ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for 3 octobre 2012

Les trains-hôtels Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone vont disparaître

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Les trains-hôtels nocturnes Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone seront supprimés définitivement dès le 8 décembre 2012. RENFE et SNCF, qui exploitent ces dessertes par l’intermédiaire du GEIE Elipsos.

Ces suppressions interviennent avant même l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras qui devrait intervenir dans le courant du second semestre 2012. Les dessertes Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone sont supprimés avec le passage au service 2013. Un répit est en revanche accordé aux dessertes Paris – Barcelone et Paris – Madrid, jusqu’à l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras.

Les dernières circulations au départ de Barcelone pour Zürich et Milan sont programmés pour jeudi 6 décembre. Les derniers départs de Zürich et Milan sont prévus pour vendredi 7 décembre.

L’avis de décès ne mentionne pas la raison de la mort des ces trains.

Néanmoins, Julio Gomez Pomar, président de RENFE avait fait passé le message suivant le 25 mai 2012. Les trains-hôtels nocturnes que fait circuler RENFE dans la péninsule ibérique et en Europe du Sud lui coûtent cher et, comme la demande est en baisse sensible, l’opérateur envisage de ne plus les exploiter lui-même. Les relations visées étaient  les relations avec du matériel Talgo de Madrid vers la Galice, ainsi que les relations internationales : celles au départ de la capitale espagnole vers Lisbonne et Paris comme celles depuis Barcelone vers Paris, Zurich et Milan. Les trains avec la France sont exploités avec SNCF via un GEIE baptisé Elipsos.

À l’ouverture de la LGV Barcelone – Figueras, les trains-hôtels devraient être remplacés par des TGV. Des relations Paris – Barcelone et Paris – Madrid sont prévues. Une relation TGV Genève – Barcelone verra également le jour. En revanche, aucune relation entre Milan et Barcelone ne sera mise en place.

On ignore à ce jour, si un service iDBUS sera mis en place après l’enterrement des trains hôtels Zürich – Barcelone et Milan – Barcelone.

Posted in Espagne, Genève, Italie, Service 2012, Service 2013, SNCF, Suisse, Valais | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Budget 2013 : l’AFITF voient ses moyens augmenter de 4%

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Merci la route ! Grâce à la taxe poids lourds ou à la traque aux excès de vitesse, le ministère des Transports devrait pouvoir maintenir en 2013 son effort en faveur des infrastructures, via son Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF) : axes routiers, lignes à grande vitesse, transport collectifs en site propre, réalisations fluviales, portuaires ou maritimes.

Loin d’être soumis à la rigueur, les moyens de l’Agence de financement des infrastructures de France (AFITF) présidée par le député socialiste Philippe Duron doivent au contraire augmenter de 4%. Pour atteindre 2,207 milliards d’euros en 2013, contre 2,11 milliards en 2012.

C’est ce qu’il ressort du projet de budget 2013 du ministère de l’Écologie – Delphine Batho exerce la tutelle sur les Transports – pourtant soumis à une baisse globale de 4,5% de son budget. Celui-ci recule en effet à 7,6 milliards d’euros, avec la suppression de 614 postes.

400 millions attendues de la taxe poids-lourds

Comment expliquer une telle progression de moyens en faveur de l’AFITF alors même que l’État va réduire la subvention qu’il lui verse : 700 millions d’euros au lieu du milliard ces dernières années ? En fait, pour compenser, le gouvernement compte sur des moyens extra-budgétaires.

Tout d’abord, la taxe poids lourds dont l’entrée en vigueur est prévue à partir de fin juillet 2013. Il espère en tirer 400 millions d’euros bruts sur les derniers mois de 2013. « Mais cette estimation théorique reste à vérifier« , mesure-t-on avec prudence à l’AFITF. Surtout si le trafic de poids lourds continue de s’effondrer, sachant qu’il flirte actuellement avec les niveaux très bas de 2008.

L’autre levier pour augmenter les moyens de l’Agence est une augmentation de certaines ressources existantes, comme le produit des amendes radars. À force d’un quadrillage de plus en plus implacable des routes, les recettes des radars explosent. La part qu’en perçoit l’AFITF devrait dépasser largement les 200 millions d’euros.

Également en progression attendue, la Taxe d’aménagement du territoire (TAT qui a représenté 555 millions en 2012), elle augmente d’environ 10 millions par an. Ou enfin, la redevance domaniale (environ 200 millions en 2013).

À quoi serviront les 2,2 milliards d’euros de l’AFITF ?

La répartition sera précisément fixée au conseil d’administration de décembre, une fois la Loi de finances 2013 adoptée. Si le cabinet de Frédéric Cuvillier communique sur un changement de cap avec l’arrêt de grands projets – ce qui semble être le cas pour le canal Seine – Nord – et l’effort sur les réseaux de transport existant, les grands équilibres ne seront pas fondamentalement bouleversés.

Environ un tiers des crédits ira aux routes (modernisation des itinéraires routiers, régénération du réseau national, amélioration de la sécurité en tunnel), indique le ministère.

Un quart des dépenses sera consacré aux lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV) qui occupent une part importante compte tenu de la fin de la LGV Est et des lancements décidés sous le précédent quinquennat comme Tours – Bordeaux, Nîmes – Montpellier ou Bretagne – Pays-de-Loire.

200 à 250 millions de crédits pour les TCSP en 2013

Une fraction des moyens de l’AFITF ira aux transports collectifs en site propre (TCSP). Aucun crédit de paiement, mais des autorisations d’engagement seront affectés au troisième appel à projets TCSP. L’Agence continue en fait de régler sa participation au deuxième et même au premier appel à projets, au fur et à mesure des mises en service des tramways, comme celui de Dijon par exemple. Les crédits versés pourraient atteindre 200 à 250 millions en 2013.

Et l’entretien du réseau ferroviaire classique se poursuit via les contrats de projets État Régions.

Concernant le budget des infrastructures et services de transport (Programme 203 dans le langage technocratique) du ministère des Transports, signalons que Frédéric Cuvillier a obtenu un maintien des moyens à 3,174 milliards. Et 70%, soit plus de 2,536 milliards d’euros seront versés à Réseau ferré de France (RFF) pour poursuivre l’effort d’entretien du réseau (même montant qu’en 2012). Si la Loi de finances confirme ces projections…

Les TET plus dotés en 2013

En 2013, l’aide versée par l’État à SNCF pour exploiter les trains d’équilibre du territoire (TET) va progresser de 45 millions d’euros. L’enveloppe globale de subventions sera portée à 325 millions d’euros, soit + 16%.

Trois raisons à cela :

  • davantage de dessertes sont maintenues que prévu (Paris – Belfort est conservé pendant 18 mois après la mise en service de la LGV Rhin – Rhône).
  • une réévaluation des charges facturées par SNCF.
  • une compensation à la hausse limitées des tarifs intervenues en janvier et en août 2012.

Cette aide accrue ne coûtera rien à l’État. Elle sera financée par un relèvement du plafond de la taxe sur le résultat des entreprises ferroviaires (TREF) qui était plafonnée à 155 millions d’euros. Le solde sera financé à hauteur de 90 millions d’euros par la contribution de solidarité nationale, et à hauteur de 35 millions d’euros par une fraction de la taxe d’aménagement du territoire.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Politique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Veolia Transdev est reconduit pour six ans à Chalon-sur-Saône

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Opposé à RATP Dev, c’est finalement Veolia Transdev, candidat sortant, qui exploitera jusqu’en 2018 les transports publics du Grand Chalon. Le nouveau délégataire s’est engagé à augmenter la fréquentation de 35% et les recettes de 49%.

« La procédure a été marquée par un climat très concurrentiel qui a permis à la communauté d’agglomération d’obtenir une offre particulièrement intéressante tant sur le plan technique que financier« , indique-t-on au Grand Chalon (39 communes, 110000 habitants autour de Chalon-sur-Saône).

À partir du 1er janvier 2013, la collectivité va disposer d’une offre de transport étoffée (+ 22%) pour une subvention forfaitaire inférieure au montant actuel. La subvention s’élèvera en moyenne à 8,997 millions d’euros par an, contre 9,009 millions d’euros en 2011.

Parmi les actions à mener, Veolia Transdev devra réorganiser le réseau urbain autour de la nouvelle ligne de BHNS (inaugurée le 3 septembre 2012) reliant la gare SNCF aux pôle d’activités de Saôneor. Il devra également exploiter la nouvelle desserte permettant aux salariés d’Amazon de se rendre au Distripôle à Sevrey. L’offre sera également renforcée en deuxième couronne.

Plus de sous-traitance

« Pour ce réseau, Veolia Transdev recourra à la sous-traitance de façon plus importante, associant de la sorte les transporteurs locaux et les artisans taxis. Ce qui permet de préserver l’emploi et le tissu économique local« , explique le Grand Chalon. Enfin, Veolia Transdev développera un système de vélos en libre-service doté de 150 vélos, répartis dans 12 stations.

Il est également prévu de créer un système de location en longue durée avec 50 vélos, dont 20 pliants et 10 en assistance électrique. Ces mesures devraient porter à 9,05 millions le nombre de voyages en 2018 (6,7 millions en 2001) et augmenter de 49% les recettes commerciales.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Bourgogne, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Issue proche pour le dossier Veolia Transdev ?

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

La Caisse des dépôts et consignations (CDC) et Veolia Environnement seraient tombés d’accord sur une répartition à 60/40 du capital de leur filiale commune spécialisée dans le transport de voyageurs Veolia Transdev, affirme Le Figaro. Ce qui ne suffit pas à déconsolider la dette de Veolia qui cherche à se désengager depuis près d’un an.

Selon le quotidien du 3 octobre 2012, qui cite des sources concordantes, les deux parties se sont entendues sur une montée de la Caisse des dépôts (CDC) fin septembre. Actuellement, Veolia Transdev est détenu à 50/50 par les deux groupes, mais Veolia souhaite s’en désengager dans le cadre de son programme de désendettement. L’hypothèse d’une montée à 55% ou 60% de la CDC est, dans ce cadre, évoquée depuis plusieurs semaines.

Veolia Transdev bénéficierait dans un premier temps d’une recapitalisation par transformation de créances de la CDC en actions, puis d’un apport supplémentaire. Puis, d’ici 2013, la société remboursera l’essentiel de ses dettes à l’égard de Veolia Environnement en cédant des actifs.

Régime minceur

Selon Le Figaro, la Caisse s’est en effet résolue à imposer à Veolia Transdev « un régime minceur plus sévère que prévu et qui touchera des actifs internationaux en pertes ou trop consommateurs de capitaux« . Ainsi « Veolia pourra diviser par plus de deux son exposition financière à Veolia Transdev d’ici la fin 2013, c’est-à-dire à moins de 500 millions d’euros« , selon une source proche du dossier, citée par le journal.

« La Caisse ne veut pas aller au-delà de 60%« , affirme une source proche du dossier, qui confirme l’offre. Le problème est que celle-ci pourrait être insuffisante pour Antoine Frérot, le PDG du Veolia Environnement. « Si Veolia reste à 40%, la déconsolidation de la dette est très minime. Il aurait souhaité ne pas garder plus de 20%« , poursuit cette même source, qui rappelle que, actuellement, les deux actionnaires portent chacun environ 900 millions d’euros de dette.

En clair, l’opération porterait sur une centaine de millions. Ce que conteste une autre source, arguant du fait qu’en ne détenant plus le co-contrôle, Veolia Environnement pourrait déconsolider l’essentiel de la dette, citant un chiffre de l’ordre de 500 à 600 millions. Mais si tel était le cas, Antoine Frérot devrait sauter sur l’offre de la Caisse. Or, selon les informations de l’AFP, le patron de Veolia aurait commencé à y répondre en mettant des conditions « qui ne vont pas de soi pour la Caisse« , indique un proche du dossier.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Nîmes inaugure sa ligne de BHNS : un tango à deux temps

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Après bien des péripéties Nîmes a inauguré, le 29 septembre 2012, une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) baptisée Tango +. Longue de 6 kilomètres et orientée Nord – Sud, elle relie la sortie de l’autoroute A54 aux Arènes. Le tour de l’Écusson, voie circulaire qui enserre le centre historique, prévu à l’origine, ne se fera que dans une seconde phase. Un réseau qui devrait être complété à l’horizon 2018 par une ligne de tramway Est – Ouest.

« Une épine dorsale qui va irriguer tout le territoire« . C’est ainsi que Jean-Paul Fournier, président de la communauté d’agglomération nîmoise et maire de Nîmes, a qualifié cette première ligne structurante du réseau gardois. Une « épine dorsale » qui a aussi été longtemps une épine dans le pied des élus de l’agglomération.

À l’origine, cette ligne de BHNS intégralement en site protégé, aurait dû relier la sortie de l’autoroute A54 où est implanté un parking relais de 262 places, au cœur de la ville, en effectuant une boucle autour du centre historique « l’Écusson ». Mais au printemps 2011, une décision du tribunal administratif, saisi par des opposants au projet qui contestaient l’abattage de platanes centenaires, a obligé l’agglomération à stopper les travaux au niveau des Arènes et à relancer une procédure. Résultat c’est une ligne longue de 6 kilomètres au lieu des 8 prévus à l’origine qui a été inaugurée ce 29 septembre.

Un brin d’amertume

Il n’empêche la première ligne forte du réseau nîmois est là et bien là et les élus comptent sur son efficacité (20 km/h de vitesse commerciale) pour convaincre les plus réticents que son prolongement est une nécessité. Lors du conseil communautaire de juillet 2012, l’agglomération nîmoise a acté le lancement d’une nouvelle concertation pour terminer le tour de l’Écusson et, mieux encore, pour prolonger la ligne vers le Nord jusqu’à l’université Hoch-Sernam qui sera inaugurée en 2013, soit environ 2 kilomètres supplémentaires.

La ligne de Tango + (Tango est le nom du réseau nîmois) est exploitée avec des bus de 24 mètres Créalis Neo fournis par Irisbus, dont la face avant a été spécialement dessinée pour Nîmes. Ils sont guidés aux arrêts grâce au système développé par Siemens France ce qui permet une accessibilité parfaite à des stations qui n’ont rien à envier à celles d’un tramway. Un second parc relais de 90 places est implanté à la station Parnasse qui constitue un pôle intermodal ou se croisent plusieurs lignes du réseau urbain et départemental. Les bus circulent 7 jours sur 7 de 5h15 à 1h. La fréquence de passage varie entre 20 minutes aux heures les plus creuses et 5 à 8 minutes aux heures de pointe.

En attendant le tramway

Si l’attention des élus nîmois est encore concentrée sur le prolongement de cette ligne ils n’en oublient pas le projet de tramway, orienté Est – Ouest, qui devrait compléter l’armature du réseau nîmois et donner une vraie cohérence à cette agglomération encore jeune. Présenté lors du second appel à projets du Grenelle, fin 2010, ce projet de ligne n’avait pas été retenu pour bénéficier d’une subvention de l’État, parce que les études n’étaient pas assez avancées. Mais le conseil communautaire de juillet 2012 a donné son feu vert. Elle pourrait voir le jour à l’horizon 2018.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Languedoc-Roussillon, Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Circulation ferroviaire : suppressions et retards constatés mercredi 3 octobre

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Accident de personne dans le Var

Un TER, qui transportait une centaine de passagers, a percuté mortellement un piéton à Roquebrune-sur-Argens (Var). La circulation a été totalement interrompue dans ce secteur à 9h30. Elle a repris progressivement sur une voie à 11h25. Elle a repris normalement à  12h.

Grève en Belgique

Un mouvement de grève affecte la SNCB. Aucun TGV ne circule entre Bruxelles et Lille, ainsi qu’entre Bruxelles et Roissy.

Trains supprimés

  • TER 885116/7 (Saint-Marcellin 7h04 – Grenoble 7h48) en raison de la panne d’un autre train.
  • TER 17756 (Part-Dieu 7h20 – Bercy 12h22) : supprimé uniquement entre Dijon et Bercy, en raison de l’attente d’un personnel. Mise en place d’un train de remplacement.
  • TER 885411 (Saint-André-le-Gaz 7h33 – Gières 8h39) : supprimé uniquement entre Grenoble et Gières.
  • IC 716 (Saint-Gall 8h11 – Genève aéroport 12h24) : supprimé uniquement entre Cornavin et Coitrin, en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement. Mise en place d’un train de remplacement.
  • TER 873402 (Clermont-Ferrand 8h23 – Saint-Germain-des-Fossés 9h06) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 873409 (Saint-Germain-des-Fossés 9h17 – Clermont-Ferrand 10h03) en raison de la réutilisation de la rame du 873402.
  • TER 17762 (Part-Dieu 13h20 – Bercy 18h22) : supprimé uniquement entre Lyon et Dijon, en raison de l’absence d’un personnel.
  • TER 883748/9 (Chambéry 16h24 – Grenoble 17h23) en raison d’un incident technique sur le train.
  • TER 887343 (Perrache 17h19 – Gières 19h24) : supprimé uniquement entre Grenoble et Gières.
  • TER 885166/7 (Grenoble 17h37 – Chambéry 18h36) en raison de la réutilisation de la rame du 883748/9.
  • TER 885382 (Gières 19h35 – Grenoble 19h47) en raison de la réutilisation prévue de la rame du 887343.

Trains retardés

2h de retard pour le TGV 5474/5 (Montpellier 17h02 – Strasbourg 22h49) en raison d’un accident de personne.

1h15 de retard pour :

  • le TGV 6962/3 (Annecy 7h31 – Paris 11h15) en raison d’une panne à Grenay.
  • le TGV 5462/3 (Metz 8h15 – Montpellier 15h01) en raison de l’attente du 5472/3 à Dijon.
  • le TGV 6906 (Grenoble 8h17 – Paris 11h19) en raison de la panne du 6962/3 à Grenay.
  • le TGV 5472/3 (Strasbourg 9h16 – Montpellier 15h01) en raison d’un problème de signalisation à Sélestat.

1h de retard pour l’IC 4416/7 (Tours 16h16 – Part-Dieu 21h20) en raison d’un incident technique sur le train et d’un détournement par Saint-Étienne.

50 minutes de retard pour :

  • le TER 17818 (Part-Dieu 20h20 – Dijon 22h19) en raison d’obstacles sur ou aux abords des voies.
  • le TER 875746/7 (Part-Dieu 20h40 – Clermont-Ferrand 23h08).
  • le TER 886036 (Part-Dieu 21h20 – Mâcon 22h06) en raison de l’attente d’un personnel.

40 minutes de retard pour :

  • le TGV 5148/9 (Metz 6h11 – Nice 15h36) en raison d’un vol de câble entre Lunéville et Blainville.
  • le TER 17756 (Part-Dieu 7h20 – Dijon 9h19) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TGV 6886/7 (Nice 10h57 – Genève 17h16) en raison d’un accident de personne dans le Var.
  • les TGV 5016/7 et 9864/5 (Nice 11h27 – Lille Europe 18h57) en raison d’un accident de personne dans le Var.
  • le TER 886438 (Part-Dieu 16h50 – Bourg-en-Bresse 17h42) en raison d’un incident technique sur le train.

30 minutes de retard pour :

  • le TER 873270 (Brioude 4h36 – Clermont-Ferrand 5h44) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17600 (Grenoble 5h17 – Part-Dieu 6h46) en raison de l’affluence et d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 9240 (Milan 6h07 – Paris 13h23).

25 minutes de retard pour :

  • le TER 885411 (Saint-André-le-Gaz 7h33 – Grenoble 8h25).
  • le TER 885607 (Grenoble 12h10 – Gap 14h26).
  • le TER 887343 (Perrache 17h19 – Grenoble 19h09) en raison de l’attente d’un personnel.

20 minutes de retard pour :

  • le TGV 6900 (Grenoble 5h11 – Paris 8h23) en raison de l’affluence et d’un dérangement d’installation.
  • le TGV 6902 (Grenoble 6h06 – Paris 9h19) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17809 (Dijon 9h40 – Part-Dieu 11h40) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17522/3 (Chambéry 12h38 – Valence 14h48) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 885668/9 (Gap 13h28 – Grenoble 15h43).
  • le TER 891418 (Chalon-sur-Saône 14h17 – Dijon 15h10).
  • le TER 17532/3 (Annecy 15h37 – Valence 18h46) en raison de la panne d’un autre train.
  • le TER 17766 (Part-Dieu 17h20 – Bercy 22h22) en raison de difficultés lors de la préparation du train.
  • le TER 875742/3 (Part-Dieu 17h40 – Clermont-Ferrand 20h01).
  • l’ICN 638 (Bâle 19h03 – Genève aéroport 21h56) en raison de personnes à proximité des voies.
  • le TER 17823 (Dijon 19h40 – Part-Dieu 21h40) en raison de difficultés lors de la préparation du train.

15 minutes de retard pour :

  • le TGV 6644 (Part-Dieu 6h52 – Paris 8h49) en raison d’un dérangement d’installation.
  • le TER 17605 (Part-Dieu 7h14 – Grenoble 8h40).
  • l’IC 716 (Saint-Gall 8h11 – Genève 12h17) en raison d’un dérangement à l’appareil d’enclenchement.
  • l’EC 32 (Milan 8h25 – Genève 12h18).
  • le TER 17617 (Part-Dieu 12h14 – Grenoble 13h37) en raison de l’attente d’un personnel.
  • l’ICN 531 (Genève aéroport 14h05 – Saint-Gall 18h15) en raison de l’attente d’un personnel.
  • le TER 17621 (Part-Dieu 14h14 – Grenoble 15h35) en raison d’une correspondance avec un train retardé.
  • le TER 96646/7 (Genève 16h42 – Grenoble 19h05) en raison d’un incident technique sur le train.
  • le TER 17767 (Bercy 17h31 – Part-Dieu 22h40) en raison de l’affluence et de travaux.
  • l’ICN 1641 (Lausanne 18h45 – Bâle 20h53) en raison de personne à proximité des voies. Mise en place d’un train supplémentaire au départ de Laufen.
  • le TER 885680 (Gap 19h30 – Grenoble 21h47).
  • l’IR 2548 (Berne 23h08 – Genève 1h05).

(Avec metrofrance.com).

Posted in Grèves, Retards / Suppressions | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seulement 10% des Suisses partent en vacances en train

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Le voyagiste Hotelplan a analysé les données de l’Office fédéral de la statistique durant dix ans. Les résultats de leur étude démontrent que même en période de crise, les Suisses continuent à partir en vacances et de préférence en voiture.

Selon une étude réalisée par le voyagiste Hotelplan, publiée mardi 20 octobre, 44% des Suisses utilisent leur propre véhicule pour leurs vacances, 39% optent pour l’avion et 10% prennent le train.

L’étude montre aussi que chaque année, 85,5% des Suisses partent en voyage et passent au moins une nuit hors de leur domicile. Pour le nord-ouest de la Suisse, ce chiffre est de 89% et pour le bassin lémanique de 82%.

Un budget important

Le budget des ménages consacré aux voyages reste important. Selon l’étude, une famille avec deux enfants et un revenu net de 4500 francs pourra consacrer 3000 francs par année au maximum à ses vacances.

En 2010, plus de 67% des ménages étaient sans enfants. Ce chiffre pourrait augmenter de 9% en 2030. Ainsi, beaucoup de Suisses sont libres de choisir de partir hors vacances scolaires et le besoin d’offres individualisées s’accroît.

(Avec AP).

Posted in Europe, Loisirs, Suisse | Tagué: | Leave a Comment »

Travaux entre Ambérieu et Lyon

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Des travaux sont programmés entre Ambérieu et Lyon à partir du 9 avril et jusqu’au 2 juillet, ainsi que le 3 octobre.

Ils entraînent la suppression du TER 886700/1 (Ambérieu 5h35 – Part-Dieu 6h18) :

  • du mardi 10 au vendredi 13 avril.
  • du mardi 17 au vendredi 20 avril.
  • du mercredi 2 au vendredi 4 mai.
  • les 7, 9, 10 et 11 mai.
  • les 14, 15, 16 et 18 mai.
  • du lundi 21 au vendredi 25 mai.
  • le mardi 29 mai.
  • les lundis 4, 11 et 18 juin.
  • le lundi 2 juillet.
  • le mercredi 3 octobre.

Les usagers doivent se reporter sur le TER 886702/3 (Ambérieu 6h07 – Part-Dieu 6h50) qui effectue un arrêt supplémentaire à 6h44 à Crépieux (sauf le 3 mai).

Le TER 895822/3 (Part-Dieu 7h34 – Belfort 11h29) a été supprimé uniquement entre Lyon et Bourg-en-Bresse :

  • du mardi au samedi du 10 avril au 26 mai (sauf les 9 et 18 mai).
  • les dimanches et les lundis du 27 mai au 18 juin, ainsi que mardi 29 mai.

Il a été remplacé par le car 76912 (Part-Dieu 6h47 – Bourg-en-Bresse 8h06).

Le TER 895848/9 (Belfort 18h36 – Part-Dieu 22h28) a été supprimé uniquement entre Bourg-en-Bresse et Lyon :

  • du lundi au vendredi du 9 avril au 25 mai (sauf les 8 et 17 mai).
  • les samedis et les dimanches du 26 mai au 17 juin, ainsi que lundi 28 mai.

Il a été remplacé par le car 76913 (Bourg-en-Bresse 21h48 – Part-Dieu 23h10).

Le TER 17968/9 (Annecy 21h00 – Part-Dieu 23h04) a été détourné par Chambéry et Saint-André-le-Gaz les 28 mai et 10 juin. Les 3 et 17 juin, ce TER a été exceptionnellement limité à Chambéry. Le parcours Chambéry – Lyon a été assuré en autocar. La desserte d’Ambérieu n’a pas été assurée. Télécharger les horaires des trains détournés et des cars de remplacement

Posted in Ain, Rhône, Travaux | Tagué: , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :