ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

La Haute-Savoie ratera-t-elle l’arrivée du CEVA ?

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

La gare d’Annemasse raccordée à celle de Genève Cornavin : tel est le but du CEVA.

Le canton de Genève poursuit la réalisation du raccordement ferroviaire des gares de Cornavin, des Eaux-Vives et d’Annemasse (CEVA) approuvé à 63% lors de la votation populaire qui lui était consacré. Ce raccordement fera tomber le mur de Berlin ferroviaire de la cité de Calvin.

Longtemps considéré comme un RER de l’agglomération genevoise, cette réalisation représente également un enjeu majeur pour la Haute-Savoie. En effet, des trains directs sont prévus toutes les heures entre Genève, Évian, Annecy et Saint-Gervais, via la gare d’Annemasse.

Certains opposants français au projet invoquent que leurs commune vont devenir des dortoirs de Genève, or les transfrontaliers sont déjà là et vont actuellement à 90% à leur travail en voiture. Avec CEVA et le RER franco-valdo-genevois, la Haute-Savoie bénéficiera de la venue des Suisses sur son territoire permettant d’y développer toute l’économie régionale. Les stations de sports d’hiver comme Saint-Gervais ou Chamonix seront accessibles depuis Genève en train avec un temps de parcours semblable aux stations valaisannes. Or lorsque l’on sait qu’un habitant suisse sur deux possède un abonnement de chemin de fer, on constate la nette préférence des helvètes au transport ferroviaire.

Les dessertes internes à la Haute-Savoie bénéficieront également de meilleures dessertes sur l’ensemble des étoiles de La Roche-sur-Foron et d’Annemasse avec un cadencement au moins deux trains par heure et par sens sur Annemasse – La Roche-sur-Foron et Annemasse – Évian et au moins un train par heure Annemasse – Bellegarde, La Roche-sur-Foron – Saint-Gervais et La Roche-sur-Foron – Annecy et à l’heure.

L’ARDSL recommande l’inscription au prochain contrat de projet État – Région (CPER) de mesures complémentaires pour augmenter les bénéfices apportés par CEVA et le RER franco-valdo-Genevois à la Haute-Savoie.

Il convient de moderniser l’étoile ferroviaire de La Roche-sur-Foron. Nous demandons donc que la ligne Annemasse et La Roche-sur-Foron (commune aux trains desservant Annecy et la vallée de l’Arve) soit dotée d’une signalisation moderne (BAL, block automatique lumineux) et de points de croisements supplémentaires (en plus de celui existant à Reignier). Dans une seconde étape, il faudra moderniser les deux autres branches de l’étoile de La Roche-sur-Foron. Cela passe notamment par la réalisation d’un shunt près de La Roche-sur-Foron (avec création d’une halte La Roche-sur-Foron nord à la sortie du shunt côté Annemasse ; dans un premier temps ce shunt pourrait être monotube le shunt étant utilisé pour le matin pour le sens Annecy – Genève et le soir pour le sens Genève – Annecy, la voie ferrée actuelle continuant de servir pour le sens inverse de circulation).

Par ailleurs, il est vital de compléter les dessertes CEVA par la réouverture des 17 kilomètres séparant Évian et Saint-Gingolph (ligne du Tonkin) pour permettre la création de relations directes tant depuis Genève que depuis Annecy vers Martigny et Sion via Thonon-les-Bains.

Il faut également signaler que le projet CEVA France s’inscrit pleinement dans la logique du Grenelle de l’Environnement en offrant une alternative crédible au tout routier, d’autant plus que la vallée de l’Arve dépasse largement les seuils annuels de pollution de l’air.

Enfin, l’ARDSL souligne que dans le cas où les élus, voire la population de la vallée de l’Arve seraient majoritairement opposés au projet, il n’est pas à exclure que les dessertes soient  davantage concentrées sur l’axe Annecy – Genève au détriment de la vallée de l’Arve. Une telle situation serait pour le moins dommageable.

9 Réponses to “La Haute-Savoie ratera-t-elle l’arrivée du CEVA ?”

  1. eldwane said

    Bonjour

    Il me semble que vous oubliez les conclusions de l’étude prospective des déplacements en Haute-Savoie, qui prévoit déjà une bonne partie des aménagements que vous préconisez. Dire qu’il faut faire des aménagements est une chose, demander à ce qu’ils soient réalisés plus tôt est en une autre !
    Par ailleurs, cette étude a démontré que le shunt de La Roche-sur-Foron ne permettait que de très modestes améliorations (y compris en temps de parcours), pour un coût d’investissement faramineux ! Il semble donc plus pertinent de défendre des aménagements permettant l’augmentation de capacité plutôt qu’un gros aménagement engloutissant le peu de crédits disponible, et ne permettant que de légère améliorations..

    Enfin, vous oubliez que la section Annemasse – La Roche-sur-Foron sera automatisée (BAL) avec CEVA France. Votre demande est donc inutile (sur ce point en tout cas), sachant que cet aménagement sera fait (cf enquête publique en cours).

    Cordialement

    • ardsl said

      Merci d’ouvrir le débat avec nous.

      Sauf erreur de notre part, l’étude prospective des déplacements n’a pas été rendue publique. Certains promoteurs de projets routiers n’hésitent pas d’ailleurs à passer outre cette étude.

      Le shunt de La Roche-sur-Foron a un coût élevé. Mais la question qui se cache derrière est bien celle des déplacements entre Annecy et Genève. Pour ce trajet, il y a désormais 2 autoroutes, une route départementale et une voie ferrée à voie unique avec deux rebroussements. Il convient donc remettre à niveau le trajet ferroviaire.

      La Région Rhône-Alpes défend également une modernisation du sillon alpin au nord d’Annecy (après la modernisation au sud d’Annecy et la réalisation du CEVA).

      Sur Annemasse – La Roche-sur-Foron, il n’est pas inutile de souligner la nécessité de BAL. C’était le but de ce paragraphe, qui est une réponse à certaines personnes qui conteste cette nécessité.

      • eldwane said

        Ah, j’avais oublié qu’elle n’était pas publique.

        Mais tout de même, hors résultats d’étude ou quoi que ce soit, ma remarque est à comprendre dans ce sens : il faut faire attention à ne pas soutenir à tout pris une grosse infrastructure qui pourrait coûter très cher et engloutir tous les crédits disponibles, alors qu’un assemblage de nombreuses mesures de petite ou moyenne ampleur pourrait rendre beaucoup plus de services, et ce, pour un coût similaire (voire inférieur).

  2. Bonjour,

    Effectivement le financement de la section Annemasse – La Roche est acté dans la projet de modernisation de l’étoile d’Annemasse (hors projet pôle gare) soit le mise en BAL des trois branches vers Longeray, Evian et La Roche. Ce dernier chantier aurait dû, suivant un programme établi, commencer juste après les travaux du genevois.

    Pour ce qui est du shunt de La Roche dont j’entends parler pour la première fois, l’ARDSL a-t-elle une bonne connaissance topographique de la région ?
    Il est vite oublié que La Roche-sur-Foron est adossé à un terrain en fort dénivelé et qui a déjà pris la route ou l’autoroute depuis l’entrée Nord de La Roche sait à quel point ça grimpe pour rejoindre le col d’Evires. La voie ferrée pour rejoindre ce col depuis la gare de La Roche doit suivre un tracé en boucle à l’Est en rampe quasi permanente de 21/1000 jusqu’à Saint-Laurent et entre 19 et 20/1000 jusqu’au tunnel d’Evires. Quand on prend le train on se rend compte aussi de l’écart énorme d’élévation entre la gare et le haut de la boucle puisque le tracé de la ligne décrit un véritable tour à 190° … On part plein Est en bas et quand on est en haut on est dans la ligne de mire du Salève. Shunter la gare de La Roche revient donc à partir plus tôt en déclivité mais il faut ensuite rejoindre le tracé initial en quasi ligne droite pour absorber le dénivelé, presque à la même valeur que la route départementale et l’autoroute dont ce tracé longerait le parcours.

    Est-ce donc une simple « idée » que ce shunt ou y a t-il une véritable étude topologique de faite en vertu de l’aspect accidenté de la zone concernée ?

    • ardsl said

      Nous connaissons les spécificités géographiques de ce territoire.

      Ce shunt a été étudié par RFF dans le cadre des études de modernisation du réseau ferroviaire de la Haute-Savoie, menés pour la candidature d’Annecy aux Jeux 2018. Il n’est pas irréalisable.

  3. Bonjour,

    Je n’ai pas dit irréalisable mais véritablement ardu en terme de génie civil et de caractéristiques de profil en long. Mais effectivement le coût va s’en ressentir mais si le temps gagné ne dépasse pas 5 min (ce qui sera le cas à mon avis en raison des « conditions de traction et de freinage » qui seront imposées par le profil), quel réel intérêt d’un tel investissement ? Quelle augmentation de fréquentation est réellement prévue pour couvrir cet investissement colossal ?

  4. LACHENAL William said

    Le shunt de La Roche-sur-Foron a déjà fait l’objet d’une étude par l’ancienne direction régionale SNCF de Chambéry avant la création de RFF. Il s’agit de la réalisation d’un tunnel de 8 km de longueur qui est parfaitement réalisable encore aujourd’hui d’après les experts …

  5. Bonjour William,

    Un tunnel c’est une bonne idée mais ce sont aujourd’hui des chantiers qui ont la fâcheuse tendance à être très longs à mettre en œuvre et très longs à réaliser malgré des tunneliers de plus en plus performants. Et des coûts qui partent en flèche.
    Une idée à garder sous le coude donc et je pense que quand le CEVA aura étendu sa toile cadencée on aura déjà une bonne satisfaction du résultat, même si les temps de parcours n’évolueront pas dans les grandes largeurs.
    Le Mont-Blanc Express met 40 min pour monter à Chamonix depuis Saint-Gervais contre à peine 15 à 18 min en voiture. Malgré ce temps de parcours très long, beaucoup de pendulaires préfèrent s’en remettre au chemin de fer lent mais gratuits. Je le sais bien, je transporte ces gens et je discute souvent avec eux. Preuve que le temps de parcours n’est finalement plus vraiment une priorité pour la population et qu’il est temps de revoir les véritables priorités de tous : un moyen de transport reposant (ce que ne sera jamais la voiture suivant certaines conditions climatiques entre autre) et sécuritaire mais aussi finalement attrayant financièrement face aux prix des carburants.

    Qui se souvient de feu le TER Evian – Valence morcelé en quatre trains lents à l’arrivée du cadencement ?
    Moi je l’ai pris plusieurs fois et malgré un arrêt de 20 min à Annecy pour changement de locomotive (à Chambéry au retour le soir), ce train avait la moyenne la plus fulgurante avec un départ à 5h06 d’Evian et une arrivée à 8h45 à Grenoble ! Preuve que ce temps de parcours Nord – Sud est tout à fait possible aujourd’hui si on le décidait. Il faut 35 min pour faire Evian – Annemasse ; 17 min pour Annemasse – La Roche; 40 min pour La Roche – Annecy. Rajoutez quelques minutes d’arrêt à Annemasse et La Roche-sur-Foron. On arrive à 1h40 au bas mot. Ce que mettait comme temps le Evian – Valence en son temps. Tout cela avec une rame tractée (donc marche détendue) et du bloc manuel tout du long.

    Quand on veut on peut …

    • ardsl said

      Bonsoir,

      Le train n’est pas gratuit entre Le Fayet et Chamonix. La gratuité ne s’applique que sur le PTU de Chamonix, c’est-à-dire entre Servoz et Vallorcine.

      Vous n’avez sans doute pas tort un service ferroviaire peut être attractif par une fréquence élevée malgré des (auto)routes très performantes.

      Nous irions même plus loin que vous dans votre argumentation. Le train est un mode de transport beaucoup plus sûr que la voiture. L’office fédéral des statistiques a publié une étude très parlante sur ce sujet. Nous l’avons relayé sur notre blog.

      Sur les dessertes ferroviaires Annecy – Evian, plusieurs éléments :

      1) Il existe à la demande de l’ARDSL un aller-retour hebdomadaire Grenoble – Evian, qui est très fréquenté.
      Le départ d’Evian se fait à 17h30 tous les dimanches, pour une arrivée à Grenoble à 21h32. Ce train dessert Thonon, Bons-en-Chablais, Annemasse, Reignier, La Roche-sur-Foron, Groisy, Pringy, Annecy (arrivée à 19h29), Rumilly, Albens, Grésy-sur-Aix, Aix-les-Bains, Chambéry, Montmélian, Pontcharra et Gières.
      Le vendredi, le train part de Valence à 17h14. Il dessert Grenoble à 18h31 et Annecy à 20h32. L’arrivée à Evian se fait à 21h58. Les arrêts desservis sont les mêmes que le dimanche soir.
      2) Pour le reste avec le RER franco-valdo-genevois, des relations entre Annecy et le Chablais seront possibles toutes les heures par correspondance (en 20 minutes environ) à Annemasse. Le temps de parcours Annecy – Thonon à horizon 2018 devrait être proche de 1h45.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :