ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for the ‘Ardèche’ Category

Le nouveau patron d’Irisbus-Iveco en appelle au patriotisme des transporteurs français

Posted by ardsl sur 15 octobre 2012

2 bus de la Sibra à Annecy.

Pierre Lahutte a pris en juillet 2012 le volant d’Iveco-Irisbus, filiale de Fiat Industrial et deuxième acteur européen du bus et du car. Volontairement alarmiste, il exhorte les transporteurs français à acheter français pour protéger près de 3000 emplois sur l’Hexagone et « soutenir une industrie nationale en péril« .

À la veille du salon Autocar Expo le 18 octobre à Bordeaux, vous interpellez les autocaristes et exploitants de réseau de bus urbains sur leur manque de patriotisme. Ils n’achètent pas assez français ?

« Nos marques françaises, Irisbus et Heuliez Bus, ne représentent plus aujourd’hui que 45% des immatriculations en France (60% de parts de marché dans l’urbain), et 4 à 5% seulement en Allemagne. À l’inverse, les Allemands (Mercedes, Setra, Man) pèsent pour 40% de parts de marché en France et 80% en Allemagne. Ce grignotage est régulier depuis dix ans et même de grands groupes français de transport public achètent massivement des véhicules étrangers. »

Entre 2004 et 2011, le marché français du bus et du car a progressé passant de 4200 à plus de 6000 immatriculations, mais cela n’a pas profité à Irisbus qui a juste maintenu ses positions autour de 2800 unités. Le grand gagnant c’est Evobus (Mercedes-Setra) : comment l’expliquez-vous ?

« L’Allemagne a su mieux protéger la compétitivité de ses entreprises en soulageant les charges pesant sur le travail et assurant une vraie flexibilité. Par ailleurs, les constructeurs allemands ont massivement délocalisé en Pologne ou en Turquie. Enfin, ils peuvent s’appuyer sur un marché national extrêmement fermé, qu’ils dominent à 80%, un socle dur qui leur assure une pérennité inébranlable en cas de crise comme celle que nous vivons aujourd’hui. Par exemple, pour fabriquer notre autocar Magelys, il faut 1200 à 1500 heures de travail, à 30 euros de l’heure. À l’Est ou en Turquie, on peut trouver une main d’œuvre très flexible pour 10 euros de l’heure : le différentiel coût est de l’ordre de 24 à 30000 euros par véhicule. »

Un car Lisha, le réseau de transports interurbains du Conseil général de la Haute-Savoie

Depuis le rachat de Renault véhicules industriels (RVI) par l’Italien Iveco en 1999 et la création d’Irisbus, la marque est-elle encore perçue comme une marque française ?

« C’est vrai, Irisbus est parfois perçu comme un Italien, pas comme un Français. Pourtant avec la fermeture de deux usines en Espagne et Italie, Fiat Industrial a bien décidé de concentrer la production de bus et de cars sur trois sites européens, dont deux en France (1) où ont été rapatriés les produits jusque-là fabriqués en Europe du sud. Au total, en France, Fiat Industrial emploie 6000 personnes dont 4000 sur des emplois industriels directs. Nous sommes un acteur économique majeur en France, mais un autocar allemand, polonais ou turc coûte 20 à 25000 euros de charges sociales en moins que celui produit sur l’Hexagone. Les concurrents allemands, polonais ou turcs n’ont pas ce problème. Ils ont les moyens de nous attaquer sur les prix, les transporteurs y sont sensibles, mais il est essentiel de soutenir l’industrie nationale du bus et du car. Je suis épaté du peu de patriotisme de nos transporteurs routiers, contrairement à ce qui se passe dans le ferroviaire pour Alstom ou Bombardier. Toutes les grandes puissances industrielles, États-Unis, Chine, Allemagne, Brésil savent s’appuyer sur ce patriotisme économique pour soutenir leurs acteurs publics nationaux. J’attends un signe fort de la profession. Dans le passé, nous n’avons peut-être pas toujours été à la hauteur de ses attentes, mais aujourd’hui il est temps de nous donner une chance de démontrer que nos produits n’ont rien à envier aux marques étrangères : sur les bus à haut niveau de service ou les hybrides, nous avons été les pionniers en Europe, et nos cars Magelys Pro ou Crossway sont une référence pour nos concurrents. Sans sursaut national, le risque c’est la disparition d’un secteur industriel français historique. »

Iribus a aussi développé une offre de bus hybrides, mais peine à en vendre. C’est vraiment trop cher ?

« Non, ce n’est pas trop cher. Il y a un surcoût, comme pour toute nouvelle technologie, mais il est largement compensé dans le temps par les économies de carburant et d’émissions nocives notamment en NOX : de 25 à 40 tonnes de CO2 en moins par an. Nous dominons la technologie du bus hybride, notamment face à nos concurrents allemands, mais la France traîne les pieds. Seule Dijon s’est véritablement engagée et nous en a acheté 102 exemplaires. À Paris, la RATP teste deux de nos véhicules depuis quelques mois. Je rappelle que la Chine vient de lancer un programme massif de subventions pour 4000 bus hybrides et qu’à Londres, une nouvelle commande de 600 bus hybrides vient d’être passées suite à leur succès pendant les JO de l’été 2012. »

La fermeture de l’usine de Valle Ufita fin 2011 en Italie a relancé les rumeurs de vente d’Irisbus à un constructeur chinois, c’est un scénario envisageable ?

« Je ne prête jamais la moindre attention aux rumeurs. Le seul risque auquel nous sommes confrontés, c’est la disparition de cette filière bus et car du paysage industriel français déjà bien en souffrance. »

(1) Iveco-Irisbus est présent en France avec deux implantations : Irisbus à Annonay (Ardèche) : 1000 emplois et Heuliez Bus à Rorthais (Deux-Sèvres) : 450 emplois. Fiat Industrial, c’est aussi l’usine de Bourbon Lancy (Saône et Loire) qui fabrique les moteurs lourds équipant notamment les bus et les cars : 1400 salariés. Le groupe possède une troisième usine de bus et de cars en République tchèque : 1600 emplois.

Comment RVI est devenu Irisbus-Iveco ?

Irisbus est né en 1999 du regroupement des activités autobus-autocar de deux constructeurs, le Français Renault VI et l’Italien Iveco. À l’époque, l’idée était d’augmenter les volumes de production et de mutualiser les dépenses de R&D. Les marques Renault, Iveco et Heuliez Bus (à l’époque filiale de Renault VI) sont conservées.

Mais début 2001, le groupe automobile Renault qui vient de prendre une participation de 21% dans Volvo Automobiles est sommé par la Commission européenne de revendre tout son pôle véhicules industriels. Iveco reprend alors 100% du capital d’Irisbus. Un logo en forme de dauphin remplace le losange sur les calandres. Seul Heuliez Bus garde son identité.

L’effondrement des marchés espagnols et italiens en 2011 a provoqué la fermeture de l’usine italienne de Valle Ufita. Désormais la production d’Irisbus est concentrée dans les trois usines européennes restantes : celle de Vysoké Mýto en République tchèque (3 000 véhicules/an), d’Annonay (Ardèche) et de Rorthais (Deux-Sèvres) d’où sortent respectivement 1 400 et 480 cars et bus par an. Jusqu’à quand ?

Posted in Ardèche, Matériel | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers la mise en place de transports urbains à Privas ?

Posted by ardsl sur 13 octobre 2012

Le CUTPSA (collectif des usagers de transports publics en Sud-Ardèche, affilié à la FNAUT) ouvre le débat sur l’absence de transports urbains à Privas (8800 habitants), qui est pourtant le chef-lieu du département de l’Ardèche.

Outre Privas, ce futur réseau de bus pourrait desservir Veyras (1600 habitants), Allissas (1400 habitants) et Chomérac (3000 habitants).

Le CUTSA a organisé un débat public samedi 6 octobre à Privas. Deux conseillers régionaux étaient présents : Hervé Saulignac (PS) et François Jacquart (Front de gauche).

Le Dauphiné Libéré, 9 octobre

La Tribune, 11 octobre

 

Posted in Ardèche, Associations, Etudes, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grève mardi 9 octobre : très peu de perturbations prévues

Posted by ardsl sur 7 octobre 2012

La CGT lance à un appel national à la grève dans le motif de défendre l’industrie et les emplois, mardi 9 octobre. Tour d’horizon des rares perturbations prévues.

SNCF

Aucune perturbations sur TGV, Intercités et les TER en PACA, Bourgogne, Auvergne et Franche-Comté.

En Rhône-Alpes, tous les trains sont maintenus.

Seuls quelques conducteurs de cars sur la ligne 73 vont cesser le travail.

73 Aubenas – Privas – Valence – Valence TGV liste des cars maintenus

Transports urbains

Trafic assuré à 100% en Rhône-Alpes, Bourgogne, Auvergne, Jura, Alpes-du-Sud, Languedoc-Roussillon et Vaucluse, à l’exception du réseau de Chambéry.

STAC (Chambéry)

  • Fonctionnement normal des lignes régulières 10, 11, 12, 13, 15, 16, 17, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 26, 27, 29 et N1
  • Fonctionnement normal des lignes Noctambus C1, C2, C3 et C4
  • Fonctionnement normal des lignes scolaires 100, 200, 300, 400, 500, 600, 700 et 800.
  • Les autres lignes sont légèrement impactés. Pour en savoir, consulter les prévisions minimales de trafic du réseau STAC

(Avec AFP).

Posted in Ardèche, Drôme, Grèves, Provence, Rhône | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SNCF acquiert des bus de luxe « made in Ardèche »

Posted by ardsl sur 28 septembre 2012

À SNCF, un train peut aussi cacher un car. L’entreprise de transport ferroviaire vient de lancer les iDBUS, des autocars longue distance et de haute qualité de services, qui relient les grandes agglomérations européennes entre elles.

Pour y parvenir, SNCF s’est constitué une flotte de 46 autocars. 26 d’entre eux ont été produits par l’Allemand Setra, 20 autres seront livrés d’ici le mois de novembre par l’usine Iveco-Irisbus d’Annonay. Jeudi 27 septembre avait lieu, à l’usine nord-ardéchoise, la livraison officielle du premier iDBUS “made in Ardèche”.

« C’est l’aboutissement d’une année de recherche pour construire et offrir le meilleur service à nos voyageurs », indiquait Maria Harti, directrice générale d’iDBUS. Et d’expliquer le principe des iDBUS : « nous voulions répondre aux attentes des automobilistes d’Europe. Nos cibles ? Les familles, vivant en zones périurbaines des agglomérations européennes, extrêmement dépendantes de leur voiture mais qui ont de vrais problèmes quand le prix de l’essence augmente. Mais aussi les jeunes, qui se déplacent de plus en plus, de plus en plus loin, et souvent en groupe ».

Une alternative à la voiture

Alternative à la voiture, mais aussi moins chers que le train, les iDBUS partent donc à la conquête de la route. « En étant collectif, le voyage devient plus convivial, plus économique et plus écologique », précisait Maria Harti, rappelant « qu’en France, une voiture transporte 1,82 passager en moyenne, soit un taux d’occupation de 40% tandis que la SNCF vise un taux de remplissage de 75% sur des autocars comptant 48 places ».

Autre argument pour SNCF, la qualité et le confort des autocars, notamment dans les 20 Magelys Speed d’Iveco-Irisbus, qui ont été spécialement conçus pour ce type de trajets. « Les iDBUS sont équipés de WiFi, de prises électriques, d’un éclairage particulier, de sièges inclinables, de repose-tête spéciaux », indiquait la directrice générale.

Depuis le mois de juillet, 21 allers-retours quotidiens sont organisés au départ de Paris-Bercy et 12 au départ de Lille-Europe, à destination de Londres, Amsterdam et Bruxelles. Dans les mois à venir, ce service devrait monter en puissance et s’étendre au départ de Lyon (lire).

À terme, SNCF souhaite s’implanter dans d’autres grandes villes européennes. Une aubaine pour les voyageurs mais aussi pour Irisbus, qui pourrait voir son partenariat avec SNCF se développer.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ardèche, Matériel, SNCF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

19 septembre : journée du transport public

Posted by ardsl sur 18 septembre 2012

De nombreuses initiatives sont mises en place à l’occasion de la journée du transport public prévue mercredi 19 septembre. Tour d’horizon des initiatives en Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté, PACA, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon.

Auvergne

TER Auvergne

Retour à 1€ pour tout billet « aller » acheté au tarif normal ou réduit justifié. Offre valable durant toute la Semaine de la mobilité sur le réseau TER Auvergne uniquement.

Le billet à 1€ est en vente depuis lundi 10 septembre 2012, aux guichets des gares et boutiques SNCF d’Auvergne.

Il est valable pour un voyage s’effectuant à l’intérieur de la région Auvergne et donne accès à tous les trains et autocars TER, à l’exception des trains Intercités à réservation obligatoire.

L’aller (acheté aux conditions de votre tarif habituel) et le retour doivent avoir lieu dans la même journée (du 16 au 22 septembre 2012 inclus).

Le billet retour est délivré dans la même classe (1ère ou 2nde) que le billet aller (acheté aux conditions de votre tarif habituel).

Le billet retour à 1€ n’est ni échangeable ni remboursable. Conservez votre billet aller. Il vous sera demandé par le contrôleur pour valider votre retour à 1€.

Allier

  • Transport Départemental. Gratuité des titres de transports sur l’ensemble du réseau Trans’Allier.
  • Montluçon : 1 € le titre illimité valable 24h sur le réseau MAELIS.
  • Moulins : 1€ la journée sur le réseau Aléo.

Cantal

  • Aurillac : Jeu concours avec des abonnements à gagner sur le réseau TRANS’CAB.

Haute-Loire

  • Transport Départemental. Gratuité la journée sur l’ensemble des lignes départementales de la Haute-Loire.

Puy-de-Dôme

  • Clermont-Ferrand : Offrir à un abonné la possibilité de faire voyager gratuitement un ami, un proche ou collègue de travail.

Bourgogne

Côte-d’Or

  • Beaune : Gratuité sur le réseau Le Vingt pendant la Semaine de la mobilité.
  • Dijon : À gagner 3 abonnements annuels bus et tram pour les 18 /26 ans assortis de 3 cartes TER Bourgogne liberté -26 ans par tirage au sort parmi les visiteurs du Divia Bus Tour sur le Campus dijonnais de l’Université de Bourgogne.

Nièvre

  • Transport Départemental. 1€ la journée sur le réseau.
  • Nevers : 1€ la journée sur le réseau Taneo.

Saône-et-Loire

  • Transport Départemental. Gratuité la journée sur le réseau Buscéphale.
  • Le Creusot – Montceau : Gratuité du réseau urbain Mon Rézo (en dehors du transport à la demande Prétibus) pendant toute la semaine de la mobilité.
  • Mâcon : 1€ la journée sur le réseau TrémA (sauf transport à la demande périurbain « TrémA’Fil »).

Yonne

  • Auxerre : Ticket à 1€ pour un trajet sur le réseau Vivacité.
  • Sens : Ticket à 1 € la journée pour un trajet sur AS Réseau.

Franche-Comté

Doubs

  • Transport Départemental. Gratuité sur le réseau Mobidoubs.
  • Pontarlier : Gratuité la journée sur le réseau Pontabus.

Haute-Saône

  • Vesoul : Gratuité la journée sur le réseau VBus+.

Jura

  • Transport Départemental. Gratuité sur l’ensemble du réseau JURAGO.
  • Dole : Gratuité la journée sur le réseau Transport Grand Dole.
  • Lons-le-Saunier : Gratuité des lignes régulières TALLIS et du transport à la demande MALIS.

Territoire-de-Belfort

  • Belfort : Pour toute nouvelle demande de Pass Optymo un mois de trajet gratuit.

Languedoc-Roussillon

Gard

  • Transport Départemental. Gratuité la journée sur le réseau EDGARD. À l’occasion de cet événement le réseau ouvrira ses portes gratuitement. Objectif : offrir la possibilité aux non utilisateurs de transport en commun de découvrir le réseau Edgard.
  • Alès : Voyages illimités toute la journée avec un ticket à 0,80€ en zone 1, à 1€ en zone 2 et 1,50€ en zone 3. Les titres du réseau départemental EDGARD et du réseau de Nîmes seront valables la journée sur l’ensemble des 3 réseaux – les billets SNCF daté et validé du 19 septembre permettront à leur porteur de voyager sur tout le réseau NTECC. Les abonnements scolaires donnant droit à 2 voyages / jour scolaire seront valables pour des déplacements illimités durant toute la Semaine de mobilité.
  • Nîmes : 1€ la journée sur le réseau Tango. Stationnement gratuit sur le parking relais des Costières grâce au ticket. Possibilité de voyager gratuitement sur le réseau Tango avec un billet TER daté et validé du même jour.

Hérault

  • Transport Départemental. Gratuité sur le réseau Hérault Transport.
  • Agde : 1€ la journée sur le réseau CAP’BUS.
  • Béziers : Gratuité la journée sur le réseau Béziers Méditerranée Transports.
  • Montpellier : Forfait hebdo multimodale à 10€ pour essayer tous les modes de transport de Montpellier Agglomération (bus – tramway – parking relais + Tram – vélomagg et le service d’autopartage Modulauto).
  • Sète : 1€ la journée sur le réseau Thau Agglo Transport.

Lozère

  • Mende : Gratuité la journée sur le réseau Transport Urbain Mendois.

Pyrénées-Orientales

  • Amélie-les-Bains : Gratuité la journée sur le réseau Amélia.
  • Perpignan : Billet unitaire valable toute la journée sur le réseau CTPM pour tous les voyageurs. Réseau gratuit toute la journée pour les salariés des entreprises partenaires.

Provence-Alpes-Côte d’Azur

TER PACA

Pass Journée à 5€ pour voyager sur tout le réseau TER de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Alpes-de-Haute-Provence

  • Digne-les-Bains : Gratuité toute la journée sur l’ensemble du réseau RTUD.
  • Manosque : Gratuité la journée sur le réseau Manobus.

Alpes-Maritimes

  • Transport Départemental et Nice : 1 € le ticket sur les Lignes d’Azur.
  • Antibes : Gratuité la journée sur le réseau Envibus.
  • Cannes : 1€ la journée sur le réseau Bus Azur.
  • Grasse : Gratuité la journée sur le réseau Sillages.

Bouches-du-Rhône

  • Arles : Gratuité la journée sur le réseau ENVIA.

Hautes-Alpes

  • Briançon : 1€ la journée sur le réseau TUB.

 Var

  • Draguignan : Gratuité la journée sur le réseau TED BUS.
  • Toulon : 1€ la journée et réduction tarifaire valable sur les bus et bateaux du réseau Mistral.

Vaucluse

  • Transport Départemental. Sur l’ensemble du réseau TransVaucluse : gratuité du ticket Roue libre aller-retour pour les abonnées scolaires et gratuité du voyage retour pour tous les voyageurs (sur présentation du ticket aller). Renseignements au 04 90 16 15 14 (Direction des Transports).
  • Carpentras. Gratuité la journée sur le réseau urbain.

Rhône-Alpes

Ain

  • Ambérieu-en-Bugey. Gratuité toute la journée sur le réseau TAM.
  • Bourg-en-Bresse : 1€ la journée sur le réseau TUB.

Ardèche

  • Transport Départemental : 1€ la journée sur le réseau Le Sept.
  • Annonay : Gratuité la journée sur le réseau b.a.bus.

Haute-Savoie

  • Transport Départemental : Gratuité la journée sur le réseau Lihsa.
  • Annecy : Gratuité sur le réséau Sibra (Bus et Vélonecy).
  • Annemasse : Gratuité sur le réseau TAC.

Isère

  • Bourgoin-Jallieu / L’Isle-d’Abeau : 1€ la journée sur le réseau RUBAN.
  • Grenoble : Distribution gratuite et ciblée de 75000 titres (1 journée d’essai) valable pendant la Semaine de la mobilité sur le réseau TAG.
  • Vienne : Gratuité la journée sur les lignes régulières et le transport à la demande du réseau L’va.
  • Voiron : Gratuité la journée sur les transports du Pays Voironnais.

Loire

  • Roanne : Gratuité la journée sur l’ensemble du réseau STAR.

Rhône

  • Transport Départemental. Gratuité la journée de la ligne Express 1 reliant Colombier-Saugnieu à Lyon.
  • Villefranche-sur-Saône : Gratuité la journée sur tout le réseau Libellule.

Savoie

  • Aix-les-Bains : Pass Mobilité à 1€ valable pendant la Semaine de la mobilité sur les réseaux Ondéa (Aix-les-Bains) et Stac (Chambéry).
  • Albertville : 1€ la journée sur le réseau Je prends le Bus.
  • Chambéry : Pass’mobilité à 1€ sur le réseau STAC valable pendant la Semaine de la mobilité : Intermodal – utilisable sur 2 agglomérations partenaires pour l’occasion. Il permet à la fois de prendre le bus et louer un vélo : – sur le réseau de bus Stac – sur le réseau de bus Ondéa (Communauté d’Agglomération du lac du Bourget) – sur le réseau interurbain Belle Savoie Express (dans le périmètre des 2 agglomérations) – pour louer un vélo dans les vélostations de Chambéry et Aix-les-Bains.
  • Saint-Jean-de-Maurienne : Gratuité la journée sur le réseau Coeur de Maurienne Bus.

Posted in Ain, Alpes du Sud, Ardèche, Auvergne, Bassin annecien, Bourgogne, Genevois, Haute-Savoie, Isère, Jura, Languedoc-Roussillon, Loire, PACA, Provence, Rhône, Rhône-Alpes, Savoie, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Jean-Jack Queyranne visite les ateliers du Mastrou

Posted by ardsl sur 11 septembre 2012

Olivier Dussopt et Jean-Jack Queyranne dans l’atelier du Mastrou à Lamastre.

Le président (PS) de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne s’est rendu à Lamastre, mardi 11 septembre. Il a visité les ateliers du Mastrou.

Le Chemin de Fer du Vivarais, le Mastrou, fait l’objet d’importants travaux de restructuration, avant sa réouverture pour la saison touristique 2013. Depuis 2009, la Région Rhône-Alpes a voté plusieurs aides au projet, pour un montant total de près de 2M€.

Jean-Jack Queyranne a visité les nouveaux ateliers de la gare de Lamastre, d’une surface de 800m², en compagnie d’Olivier Dussopt (le député-maire PS d’Annonay).

Le petit train touristique de l’Ardèche pourra repartir en juillet 2013 depuis la gare de Saint-Jean-de-Muzols. La pose de la première pierre de la nouvelle gare s’est déroulée vendredi 14 septembre. Le batiment aura des formes de gares du début du XXème siècle mais accueillera les visiteurs dans des espaces ultra modernes. C’est un projet de 35 millions d’euros financé par le Conseil général de l’Ardèche mais aussi la Région et la communauté de communes du Tournonais.

Avant son arrêt, en 2008, le Mastrou transportait 60000 visiteurs par an entre Tournon-sur-Rhône et Lamastre. Avec les modernisations, l’exploitant Kléber-Rossillon espère au moins doubler ce chiffre et devenir le premier train touristique de France.

(Avec bleudromeardeche.fr).

Posted in Ardèche | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Citéa : un réseau de bus unique de Valence à Romans-sur-Isère

Posted by ardsl sur 11 septembre 2012

Un car de la ligne Citéa (Valence – Romans) stationné à la gare routière de Romans.

Exit les réseaux CTAV à Valence et Citébus à Romans-sur-Isère. Ils ont été fusionnés au profit d’un réseau unique Citéa qui a vu le jour le lundi 3 septembre 2012.

Citéa est le nouveau réseau de Valence Romans Déplacements. Il remplace la CTAV à Valence et Citébus à Romans. La fusion de ces 2 réseaux, en créé un seul sous le nom Citéa.

Le réseau de Valence CTAV a été géré par Veolia Transport et Citébus de Romans par Transdev. En mars 2010, ces 2 groupes ont fusionné, et le groupe Veolia Transdev a remporté l’appel d’offre pour l’exploitation du nouveau réseau Citéa, donc ce n’est pas un changement de titulaire mais plutôt un renouvellement.

Les lignes principales

Le réseau Citéa comprend 5 lignes majeures :  3 sur Valence, 1 à Romans et la ligne interurbaine « InterCitéa » qui reliera Valence et Romans.

  • InterCitéa. C’est la nouvelle appellation de la ligne Citéa Valence – Romans via la gare TGV. Un bus toutes les 15 minutes en heure de pointes. Toutes les correspondances sont assurées avec les premiers et les derniers TGV. L’arrêt ZI Bourg-de-Péage n’est plus desservi. Trois nouveaux arrêts : ZA Bourg de Péage, Centre Aquatique et Baron.
  • Cité 1 Lycée Victor Hugo – Thabor. Un bus toutes les 10 minutes. La desserte de la gare de Valence ville est maintenue. Itinéraire identique à la ligne 1 (Algoud – Thabor) de la CTAV,  de l’arrêt Thabor jusqu’à l’arrêt Maurice Faure, puis emprunte les rues Émile Expert et Leon Blum, dessert un nouvel arrêt Blum, et reprise de l’itinéraire inversé de l’arrêt Jules Ferry jusqu’au terminus Lycée Victor Hugo (ancien nom : Rimbaud). L’arrêt Algoud n’est plus desservi.
  • Cité 2 Guilherand centre commercial – ZA Briffaut Rabelais. Un bus toutes les 10 minutes. Itinéraire identique à la ligne 2 (Guilherand centre commercial – Valence Le Haut) de la CTAV de l’arrêt Guilherand centre commercial jusqu’à l’arrêt Mireille, la ligne continue ensuite son trajet sur la rue Charles Gounod (arrêt Pêcheraie) puis le chemin des Hugenots où elle fait son terminus (arrêt ZA Briffaut-Rabelais). Les arrêts Gounod, Rossini, Toscanini et Valence Le Haut sont désormais desservis par la ligne 6.
  • Cité 3 Lycée Horticole – Hôpital – Saint-Vérant centre commercial  (remplace la ligne 1 de Citébus). Cadencement à 15 minutes en pointe et 30 minutes en période creuse. Dessert la gare de Romans-sur-Isère.
  • Cité 4 Briffaut – Bourg-lès-Valence Blachères. Un bus toutes les 10 minutes. Itinéraire identique à la ligne 4 de la CTAV (IUT – Bourg-lès-Valence Blachères) de l’arrêt Bourg Blachères jusqu’à l’arrêt Archimbaud, la ligne continue ensuite son trajet sur la rue Faventines (arrêt Laffemas) puis la rue Barthélémy Laffemas où elle fait son terminus (arrêt Briffaut ; ancien nom : Eschirous). Les arrêts Barbusse et Prévert sont désormais desservis par la ligne 13. Liaison plus rapide entre le pôle bus et Briffaut.

Les autres lignes

  • Ligne 5 Bourg-lès-Valence centre commercial – Stade Briffaut – Malissard Les Roches. Un bus toutes les 20 minutes. Itinéraire identique à l’actuelle ligne 5 de la CTAV de l’arrêt Bourg centre commercial jusqu’à l’arrêt Hôpital Sud (avec un nouvel arrêt Fauvettes entre centre commercial et Chabanneries, suppression de l’arrêt Valéry situé Rue Berthelot, et changement de nom de l’arrêt Barracand en Valéry rue Chateauvert), la ligne continue ensuite son trajet sur l’avenue du Docteur Santy, ensuite le boulevard Franklin Roosvelt, puis la rue Faventines (arrêt Laffemas) et enfin la route de Crest (arrêts Hôpital Est, Santy, Laffemas et Grand Rousset). L’ancien terminus Route de Malissard devient un terminus provisoire, renommé Stade Briffaut. La ligne est prolongée jusqu’à Malissard, est dessert 4 nouveaux arrêts : Sylvestre, Mairie de Malissard, La Poste et Les Roches. Les arrêts Plaines et Abel sont desservis par la ligne 13.
  • Ligne 6 Valence Le Haut – Guilherand village. Un bus toutes les 15 minutes en heure de pointe, toutes les 30 minutes en heure creuses. Desserte du cimetière de Guilherand-Granges. Itinéraire identique à l’actuelle ligne 6 de la CTAV de l’arrêt Guilherand village jusqu’à l’arrêt Mireille (avec une desserte ponctuelle des arrêts Pascal et Lavoisier par les rues Blaise, M. Seguin et A. Malraux). Emprunte ensuite la rue Johannes Brahms et dessert les arrêts Gounod, Rossini, Toscanini et le terminus Valence Le Haut.
  • Ligne 7 Bourg-lès-Valence  Marcerolles – Fontlozier. Un bus toutes les 15 minutes en heure de pointe, toutes les 30 minutes en heure creuses. Reprise de l’actuelle ligne 7 de la CTAV.
  • Ligne 8 Valence 2 – Saint-Péray Ployes. Un bus toutes les 20 minutes. Itinéraire identique à l’actuelle ligne 8 de la CTAV de l’arrêt Saint-Péray Ployes jusqu’à l’arrêt Mandel. Emprunte ensuite la route de Montélier (arrêt Védrines), puis la rue Clément Ader (nouvel arrêt Ader) et rejoint le terminus Valence 2. Repart ensuite par la rue Jules Védrines, dessert l’arrêt Védrines, puis la route de Montélier et rejoint l’arrêt Mandel et reprend son itinéraire actuel. L’arrêt Kennedy n’est plus desservi par la ligne 8.
  • Ligne 9. Gare de Valence TGV – Saint-Marcel-lès-Valence Ponsoye – Portes-lès-Valence Jean-Macé. Un bus toutes les 30 minutes entre Portes-lès-Valence et la Gare TGV en heures de pointes (6h45-8h45 ; 16h15-20h14). Un bus toutes les 30 minutes entre Portes-lès-Valence et Saint-Marcel-lès-Valence. Itinéraire identique à l’actuelle ligne 9 de la CTAV de l’arrêt Portes Jean-Macé jusqu’à l’arrêt Monts du Matin. La ligne poursuit son trajet sur la rue de l’Etrau puis l’avenue de Provence (arrêts Saint-Marcel Mairie et Musique), tourne ensuite sur la rue des Petits Eynards (nouvel arrêt Stade des combes) puis reprend la rue de Coubertin (arrêts Coubertin et Mirabeaux) et emprunte à nouveau l’avenue de Provence (terminus provisoire Saint-Marcel Ponsoye). La ligne est prolongée ensuite par les rues Mathias Sud (arrêts Mathias et Alpes), Mathias Nord (arrêt ZA des Plaines) et les Plaines (arrêts Marc Seguin, Écoparc et Gare TGV). Les arrêts Fontaine et Blanc ne sont plus desservis.
  • Ligne 10. Pôle Bus – Portes-lès-Valence Léger. Reprise de la ligne 10 de la CTAV. Un bus toutes les 20 minutes.
  • Ligne 11. Épervière – Village de Chaffit – ZI la Motte.  Un bus toutes les 40 minutes en heures de pointe (6h00-9h00 ; 12h00-14h00 ; 17h00-19h00) pour la ZI la Motte : 6 nouveaux arrêts : Montmousseau, Motte, Motte 2, Cousteau, Seguin et ZI La Motte. Un bus toutes les 30 minutes entre Epervière et Village de Chaffit. Correspondance avec la ligne Cité 1 à l’arrêt Mallarmé. La ligne ne part plus du Pôle Bus, mais de l’arrêt Épervière. Elle dessert le Port, puis prend la rue de Mauboule et la rue Monge. Son itinéraire est inchangé de l’arrêt Monge jusqu’à l’arrêt Pompiers. Elle dessert ensuite les arrêts Chaffit, Clinique et Village de Chaffit qui devient un terminus provisoire. La ligne est ensuite prolongée par la rue de Chantecouriol, rue Monmousseau (ancien arrêt pour le TAD Monmousseau déplacé), chemin de la Motte, rue Benoît Frachon (ancien arrêt pour le TAD Motte), rue Jean-Yves Cousteau (ancien arrêt pour le TAD Motte 2) et la rue Louis Saillant (anciens arrêts pour le TAD Cousteau, Seguin) puis effectue le terminus ZI La Motte. Les arrêts Champs de Mars, Comète, Mouettes, Tennis, Mauboule et Pont des Lônes, ne sont plus desservis.
  • Ligne 12 Saint-Marcel-lès-Valence Chapelle – Valence pôle bus. Reprise de la ligne 12 de la CTAV.
  • Ligne 13 Chamberlière – Lautagne. Un bus toutes les 20 minutes. Itinéraire identique à la ligne 13 de la CTAV du Plateau de Lautagne jusqu’à l’arrêt Hôpital Sud. Passe ensuite par la rue du Docteur Henri Abel, et dessert les arrêts Plaines et Abel, puis la route de Crest (arrêt Grand Rousset), la rue Barthélemy de Laffemas (arrêts IUT, Cité Briffaut et Briffaut), la rue de la Forêt et la rue Henri Barbusse (arrêts Prévert et Barbusse). Itinéraire inchangé de l’arrêt Archimbaud jusqu’à l’arrêt Camille Vernet, puis passe par la rue des Alpes et la rue Pont du Gat pour rejoindre le Pôle Bus. La ligne prend alors l’ancien itinéraire de la ligne 3 jusqu’à au terminus Chamberlière.
  • Ligne 14 Châteauneuf-sur-Isère centre – Bourg-lès-Valence Lycée des 3 sources – Cornas La Mûre. Un bus toutes les 15 minutes en heure de pointe, toutes les 30 minutes en heure creuses. Correspondance pour le quartier de la Chamberlière au Pôle bus avec la ligne 13 (Chamberlière – Lautagne). Liaison avec toutes les lignes du secteur valentinois, y compris la ligne InterCitéa pour la desserte de la zone d’activité de Rovaltain et la Gare TGV, et la ligne 9. Desserte à Bourg-lès-Valence des quartiers des Bruyères et de l’Armallier. Dans le détail, reprise de l’itinéraire de la ligne 3 de la CTAV de Cornas La Mûre jusqu’à l’arrêt Amandiers. Elle prend ensuite la rue Eugène Chavant, l’avenue des Bruyères (nouvel arrêt Bruyères), la rue Ferry (nouvel arrêt Piscine) et le chemin de Saint-Barthélémy (arrêts Collège Gaud et terminus provisoire Lycée des 3 sources). Elle reprend l’itinéraire de l’ancienne ligne Passerelle jusqu’à l’arrêt Chanalets, puis la rue Gaspard Monge (arrêt Armailler) puis va jusqu’à Chateauneuf-sur-Isère (5 nouveaux arrêts : Les Chaux, Brignon, Gymnase, Champagnol et Centre). Les arrêts Geai, Laveran, Nostradamus, Gamelles, Le Long, Centre commercial, Vercors, Santorin et Corsaire ne sont plus desservis.
  • Ligne 20 Montélier centre – Chabeuil – Valence pôle bus. Un bus toutes les 30 minutes en heures de pointe. La ligne dessert également l’aéroport , la ZA du Guimand, la ZA de Briffaut et le pôle universitaire Briffaut. Dans le détail, la ligne part du Pôle Bus, va jusqu’à Camille Vernet en passant par les rues des Alpes et Faventines, puis suit le même itinéraire que la ligne Cité 4 jusqu’à Briffaut, prend la rue de la Forêt puis la rue Pierre Latécoère et dessert l’arrêt Maison des sports. Reprend l’itinéraire de la ligne 6 de la CTAV jusqu’à l’arrêt Monnet, puis la rue René Maurice Simonet (nouvel arrêt Simonet), puis la rue de la Forêt, le chemin de la Forêt, et l’avenue du Guimand, prend la route la Forêt (nouveaux arrêts ZA du Guimand et Marie Curie), continue sur la D68 jusqu’à la commune de Chabeuil (7 nouveaux arrêt Aéroport, Les Gouvernaux, La Gaieté, L’Hôpital, Monchweiler, Les Silos et Gendarmerie), puis la commune de Montélier (4 nouveaux arrêts : La Pimpie, Madagascar, Saint-James et Centre).
  • Ligne 23 Chabeuil – Montélier – Axilan – Gare de Valence TGV. Transport à la demande. Liaison rapide et directe pour rejoindre Rovaltain et la gare TGV. Correspondance pour Romans à la gare TGV. Relie les communes de Chabeuil (arrêts L’Hôpital, Les Silos et Gendarmerie), Montélier (arrêts Saint-James et Avenue de Provence), Alixan (arrêts Fianceyon, Stade, MJC, La Poste, Feraillon et Riffaudy) à la Gare TGV.
  • Ligne 25 Upie village – Montmeyran Le Parc – Beaumont-lès-Valence – Valence gare routière. Un bus toutes les heures en heures creuses et toutes les 30 minutes en heures de pointe. Part de la Gare Routière, rejoint les boulevards, puis reprend le même itinéraire que la ligne 20 jusqu’à l’arrêt Laffemas, continue sur la route de Crest (arrêts Grand Rousset et Saint-Ruff), continue sur la D538A jusqu’à Beaumont-les-Valence (arrêts 3 Bûches, Les Quarts, Les Chirrons, Les Fontaines, Maison des Associations, La Tour, Les Mottes et Montalivet) puis sur la commune de Montmeyran (arrêts Pélingron, Plein Soleil et Le Parc) puis la commune d’Upie (arrêt Village).
  • Ligne 31 Romans-sur-Isère gare – Saint-Vérant centre commercial (remplace la ligne 1 express de Citébus). Un bus toutes les 40 minutes. Nouvelle desserte des quartiers Daru et Picasso.
  • Ligne 32 Chatuparc – Les Tordières – Goubetière (remplace la ligne 2 de Citébus). Un bus toutes les 30 minutes. 15 courses supplémentaires.
  • Ligne 33 Les Bayannins – Collège Malraux (remplace la ligne 3 de Citébus).
  • Ligne 34 Saint-Vérant centre commercial – ZI Les Chasses – Meilleux centre commercial – Coquillards (remplace la ligne 4 de Citébus).
  • Ligne 35 (remplace la ligne 5 de Citébus). Extension de l’amplitude de 7h à 19h avec 5 courses supplémentaires par jour.
  • Ligne 36 (remplace la ligne 6 de Citébus).
  • Ligne 57 La Baume-Cornillane – Upie village. Transport à la demande.
  • Ligne 60 Clérieux – Saint-Bardoux – Granges-les-Beaumont. Transport à la demande.
  • Ligne 81 Montmiral – Parnans – Châtillon-Saint-Jean – Triors – Génisssieux.
  • Ligne 82 Montmiral – Parnans – Saint-Michel-de-Savasse – Geyssans.
  • Express 141 Cornas La Mure – Camille Vernet – Briffaut (remplace l’Express 32).
  • Express 181 Collège Crussol – Chemin de Ployes (remplace l’Express 24).
  • Express 182 Chemin de Ployes – Camille Vernet – Briffaut (remplace l’Express 24).
  • Express 183 Chemin de Ployes – Lycée des 3 sources (remplace l’Express 25).
  • Navette gratuite de Valence. Service maintenu les samedis après-midi de 13h30 à 18h30, avec desserte du parking Comète.
  • Réseau Noctambul’. C’est le réseau de soirée pour les vendredis et samedis soirs jusqu’à 23h. Il comprendra3 lignes (S1, S2 et S4). Il sera supprimé les jeudis.

Le réseau du dimanche

  • Dim 10. Desserte de Portes-lès-Valence.

Tarification

  • Tarification unique sur l’ensemble du territoire.
  • Achat de titres de transport à distance via la e-boutique.
  • Paiement des amendes en ligne.
  • Post paiement permettant de payer à la consommation.

Horaires

Les horaires sont identiques toutes l’année, y compris durant les vacances scolaires, hors période estivale. Le cadencement est optimisé.

De nouvelles dessertes

  • Les itinéraires des lignes principales sont améliorés.
  • De nouvelles dessertes sont créées : quartier des Bruyères à Bourg-lès-Valence, ZI de la Motte à Portes-lès-Valence, communes de Châteauneuf-sur-Isère et Malissard, ZI de Bourg-de-Péage et du nouveau centre aquatique.
  • Renforcement des dessertes de Chabeuil, Montélier, Montmeyran, Beaumont-lès-Valence, Upie et La Baume-Cornillane.
  • Création d’un Express scolaire pour les élèves du quartier Coquillard.

Le transport à la demande

  • Transport à la demande zonal zonal étendu aux communes de Crépol, Geyssans, Montrigaud, Le Châlon, Miribel, Montmiral, Parnans, Saint-Bonnet-de-Valclérieux, Saint-Christophe-et-le-Laris, Saint-Laurent-d’Onay, Saint-Michel-sur-Savasse.
  • Réservation au 04 75 600 626 au moins deux heures avant le déplacement.

Les atouts du Réseau Citéa

  • Des dessertes renforcées en période scolaire.
  • Une desserte de la ZA du Plateau de Lautagne améliorée.
  • Des lignes directes : suppressions des terminus à la place Jaurès à Romans-sur-Isère.
  • Deux agences commerciales : à Valence (11 bis boulevard d’Alsace) et à Romans-sur-Isère (2 boulevard Gabriel Péri).
  • Une centrale de mobilité : 04 75 600 626.
  • Un service pour les personnes à mobilité réduite sur l’ensemble des 39 communes. Ce service est réservé aux personnes ne pouvant se passer de fauteuil roulant, aux non-voyants et malvoyants titulaires de la carte d’invalidité portant la mention la mention « Besoin d’accompagnement » ou « cécité ». Un véhicule vient vous chercher à l’adresse demandée du lundi au samedi de 6h45 à 20h15 et le dimanche de 9h30 à 18h30. Réservation au 04 75 600 626 au moins deux heures avant le déplacement.
  • Une charte graphique unique. Trois couleurs principales : blanc, vert, prune.

Pour en savoir plus, télécharger le dépliant d’informations sur le nouveau réseau Citéa

Posted in Ardèche, Drôme, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Certains départements encouragent financièrement les automobilistes à prendre le car

Posted by ardsl sur 30 août 2012

Les tarifs uniques de transport mis en place par les départements dopent la fréquentation des cars interurbains, apparemment sans grever les finances publiques. Cette politique, qui offre une alternative aux automobilistes pénalisés par les prix des carburants, est appelée à se développer.

Au moment où le gouvernement tente de contenir la flambée des prix des carburants et réfléchit à la manière d’inciter les collectivités qui ne l’ont pas encore fait à mettre en place des tarifs sociaux pour leurs transports publics, les départements prennent aussi le train de la lutte contre la vie chère. La Gironde, les Alpes-Maritimes ou encore les Bouches-du-Rhône viennent rappeler qu’il existe un moyen radical d’espacer les passages à la pompe : prendre le car.

Ces dix dernières années, les crises pétrolières et la nécessité de rentabiliser leurs réseaux de cars interurbains – les TER sont du ressort des Régions et les transports urbains incombent aux communes et agglomérations – ont poussé 47 départements à adopter une tarification unique de 1 à 4 euros.

« C’est un vrai mouvement« , observe Roland Ries, président du Groupement des autorités responsables de transport (GART), « ce phénomène qui est apparu il y a quinze ou vingt ans dans les transports urbains s’étend aux départements et booste la fréquentation de manière tout à fait spectaculaire. »

La question est de savoir si l’augmentation du nombre d’usagers qui paient compense la réduction des tarifs. « Nous n’avons pas de chiffres précis, mais il est sûr que la fréquentation augmente avec la baisse des tarifs et que cela risque de s’accentuer avec la hausse du prix des énergies fossiles », poursuit, prudent, le président du GART en évoquant aussi les bénéfices d’un transfert modal pour la collectivité. « Nous sommes favorables à ces initiatives, elles produisent des résultats, on les constate et l’équilibre économique ne paraît pas être substantiellement modifié. Le chantier de la tarification est devant nous. Le contexte est favorable pour créer les conditions d’un transfert modal de la voiture privative vers le transport public là où il est pertinent », juge Roland Ries.

Le car à 1 euro

En Languedoc-Roussillon, le département des Pyrénées-Orientales a fait école en lançant en novembre 2008, le car à 1 euro. En trois années d’exercice, les recettes sont passées de 850000 euros à 1,3 million d’euros. « Nous avons investi dans des bus supplémentaires, mais il nous reste encore du bonus. Avec, en moyenne, 4000 passagers par jour, nous avons multiplié par quatre la fréquentation », explique Patrice Rémy, directeur des transports au Conseil général. Depuis un an, l’Aude a suivi cet exemple et l’Hérault qui avait pris la même initiative en 2010 a comptabilisé 400000 voyages de plus, une progression de plus de 35 % par rapport à l’année précédente.

De son côté, il y a tout juste un an, le Puy-de-Dôme lançait un tarif unique à 2 euros. L’aller-retour Clermont-Ferrand – Arlanc, de 100 kilomètres, revient à 4 euros contre 26,40 euros précédemment. Les Alpes-Maritimes ont pour leur part lancé un titre unique de transport à 365 euros par an. Autre exemple, le prix unique de 2 euros instauré en 2009 dans le Loir-et-Cher visait à remplir les quelque 70 cars qui circulent sur les 20 lignes de ce département rural : la fréquentation a doublé dès 2010.

(Avec Les Échos).

Posted in Ain, Alpes du Sud, Ardèche, Auvergne, Bourgogne, Fréquentation, Jura, Languedoc-Roussillon, Loire, PACA, Politique, Rhône, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

19 et 26 août : travaux en vallée du Rhône

Posted by ardsl sur 15 août 2012

Les dimanches 19 et 26 août, plusieurs TER et TGV circulant habituellement dans la vallée du Rhône sont détournés (pas de desserte de Valence ville) ou supprimés.

Les trains suivant sont supprimés :

  • TER 886176 (Avignon 6h31 – Valence 7h56).
  • TER 886177 (Valence 7h04 – Avignon 8h29).
  • TER 886180 (Avignon 7h31 – Valence 8h56).
  • TGV 6194 (Miramas 8h15 – Paris 12h33).
  • TER 886181 (Valence 9h34 – Avignon 10h59).
  • TGV 6193 (Paris 11h27 – Miramas 15h44) uniquement le 19 août.
  • TER 886184 (Avignon 12h01 – Valence 13h26) uniquement le 19 août.
  • TGV 6196 (Avignon 12h57 – Paris 16h33) uniquement le 19 août.
  • TER 886188 (Avignon 13h01 – Valence 14h26) uniquement le 19 août.

Les trains suivants sont détournés par Saint-Péray :

  • TER 17706 (Marseille 7h06 – Part-Dieu 10h40).
  • TER 17705 (Part-Dieu 7h20 – Marseille 10h53).
  • TER 17704 (Marseille 9h06 – Part-Dieu 12h40)
  • TER 17709 (Part-Dieu 9h20 – Marseille 12h54).
  • TER 17714 (Marseille 11h00 – Part-Dieu 14h40) uniquement le 19 août.
  • TER 17713 (Part-Dieu 11h20 – Marseille 14h54) uniquement le 19 août.
  • TER 886121 (Part-Dieu 12h20 – Avignon 14h59) uniquement le 19 août.
  • TER 17717 (Part-Dieu 13h20 – Marseille 16h54) uniquement le 19 août.

Le TER 886186 (Avignon 17h13 – Mâcon 20h30) est supprimé uniquement entre Avignon et Valence le 19 août.

Télécharger les horaires des cars de remplacement

Posted in Ardèche, Drôme, Provence, Rhône, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Boucieu-le-Roi : le vélorail, il a tout d’un grand

Posted by ardsl sur 2 août 2012

Gare de Boucieu-le-Roi, le premier wagon dans lequel on grimpe est souvent celui de la déception. Il est réservé au touriste tout juste arrivé dans la région et se présentant, candide, pour se hisser dans le vélorail… Et là, Madame, souvent l’envoyée de la famille pour négocier avec le préposé à la caisse, revient contrariée : « ils m’ont dit qu’il fallait réserver plusieurs semaines à l’avance. » Le mari bougonne : « Ah… Mais pourquoi ils n’en mettent pas plus… »

Victime de son succès, la machine affole les compteurs

Parce qu’ils ne peuvent pas, lui souffle-t-on… Responsable du site boucicois, Charlotte Argod s’explique : « nous avons cinq rotations quotidiennes avec un taux de remplissage de 100%. Nous ne pouvons faire plus à moins de rouler la nuit. »

Victime de son succès, la machine affole les compteurs : lancée en 2011, elle a cumulé 18000 visiteurs. Depuis le printemps, déjà 14000 personnes (chiffre à la mi-juillet) s’étaient lancés dans les 12 km de la descente de la vallée du Doux. Soit la plus forte fréquentation pour un vélorail en France.

« Il faut réserver deux semaines à l’avance en moyenne, c’est pour cela que nous avons mis en place notre site internet. J’ai même déjà quelques réservations pour le mois de novembre, quand finira la saison… »

L’attrait pour ce vélorail, c’est d’abord un manque. Celui de toute une région pour son train légendaire, le Mastrou, arrêté en 2008 faute de rentabilité.

« On a l’impression d’être dans un manège »

Un repreneur – l’union des sociétés Kleber Rossillon et Courriers Rhodaniens – a en 2011 fait le pari de la relance. En rationalisant la gestion et le parcours (plus court). Le Mastrou devrait retrouver les voies en 2013, le temps de refaire une beauté aux locomotives.

En attendant, l’exploitant privé a donné naissance à ces vélorails. Et ce brillant élève est en passe d’approcher le maître train dans les cœurs ardéchois.

Par cette communion qu’il offre à la famille : « même les ados ne disent pas non pour venir ici », rigole Charlotte Arod. C’est dire… Car le plaisir bucolique délivré par les magnifiques paysages de la vallée du Doux côtoie celui grisant de la vitesse quand la machine s’emballe (si l’on se met à pédaler vertement). « On a l’impression d’être dans un manège », s’émerveille une midinette qui en sort. Sa place est déjà prise… Par un vacancier qui a pensé à réserver.

Le Mastrou revient en 2013

Sa future gare en construction à Saint-Jean-de-Muzols, le train légendaire le Mastrou devrait circuler à l’été 2013, cinq ans après son arrêt. Et ce sur la voie qu’emprunte aujourd’hui le vélorail. L’exploitant réfléchit toujours au meilleur moyen de faire cohabiter les deux, sachant que le train sera prioritaire puisqu’il compte en faire le plus fréquenté en France.

Boucieu, c’est à voir

Une journée au vélorail, c’est nécessairement une halte au village de Boucieu-le-Roi, estampillé village de caractère. Fondé par le roi de France Philippe le Bel, il est magnifiquement coiffé par la maison Pierre Vigne où vivent encore quelques sœurs. Le lieu a gardé son ambiance médiévale. Une exposition “Les arts à la cure” agrémente aussi ce voyage dans cette commune à 20 km de Tournon-sur-Rhône, direction Lamastre.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Ardèche, Loisirs | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :