ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 24 septembre 2012

L’ARAF met en demeure SNCF de séparer clairement les comptes de Gares & Connexions

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

L’ARAF, l’autorité de régulation du rail hausse le ton. Elle va envoyer une mise en demeure à SNCF pour qu’elle lui soumette, d’ici le 19 octobre 2012, ses propositions pour créer une véritable séparation entre ses comptes et ceux de Gares & Connexions.

« Nous travaillons sur la séparation comptable de Gares & Connexions et de SNCF depuis janvier 2010. Elle était censée être mise en œuvre début 2011 mais ce n’est toujours pas le cas. » Pierre Cardo, président de l’ARAF ne mâche pas ses mots. Lassé d’attendre que SNCF cesse ses « atermoiements » et lui propose un montage qui sépare clairement la comptabilité de sa branche Gares & Connexions de son activité de transporteur, il passe à l’offensive. Si SNCF ne lui fait pas de propositions sous un mois, il « passera à un autre niveau, en prenant des sanctions financières, pouvant aller de 3 à 5% du CA ou des mesures de restriction d’accès au réseau. »

Zones d’ombre

La loi prévoit que « la gestion des gares, lorsqu’elle est effectuée par la Société nationale des chemins de fer français, fait l’objet d’une comptabilité séparée de celle de l’exploitation des services de transport. Aucune aide publique versée à l’une de ces activités ne peut être affectée à l’autre. »

Pour Pierre Cardo le compte n’y est pas. Il subsiste encore trop de zones d’ombre. « Comment expliquer que la SNCF emprunte sur les marchés à 3,5% alors que Gares & Connexions emprunte auprès de la SNCF à 5% ?« , s’interroge le gendarme du rail qui pointe également le niveau des dividendes versés par Gares & Connexions à SNCF.

(Avec mobilicites.com).

 

Publicités

Posted in SNCF | Tagué: , , , | Leave a Comment »

De possibles blocages pour le tram-train de l’Ouest lyonnais

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Photo : Edmond Luca.

La mise en service commerciale du tram-train entre Lyon et Sain-Bel a eu lundi 24 septembre. Sud-Rail a déposé un préavis de grève.

Le syndicat est en conflit avec la direction régionale SNCF, il déplore la situation des futurs conducteurs de tram-train qui ne bénéficient pas de la même formation que leurs collègues qui conduisent les trains classiques (plus légère avec quatre mois de formation au lieu de dix), ils seront moins bien payés et ils devront en plus s’accommoder de nouvelles taches qui ne font pas partie selon eux de leur métier, comme l’accueil des passagers ou encore la maintenance des trains. Une quarantaine de conducteurs de tram-train est concernée par ces mesures, ils seront entre 50 et 60 d’ici la fin de l’année 2012.

Une réunion entre Sud-Rail et la direction SNCF était programmée vendredi 21 septembre à 14h.

L’inauguration du tram-train a eu lieu samedi 22 septembre dès 9h30 à la gare Saint-Paul en présence de nombreux élus comme Gérard Collomb, le sénateur-maire (PS) de Lyon, le président du Conseil général du Rhône, Michel Mercier (DVD) mais également le préfet du Rhône, Jean-François Carenco.

Pour la journée du lundi 24 septembre, la direction régionale SNCF a décidé de maintenir toutes les circulations ferroviaires dans l’Ouest Lyonnais, sauf entre 9h et 16h où des cars de remplacement ont été mis en place.

Sud-Rail manifeste

Entre 400 militants de Sud-Rail, selon la police, et 700 selon les organisateurs, ont manifesté lundi 24 septembre à Lyon dans le cadre d’un rassemblement national pour dénoncer notamment la « casse » des emplois SNCF et la privatisation des TER.

Le rassemblement avait lieu devant la gare Saint-Paul de Lyon, qui dessert l’ouest lyonnais par un nouveau tram-train inauguré samedi 22 septembre.

« Cette gare est un lieu symbolique, car ici, c’est un laboratoire pour la SNCF« , a expliqué Sébastien Gillet, représentant régional du syndicat, selon lequel « il n’y aura plus de contrôleurs à bord » de ces tram-trains.

« On craint donc une dégradation de la sécurité à bord » autant pour les usagers que pour les conducteurs, qui « seront les seuls représentants de la SNCF » dans les rames, a ajouté Sébastien Gillet.

Sud-Rail redoute aussi « que ce modèle soit repris sur d’autres lignes de la région et même au niveau national« .

Le syndicat manifestait aussi contre « la casse » des emplois et une « déqualification de la filière agents de conduite« . Selon Sébastien Gillet, SNCF a créé un « nouveau grade de conducteur » pour ceux affectés au tram-train, avec un salaire inférieur à celui des autres agents de conduite.

(Avec lyonmag.com et AFP).

Posted in Grèves, Ouest Lyonnais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Haute-Savoie ratera-t-elle l’arrivée du CEVA ?

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

La gare d’Annemasse raccordée à celle de Genève Cornavin : tel est le but du CEVA.

Le canton de Genève poursuit la réalisation du raccordement ferroviaire des gares de Cornavin, des Eaux-Vives et d’Annemasse (CEVA) approuvé à 63% lors de la votation populaire qui lui était consacré. Ce raccordement fera tomber le mur de Berlin ferroviaire de la cité de Calvin.

Longtemps considéré comme un RER de l’agglomération genevoise, cette réalisation représente également un enjeu majeur pour la Haute-Savoie. En effet, des trains directs sont prévus toutes les heures entre Genève, Évian, Annecy et Saint-Gervais, via la gare d’Annemasse.

Certains opposants français au projet invoquent que leurs commune vont devenir des dortoirs de Genève, or les transfrontaliers sont déjà là et vont actuellement à 90% à leur travail en voiture. Avec CEVA et le RER franco-valdo-genevois, la Haute-Savoie bénéficiera de la venue des Suisses sur son territoire permettant d’y développer toute l’économie régionale. Les stations de sports d’hiver comme Saint-Gervais ou Chamonix seront accessibles depuis Genève en train avec un temps de parcours semblable aux stations valaisannes. Or lorsque l’on sait qu’un habitant suisse sur deux possède un abonnement de chemin de fer, on constate la nette préférence des helvètes au transport ferroviaire.

Les dessertes internes à la Haute-Savoie bénéficieront également de meilleures dessertes sur l’ensemble des étoiles de La Roche-sur-Foron et d’Annemasse avec un cadencement au moins deux trains par heure et par sens sur Annemasse – La Roche-sur-Foron et Annemasse – Évian et au moins un train par heure Annemasse – Bellegarde, La Roche-sur-Foron – Saint-Gervais et La Roche-sur-Foron – Annecy et à l’heure.

L’ARDSL recommande l’inscription au prochain contrat de projet État – Région (CPER) de mesures complémentaires pour augmenter les bénéfices apportés par CEVA et le RER franco-valdo-Genevois à la Haute-Savoie.

Il convient de moderniser l’étoile ferroviaire de La Roche-sur-Foron. Nous demandons donc que la ligne Annemasse et La Roche-sur-Foron (commune aux trains desservant Annecy et la vallée de l’Arve) soit dotée d’une signalisation moderne (BAL, block automatique lumineux) et de points de croisements supplémentaires (en plus de celui existant à Reignier). Dans une seconde étape, il faudra moderniser les deux autres branches de l’étoile de La Roche-sur-Foron. Cela passe notamment par la réalisation d’un shunt près de La Roche-sur-Foron (avec création d’une halte La Roche-sur-Foron nord à la sortie du shunt côté Annemasse ; dans un premier temps ce shunt pourrait être monotube le shunt étant utilisé pour le matin pour le sens Annecy – Genève et le soir pour le sens Genève – Annecy, la voie ferrée actuelle continuant de servir pour le sens inverse de circulation).

Par ailleurs, il est vital de compléter les dessertes CEVA par la réouverture des 17 kilomètres séparant Évian et Saint-Gingolph (ligne du Tonkin) pour permettre la création de relations directes tant depuis Genève que depuis Annecy vers Martigny et Sion via Thonon-les-Bains.

Il faut également signaler que le projet CEVA France s’inscrit pleinement dans la logique du Grenelle de l’Environnement en offrant une alternative crédible au tout routier, d’autant plus que la vallée de l’Arve dépasse largement les seuils annuels de pollution de l’air.

Enfin, l’ARDSL souligne que dans le cas où les élus, voire la population de la vallée de l’Arve seraient majoritairement opposés au projet, il n’est pas à exclure que les dessertes soient  davantage concentrées sur l’axe Annecy – Genève au détriment de la vallée de l’Arve. Une telle situation serait pour le moins dommageable.

Posted in ARDSL, Bassin annecien, CEVA, Chablais, Genevois, Haute-Savoie, Valais, Vallée de l'Arve | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

SNCF : la carte 12-25 remplacée par des cartes 12-17 et 18-27

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Des nouvelles cartes de réduction destinées aux jeunes seront lancée mardi 25 septembre par le transporteur.

Ces nouvelles cartes font suite au succès populaire qui avait suivi le lancement de la carte 12-30, l’an dernier (500000 exemplaires vendus en quelques semaines).

Une carte attendue

Une nouvelle offre SNCF, admettons-le, c’est tout sauf une surprise : la carte 12-30 ans avait été un succès. À l’époque, souvenez-vous, Barbara Dalibard, la directrice générale de SNCF Voyages, se félicitait : « on voulait faire un test d’appétit de nos clients pour une carte type 12-30. En analysant les résultats, nous allons revoir notre offre de cartes pour les jeunes. On va voir comment on va pouvoir élargir notre offre de cartes et réfléchir aux types de services que l’on peut apporter à nos clients au travers de cette carte. »

Puis, au fur et à mesure des mois, SNCF a égrèné quelques indices quant à cette fameuse nouvelle « offre de cartes pour les jeunes ». Pour avoir les infos, il fallait écouter attentivement la radio officielle SNCF. Le 20 juin, Guillaume Pépy, le président de la SNCF, révélait : « en septembre, on annoncera une bonne nouvelle. On n’ira pas jusqu’à 30 ans, mais on ira un petit peu plus loin que les 25 ans. »

SNCF lance donc mardi 25 septembre deux nouvelles cartes de réductions destinées aux jeunes, 12-17 ans et 18-27 ans, dans une gamme renouvelée et censée répondre « aux attentes de chaque âge de la vie« .

La carte 12-25 ans, mise en circulation en 1997, est donc scindée en deux nouvelles cartes, la carte 12-17 et la carte 18-27 offrant toujours les mêmes réductions, allant de 25% à 60% pour un abonnement annuel inchangé à 50 euros, mais avec des services adaptés à chaque tranche d’âge.

La carte 18-27 donnera désormais accès, tous les mois, à 10000 billets à petits prix disponibles quelques heures avant le départ des trains.

La carte « Enfant + » donne droit à des réductions de 25% à 50% pour l’enfant jusqu’à 12 ans et quatre accompagnateurs. Conçue pour des voyages en famille, elle offrira désormais une réduction de 20 euros par an sur les services de TGV Family (espace d’animation dédiés aux familles).

Accessible à partir de 60 ans, la carte « Senior + » permettra à ses détenteurs de voyager avec 40% de réduction sur la 1ère classe, contre 25% jusqu’ici, « sur tous les trains, tout le temps et en tout lieu« , a assuré Barbara Dalibard.

Les 5 nouvelles cartes

Ma Carte de Réduction Enfant + (75€)

Cette carte, conçue pour voyager ensemble jusqu’à 5 personnes (l’enfant de moins de 12 ans et jusqu’à 4 accompagnateurs), permet de bénéficier de réductions de 25% à 50% sur tous les trains. Elle offre un nouvel avantage exclusif : 20€ de réduction par an sur TGV Family, mais également des réductions au Bar TGV, avec 15% sur une sélection de menus du Bar TGV ou de la restauration ambulante Intercités, et le Menu Enfant à 5€.

Ma Carte de Réduction Jeune 12-17 (50€)

Les 12-17 auront la possibilité de voyager avec des réductions allant de 25 à 60%. De plus, ils pourront bénéficier de réductions dans le domaine du sport et des loisirs : grâce à un nouveau partenariat avec l’UCPA, les porteurs de cette carte auront 5% de réduction toute l’année sur les séjours sportifs UCPA en France et à l’étranger. SNCF souhaite également proposer des rencontres avec les athlètes SNCF. D’autre part, la carte offre 15% sur une sélection de menus du Bar TGV ou de la restauration ambulante Intercités, et le Menu Malin ne coûte que 6 euros.

Ma Carte de Réduction Jeune 18-27 (50€)

Cette carte, tant attendue par les + de 25 ans qui avaient déjà profité de l’édition limitée « 12-30 », permettra désormais aux voyageurs, jusqu’à la veille de leur 28 ans, de profiter de réductions allant de 25 à 60% ! Des offres « dernière minute carte Jeune » seront également proposées : ces billets (non échangeables et non remboursables) seront accessibles uniquement sur internet quelques jours avant le départ. Sur TGV, les Prem’s Dernière Minute disparaissent en tant que tels, car ils sont désormais réservés aux porteurs de cartes Jeune 12-17 ou 18-27. La carte offre 15% de réduction sur une sélection de menus du bar TGV ou de la restauration ambulante Intercités, et le Menu Malin ne coûte que 6 euros.

Ma Carte de Réduction Week-End (75€)

La carte de réduction Week-end, accessible à tout âge, permet de bénéficier de prix réduits toute l’année (25 à 50%). Il suffit de passer une nuit du week-end sur place (vendredi, samedi ou dimanche soir) ou de faire un aller-retour sur la journée du samedi ou du dimanche, pour pouvoir bénéficier de réductions. Nouvel avantage exclusif : la carte offre la possibilité à un accompagnateur de bénéficier des mêmes réductions que son porteur. Cette carte offre 15% de réduction sur une sélection de menus du bar TGV ou de la restauration ambulante Intercités, pour le titulaire de la carte et celui qui l’accompagne.

Ma Carte de Réduction Senior + (65€)

La carte de réduction Senior+ est accessible dès 60 ans et permet de voyager avec des réductions allant de 25 à 50% en 2nde classe, et de 40 à 50% en 1ère classe. Sur TGV, Intercités ou TER . D’autre part, la carte offre 15% sur une sélection de menus au Bar TGV ou en restauration ambulante Intercités.

(Avec lyonmag.com, streetpress.com et rhone-alpes.france3.fr).

Posted in SNCF, Tarification | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

iDBUS débarque en Rhône-Alpes

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Les cars Starshipper (ici à Chambéry) qui relient Lyon à Turin depuis le 6 juillet 2012 devraient bientôt être concurrencés par des cars iDBUS. Photo : Alain Caraco.

SNCF annonce le lancement d’une nouvelle plateforme d’autocars low-cost IDBUS à Lyon. Les premiers autocars iDBUS pourraient circuler en Rhône-Alpes dès novembre 2012. Sur quelles destinations ? Mystère pour l’instant. Décryptage de cette annonce par l’ARDSL.

iDBUS fonctionne depuis le 23 juillet 2013 en reliant Londres, Bruxelles ou Amsterdam à Paris et à Lille.

« En deux mois de fonctionnement, nous avons vendu 27000 billets, c’est à dire touché 16000 voyageurs« , annonce Barbara Dalibard, la directrice générale de la branche SNCF Voyages. La plupart des clients ont donc effectuer un trajet aller et retour. Le taux de remplissage s’élève en moyenne à 79%. « C’est une surprise de constater que plus de 50% des clients n’utilisaient jusqu’alors pas les transports collectifs« , commente Barbara Dalibard. Autrement dit, un client d’iDBUS sur deux n’était jamais monté dans un autocar, ni à bord d’un train.

Dans la foulée de ce démarrage encourageant, SNCF qui se découvre des talents d’autocariste confirme la poursuite de la montée en cadence d’iDBUS, avec à partir du 15 octobre, une augmentation du nombre de liaisons vers les capitales d’Europe du Nord (Londres, Amsterdam et Bruxelles), soit 19 rotations quotidiennes, contre 9 actuellement.

Cap sur l’Italie

« Fin 2012, nous ouvrirons un deuxième hub à Lyon« , indique Barbara Dalibard. Mais concurrence oblige, motus et bouche cousue sur les destinations envisagées. La Suisse, l’Italie, l’Espagne ? Réponse sans doute dans le courant de l’automne.

Des destinations en Suisse, cette hypothèse parait pour le moins farfelue. Cela reviendrait en concurrencer directement la relation TER Lyon – Genève, largement subventionnée par la Région Rhône-Alpes.

Des destinations en Italie, cette hypothèse parait quasi certaine. La Région Piémont s’est désengagée du financement des cars TER Lyon – Chambéry – Turin. La Région Rhône-Alpes pourrait en faire de même. Ainsi la desserte TER Lyon – Chambéry – Turin assurée par autocars pourrait disparaître à compter du 9 décembre 2012. L’exploitant de cette relation, Les Courriers Rhodaniens (membre de Réunir et donc concurrent direct de Keolis), n’a même pas attendu cette date pour lancer des relations Lyon – Chambéry – Turin à ses risques à périls. Il s’agit des cars Starshipper, qui roulent depuis le 6 juillet 2012 (lire). Cette relation connaît un démarrage délicat, selon nos informations (lire).

Visiblement, le groupe SNCF n’entend pas laisser la route libre à Starshipper. Elle devrait donc lancer ses iDBUS entre Lyon, Chambéry et Turin.

Cette offre iDBUS ne concurrencerait pas directement l’offre ferroviaire de SNCF. En effet :

  • il n’existe aucune offre ferroviaire directe entre Lyon Part-Dieu et Turin. Les voyageurs lyonnais voulant se rendre en train à Turin doivent emprunter un TER jusqu’à Chambéry, puis un TGV.
  • les TGV Paris – Milan ne desserviront pas Saint-Éxupéry pendant plusieurs mois en 2013 en raison de travaux entre Grenay et Saint-André-le-Gaz (lire). Ils seront détournés par Bourg-en-Bresse, Culoz et Aix-les-Bains.
  • l’offre ferroviaire entre Chambéry et Turin ne comprend que 3 allers-retours quotidiens.

Autrement dit, le lancement d’iDBUS sur la relation Lyon – Turin ne devrait pas entraîner de report modal du rail sur la route, mais une diminution du transport individuel motorisé au profit d’un développement du transport collectif routier. Pour remplir ses iDBUS Lyon – Turin, le groupe SNCF pourra s’appuyer sur la force de vente de voyages-sncf.com, qui ignore les offres concurrentes.

Une telle stratégie du groupe SNCF en dit long sur l’absence d’ambitions ferroviaires de SNCF sur les relations Lyon – Chambéry – Turin. Ce qui n’est pas une surprise pour l’ARDSL qui s’est heurté aux refus de Guillaume Pépy (président de SNCF) et Josiane Beaud (directrice SNCF en Rhône-Alpes) en la matière.

Il s’agit aussi pour le groupe SNCF de prendre une longueur d’avance sur Veolia Transdev et Trenitalia qui annoncent leur volonté de mettre en place de 2 à 3 allers quotidiens entre Lyon, Aix-les-Bains, Chambéry, Modane, Bardonecchia, Oulx et Turin depuis plusieurs années. Des annonces qui jusqu’à présent sont restées sans lendemain !

Et l’Espagne ?

Les seules relations ferroviaires directes entre Rhône-Alpes et l’Espagne sont actuellement assurées par l’intermédiaire des TGV Paris – Figueras desservant Valence TGV. Autrement dit, bien peu de Rhônalpins prennent le train pour se rendre en Espagne. La route et les compagnies aériennes sont ultra-dominantes sur ce marché.

Le lancement d’une desserte iDBUS Lyon – Barcelone serait avant tout pour l’instant au moyen pour le groupe SNCF de concurrencer Eurolines.

Mais l’ouverture de la LGV Figueras – Barcelone courant 2013 devrait changer la donne. SNCF et RENFE ont constitué une filiale commune, Gala, chargée d’exploiter les nouvelles dessertes transfrontalières. Deux allers-retours en AVE sont prévus entre Lyon et Barcelone. Un aller-retour sera même proposé entre Genève et Madrid. Valence TGV disposera de plusieurs relations quotidiennes avec Barcelone et Madrid. (Lire à ce sujet notre article complet sur la future desserte Genève – Lyon – Valence TGV – Barcelone). Cette LGV mettra Lyon à moins de 4h30 de Barcelone, rendant le train plus concurrentiel face à l’avion ou à la route.

iDBUS pourrait éventuellement proposer des dessertes Milan – Barcelone et Genève – Barcelone alors que les trains hôtels Élipsos (opérés par SNCF et RENFE) vont disparaître (lire).

Des cars construits par Irisbus

Le constructeur Irisbus, l’un des fournisseurs d’iDBUS, doit d’ailleurs dévoiler dans les prochains jours à Annonay (Ardèche) les autocars qu’il livrera à SNCF pour accompagner la croissance de son client.

(Avec AFP, mobilicites.com et rhone-alpes.france3.fr).

Posted in ARDSL, Espagne, Fréquentation, Italie, Rhône, Service 2012, Service 2013, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés lundi 24 septembre

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Trains supprimés

  • TER 886700/1 (Ambérieu 5h35 – Saint-Étienne 7h10) en raison de travaux.
  • TER 889950 (Saint-Étienne 5h55 – Le Puy-en-Velay 7h27) : supprimé uniquement entre Firminy et Le Puy.
  • TER 883700/1 (Chambéry 5h57 – Saint-Marcellin 7h56) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 873301 (Clermont-Ferrand 6h00 – Vertaizon 6h18) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 889906 (Saint-Étienne 6h08 – Montbrison 6h44) en raison de difficultés de production.
  • TER 885114/5 (Saint-Marcellin 6h34 – Chambéry 8h36) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 874440 (Vertaizon 6h50 – Clermont-Ferrand 7h08) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 873301.
  • TER 884354/5 (Chêne-Bourg 7h05 – Évian 7h55) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 17504/5 (Grenoble 7h05 – Valence 8h18) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40) : supprimé uniquement entre Montélimar et Lyon, en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 889907 (Montbrison 7h14 – Saint-Étienne 7h51) en raison de difficultés de production.
  • TER 884307 (Annemasse 7h19 – Chêne-Bourg 7h27) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 884356 (Chêne-Bourg 7h34 – Annemasse 7h42) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 884307.
  • TER 885119 (Saint-Marcellin 7h34 – Grenoble 8h18) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 889908 (Saint-Étienne 8h08 – Montbrison 8h44) en raison de difficultés de production.
  • TER 17972/3 (Part-Dieu 8h08 – Annecy 9h59) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 17940/1.
  • TER 884312/3 (Évian 8h06 – Chêne-Bourg 8h55) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 884354/5.
  • TER 883722/3 (Chambéry 8h57 – Grenoble 9h58) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 885114/5.
  • TER 17566/7 (Valence 9h14 – Grenoble 10h29) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • TER 889913 (Montbrison 10h14 – Saint-Étienne 10h51) en raison de difficultés de production.
  • TER 889910 (Saint-Étienne 12h08 – Montbrison 12h44) en raison d’une absence de matériel.
  • TER 883174 (Bourg-Saint-Maurice 12h41 – Chambéry 14h29) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 889917 (Montbrison 13h14 – Saint-Étienne 13h51) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 889910.
  • TER 17619 (Part-Dieu 13h14 – Grenoble 14h37).
  • TER 17763 (Bercy 15h38 – Part-Dieu 20h40) : supprimé uniquement entre Joigny et Lyon, en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 873404 (Clermont-Ferrand 17h21 – Vichy 17h53) en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 873413 (Vichy 18h02 – Clermont-Ferrand 18h34) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 873404.
  • TER 889446 (Part-Dieu 18h55 – Villars 19h34) en raison de l’absence d’un personnel.

Trains retardés

1h45 de retard pour le TER 17706 (Marseille 7h06 – Montélimar 9h08) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.

1h30 de retard pour le TER 96608/9 (Valence 6h41 – Genève 9h57) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.

1h15 de retard pour :

  • le TER 17940/1 (Annecy 6h00 – Part-Dieu 7h52) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17554/5 (Valence 6h14 – Annecy 9h17) même motif.
  • le TER 883651 (Ambérieu 6h13 – Chambéry 7h25).
  • le TGV 9768 (Genève 9h42 – Paris 12h49) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.

1h de retard pour :

  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h23) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 6704 (Mulhouse 9h42 – Paris 12h37) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 875504/5 (Dijon 10h12 – Clermont-Ferrand 14h12) même motif.

50 minutes de retard pour :

  • le TER 885112/3 (Valence 5h24 – Chambéry 8h02) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 9205 (Paris 6h15 – Zürich 10h26) en raison d’un acte de vandalisme.
  • le TER 885117 (Saint-Marcellin 7h04 – Grenoble 7h48) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 5166/7 (Toulouse 7h18 – Lille Europe 14h30) en raison d’un incident technique sur le train.
  • l’IC 5979 (Bercy 18h00 – Clermont-Ferrand 21h28).

40 minutes de retard pour :

  • le TER 17502/3 (Chambéry 5h38 – Valence 7h46) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 96550/1 (Bellegarde 5h52 – Part-Dieu 7h24) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 889950 (Saint-Étienne 5h55 – Firminy 6h11).
  • le TER 17970/1 (Part-Dieu 7h08 – Annecy 8h59).
  • le TGV 9284 (Berne 7h29 – Paris 12h41) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 9264 (Lausanne 8h22 – Paris 12h41) même motif.
  • le TER 17921 (Part-Dieu 8h40 – Chambéry 9h58).
  • le TGV 6908 (Grenoble 10h07 – Paris 13h19) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 6616 (Part-Dieu 11h36 – Paris 13h33) même motif.
  • le TER 875712/3 (Clermont-Ferrand 14h56 – Part-Dieu 17h20) en raison de travaux.
  • le TER 17724 (Marseille 17h04 – Part-Dieu 20h40) en raison de difficultés lors de la préparation.
  • le TER 17767 (Bercy 17h31 – Part-Dieu 22h40) en raison d’arrêts supplémentaires.

30 minutes de retard pour :

  • le TER 18501 (Part-Dieu 6h40 – Modane 9h17) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 886177 (Valence 7h04 – Avignon 8h29) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 883718/9 (Chambéry 8h24 – Grenoble 9h23) en raison de la réutilisation de la rame du 885112/3.
  • le TGV 9210 (Zürich 9h34 – Paris 13h37) même motif.
  • les TGV 2924 et 6208 (Montpellier 10h24 – Paris 13h53) même motif.
  • le TER 873266 (Saint-Étienne 12h30 – Clermont-Ferrand 14h35).
  • le TER 886141 (Part-Dieu 18h20 – Avignon 20h59) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TGV 6634 (Part-Dieu 21h04 – Paris 23h03).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 18512 (Modane 5h41 – Part-Dieu 8h20) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 96500/1 (Part-Dieu 6h38 – Genève 8h27) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 17606 (Grenoble 6h42 – Part-Dieu 8h16) en raison de travaux.
  • le TER 883657 (Ambérieu 7h13 – Chambéry 8h25) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17608 (Grenoble 7h18 – Part-Dieu 8h46).
  • les TGV 2944/5 et 6962/3 (Annecy 7h31 – Paris 11h15) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TGV 5316/7 (Le Havre 7h54 – Marseille 14h18) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 895800/1 (Lons-le-Saunier 7h58 – Part-Dieu 9h26) en raison de difficultés lors de la préparation du train et d’une correspondance avec un train retardé à Bourg-en-Bresse.
  • le TER 17684 (Grenoble 8h44 – Part-Dieu 10h16) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 873269 (Clermont-Ferrand 13h14 – Saint-Étienne 15h33).
  • le TER 17357 (Romans-sur-Isère 14h22 – Briançon 18h48).
  • le TER 875736/7 (Part-Dieu 14h40 – Clermont-Ferrand 17h08).
  • l’IC 4516/7 (Part-Dieu 15h08 – Tours 20h24) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17534/5 (Annecy 16h41 – Valence 19h46) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 875718/9 (Clermont-Ferrand 17h56 – Part-Dieu 20h20) en raison de difficultés lors de la préparation.

20 minutes de retard pour :

  • le TER 886756/7 (Part-Dieu 0h24 – Saint-Étienne 1h10).
  • le TER 17354 (Briançon 4h46 – Romans-sur-Isère 8h43).
  • le TER 96552/3 (Saint-Gervais 5h03 – Part-Dieu 8h22) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 96554/5 (Évian 5h34 – Part-Dieu 8h22) même motif.
  • le TER 17506/7 (Annecy 5h44 – Valence 8h46) même motif.
  • le TER 17500/1 (Grenoble 6h02 – Valence 7h18) même motif.
  • le TGV 9762 (Genève 6h12 – Paris 9h29) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 889655 (Roanne 6h45 – Perrache 8h19).
  • le TER 96630/1 (Genève 6h59 – Grenoble 9h05).
  • le TER 887107 (Villefranche-sur-Saône 7h11 – Vienne 8h26).
  • le TGV 6812/3 (Dijon 7h21 – Toulouse 13h11).
  • le TER 883103 (Chambéry 7h34 – Moûtiers 8h40) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 887312 (Saint-André-le-Gaz 7h36 – Perrache 8h41).
  • le TER 887109 (Villefranche-sur-Saône 7h41 – Vienne 8h56).
  • le TER 884666/7 (Saint-Gervais 8h03 – Bellegarde 9h51) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17612 (Grenoble 8h24 – Part-Dieu 9h46)
  • le TER 884566 (Évian 8h34 – Bellegarde 9h51) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 885318 (Gières 8h35 – Saint-André-le-Gaz 9h50).
  • le TER 17974/5 (Part-Dieu 9h08 – Annecy 11h07).
  • le TER 884315 (Annemasse 9h19 – Chêne-Bourg 9h27) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17757 (Bercy 9h23 – Part-Dieu 14h40) en raison d’un dérangement d’un dérangement d’installation.
  • le TER 96558/9 (Genève 9h29 – Part-Dieu 11h22) en raison des correspondances à Bellegarde.
  • le TER 884364 (Chêne-Bourg 9h34 – Annemasse 9h42) en raison de la réutilisation de la rame du 884315.
  • le TER 895814/5 (Part-Dieu 9h41 – Lons-le-Saunier 10h59) en raison de la réutilisation de la rame du 895800/1.
  • le TER 884608/9 (Bellegarde 10h09 – Saint-Gervais 11h55) en raison de la correspondance avec le 96502/3.
  • l’EC 34 (Milan 12h25 – Genève 16h18).
  • le RE 2624 (Lausanne 14h48 – Genève 15h39) en raison d’un dérangement technique à la locomotive.
  • le TER 17764 (Part-Dieu 15h20 – Bercy 20h22) en raison de l’affluence à Joigny et d’un arrêt exceptionnel.
  • l’IC 4416/7 (Tours 16h16 – Part-Dieu 21h20).
  • le TER 17960/1 (Annecy 16h52 – Part-Dieu 18h52).
  • le TER 886618 (Part-Dieu 17h12 – Roanne 18h30) en raison d’un incident technique sur le train.
  • les TGV 5122/3 et 5124/5 (Lille Europe 18h26 – Part-Dieu 21h30) en raison de la panne d’un autre train.

15 minutes de retard pour :

  • le TER 17702 (Marseille 5h06 – Part-Dieu 8h40) en raison de travaux et d’un dérangement d’installation.
  • le TER 889653 (Roanne 5h45 – Perrache 7h19).
  • le TER 873260 (Saint-Étienne 6h30 – Clermont-Ferrand 8h50) en raison d’arrêts supplémentaires.
  • le TER 17510/1 (Annecy 6h37 – Valence 9h46) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 883503 (Saint-André-le-Gaz 6h38 – Chambéry 7h36).
  • le TER 886256/7 (Firminy 6h38 – Perrache 7h48).
  • le TER 886107 (Perrache 6h40 – Valence 7h52).
  • le TGV 6806/7 (Genève 6h42 – Marseille 10h17) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 5110/1 (Lille Flandres 6h55 – Marseille 12h16) en raison d’une correspondance avec un train retardé.
  • le TER 882103 (Mâcon 6h57 – Ambérieu 7h50).
  • le TGV 9810/1 (Bruxelles 7h10 – Marseille 12h16) en raison de l’attente du 5110/1 à Roissy.
  • le TGV 9761 (Paris 7h11 – Genève 10h16).
  • le TER 873263 (Clermont-Ferrand 7h12 – Saint-Étienne 9h43).
  • le TGV 6904 (Grenoble 7h12 – Paris 10h23).
  • le TER 17558/9 (Valence 7h14 – Grenoble 8h29) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 17605 (Part-Dieu 7h14 – Grenoble 8h40).
  • le TER 8851313 (Perrache 7h15 – Gières 9h25).
  • le TER 17705 (Part-Dieu 7h20 – Marseille 10h53) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 887708 (Givors 7h35 – Perrache 8h01).
  • le TER 883704 (Grenoble 7h42 – Saint-Marcellin 8h26) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TGV 9764 (Genève 7h42 – Paris 10h49).
  • le TGV 9241 (Paris 7h49 – Milan 14h55) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TER 17564/5 (Valence 8h14 – Annecy 11h24).
  • l’IC 4412/3 (Tours 8h16 – Part-Dieu 13h20) en raison de difficultés lors de la préparation du train et des intempéries.
  • le TGV 6906 (Grenoble 8h17 – Paris 11h19) en raison d’une collision avec un animal.
  • le TGV 6964 (Annecy 8h31 – Paris 12h11) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 96502/3 (Part-Dieu 8h38 – Genève 10h27).
  • l’IC 5955 (Bercy 8h58 – Clermont-Ferrand 12h39).
  • le TGV 5100/1 (Lille Europe 9h02 – Marseille 13h48) en raison de travaux.
  • le TGV 5112/3 (Lille Europe 9h02 – Montpellier 13h57) en raison de travaux.
  • le TER 17704 (Marseille 9h06 – Part-Dieu 12h40).
  • le TER 17922/3 (Part-Dieu 9h34 – Chambéry 10h53) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 884509 (Bellegarde 10h09 – Évian 11h30) en raison de la correspondance avec le 96502/3.
  • le TER 883370 (Modane 10h37 – Chambéry 11h58) en raison de travaux.
  • le TGV 5016/7 (Nice 11h27 – Lille Europe 18h57) en raison d’un incident affectant la voie.
  • le TGV 9864/5 (Nice 11h27 – Bruxelles 19h42) même motif.
  • le TER 17978/9 (Part-Dieu 12h08 – Annecy 13h59).
  • le TER 17626 (Grenoble 15h19 – Part-Dieu 16h46) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 886133 (Perrache 15h40 – Valence 16h52) même motif.
  • le TER 886931 (Roanne 15h54 – Saint-Étienne 17h07) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 887336 (Saint-André-le-Gaz 16h15 – Perrache 17h12).
  • le TER 875742/3 (Part-Dieu 17h40 – Clermont-Ferrand 20h01).
  • le TER 886622 (Part-Dieu 19h12 – Roanne 20h30).
  • le TER 873359 (Moulins 19h20 – Clermont-Ferrand 20h25).
  • le TER 17823 (Dijon 19h40 – Part-Dieu 21h40) en raison de la panne d’un autre train.

Posted in Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TransRun SA va se dissoudre

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

TransRun SA n’a plus de raison d’être après l’échec dans les urnes du projet  dimanche 23 septembre. Le directeur de la SA Patrick Vianin va proposer lundi 24 septembre dans l’après-midi au conseil d’administration de dissoudre l’entreprise.

La décision finale reviendra au Conseil d’État, le canton étant le seul actionnaire. Les 3 personnes qui œuvraient à plein temps, « voire plus« , seront licenciées, a indiqué Patrick Vianin.

Seule bonne nouvelle, le crédit de 6,6 millions accordé par le Grand Conseil à TransRun SA n’a pas été entièrement dépensé et l’État devrait récupérer quelques centaines de milliers de francs.

(Source : RTS Teletext).

Posted in Suisse | Tagué: , | Leave a Comment »

Mise en service des premiers tram-trains le 24 septembre entre Sain-Bel et Lyon Saint-Paul

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

Photo : Edmond Luca.

C’est lundi 24 septembre que le tram-train a embarqué ses premiers voyageurs entre Sain-Bel et Lyon Saint-Paul.

À partir du 24 septembre, la desserte ferroviaire de la ligne Lyon Saint-Paul – Sain-Bel est en théorie assurée à 50% par du matériel tram-train. L’autre moitié des dessertes reste assurée en X73500. En décembre, tout le service devrait être assuré en tram-train. La desserte Brignais – Lyon Saint-Paul devrait aussi être assurée en tram-train dès décembre 2012.

Ce nouveau matériel, financé intégralement par la Région Rhône-Alpes pour un montant de 100 millions d’euros, devrait inciter les habitants de l’Ouest lyonnais (bassin de population de 230000 habitants) à préférer le train à la voiture.

La Région Rhône-Alpes espère ainsi doubler le nombre d’usagers (6500 actuellement) du TER en seulement deux ans dans l’Ouest lyonnais.

Le tram-train peut circuler avec une vitesse maximale de 100 km/h et des capacités de freinage et d’accélération plus performantes. Ce matériel assure l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (plancher bas) avec une meilleure fluidité de circulation à l’intérieur des rames.

L’ensemble du projet ferroviaire de l’Ouest lyonnais (l’aménagement des gares, la modernisation des voies et l’acquisition des 24 nouvelles rames) représente un investissement de 300 millions d’euros cofinancés par les 6 partenaires du projet (Région Rhône-Alpes 70%, Grand Lyon 7%, RFF 7%, État 5,5%, Département du Rhône 4,5%, SNCF 4,5% et 1,5% par d’autres collectivités).

La desserte jusqu’au 8 décembre 2012

Du lundi au vendredi (sauf fêtes)

  • Entre Sain-Bel – Lyon Saint-Paul, un train ou un tram-train toutes les 30 minutes.
  • Entre L’Arbresle et Lyon Saint-Paul, un train ou un tram-train toutes les 15 minutes en heures de pointe. Soit 73 trains et 9 cars par jour.
  • Entre Lozanne et Lyon Saint-Paul, un train toutes les 30 minutes en heures de pointe. Soit 35 trains et 1 car par jour.
  • Entre Brignais et Lyon Gorge-de-Loup, un car toutes les 30 minutes en heures de pointe. Soit 55 cars par jour.

Le week-end et les jours fériés

La desserte est réalisée en autocar, afin de finaliser les travaux en cours et d’assurer la formation pratique des nouveaux conducteurs.

Fiches horaires

20 Lozanne – Lyon du 3 septembre au 28 octobre et du 12 novembre au 8 décembre

20 Lozanne – Lyon du 29 octobre au 11 novembre

21 Brignais – Lyon

22 Sain-Bel – Lyon du 3 septembre au 28 octobre et du 12 novembre au 8 décembre

22 Sain-Bel – Lyon du 29 octobre au 11 novembre

La desserte à partir du 9 décembre 2012

Du lundi au vendredi (sauf fêtes)

  • Entre L’Arbresle et Lyon Saint-Paul : 84 tram-trains (entre 5h34 et 21h54) et 6 cars par jour. Service au ¼ d’heure en pointe et à la ½ heure en heures creuses.
  • Desserte de Sain-Bel toutes les 30 minutes toute la journée.
  • Entre Lozanne et Lyon Saint-Paul : 41 trains (entre 6h21 et 21h06) par jour. Service à la ½ heure heure en pointe et à l’heure en heures creuses.
  • Entre Brignais et Lyon Saint-Paul : 42 tram-trains (entre 6h30 et 21h32) par jour. Service à la ½ heure heure en pointe et à l’heure en heures creuses.

Le week-end et les jours fériés

  • Entre Sain-Bel et Lyon Saint-Paul : un tram-train chaque ½ heure jusqu’à 21h54. Service assuré à partir de 6h04 le samedi et de 7h04 le dimanche et fêtes.  3 autocars en soirée.
  • Entre Brignais et Lyon Saint-Paul : un tram-train toutes les heures en pointe et toutes les 2 heures en heures creuses jusqu’à 21h32. Service assuré à partir de 7h le samedi et de 8h le dimanche et fêtes.
  • Entre Lozanne et Lyon Saint-Paul : un train toutes les heures en pointe et toutes les 2 heures en heures creuses jusqu’à 21h06. Service assuré à partir de 6h21 le samedi et de 7h21 le dimanche et fêtes.

Temps de parcours

  • Sain-Bel – Lyon Saint-Paul : 42 minutes.
  • Brignais – Lyon Saint-Paul : 25 minutes.
  • Lozanne – Lyon Saint-Paul : 37 minutes.
  • L’Arbresle – Lyon Gorge-de-Loup : 31 minutes.
  • Brignais – Lyon Gorge-de-Loup : 21 minutes.
  • Lozanne – Lyon Gorge-de-Loup : 33 minutes.

Pour en savoir, télécharger le dépliant promotionnel du tram-train de l’Ouest Lyonnais

Posted in Matériel, Ouest Lyonnais, Service 2012, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le refus du TransRun interpelle la presse romande

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

La carte du vote du TransRun commune par commune. Infographie : RTS.

La presse romande commente abondamment les résultats des votations de dimanche 23 septembre. Pour la plupart des commentateurs, le rejet du TransRUN révèle une rupture entre autorités et électorat dans le canton.

La presse romande commente largement le refus du projet du TransRun dans le canton de Neuchâtel. Les éditorialistes évoquent le rendez-vous manqué des Neuchâtelois ainsi que la rupture entre population et autorités politiques.

Neuchâtel a tout jeté dimanche 23 septembre, l’eau du bain, le bébé et même la baignoire, constatent « 24 Heures » et « La Tribune de Genève« . Parlant de législature perdue, les deux quotidiens estiment que la population n’a plus confiance dans ses autorités, qu' »elle aurait refusé n’importe quel projet venant de ces politiciens qui étalent leurs dissensions au grand jour« .

« Neuchâtel a raté un train, d’un souffle« , relève « Le Quotidien jurassien« . « Le petit non neuchâtelois au TransRUN n’exprime pas moins la grande frilosité de ce canton qui a perdu son audace, sa confiance en lui et en ses autorités politiques. Neuchâtel continue à se déchirer entre ses montagnes et son littoral. »

« Le Courrier » parle de choix du repli. Malgré la courte victoire du non, pour moins de 400 voix seulement, « le canton a bel et bien perdu une occasion unique de se projeter dans l’avenir avec un projet qui devait permettre de rapprocher les différentes régions du canton mais aussi ce dernier du reste de la Suisse« .

« Le Temps » assimile la votation à une gifle, exprimant les doutes du peuple quant à la capacité de l’État à assumer les 560 millions de francs revenant au canton et aux communes avec le TransRun. Pour le quotidien, la réduction des salaires de la fonction publique en 2013 et l’assainissement de la caisse de pension publique ont pesé dans la balance.

Gueule de bois

Pour « L’Impartial » et « L’Express« , le non va bien au-delà du seul résultat et met à mal la cohésion cantonale, eu égard à un Haut qui a voté oui contre le reste du canton, à l’exception notable notamment de la ville de Neuchâtel. Les journaux neuchâtelois s’étaient activement engagés en faveur du projet de transport public.

L’éditorial commun aux deux titres s’intitule « Chambrelien capitale cantonale« , du nom de la gare où les trains devront continuer à rebrousser chemin entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds jusqu’à nouvel avis. Il mentionne encore le fait que « ce matin le canton de Neuchâtel se réveille avec une sacrée gueule de bois« .

« La Liberté » souligne la crise de confiance qui affecte Neuchâtel. « Effrayé par le gouffre des finances cantonales, le peuple a peut-être raté l’occasion de combler le fossé qui se creuse entre le Haut et le Bas« , note le quotidien fribourgeois en relevant aussi la baffe reçue par Claude Nicati, le conseiller d’État en charge du dossier.

(Avec ATS).

Posted in Suisse | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

SNCF met fin à l’érosion de ses effectifs

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

L’ÉPIC SNCF va terminer l’année 2012 avec une très légère hausse des effectifs. Un revirement lié à la bonne tenue de l’activité dans le transport de voyageurs, indique l’entreprise. Mais il répond aussi au besoin de rassurer les syndicats avant la remise à plat des conditions de travail des cheminots forcément inscrit dans le projet de loi du gouvernement sur le système ferroviaire.

Alors que les plans sociaux battent leur plein et que la barre des trois millions de chômeurs est franchie, SNCF fait valoir ses efforts d’employeur.

« En 2012, nous aurons embauché 10000 personnes : 5300 au sein de l’ÉPIC (Établissement public industriel et commercial), 4700 dans le reste du groupe, ce qui classe la SNCF comme deuxième entreprise derrière McDonald’s en nombre d’embauches« , a mis en avant Guillaume Pépy, président de SNCF, lors du séminaire presse organisé à Berlin pendant le salon InnoTrans.

Ce volontarisme a une conséquence symbolique sur l’ÉPIC, la maison mère du groupe où la quasi-totalité des personnels travaille au statut cheminot. « Si l’on fait la balance des départs en retraite et des recrutements, l’ÉPIC va en effet mettre fin à l’érosion de ses effectifs en les stabilisant par rapport à 2011« , indique le patron de SNCF. C’est la première fois en dix ans.

Et si l’on se fie au bilan social 2011, l’ÉPIC rassemblait un effectif de 153922 personnes dont 144803 sous statut cheminot. S’ajoutent 9119 contractuels sachant que les recrutement au delà de 30 ans s’effectuent sous ce régime. Ce total serait donc stabilisé. « Les effectifs vont même s’accroitre d’une centaine de personnes, ce qui constitue un changement de cap par rapport au budget prévisionnel 2012« , indique Guillaume Pépy. En outre, SNCF prévoit de faire travailler l’équivalent de 500 emplois d’avenir.

Des gages aux syndicats

Après l’élection de François Mitterrand, SNCF avait recruté massivement en 1982, avant que les effectifs ne s’érodent régulièrement. Seule frein à cette tendance, l’adaptation des 35 heures avait conduit à l’embauche de 3000 à 4000 agents supplémentaires. Mais depuis, la dégringolade s’est régulièrement poursuivie, notamment avec la suppression de 10000 postes dans le fret.

« Compte tenu du bon niveau d’activité dans l’activité du transport de voyageurs et des besoins en Île-de-France, nous recrutons davantage cette année« , explique le patron de SNCF. Il n’est pas impossible de croire que cette hausse très légère des effectifs de l’ÉPIC qui intervient là aussi après le retour de la gauche au pouvoir répond aussi à d’autres raisons.

Elle permet de donner des gages aux syndicats au moment où la réforme de l’ÉPIC et la remise à plat du statut cheminot, le « RH077 », via négociation d’une convention collective commune à tout le secteur ferroviaire s’annonce hautement risquée.

La CGT se déclare sceptique après ses annonces.

(Avec mobilicites.com et France Inter).

Posted in SNCF | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :