ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

SNCF met fin à l’érosion de ses effectifs

Posted by ardsl sur 24 septembre 2012

L’ÉPIC SNCF va terminer l’année 2012 avec une très légère hausse des effectifs. Un revirement lié à la bonne tenue de l’activité dans le transport de voyageurs, indique l’entreprise. Mais il répond aussi au besoin de rassurer les syndicats avant la remise à plat des conditions de travail des cheminots forcément inscrit dans le projet de loi du gouvernement sur le système ferroviaire.

Alors que les plans sociaux battent leur plein et que la barre des trois millions de chômeurs est franchie, SNCF fait valoir ses efforts d’employeur.

« En 2012, nous aurons embauché 10000 personnes : 5300 au sein de l’ÉPIC (Établissement public industriel et commercial), 4700 dans le reste du groupe, ce qui classe la SNCF comme deuxième entreprise derrière McDonald’s en nombre d’embauches« , a mis en avant Guillaume Pépy, président de SNCF, lors du séminaire presse organisé à Berlin pendant le salon InnoTrans.

Ce volontarisme a une conséquence symbolique sur l’ÉPIC, la maison mère du groupe où la quasi-totalité des personnels travaille au statut cheminot. « Si l’on fait la balance des départs en retraite et des recrutements, l’ÉPIC va en effet mettre fin à l’érosion de ses effectifs en les stabilisant par rapport à 2011« , indique le patron de SNCF. C’est la première fois en dix ans.

Et si l’on se fie au bilan social 2011, l’ÉPIC rassemblait un effectif de 153922 personnes dont 144803 sous statut cheminot. S’ajoutent 9119 contractuels sachant que les recrutement au delà de 30 ans s’effectuent sous ce régime. Ce total serait donc stabilisé. « Les effectifs vont même s’accroitre d’une centaine de personnes, ce qui constitue un changement de cap par rapport au budget prévisionnel 2012« , indique Guillaume Pépy. En outre, SNCF prévoit de faire travailler l’équivalent de 500 emplois d’avenir.

Des gages aux syndicats

Après l’élection de François Mitterrand, SNCF avait recruté massivement en 1982, avant que les effectifs ne s’érodent régulièrement. Seule frein à cette tendance, l’adaptation des 35 heures avait conduit à l’embauche de 3000 à 4000 agents supplémentaires. Mais depuis, la dégringolade s’est régulièrement poursuivie, notamment avec la suppression de 10000 postes dans le fret.

« Compte tenu du bon niveau d’activité dans l’activité du transport de voyageurs et des besoins en Île-de-France, nous recrutons davantage cette année« , explique le patron de SNCF. Il n’est pas impossible de croire que cette hausse très légère des effectifs de l’ÉPIC qui intervient là aussi après le retour de la gauche au pouvoir répond aussi à d’autres raisons.

Elle permet de donner des gages aux syndicats au moment où la réforme de l’ÉPIC et la remise à plat du statut cheminot, le « RH077 », via négociation d’une convention collective commune à tout le secteur ferroviaire s’annonce hautement risquée.

La CGT se déclare sceptique après ses annonces.

(Avec mobilicites.com et France Inter).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :