ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Le Conseil d’État neuchâtelois monte au créneau pour défendre le TransRun

Posted by ardsl sur 27 août 2012

Le Conseil d’État neuchâtelois a réaffirmé lundi 27 août sa foi dans le projet de TransRun qui doit relier le haut et le bas du canton et qui sera soumis à la volonté populaire le 23 septembre prochain. Un « non » serait synonyme de marginalisation, selon les autorités.

Pour le Conseil d’État neuchâtelois, l’avenir du canton va se jouer lors de la votation sur le TransRun. Au complet, il a rappelé lundi 27 août que le canton avait les moyens de réaliser ce projet et qu’en cas de refus, il n’y aurait pas de plan B.

« Investissement rentable »

« Il est possible financièrement de se payer le RER« , a martelé le président du gouvernement Philippe Gnaegi.

« Il ne s’agit pas d’un sacrifice mais d’un investissement économique rentable« , a ajouté le conseiller d’État alors que la campagne gagne en intensité à moins d’un mois du scrutin.

Pour le Conseil d’État, un « non » le 23 septembre se traduirait par une marginalisation de Neuchâtel par rapport aux autres cantons de Suisse. Le conseiller d’État Claude Nicati a expliqué qu’en cas de refus, ce serait la stupéfaction des partenaires de l’État et des cantons voisins.

Rassurer les citoyens

Lors de cette ultime conférence de presse sur le TransRun, le Conseil d’État s’est donc employé à rassurer les citoyens inquiets des coûts du projet. « Il n’y aura pas d’augmentation des coûts de fonctionnement et il n’y aura aucune surprise« , a affirmé Claude Nicati qualifiant de « pétard mouillé » les déclarations de quatre députés soupçonnant l’exécutif de cacher des documents sur le financement.

Le TransRun en bref

Le TransRun consiste en la réalisation d’une liaison ferroviaire essentiellement souterraine entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

Avec cette sorte de métro, le temps de parcours serait réduit de moitié par rapport à aujourd’hui pour s’établir à 14 minutes. Ce gain de temps se répercuterait sur les liaisons avec d’autres villes.

Le coût du TransRun s’élève à 919 millions de francs, dont 830 millions pour la liaison rapide. Avec les contributions fédérales, et en particulier la participation de 241 millions des CFF, le coût à la charge du canton (60%) et des communes (40%) passerait de 919 à 560 millions.

Ce réseau pourrait voir le jour à l’horizon 2022.

(Avec ATS et rtsinfo.ch).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :