ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Guillaume Pépy et la dette ferroviaire

Posted by ardsl sur 24 août 2012

Jusqu’à présent, il était communément admis que si RFF et SNCF étaient réunifiés, alors la dette planquée sous le tapis de RFF en 1997 pour éviter à SNCF d’imploser serait requalifiée en dette d’État. Soit 30 milliards d’euros. Certes, ce n’est pas grand-chose par rapport à la dette totale de l’État français, qui dépasse les 1600 milliards d’euros. Mais ce n’est pas exactement le moment le mieux choisi pour en rajouter, et cela semblait régler, jusqu’ici, la question : il était exclu de réunifier les deux frères ennemis.

Or, Guillaume Pépy, président de SNCF, défend une approche habile. « La question de la gouvernance n’a rien à voir avec la question de la dette. La dette du système ferroviaire est de nature parapublique. Donc qu’elle soit ici ou là, cela ne changera pas grand chose« , explique-t-il. Bruxelles aurait vraisemblablement à y redire, mais une ligne de défense commence à se dessiner.

Car Bruxelles, Pépy en fait son affaire :  « notre dette est soutenable si nous l’empêchons de croître et si nous en payons les intérêts rubis sur l’ongle. Nous pouvons le faire, à condition d’étaler un peu les dépenses et de ne plus rien financer par de la dette ». Sous-entendu : les travaux mettront un peu plus de temps, et les nouvelles lignes à grande vitesse les plus controversées seront certainement annulées.

Le patron de SNCF a trouvé des alliés pour défendre sa position, purement industrielle et non pas politique : « si les grands opérateurs que sont SNCF, DB et Trenitalia, ainsi que leurs pays la France, l’Allemagne et l’Italie disent à Bruxelles : oui au règlement de la dette, oui au financement sain, oui à la concurrence, mais lâchez-nous sur l’organisation de la gouvernance, alors la Commission pourra peut-être lâcher du lest ».

(Avec challenges.fr).

Publicités

Une Réponse to “Guillaume Pépy et la dette ferroviaire”

  1. […] Jusqu'à présent, il était communément admis que si RFF et SNCF étaient réunifiés, alors la dette planquée sous le tapis de RFF en 1997 pour éviter à SNCF d'imploser serait requalifiée en dette d'État.  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :