ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘ATE’

Nombreuses oppositions au projet de pôle muséal à la gare de Lausanne

Posted by ardsl sur 2 octobre 2012

Le projet de pôle muséal vaudois à la gare de Lausanne ne laisse pas indifférent. Dix-huit oppositions ont été dénombrées à l’issue du délai de mise à l’enquête.

Au terme de la mise à l’enquête du projet de Pôle muséal vaudois, 18 oppositions ont été déposées contre le nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts qui doit voir le jour près de la gare de Lausanne. Ces oppositions – 14 provenant de particuliers et 4 d’associations – seront traitées d’ici à la fin de l’année.

Nombreux thèmes

Les thèmes abordés sont notamment les compensations financières des riverains, la mobilité, le périmètre concerné, l’incompréhension des mutations propres aux activités des CFF (l’avenir du site), l’urbanisme et la protection du patrimoine bâti, note le communiqué.

Les quatre associations sont l’Association Transport et Environnement (ATE), le Mouvement de défense de Lausanne (MDL), Patrimoine suisse et le Collectif Gare, précise Michael Fiaux, porte-parole du Département formation, jeunesse et culture.

« Quartier des arts »

« On ne veut pas commenter plus avant les oppositions » pour le moment, ajoute-t-il en parlant d’une nécessaire « profondeur d’analyse« . Ce travail devrait durer environ trois mois et sera suivi par la décision du département de Béatrice Métraux. Ensuite, des recours au Tribunal administratif, voire au Tribunal fédéral, sont possibles.

Le plan d’affectation cantonal (PAC) du pôle muséal avait été mis à l’enquête jusqu’au 24 septembre. Le PAC doit permettre de réaliser « un véritable quartier des arts » en requalifiant le site des halles aux locomotives CFF, à côté de la gare.

(Avec ATS).

Posted in Associations, Vaud | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Rail : Genève et Vaud veulent davantage d’argent

Posted by ardsl sur 4 mai 2012

La Métropole lémanique monte au front pour demander au Conseil fédéral d’allouer un financement plus important pour les infrastructures ferroviaires.

Dans un souci de rééquilibrage régional, Genève et Vaud veulent notamment augmenter les capacités de la gare Cornavin. L’extension de la gare ne figure pas dans la variante à 3,5 milliards de francs proposées par le Conseil fédéral, alors même qu’elle est jugée prioritaire, souligne la Métropole lémanique.

La réalisation de deux voies supplémentaires devisée à 790 millions de francs est jugée indispensable par Genève et Vaud. Il en va de même à moyen terme pour la gare de l’aéroport. Son agrandissement, estimé à 200 millions de francs, est jugé nécessaire pour garantir l’accès au deuxième aéroport de Suisse.

Les deux cantons rappellent que ces trente dernière années seulement 20% des sommes engagées par la Confédération pour le rail ont profité à la Suisse occidentale. Or, la région représente près de 40% de la population. Ils militent ainsi pour un rééquilibrage régional.

La première étape prévoit toutefois des améliorations importantes en Suisse occidentale, en particulier sur l’axe Genève-Lausanne et sur la ligne du Pied du Jura, reconnaissent Vaud et Genève.

17 cantons veulent plus d’argent pour développer le rail

Genève et Vaud ne sont pas les seuls à vouloir plus d’argent pour développer le transport ferroviaire.

Quinze cantons alémaniques dont Zurich, Argovie ainsi que ceux de Suisse centrale et orientale demandent au Conseil fédéral de modifier son projet d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire. Ils s’allient pour défendre les chantiers renvoyés au-delà de 2025 par le gouvernement.

Seul un sixième (663 millions) des 3,5 milliards de francs alloués au projet FAIF (Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire) va à la Suisse centrale et orientale ainsi qu’à Zurich et Argovie. La moitié de la population suisse vit dans ces régions, soit 3,8 millions d’habitants, a rappelé jeudi 3 mai à Zurich l' »Allianz Bahnausbau » (« Alliance Extension ferroviaire ») nouvellement formée.

Renvoyés à des jours meilleurs, la construction du tunnel de Brütten (ZH), près de Winterthour, d’un second tube au Zimmerberg, entre Zurich et Zoug, et du tunnel du Chestenberg, en Argovie, doivent au contraire être réalisés d’ici 2025, exige l’alliance. Et de réclamer que le budget du FAIF passe de 3,5 à 6 milliards de francs.

Trois projets « oubliés« 

Si le Conseil fédéral ne modifie pas son projet en ce sens, les goulets d’étranglement mettront en danger le développement de la moitié est de la Suisse, dénonce l’alliance. Les trois projets « oubliés » par le FAIF « ne peuvent souffrir d’aucun report supplémentaire« , a déclaré le ministre st-gallois des transports Beni Würth.

Pour son homologue zurichois Ernst Stocker, le gouvernement doit « donner la préférence aux projets qui présentent le plus grand avantage macroéconomique« . Or les tunnels du Zimmerberg et de Brütten en font partie. Quant au tunnel du Chestenberg, son percement est urgent pour décharger le tronçon le plus utilisé par le trafic mixte, a soutenu le ministre argovien Peter Beyeler.

« Allianz Bahnausbau » défend les intérêts des Conférences des transports publics de Suisse centrale, orientale et de Zurich. Présenté en 2011 par le Conseil fédéral en guise de contre-projet à l’initiative de l’ATE « Pour les transports publics« , le FAIF est en cours d’examen aux Chambres fédérales.

170 millions pour le tunnel du Simplon

Les travaux d’assainissement du tunnel du Simplon dureront jusqu’en 2015. Il s’agit d’adapter les tubes aux nouvelles normes de sécurité, ont indiqué vendredi 27 avril les CFF. Coût de l’opération : 170 millions de francs.

Dans chaque tunnel, des trottoirs, des mains courantes, un éclairage de secours et une signalisation des chemins de fuite seront installés. Des liaisons entre les deux tunnels seront aménagées tous les 500 à 600 mètres et équipées de portes et d’un éclairage, détaillent les CFF.

Les travaux nécessitent la fermeture de la moitié d’un tube pour toute la durée du chantier. A certaines périodes, un tube entier devra être fermé et l’exploitation entre Brigue et Iselle (Italie) se fera alors sur une voie. Les horaires des trains sont adaptés et le transport des passagers est assuré durant les travaux, précisent les CFF.

(Source : ATS et rts.ch).

Posted in Genève, Suisse, Vaud | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voyager debout : « bonne idée » pour les CFF, « idée idiote » pour les écolos

Posted by ardsl sur 21 avril 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

Le patron des CFF soutient les zones debout dans les trains régionaux et songe à un rabais uniquement en première classe. Le tollé est général chez les politiciens.

Voyager debout dans un train des CFF, voilà une exception qui semble devoir se généraliser, à entendre Andreas Meyer, patron des CFF. Dimanche 1er, dans une interview accordée à la SonntagsZeitung, il a laissé tout d’abord entendre que les tarifs ne vont cesser d’augmenter ces prochaines années. Et il a prévenu que ne pas s’asseoir doit entrer dans nos habitudes.

«Jusqu’à une durée de trajet de 20 minutes, nous estimons admissible que le client reste debout», a avancé le directeur des CFF. Constatant sans le regretter qu’il n’est plus toujours possible de garantir des places assises pour tous les usagers, il a expliqué que les nouveaux wagons à deux étages prévus pour le trafic régional sont désormais aménagés avec des «zones debout».

Pour les trajets plus longs, Andreas Meyer a aussi sa petite idée. Sachant que certains Intercity sont bondés aux heures de pointe, il songe à offrir un rabais à ceux qui doivent y voyager sur leurs jambes, mais uniquement en première classe. «Une bonne idée», selon Andreas Meyer. Comme pour se faire pardonner, il a indiqué que cette tendance aux places debout est dictée par les cantons qui financent les lignes régionales.

À voir la réaction de Claude Nicati, ministre neuchâtelois des Transports, cette excuse ne semble pas vraiment valable. « Nous ne cherchons pas à économiser sur le nombre de wagons« , dit-il. « Les voyageurs debout aux heures de pointe doivent rester une exception. Si l’on veut convaincre les gens d’abandonner la voiture qui est confortable, l’offre en transports publics doit l’être aussi » estime-t-il.

Un avis partagé cinq sur cinq par le vice-président de l’Association Transports et Environnement (ATE), le conseiller national Roger Nordmann (PS/VD). «Il faut cesser d’augmenter les tarifs et de laisser se dégrader le service», dit-il. Avec l’ATE, il réclame 6 milliards d’investissement dans le rail en puisant dans le compte routier.

Le sénateur vert Luc Recordon (VD) enfonce le clou : «enlever des places assises pour développer des zones debout, c’est une idée idiote ! Il peut arriver qu’il n’y ait plus de place, mais il ne faut pas pousser la tendance.» Luc Barthassat (PDC/GE), membre de la Commission des transports du Conseil national, n’apprécie pas non plus les visées du patron des CFF : « s’il veut nous faire voyager debout, nous ne coucherons pas ! On peut discuter d’un concept de train-métro. Mais alors il faudrait offrir des tarifs en conséquence.»

Et dans le même temps, le dernier spot publicitaire des CFF montre des voyageurs heureux et … tous assis !

(Avec Le Matin).

Posted in Matériel, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les CFF ont transporté près de 1 million de personnes par jour en 2011

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Andreas Meyer, directeur des CFF, lors du lancement du chantier du CEVA le 15 novembre 2011 à Genève. (Photo : Joël Grandcollot).

Les CFF ont enregistré un nouveau record en 2011 avec 977000 personnes véhiculées par jour. Mais sans un financement durable, le groupe ferroviaire est pessimiste. C’est pourquoi il a insisté sur la nécessité du projet FAIF.

Avec ses 977000 personnes transportées chaque jour en 2011, le résultat de la régie fédérale est en hausse à 338,7 millions de francs.

Toutefois, le groupe ferroviaire a insisté sur la nécessité du projet FAIF, un projet de financement durable.

«En première ligne, il s’agit d’une proposition de financement qui doit nous apporter les moyens nécessaires à l’entretien du réseau», a expliqué devant les médias jeudi 28 mars à Zurich le directeur des CFF Andreas Meyer. La définition des priorités des projets spécifiques est «secondaire».

Le projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF) est controversé. Les cantons se disputent la répartition des 3,5 milliards de francs qui doivent être investis d’ici 2025.

Pour les CFF, cette somme est insuffisante. Dans leur prise de position sur le FAIF, ils estiment que 5,7 milliards sont nécessaires d’ici 2025 pour éliminer les principaux goulets du réseau.

Appel à une position commune

Malgré cela, le président du conseil d’administration des CFF Ulrich Gygi a appelé les acteurs politiques à adopter une position commune. «Il faut penser avant tout à l’intérêt national», a-t-il souligné.

Le FAIF fait figure de contre-projet à l’initiative de l’Association transports et environnement (ATE) qui veut affecter les recettes de l’impôts sur les huiles minérales à parts égales à la route et au rail. Il sera probablement soumis à votation en 2014.

Bénéfice voyageurs en baisse

Dans l’immédiat, les bénéfices enregistrés en 2011 et les années précédentes permettent d’aborder les futurs investissements avec plus de sérénité, a affirmé Andreas Meyer. L’endettement de l’ex-régie demeure élevé, à près de 8 milliards de francs.

Si le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a augmenté à 17749 millions (+ 1,3%) et le nombre de personnes transportées sur l’année se monte à 357 millions (+ 2,7%), le résultat du trafic voyageurs est en baisse. Il se chiffre à 213,9 millions de francs, contre 292,6 millions en 2010.

Lourd prix du sillon

Ce fléchissement est dû a une croissance faible et à la hausse de 90% du prix du sillon, a indiqué le chef des finances Georg Radon. La hausse du prix des billets n’a permis qu’une compensation partielle.

Pour faire face aux nouvelles hausses prévues, les CFF veulent améliorer l’efficacité et la productivité de 2%. La régie fédérale s’est félicitée des aménagements déjà accomplis, ayant même permis d’économiser 72 millions de francs alloués par la Confédération pour l’infrastructure. En accord avec Berne, cet argent pourra être investi dans les prochaines années.

Meilleure ponctualité

Les CFF se sont également réjouis de la hausse de la ponctualité des trains. En 2011, 89,8% des passagers sont arrivés à destination avec au maximum trois minutes de retard (87% en 2010). Dans 97,7% des cas, les correspondances ont pu être assurées, un record. Les passagers se montrent par contre mécontents du rapport-qualité prix et du confort à bord des trains.

Restructurations chez CFF Cargo

Le trafic marchandise reste dans le rouge. Il a connu une stagnation sous l’effet de la baisse des transports en trafic intérieur et de la cherté du franc suisse. En 2011, CFF Cargo et CFF Cargo International ont transporté quelque 195000 tonnes de marchandises par jour contre 200’000 en 2010.

CFF Cargo a toutefois ramené sa perte à 45,9 millions de francs, contre 64 millions l’année précédente. Le but est d’enregistrer des chiffres noirs dès 2013.

Des restructurations seront nécessaires, a indiqué Ulrich Gygi. Le syndicat du personnel des transport SEV s’en est indigné, regrettant un démantèlement «au détriment du service public».

Quant au personnel, il n’est toujours pas entièrement satisfait des conditions de travail au sein des CFF, a déploré Ulrich Gygi. Certains employés ont vu leur salaire gelé lors d’une mise à niveau sur les salaires du marché, a expliqué le président. La compagnie ferroviaire comptait en 2011 28586 collaborateurs, soit 443 de plus qu’un an auparavant.

(Source : ATS).

Posted in Fréquentation, Suisse | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Genève : haro sur la fermeture prochaine de l’agence CFF de Longemalle

Posted by ardsl sur 29 mars 2012

Soutenue par le Syndicat du personnel des transports (SEV) et l’Agence transports et environnement (ATE), une pétition exige des CFF le maintien d’une présence rive gauche.

Si l’on excepte les petites succursales de Balexert et de l’aéroport, seule la gare Cornavin abritera une agence CFF l’année prochaine. L’entreprise ferroviaire souhaite en effet se séparer de son point de vente place Longemalle, dont le loyer triplera suite à des rénovations prévues début 2013.

Des raisons financières qui suscitent la grogne des riverains et du SEV, à l’origine de la pétition qui circule depuis un mois. «Un sacrifice des services publics à la course au profit», dénonce un communiqué du syndicat. «On nous dit vouloir développer les transports publics, et dans le même temps, on ferme ses points de vente ?» Valérie Solano, secrétaire du SEV, ne décolère pas. «Je comprends que la hausse du loyer mette l’entreprise en difficulté. Mais je regrette que l’entreprise n’ait pas cherché de nouveaux locaux plutôt que de renvoyer tout le monde sur la gare.»

Un reproche qui fait bondir Frédéric Revaz, porte-parole des CFF : «nous avons au contraire contacté de nombreuses régies et recherché intensivement un local au coût équivalent. Mais cette quête s’est malheureusement révélée infructueuse». Le porte-parole regrette la fermeture de l’agence, mais «le loyer exigé dépassait nos moyens. La décision est définitive.»

Il n’empêche que la pétition, dont les signataires enjoignent les CFF à «trouver une solution» pour conserver une agence Rive Gauche, rencontre un écho certain. «Nous avons recueilli 3800 signatures en quatre semaines» se targue la secrétaire du SEV. «Des personnes de tout âge, quel que soit leur lieu de résidence, se sentent concernées par la disparition de ce point de vente.»

Client assidu de l’agence Longemalle depuis plus de vingt ans, Jean-Marc déplore avant tout la perte d’un lieu «chaleureux, où l’on ne venait pas seulement acheter son billet, mais passer du temps avec un conseiller, qui nous guidait et nous connaissait bien.» Une proximité humaine qu’il craint ne pas retrouver. «À la gare, nous ne serons que des numéros. Je ne remets pas en cause la compétence des employés de cette agence, mais ils n’ont tout simplement pas le temps de s’attarder sur les demandes des clients.»

Un avis que ne partage pas Frédéric Revaz. Il explique que «les six employés de la place de Longemalle viendront renforcer l’équipe en place à la gare, et apporteront avec eux leurs compétences communicatives et humaines. Tout sera fait pour assurer la même qualité de service.»

(Avec La Tribune de Genève).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les TPG font toujours râler les Genevois

Posted by ardsl sur 27 mars 2012

Les TPG sont satisfaits du fonctionnement du nouveau réseau. Les usagers continuent à se plaindre.

Trams bondés, transbordements difficiles, engorgements, retards : entrée en vigueur le 11 décembre 2011, et malgré l’introduction de plusieurs mesures d’amélioration, la nouvelle organisation du réseau des Transports publics genevois (TPG) peine toujours à convaincre. Dans les bus et les trams, la nervosité est perceptible, les critiques fusent. Pourtant, selon le dernier point hebdomadaire conjoint des TPG et du Département de l’intérieur et de la mobilité (DIM), «le réseau TPG fonctionne de manière satisfaisante, depuis plusieurs semaines maintenant». Ce n’est pas l’avis des usagers, qui continuent à envoyer des réclamations aux TPG. «Nous en recevons environ 200 par mois, soit deux fois plus que d’habitude. Mais on est loin des 1000 réclamations reçues lors du premier mois d’exploitation du nouveau réseau», souligne Philippe Anhorn, responsable de la communication des TPG.

S’il convient que la situation s’est «un peu améliorée», Thomas Wenger, président de l’Association transports et environnement de Genève (ATE-GE), est loin de partager ce constat. «Les gens sont encore très mécontents du réseau de trams», dit-il. L’ATE-GE salue la création de la voie de bus sur le pont du Mont-Blanc, «qui a permis d’augmenter la vitesse commerciale des véhicules», le rétablissement du parcours historique de la ligne 3 reliant Gardiol et les Crêts-de-Champel, et l’augmentation importante de l’offre sur le réseau. «Mais le passage à trois lignes de trams reste un point négatif, poursuit Thomas Wenger. Il est inconcevable que les habitants du pôle Carouge-Plainpalais et ceux du pôle des Trois-Chênes (Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg et Thônex) n’aient pas un accès direct à la gare Cornavin et à la rive droite.» L’ATE-GE demande la création de deux nouvelles lignes, l’une reliant le Bachet, Carouge, Plainpalais à la gare de Cornavin et aux Nations, et l’autre reliant Moillesulaz, les Trois-Chênes à Meyrin via Cornavin.

Thomas Wenger critique aussi les pôles de transbordement que sont Bel-Air, Plainpalais et Cornavin. «Il y a des problèmes de signalétique. Quand on sort du tram 14 à la place Bel-Air, on ne sait pas où se trouve le tram 12», dont l’horaire est pourtant signalé sur les panneaux.

(Source : Le Temps).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les TPG tirent un bilan plutôt positif de leur nouvelle offre

Posted by ardsl sur 12 mars 2012

Cependant, le réseau de trams est encore loin d’être satisfaisant, selon l’Association Transports et Environnement.

Trois mois après la mise en service du nouveau réseau des Transports publics genevois (TPG), l’heure du bilan a sonné. Après les couacs des premières semaines et la grogne des usagers, il semblerait que la tempête ait laissé place au calme. « Nous avons vécu trois périodes« , explique Philippe Anhorn, porte-parole de la régie publique. « Du 11 au 23 décembre, de grandes difficultés sont survenues car nous n’étions pas assez préparés et n’avions pas réussi à tout régler. Ensuite, jusqu’au 8 janvier, nous avons profité des vacances pour identifier les zones à problèmes, comme Rive ou le pont du Mont-Blanc, ainsi que la régulation de la ligne de tram 14. Et depuis, nous travaillons avec le Département de l’intérieur et de la mobilité (DIM) et faisons des points chaque semaine sur le fonctionnement du réseau. »

Au fur et à mesure, le nouveau réseau des TPG dévoile ses atouts. «La régulation de la ligne 14 est en amélioration constante, l’offre est plus importante et la cadence est nettement meilleure, sans oublier la mise en service de nouveaux véhicules. Le seul inconvénient est l’obligation pour les usagers qui se rendent au centre-ville de changer de véhicule», ajoute Philippe Anhorn. D’ailleurs, les TPG ne reçoivent «plus que» deux cents plaintes d’usagers par semaine, contre des pics à deux mille courriers hebdomadaires il y a encore un mois.

Nouveaux ajustements

La cacophonie des débuts ne devrait plus être qu’un vieux souvenir. Sans oublier que, en réaction au mécontentement général, des ajustements du réseau ont eu lieu. Les lignes de trolleybus 3 et 7 ont repris leur parcours d’origine.

La ligne 14 en provenance du CERN effectue son terminus à Bel-Air en lieu et place de Stand.

Recommandations de l’ATE

Toutefois, il reste selon Thomas Wenger de gros aménagements à réaliser. «L’offre a fortement augmenté, notamment sur les lignes de campagne, et ceci est un changement que l’ATE salue. En revanche, il reste un gros problème au niveau des trams. Nous ne prônons pas un retour à l’ancien réseau mais exigeons un minimum de cinq lignes. Des régions comme Carouge et les Trois Chênes doivent pouvoir rejoindre Cornavin sans effectuer de changement de véhicule», estime-t-il. En plus de compliquer la vie aux personnes à mobilité réduite, ces transbordements pourraient dissuader les usagers de prendre les transports publics. Aussi, l’association d’utilité publique recommande qu’en termes de signalisation, la priorité soit donnée aux transports publics. «Il est inconcevable qu’un tram reste immobile plus d’une minute pour laisser passer des voitures», lance Thomas Wenger. Enfin, ce dernier évoque les difficultés que peuvent avoir certains usagers à s’y retrouver, surtout dans les pôles de transbordements importants tels que Bel-Air, et invite à ce que la signalétique soit améliorée.

(Avec Le Courrier).

Posted in Genève | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Les tarifs des CFF prennent l’ascenseur

Posted by ardsl sur 3 février 2012

Les billets et abonnements de transports publics coûteront en moyenne 5,6% plus cher dès le 9 décembre. La mesure touche surtout les abonnements généraux et demi-tarif. Cette augmentation des tarifs est justifiée par la hausse du prix des sillons de la Confédération.

Le Conseil fédéral a annoncé en août une hausse de 200 millions par année dès 2012 du prix du sillon, soit ce que versent les compagnies de chemins de fer pour circuler sur le réseau suisse. Un report intégral sur les usagers des transports publics aurait entraîné une augmentation des tarifs d’environ 9%.

L’Union des transports publics (UTP) a décidé de ne pas répercuter entièrement cette hausse sur la clientèle, écrit-elle vendredi 3 février dans un communiqué. Les entreprises de transports publics assumeront elles-mêmes une partie des coûts supplémentaires grâce à des « gains d’efficacité« .

Les abonnements fortement touchés

L’abonnement général deuxième classe prend 6,3% en moyenne. Les adultes débourseront 3560 francs, contre 3350 francs cette année. Le prix du sésame en première classe augmente de 8,1%. Pour les plus de 26 ans, il passera même de 5350 à 5800 francs (+8,4%).

L’abonnement demi-tarif pour une année coûtera 175 francs, contre 165 actuellement (+6,1%). Cette hausse touche près de la moitié (43%) des détenteurs, précise l’UTP. Les usagers qui achètent leur abonnement pour trois ans payeront 15% de plus, soit 460 au lieu de 400 francs.

Offres forfaitaires, les abonnements présentent des recettes comparativement faibles, justifie l’UTP. Les cartes journalières sont aussi concernées. Avec un abonnement demi-tarif, il faudra débourser 71 francs (+4,4%) pour voyager en deuxième classe et 121 francs (+8%) en première.

Les cartes valables dès 9h passeront de 58 à 61 francs en deuxième classe (+5,2%) et de 96 à 104 francs en première classe. Le tarif pour l’abonnement « Voie 7« , qui permet aux moins de 26 ans de voyager gratuitement dès 19h, reste inchangé à 129 francs.

Monsieur Prix consulté

Une partie du prix du sillon sera aussi reportée sur les billets de train. En deuxième classe, la hausse se monte à 4%. Le tarif n’avait pas été modifié en 2011, précise l’UTP. L’augmentation est de 7,3% pour la première classe.

Pour les autres transports publics, les prix seront fixés ces prochains mois. L’UTP table sur des hausses moyennes de l’ordre de 4%. Les plus de 240 entreprises de transports participant aux tarifs seront consultées, de même que le Surveillant des prix. Ce dernier réagira une fois qu’il aura analysé les tarifs, ont indiqué ses services.

Réactions contrastées

Après une hausse de 5,9% en 2011 et de 1,2% l’an dernier, les prix augmentent pour la troisième année consécutive, critique la Fédération romande des consommateurs (FRC).

Les clients les plus fidèles devront surtout mettre la main au portefeuille, déplore l’Association transports et environnement (ATE). Si ces mesures se poursuivent, elles finiront par pousser les usagers à reprendre leur voiture. Selon l’ATE, la majoration des prix devrait s’élever à environ 27% ces six prochaines années, car les entreprises de transports publics devront acquérir du matériel roulant supplémentaire. L’association se réjouit par contre que la totalité de la hausse du prix du sillon ne soit pas imputée aux usagers.

Pour Économiesuisse en revanche, la clientèle devrait participer davantage aux coûts. Les usagers financent moins d’un quart des frais de service et d’entretien du réseau ferroviaire, critique la fédération des entreprises. Et de réclamer de nouvelles hausses du prix du sillon, alors que le Conseil fédéral prévoit une augmentation de 100 millions en 2017.

La FRC estime au contraire que le gouvernement adopte un comportement contre-productif en ne laissant guère le choix aux CFF de reporter la facture sur les usagers. Elle espère que le Parlement saura reconnaître la nécessité d’un financement partagé entre tous les bénéficiaires de l’infrastructure: l’État, les entreprises et les usagers.

Télécharger le communiqué de l’UTP et les tarifs 2013 des CFF

(Source : ATS).

Posted in Suisse, Tarification | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’ATE veut plus de transports publics pour la Praille

Posted by ardsl sur 25 janvier 2012

Un bus des TPG avec la communication de l'ATE réclamant plus de transports publics pour La Praille

Vous les aurez peut-être remarquées ces dernières semaines, dans la rue, sur les bus ou les trams : des affiches à cadre orange arborant des slogans rappelant les messages de prévention des paquets de cigarettes, avec le logo ATE (Association Transport et Environnement).

Cette campagne vise à inciter les clients du centre commercial de la Praille à s’y rendre davantage en transports publics, mais rappelle aussi que la desserte du secteur pourrait être améliorée.

La campagne est issue du « groupe de suivi » de la Convention signée par l’ATE et l’État de Genève en 1999 comme condition au retrait du recours déposé par l’ATE contre la construction du centre et le parking de 950 places qui l’accompagne. Ce groupe, disposant d’un fonds alimenté par des recettes du parking, est à l’origine du désormais bien connu « Caddie service » (livraison des commissions à domicile à vélo) et de l’augmentation de fréquence de la ligne de bus D.

D’autres actions visant à faciliter et encourager l’accès au centre autrement qu’en voiture verront le jour ces prochaines années.

Posted in Genève | Tagué: , , | Leave a Comment »

L’ATE exige une augmentation de la capacité des transports publics

Posted by ardsl sur 20 janvier 2012

Augmenter les capacités des transports publics est plus important que les rendre plus rapides, selon l’Association Transports et Environnement (ATE) qui a présenté vendredi 20 janvier à Berne une étude sur la mise en oeuvre de son initiative.

Une grande partie des investissements doivent intervenir dans les agglomérations où vit 73% de la population suisse, a ajouté la présidente de l’ATE.

Le Parlement se penchera en parallèle sur le financement et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire dont le message a été publié mercredi par le Conseil fédéral (lire ici), en guise de contreprojet au texte de l’ATE.

Posted in Suisse | Tagué: , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :