ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for août 2012

Les CFF fêtent les 150 ans de la ligne Lausanne – Fribourg – Berne

Posted by ardsl sur 31 août 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

Les CFF fêtent les 150 ans de la ligne Lausanne – Fribourg – Berne. À cette occasion, un train spécial est parti mardi 28 août de Berne pour Lausanne en présence de nombreux invités. Des voyages en train à vapeur ainsi qu’une action pendulaire vont compléter le programme des festivités.

Il y a 150 ans, le 4 septembre 1862, le viaduc de Grandfey, long de 352 mètres et haut de 80 mètres, était mis en service. La première liaison directe entre Lausanne et Berne était ainsi achevée. Pièce maîtresse du tronçon, le viaduc de Grandfey, qui enjambe la Sarine, est devenu un trait d’union entre les deux régions linguistiques, faisant fi du Röstigraben.

C’est donc à bord d’un train spécial parti de Berne pour Lausanne que les CFF ont officiellement fêté le 150ème anniversaire de la ligne. La manifestation s’est déroulée en présence des délégations bernoise, fribourgeoise et vaudoise. Le Président du Gouvernement fribourgeois, Georges Godel, la Conseillère d’État Barbara Egger-Jenzer, directrice des transports du canton de Berne, la Conseillère d’État Nuria Gorrite, responsable du Département des Infrastructures pour le canton de Vaud et Andreas Meyer, directeur des CFF, ont salué l’importance de cette liaison.

À l’issue de la manifestation, les invités étaient invités à regagner Berne à bord d’une rame Duplex Regio. Points forts de l’horaire Romandie 2013, les nouveaux trains circuleront dès décembre prochain sur les lignes Genève – Lausanne – Romont / Vevey. Elles augmentent le confort des voyageurs et offrent 30% de places assises en plus.

Les festivités se poursuivent pour le grand public. CFF Historic proposera au public des voyages en train à vapeur les samedi 1er et dimanche 2 septembre 2012. Plus d’informations sont disponibles sur www.cff.ch/voyages-decouvertes. En outre, une action de remerciement aura lieu dans les gares de Lausanne, Fribourg et de Berne le mardi 4 septembre 2012.

Publicités

Posted in CFF, Suisse, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dijon s’offre un tramway et un préavis de grève

Posted by ardsl sur 31 août 2012

La cité des ducs de Bourgogne s’est dotée à une vitesse record de deux lignes de tramway. La première est inaugurée samedi 1er septembre, la seconde début décembre 2012. Indispensable pour accélérer le développement urbain de cette agglomération de 250000 habitants qui ne pouvait plus se passer d’un mode de transport lourd même si le réseau de bus était déjà musclé. Seul ombre au tableau, le préavis de grève déposé par la CGT le jour de l’inauguration.

Vingt kilomètres de ligne de tramway en trente mois ! Le Grand Dijon (252000 habitants et 22 communes) a mis le turbot. Et la première, longue de 8,5 kilomètres, est inaugurée samedi 1er septembre 2012. La suivante, 11,5 kilomètres, le sera le 8 décembre.

Avec ce nouveau mode, 95% de la population est à moins de 300 mètres d’un arrêt de transport public. Et c’en est fini des tickets papier, tous les voyageurs, abonnés et occasionnels circulent depuis juin avec une carte magnétique sans contact.

Coût des deux lignes de tramway, 399 millions d’euros dont près de 100 millions consacrés aux aménagements urbains. Financés par le Grand Dijon, la Banque européenne d’investissement (286,9 millions), l’État (47M€), le Conseil régional de Bourgogne (40M€), le Département de la Côte d’Or (20M€) et le FEDER (5,5M€). Le taux du versement transport a été porté à 2%, qui rapportera 52 millions d’euros en 2012.

Un investissement conséquent justifié par la hausse de la fréquentation dans les bus du réseau Divia (exploité par Keolis) et la volonté politique d’avoir une ville « douce à vivre« . Ce qui passait par une circulation automobile apaisée et un report modal de la voiture vers les transports collectifs. « Dijon est une ville embouteillée, surtout aux heures de pointe. Sur les boulevards intérieurs nous pouvions avoir entre 20000 et 25000 voitures par jour. Pour un Parisien, ce n’est rien du tout, mais pour nous c’est énorme« , affirme André Gervais, élu communiste du Grand Dijon, délégué au tramway et aux modes doux au Grand Dijon.

Autre impératif justifiant la construction d’un mode lourd, le contrat d’agglomération qui prévoit de créer des zones d’activités, de construire mille logements par an, un Zénith, une piscine olympique, un nouvel hôpital et d’étendre le campus universitaire. « Sans transport structurant, tous ces projets ne tiendraient pas le coup« .

Des Lianes et un plat de spaghettis

« Nous avions un bon réseau, mais vieillissant. Il était radio-concentrique, toutes les lignes passaient par le centre-ville. C’était un plat de spaghettis avec des lignes qui n’en finissaient plus« , décrit André Gervais. Le réseau de bus Divia a donc été hiérarchisé avec la création de six « Lianes », des lignes à haut niveau de service.

Le succès a été immédiat occasionnant des points de saturation. Notamment dans la rue de la Liberté (axe principal de Dijon) où transitaient plus de 1100 bus par jour. Conséquence : des conflits avec les piétons et un centre-ville qui était tout sauf apaisé. « En observant la fréquentation des Lianes dont l’une transportait plus de 20000 passagers par jour, l’étude d’opportunité a démontré qu’il fallait franchir une nouvelle étape, laquelle passait par un mode lourd. Le projet était financièrement réalisable car l’agglomération n’était pas endettée« .

Désenclavement

En 2008, le tramway était inscrit au programme des élections municipales. « Une fois élus, nous avons immédiatement lancé la consultation publique portant sur le choix du mode (tramway ou bus à haut niveau de service BHNS) et sur les tracés« . Le tramway l’a remporté. Et les tracés des deux Lianes principales retenus car les plus fréquentés.

« Nous avons étudié les corridors où étaient concentrés les principaux trafics et superposé les potentiels d’habitation et d’emplois actuels et futurs« , explique André Gervais. « Dans la partie sud de T2, il est prévu de construire 6000 logements sur d’anciens terrains militaires. Cette ligne offrira un temps de parcours de 34 minutes, deux fois moins que la Liane. Précédemment, il fallait une heure pour aller de Chenôve (la deuxième ville de l’agglomération dijonnaise) jusqu’à Valmy. Cela ne favorisait pas le développement des transports, ni les conditions d’accès aux grands services publics« .

Déployées sur trois communes (Dijon, Chenôve et Quetigny), les deux lignes de tram desserviront à terme la gare SNCF, le centre-ville, les grandes administrations, les pôles d’emplois de l’est dijonnais. Il doit « entrer » dans le CHU et traverser le campus universitaire. Il relie aussi l’auditorium, le palais des congrès, le parc des expositions, le conservatoire régional, la cité judiciaire, le grand stade, la piscine, le CREPS, le Zénith.

Et désenclave au passage trois quartiers prioritaires de la politique de la ville : le Mail, les Grésilles et le centre de Quetigny. Au total, il dessert un tiers de la population et des emplois et deux tiers des étudiants de l’agglo.

« On peut se faire plumer avec une DSP comme avec un PPP »

Autre première, le recours aux partenariats public privé (PPP) pour « maîtriser les coûts et partager les risques. Actuellement la problématique des autorités organisatrices de transport est bien d’équilibrer leurs investissements« , argumente André Gervais. Le premier, signé en juillet 2010 avec Ineo concerne la conception, la construction, la maintenance et le financement de l’ensemble des équipements électriques et les systèmes de commande des deux lignes de tramway. Le contrat sur 26 ans porte également sur la gestion de l’approvisionnement en énergie avec, entre autres, l’installation de 6200 modules photovoltaïques sur les toits et les ombrières du centre de maintenance des tramways et des bus. Ces unités produiront annuellement 1,3 gWh et permettront d’éviter l’émission de 120 tonnes de Co².

Le second PPP conclu en mai 2012 avec Heuliez et Barclays porte sur l’achat de 102 bus hybrides dont 61 articulés et 41 standards. Un contrat de 15 ans de 88 millions d’euros. C’est quasiment la moitié du parc qui sera renouvelé. « La qualité est essentielle pour gagner de nouveaux clients et sortir de l’image que le transport public est le transport du pauvre. Or le bon matériel coûte cher. Tout comme l’énergie« , observe André Gervais.

L’élu communiste affirme « vendre sans état d’âme » ce type de partenariat. « Il est tout aussi possible de se faire plumer dans une DSP que dans un PPP. Ce qui compte, c’est de savoir ce que l’on inscrit au cahier des charges et comment on négocie. Dans les deux PPP, nous avons défini des clauses de garantie. On sait qu’il n’y aura pas de dérive de coûts horrible« .

Préavis de grève le jour de l’inauguration

Autre solution pour réaliser des économies d’échelle, l’achat des rames de tramways avec Brest (20 pour Brest, 32 pour Dijon) qui a permis d’économiser 20% sur un marché de 126 millions d’euros avec Alstom et le regroupement sur le nouveau centre de maintenance du siège social de Divia, des dépôts de bus et de tramway. Une gestion, « en bon père de famille« , selon l’élu.

Tout était donc prêt pour l’entée en scène du tram de Dijon le 1er septembre, mais la moutarde est montée au nez de la CGT qui profite de la belle occasion d’une inauguration pour déposer un préavis de grève de 24h. Le syndicat dénonce la « dégradation des conditions de travail » des conducteurs de bus et tramway, qui seront à l’avenir obligés « de commencer leur service plus tôt et de le terminer plus tard« , selon Frédéric Pissot, délégué syndical CGT, cité par l’AFP. « La direction a fait des petites avancées mais on maintient notre préavis de grève car les salariés sont en colère« , a ajouté le syndicaliste. Les syndicats FO et CFDT ont eux, levé leur préavis de grève.

« L’amplitude de fonctionnement de notre réseau a été élargie à l’occasion de l’arrivée du tramway« , reconnaît Gilles Fargier, directeur de Keolis Dijon. (Il dirigea par le passé la Sibra à Annecy). « On peut considérer qu’il s’agit d’une dégradation des conditions de travail, on peut aussi considérer que cela fait partie de nos missions de service public« , relève-t-il. Ces changements visent notamment à desservir le CHU « dès 6h du matin pour que le personnel puisse s’y rendre en tramway« , précise le directeur du réseau.

Keolis prévoit des perturbations essentiellement sur son réseau de bus, mais « pas de difficultés majeures » sur la ligne de tramway.

Le réseau Divia en chiffres

  • 2 lignes de tram : T1 entre Dijon gare – Quetigny centre (8,5 kilomètres, 16 stations) et T2 entre Valmy – Chenôve centre (11,5 kilomètres, 21 stations, dès le 8 décembre).
  • 32 rames de tramway pour les lignes T1 et T2
  • 5 lignes de bus « Lianes »
  • 13 lignes de bus urbains
  • 3 lignes de bus de proximité
  • 2 navettes Flexo
  • 1 ligne de centre-ville
  • 1 ligne de quartier
  • 1 ligne express
  • 230 bus
  • 11 millions de km
  • 143000 voyages par jour
  • 750 salariés
  • 400 vélos en libre-service.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Bourgogne, Grèves | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés vendredi 31 août

Posted by ardsl sur 31 août 2012

Trains supprimés

  • TER 883503 (Saint-André-le-Gaz 6h38 – Chambéry 7h36) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 887113 (Villefranche 8h41 – Vienne 9h56) en raison d’un dérangement d’installation.
  • TER 883712 (Gières 8h44 – Saint-Marcellin 9h56).
  • TER 17518/9 (Annecy 9h37 – Chambéry 10h35) : supprimé uniquement entre Aix et Chambéry, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TGV 9245 (Paris 10h41 – Milan 17h56) : supprimé uniquement entre Chambéry et Milan, en raison de la panne d’un autre train.
  • TGV 9244 (Milan 11h10 – Paris 19h10) : supprimé uniquement entre Milan et Modane, en raison d’une panne. Mise en place d’autocars de remplacement.
  • TER 886226/7 (Perrache 15h31 – Firminy 16h50) : supprimé uniquement entre Châteaucreux et Firminy, en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 17361 (Romans 16h23 – Briançon 20h24) : supprimé uniquement entre Romans et Valence, en raison d’un dérangement d’installation.

Trains retardés

1h30 de retard pour le TGV 9244 (Modane 14h24 – Paris 19h10) en raison de l’attente des autocars en provenance d’Italie.

1h20 de retard pour le TGV 9781 (Paris 18h11 – Genève 21h27) en raison d’un incident technique sur le train.

1h15 de retard pour :

  • le TER 887111 (Villefranche 8h11 – Perrache 8h45) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17724 (Marseille 17h04 – Part-Dieu 20h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

1h de retard pour le TGV 9580/1 (Francfort 14h01 – Marseille 21h46) en raison d’une personne près des voies à Mâcon.

40 minutes de retard pour :

  • le TER 17763 (Bercy 15h38 – Part-Dieu 20h40) en raison d’une personne près des voies à Mâcon.
  • le TGV 9248 (Milan 16h10 – Paris 23h21) en raison d’une panne à Modane.
  • le TGV 6220 (Béziers 17h31 – Paris 21h53).
  • le TGV 6060 (Montpellier 18h24 – Paris 21h53).

30 minutes de retard pour :

  • le TER 886172 (Pierrelatte 5h13 – Mâcon 8h25) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886015 (Mâcon 8h35 – Perrache 9h35) en raison d’un dérangement d’installation. Arrêt à Vaise supprimé. Train détourné par Part-Dieu.
  • l’IC 4504/5 (Part-Dieu 9h40 – Vierzon 13h31) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h33) en raison d’un voyageur malade à bord.

25 minutes de retard pour :

  • le TGV 6150 (Toulon 5h08 – Paris 9h11) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h55) en raison d’un acte de malveillance et de l’intervention des forces de l’ordre à Modane.
  • le TGV 5098 (Nice 13h26 – Dijon 19h38) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 5198/9 (Nice 13h26 – Metz 23h25) même motif.
  • le TER 17366 (Briançon 15h08 – Romans 19h03).
  • le TER 17721 (Part-Dieu 15h20 – Marseille 18h54) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 5456/7 (Metz 15h52 – Marseille 22h46) en raison d’une personne près des voies à Mâcon.
  • le TGV 9270 (Lausanne 16h25 – Paris 20h41).
  • le TER 17361 (Valence 16h41 – Briançon 20h24) en raison de la correspondance avec le 17721.
  • le TGV 6623 (Paris 16h57 – Part-Dieu 18h56).
  • le TGV 6686/7 (Paris 16h57 – Saint-Étienne 19h47).
  • le TER 17725 (Part-Dieu 17h20 – Marseille 20h54) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 6923 (Paris 17h37 – Grenoble 20h43).
  • le TER 886145 (Perrache 19h10 – Valence 20h22) en raison de l’attente d’un personnel.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 17803 (Dijon 6h40 – Part-Dieu 8h40).
  • le TER 886007 (Mâcon 7h25 – Part-Dieu 8h14) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6911 (Paris 9h37 – Grenoble 12h43) en raison d’un acte de malveillance et d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 6212 (Béziers 13h31 – Paris 17h53) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17578/9 (Valence 14h14 – Grenoble 15h29) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6052 (Montpellier 14h24 – Paris 17h53) même motif.
  • le TGV 5184/5 (Nice 14h27 – Lille Europe 21h57) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TGV 4852/3 (Marseille 15h14 – Strasbourg 20h46) en raison de l’affluence à Marseille.
  • le TGV 6946/7 (Paris 16h45 – Annecy 20h35).
  • le TGV 6195 (Paris 17h19 – Miramas 21h46).
  • le TER 886141 (Part-Dieu 18h20 – Avignon 20h59) en raison de l’attente d’un personnel.
  • les TGV 2948 et 6924 (Grenoble 19h08 – Paris 22h25).
  • le TGV 9785 (Paris 19h11 – Genève 22h19).
  • le TER 884594 (Évian 20h36 – Bellegarde 22h03) en raison d’un incident technique sur le train.

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 6700 (Mulhouse 5h42 – Paris 8h37) en raiosn d’un acte de malveillance.
  • le TER 887104 (Vienne 6h34 – Villefranche 7h49) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6780 (Chalon-sur-Saône 6h35 – Paris 9h07) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 883158 (Bourg-Saint-Maurice 6h42 – Chambéry 8h29) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 887106 (Vienne 7h04 – Villefranche 8h19) même motif.
  • le TGV 6604 (Part-Dieu 7h04 – Paris 9h03) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 886778/9 (Part-Dieu 7h05 – Saint-Étienne 7h46) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 9761 (Paris 7h11 – Genève 10h16) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 17756 (Part-Dieu 7h20 – Bercy 12h22) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6643 (Paris 7h27 – Part-Dieu 9h24) même motif.
  • le TER 883606 (Chambéry 7h36 – Ambérieu 8h47).
  • le TGV 6905 (Paris 7h37 – Grenoble 10h43) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 6191 (Paris 7h37 – Avignon 11h17) en raison d’un acte de malveillance et d’un incident d’alimentation électrique.
  • le TGV 9765 (Paris 9h11 – Genève 12h16) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TER 96634/5 (Genève 9h59 – Chambéry 11h16).
  • le TGV 6233 (Paris 10h07 – Montpellier 13h37) en raison d’un acte de malveillance.
  • le TGV 9832/3 (Bruxelles 10h18 – Perpignan 17h43).
  • le TER 17615 (Part-Dieu 11h14 – Grenoble 12h37) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 885345 (Saint-André-le-Gaz 12h08 – Gières 13h25) même motif.
  • le TER 886274/5 (Firminy 14h38 – Perrache 15h57) en raison de l’attente d’un personnel à Châteaucreux.
  • le TGV 9249 (Paris 14h41 – Milan 21h55).
  • le TGV 5328/9 (Nantes 14h54 – Part-Dieu 19h30).
  • le TGV 9834/5 (Bruxelles 15h18 – Toulon 21h44).
  • le TGV 5022/3 (Lille Europe 16h02 – Toulon 21h44).
  • le TGV 6198 (Miramas 16h15 – Paris 20h41).
  • l’IC 5978 (Clermont-Ferrand 16h27 – Bercy 19h57) en raison de travaux.
  • le TGV 6663 (Paris 17h27 – Part-Dieu 19h24).
  • le TER 17408/9 (Marseille 17h35 – Gap 20h57).
  • le TGV 6880/1 (Toulouse 17h50 – Part-Dieu 21h54) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9780 (Genève 18h29 – Paris 21h49).
  • le TER 96648/9 (Genève 18h42 – Chambéry 20h16).
  • le TER 886155 (Part-Dieu 21h20 – Valence 22h32) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

À bord du plus haut train d’Europe

Posted by ardsl sur 31 août 2012

En Suisse, dans l’Oberland bernois, le Chemin de fer de la Jungfrau fête le centenaire de son terminus à 3500 mètres d’altitude.

Un siècle que le petit train de la Jungfrau joue les stars du tourisme alpin. Il a transporté 760000 voyageurs l’an dernier, soit 14% de plus qu’en 2010. En terrain vertical, tout moyen d’arriver sans effort au sommet attire les foules. Or, ce tortillard à crémaillère, rouge et suisse comme la plupart de ses congénères, est un ascensionniste hors pair. Dans l’Oberland bernois, il gravit en 50 minutes la voie ferrée la plus haute d’Europe, inaugurée le 1er août 1912, entre 2061 et 3454 mètres d’altitude. La gare de départ se trouve au pied de la gigantesque face nord de l’Eiger, mythe de l’alpinisme, au lieu-dit Kleine Scheidegg (Petite Épaule). Plus qu’une gare, d’ailleurs, c’est un nœud ferroviaire au milieu des alpages, balisés, selon la saison, pour les randonneurs ou les skieurs. D’autres trains à crémaillère, verts ceux-là, y montent sur deux versants, depuis les stations de vacances de Grindelwald, Wengen et Lauterbrunnen. Lesquelles sont également reliées par des trains (bleus) à Interlaken, dans la vallée. C’est de cette petite ville «entre les lacs» de Thoune et de Brienz que le rail a attaqué les pentes du massif de la Jungfrau, à la fin du XIXe siècle.

La voie sommitale fut son ultime bataille. La plus rude : seize ans de chantier, de 1896 à 1912, pour tracer la ligne de 9,3 km, dont plus de 7 km de tunnel, dynamités dans les entrailles de l’Eiger par une armée de travailleurs immigrés italiens. Cette pharaonique épopée coûta la vie à trente ouvriers. Cent ans après, on leur rend, enfin, hommage. Dans la gare d’arrivée souterraine, au col de Jungfraujoch, leurs noms et âges, 17 ans à peine pour le plus jeune, défilent dans l’Anchorage Tunnel.

Chocolats et edelweiss

Cette émouvante galerie fait partie des nouvelles «attractions» ouvertes pour le centenaire du train. Dix-sept mois de travaux et presque autant de millions d’euros pour agrandir (encore) cet antre du tourisme de masse. Des couloirs dignes d’une station de RER, des bars, des restaurants, une grotte de glace artificielle et un grand bazar helvético-kitch de montres, chocolats et colifichets frappés d’edelweiss, proies des groupes de Japonais et d’Indiens. Ces derniers ont même leur cantine «Bollywood» attitrée.

Les attraits du voyage sont évidemment ailleurs, tout là-haut, sur les terrasses en plein ciel du Sphinx (l’observatoire météorologique à coupole argentée, édifié en 1937), face au sommet tout proche de la Jungfrau (4158 mètres d’altitude), d’où le glacier d’Aletsch amorce sa longue descente de 23 km (autre record européen et site classé au Patrimoine mondial naturel par l’UNESCO). Ou avant, pendant le trajet, ponctué de deux arrêts dans le tunnel aux stations aménagées dans les entrailles de l’Eiger. On y descend du train pour aller coller son nez aux baies vitrées percées dans les flancs de la montagne. À 3160 mètres d’altitude, la station d’Eismeer (Mer de glace) offre une plongée panoramique dans les séracs du glacier. Mieux, à Eigerwand (2865 mètres d’altitude), les trouées vitrées creusées en pleine face nord vous projettent littéralement dans la gigantesque paroi. On mesure alors l’ampleur du défi des alpinistes. Cette course phénoménale est l’autre grande aventure humaine du massif, après la construction de la voie ferrée.

Pratique

Billet Jungfraujoch, à partir de :

  • 97€ A/R depuis Kleine Scheidegg
  • 131€ A/R depuis Wenegen
  • 142€ A/R depuis Grindelwald
  • 158€ A/R depuis Interlaken.

Forfait 1 ou 2 nuits d’hôtel en station + train, à partir de 153€, du 1er septembre au 21 décembre.

Renseignements au 00 41 33 828 72 33 ou sur www.jungfrau.ch

(Avec Le Figaro).

Posted in Fréquentation, Loisirs, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’horaire 2013 des CFF en consultation et en tournée

Posted by ardsl sur 31 août 2012

Les personnes intéressées avaient jusqu’au 15 juin 2012 pour donner leur avis sur l’horaire 2013 des transports publics. L’Office fédéral des transports (OFT) avait ouvert mardi 29 mai la consultation sur les horaires de trains, bus ou bateaux prévus à partir du 9 décembre 2012.

Le nouvel horaire 2013 entrera en vigueur le 9 décembre 2012. C’est avant tout en Suisse romande et en Suisse orientale que les CFF vont étoffer leur offre. Les voyageurs profiteront de davantage de places assises, notamment grâce aux nouveaux trains Duplex Regio CFF. En trafic international, Lyria introduit des nouvelles rames entre la Suisse romande et Paris. L’offre Railjet sera étoffée en direction de l’Autriche. Dès le nouvel horaire, elle passera de cinq à six paires de trains par jour.

L’horaire 2013 est à nouveau l’occasion pour les CFF d’étoffer leur offre. Dès le 9 décembre 2012, la cadence à la demi-heure sera introduite entre Zurich et Schaffhouse, avec désormais un arrêt toutes les heures à Zurich Oerlikon. De nouvelles rames de type Duplex Regio seront en outre introduites sur cette ligne. La clientèle profitera également de davantage de places assises sur la ligne Saint-Gall – Coire, sur laquelle les trains Duplex Regio circuleront à partir de l’été 2013 .

Des nouveaux trains et davantage de relations en Suisse romande

La Suisse romande verra l’introduction de l’«horaire Romandie 2013». Les trains RegioExpress passeront à la cadence à la demi-heure entre Lausanne et Genève, et desserviront en alternance Palézieux, Romont et Vevey. Les trains Duplex Regio assureront ces relations. La première rame circuler déjà depuis le 10 juin 2012 (lire). Aux heures de pointe, des trains supplémentaires circuleront entre le Valais et Genève, avec des temps de parcours améliorés de 11 minutes. En tout, le nouvel horaire 2013 offrira plus de 30% de places assises supplémentaires en Suisse romande.

À sa publication l’an dernier, l’horaire « Romandie 2013 » des CFF avait suscité des remous, notamment dans les cantons de Vaud et de Fribourg. Cette première mouture supprimait les arrêts à Morges et Nyon (VD) des trains pendulaires ICN entre Genève et Bienne, ainsi que les haltes à Palézieux (VD) et Romont (FR) des InterRegio entre Berne et Genève.

Depuis, des adaptations ont été faites, a indiqué le porte-parole des CFF Jean-Philippe Schmidt. Les CFF et les autorités des communes de Palézieux et Romont ont trouvé un accord mi-mars facilitant notamment la vie des pendulaires. Concrètement, un InterRegio tôt le matin et trois tard en soirée en direction de Berne continueront de s’arrêter à Romont et à Palézieux. Idem en direction de Genève.

Côté vaudois également, les CFF, le canton et les villes concernées avaient négocié l’automne dernier une solution pour les pendulaires avec quelques liaisons directes par jour. Ainsi, les ICN de Genève arrivant à Yverdon à 7h02 et à 8h02 feront halte à Nyon et à Morges. Dans le sens inverse, ces arrêts se feront à partir de 20h00. En outre, pour les pendulaires revenant à Morges depuis Yverdon en fin d’après-midi, quatre liaisons RegioExpress sont prévues.

Des relations réorganisées et des trajets raccourcis

Sur la ligne Genève – Lucerne, les trains InterRegio (IR) circulent sans arrêt entre Lausanne et Fribourg. Le gain de temps sur ce trajet est de 5 minutes.

Sur la ligne Genève – Brigue, des trains InterRegio (IR) supplémentaires, sans arrêt entre Genève et Lausanne, permettent de gagner jusqu’à 11 minutes entre Genève, le Chablais et le Valais.

Sur la ligne Genève – Bâle/Zurich, les liaisons directes entre Genève et Yverdon-les-Bains réduisent le temps de parcours des ICN de 4 minutes.

Synthèse des nouveautés du service 2013 pour le trafic régional

Nouvelles rames TGV entre Berne, la Suisse romande et Paris

TGV Lyria, la filiale commune de SNCF et des CFF, a introduit dès le 27 août 2012 de nouvelles rames de type POS sur la ligne Lausanne – Paris. Ces rames circuleront aussi sur les lignes Berne – Paris et Genève – Paris. Ces trains à grande vitesse remplacent l’ancien matériel, âgé de 25 ans.

Amélioration de l’offre et nouveaux trains en trafic régional également

La clientèle verra également l’offre régionale s’étoffer sur plusieurs lignes. Du nouveau matériel roulant sera également mis en circulation.

Le RER fribourgeois (coopération entre les CFF et TPF), offrira une cadence à l’heure intégrale entre Berne et Bulle.

Les trains Duplex Regio CFF en bref

Nombre de véhicules commandés : 74 (37 pour le trafic grandes lignes et 37 pour le trafic régional)

Places assises :

  • 337 pour une rame de 100 mètres (60 en 1° classe ; 277 en 2° classe).
  • 535 pour une rame de 150 mètres (120 en 1° classe ; 415 en 2° classe).

Vitesse maximale : 160 km/h avec une grande capacité d’accélération.

Climatisation

Accès facilité pour les chaises roulantes, les poussettes et les vélos

Aménagement intérieur moderne, système d’information à la clientèle.

Télécharger les horaires 2013

Tournée de présentation des horaires 2013

La tournée de présentation du nouvel horaire 2013 débute samedi 1er septembre à Lausanne. Le public aura l’occasion d’y visiter de manière ludique et interactive la nouvelle rame Duplex Regio des CFF ainsi que de découvrir l’ensemble des nouveautés de l’horaire 2013 pour la Suisse romande. Le Duplex Regio CFF fera également étape ces prochains samedis à Vevey, Genève, Nyon, Morges, Romont et Palézieux.

Le nouvel horaire des CFF, qui entrera en vigueur le 9 décembre prochain, offrira davantage de trains, de places assises et des meilleurs temps de parcours aux Romands. Le public aura l’occasion de découvrir de manière inédite, ludique et interactive les nouveautés de l’horaire 2013 lors d’événements spéciaux organisés dans sept gares romandes ces prochaines semaines. En vedette, le nouveau train Duplex Regio des CFF. À l’intérieur, une surprenante animation 3D, mêlant art à technologie de pointe, qui permettra aux visiteurs de découvrir la Suisse romande différemment, mais aussi un concours, des cadeaux et de nombreuses informations sur l’horaire 2013.

Ces événements auront lieu le samedi, en gare, de 11h à 17h, selon le programme suivant :

  • le 1er septembre à Lausanne (voie 9).
  • le 8 septembre à Vevey.
  • le 15 septembre à Genève, en présence de l’ARDSL.
  • le 22 septembre à Nyon.
  • le 29 septembre à Morges.
  • le 6 octobre à Romont.
  • le 13 octobre à Palézieux.

L’offre 2013 gare par gare

Au départ de Cointrin

  • Pour Cornavin : 5 trains par heure.
  • Pour Lausanne: 4 trains par heure.
  • Pour Nyon et Morges: 4 connections par heure, dont 2 directes avec l’InterRegio (IR) et 2 en changeant de train à Genève.
  • Pour Coppet, Gland, Rolle, Allaman et Renens: deux connections par heure avec changement à Cornavin.
  • Pour Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Bienne, Bâle/Zurich: 1 ICN par heure.
  • Pour Fribourg et Berne : 2 trains par heure, dont 1 InterCity (IC) et 1 InterRegio (IR).
  • Pour Vevey, Montreux, Aigle et le Valais : 2 InterRegio (IR) par heure.

Au départ de Cornavin

  • Pour Genève-Aéroport : 5 trains par heure.
  • Pour Coppet : 4 trains par heure, dont 2 RegioExpress (RE) sans arrêt et 2 trains régionaux avec arrêts à Genève-Sécheron, Chambésy, Les Tuileries, Genthod-Bellevue, Creux-de-Genthod, Versoix, Pont-Céard, Mies et Tannay.
  • Pour Lancy-Pont-Rouge : 2 trains régionaux par heure.
  • Pour Nyon et Morges: 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) sans arrêt et 2 RegioExpress (RE) avec arrêts à Coppet, Gland, Rolle, et Allaman.
  • Pour Gland, Rolle, Allaman et Renens : 2 trains RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Lausanne : 6 trains par heure, dont 2 trains sans arrêt (1 IC et 1 IR), 2 InterRegio (IR) avec arrêts à Nyon et Morges et 2 RegioExpress (RE) avec arrêts à Coppet, Nyon, Gland, Rolle, Allaman, Morges et Renens.
  • Pour Vevey: 3 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) avec arrêts à Nyon, Morges et Lausanne et 1 RegioExpress (RE) avec arrêts à Coppet, Nyon, Gland, Rolle, Allaman, Morges, Renens et Lausanne.
  • Pour Montreux, Aigle, et le Valais: 2 InterRegio (IR) par heure.
  • Pour Palézieux et Romont : 1 RegioExpress (RE) par heure.Pour Fribourg et Berne: 2 trains par heure, dont 1 InterCity (IC) et 1 InterRegio (IR) avec arrêt à Lausanne.
  • Pour Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Bienne, Bâle/Zurich : 1 ICN par heure.

Au départ de Versoix

  • Pour Genève : 2 trains régionaux par heure avec arrêts à Creux-de-Genthod, Genthod-Bellevue, Les Tuileries, Chambésy, Genève-Sécheron, Genève et Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Coppet : 2 trains régionaux par heure avec arrêts à Pont-Céard, Mies et Tannay. Ces trains sont en correspondance à Coppet avec les RE pour Nyon, Rolle, Allaman, Morges, Renens, Lausanne, Palézieux, Romont, Vevey.

Au départ de Coppet

  • Pour Genève : 4 trains par heure, dont 2 RegioExpress (RE) directs donnant correspondance à Genève pour Genève-Aéroport et 2 trains régionaux avec arrêts à Tannay, Mies, Pont-Céard, Versoix, Creux-de-Genthod, Genthod-Bellevue, Les Tuileries, Chambésy et Genève-Sécheron, Genève et Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Nyon, Gland, Rolle, Allaman, Morges, Renens et Lausanne : 2 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Palézieux, Romont ou Vevey : 1 RegioExpress (RE) par heure.

Au départ de Nyon

  • Pour Genève-Aéroport : 4 connections par heure, dont 2 directes avec l’InterRegio (IR) et 2 en changeant de train à Genève.
  • Pour Genève : 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) sans arrêt et 2 RegioExpress (RE) avec arrêt à Coppet et correspondance avec le train régional vers Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Morges et Lausanne : 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) et 2 RegioExpress (RE) avec arrêts à Gland, Rolle, Allaman, Morges, Renens et Lausanne.
  • Pour Palézieux et Romont : 1 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Vevey : 3 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) avec arrêts à Morges et Lausanne et 1 RegioExpress (RE) avec arrêts à Gland, Rolle, Allaman, Morges, Renens et Lausanne.
  • Pour Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Bienne, Bâle/Zurich: 3 ICN tôt le matin et 1 le soir. Le reste de la journée, correspondance à Lausanne.

Au départ de Gland

  • Pour Nyon, Coppet, Genève : 2 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Genève pour Genève-Aéroport. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Rolle, Allaman, Morges, Renens et Lausanne : 2 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Palézieux, Romont et Vevey: 1 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour le Chablais et le Valais: 2 connections chaque heure avec changement de train à Lausanne.

Au départ de Rolle

  • Pour Gland, Nyon, Coppet, Genève : 2 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Genève pour Genève-Aéroport. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Allaman, Morges, Renens, Lausanne: 2 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Palézieux, Romont et Vevey: 1 RegioExpress (RE) par heure.

Au départ d’Allaman

  • Pour Rolle, Gland, Nyon, Coppet et Genève : 2 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Genève pour Genève-Aéroport. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Morges, Renens, Lausanne : 4 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S3 et S4).
  • Pour Vevey : 2 trains par heure dont 1 RegioExpress (RE) et 1 train du RER Vaud (ligne S3).
  • Pour Palézieux: 2 trains par heure dont 1 RegioExpress (RE) et 1 train du RER Vaud (ligne S4).
  • Pour Romont : 1 RegioExpress (RE) par heure.

Au départ de Morges

  • Pour Genève-Aéroport : 4 connections par heure, dont 2 directes avec l’InterRegio (IR) et 2 en changeant de train à Genève.
  • Pour Nyon, Genève et Genève-Aéroport : 2 InterRegio (IR) par heure.
  • Pour Allaman, Rolle, Gland, Nyon, Coppet et Genève: 2 RegioExpress (RE). Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Lausanne : 6 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) direct, 2 RegioExpress (RE) avec arrêt à Renens et 2 trains du RER Vaud (lignes S3 et S4).
  • Pour Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, Bienne, Bâle/Zurich: 3 ICN tôt le matin et 1 le soir. Le reste de la journée, correspondances à Lausanne.
  • Pour Yverdon-les-Bains, RegioExpress (RE) supplémentaires durant la journée, pour répondre notamment aux besoins des étudiants des hautes écoles nord-vaudoises.
  • Pour Vevey : 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR), 1 RegioExpress (RE) et 1 train du RER Vaud (ligne S3).
  • Pour Palézieux: 2 trains par heure dont 1 RegioExpress (RE) et 1 train du RER Vaud par heure (ligne S4).
  • Pour Romont: 1 RegioExpress (RE) par heure.

Au départ de Renens

  • Pour Rolle, Gland, Nyon, Coppet et Genève : 2 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Genève pour Genève-Aéroport. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Lausanne : 7 trains par heure, dont 2 RegioExpress (RE) et 5 trains du RER Vaud(lignes S1, S2, S3, S4 et S11).
  • Pour Morges et Allaman : 4 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S3 et S4).
  • Pour Palézieux: 3 trains par heure dont 1 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S2 et S4).
  • Pour Romont: 1 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Vevey: 3 trains par heure dont 1 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S1 et S3). Une connection supplémentaire est possible chaque heure en changeant de train à Lausanne.
  • Pour Montreux: 2 trains du RER Vaud par heure (lignes S1 et S3). Des connections supplémentaires sont possibles avec changement à Lausanne.
  • Pour Aigle et le Valais: 2 connections chaque heure avec changement de train à Lausanne.

Au départ de Lausanne

  • Pour Genève : 6 trains par heure, dont 2 trains sans arrêt (1 IR et 1 IC), 2 InterRegio (IR) avec arrêts à Morges et Nyon et 2 RegioExpress (RE) avec arrêts à Renens, Morges, Allaman, Rolle, Gland, Nyon et Coppet. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Genève-Aéroport : 4 trains par heure, dont 2 avec arrêt à Genève et 2 avec arrêts à Morges et à Nyon et Genève.
  • Pour Nyon : 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) avec arrêt à Morges et 2 RegioExpress (RE) avec arrêts à Renens, Morges, Allaman, Rolle et Gland.
  • Pour Rolle, Gland, Coppet : 2 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Allaman : 4 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S3 et S4).
  • Pour Morges : 6 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) sans arrêt, 2 RegioExpress (RE) avec arrêt à Renens et 2 trains du RER Vaud (lignes S3 et S4).
  • Pour Renens : 7 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) et 5 trains du RER Vaud. (lignes S1, S2, S3, S4 et S11)
  • Pour Palézieux: 4 trains par heure, dont 1 RegioExpress (RE) direct et 3 trains régionaux (lignes S2, S4, et S21).
  • Pour Romont : 1 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Fribourg et Berne : 2 trains directs par heure (1 IR et 1 IC).
  • Pour Vevey : 5 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) et 1 RegioExpress (RE) directs et 2 trains du RER Vaud (lignes S1et S3).
  • Pour Montreux: 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) et 2 trains du RER Vaud (lignes S1 et S3).
  • Pour Aigle et le Valais : 2 InterRegio (IR) par heure.
  • Pour Bex et Saint-Maurice: 1 InterRegio (IR) par heure.

Au départ de Vevey

  • Pour Lausanne : 5 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR) et 1 RegioExpress (RE) directs et 2 trains du RER Vaud (lignes S1 et S3).
  • Pour Renens et Allaman : 3 trains par heure, dont 1 RegioExpress (RE) et 2 trains du RER Vaud (lignes S1 et S3).
  • Pour Morges : 4 trains par heure, dont 2 InterRegio (IR), 1 RegioExpress (RE) et 1 train du RER Vaud (ligne S3).
  • Pour Rolle, Gland, Coppet : 1 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Nyon et Genève : 3 trains par heure dont 2 InterRegio (IR) et 1 RegioExpress (RE).
  • Pour Genève-Aéroport : 2 InterRegio (IR) par heure.

Au départ d’Yverdon-les-Bains

  • Pour Genève et Genève-Aéroport : 1 InterCity-pendulaire (ICN) chaque heure, sans arrêt.
  • Pour Morges et Nyon : 2 ICN tôt le matin et le soir. Le reste de la journée, correspondance à Lausanne.
  • Pour Morges depuis Yverdon-les-Bains : RegioExpress (RE) supplémentaires aux heures de pointe, pour répondre notamment aux besoins des étudiants des hautes écoles nord-vaudoises.

Au départ de Bienne et Neuchâtel

  • Pour Genève et Genève-Aéroport : 1 ICN chaque heure, sans arrêt entre Yverdon-les-Bains et Genève.
  • Pour Morges et Nyon : 2 ICN tôt le matin et 4 le soir. Le reste de la journée, correspondance à Lausanne.

Au départ de Palézieux

  • Pour Lausanne : 4 trains par heure, dont 1 RegioExpress (RE) direct et 3 trains du RER Vaud (lignes S21, S2 et S4).
  • Pour Renens, Morges, Allaman, Rolle, Gland, Nyon, Coppet : 1 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Genève : 2 connections par heure, dont 1 RegioExpress direct et un train du RER Vaud (ligne S21), donnant correspondance à Lausanne sur l’InterCity (IC) sans arrêt jusqu’à Genève.
  • Pour Genève-Aéroport : 1 correspondance par heure à Lausanne entre un train du RER Vaud (ligne S21) et l’InterCity (IC) sans arrêt jusqu’à Genève.
  • Pour Romont : 2 RegioExpress (RE) par heure, dont 1 du RER Fribourg¦Freiburg.
  • Pour Fribourg et Berne: 1 RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg par heure.

Au départ de Romont

  • Pour Palézieux : 2 RegioExpress (RE) par heure.
  • Pour Lausanne, Renens, Morges, Allaman, Rolle, Gland, Nyon, Coppet, Genève : 1 RegioExpress (RE) par heure. Correspondance à Genève pour Genève-Aéroport. Correspondance à Coppet avec le train régional pour Versoix, Genève, Lancy-Pont-Rouge.
  • Pour Fribourg : 3 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg sans arrêt et un train régional.
  • Pour Berne : 2 connections par heure dont un 1 RegioExpress (RE) direct du RER Fribourg¦Freiburg et un train avec changement à Fribourg.

Au départ de Fribourg

  • Pour Lausanne, Genève et Genève-Aéroport: 2 trains par heure sans arrêt, dont 1 InterCity (IC) et 1 InterRegio (IR).
  • Pour Romont : 3 trains par heure dont 2 RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg sans arrêt et un train régional.
  • Pour Bulle : 2 trains RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg par heure, sans arrêt entre Fribourg et Romont.
  • Pour Palézieux : 1 RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg par heure avec arrêt à Romont.

Au départ de Berne

  • Pour Lausanne, Genève et Genève-Aéroport : 2 trains par heure sans arrêt entre Fribourg et Lausanne, dont 1 InterCity (IC) et 1 InterRegio (IR).
  • Pour Romont et Bulle : 2 connections par heure dont un 1 RegioExpress (RE) direct du RER Fribourg¦Freiburg et un train avec changement à Fribourg.
  • Pour Palézieux : 1 RegioExpress (RE) du RER Fribourg¦Freiburg par heure, avec arrêts à Fribourg et Romont.

Posted in ARDSL, CFF, Genève, Matériel, Service 2013, Suisse, Valais, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dijon : le réseau change de bus change à compter du 2 septembre

Posted by ardsl sur 31 août 2012

Dès le 2 septembre, les lignes de bus de l’agglomération dijonnaise s’adapteront à la mise en service de la ligne de tramway T1 (gare de Dijon vers Quetigny). Puis, en décembre, les dernières modifications entreront en vigueur alors que la T2 sera inaugurée à son tour (Chenôve vers Valmy).

Découvrez le nouveau réseau Divia “bus + tram” ainsi que les principaux changements à venir.

La place de la République devient un “nœud”

Avec la mise en place du nouveau réseau, République s’apprête à accueillir, à compter du 8 décembre, un croisement stratégique : celui des deux lignes de tramway T1 et T2. Dès ce week-end, le passage du tram T1, de la navette ­Diviaciti qui dessert gratuitement le centre-ville et des Lianes 3 et 6 font de cette place située au nord de l’hypercentre le principal nœud d’échanges du système de transports publics. Darcy sera également un pôle de correspondances majeur, à proximité immédiate de l’hypercentre-ville dijonnais.

Les bus ne passent plus rue des Forges, rue de la Liberté, rue Berbisey

C’est une des grandes nouveautés : ces rues du centre-ville sont désormais dédiées à la circulation des piétons. Les travaux d’aménagement de la rue de la Liberté en plateau piétonnier débuteront entre les 3 et 4 septembre, pour s’achever début mai 2013 (entre-temps, une longue “trêve des confiseurs” s’étalera de mi-octobre à mi-février).

La rue de Verdun et le boulevard de Gray ne sont plus desservis

En effet, les Lianes 3 et 6 ne circulent plus dans le secteur. « Cependant, les stations “République” et “Auditorium”, desservies par les trams T1 et T2, ne sont pas très éloignées, de même que le nouvel arrêt de bus des Lianes 3 et 6, “Lycée Carnot”, localisé sur le boulevard Thiers », souligne-t-on chez Divia.

La gare, vitrine de l’intermodalité

Tramway, bus et vélo… Tous les modes de déplacements proposés au grand public par Divia en gare de Dijon viennent compléter l’offre nationale (grandes lignes dont TGV), régionale (TER Bourgogne et TER Franche-Comté) et départementale (Transco). Sans compter les taxis, la location de véhicules…

La Liane 2 continue son service jusqu’à l’inauguration du tram T2 en décembre

En attendant l’ouverture commerciale de la deuxième ligne de tramway T2, qui relie Chenôve à Valmy, la Liane 2 est maintenue (tout comme la ligne 22). Sa fréquence est même renforcée.

Précision concernant la rue du Temple

Depuis le moment où le plan a été édité, un petit changement est à noter au niveau de la rue du Temple. En direction de la place Grangier, les Lianes 4 et 5 empruntent bien la rue Michel-Servet, puis la rue du Temple. En quittant la place Grangier, ces mêmes Lianes empruntent la rue du Temple sur toute sa longueur, jusqu’au carrefour avec les rues Audra et Devosge. ­Elles se dirigent ensuite sur cette dernière en direction de la place Darcy. Un couloir de bus a d’ailleurs été aménagé pour faciliter leur circulation.

Télécharger le plan du nouveau réseau Divia au centre ville de Dijon

Posted in Bourgogne | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des modifications en 2013 dans la desserte TGV de Montbard

Posted by ardsl sur 31 août 2012

Des modifications de la desserte TGV de Montbard (5800 habitants, en Côte-d’Or) vont intervenir en décembre 2012 et en avril 2013.

À compter du 9 décembre 2012, le TGV 6706 (actuellement Mulhouse 15h42 – Paris 18h37) s’arrêtera à Montbard à 17h32/34. En conséquence, les dessertes de Mulhouse, Belfort-Montbéliard TGV, Besançon Franche-Comté TGV et Dijon seront avancés de quelques minutes.

À partir du 9 décembre 2012, le TGV 6764/5 (Besançon Viotte 18h34 – Paris 21h07) ne desservira plus Montbard.

À partir du 5 avril 2013, un TGV supplémentaire circulera les vendredis et dimanches soirs entre Paris et Besançon Viotte.  Le départ de Paris devrait se faire à 20h15 ou 20h53. Il desservira Montbard, Dijon et Dole.

(Avec bienpublic.com).

Posted in Bourgogne, Jura, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

3h30 de retard pour le train de nuit Paris – Briançon

Posted by ardsl sur 30 août 2012

Une rame Lunéa

Mercredi 29 août pendant plus de trois heures, les voitures couchettes et la voiture à sièges inclinables du train de nuit Paris – Briançon sont restés bloqués entre deux tunnels à Saint-Martin-de-Queyrières, cinq kilomètres seulement avant la gare de Briançon.

Le train de nuit 5801 (Paris Austerlitz 21h23 – Briançon 8h30) n’est parvenu mercredi 29 août qu’à 12h à son terminus, voie C. Pendant plus de trois heures, les six voitures couchettes et la voiture à sièges inclinables sont restés bloqués entre deux tunnels à Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes), cinq kilomètres seulement avant la gare de Briançon. À l’arrêt forcé pour une panne mécanique le Lunéa parti de Paris Austerlitz mardi 28 août à 21h23 a été dépanné par deux locomotives de remorquage en fin de matinée. À leur arrivée en gare de Briançon, les passagers ont été pris en charge par le personnel SNCF afin de leur expliquer les modalités de remboursement du billet.

(Avec ledauphine.com).

Posted in Alpes du Sud, Retards / Suppressions, SNCF | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Swiss teste des liaisons «low cost» depuis Genève

Posted by ardsl sur 30 août 2012

Depuis mercredi 29 août, la compagnie propose des vols vers Madrid et Nice à partir de 49 francs. Athènes et Prague suivront dès mi-septembre.

Swiss vient marcher sur les plates-bandes genevoises d’Easy Jet. La compagnie aérienne teste deux liaisons «low cost» au départ de Genève en proposant des vols vers Madrid et Nice, révèle le magazine Travel Inside. Cette phase test durera jusqu’au 31 décembre 2012.

Le prix le plus bas proposé se monte à 49 francs pour un aller simple sur les deux destinations. Pour un aller et retour, il faudra débourser 89 francs sur Madrid et 99 francs sur Nice. Le voyage peut être effectué sans date butoir.

« Suite à un sondage mené auprès des passagers, nous avons constaté que ces derniers attendent des prix plus attrayants et davantage de flexibilité« , explique Thomas Benz, Head of Marketing Switzerland. « Telle est la raison du lancement de cette opération. Nous verrons d’ici fin 2012 comment réagira le marché et s’il convient de poursuivre dans cette voie à Genève. »

Dès la mi-septembre, Athènes et Prague seront également proposées à ces tarifs.

La compagnie à la croix blanche entend ainsi contrer la concurrence «low cost», et principalement Easy Jet qui détenait près de 40% de parts de marché à Genève en 2011, contre 15,3% pour Swiss.

(Avec tdg.ch).

Posted in Aéroports, Espagne, Genève, PACA | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux fois plus de bus entre Gex et Genève d’ici 2017

Posted by ardsl sur 30 août 2012

Le Pays de Gex (76000 personnes habitent l’arrondissement de Gex) cherche des solutions pour désengorger ses routes. La ligne F des TPG sera remplacée par un bus plus fréquent et plus rapide.

«Si on ne fait rien, le réseau routier du Pays de Gex sera complètement bouché d’ici 2017», tonne Rachel Mazuir (PS), sénateur et président du Conseil général de l’Ain. L’explosion démographique du secteur engendre des bouchons monstrueux. Particulièrement du côté de Ferney-Voltaire (8200 habitants) où seul le bus F permet de rejoindre le bout du lac. «Pris dans le trafic, il accuse de gros retards aux heures de pointe et il ne respecte plus les horaires indiqués» détaille François Meylan, maire de la commune. Du coup, le Conseil Général met en place une offre renforcée de transport en commun entre Gex (10100 habitants) et Cornavin. Le projet de « Bus à Haut Niveau de Service » (BHNS) lancé jeudi 30 août 2012 par les autorités locales ne verra le jour qu’en 2017. Les usagers auront le choix entre une desserte identique au trajet actuel de la ligne F et une autre qui fera un crochet par Cessy (3900 habitants).

L’offre sera doublée aux heures de pointe et renforcée sur la commune de Ferney-Voltaire. La fréquence du BHNS devrait être d’un bus toutes les 6 minutes entre Ferney-Voltaire et Cornavin et d’un bus toutes les 12 minutes entre Ornex et Cornavin. Aux heures de pointe, le temps de parcours du BHNS devrait la moitié de celui-ci de la ligne F actuelle.

Ainsi, les habitants dans ce secteur auront un transport publique performant, contrairement à la ligne F engluée dans les bouchons de la D1005, qui ne capte que 3% des déplacements entre Gex et Genève.

Autre élément important, les véhicules rouleront sur une voie propre afin que les temps de parcours soient respectés. Il s’agira donc de créer du site propre là où c’est possible et nécessaire pour gagner du temps. Ailleurs, comme à Ornex, de donner la priorité au BHNS aux feux de signalisation sur les files d’automobiles fumantes… Tout en soignant les quelques points noirs comme le tunnel sous l’aéroport.

Participation suisse

Le projet coûtera la modique somme de 40,6 millions d’euros. Une participation de la Confédération helvétique d’environ 35% devrait suivre et de 32,5% pour le canton de Genève. «Comme il s’agit d’un projet à l’étude, on ne connaîtra précisément la participation suisse qu’en 2015» précise Rachel Mazuir. L’addition reste moins élevée que la solution du tramway un temps envisagée sur le secteur Ferney-VoltBaire – Gex. «Cette possibilité a été écartée car bien trop coûteuse et largement au-dessus de nos moyens», explique François Meylan. Certains estiment pourtant que cette option ne peut être que transitoire. «C’est un bon moyen de répondre à la demande de mobilité des habitants, mais ponctuel. Je suis certain qu’en 2020 on y reviendra» déclare Bernard Gaud, président l’Association régionale de coopération du Genevois (ARC).

Quoi qu’il en soit, la consultation est lancée jusque début octobre. Si tout va bien, les travaux démarreront en 2015 pour une mise en service en 2017.

Le Conseil général de l’Ain sera le maître d’ouvrage du BHNS.

Tramway CERN – Saint-Genis-Pouilly

Outre l’avant projet de Bus à Haut Niveau de Performance, un contrat d’axe a également été signé jeudi 30 août pour le tramway entre le CERN et le centre de Saint-Genis-Pouilly (8800 habitants). Celui-ci a également vocation a être mis en service en 2017.

(Avec tdg.ch et Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ain, Genève, Service 2017 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :