ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 29 juillet 2012

Bilan de l’autoroute ferroviaire alpine à fin juin 2012

Posted by ardsl sur 29 juillet 2012

L’autoroute ferroviaire alpine (AFA) relie Aiton à Orbassano par le tunnel du Mont-Cenis. Elle permet le transport international des marchandises par le rail.

Du 1er janvier au 30 juin 2012, 998 trains ont circulé (soit 499 allers-retours) avec un remplissage de 71%.

Détails mensuels :

  • En juin, 184 trains ont circulé (soit 92 allers-retours) avec un remplissage de 84%.
  • En mai, 172 trains ont circulé (soit 86 allers-retours) avec un remplissage de 75%.
  • En avril, 158 trains ont circulé (soit 79 allers-retours) avec un remplissage de 67%.
  • En mars, 176 trains ont circulé (soit 88 allers-retours) avec un remplissage de 66%.
  • En février, 158 trains ont circulé (soit 79 allers-retours) avec un remplissage de 66%.
  • En janvier, 150 trains ont circulé (soit 75 allers-retours) avec un remplissage de 63%.

Le gabarit B1 est disponible sur la liaison Orbassano – Aiton de l’AFA depuis le 6 juin 2012. 18 nouveaux utilisateurs (9 italiens, 8 français et un autrichien) sont donc apparus, dont Jacquemmoz.

Le trafic à l’ancien gabarit stagne, avec moins de 100 voyages par jour. Cela s’explique par l’absence de trafic de sidérurgie en provenance d’Italie  et la crise qui frappe la chimie lyonnaise.

Avec l’ouverture au gabarit B1, le trafic mensuel a dépassé les 500 voyages et le trafic journalier progresse de 24 voyages en moyenne.

Un cinquième aller-retour a été mis en place les mercredis, jeudis et vendredis, jours où le trafic est le plus important. Des pics de fréquentation sont observés sur les trains de soirée et de nuit. En revanche, le trafic reste très faible le lundi.

Publicités

Posted in Fret, Italie, Savoie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Agglomération grenobloise : pendant l’été, les travaux du tram E prennent de l’avance

Posted by ardsl sur 29 juillet 2012

Ne vous fiez pas aux apparences, aux trous et aux barrières qui jonchent tout le tracé du Fontanil-Cornillon au cours de la Libération, la future ligne E est sur la bonne voie pour tenir les délais… Car le chantier de Grenoble et de l’agglomération, lui, ne prend pas de vacances. Explications avec Philippe Billard, du SMTC (Syndicat mixte des transports en commun de l’agglo), maître d’ouvrage du projet.

Le chantier du tram E est-il dans les temps ?

« Globalement, nous sommes dans les temps. Il y a même des secteurs où le chantier avance plus vite que prévu, comme sur le cours Jean-Jaurès par exemple. Forcément, on profite de la période d’été et de l’absence d’intempéries. Quand, du fait des congés d’été, il y a moins de circulation, moins de cyclistes et moins de piétons, le rendement des entreprises est meilleur. En même temps, il faut être très prudent, ce qui est gagné un jour ne l’est pas obligatoirement pour toujours. Notre objectif est en tout cas la bonne tenue du calendrier ».

Parmi les différents travaux engagés, quel est le plus spectaculaire ?

« Ceux du pont de la Porte de France qui enjambe l’Isère. Il s’agit là du plus gros ouvrage de la ligne E. D’ailleurs, c’est le chantier de construction le plus long mené par la même entreprise puisqu’il a démarré en décembre 2011 et devrait normalement s’achever avec la pose des rails au printemps 2013. Enfin, si tout se passe bien… »

Et du côté de l’avenue des Martyrs et du prolongement de la ligne B, est-ce qu’il se passe vraiment quelque chose ?

« Il est vrai que cela fait longtemps que le chantier dure dans ce secteur mais il ne se passe pas rien ! C’est une opération de longue haleine. Beaucoup de choses, jusqu’à présent, se sont déroulées en souterrain. Il y a eu de gros travaux de déviation et de confortement des réseaux qui vont accueillir le développement de la Presqu’île scientifique et l’urbanisation de cette zone. On commence maintenant à voir l’espace urbain s’organiser : en face du CEA, des bordures sont sorties de terre. Nous avons aussi travaillé sur le remblaiement de l’avenue des Martyrs pour élever l’espace public et donc le tram, en prévision de la construction d’un pont qui relierait l’avenue des Martyrs à la rue Émile-Gueymard ».

Les lignes A et B aussi subissent un lifting…

« Effectivement, à côté de l’installation de l’échangeur des lignes A, B et E à l’angle de l’avenue Alsace-Lorraine et du cours Jean-Jaurès, l’autre gros chantier de l’été qui nécessite la coupure des trams A et B, nous procédons au renouvellement des rails les plus fatigués. C’est le cas, pour la ligne B, de la courbe derrière le Palais de justice et de celle devant l’école Anthoard, dans le quartier Berriat. Quant à la ligne A, elle subit elle aussi quelques changements : un aiguillage au niveau de Louis-Maisonnat à Fontaine et des rails neufs avenue Alsace-Lorraine ».

Des travaux qui seront tous terminés pour le 25 août, date à laquelle les trams A et B circuleront à nouveau comme avant. La mise en service de la ligne E est prévue pour fin 2014.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Isère, Travaux | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF : dopée par le TGV et plombée par le fret

Posted by ardsl sur 29 juillet 2012

Le trafic voyageurs a porté la progression du chiffre d’affaires du groupe au premier semestre.

La France commence à faire le tri dans ses projets surnuméraires de nouvelles LGV, mais les lignes existantes continuent, elles, de remporter les suffrages des voyageurs. Au premier semestre 2012, la branche «voyages» (grandes lignes France et international) de SNCF a enregistré une croissance de 4,2% de son chiffre d’affaires, la plus forte du groupe (3,1% au global). Une dynamique qui recouvre cependant des performances contrastées : le TGV français a ralenti en mai-juin après un joli premier trimestre, mais l’international a enregistré une forte progression, notamment vers l’Allemagne et la Suisse (Lyria) après la mise en service de la  LGV Rhin-Rhône (lire). La dynamique commerciale ne fait cependant pas la rentabilité, puisque la hausse du chiffre d’affaires de la branche n’a pas enrayé le recul de sa marge opérationnelle qui ressort à 470 millions d’euros (-9 millions).

Satisfaite de la robustesse de son activité voyageurs, qui enregistre également des hausses de chiffres d’affaires dans les trains de proximité, SNCF continue en revanche de constater l’érosion de son activité de transport ferroviaire de marchandises : -9,7% sur le semestre, et même -10,1% sur le seul Fret SNCF en France. Un recul subi sous le double effet de la conjoncture morose et de la concurrence de plus en plus féroce. Résultat : le pôle Geodis (fret et logistique) perd 32 millions de marge opérationnelle à 125 millions.

Trois grands chantiers

Au plan financier, SNCF affiche pour le premier semestre un résultat net récurrent de 309 millions d’euros, et un bénéfice net part du groupe de 253 millions. Mais l’entreprise – dont l’endettement reste le vrai boulet même s’il est à peu près stabilisé à 9 milliards d’euros – tire sa fierté d’un autre indicateur : pour la première fois, elle a couvert ses investissements propres (par opposition à ceux financés par les autorités organisatrices de transports) par sa capacité d’autofinancement.

Côté stratégie, l’année 2012 est marquée par trois grands chantiers à SNCF. Le premier consiste en une grande offensive commerciale et marketing (garantie voyages, nouveau programme de fidélité, etc.) destinée à réconcilier l’entreprise avec ses clients. Les incidents, comme la pagaille semée mercredi 25 juillet sur le trafic TGV par un acte de malveillance (câble sectionné), obligent aussi SNCF à mettre les bouchées doubles en ce sens.

Deuxième priorité : le gigantesque programme de travaux engagé en décembre dernier pour rénover le rail français. Troisième chantier, politique celui-là : gagner la bataille de lobbying pour rapatrier au sein de SNCF la gestion de l’infrastructure ferroviaire. Une mesure indispensable aux yeux du PDG Guillaume Pépy, pour parvenir à une meilleure efficacité opérationnelle et économique du système.

(Avec lefigaro.fr).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Un nouveau plan de modernisation des passages à niveaux

Posted by ardsl sur 29 juillet 2012

Un nouveau plan de modernisation des quelque 200 passages à niveau dangereux en France sera lancé en septembre, a annoncé samedi 28 juillet le ministre délégué chargé des Transports, Frédéric Cuvillier.

Un plan de renforcement de la sécurité aux passages à niveau avait été adopté par le précédent gouvernement en juin 2008, suite à une collision entre un TER et un car en Haute-Savoie qui avait coûté la vie à 7 adolescents.

« Il reste de l’ordre de 200 passages à niveaux qui sont dangereux, et nous allons dès septembre relancer un plan de modernisation« , a déclaré samedi 28 juillet Frédéric Cuvillier sur France Inter.

« Par ailleurs, je crois qu’il est nécessaire, toujours, de relancer l’information et également l’éducation car les comportements sont souvent à l’origine de drames terribles« , a-t-il ajouté.

Le précédent plan gouvernemental prévoyait, entre autres, des actions de communication, le déploiement de radars en amont des passages à niveau, et définissait un agenda pour le traitement des infrastructures les plus « préoccupantes ».

Son objectif était de diviser par deux le nombre d’accidents aux passages à niveau en 10 ans.

Entre 2009 et 2010, l’État, Réseau Ferré de France et les collectivités territoriales ont investi 105 millions d’euros pour installer une nouvelle signalisation et des barrières de protection.

Trente-deux personnes sont mortes en 2011 suite à des accidents sur des passages à niveau, contre 26 en 2010 et 36 en 2009. Le nombre de collisions et de blessés a quant à lui légèrement baissé depuis 2009.

La quasi-totalité de ces accidents (98%) sont dus au non-respect de la signalisation routière, d’après le ministère.

(Avec Reuters).

Posted in Passage à niveau | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :