ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Les élus grenoblois rêvent toujours d’une liaison par câble avec le Vercors

Posted by ardsl sur 3 septembre 2012

Lancé le 19 mars 2012 par Marc Baïetto, président de la Métro, le projet de transport par câble Grenoble – Vercors peut se résumer ainsi : une télécabine reliant Fontaine à Lans-en-Vercors avec une station intermédiaire à Saint-Nizier-du-Moucherotte (4,5 km + 5,5 km, soit 10 km), un trajet réalisé en 29 minutes, un débit de 2400 personnes/heure, un investissement de 40 à 50 millions d’euros assuré pour l’essentiel (environ les deux tiers) par un opérateur privé puisque la Métro souhaite confier cette délégation de service public à un privé ; le prix du ticket à l’unité serait de l’ordre de 4€ à 5€ pour l’aller et de 7€ à 8€ pour l’aller-retour, avec bien sûr des abonnements et des tarifs réduits. La mise en service est espérée pour fin 2014.

Voilà pour les grandes lignes. Le 6 juillet 2012, la Métro a pris une délibération pour lancer plusieurs études, car de nombreuses hypothèses sont possibles et nombre de questions se posent (équipement, coût, montage, fréquentation, liaison avec tout le Vercors, etc). Dans les prochaines semaines, il faudra que la Communauté de communes du massif du Vercors, le Conseil général de l’Isère (qui tous deux participeront au financement) et les communes de Fontaine, Saint-Nizier et Lans-en-Vercors délibèrent pour désigner la Métro comme maître d’ouvrage de ce projet. Fin octobre, la Métro devrait choisir un assistant à maîtrise d’ouvrage, car le projet est complexe.

L’appel d’offres pour trouver le partenaire privé pourrait être lancé début 2013, et c’est le candidat retenu qui lancera l’enquête publique. Sachant qu’il faut un an et demi de travaux pour réaliser un telle télécabine, ce dernier pourrait fonctionner fin 2014.

L’exemple de Bolzano

Une délégation d’élus grenoblois s’est rendue à Bolzano fin août 2012. Certes, Bolzano (105000 habitants) n’est pas l’agglomération grenobloise (404000 habitants). Et comparaison n’est pas raison. Mais les similitudes sont telles entre cette ville de l’extrême nord de l’Italie, dans le Tyrol du sud, enserrée dans les montagnes et reliée au plateau du Renon par un tout nouveau téléphérique (montant donc de 273 mètres à 1221 mètres d’altitude), et l’agglomération grenobloise qui rêve d’un transport par câble reliant Fontaine à Lans-en-Vercors (de 202 mètres à 1012 mètres d’altitude), que les élus isérois sont revenus gonflés à bloc de leur périple italien.

En 2009, la province du Haut-Adige a mis en service ce nouveau téléphérique, très performant, confortable et silencieux, pour remplacer une vieille télécabine monocâble en fin de vie, dont la fréquentation plafonnait alors à 300000 voyages par an.

Les responsables politiques de Bolzano tablaient, avec la nouvelle infrastructure, sur une hausse de fréquentation allant jusqu’à 500000 voyages par an. Or, trois ans après sa mise en service, le téléphérique de Bolzano dépasse les 900000 voyages par an, et le succès est tel, notamment vis-à-vis des touristes, qu’on vient de passer le prix de l’aller-retour de 6,50€ à 10€ pour contenir cet afflux de touriste, afin que la population du plateau du Renon (7000 habitants et une forte activité touristico-économique, avec 3000 lits touristiques et deux zones artisanales) ne soit pas “dépossédée” de cet exceptionnel outil d’aménagement du territoire.  Les habitants de Renon et Bolzano bénéficient d’abonnements à prix réduits.

Entre 2009 et 2012, le secteur touristique a vu son activité augmenter de 30% sur le plateau du Renon, grâce au nouveau téléphérique. Les habitants du plateau comme ceux de la ville sont ravis, les touristes aussi.

En bas, les cabines passent à ras des immeubles, devant les balcons, sans que quiconque y trouver matière à faire la révolution. En haut, la station d’arrivée est entourée d’hôtels, de restaurants et d’habitations. Et dès qu’on débarque de la cabine, on peut sauter dans un petit train qui parcourt le plateau.

Inutile de préciser que les élus isérois, et en particulier ceux du Vercors, sont revenus de Bolzano avec des rêves pleins la tête.

Reste aux élus du Vercors à convaincre leurs collègues de Saint-Nizier, et à la majorité de gauche de la Métro à convaincre ses 8 élus (dont 7 communistes) qui se sont abstenus en juillet. Un désaveu qui, s’agissant d’un dossier aussi sensible et novateur porté par le président de la Métro, fait forcément un peu tache …

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Publicités

Une Réponse to “Les élus grenoblois rêvent toujours d’une liaison par câble avec le Vercors”

  1. Bernard said

    Bien sûr, les élus sont enthousiasmés par ce mode de transport : mais le coût du projet et la capacité limitée des bennes arriveront-ils à endiguer la circulation automobile qui augmente d’année en année ? Ces élus défendraient-ils le projet de rétablissement de la voie ferrée qui reliait Grenoble à Villard-de-Lans jusqu’en 1939 et Saint-Nizier jusqu’en 1949 (la plateforme existe encore !) ? En complément de Bolzano, je leur suggère de faire une visite en Suisse, sur le Nyon – Saint-Cergue, le BAM (Bière Apple Morges) et le LEB (Lausanne Echallens Bercher) : les Vaudois ont su moderniser ces voies métriques qui connaissent une grande fréquentation tant pour les pendulaires que pour les touristes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :