruit avec un nouveau tablier de 82 mètres de long en forme de S enjambant un nouveau carrefour giratoire voulu par le Conseil général de la Haute-Savoie et la commune de Passy. Cette opération génèrera à elle seule la coupure de la ligne Saint-Gervais-les-Bains – Chamonix en 2013 en même temps que la coupure Chamonix – Le Châtelard Frontière soit une fermeture totale de toute la ligne pendant environ 3 mois.

Une plante rare à préserver 

Comme souvent pour des chantiers routiers et ferroviaires, des investigations ont fait ressortir un risque d’impact négatif sur la faune, à savoir une plante rare, la Sélaginella helvetica, une espèce protégée.

Une clôture autour des plants situés en bord de voie mais hors des limites du chantier a été réalisée. Quand aux plans mis en danger directement, une équipe de naturalistes du Muséum National d’Histoire Naturelle est venue les prélever en juillet pour les mettre en culture au jardin botanique de Samoëns. Conservés et multipliés, ils seront réimplantés à la fin des travaux.

Posted in RFF, Service 2012, Service 2013, Travaux, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vallorcine privée de trains durant l’hiver 2012-2013 !

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Les trains ne pourront pas emprunter le tunnel des Montets avant décembre 2013. Photo : Daniel Zorloni.

RFF vient de confirmer que le tunnel des Montets ne sera pas ouvert au trafic ferroviaire durant l’hiver 2012-2013. Conséquence la commune de Vallorcine sera privée de desserte ferroviaire jusqu’en décembre 2013 ! Explications et décryptage.Initialement, RFF avait annoncé que le trafic ferroviaire au tunnel des Montets serait possible durant l’hiver 2012-2013. Mais le 8 décembre, aucun train ne rentrera dans l’ouvrage. Il faudra attendre l’hiver 2013-2014 pour que les rames du Mont-Blanc Express n’atteignent à nouveau Vallorcine. La desserte ferroviaire de Vallorcine est interrompue depuis le 2 avril 2012.Dès l’interception de la voie entre Argentière et Le Châtelard en avril 2012, la voie ferrée et la dalle routière du tunnel des Montets ont été démontées pour engager sans attendre les travaux de renforcement et d’étanchéification de la voûte en même temps que la reconstruction des réseaux de drainage et d’alimentation en énergie et communications, première phase de l’opération « tunnel ».

Une demie-surprise pour une demie-fonctionnalité

Mais très vite, quelques indiscrétions ont laissé entendre que les premiers travaux sur la voûte avaient mis en lumière des aléas structurels susceptibles de ralentir l’évolution du chantier. Côté RFF cependant rien n’a filtré, ni pour confirmer, ni pour réfuter cette éventualité.

Ce n’est un secret pour personne et de notoriété historique, ce tunnel et sa voûte centenaire en maçonnerie jointée subissent en effet de très fortes pressions hydrauliques par la présence contigüe de cours d’eau de surface et souterrains ; et les infiltrations d’eau dans le tunnel sont parfois conséquentes. Des problèmes géologiques qui avaient déjà généré un retard important lors de la construction du tunnel et même une modification de son tracé qui devait être rectiligne à l’origine, devenu curviligne pour éviter justement de grosses poches d’eau.

À la mi-juillet, RFF a donc enfin annoncé officiellement que le tunnel ne pourra pas être parcouru par les trains pendant tout l’hiver. En revanche, il sera bien ouvert aux voitures suivant les dispositifs existants. À savoir, un alternat pour faire passer les voitures en convois sécurisés à chaque fois que la route du col des Montets sera fermée.

Compte tenu des indices donnés par RFF, on peut vraisemblablement penser que c’est bien la voûte qui donne du fil à retordre à l’entreprise de travaux publics à l’œuvre. D’ici décembre 2012, la nouvelle plateforme en béton (radier) devrait être terminée au moins pour le passage des voitures. En effet, les travaux d’étanchéité doivent être terminés avant ceux d’installation des nouveaux réseaux sous le radier. Et la voie ne pourra être noyée dans la dalle de béton que lorsque les opérations précédentes seront terminées. Ce qui explique pourquoi il est envisagé un accès aux voitures cet hiver mais pas aux trains. On peut estimer à deux mois le retard pris soit le temps de pose de la voie, du rail de contact et l’enrobage béton.

À terme, la dalle intégrera la voie ferrée comme pour une voie de tramway en milieu urbain. La chaussée sera donc plus large et le gabarit au point le plus haut sensiblement augmenté alors qu’avant, la dalle routière de 2,40 m de large était collée contre un coté de la voûte.

La seconde phase 2013 « tunnel » concernera le système de sécurité nécessaire pour la traversée routière de cet ouvrage de 1882 mètres comportant une ventilation, des niches de sécurité et des dispositifs de détections d’incendie. L’ensemble sera à terme piloté par un poste de commande et de secours centralisé en lien avec les services de secours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Protestations à Vallorcine

En mai 2012, à Vallorcine, un collectif de défense est monté au créneau pour dénoncer un manque de concertation avant les travaux entre RFF et la population. Au cœur du débat, la mise sur route du trajet entre Vallorcine et Châtelard Frontière. Les membres du collectif ont demandé à SNCF et RFF de revoir la copie pour assurer des navettes ferroviaires sur ce tronçon de 2,5 km pour éviter des trajets par autocar jugés dangereux, surtout en hiver.

Selon eux, les TMR exploitants la partie suisse de la ligne seraient d’accord pour assurer ce service comme ils le font déjà en temps normal. Or, pour des raisons de sécurité, RFF a démonté la totalité des réseaux de communication et d’alimentation électrique de Vallorcine au Châtelard.

Près de la frontière, la voie est déjà partiellement démontée.  Photo : Daniel Zorloni.

Près de la frontière, la voie partiellement démontée. La ligne jusqu’à Vallorcine est techniquement impraticable par les trains, sans système de communication et de sécurité reliés depuis Montroc au centre de régulation du Fayet et à cause de règlements de procédures de sécurité incompatibles avec ceux des TMR. À l’automne 2013 elle sera de toute façon totalement démontée pour être refaite à neuf entre le tunnel des Montets et Le Châtelard, pour 3 mois au moins.

L’évocation d’un tunnel restant interdit aux trains pour l’hiver a réalimenté la grogne. L’impossibilité d’assurer des transports collectifs par autocar via le tunnel lorsque le col sera fermé suscite de vives inquiétudes auprès de la population de Vallorcine et Montroc. Les scolaires et quelques usagers employés à Chamonix seraient impactés, obligeant à leur transport par voiture si le col ferme. Si la problématique restera limitée aux seules périodes de fermeture du col soit quelques jours dans l’hiver, c’est surtout l’optique d’une desserte routière autocar sur route enneigée via le col des Montets (à 1461 mètres d’altitude) qui provoque un vif émoi. Des solutions sont de toute façon déjà à l’étude pour pallier à l’écart de capacité entre le train (de 100 à 210 places assises pour le train, jusqu’à 300 voyageurs pour un train long) et d’éventuels véhicules de transports collectifs devant traverser le tunnel.

Posted in RFF, Service 2013, Travaux, Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés vendredi 27 juillet

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Trains supprimés

  • IR 2516 (Lucerne 9h00 – Genève aéroport 11h59) : supprimé uniquement entre Berne et Cointrin. Mise en place d’un train de remplacement.
  • IC 726 (Saint-Gall 13h11 – Genève aéroport 17h24) : supprimé uniquement entre Cornavin et Cointrin, en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • IC 730 (Saint-Gall 15h11 – Genève aéroport 19h24) : supprimé uniquement entre Saint-Gall et Zürich, en raison d’un dérangement technique à la locomotive. Mise en place d’un train de remplacement entre Saint-Gall et Winterthour.
  • IC 739 (Genève aéroport 17h36 – Saint-Gall 21h53) : supprimé uniquement entre Cointrin et Cornavin, en raison de la réutilisation de la rame du 726.

Trains retardés

30 minutes de retard pour le TER 96520/1 (Part-Dieu 18h38 – Genève 20h27).

25 minutes de retard pour :

  • l’IR 2516 (Lucerne 9h00 – Berne 10h04).
  • le TGV 6866/7 (Montpellier 17h28 – Genève 21h16) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 6886/7 (Nice 10h57 – Genève 17h16).
  • le TGV 9769 (Paris 11h11 – Genève 14h27) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • l’IR 2539 (Genève aéroport 17h01 – Lucerne 20h00) en raison d’objets sur la voie.

15 minutes de retard pour :

  • l’IC 720 (Saint-Gall 10h11 – Genève aéroport 14h24) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.
  • l’IC 726 (Saint-Gall 13h11 – Genève 17h17) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.

Retard non communiqué pour l’EC 36 (Milan 17h25 – Genève 21h18) en raison de la panne d’un autre train.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :