ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 28 juillet 2012

Frédéric Cuvillier en visite au technicentre SNCF de Châtillon

Posted by ardsl sur 28 juillet 2012

Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a visité vendredi 27 juillet le technicentre SNCF de Châtillon, chargé de la maintenance des rames du TGV Atlantique.

Frédéric Cuvillier a pu découvrir les 2 sites du technicentre. À Châtillon-Bas, la maintenance courante : tous les trois ou quatre jours, les rames passent pour une visite de contrôle. Roulement, toitures, pantographes… tout est vérifié et réparé si besoin. L’intérieur aussi : sièges abîmés, éclairage défectueux sont remplacés. La rame a aussi droit à un grand nettoyage dans les rouleaux d’une énorme station de lavage. Tous les trois mois, elle fait l’objet d’une maintenance plus poussée à Châtillon-Haut, immenses hangars d’ateliers pour les remises en état qui nécessitent de un à cinq jours d’immobilisation. Et tous ces petits soins portent leurs fruits : « en théorie, la durée de vie d’une rame est de vingt-cinq ans », rappelle Didier Bonnier, adjoint au pôle qualité-sécurité du technicentre. « Mais parmi les premières, celles des années 1980, il y en a qui roulent encore ! »

Un immense garage à ciel ouvert, sillonné de voies ferrées : c’est le technicentre SNCF de Châtillon, où transitent chaque jour les rames du TGV Atlantique venues se refaire une santé. En ce jour de grands départs en vacances, tout le monde est sur le pont. La quasi-totalité de la flotte, 109 rames, est mobilisée. Une soixantaine de trains, la capacité maximale du lieu, attendent ici leur remise en état pour rejoindre la gare Montparnasse et embarquer les voyageurs.

Les 850 cheminots, ingénieurs, techniciens, mécaniciens, électriciens… s’activent, sous l’œil d’un visiteur inhabituel. Vendredi 27 juillet, le technicentre a reçu la visite du nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier. Il a pu découvrir les installations, guidé par Guillaume Pépy, le président de SNCF. Visite à laquelle s’était joint le député PS de la circonscription, Jean-Marc Germain.

De la salle de commandes aux ateliers, les visiteurs ont suivi les étapes principales de la cure de remise en forme des rames, avant de s’offrir un passage en cabine de conduite. « C’est toujours avec passion qu’on découvre ces missions, ces métiers du monde ferroviaire ! » Enthousiaste, un brin lyrique, le ministre a rendu hommage à « toute la famille des cheminots », saluant « leur énorme mobilisation ». Aux équipes rassemblées sous les hangars des ateliers de maintenance, Frédéric Cuvillier a annoncé la poursuite de la rénovation du secteur. « À partir de la rentrée, une grande réforme sera engagée« , explique le ministre, « les négociations ont déjà commencé avec les organisations syndicales. Dans la perspective, lointaine, de la mise en concurrence, il faut renforcer le service public. »

LA SALLE DE COMMANDES. C’est le chef d’orchestre du technicentre, où officient les aiguilleurs du rail. Sous un grand écran de contrôle au design très seventies, devant leurs rangées d’ordinateurs, les opérateurs « gèrent l’affectation des rames aux trains, selon les réparations programmées ou inopinées », explique le responsable. Il s’agit de faire coïncider le plan de transport et le plan de maintenance.

L’UNITÉ DE REPROFILAGE DES ESSIEUX. Elle est équipée d’un tour en fosse qui permet de traiter deux essieux en même temps, L’opération consiste à poncer les roues pour gommer les irrégularités de l’usure, synonymes de vibrations et d’inconfort pour les passagers. Les essieux sont vérifiés tous les 7500 km, soit tout les trois ou quatre jours. « L’automne, c’est là qu’on reprofile le plus, explique un technicien, à cause des feuilles mortes sur les voies, il y a des patinages, ça abîme les roues. » Pilotés depuis un tableau de contrôle, les tours rabotent à toute vitesse, les copeaux de limaille volent. « Il faut compter au minimum une heure par essieu avec la mise en place de la rame. »

(Avec Le Parisien).

Publicités

Posted in Matériel, Politique, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un nouveau service pour les usagers des trains régionaux

Posted by ardsl sur 28 juillet 2012

SNCF lance un nouveau service, « TER Flash trafic », pour les usagers des trains express régionaux.

« TER Flash trafic », le service d’information sur le trafic des trains régionaux dédié aux clients abonnés, propose désormais plus de souplesse et de réactivité avec de nouvelles fonctionnalités. Par ailleurs, TER lance une version grand public pour offrir aux clients qui empruntent plus occasionnellement le train, plus de confort dans la préparation de leurs voyages.

« TER Flash trafic » permet ainsi aux clients abonnés aux trains express régionaux de recevoir par SMS ou courriel toutes les informations liées au trafic de leur ligne, de personnaliser leurs alertes et sélectionner les gares de leur trajet. En cas de perturbation du trafic, ils sont également informés en temps réel de l’évolution de la situation.

Ce service, gratuit, fonctionne 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

Pour s’abonner aux alertes, s’inscrire sur le site TER, 48 heures au plus tard avant la date du voyage. Indiquer son parcours : trajet direct en aller simple ou aller-retour et indiquer un créneau horaire entre 1 heure et 3 heures.

Le service « TER Flash trafic » devait être disponible progressivement dans toutes les régions de France d’ici le 8 août. Ce service a été mis en place en Bourgogne et en Franche-Comté à partir du 31 juillet. Il est également disponible pour le TER Auvergne.

(Avec Le Pays).

Posted in SNCF | Tagué: , , , | Leave a Comment »

LGV Rhin-Rhône : il reste 50 kilomètres à réaliser

Posted by ardsl sur 28 juillet 2012

Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort (MRC) a rencontré mercredi 25 juillet Frédéric Cuvillier, ministre délégué au Transport, pour évoquer notamment le financement des 50 kilomètres aux deux extrémités de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, qui restent à réaliser.

Concernant l’achèvement de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône, soit trente-cinq kilomètres de Belfort à Mulhouse et quinze kilomètres de Villers-les-Pots (Côte-d’Or) à Dijon, le financement de ces travaux est prévu par le protocole d’intentions signé en janvier dernier avec l’État.

Un gain de 25 minutes

« Madame Bacot, membre du Conseil général du Développement durable, a été particulièrement chargée de mettre au point le plan de financement définitif« , commente Jean-Pierre Chevènement. « J’ai demandé au ministre qu’elle prenne contact rapidement avec les collectivités locales, et notamment avec les trois régions de France-Comté, Bourgogne et Alsace afin de finaliser avec elle le bouclage du plan de financement. J’ai suggéré au ministre d’utiliser soit la procédure dite « investissements d’avenir », comme l’avait suggéré, en 2010, le président Sarkozy, soit les crédits inscrits au plan de croissance de 120 milliards d’euros adopté, sous l’impulsion de François Hollande, par le Conseil européen du 29 juin. L’achèvement de la branche Est représenterait un gain de temps de vingt-cinq minutes sur les parcours nord-sud et améliorerait substantiellement les temps de parcours sur l’axe Zurich – Paris. Après un échange de vue général sur l’état des projets TGV en France, j’ai souhaité que le dossier des branches Sud et Ouest du TGV Rhin-Rhône soit rapidement mis sur la table« , précise le sénateur du Territoire de Belfort.

« Le TGV Rhin-Rhône ne se limite pas à la seule branche Est : ses deux fonctionnalités nord-sud et est-ouest, qui en font un projet européen, doivent être respectées. S’il existe dans les cartons du ministère un projet de raccordement court entre Dijon et Saulieu, comme j’ai l’ai entendu dire, il faut qu’il soit rapidement porté à la connaissance des élus. Je rappelle que le projet Rhin-Rhône dans son intégralité a été inscrit dans la loi dite « Grenelle de l’environnement »« , rappelle Jean-Pierre Chevènement.

« Plus généralement« , conclut Jean-Pierre Chevènement, « la réalisation du TGV Rhin-Rhône amène nos voisins à vouloir s’en rapprocher (tunnel de Rastatt entre Strasbourg et Karlsruhe, modernisation, voire électrification du contournement ouest des Vosges). Je me tiens en liaison étroite avec l’ensemble des élus de la région, en particulier la présidente de la Région, Marie-Guite Dufay, afin que chacun se mobilise autant que possible pour faire avancer les principaux dossiers de désenclavement de la Franche-Comté« .

Belfort – Delle : démarrage rapide des travaux

Sur le dossier de la liaison Belfort – Delle, Jean-Pierre Chevènement explique que la Région de Franche-Comté a récemment accepté de pré-financer le surcoût incombant à l’État pour permettre un démarrage rapide des travaux. « J’ai demandé à Frédéric Cuvillier de veiller à ce que les engagements de l’État, en vue du contrat de plan 2016-2020, soient d’ores et déjà réservés à hauteur d’une trentaine de millions d’euros ».

(Avec Le Pays).

Posted in Bourgogne, Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :