ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Collonges-sous-Salève’

Un tram pour desservir Saint-Julien-en-Genevois à l’horizon 2018

Posted by ardsl sur 8 juin 2012

La Communauté de communes du Genevois ouvre une concertation préalable (du 6 juin au 6 juillet) sur le section française du projet de tramway entre Genève et Saint-Julien-en-Genevois.

«C’est le seul vrai tram transfrontalier. C’est donc ensemble qu’on doit le réussir», lance Bernard Gaud, président de la Communauté de communes du Genevois (34500 habitants). Contrairement aux trams d’Annemasse et de Saint-Genis-Pouilly, qui constitueront un prolongement depuis la frontière des rails genevois, il s’agit, concernant le tram desservant Saint-Julien-en-Genevois (11900 habitants), de prolonger avec le tram 15 des TPG et de lui faire franchir la frontière. Depuis Lancy-Pont-Rouge donc, jusqu’à la gare SNCF de Saint-Julien-en-Genevois.

«Il sera utile pour l’ensemble du canton de Saint-Julien. Grâce à des lignes de rabattement depuis Valleiry et Collonges», précise l’élu français. Pour compléter ce dispositif, un parking relais dédié aux usagers du tram verra le jour près de la gare. Les prévisions tablent sur 4000 à 5000 voyageurs par jour sur le tronçon français. La mise en service est prévue pour 2018. Pour le moment, côté français, débute la phase de concertation publique. Du 6 juin au 6 juillet, tout un chacun est invité à faire part de ses remarques (dans les mairies, lors de réunions publiques ou par mail à tram-avis@cc-genevois.fr).

Trois tracés proposés.

L’un emprunte l’avenue de Genève, tourne devant la mairie pour rejoindre la gare. C’est le plus court – 1,5 km – et donc le moins cher : 30 millions d’euros (soit 20M€ hors taxe par km). Cet itinéraire est préconisé par la CCG. Le deuxième passe devant l’hôpital, compte 2010 mètres et coûterait 40 millions. Le troisième effectue une boucle dans le centre de Saint-Julien avant de rejoindre la gare. Avec ses 2620 mètres, c’est l’option la plus chère (50M€).

Le financement

Pour financer ce projet, désigné lors du dernier discours de Saint-Pierre comme une priorité du Grand Genève, les partenaires franco-genevois comptent sur un financement fédéral, de 40% maximum.

La CCG devrait investir dans ce projet à hauteur de 7M€ à 10M€.

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la CCG a obtenu une participation de l’État français au financement de la partie française du projet s’élevant à environ 4,16 millions d’euros (pour une enveloppe de 30 millions d’euros). Le financement du projet à l’étude nécessitera la participation complémentaire de différents partenaires mobilisés actuellement par la CCG. On peut citer :

  • la commune de Saint-Julien pour l’insertion urbaine ;
  • l’Europe, avec le dépôt du dossier de demande de subvention INTERREG ;
  • le Conseil général de la Haute-Savoie, notamment par la mobilisation de fonds frontaliers ;
  • le Conseil Régional Rhône-Alpes.

Les caractéristiques du projet de tramway entre Saint-Julien et Genève

Le projet prévoit :

  • 4 ou 5 stations.
  • un tram toutes les 8 minutes aux heures de pointe.
  • une vitesse moyenne du tram de 17km/h.
  • un temps de parcours de 25 minutes entre la gare SNCF de Saint-Julien et Lancy-Pont-Rouge.
  • un fonctionnement de 5h à 1h.

La gare de Saint-Julien-Genevois, pôle d’échange

L’aménagement du pôle d’échange de la gare de Saint-Julien garantira une connexion aisée entre le tramway, les lignes de bus de rabattement et les TER.

Un parking-relais est envisagé à la gare de Saint-Julien.

Le plan de circulation général de Saint-Julien-en-Genevois sera repensé avec l’arrivée du tramway afin de conserver la possibilité de circuler et d’accéder au centre-ville en voiture.

Une réponse à la congestion automobile

Plus de 20000 habitants de la CCG se rendent à Genève chaque jour. Ces trajets sont majoritairement effectués en voiture individuelle. Seuls 3% des déplacements se font en transports publics. Malgré tout la fréquentation de la ligne D des TPG (Saint-Julien – Genève) a été multiplié par 5 entre 2002 et 2011.

Dès sa mise en service, le tramway permettra de multiplier le report modal par 5. De facto, la baisse de l’usage de la voiture sera significative.

Réunions publiques

  • Mardi 12 juin à 20h30 à Archamps à la Communauté de communes du genevois,  38 rue Georges de Mestral, technopole.
  • Vendredi 22 juin à 18h30 à Valleiry à l’espace Albert Fol, 189 route de Saint-Julien.
  • Mardi 26 juin à 20h30 à Saint-Julien-en-Genevois,  à l’Arande,  24 grande Rue.

Expositions

  • Du 6 au 17 juin à Collonges-sous-Salève (traboule).
  • Du 18 au 24 juin en mairie de Valleiry.
  • Du 25 juin au 1er juillet en mairie de Viry.
  • Du 2 au 6 juillet en mairie de Beaumont.
  • Jusqu’au 6 juillet : à Saint-Julien-en-Genevois (à l’Arande) et à Archamps (au siège de la CCG).
  • En juillet à la gare de Saint-Julien-en-Genevois.
  • En août à Neydens (Vitam Parc).

Planning prévisionnel

  • Bilan de la concertation préalable : automne 2012.
  • Enquête publique : début 2013.
  • Déclaration d’utilité publique : fin 2013.
  • Travaux : entre 2014 et 2018.
  • Mise en service : 2018.

Pour en savoir plus, télécharger :

La Communauté de communes du Genevois

C’est la collectivité française qui est maître d’ouvrage de la partie française du tramway Saint-Julien – Genève.

La CCG regroupe depuis 1996, 17 communes :

  • Archamps : 1900 habitants
  • Beaumont : 2100 habitants
  • Bossey : 700 habitants
  • Chênex : 600 habitants
  • Chevrier : 400 habitants
  • Collonges-sous-Salève : 3700 habitants
  • Dingy-en-Vuache : 600 habitants
  • Feigères : 1500 habitants
  • Jonzier-Épagny : 700 habitants
  • Neydens : 1500 habitants
  • Présilly : 700 habitants
  • Saint-Julien-en-Genevois : 11900 habitants
  • Savigny : 700 habitants
  • Valleiry : 3100 habitants
  • Vers : 700 habitants
  • Viry : 3600 habitants
  • Vulbens : 1000 habitants.

La CCG prend la compétence transport urbain

La Communauté de communes du Genevois a obtenu par un arrêté préfectoral du 11 mai 2012, la compétence transport. Elle est désormais autorité organisatrice du transport urbain (AOTU) sur son territoire.

Publicités

Posted in Genève, Genevois, Service 2018 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas d’augmentation des fréquences des bus transfrontaliers

Posted by ardsl sur 10 décembre 2011

L’offre des TPG augmente dès le 11 décembre (les détails ici). À l’exception de la ligne Thonon-Genève, rien n’est prévu pour les transports publics transfrontaliers.

Les Transports Publics Genevois desservent Veigy (ligne G), Saint-Julien et Valleiry (ligne D), Saint-Genis et Val-Thoiry (ligne Y), Ferney-Voltaire (ligne O), Gex (ligne F), Bois-Chatton (P+R) (ligne Z). La ligne T relie depuis quelques mois Challex à la gare de La Plaine (ligne T). Aucune de ces lignes ne verra ses fréquences augmenter le 12 décembre prochain, malgré des fréquentations en forte hausse.

Ces lignes transfrontalières sont gérées par un GLCT (groupement local de coopération transfrontalière) qui réunit le canton de Genève et les départements de l’Ain et de la Haute-Savoie. Le GLCT est une institution binationale prévue par les Accords de Karlsruhe. Un GLTC permet des financements communs d’un service public spécifique, en l’occurrence les transports publics routiers. Le GLTC Unireso dispose d’un budget de 4,5 millions d’euros. Ainsi la ligne D Genève gare de Saint-Julien est subventionnée par le canton de Genève à hauteur de 600’000 euros et par le Conseil général de la Haute-Savoie à hauteur de 200000 euros. La clé de répartition est en l’occurrence de trois quarts, un quart. Elle varie pour chaque ligne en fonction du kilométrage parcouru en Suisse et en France.

Cette absence de renforcement des dessertes peut s’expliquer par :

  • des questions budgétaires : le canton de Genève n’a pas encore voté son budget 2012
  • des questions financières : les Conseils généraux de l’Ain et de la Haute-Savoie et le canton de Genève ont des moyens limités
  • des questions techniques : comme le gabarit des routes ou la présence de passage à niveau.

Feu rouge pour relier le téléphérique depuis Veyrier

Pour prolonger la ligne 8 de Veyrier jusqu’au téléphérique du Salève, il faudrait que le département de la Haute-Savoie installe des feux sur la D1206 juste après la douane de Veyrier au Pas de l’Échelle.

À Collonges-sous-Salève et Archamps, un temps desservis par la ligne 44 qui monte de Carouge à La Croix-de-Rozon, un prolongement de la ligne vers le business park et le multiplex cinématographique est envisagé. Là aussi, il faut attendre l’adaptation du réseau routier français, notamment la construction d’un giratoire au Pont-de-Combe, et trouver le financement.

Du côté du pays de Gex, l’augmentation de la fréquentation de la ligne Y vers Saint-Genis-Pouilly et Val-Thoiry, consécutive à la prolongation du tram jusqu’au CERN, achoppe à des problèmes financiers et techniques. En revanche, une ligne nouvelle reliera courant 2012 Gex à Coppet par Divonne.

«Le contrat septennal qui lie le GLCT aux concessionnaires expire en 2014. Les négociations sont en cours pour augmenter le service et la qualité des transports publics régionaux » assure Leuk Godbert, directeur du GLCT.

(Avec La Tribune de Genève).

Posted in Ain, Genève, Genevois, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :