ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 19 septembre 2012

Les élus locaux défendent le projet de LGV Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

L’association TGV Grand Centre Auvergne a tenu son assemblée générale, vendredi 14 septembre à Vierzon.

Le projet va se faire. C’est ce qu’assure Rémy Pointereau, sénateur UMP du Cher et président de l’association TGV Grand Centre Auvergne. Au cours de l’assemblée générale de l’association, vendredi 14 septembre, à Vierzon, il l’a redit et le directeur du projet à Réseau Ferré de France (RFF), Thomas Allary, ne l’a pas démenti.

« Touche pas à mon POCL »

L’association qui compte 700 membres et qui réunit des élus de droite et de gauche, y croit ferme . « Le débat public a été le plus important après celui sur le Grand Paris et il a débouché sur un consensus fort, ce qui est rare », a insisté Rémy Pointereau. Le maire socialiste de Nevers a ajouté que « ce projet ne peut que contribuer à la croissance ». Et Thomas Allary a souligné que « malgré le contexte économique, RFF – en concertation avec l’État – a décidé de poursuivre les études ». Certes, c’était l’ancien gouvernement, et puisque le « nouveau a décidé de hiérarchiser les projets, et c’est à nous d’agir pour que le projet POCL soit retenu », a ajouté Rémy Pointereau.

L’association va lancer une pétition intitulée Touche pas à mon POCL pour maintenir la mobilisation. Elle va aussi poursuivre son lobbying auprès des nouveaux ministres, « notamment sur les thèmes de l’égalité des chances et des territoires, puisqu’il existe maintenant un ministère pour cela », et auprès de l’Union Européenne « où l’on pourrait bénéficier de 3 milliards d’euros ».

Courant octobre, le nouveau préfet coordinateur va réunir le nouveau comité de pilotage, dans lequel l’association souhaite entrer. Les études complémentaires dureront un an (pour un montant de 3M€ payé par les Régions, l’État et RFF) pendant lequel sera organisée une concertation. « L’été prochain, on connaîtra le résultat des études et, après 2013, on peut envisager l’enquête publique », espérait Rémy Pointereau.

Vendredi 14 septembre, le sénateur-maire de Châteauroux, Jean-François Mayet, s’est demandé « pourquoi on intègre le scénario médian dans ces études alors que le consensus portait sur le seul scénario Ouest ?», tandis que le président de l’agglomération de Bourges a souhaité que « l’avenir du Poitiers – Limoges, d’une part, et l’apport voyageurs du POLT soient enfin intégrés dans l’étude économique du POCL ».

Il faudra attendre les arbitrages gouvernementaux pour parier plus sûrement sur l’avenir du projet.

(Avec La Nouvelle République).

Posted in Associations, Auvergne, Bourgogne, Loire, Rhône | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TER à 1€ : test concluant sur la ligne Perpignan – Villefranche-de-Conflent

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Mis en place le 17 décembre 2011, la ligne TER à 1€ entre Villefranche-de-Conflent et Perpignan a été une belle réussite pour ce qui est de la fréquentation.

En juillet 2012, l’opération initiée par la Région Languedoc-Roussillon a réussi à séduire 18125 voyageurs, soit + 230% de fréquentation de plus par rapport à juillet 2011 avec les anciens tarifs. Du 1er janvier au 30 juin 2012, ils ont été 81804 à effectuer ce trajet en train contre 22846 entre le 1er janvier et le 30 juin 2011.

Selon la Région Languedoc-Roussillon, la promesse de la généralisation du tarif à 1€ sur l’ensemble du réseau TER du Languedoc-Roussillon est « toujours d’actualité surtout avec les très bons chiffres en terme de fréquentation sur les quatre lignes ouvertes dans toute la Région. Nous voulions tester une ligne par département avant la mise en place du tarif unique. En décembre, ce sera au tour de l’Hérault. Nous poursuivons les négociations avec la SNCF. Mais il faut savoir que c’est une mesure que les habitants du Languedoc-Roussillon attendent surtout en cette période de crise du pouvoir d’achat et de hausse du prix du carburant« .

(Avec L’Indépendant).

Posted in Fréquentation, Languedoc-Roussillon, Tarification | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Alstom présente sa nouvelle version du transport ferroviaire au salon de Berlin

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Photo : Edmond Luca.

InnoTrans, le salon mondial du ferroviaire, a ouvert ses portes mardi 18 septembre à Berlin. Alstom présente sur voies, le Citadis Dualis ainsi que le Coradia Nordic. Jérôme Wallut, directeur général d’Alstom Transport, affirme que l’usine de Belfort a de beaux jours devant elle, avec un plan d’embauches et des perspectives commerciales.

Même si Alstom mise aujourd’hui sur les trains urbains et de banlieue, elle ne néglige pas pour autant les locomotives et la grande vitesse. Les visiteurs d’InnoTrans, plus grand salon mondial de l’industrie ferroviaire, auront l’occasion de découvrir la gamme complète des produits, systèmes et équipements d’Alstom, à travers une maquette de grande taille où tous les trains du constructeur français circulent.

Il est également possible de découvrir en avant-première une nouvelle vision du transport ferroviaire grâce à un film en 3D qui présente le tout dernier Citadis Compact. Ce tramway a été spécialement conçu pour les villes moyennes.

Pour sa part Jérôme Wallut, directeur général d’Alstom transports France s’est dit heureux de voir que les autorités françaises et notamment les ministres s’intéressent au ferroviaire. Mardi 18 septembre, il a reçu le ministre des Transports Frédéric Cuvillier et lui a présenté le Citadis Dualis, nouveau matériel roulant d’Alstom.

Les Régions Pays-de-la-Loire et Rhône-Alpes ont acheté plusieurs dizaines de Citadis Dualis. Ce nouveau matériel sera d’ailleurs inauguré samedi 22 septembre entre Lyon et Sain-Bel. De plus, une commande pour l’Île de France, qui concerne le contournement de Paris vient d’être effectuée. « Le tram-train, c’est l’innovation qui permettra d’offrir des transports publics avec un meilleur coût, moins cher que les TER et qui représente 30% d’économie sur les coûts de maintenance. Et ce matériel est électrique donc moins polluant», affirme Jérôme Wallut. « Quand un bus est rempli de passagers il faut un deuxième bus, donc un deuxième chauffeur », observe-t-il.

« La logique d’Alstom est de développer des solutions qui améliorent l’économie du système ferroviaire, comme c’est le cas à Belfort avec les TGV Euro Duplex. Sur les deux niveaux, on met 20 à 30% de passagers en plus », ajoute le directeur général d’Alstom Transport.

« L’ouverture de la ligne LGV Rhin-Rhône a permis de mettre en exploitation des TGV de Marseille à Francfort. C’est le seul train interopérable qui passe les frontières, et c’est un TGV français fabriqué à Belfort qui porte le drapeau tricolore en Allemagne, et demain en Espagne à Barcelone et à Madrid. Cocorico », se félicite le directeur général.

« À Belfort, le plan de charge est assez contrasté, mais on embauche comme jamais nous ne l’avons fait depuis de nombreuses années », souligne Jérôme Wallut. « C’est grâce à notre savoir-faire des locomotives qui a permis de décrocher de gros contrats à l’export, malgré l’arrêt de fabrication des locomotives pour la SNCF, (puisque la 200e a été livrée fin juin). Alstom Transport Belfort a relevé la tête. La Prima II, en cours d’homologation va rouler pour les corridors de fret européen. Cette locomotive a de beaux jours devant elle. À la fin du mois, nous allons tester la Prima II, avec un train de 800 tonnes, sous la Manche. On y croit à l’avenir de cette locomotive. »

Quant au TGV, le directeur général parle du renouvellement du parc de la SNCF, car les TGV Sud-Est et ceux de l’Atlantique sont en fin de vie. On parle de 200 rames. Actuellement, Belfort produit 12 TGV par an, mais une augmentation de la cadence est envisageable.

Alstom va embaucher prés d’une centaine de salariés, ce qui représente 10% de l’effectif belfortain. 50 ingénieurs, achats et qualité, et une dizaine de salariés pour la production sont arrivés au sein de l’entreprise depuis le début de l’année.

Alstom Belfort a trouvé une bonne vitesse de croisière. Il y a trois ans, ses responsables n’auraient pas parié sur ce succès.

(Avec Le Pays).

Posted in Matériel, Ouest Lyonnais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nominations au sein de SNCF Voyages

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Jean-Yves Leclercq a été nommé, au 1er septembre 2012, Directeur Europe & Développement International de la branche SNCF Voyages. Gwendoline Cazenave lui succède à la Direction Finance Stratégie Juridique.

Jean-Yves Leclercq (43 ans, ÉNS, ÉNSAE) succède à Frank Bernard, il sera en charge du pilotage et du développement des activités européennes de transport ferroviaire à grande vitesse de SNCF. Il quitte le poste de directeur de la Direction Finance Stratégie Juridique à SNCF Voyages qu’il occupait depuis septembre 2008. Durant quatre ans, il a conduit la transformation du pilotage économique de la branche avec notamment la mise en place des axes TGV et a engagé la refonte de son modèle économique.

Frank Bernard, a passé six ans à la tête de la Direction Europe et Développement International, où il a apporté à la branche une forte croissance sur ce périmètre et une présence plus structurée, tout en développant des partenariats européens rentables et en prenant des participations voire en exploitant en direct des dessertes internationales. Il va désormais se consacrer au pilotage de grands projets internationaux.

Gwendoline Cazenave est nommée, depuis le 3 septembre, directrice de la Direction Finance Stratégie Juridique en remplacement de Jean-Yves Leclercq. Pour ses nouvelles fonctions, elle s’appuiera sur différentes expériences menées notamment comme Directrice Déléguée TER de la région Bretagne puis en qualité de Directrice de la Stratégie de la Branche Proximités.

(Source : deplacementspros.com).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Des espaces de travail en gares de Berne pour le printemps 2013 et de Genève pour le printemps 2014

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

En Suisse, les voyageurs d’affaires vont pouvoir travailler tout en attendant leur train à partir du printemps 2013.

Dans le cadre d’un partenariat avec Regus, les CFF ouvriront des espaces de travail, salles de réunions et bureaux temporaires – appelés SBB Businesspoints – dans les gares de Berne et de Genève. Les CFF sont l’unique exploitant et propriétaire, Regus fournira la technologie et l’expertise du marché.

Le Businesspoint SBB de Berne ouvrira au printemps 2013 et celui de Genève, environ un an plus tard. Ces centres offriront toute une gamme de salles de réunion, de bureaux et d’espaces de travail – tous pouvant être réservés dans un délai très court et en toute flexibilité. Les salles de réunion sont équipées d’une technologie de pointe et peuvent accueillir jusqu’à 36 personnes. Les centres seront également équipés de Coffeepoints, où les voyageurs pourront patienter avant leur réunion, faire une pause ou discuter. Ils seront également accessibles aux titulaires des cartes Businessworld de Regus.

Ces nouveaux espaces rentrent dans la politique des CFF d’amélioration des services pour les voyageurs d’affaires. Elle a ainsi installé dans plus de 75% des wagons des prises électriques. Un réseau WLAN est disponible dans 75 wagons de première classe et dans 31 gares ferroviaires principales. De plus d’ici fin 2014, toutes les rames longues distances seront équipées d’amplificateurs de signaux 3G afin d’améliorer la réception des téléphones mobiles.

(Avec deplacementspros.com).

Posted in CFF, Genève, Suisse | Tagué: , , , | Leave a Comment »

SNCF lance un m-billet pour le TGV Pro

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Après avoir créé en début d’année une «business unit» dédiée aux pros, Barbara Dalibard reconnait que le marché du voyage d’affaires est «une cible très importante» qui mérite des services spéciaux pour justifier, au-delà de leur flexibilité, le niveau des billets «pros». Elle lance mercredi 19 septembre le m-ticket, billet directement affichable sur les smartphones.

TGV Pro renforce son offre avec pour objectif de « faire gagner du temps » à la clientèle des voyageurs d’affaires. La nouvelle application disponible à partir de mercredi 19 septembre permet d’échanger son e-billet sur son mobile aux tarifs pro en 1ère et 2nde classe mais aussi de passer au m-billet, accessible directement sur le téléphone portable (iPhone, Blackberry et Android). La formule permet de stocker directement le e-billet sur le smartphone avec un contrôle direct du téléphone par le contrôleur. Le m-billet est notamment disponible pour l’heure sur certaines destinations :

  • Paris – Lyon
  • Paris – Aix-en-Provence TGV
  • Paris – Marseille
  • Paris – Montpellier
  • Paris – Nîmes
  • Paris – Avignon TGV
  • Paris – Valence TGV
  • Paris – Clermont-Ferrand
  • Paris – Nevers
  • Paris – Milan.

Le m-Billet s’accompagne d’un nouveau service d’indication de la voie du train directement sur le smartphone du voyageur avant le départ.

Les pros, une cible privilégiée

L’annonce de la mise en place de ce m-billet s’est fait à l’occasion du salon professionnel du tourisme, l’IFTM Top Resa. Le marché est essentiel pour les agences de voyage puisque 85% de la billetterie SNCF qu’elles réalisent est professionnelle. Ces agences représentant 19% de la distribution de la compagnie ferroviaire (1,3 milliards d’euros, projection 2012), on peut ainsi estimer sans beaucoup se tromper que le marché pro vaut au moins 85% de ce montant soit environ 1,1 milliards d’euros. Sans compter les achats directs des voyageurs d’affaires en gare ou sur Internet. Une paille. De quoi justifier les efforts annoncés sur cette «cible» par Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages qui, après avoir créé un groupe de travail dédié au début de l’année, compte exploiter ce «champ de développement marketing produit». Pour l’heure, 71% des clients des agences de voyage prennent du tarif pro, parce qu’il correspond en fréquence et en flexibilité à leurs besoins. Mais la tendance est en très légère baisse en 2012 (-1,3%) et SNCF considère que le service doit être à la hauteur du prix pour justifier sa différence. Un effort devrait être fait pour un meilleur accompagnement en gare d’ici a fin de l’année et 2013 devrait marquer le lancement de nouvelles options comme la restauration, qui pourrait devenir disponible sur réservation via mobile. SNCF Voyages envisage par ailleurs l’extension de la garantie voyages pour les pros.

(Avec deplacementspros.com).

Posted in SNCF, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La gare routière d’Avignon va-t-elle enfin être rénovée ?

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

La gare routière d’Avignon est pour le moins inhospitalière.

Dans une lumière glauque qui éclaire à peine la pénombre des quais, Houria attend son car, debout, son sac serré contre elle. Elle a préféré déserter la minable salle d’attente couverte de graffitis, où l’odeur d’urine est intenable. Le local est aéré pourtant, toutes les portes sont cassées ! « Je ne suis jamais rassurée quand je viens ici« , murmure-t-elle. « Et l’hiver, quand il fait nuit à 17 h, c’est encore pire… »

Depuis des années, l’urgent et indispensable chantier de rénovation de la gare routière d’Avignon, qui appartient à la commune, cale sur un problème de financement. Après la menace de la ville d’Avignon en 2009 de fermer l’accès de la gare et des années de tractations, la martingale semblait enfin avoir été trouvée pour boucler un budget estimé à 2,7M€. « Le Conseil général de Vaucluse, qui participe à hauteur de 25 %, prend la maîtrise d’ouvrage du chantier pour débloquer enfin un dossier que personne ne veut vraiment faire avancer« , dénonce Claude Haut, le président du Département. Cinq autres financeurs participent au tour de table : les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône (15 % chacun), la Région PACA (20 %), la ville d’Avignon et le Grand Avignon (12,5 % chacun). Et l’Europe apportera une aide de 700000€.

Mais de nouvelles normes de sécurité risquent d’alourdir la facture et de retarder encore un chantier qui doit démarrer début 2013. « On connaîtra la semaine prochaine les préconisations des commissions de sécurité, qui évoquent entre autres un système de désenfumage, et le surcoût engendré« , précise Marie-Françoise Rozenblit, première adjointe d’Avignon.

L’enfumage, pour Philippe Fernandez, un chauffeur qui dit son exaspération, viendrait plutôt des beaux discours et des vaines promesses : « ça fait plus de sept ans que j’entends parler de ces travaux. Cette gare, c’est une vraie honte. Les passagers ont peur et chaque matin, mes collègues trouvent des excréments devant la porte de leur bureau. Imaginez si un car prend feu là-dedans… Il faut la reconstruire en plein air. Et en attendant, on pourrait quand même remettre un coup de peinture sur les murs et une paire de néons pour qu’on y voie ! »

En filigrane, la question d’un déménagement de la gare routière est aussi évoquée. Intégrée à une refonte complète des transports autour du futur tram. « Si on pense que la rénovation est trop chère et le lieu inapproprié, on peut prendre une autre option. Nous, à la Région, on plaide depuis cinq ans pour que la gare routière soit sur le parvis de la gare SNCF. Il y aurait une cohérence en terme de connexion des transports« , explique Cécile Helle, la conseillère régionale qui admet « l’urgence à agir car la situation est intenable« .

« Si la gare routière doit aller ailleurs, qu’on nous le dise, mais vite. On ne va pas lancer des travaux pour rien« , s’impatiente Claude Haut.

Reste enfin la très épineuse question de la gestion de la gare routière. La ville d’Avignon a décidé de ne plus prendre en charge cet équipement qui lui revient à plus de 150000€ par an. Mais, bien évidemment, personne ne se bouscule pour la remplacer. Ni le Conseil général du Vaucluse, ni l’agglo d’Avignon ne veulent supporter cette charge. « Pour nous, la solution idéale serait pourtant le Grand Avignon« , dit Cécile Helle en lançant un pavé dans la mare. « Ailleurs en PACA, les gares routières sont gérées par les agglos, comme à Aix ou à Marseille. » Sur les travaux comme sur la gestion de la gare, le Grand Avignon reste muet, préférant attendre la réunion prévue la semaine prochaine en préfecture. De nouvelles tractations serrées se dessinent déjà sur l’horizon toujours bouché de la gare routière.

(Avec Midi Libre).

Posted in Provence | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers un déplacement de l’arrêt TER à Marcigny

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

La ligne routière TER Le Creusot TGV – Le Coteau devrait revoir sa feuille de route d’ici à compter du 9 décembre 2012 (date d’application du service 2013).

L’arrêt sur la commune de Saint-Martin-du-Lac (270 habitants) sera vraisemblablement déplacé à Marcigny, commune voisine (qui compte 2000 habitants). L’arrêt devrait être implanté dans la zone industrielle Saint-Nizier.

Les Régions Bourgogne et Rhône-Alpes sont favorables au déplacement de cet arrêt.

La ligne routière TER Le Creusot TGV – Le Coteau dessert également Montchanin, Paray-le-Monial, Pouilly-sous-Charlieu et Roanne.

Les horaires sont calés sur les TGV desservant Le Creusot TGV. Arrivées possibles à Paris à 8h13 (du lundi au vendredi, sauf fêtes), 10h15, 16h07, 18h07 (uniquement le vendredi), 20h11, 22h07 et 0h11 (uniquement le dimanche). Départs possibles de Paris à 5h50 (du lundi au vendredi, sauf fêtes), 7h53, 13h53, 15h53 (uniquement le vendredi), 17h53 et 19h53.

Posted in Bourgogne, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Veolia Transdev : la Caisse des dépôts confirme sa volonté de devenir majoritaire

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Le désengagement de Veolia Environnement de sa filiale de transport public Veolia Transdev, codétenue à parité avec la Caisse des dépôts (CDC), avance toujours à pas feutrés. La Lettre de l’Expansion annonce l’intérêt du Crédit Agricole. La CDC confirme son intention de devenir majoritaire. Selon son dirigeant Jean-Pierre Jouyet, le dénouement de l’affaire approche.

La vente des 50% de parts que détient Veolia Environnement finira-t-elle par se réaliser avant fin 2012 ? Lors d’une conférence téléphonique début août, Antoine Frérot n’en était pas si sûr. Cela fait près d’un an que le patron du groupe a annoncé son intention de se désengager de sa filiale de transport public pour alléger la dette de l’entreprise (1,8 milliard d’euros).

Depuis, le feuilleton Veolia Transdev va de rebondissement en rebondissement. Un jour, c’est un groupe allemand de transport (Rethmann) qui est présenti pour racheter une part du capital détenu par Veolia, le lendemain, c’est le fonds luxembourgeois Cube, aujourd’hui, c’est le Crédit Agricole.

Dans son édition du 17 septembre, La Lettre de l’Expansion rapporte en effet, sans citer ses sources, que des négociations avaient actuellement lieu entre la CDC, Veolia Environnement et le Crédit Agricole afin que cette dernière entre au capital de Veolia Transdev à hauteur de 20%. Rien n’a filtré sur l’évolution du capital restant. Information commentée ni par Veolia, ni par la Caisse des dépôts.

« Dans les meilleurs délais »

Le 19 septembre, la CDC a indiqué à l’AFP que le directeur général de la Caisse des dépôts (CDC) Jean-Pierre Jouyet « confirme que les discussions sont activement engagées avec Veolia en vue du renforcement de la part de la Caisse des dépôts au capital de Veolia Transdev. Les décisions relatives à cette recomposition du capital et à la réactualisation de la stratégie seront prises dans les meilleurs délais« .

Fin juillet, une source proche du dossier avait confirmé qu’elle envisageait certes d’accroître sa part dans Veolia Transdev mais qu’elle limiterait cette montée à 55% du capital du groupe de transport public, ce qui lui suffirait à en prendre le contrôle.

Or, selon La Correspondance économique, qui ne cite pas ses sources, la participation de la CDC dans Veolia Transdev pourrait atteindre 60%. Interrogée par l’AFP, la Caisse des dépôts n’a pas souhaité confirmer cette information.

Mais comme elle ne cesse de répéter que son renforcement au capital de Veolia Transdev s’incrira « dans la durée« , elle cherche un partenaire ayant la même stratégie. D’où son refus de la candidature du fonds luxembourgeois Cube Infrastructure mi-2012, « pas assez gros« , selon un observateur. La CDC craignait que Cube Infrastruce cède les actifs de Veolia Transdev à l’international.

Toujours citée par l’AFP, la Caisse des dépôts veut en effet que sa filiale « puisse avoir de vraies marges de manœuvre pour son développement, tant en France qu’à l’international, et qu’elle soit porteuse d’un projet industriel et d’un plan stratégique durables, à la fois en phase avec les attentes des élus et des citoyens« .

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés mercredi 19 septembre

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Trains supprimés

  • TER 17354 (Briançon 4h46 – Romans-sur-Isère 8h43) : supprimé uniquement entre Valence et Romans, en raison d’un incident affectant la voie.
  • TER 17412/3 (Gap 5h16 – La Brillane 6h50) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 17402/3 (La Brillane 9h59 – Briançon 12h44) : supprimé uniquement entre La Brillane et Veynes, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 889667 (Roanne 12h45 – Perrache 14h19) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 889446 (Part-Dieu 18h55 – Villars 19h34) en raison d’un incident technique sur le train.

Trains retardés

1h30 de retard pour le TGV 6829 (Dijon 15h52 – Nice 22h33) en raison d’un incendie aux abords des voies.

1h15 de retard pour l’IC 4416/7 (Vierzon 17h28 – Part-Dieu 21h20) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.

1h de retard pour :

  • le TER 17354 (Briançon 4h46 – Valence 8h15) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TER 17403 (Veynes 11h08 – Briançon 12h44).
  • le TER 17724 (Marseille 17h04 – Part-Dieu 20h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train et de la panne d’un autre train.

50 minutes de retard pour :

  • le TGV 5458/9 (Marseille 6h14 – Metz 12h51) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 880691 (Gap 6h17 – Briançon 7h30) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TGV 5164/5 (Lille Europe 10h26 – Nice 18h05) en raison d’un incendie aux abords des voies.
  • le TGV 5314/5 (Toulouse 16h50 – Part-Dieu 20h50) en raison de la panne d’un autre train.

40 minutes de retard pour :

  • le TER 885652 (Veynes 5h50 – Grenoble 7h43) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’IC 5954 (Clermont-Ferrand 6h02 – Bercy 9h01) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9205 (Paris 6h15 – Zürich 10h26) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TER 17415 (Veynes 6h42 – La Brillane 7h50) en raison de la correspondance avec le 17354.
  • le TER 17416/7 (Briançon 7h57 – La Brillane 10h54).
  • le TGV 6818/9 (Genève 12h42 – Nice 19h05) en raison d’un incendie aux abords des voies.
  • le TGV 5456/7 (Metz 16h01 – Marseille 22h46) en raison d’une collision avec un animal.

30 minutes de retard pour :

  • l’IC 5900 (Nevers 4h57 – Bercy 7h32) en raison de travaux.
  • le TGV 9826/7 (Bruxelles 10h21 – Nice 18h05) en raison d’un incendie aux abords des voies.

25 minutes de retard pour :

  • le TER 895810/1 (Lons-le-Saunier 6h00 – Part-Dieu 7h31).
  • le TER 17610 (Grenoble 7h34 – Part-Dieu 9h16) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 18544 (Bourg-Saint-Maurice 18h16 – Part-Dieu 21h20) en raison de l’intervention des forces de l’ordre.
  • le TGV 6688/9 (Paris 18h57 – Saint-Étienne 21h47) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17640 (Grenoble 19h18 – Part-Dieu 20h46) en raison de travaux.
  • le TER 886155 (Part-Dieu 21h20 – Valence 22h31) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17939 (Part-Dieu 21h40 – Chambéry 22h58) en raison de la réutilisation de la rame du 18544.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 887302 (Saint-André-le-Gaz 5h15 – Perrache 6h13) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6902 (Grenoble 6h06 – Paris 9h19).
  • le TER 885601 (Grenoble 8h10 – Gap 10h24) en raison de la réutilisation de la rame du 885652.
  • le TER 889954 (Saint-Étienne 8h46 – Le Puy-en-Velay 10h16).
  • le TER 885660 (Briançon 6h09 – Grenoble 9h43).
  • l’IC 5970 (Clermont-Ferrand 13h32 – Bercy 16h57) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 886135 (Perrache 16h40 – Perrache 17h52) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 875742/3 (Part-Dieu 17h40 – Clermont-Ferrand 20h01).
  • le TER 17818 (Part-Dieu 20h20 – Dijon 22h19) en raison de l’attente d’un personnel.

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 6960/1 (Annecy 5h31 – Paris 9h15).
  • le TER 875702/3 (Clermont-Ferrand 6h27 – Part-Dieu 8h52) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 96500/1 (Part-Dieu 6h38 – Genève 8h27) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886911 (Roanne 7h24 – Saint-Étienne 8h37).
  • l’IC 5908 (Nevers 7h24 – Bercy 9h49) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 886611 (Roanne 7h30 – Part-Dieu 8h48) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 9261 (Paris 7h57 – Lausanne 11h44) en raison de travaux.
  • le TGV 5326/7 (Nantes 9h08 – Montpellier 15h30) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TGV 5318/9 (Rennes 9h09 – Montpellier 15h30) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TER 17811 (Dijon 11h40 – Part-Dieu 13h40).
  • le TER 875708/9 (Clermont-Ferrand 11h56 – Part-Dieu 14h20) en raison d’arrêts supplémentaires pour pallier à la suppression du 889667.
  • le TER 875710/1 (Clermont-Ferrand 13h56 – Part-Dieu 16h20).
  • le TER 17574/5 (Valence 12h14 – Annecy 15h17) en raison de l’attente d’un personnel à Chambéry.
  • le TER 886870/1 (Saint-Étienne 14h20 – Part-Dieu 15h06).
  • l’IC 5912 (Nevers 14h24 – Bercy 16h49) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17988/9 (Part-Dieu 17h08 – Annecy 18h59).
  • le TER 885378 (Gières 18h31 – Saint-André-le-Gaz 19h50) en raison de travaux.
  • le TER 17638 (Grenoble 18h35 – Part-Dieu 20h16) en raison de travaux.
  • le TER 886196 (Avignon 19h01 – Part-Dieu 21h40) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 886744/5 (Part-Dieu 19h24 – Saint-Étienne 20h10) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 885496 (Grenoble 19h35 – Rives 20h06).
  • le TGV 6874/5 (Marseille 19h44 – Genève 23h16) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 886856/7 (Saint-Étienne 20h20 – Ambérieu 21h53) en raison de la réutilisation de la rame du 886744/5 et de la panne d’un autre train.
  • le TER 17996/7 (Part-Dieu 21h08 – Annecy 22h59).

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :