ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘ballast’

La Cour des comptes critique le plan de rénovation du rail

Posted by ardsl sur 8 octobre 2012

Une enquête menée à la demande de la commission des Finances du Sénat et rendue publique mercredi 26 septembre révèle que l’effort de rénovation du réseau ferroviaire a paradoxalement privilégié les lignes les moins fréquentées, au détriment des axes les plus utilisés.

La France mène un effort important de renouvellement de son réseau ferroviaire, mais ces investissements profitent pour l’instant principalement aux lignes les moins fréquentées. Ce constat, paradoxal, a été fait par la Cour des comptes à l’occasion d’une enquête sur le sujet menée à la demande de la commission des finances du Sénat, et dont les conclusions ont été rendues publiques mercredi 26 septembre.

Ce plan de rénovation des lignes, lancé depuis plusieurs années, est une nécessité. En 2005, un audit indépendant avait conclu à un constat « alarmant » dû à la chute des investissements durant les deux décennies précédentes. Le nombre de kilomètres de voies rénovées avait chuté de 1000 à 500 par an en moyenne. En réaction, les moyens ont été augmentés, l’État et Réseau Ferré de France, propriétaire des infrastructures, signant notamment en 2008 un contrat pluri-annuel de performance, avec à la clef un effort budgétaire envisagé de 13 milliards d’ici à 2015.

Dépenses en hausse de 88%

Le rapport de la Cour en convient, les moyens engagés pour renouveler le réseau sont « significatifs ». Les dépenses ont globalement augmenté de 88% entre 2006 et 2011. Mais cet effort est « déséquilibré », pointe la rue Cambon : en proportion, les crédits alloués ont beaucoup plus augmenté pour la rénovation du réseau secondaire (+ 260% sur la période) que pour les grandes lignes (+ 57%), alors même que ces dernières sont bien plus utilisées, et devraient donc être prioritaires dans l’élaboration des plans de travaux.

Plusieurs facteurs expliquent ce « problème d’allocation des moyens », relève la Cour. D’abord, la tentation de commencer par ce qui est le plus simple : il est beaucoup plus facile de changer les voies ou le ballast d’une ligne qu’on peut fermer plusieurs heures sans gêner la circulation, ce qui n’est pas le cas des axes principaux. De surcroît, cet accent mis sur les dessertes les moins fréquentées était fortement demandé par les régions, qui lançaient au même moment une modernisation de leur matériel roulant. Elles ont donc poussé RFF à privilégier le réseau emprunté par leurs nouveaux trains, même s’il s’agissait de lignes fréquentées moins de dix fois par jour. Ces demandes ont fini par pénaliser l’attention qui devait être portée aux axes le plus utilisées.

Au final, « le retard pris sur la régénération des voies au trafic le plus important est en cours de rattrapage, mais cet effort prendra plusieurs années », conclut la Cour.

48000 kilomètres de voies ferrées

Le réseau ferré français comptait 29273 kilomètres de lignes fin 2011, pour un total de 48000 kilomètres de voies, auxquels s’ajoutent 15000 kilomètres de voies de service (gares et triages), ce qui représente un patrimoine considérable à entretenir.

80% de voies sont parcourues par moins de 20 trains par jour et 32% d’entre elles sont faiblement électrifiées. Le réseau compte également 46000 ponts et viaducs, dont l’âge moyen est de 86 ans, ainsi que 1660 tunnels.

(Avec Les Échos).

Publicités

Posted in Etudes, Politique, Travaux | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Des travaux sur la ligne ferroviaire Clermont-Ferrand – Volvic

Posted by ardsl sur 12 septembre 2012

Dans le cadre des travaux engagés depuis cet été, sur la ligne Clermont-Ferrand – Volvic, certaines phases de chantier nécessitent la réalisation de travaux de nuit.

Dans le cadre du Plan Rail Auvergne, Réseau Ferré de France réalise actuellement des travaux de remise à neuf de la voie entre les gares de Clermont-Ferrand et Durtol. Ce renouvellement complet de la voie ferrée est une opération exceptionnelle qui se déroule en moyenne tous les 40 à 50 ans.

Si le chantier suit son cours, des travaux vont devoir être réalisés de nuit, occasionnant des nuisances sonores ponctuelles. La phase la plus bruyante consiste à remettre du ballast sous la voie. Cette phase dure environ 30 minutes par tronçon de quelques centaines de mètres.

Cette gêne ponctuelle va durer quelques semaines, à l’avancement du chantier. Aussi, les riverains de la ligne sont susceptibles de connaitre des désagréments.

Ces travaux de nuit ont démarrer le 10 septembre au soir sur le secteur de Chamalières.

Sur la période 2009-2013, l’État, la Région Auvergne et Réseau Ferré de France investissent 213 millions d’euros sur le réseau ferré auvergnat.

(Avec lamontagne.fr).

Posted in Auvergne, Travaux | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux morts et un blessé grave sur une ligne ferroviaire à Boisset

Posted by ardsl sur 12 septembre 2012

Deux ouvriers travaillant sur un chantier ferroviaire ont perdu la vie et un autre a été grièvement blessé mardi 11 septembre en fin d’après-midi à Boisset (Cantal).

Un accident du travail a fait deux morts et un blessé grave mardi 11 septembre à Boisset. Le drame est survenu vers 16h30, sur un chantier de réfection des voies ferrées de la ligne Aurillac – Figeac. L’accident s’est produit à quelques kilomètres de la gare de Boisset, en direction de Maurs.

Les premières constatations indiquent qu’un wagon technique transportant du ballast s’est détaché de l’engin qui le tractait. Le wagon a heurté un groupe de six ouvriers qui travaillaient sur le chantier. Il a ensuite dévalé la voie sur un peu plus d’un kilomètre avant de percuter un engin de levage et de dérailler, disloqué.

Deux ouvriers sont décédés lors du choc, qui a été « violent » selon le préfet du Cantal. Un troisième ouvrier, très gravement blessé, a été transporté par l’hélicoptère du Samu d’Aurillac au centre hospitalier de la préfecture cantalienne puis au CHU de Clermont-Ferrand. Son pronostic vital était engagé.

Les trois victimes travaillaient pour des sous-traitants spécialisés dans les travaux ferroviaires. Le directeur régional de RFF, maître d’œuvre mandaté pour ces travaux, a fait le déplacement ainsi qu’un responsable de SNCF.

Une trentaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur place, ainsi que vingt-cinq militaires du groupement de gendarmerie du Cantal (brigade de Maurs, peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, brigade de recherche et techniciens d’identification criminelle d’Aurillac).

Sur place, le préfet du Cantal, Marc-René Bayle, a exprimé « sa compassion et sa sympathie » pour les victimes, leurs familles, les blessés et leurs proches.

Le maire de la commune, Joël Lacalmontie, s’est rendu sur les lieux de l’accident. À la demande du préfet, une cellule d’aide psychologique a été ouverte à la salle polyvalente de Boisset, afin d’aider trois autres ouvriers, témoins de l’accident, très choqués.

Le procureur de la république d’Aurillac a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances exactes de l’accident. Une cellule de crise a été ouverte à la préfecture du Cantal afin d’informer les familles et de trouver un hébergement pour celles qui souhaitant venir sur les lieux du drame.

Au siège lyonnais de la direction régionale Rhône-Alpes-Auvergne de Réseau Ferré de France, maître d’œuvre mandaté pour ces travaux, c’est la consternation. « Ce type d’accident, surtout avec ce bilan humain, est très rare. Cela n’était pas arrivé depuis des années. » Et Caroline Le Guellec, directrice de communication, de poursuivre. « Les ouvriers travaillaient pour une entreprise à laquelle nous avons déjà fait appel. Le chantier était conduit dans le cadre du Plan Rail Auvergne, sur l’axe Aurillac – Figeac ». Cette portion fait l’objet de travaux de rénovation (sécurisation de parois rocheuses, renouvellement de dizaines de kilomètres de voies…) jusqu’au 2 novembre.

Réfection des voies et pose de filets protecteurs sur les lignes Aurillac – Toulouse et Aurillac – Brive

Depuis lundi 27 août, les trains ne circulent plus entre Aurillac et Lamativie (Lot), perturbant la liaison ferroviaire avec Brive. Des cars de substitution ont été mis en place afin d’acheminer les voyageurs.

Cette interruption de trafic est due à d’importants travaux de sécurisation de la ligne Aurillac – Figeac, qui ont débuté en mai dernier. « Nous avons procédé à la réfection des voies entre Maurs et Viescamp. Cette nouvelle coupure de la circulation est le prolongement des travaux commencés en mai », explique Lilian Carle, responsable de l’agence opérationnelle Auvergne de RFF.

Lacapelle-Viescamp est le point de jonction entre les deux lignes Aurillac – Figeac et Aurillac – Brive. Des travaux entre Aurillac et Lacapelle-Viescamp obligent donc à couper les deux itinéraires.

« On change tout : les traverses, les rails et le ballast« , ajoute Lilian Carle. « La voie datait des années 1950. Pour des raisons de sécurité, la vitesse était limitée à 55 km/h entre Maurs et Viescamp. On va retrouver une vitesse normale de 75 km/h. »

Ces travaux sur la ligne Aurillac – Figeac, qui entrent dans le cadre du Plan Rail Auvergne, nécessitent un investissement de 32 millions d’euros. 3000 tonnes de ballast sont nécessaires pour réaliser un kilomètre de ligne. Exit les traverses en bois, les voies sont désormais en béton. La technique utilisée est celle du « long rail soudé » : il n’y a plus de joint entre les deux voies. « C’est un vrai gain de confort pour les usagers. Le joint est un point de faiblesse de la voie », précise le responsable de RFF.

Des travaux de protection des parois rocheuses vont également être réalisés. Entre Viescamp et Aurillac, du grillage va être posé afin de retenir les blocs de pierres. Des ponts vont aussi être consolidés et l’étanchéité refaite.

Dans le même temps, entre Viescamp et Lamativie, des opérations de remplacement des filets détecteurs vont être entreprises. « Il s’agit d’un autre système de protection. Lorsqu’un rocher tombe, il vient sectionner un fil. Un signal rouge permet alors d’arrêter le train », explique Lilian Carle.

Ces travaux sur la ligne Aurillac – Brive étaient nécessaires pour des raisons de sécurité. « Les filets dataient de plusieurs dizaines d’années. Ils étaient usés. Si on ne remplace pas les fils, ils cassent tout seuls et mettent en route la signalisation, ce qui a pour conséquence d’arrêter les trains« , poursuit-il. « L’année dernière, la ligne Viescamp-Lamativie avait été coupée pendant presque un mois suite à la chute d’un rocher. »

L’enveloppe pour les travaux de régénération des filets entre Viescamp et Lamativie s’élève à un million d’euros.

De nouveaux travaux sont programmés en 2013 sur la partie Viescamp – Lamativie, pour un montant de 15,5 millions d’euros. Remplacement de rails, travaux sur les tunnels et les parois rocheuses sont au cahier des charges, avec pour conséquence, une dernière coupure de la circulation.

(Avec La Montagne).

Posted in Auvergne, Travaux | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :