ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Genève : hausse du prix des parkings pour doper la fréquentation des transports publics

Posted by ardsl sur 27 juillet 2012

Pour favoriser le stationnement souterrain, le Conseil d’État désire encore augmenter le tarif horaire des horodateurs.

Place à la mobilité douce et aux transports en commun ! Mercredi 25 juillet, le Conseil d’État a annoncé vouloir augmenter le tarif horaire des horodateurs de 2 , 80CHF à 3,50CHF. La mesure, qui doit encore être approuvée par le Grand Conseil, cherche à favoriser les alternatives à la voiture en ville. Si elle était adoptée, Genève vivrait une seconde augmentation de prix en peu de temps. En mars, le tarif des horodateurs a été indexé à l’indice genevois des prix à la consommation. Jusqu’alors, il s’élevait à 2CHF de l’heure.

Se garer plutôt en sous-sol

«Nous voulons engager une réflexion sur le choix du mode de transport», explique Alexandre Prina, chef du Service de l’organisation de la mobilité à la Direction générale de la mobilité (DGM). L’idée est donc d’aligner le prix du stationnement sur celui d’un billet des Transports Publics Genevois. «Avec un prix du parking en surface plus élevé que dans les parkings souterrains, nous espérons inciter les automobilistes à se garer dans les ouvrages existants», continue-t-il. Un changement voulu par le plan directeur du stationnement.

L’augmentation de prix semble bien acceptée, même par la section genevoise du Touring Club Suisse (TCS). « L’idée d’amener les automobilistes à favoriser les parkings en ouvrage est une bonne chose« , relève Henri-Pierre Galletti, son directeur. « Nous espérons simplement qu’une telle mesure s’accompagne de la création de places en sous-sol et de la construction d’un parking à Rive. » Une crainte balayée par la DGM : «le Conseil d’État est favorable à la création d’un parking à Rive et à la piétonnisation du centre-ville. Le principe de compensation des places de parking supprimées en surface n’est pas remis en question», rassure Alexandre Prina.

Qui plus est, à l’exception des parkings du Mont-Blanc et de Rive, le taux d’utilisation des parkings du centre-ville varie «entre 20 et 60%, voire un peu plus à certaines courtes périodes», chiffre Alexandre Prina.

Tarifs plus hauts à Genève

Thibault Schneeberger, cosecrétaire de l’association actif-trafiC, est enthousiaste : «après des années d’augmentation du prix des transports en commun, nous augmentons enfin le prix du stationnement automobile !» Pour le défenseur de l’initiative «Pour la mobilité douce», «la voiture occupe énormément d’espace sur le domaine public. Cela empêche la création de pistes cyclables, par exemple

Le représentant d’actif-trafiC imagine la prochaine étape : «un rééquilibrage du prix des macarons et des abonnements dans les parkings souterrains.» Une mesure qui ne figure pas au programme de l’État. «Il est vrai que le tarif des macarons est bon marché à Genève, mais les macarons n’assurent pas de trouver une place. Aligner leur prix sur celui d’une place en sous-sol serait une inégalité de traitement», note Alexandre Prina.

Si les horodateurs genevois venaient à afficher un tarif horaire de 3,50CHF, Genève se placerait dans la fourchette haute des tarifs en vigueur en Suisse. À titre d’exemple, à Bâle, une heure de stationnement extérieur coûte 2CHF, contre 3CHF à Berne et 2,50 CHF à Zurich.

(Avec La Tribune de Genève).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :