ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Archive for the ‘Veolia’ Category

Le car en passe de concurrencer le train ?

Posted by ardsl sur 8 octobre 2012

Un car Starshipper à Chambéry. Photo : Alain Caraco. Sur la relation Lyon Part-Dieu – Turin, le car a déjà remplacé le train. L’offre routière du TER est complétée par une offre privée depuis juillet 2012.

Dépassé l’autocar ? La législation qui autorise le cabotage sur les liaisons internationales pour les transporteurs devrait lui donner une seconde vie. Eurolines et Mégabus se sont déjà lancés sur le créneau. Mais aussi SNCF qui, avec ses iDBUS, vient concurrencer ses propres trains. Sans compter les considérations budgétaires qui vont œuvrer à la réhabilitation du car dans les transports en région. Explications.

La France ouvre la voie à la libéralisation des bus longue distance

Pendant longtemps, le transport intérieur par autocar sur des liaisons régulières de longue distance était interdit en France. Du coup, il était impossible de prendre un car à Rennes pour se rendre à Paris. Et le client d’un autocar reliant Paris à l’Allemagne n’était pas autorisé à descendre en chemin à Strasbourg. Depuis 2009, la législation a changé et le cabotage sur les liaisons internationales est autorisé pour les transporteurs, à condition toutefois qu’il représente moins de 50% de leur trafic et de leur chiffre d’affaires. L’idée d’une libéralisation totale des dessertes nationales, souhaitée de longue date par les professionnels, avait en revanche à l’époque été retoquée, le gouvernement trouvant le développement du car peu compatible avec le Grenelle de l’environnement. Mais elle pourrait bien ressortir des cartons. Fin 2011, le gouvernement Fillon avait même annoncé le préparation d’un projet de loi en ce sens qui n’a finalement pas été présenté. Cette nouvelle donne crée une concurrence pour les trains SNCF… Et offre une nouvelle jeunesse au car, moins rapide, mais plus économique et susceptible notamment de séduire une clientèle jeune. Un mode de transport jusqu’à présent un peu laissé de côté dans l’Hexagone.

Les transporteurs s’organisent

Acteur de longue date du transport par autocar en Europe, Eurolines, filiale de Veolia Transdev, a été le premier à se lancer sur ce nouveau créneau du cabotage, à l’été 2011, en proposant une desserte française sur ses grands trajets internationaux. Au menu dans un premier temps, des Caen – Paris, Rouen – Paris, Rennes – Paris, Rennes – Rouen, Nantes – Paris et Angers – Paris, dans le cadre de voyages du Grand-Ouest vers l’Europe de l’Est. Eurolines a ensuite multiplié les lancements de lignes (il a demandé 500 liaisons à l’Etat et en a obtenu 230, soit 115 destinations aller-retour). Il prévoit de franchir la barre des 50000 passagers transportés à fin 2012. En avril 2012, Mégabus, filiale du groupe britannique Stagecoach, a lancé à son tour une offensive choc, en proposant des Londres – Paris à partir de 1€, à bord d’une flotte d’autocars flambant neuve. Avec dans l’idée, à terme, de faire de l’ombre à Eurostar, filiale de SNCF à 55%.

SNCF lance sa contre-attaque

De son côté, SNCF n’entend pas rester sans réagir. Pour couper la route à Eurolines et Mégabus, mais aussi pour prendre des parts de marché à la voiture, la compagnie ferroviaire annonce, en avril 2012, qu’elle lancera l’été suivant un service de desserte longue distance par autocar. Quitte à concurrencer ses propres trains… « Nous espérons être prêts pour les Jeux Olympiques de Londres », note Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages. « Nous travaillons au lancement d’une offre de qualité, confortable et populaire, sur les trajets internationaux« , explique-t-elle. « Le projet est d’ouvrir un hub à Lille, à partir duquel nous desservirons les grandes capitales européennes : Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam dans un premier temps« . Le 23 juillet, SNCF lance ses iDBUS, une flotte de 46 autocars dotés de places spacieuses, de sièges inclinables et équipés d’une prise électrique, et même d’un réseau WiFi. Les tarifs sont économiques -ils s’échelonnent par exemple de 49€ à 65€FN pour un Paris – Londres. Inquiet de l’arrivée de SNCF sur son territoire et de sa puissance de feu, en terme de publicité et de marketing notamment, Eurolines entend résister grâce à une politique de prix encore plus attractive.

En région aussi, le retour en grâce de l’autocar est programmé

L’autocar est aussi appelé à revenir sur le devant de la scène pour des raisons économiques. Les régions, étranglées budgétairement, vont sans doute être obligées de délaisser les liaisons ferroviaires les moins fréquentées au profit des cars. C’est ce que redoute la Fédération nationale des associations des usagers des transports (FNAUT) qui estime que le train peut et doit rester la référence en matière de transport express régional (TER) de voyageurs. SNCF se prépare à ce scénario. Ce sont aussi des raisons budgétaires qui poussent Vinci et Veolia Transdev à proposer la mise en place de lignes d’autocars express circulant sur les autoroutes. Elles permettraient d’améliorer, à coûts réduits, la desserte des zones les plus éloignées des grandes agglomérations, particulièrement en Île-de-France.

Le nouveau ministre délégué aux Transports est-il favorable au développement de l’autocar comme alternative au train ? Interrogé début octobre 2012, Frédéric Cuvillier déclare : « je n’y suis pas hostile, sous réserve que le critère soit la qualité de service rendue aux usagers. L’objectif est d’irriguer tout le territoire. On ne peut mettre des trains partout si les infrastructures et les conditions économiques ne sont pas satisfaisantes. Le sujet est le même pour les liaisons interrégionales : tout le monde n’a pas besoin du même mode de transport. L’important, c’est de répondre aux besoins de chacun ».

(Avec lesechos.fr).

Posted in Associations, Politique, Réunir, SNCF, Tarification, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Veolia Transdev est reconduit pour six ans à Chalon-sur-Saône

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

Opposé à RATP Dev, c’est finalement Veolia Transdev, candidat sortant, qui exploitera jusqu’en 2018 les transports publics du Grand Chalon. Le nouveau délégataire s’est engagé à augmenter la fréquentation de 35% et les recettes de 49%.

« La procédure a été marquée par un climat très concurrentiel qui a permis à la communauté d’agglomération d’obtenir une offre particulièrement intéressante tant sur le plan technique que financier« , indique-t-on au Grand Chalon (39 communes, 110000 habitants autour de Chalon-sur-Saône).

À partir du 1er janvier 2013, la collectivité va disposer d’une offre de transport étoffée (+ 22%) pour une subvention forfaitaire inférieure au montant actuel. La subvention s’élèvera en moyenne à 8,997 millions d’euros par an, contre 9,009 millions d’euros en 2011.

Parmi les actions à mener, Veolia Transdev devra réorganiser le réseau urbain autour de la nouvelle ligne de BHNS (inaugurée le 3 septembre 2012) reliant la gare SNCF aux pôle d’activités de Saôneor. Il devra également exploiter la nouvelle desserte permettant aux salariés d’Amazon de se rendre au Distripôle à Sevrey. L’offre sera également renforcée en deuxième couronne.

Plus de sous-traitance

« Pour ce réseau, Veolia Transdev recourra à la sous-traitance de façon plus importante, associant de la sorte les transporteurs locaux et les artisans taxis. Ce qui permet de préserver l’emploi et le tissu économique local« , explique le Grand Chalon. Enfin, Veolia Transdev développera un système de vélos en libre-service doté de 150 vélos, répartis dans 12 stations.

Il est également prévu de créer un système de location en longue durée avec 50 vélos, dont 20 pliants et 10 en assistance électrique. Ces mesures devraient porter à 9,05 millions le nombre de voyages en 2018 (6,7 millions en 2001) et augmenter de 49% les recettes commerciales.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Bourgogne, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Issue proche pour le dossier Veolia Transdev ?

Posted by ardsl sur 3 octobre 2012

La Caisse des dépôts et consignations (CDC) et Veolia Environnement seraient tombés d’accord sur une répartition à 60/40 du capital de leur filiale commune spécialisée dans le transport de voyageurs Veolia Transdev, affirme Le Figaro. Ce qui ne suffit pas à déconsolider la dette de Veolia qui cherche à se désengager depuis près d’un an.

Selon le quotidien du 3 octobre 2012, qui cite des sources concordantes, les deux parties se sont entendues sur une montée de la Caisse des dépôts (CDC) fin septembre. Actuellement, Veolia Transdev est détenu à 50/50 par les deux groupes, mais Veolia souhaite s’en désengager dans le cadre de son programme de désendettement. L’hypothèse d’une montée à 55% ou 60% de la CDC est, dans ce cadre, évoquée depuis plusieurs semaines.

Veolia Transdev bénéficierait dans un premier temps d’une recapitalisation par transformation de créances de la CDC en actions, puis d’un apport supplémentaire. Puis, d’ici 2013, la société remboursera l’essentiel de ses dettes à l’égard de Veolia Environnement en cédant des actifs.

Régime minceur

Selon Le Figaro, la Caisse s’est en effet résolue à imposer à Veolia Transdev « un régime minceur plus sévère que prévu et qui touchera des actifs internationaux en pertes ou trop consommateurs de capitaux« . Ainsi « Veolia pourra diviser par plus de deux son exposition financière à Veolia Transdev d’ici la fin 2013, c’est-à-dire à moins de 500 millions d’euros« , selon une source proche du dossier, citée par le journal.

« La Caisse ne veut pas aller au-delà de 60%« , affirme une source proche du dossier, qui confirme l’offre. Le problème est que celle-ci pourrait être insuffisante pour Antoine Frérot, le PDG du Veolia Environnement. « Si Veolia reste à 40%, la déconsolidation de la dette est très minime. Il aurait souhaité ne pas garder plus de 20%« , poursuit cette même source, qui rappelle que, actuellement, les deux actionnaires portent chacun environ 900 millions d’euros de dette.

En clair, l’opération porterait sur une centaine de millions. Ce que conteste une autre source, arguant du fait qu’en ne détenant plus le co-contrôle, Veolia Environnement pourrait déconsolider l’essentiel de la dette, citant un chiffre de l’ordre de 500 à 600 millions. Mais si tel était le cas, Antoine Frérot devrait sauter sur l’offre de la Caisse. Or, selon les informations de l’AFP, le patron de Veolia aurait commencé à y répondre en mettant des conditions « qui ne vont pas de soi pour la Caisse« , indique un proche du dossier.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Veolia Transdev : la Caisse des dépôts confirme sa volonté de devenir majoritaire

Posted by ardsl sur 19 septembre 2012

Le désengagement de Veolia Environnement de sa filiale de transport public Veolia Transdev, codétenue à parité avec la Caisse des dépôts (CDC), avance toujours à pas feutrés. La Lettre de l’Expansion annonce l’intérêt du Crédit Agricole. La CDC confirme son intention de devenir majoritaire. Selon son dirigeant Jean-Pierre Jouyet, le dénouement de l’affaire approche.

La vente des 50% de parts que détient Veolia Environnement finira-t-elle par se réaliser avant fin 2012 ? Lors d’une conférence téléphonique début août, Antoine Frérot n’en était pas si sûr. Cela fait près d’un an que le patron du groupe a annoncé son intention de se désengager de sa filiale de transport public pour alléger la dette de l’entreprise (1,8 milliard d’euros).

Depuis, le feuilleton Veolia Transdev va de rebondissement en rebondissement. Un jour, c’est un groupe allemand de transport (Rethmann) qui est présenti pour racheter une part du capital détenu par Veolia, le lendemain, c’est le fonds luxembourgeois Cube, aujourd’hui, c’est le Crédit Agricole.

Dans son édition du 17 septembre, La Lettre de l’Expansion rapporte en effet, sans citer ses sources, que des négociations avaient actuellement lieu entre la CDC, Veolia Environnement et le Crédit Agricole afin que cette dernière entre au capital de Veolia Transdev à hauteur de 20%. Rien n’a filtré sur l’évolution du capital restant. Information commentée ni par Veolia, ni par la Caisse des dépôts.

« Dans les meilleurs délais »

Le 19 septembre, la CDC a indiqué à l’AFP que le directeur général de la Caisse des dépôts (CDC) Jean-Pierre Jouyet « confirme que les discussions sont activement engagées avec Veolia en vue du renforcement de la part de la Caisse des dépôts au capital de Veolia Transdev. Les décisions relatives à cette recomposition du capital et à la réactualisation de la stratégie seront prises dans les meilleurs délais« .

Fin juillet, une source proche du dossier avait confirmé qu’elle envisageait certes d’accroître sa part dans Veolia Transdev mais qu’elle limiterait cette montée à 55% du capital du groupe de transport public, ce qui lui suffirait à en prendre le contrôle.

Or, selon La Correspondance économique, qui ne cite pas ses sources, la participation de la CDC dans Veolia Transdev pourrait atteindre 60%. Interrogée par l’AFP, la Caisse des dépôts n’a pas souhaité confirmer cette information.

Mais comme elle ne cesse de répéter que son renforcement au capital de Veolia Transdev s’incrira « dans la durée« , elle cherche un partenaire ayant la même stratégie. D’où son refus de la candidature du fonds luxembourgeois Cube Infrastructure mi-2012, « pas assez gros« , selon un observateur. La CDC craignait que Cube Infrastruce cède les actifs de Veolia Transdev à l’international.

Toujours citée par l’AFP, la Caisse des dépôts veut en effet que sa filiale « puisse avoir de vraies marges de manœuvre pour son développement, tant en France qu’à l’international, et qu’elle soit porteuse d’un projet industriel et d’un plan stratégique durables, à la fois en phase avec les attentes des élus et des citoyens« .

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Chemins de fer de Provence sous gestion publique

Posted by ardsl sur 14 septembre 2012

La Région PACA reprendra en 2014 la gestion des Chemins de fer de Provence.

La délégation de service public attribuée à Veolia jusqu’en 2013 ne sera pas renouvelée. Après la Métropole Nice-Côte d’Azur qui souhaite gérer en 2013 en régie directe son réseau de transports confié jusqu’ici en DSP à Veolia, la Région PACA veut reprendre à la Compagnie ferroviaire Sud France (filiale de Veolia-Transdev), la gestion des Chemins de fer de Provence dès 2014.

Reprise par la Région et intégrée au réseau TER en 2007, la ligne qui relie Nice à Digne-les-Bains (200 km) a depuis été modernisée. La Région a ainsi lancé la réfection intégrale de la voie sur 25 km datant de la fin du XIXe siècle entre Nice et Plan-du-Var (55 millions d’euros) et acquis quatre rames modernes et climatisées (20 millions d’euros). Ainsi l’ensemble de la plate-forme est désormais équipé de rails neufs permettant d’effectuer des pointes à 100 km/h le long de la plaine du Var.

Lors de son assemblée fin juin, la Région a prolongé la DSP de six mois afin de permettre le passage de la gestion de la ligne en régie directe. Ce sera la première fois que cette ligne ferroviaire gérée jusqu’ici par un privé passe sous gestion publique. La prolongation de la DSP s’avère nécessaire car il faudra résoudre d’ici-là un certain nombre de problèmes (licence ferroviaire, dossier sécurité, statut du personnel…). La gestion publique s’effectuera vraisemblablement via un Épic.

La Région a également lancée en juin une étude sur la partie urbaine et périurbaine de l’agglomération de Nice.

(Avec lantenne.com).

Posted in Alpes du Sud, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Veolia Transdev : pour Jean-Pierre Jouyet, les déclarations de Pierre Mongin sont « une immixtion intolérable et rare »

Posted by ardsl sur 7 septembre 2012

Après la mini tempête boursière sur le titre Veolia Environnement suite aux propos du PDG de la RATP Pierre Mongin, le 3 septembre 2012, prétendant que la RATP et la SNCF « s’étaient mis d’accord sur le rachat de certains actifs de Veolia Transdev« , Jean-Pierre Jouyet, patron de la Caisse des Dépôts, co-actionnaire du groupe à égalité avec Veolia, est hors de lui.

Pour Jean-Pierre Jouyet, « les propos de Pierre Mongin sur une entreprise, Veolia Transdev, côtée en Bourse qui emploie des milliers de salariés, sont une immixtion intolérable et rare. Il appartient maintenant à l’AMF d’apprécier la portée de telles déclarations. »

Jean-Pierre Jouyet présidait l’AMF était président juste avant de prendre ses fonctions à la Caisse le 19 juillet 2012. « C’est d’autant plus stupide que la RATP n’a pas les moyens de ces ambitions (…). Les actionnaires n’ont pas l’intention d’obtempérer ! »

Le nouvel hôte de la rue de Lille est visiblement très remonté contre le patron de la RATP qui a en effet déclaré lundi 3 septembre 2012 en marge de la présentation des résultats du groupe, qu’il se serait « mis d’accord avec Guillaume Pépy sur l’opportunité de racheter des actifs de Veolia Transdev » (lire notre article sur ce sujet). Ces opportunités porteraient sur un milliard d’euros d’actifs (sur les 8 milliards du groupe Veolia Transdev), a-t-il ensuite précisé auprès de quelques journalistes. Déclarations qui ont immédiatement provoqué une hausse du titre Veolia Transdev à la Bourse.

Guillaume Pépy, le patron de SNCF, ne souhaite pas faire de commentaire.

Pour rappel, depuis fin 2011, Veolia Environnement, très endetté, cherche à se désengager de sa filiale transport dont elle est co-actionnaire avec la Caisse des Dépôts, et peine à trouver un acheteur.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chalon-sur-Saône : un réseau de bus réorganisé depuis le 3 septembre

Posted by ardsl sur 7 septembre 2012

Le réseau Zoom des bus de l’agglomération de Chalon-sur-Saône a été modifié en profondeur depuis lundi 3 septembre. Le réseau continue d’être exploité par la STAC (dont Veolia Transdev est actionnaire à 80%).

Le réseau de la plus peuplée des villes de Saône-et-Loire (47200 habitants) comptait auparavant 8 lignes urbaines, une navette gratuite desservant le centre-ville de Chalon, 13 lignes périurbaines, un service de transport pour les personnes à mobilité réduite et un service de vélos en libre service.

Le réseau de bus du Grand Chalon (105000 habitants) est utilisé en moyenne par 23000 voyageurs chaque jour. La fréquentation annuelle approche les 7 millions de voyages. La fréquentation a doublé en 8 ans.

Le nouveau réseau est marqué par la mise en place d’une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS). L’agglomération de Chalon compte ainsi très vite atteindre une fréquentation annuelle de 8 millions de voyages. « Pour grignoter des parts sur la voiture, il fallait franchir un cap dans l’offre proposée et mettre en place un réseau plus simple et intuitif », explique Ludovic Jourdain, le directeur de la STAC.

Le BHNS est la colonne vertébrale du nouveau réseau. Il bénéficie de voirie en partie réservée.

Avec le nouveau réseau, l’offre de transports publics sera augmentée (234000 kilomètres supplémentaires par an). 2 parkings relais sont mis en place à la périphérie de Chalon. Le Grand Chalon a dépensé 550000 euros H.T. pour le parking relais de SaôneOr. Ce sont cinquante places qui ont été affectées à la voiture des usagers du BHNS, indépendamment des arceaux fixés pour seize vélos, et des emplacements réservés à des engins motorisés à deux roues.

Le BHNS dessert notamment la gare SNCF de Chalon-sur-Saône et le nouvel hôpital.

Le coût total de son implantation dans le paysage local s’élève à quelque 11 millions d’euros. La Région Bourgogne a contribué au financement à hauteur d’1,9 million. L’État a apporté 950000€, à travers l’appel à projet TCSP du Grenelle 2.

Les nouvelles lignes

Ligne 1 : Chalon-sur-Saône gare SNCF – SaôneOr (BHNS)

  • 146 allers-retours du lundi au jeudi de 5h51 à 21h18.
  • Un bus toutes les 10 minutes en heures de pointe (sauf l’été).
  • Un bus toutes les 15 minutes en heures creuses.
  • Un service prolongé jusqu’à 23h30 les vendredis et les samedis.
  • Un bus toutes les 30 minutes le dimanche de 8h à 21h20.
  • Un temps de parcours de 19 minutes pour les 6,4 kilomètres entre la gare SNCF et Saôneor.

Ligne 2 : Champforgeuil – Nouvel hôpital – Saint-Rémy – CHS Sevrey

  • 114 allers-retours entre 5h40 et 20h30.
  • Un bus toutes les 15 minutes entre Champforgeuil et le centre hospitalier.
  • Dessert la gare SNCF.

Ligne 3 : Aubepins – ZI Sud

  • Un bus toutes les 15 minutes en heures de pointe.
  • Un bus toutes les 20 minutes en heures creuses.
  • Un service assuré entre 6h et 20h20.

Ligne 4 : Châtenoy-le-Royal – Crissey

  • Un bus toutes les 30 minutes entre 6h30 et 20h15.
  • Dessert la gare SNCF.

Ligne 5 :  Saint-Marcel – Chalon-sur-Saône gare SNCF

  • Un bus toutes les 30 minutes de 6h à 20h.

Ligne 6 :  Taisey – Hilaire

  • Un service assuré entre 6h30 et 19h30.
  • Un bus toutes les 30 minutes en heures de pointe.
  • Un bus toutes les heures en heures creuses.

Ligne 7 : Virey-le-Grand ESAT-AMEC – Chalon Gares-République

Cette ligne emprunte une partie de la rue Sabatier permettant de prendre le Flash si on le désire. Puis elle bifurque rue Ferrée pour regagner les Prés Saint-Jean sur le même tracé que le Flash.

La place de l’Obélisque n’est plus le point de convergence des lignes du réseau. Désormais, celles-ci se retrouvent toutes à la gare SNCF et au carrefour de la Colombière.

Navette centre-ville

  • Nouveau tracé resserré autour du centre-ville.
  • Des bus toutes les 15 minutes de 7h30 à 19h30.
  • La navette reste gratuite.

Pour en savoir plus, télécharger le dossier de presse

Évolutions tarifaires

Le prix du ticket unitaire est passé de 1€ à 1,20€.

Le carnet de 10 tickets plein tarifs est passé de 7,50€ à 8€.

L’abonnement orange est passé de 25€ à 30 euros. « Un prix dans la moyenne des villes similaires à Chalon », selon Ludovic Jourdain.

Veolia-Transdev renouvelé

Fin août, le Grand Chalon a décidé de renouveler Veolia-Transdev pour une durée de six ans à partir du 1er janvier 2013. Le groupe aurait fait un effort pour l’emporter face à RATP Dev, le contrat serait attribué pour un montant inférieur à celui de la DSP précédente. Le principal objectif de cette nouvelle DSP sera la montée en puissance de la desserte BHNS Flash. Veolia-Transdev devra également optimiser le système de transport à la demande et proposer une nouvelle offre de vélo en libre-service. La décision, qui doit encore être avalisée par l’assemblée communautaire, devrait être officialisée le 27 septembre.

(Avec Le Journal de Saône-et-Loire, infos-chalon.com et ville-rail-transports.com).

Posted in Bourgogne, Fréquentation, Tarification, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Veolia Transdev – Antoine Frérot : « je ne peux pas vous dire si ça se fera avant la fin de l’année »

Posted by ardsl sur 2 août 2012

Lors d’une conférence téléphonique le 2 août 2012, à l’occasion de la présentation des résultats semestriels de Veolia Environnement, Antoine Frérot a refusé de promettre que la vente de la part de 50% que détient le groupe dans sa filiale de transport public Veolia Transdev soit réalisée avant la fin de l’année.

« Je ne peux pas vous dire si ça sera d’ici la fin de l’année« , a déclaré Antoine Frérot, PDG du groupe qui souhaite se désengager de sa filiale de transport collectif fusionnée en 2011 avec la Caisse des Dépôts. « Je vous rappelle que notre programme de désendettement de 5 milliards d’euros pour la période 2012-2013 court sur deux ans. Au bout de sept mois, nous avons déjà effectué 3 milliards d’euros et nous avons donc 18 mois pour faire au moins les 2 milliards supplémentaires et je suis très confiant pour que nous dépassions ce chiffre« , a-t-il ensuite fait valoir.

Antoine Frérot a rappelé au passage que la Caisse des Dépôts, qui détient l’autre moitié de Veolia Transdev, s’était opposée au rachat de la part de Veolia par le fonds d’investissements luxembourgeois Cube Infrastructures, contrôlé par Natixis (lire).

La Caisse des dépôts ne montera pas à plus de 55%

« Nous sommes donc en discussions actives avec la Caisse pour élaborer une solution alternative qui permettrait à Veolia de récupérer la plus grande partie de l’investissement qu’elle a effectué dans le transport le plus rapidement possible« , a déclaré Antoine Frérot. « Notre objectif est de nous diluer à un niveau acceptable d’augmentation de capital nécessaire au renforcement du bilan de Veolia Transdev et de récupérer à cette occasion le solde de nos concours financiers« , a-t-il poursuivi.

Le PDG du géant des services aux collectivités locales a également affirmé qu’il envisageait une solution avec un ou des groupes tiers pour compléter le dispositif et que Veolia a des discussions dans les deux voies, même s’il a refusé de donner les noms d’éventuels nouveaux partenaires. Car la Caisse des dépôts (CDC) pourrait monter au capital, « mais pas à plus de 55%« , a récemment confirmé à mobilicites.com un représentant de la Caisse (lire).

Son nouveau dirigeant, Jean-Pierre Jouyet, espère faire avancer le dossier à la rentrée.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le feuilleton Veolia Transdev pourrait se dénouer cet été

Posted by ardsl sur 25 juillet 2012

Alors que Veolia Transdev annonce le renouvellement d’un contrat de transport en Océanie, c’est à Paris que se joue cet été l’avenir de la filiale commune de Veolia Environnement et de la Caisse des dépôts. Selon une information du Monde, la CDC nouvellement dirigée par Jean-Pierre Jouyet, pourrait monter au capital et devenir majoritaire du groupe dont Veolia cherche à se défaire pour se désendetter.

Selon le journal Le Monde du 26 juillet 2012, la Caisse des dépôts (CDC) pourrait devenir majoritaire dans Veolia Transdev, la filiale qu’elle détient à parité avec Veolia Environnement, après que cette dernière a annoncé fin 2011 vouloir sortir de son activité dans les transports publics.

Au total, Veolia Environnement prévoit de céder pour cinq milliards d’actifs dans le cadre de son programme de désendettement, à commencer par ses activités de transports.

Le quotidien qui ne cite pas ses sources, explique que la Caisse des dépôts « est prête à prendre ses responsabilités » dans ce dossier et que le nouveau directeur général du bras armé financier de l’Etat, Jean-Pierre Jouyet, s’est entretenu le 24 juillet avec le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, à ce sujet. Joint par mobilicites.com, Veolia Environnement s’est refusé à tout commentaire.

Le Monde précise que les détails ne sont pas encore réglés mais qu' »une part d’au moins 60% serait jugée opportune« . Resterait alors à déterminer qui pourrait se porter acquéreur du solde. Le fonds d’investissement Cube Infrastructure, contrôlé par la banque Natixis, candidat à la reprise de la part de Veolia Environnement, n’avait finalement pas été retenu (lire).

Parmi les potentiels acheteurs, l’Allemand Rethmann, spécialisé dans les services aux collectivités locales, le transport et la logistique, qui avait déclaré sa flamme dans le même temps.

La montée au capital de la Caisse des dépôts se ferait grâce à une transformation des prêts qu’elle a consentis à Veolia Transdev en capital. Le désengagement de Veolia Environnement serait alors « progressif« , ajoute Le Monde selon une information de Reuters.

La veille, l’agence de presse annonçait d’ailleurs une autre information selon laquelle le groupe avait lancé le processus de cession de ses marchés d’autobus en Europe de l’Est afin d’être une cible plus attrayante pour des acheteurs potentiels. Également interrogé par mobilicites.com à ce sujet, Veolia Transdev n’a pas souhaité commenter.

Le groupe aurait chargé la banque néerlandaise ING de trouver des acquéreurs pour des concessions de services de bus urbains en République tchèque, Slovaquie, Pologne, Serbie, Croatie et Slovénie.

Les bus de Perth aux couleurs de Veolia

Veolia Transdev a remporté le renouvellement du contrat du réseau de bus de Fremantle, dans l’agglomération de Perth (Australie), annonce le groupe dans un communiqué du 25 juillet.

Ce contrat, qui débutera en octobre 2012 pour une durée de 10 ans, représente un chiffre d’affaires de « plus de 340 millions d’euros », précise le communiqué. Il porte sur « une flotte de 169 bus, qui représentent 16% du marché des bus de Perth« , située dans le sud-ouest du pays.

Veolia Transdev est présent à Perth depuis 2004 et exploite « 44% du marché des bus » de la ville, soit « une flotte de 470 bus, 33 millions de passagers transportés et un service opéré de 900 collaborateurs« , est-il indiqué.

(Avec mobilicites.com).

Posted in Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Veolia Transdev réduit sa participation dans la compagnie ferroviaire Thello

Posted by ardsl sur 9 juillet 2012

Actionnaire à 50 % de Thello, à part égale avec Trenitalia, Veolia Transdev va réduire sa participation dans la compagnie ferroviaire qui exploite depuis le 11 décembre 2011 des trains de nuit entre Paris et Venise, et envisage l’ouverture d’une liaison Paris – Rome.

Selon mobilicites.com, Veolia Transdev pourrait descendre aux alentours de 30% du capital de Thello, la coentreprise avec Trenitalia. La décision devrait être formalisée prochainement en interne.

Confronté à d’importants problèmes financiers depuis sa fusion avec Transdev, Veolia préfère donc laisser son partenaire italien, propriétaire du matériel roulant, porter l’essentiel des efforts d’investissements et de développement.

Rien à voir avec le succès de la liaison de nuit entre Paris et Venise inaugurée fin 2011 et qui enregistre une fréquentation satisfaisante. Thello prévoit d’ailleurs l’ouverture d’une liaison Paris – Rome. Ce retrait relatif s’explique par des raisons stratégiques : « en fait, il était programmé depuis longtemps« , indique la direction de Veolia Transdev.

Pas très intéressé par l’open access

Thello a permis à la filiale de Veolia Environnement de mettre un pied dans le transport ferroviaire de voyageurs en France, d’observer le marché et de tester des méthodes commerciales. Mais en réalité, le secteur du train conventionné, beaucoup moins risqué en terme de revenus que l’open access (ouverture d’une liaison aux risques et périls de l’opérateur), constitue la véritable cible de la filiale de la Caisse des dépôts et de Veolia Environnement.

Dans cette optique, Veolia Transdev vise les appels d’offre pour les contrats des trains des équilibre du territoire (TET) qui s’achèvent fin 2013, suivi peut-être de ceux des TER si le marché des lignes régionales est libéralisé.

Reste à savoir si le gouvernement Ayrault renouvellera la convention des TET en mettant en concurrence SNCF. Tout dépendra sans doute de la façon dont seront réglées la question de la réunification de la gouvernance de l’infrastructure et celle de la remise à plat des conditions sociales des cheminots qui s’annoncent très délicates socialement (lire notre article sur ce sujet).

Quant à l’échéance d’accorder la possibilité à des régions d’expérimenter l’ouverture à la concurrence sur les lignes TER, elle reste floue pour la même raison.

La DB à l’action

En tous cas, avec Trenitalia bientôt en première ligne dans la compagnie Thello, une tendance de fond se confirme : le marché des liaisons ferroviaires entre la France et l’étranger – le seul ouvert pour l’instant dans le secteur des transports ferroviaires de voyageurs – reste difficilement prenable par des acteurs privés. La crise économique qui sévit depuis fin 2008 n’arrange rien.

Le prochain challengeur de SNCF sur cette niche devrait être la compagnie nationale allemande. La Deutsche Bahn (DB) a programmé de se lancer sur le marché du Bruxelles – Lille – Londres en 2015, et très certainement aussi sur Paris – Bruxelles.

Posted in Service 2015, Thello, Veolia | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :