ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Alby-sur-Chéran’

Rumilly : des navettes entre la gare et les principales entreprises

Posted by ardsl sur 16 septembre 2012

À l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité et dans le cadre du Plan de Déplacement Inter-Entreprises (PDIE) MOBIALB’ qu’il coordonne et anime, le CAE ( Comité d’Action Économique « Rumilly – Alby développement» ) offre l’opportunité aux entreprises de l’Albanais et à leurs salariés, de tester du lundi 17 au vendredi 21 septembre 2012 un mode alternatif à la voiture individuelle.

Une navette est mise à disposition du lundi 17 au vendredi 21 septembre de 4h35 à 20h30, entre la gare de Rumilly, et les zones d’activités de Rumilly et Alby-sur-Chéran.

Cette navette a pu être mise en place grâce au partenariat d’entreprises membres du PDIE MOBIALB’, Dupessey (un transporteur routier, dont le siège se trouve route d’Aix-les-Bains à Rumilly), Seb (dont la filiale Tefal, est implantée ZI des Granges à Rumilly) et Galderma (un laboratoire de dermatologie, située ZI Touvière à Alby-sur-Chéran).

L’accès à cette navette se fait sur réservation préalable auprès du CAE au 04 50 64 68 06.

La gare de Rumilly (13600 habitants) est desservie par 50 trains régionaux du lundi au vendredi. Télécharger la fiche horaire TER  Annecy – Rumilly – Aix-les-Bains – Chambéry. Le TER est le seul transport public qui dessert efficacement la ville de Rumilly.

Les lignes Lihsa 31 (Rumilly – Annecy, via Alby-sur-Chéran), 32 (Rumilly – Annecy, via Vallières) et 33 (Rumilly – Annecy, via Marcellaz-Albanais) ne font pas office de rabattement vers la gare de Rumilly.

La Communauté de communes du canton de Rumilly ne possède pas pour l’heure la compétence transports urbains. Elle souhaite néanmoins définir sa propre politique des déplacements, des transports et de la mobilité. Pour cela, elle a lancé l’élaboration d’un schéma directeur des déplacements et des infrastructures. Les objectifs du schéma directeur sont les suivants :

  • Favoriser la cohérence entre développement urbain et efficacité du système de déplacements
  • Maîtriser l’usage de la voiture
  • Développer et promouvoir les modes de déplacements doux
  • Mettre en place des services de transports publics
  • Favoriser l’intermodalité
  • Organiser et planifier le développement du réseau d’infrastructures.

Le schéma directeur des déplacements et infrastructures doit traiter de l’ensemble des modes de déplacements (transports en commun, transports individuels motorisés, vélo, marche à pied) et doit tenir également compte des équipements structurants, des infrastructures routières existantes et en projet. Il doit permettre de définir la politique des déplacements de la Communauté de communes, notamment dans les secteurs suivants :

  • la hiérarchisation du réseau de voiries et les plans de circulation
  • la politique de stationnement
  • l’offre de transports en commun et l’intermodalité
  • les cheminements piétonniers
  • la politique cyclable
  • les services à la mobilité (covoiturage, auto-partage, conseil en mobilité, plans de déplacements entreprises…)
  • les mesures d’accompagnement et de valorisation des modes de déplacements alternatifs etc.

Une étude, en 3 phases a été lancée le 20 février :

  • Phase 1 : réalisation d’un diagnostic du système de déplacements et de transports, et des pratiques de mobilité des habitants du canton de Rumilly
  • Phase 2 : élaboration et analyses d’un scénario « au fil de l’eau » poursuivant les tendances actuelles et de plusieurs scénarios prospectifs
  • Phase 3 : approfondissement du scénario final et élaboration du schéma directeur et de son programme d’actions à court, moyen et long termes

Le schéma directeur permet aussi d’étudier les modalités d’une éventuelle prise de compétence de la Communauté de communes dans l’organisation des transports urbains à l’échelle du canton, en lieu et place du Département. Concrètement, cette nouvelle compétence se traduirait par la création d’un Périmètre de Transports Urbains (PTU), érigeant ainsi la Communauté de communes en Autorité Organisatrice des Transports Urbains (AOTU) sur son territoire, à l’instar des intercommunalités voisines d’Annecy (C2A) ou d’Aix-les-Bains (CALB).

La communauté de communes de Rumilly pourrait donc mettre en place à partir de 2013 ou 2014 un service de transports urbains sur son territoire. La ville de Rumilly retrouverait alors une desserte en transports urbains qui avait été supprimée par la municipalité actuelle.

En attendant ce sont les entreprises qui substituent au Département, à la Communauté de communes et à la ville de Rumilly du 17 au 21 septembre (dans le cadre à la semaine de la mobilité) pour organiser des transports collectifs entre la gare et les zones industrielles.

À terme, la mise en place d’un réseau de transports urbains dans l’Albanais devrait permettre une desserte des zones industrielles. Ainsi les salariés pourraient alors venir en TER à Rumilly, puis prendre une navette jusqu’à leur lieu de travail.

Publicités

Posted in Bassin annecien | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Réorganisation de la desserte routière Annecy – Chambéry à compter du 1er septembre

Posted by ardsl sur 1 septembre 2012

Un car Lisha, le réseau de transports interurbains du Conseil général de la Haute-Savoie

La ligne de car C5 du Conseil général de la Savoie Chambéry – Annecy est réorganisée à compter du 1er septembre 2012. Le CG 73 limite la ligne C5 à Albens. De son côté, le Conseil général de la Haute-Savoie prend en charge la desserte entre Annecy et Albens.

La desserte de la ligne C5 Annecy – Chambéry était assurée jusqu’au 31 août par Savoies Tourisme. L’offre régulière ne comprenait qu’un seul aller-retour du lundi au vendredi (sauf jours fériés).

À partir du 1er septembre la ligne est scindée en deux :

  • la ligne Belle Savoie Express C5 Albens – Chambéry organisée par le Conseil général de la Savoie. La desserte est assurée par Voyages Loyet, basée à Albens.
  • la ligne Lihsa 171 Albens (place Montillet) – Annecy (23 kilomètres) organisée par le Conseil général de la Haute-Savoie.La desserte est assurée par Voyages Loyet, basée à Albens.

La ligne Lisha 171 est baptisée Alb’Bus. Elle emprunte la D1201 (dont le trafic a augmenté de 13% en 10 ans) et dessert Albens (3300 habitants), Saint-Félix (2200 habitants), Alby-sur-Chéran (2000 habitants), Seynod (18400 habitants) et Annecy (52200 habitants). La desserte comporte :

  • en période scolaire, 5 allers-retours du lundi au vendredi et de 2 allers-retours le samedi.
  • hors période scolaire, 3 allers-retours du lundi au vendredi et de 2 allers-retours le samedi.
  • aucun service les dimanches et jours fériés.

Télécharger les horaires de la ligne Lihsa 171 Albens – Annecy

Ligne 171 : une offre pas à la hauteur des enjeux

Avec seulement 3 allers-retours circulant toute l’année du lundi au vendredi, cette ligne ne constitue pas une alternative réelle à la voiture individuelle, contrairement aux ambitions affichées par le Département de la Haute-Savoie.

Un scénario plus volontariste (8 AR du lundi au vendredi et 4 AR le samedi) a été étudié, mais le Conseil général de la Haute-Savoie ne l’a pas adopté.

Les horaires retenus répondent essentiellement à des besoins scolaires et peuvent attirer quelques habitants de Saint-Félix et d’Alby salariés à Annecy ayant des horaires de bureau.

Les trajets coûtent 1,50€ et l’abonnement mensuel est à 30€.

Impossible, en revanche de capter une partie des salariés travaillant dans l’Albanais et habitant le bassin annecien. Impossible également de rejoindre Aix-les-Bains ou Chambéry en empruntant la ligne 171 jusqu’à Albens, puis un TER. La ligne 171 ne dessert à Albens uniquement la place Montillet (près du gymnase). Impossible encore de prendre la ligne 171 jusqu’à la gare d’Annecy, puis un TER pour La Roche-sur-Foron : les horaires retenus par le Conseil général de la Haute-Savoie ne permettent aucune correspondance.

Saint-Félix et Alby-sur-Chéran conservent donc une offre de transports publics inadaptés aux besoins de ces deux communes.

Ce qui n’est pas le cas d’Albens. La commune savoyarde bénéficie d’une importante desserte ferroviaire TER (40 arrêts du lundi au vendredi, 33 le samedi, 31 le dimanche et les jours fériés).

Le financement de la ligne 171

Le coût annuel de la ligne est de 125 382€. Elle est financée par :

  • le Conseil général de la Haute-Savoie à hauteur de 57 239,60€.
  • la Communauté de Communes du Pays d’Alby à hauteur de 57 239,60€.
  • le Conseil général de la Savoie à hauteur de 5 451,40€.
  • la Communauté de Communes du Pays d’Albens à hauteur de 5 451,40€.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Bassin annecien, Savoie, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :