ARDSL Association Rail Dauphiné Savoie Léman

Le blog des usagers

Posts Tagged ‘Conseil général des Hautes-Alpes’

Transports scolaires : mise en place de frais de dossier dans les Hautes-Alpes

Posted by ardsl sur 10 septembre 2012

Les Hautes-Alpes ont décidé le 3 avril 2012 d’instaurer des frais de dossier d’un montant de 15 euros à compter de la rentrée 2012/2013.

Cette décision est fondée sur la nécessité d’optimiser les moyens. Dans sa délibération, le Conseil général met en avant trois opérations de comptage réalisées en mai, octobre et novembre 2011 révélant qu’en moyenne «à peine 65% des inscrits prennent régulièrement le car». Dans ce département, qui transporte 9200 écoliers, le coût du transport par élève se chiffre à 858 euros.

(Avec Transport Public).

Posted in Alpes du Sud, Fréquentation, Tarification | Tagué: , | Leave a Comment »

Les départements reviennent de plus en plus sur la gratuité des transports scolaires

Posted by ardsl sur 7 septembre 2012

Pour cette rentrée 2012, dans plusieurs départements, les parents d’élèves ont dû mettre pour la première fois la main à la poche pour que leurs enfants puissent emprunter des transports scolaires jusque-là gratuits. La gratuité des transports scolaires reste pratiquée par seulement 28 départements.

Selon les statistiques de l’Association des départements de France (ADF), le coût global des transports scolaires – hors Île-de-France – est supérieur à 3 milliards d’euros, dont 2 milliards sont à la charge des départements. Soit un coût moyen par an et par élève de 840 euros. Une compétence obligatoire qui coûte cher, voire de plus en plus cher avec la hausse du prix du carburant et de la TVA. C’est d’autant plus marqué dans l’actuel contexte économique où les pressions financières étranglent les départements. Ces dernières années, ces collectivités se sont vues amputées d’une partie de leurs recettes fiscales (taxe professionnelle, taxe d’habitation…) et ont hérité de dépenses sociales obligatoires (Allocation personnalisée d’autonomie, Prestation de compensation du handicap, RSA) qui plombent les budgets.

« Sur les 75 milliards accordés aux départements, les dépenses sociales pèsent 12 milliards d’euros. Or, l’État ne les a compensés qu’à hauteur de 7 milliards« , rappelle Claudy Lebreton, président de l’ADF. Autant dire que l’équation entre dépenses et investissements est devenue un exercice de haute voltige pour les collectivités départementales et se traduit inexorablement par des arbitrages politiques. C’est dans ce cadre-là que certaines d’entre elles ont pris la décision de réviser les conditions d’accès aux transports scolaires.

Gratuité dans 28 départements

Malgré tout, en 2012, 28 Conseils généraux financent encore à 100% la gratuité des transports scolaires, tandis que sept prennent à leur charge entre 95% et 99% des coûts du transport. Les autres participent de 50% à 94%. Selon Christophe Trébosc, secrétaire général de l’Association nationale pour les transports éducatifs de l’Éducation nationale (Anateep), « si le nombre de départements assurant la gratuité a longtemps été stable, nous observons une rupture à partir de 2010/2011« .

En effet, c’est à cette date-là que les Ardennes et l’Aube ont remis en question la gratuité. Ils ont été suivis par la Seine-Maritime. En ce début d’année, la Corrèze, le Loiret, l’Isère, les Hautes-Alpes ont rebattu les cartes en modifiant les conditions d’accès. Une raison à cela : la chasse au gaspillage et une recherche d’optimisation des moyens. En effet, l’instauration de frais d’inscription ou d’une participation vise surtout à optimiser l’exploitation. Notamment en espérant que les élèves inscrits prendront effectivement le car.

Terminée l’époque où les véhicules circulaient à moitié pleins. Pas question non plus de se défausser sur les familles et de réaliser des économies sur le dos. Car la fin de la gratuité, au sens littéral du terme, consisterait à faire payer aux familles le coût réel du transport. Inenvisageable. « Dans l’Yonne, le coût moyen par enfant transporté est de 850 euros. Mettre fin à la gratuité consisterait à faire payer cette somme-là aux familles« , rappelle Bernard Ristord, directeur de cabinet du président au Conseil général de l’Yonne.

Double peine

À l’Anateep, la position est claire. « Nous sommes pour la gratuité des transports scolaires car nous estimons que c’est un service public permettant l’accès à l’éducation qui, elle aussi, est gratuite« , explique Christian Trébosc. Autre argument mis en avant : la volonté de ne pas pénaliser les élèves obligés de prendre le car. « Ces derniers subissent un double peine : non seulement ils mettent plus de temps (donc accumulent de la fatigue), mais en plus leurs parents sont obligés de payer le transport« .

Néanmoins, l’Anateep se dit consciente des problématiques financières rencontrées par les départements pour continuer à assurer ce service dans des conditions de sécurité optimales. « Les dernières normes de sécurité (le port de la ceinture, l’accessibilité, l’installation d’éthylotests) sont de plus en plus lourdes« , reconnaît le secrétaire général. Lequel se dit favorable à ce que les usagers sachent que le transport scolaire a un coût. « C’est pourquoi nous ne sommes pas hostiles à ce qu’il soit demandé aux familles une participation symbolique de 5% au maximum« .

Cinq questions à Claudy Lebreton, président de l’Association des départements de France

Quelle est la situation financière des départements ?

Le contexte général dans lequel nous sommes amenés à assumer des responsabilités est très lié à la situation nationale, européenne et mondiale. C’est-à-dire que nous subissons une grande tension sur les finances publiques. Depuis des années, nous voyons chuter nos recettes fiscales, alors que nos dépenses ne cessent de progresser. De toutes les collectivités territoriales, ce sont les départements qui sont le plus en grande difficulté financière. Tout cela nous pousse à regarder de très près toutes les sources d’économie potentielles. D’où les décisions qui ont été prises dans le secteur des transports.

Peut-on dire que la remise en question de la gratuité des transports scolaires est tendancielle ?

Les départements qui sont revenus sur la gratuité sont finalement très peu nombreux. De plus, aucun n’a décidé d’imposer du jour au lendemain une forte participation financière. Pour utiliser une métaphore médicale, il s’agit d’un traitement homéopathique. Par ailleurs, j’observe qu’une immense majorité de départements consacrent d’importants moyens aux transports scolaires : pour 39 d’entre eux, ils subventionnent ce service entre 95 et 100%.

Peut-on imaginer que les régions cofinancent le transport des lycéens ?

C’est un sujet d’actualité. Même si cette question-là n’a pas été abordée dans la campagne présidentielle, elle l’est dans tous les cercles initiés. François Hollande, dont je suis membre du comité de campagne, porte l’éventualité d’une nouvelle réforme de décentralisation. Nous en sommes au stade de la clarification des compétences entre l’Etat et les collectivités mais aussi entre les collectivités elles-mêmes. Le transport est une compétence partagée : l’urbain incombe aux agglomérations, l’interurbain aux conseils généraux, et le ferroviaire régional aux régions. Aujourd’hui, le grand enjeu est lié l’intermodalité. La tension sur les dépenses et les recettes publiques nous oblige à nous rapprocher. Mais cela demande du temps, des conciliabules, des négociations. Il est impératif d’aller vers plus de coopération, de mutualisation, de rationalité dans l’organisation des services publics. Je pense que d’ici 5 ans tout cela sera résolu et que nous serons parvenus à des gentlemen agreement entre les conseils généraux et régionaux en matière de transport.

Pour dégager de nouvelles ressources, seriez-vous partisan d’augmenter la participation demandée aux familles ?

Compte tenu de la situation économique et du pouvoir d’achat, je ne suis pas sûr que ce soit le bon moment d’augmenter fortement la participation des familles. De plus, les enfants qui fréquentent les bus ne sont pas forcément les plus aisés économiquement. Malgré tout, nous sommes en train de rechercher un équilibre entre ce qui reste des ressources liées à la fiscalité et ce qui va relever des usagers. D’où la tendance à actualiser les prix de façon modérée. Nous venons de la faire dans les Côtes-d’Armor, département que je préside. Nous avons augmenté de 10 euros la participation financière des familles. Ce qui la porte à 110 euros par an et par enfant. Autre piste étudiée par les collectivités pour réduire les coûts : la possibilité de revenir à des régies départementales. Il y a de plus en plus d’interrogations sur la pertinence des délégations de service public pour une raison très simple : les grands groupes de transport ont gagné beaucoup d’argent…

Pensez-vous que les départements qui ont instauré des tarifications uniques risquent de revoir les prix à la hausse ?

Non. J’espère que la situation économique et financière va se détendre. Il faut avoir le souci de la maîtrise des dépenses mais aussi celui des investissements publics pour produire du développement et de l’emploi. C’est un enjeu essentiel, un équilibre qu’il faut trouver. Aujourd’hui, avec le développement durable, il faut trouver un système qui encourage à l’utilisation du transport public. Dans les Côtes- d’Armor, avec un titre à 2 euros, nous sommes passés en 5 ans de 150000 voyageurs à 500000 aujourd’hui.

(Avec mobilicites.com et Transport Public).

Posted in Alpes du Sud, Fréquentation, Isère, Politique, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Certains départements encouragent financièrement les automobilistes à prendre le car

Posted by ardsl sur 30 août 2012

Les tarifs uniques de transport mis en place par les départements dopent la fréquentation des cars interurbains, apparemment sans grever les finances publiques. Cette politique, qui offre une alternative aux automobilistes pénalisés par les prix des carburants, est appelée à se développer.

Au moment où le gouvernement tente de contenir la flambée des prix des carburants et réfléchit à la manière d’inciter les collectivités qui ne l’ont pas encore fait à mettre en place des tarifs sociaux pour leurs transports publics, les départements prennent aussi le train de la lutte contre la vie chère. La Gironde, les Alpes-Maritimes ou encore les Bouches-du-Rhône viennent rappeler qu’il existe un moyen radical d’espacer les passages à la pompe : prendre le car.

Ces dix dernières années, les crises pétrolières et la nécessité de rentabiliser leurs réseaux de cars interurbains – les TER sont du ressort des Régions et les transports urbains incombent aux communes et agglomérations – ont poussé 47 départements à adopter une tarification unique de 1 à 4 euros.

« C’est un vrai mouvement« , observe Roland Ries, président du Groupement des autorités responsables de transport (GART), « ce phénomène qui est apparu il y a quinze ou vingt ans dans les transports urbains s’étend aux départements et booste la fréquentation de manière tout à fait spectaculaire. »

La question est de savoir si l’augmentation du nombre d’usagers qui paient compense la réduction des tarifs. « Nous n’avons pas de chiffres précis, mais il est sûr que la fréquentation augmente avec la baisse des tarifs et que cela risque de s’accentuer avec la hausse du prix des énergies fossiles », poursuit, prudent, le président du GART en évoquant aussi les bénéfices d’un transfert modal pour la collectivité. « Nous sommes favorables à ces initiatives, elles produisent des résultats, on les constate et l’équilibre économique ne paraît pas être substantiellement modifié. Le chantier de la tarification est devant nous. Le contexte est favorable pour créer les conditions d’un transfert modal de la voiture privative vers le transport public là où il est pertinent », juge Roland Ries.

Le car à 1 euro

En Languedoc-Roussillon, le département des Pyrénées-Orientales a fait école en lançant en novembre 2008, le car à 1 euro. En trois années d’exercice, les recettes sont passées de 850000 euros à 1,3 million d’euros. « Nous avons investi dans des bus supplémentaires, mais il nous reste encore du bonus. Avec, en moyenne, 4000 passagers par jour, nous avons multiplié par quatre la fréquentation », explique Patrice Rémy, directeur des transports au Conseil général. Depuis un an, l’Aude a suivi cet exemple et l’Hérault qui avait pris la même initiative en 2010 a comptabilisé 400000 voyages de plus, une progression de plus de 35 % par rapport à l’année précédente.

De son côté, il y a tout juste un an, le Puy-de-Dôme lançait un tarif unique à 2 euros. L’aller-retour Clermont-Ferrand – Arlanc, de 100 kilomètres, revient à 4 euros contre 26,40 euros précédemment. Les Alpes-Maritimes ont pour leur part lancé un titre unique de transport à 365 euros par an. Autre exemple, le prix unique de 2 euros instauré en 2009 dans le Loir-et-Cher visait à remplir les quelque 70 cars qui circulent sur les 20 lignes de ce département rural : la fréquentation a doublé dès 2010.

(Avec Les Échos).

Posted in Ain, Alpes du Sud, Ardèche, Auvergne, Bourgogne, Fréquentation, Jura, Languedoc-Roussillon, Loire, PACA, Politique, Rhône, Tarification | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oulx : la gare TGV de Briançon et Montgenèvre

Posted by ardsl sur 5 mai 2012

Depuis le 11 décembre 2011, 3 allers-retours (au lieu 2 auparavant) sont assurés au quotidien en TGV entre Paris et Milan. Ils desservent systématiquement Chambéry, Modane, Bardonecchia, Oulx et Turin Porta Susa. Du coup, chaque jour, ce sont six TGV qui se croisent entre la France et l’Italie, avec un arrêt à la gare d’Oulx. Idéal pour desservir le grand Briançonnais.

Sylvie Targa, directrice de la ligne TGV France-Italie s’est rendue à Montgenèvre samedi 17 mars pour présenter cette nouvelle offre de transport. Guy Hermitte, le maire de Montgenèvre, a assisté à cette soirée de lancement. Pour lui, « trois allers-retours par jour, c’est le moins que la SNCF puisse faire pour faire vivre l’économie touristique dans le nord des Hautes-Alpes. Car notre objectif à tous, c’est d’accueillir nos clients le plus rapidement et le moins cher possible ».

Le TGV indispensable pour le tourisme

Guy Hermitte en a également profité pour interroger Sylvie Targa sur la possibilité d’intégrer l’offre TGV dans les packages créés par la centrale de réservation de Montgenèvre. « L’intégration de l’offre TGV directement accessible depuis la centrale de réservation de Montgenèvre, que ce soit pour les clients professionnels (Tour operators) ou les individuels, permettrait d’offrir un service supplémentaire et la création réelle de packages tout compris. L’enjeu est important pour notre station, notamment au regard de la concurrence avec les stations de la Tarentaise ou de la Maurienne. » Sylvie Targa s’est réjouie de cette proposition qui ne demande qu’à être généralisée à tous les opérateurs touristiques du Grand Briançonnais.

S’il y en a bien un également qui s’est réjoui d’avoir récupéré un sillon horaire supplémentaire, c’est Joël Giraud, le député PRG, grand adepte du transport ferroviaire. Notamment pour se rendre à l’Assemblée Nationale à Paris. « La nouvelle offre TGV pour Oulx est de plus en plus empruntée par les touristes mais aussi par les Briançonnais qui préfèrent 4h40 de TGV direct à un changement à Grenoble, Valence ou Gap, mais surtout ceux déroutés par les très aléatoires réservations pour le train de nuit. L’enjeu est donc considérable » a fait savoir le député.

Correspondances à Oulx pour Briançon

Le Conseil général des Hautes-Alpes assure les liaisons en autocar entre Briançon, Montgenèvre et Oulx. Les horaires sont adaptés aux horaires des TGV desservant Oulx (notre article sur la ligne Briançon – Oulx).

À noter que les rames circulant entre Paris et Milan ont été dessinées par le designer Christian Lacroix et qu’elles sont équipées de prises électriques, en première comme en seconde classe.

Depuis le 11 décembre, SNCF opère seule sa liaison avec l’Italie après la fin de sa collaboration avec Trenitalia au sein d’Artesia, filiale commune des deux compagnies.

SNCF et Trenitalia ont décidé de ne plus poursuivre leur coopération en raison de la persistance des difficultés dans la gestion commune des trains et la prise de participation de la SNCF dans Nuovo Trasporto Viaggiatori (NTV), concurrent privé de Trenitalia sur son marché national, à hauteur de 20%.

La concurrence entre les deux groupes publics est désormais d’autant plus franche que Trenitalia, associé à Veolia Transdev, propose depuis le 11 décembre un service de nuit entre Paris et Venise, dans le cadre de la coentreprise Thello, premier opérateur privé à défier SNCF sur ses terres pour le transport des voyageurs.

Milan > Paris

  • 9240 Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa 7h44/46 – Oulx 8h35/37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – St Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – Saint-Éxupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h26.
  • 9242 Milan Garibaldi 10h12 – Turin Porta Susa 11h38/40 – Oulx 12h34/36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – Saint-Éxupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h22 (le week-end).
  • 9244 Milan Garibaldi 11h10 – Turin Porta Susa 12h38/40 – Oulx 13h35/37 – Bardonecchia 13h46/48 – Modane 14h08/24 – Chambéry 15h48/16h06 – Saint-Éxupéry TGV 17h13/15 – Paris 19h10 (sauf le week-end).
  • 9248 Milan Garibaldi 16h10 – Turin Porta Susa 17h33/35 – Oulx 18h35/37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – Saint-Éxupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h24.

Paris > Milan

  • 9241 Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – Saint-Éxupéry TGV 9h47/49 – Chambéry 10h52/57 – St Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30 – Turin Porta Susa 13h25 – Milan Garibaldi 14h45.
  • 9245 Paris 10h41 – Saint-Éxupéry TGV 12h33/35 – Chambéry 13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26 – Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46 (sauf le week-end).
  • 9247 Paris 12h45 – Chambéry 15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23 – Turin Porta Susa 18h22 – Milan Garibaldi 19h47 (le week-end).
  • 9249 Paris 14h41 – Saint-Éxupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21 – Turin Porta Susa 20h13 – Milan Gabaldi 21h45.

(Avec Le Dauphiné Libéré et AFP).

Posted in Alpes du Sud, Italie, Loisirs, Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plus de cars pour Montgenèvre

Posted by ardsl sur 5 mai 2012

La desserte de la station Montgenèvre et la desserte de la gare TGV d’Oulx sont désormais dissociées. Explications.

Depuis plusieurs années, le Conseil général des Hautes-Alpes organise une ligne régulière de cars reliant Briançon à Oulx (en Italie). Les horaires de cette ligne sont bâtis pour garantir les correspondances avec les TGV Paris – Milan. Le trajet coûte 10€.

Réservation impérative 36h avant le départ au 04 92 502 505.

Sens Briancon > Montgenèvre > Oulx

  • Le car Briançon 7h00Montgenèvre 7h30Oulx 8h00 est en correspondance avec le TGV 9240 (Oulx 8h37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – Saint-Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – Saint-Éxupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h26).
  • Le car Briançon 11h00Montgenèvre 11h30Oulx 12h00 (qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le TGV 9241 (Oulx 12h30 – Turin Porta Susa 13h25 – Milan Garibaldi 14h45) et le TGV 9242 (Oulx 12h36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – Saint-Éxupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h22, qui circule uniquement le week-end).
  • Le car Briançon 12h00Montgenèvre 12h35Oulx 13h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance avec le TGV 9244 (Oulx 13h37 – Bardonecchia 13h46/48 – Modane 14h08/24 – Chambéry 15h48/16h06 – Saint-Éxupéry TGV 17h13/15 – Paris 19h10, qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 14h05Montgenèvre 14h35Oulx 15h05 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance le TGV 9245 (Oulx 15h26 – Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46, qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 16h30Montgenèvre 17h10Oulx 18h00 est en correspondance avec le TGV 9248 (Oulx 18h37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – Saint-Éxupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h24).
  • Le car Briançon 18h05 – Montgenèvre 18h35 Oulx 19h05 est en correspondance avec le TGV 9249 (Oulx 19h21 – Turin Porta Susa 20h13 – Milan Gabaribaldi 21h45).

Sens Oulx > Montgenèvre > Briançon

  • Le TGV 9240 (Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa7h44/46 – Oulx 8h35) est en correspondance avec le car Oulx 9h00Montgenèvre 9h23 Briançon 10h00.
  • Le TGV 9241 (Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – Saint-Éxupéry TGV 9h47/49 – Chambéry10h52/57 – Saint-Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30) et le TGV 9242 (Milan Garibaldi 10h12 – Turin Porta Susa 11h38/40 – Oulx 12h34, qui circule uniquement le week-end) sont en correspondance avec le car Oulx 13h05 Montgenèvre 13h28Briançon 14h05.
  • Le TGV 9245 (Paris 10h41 – Saint-Éxupéry TGV 12h33/35 – Chambéry13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26, qui circule du lundi au vendredi) est en correspondance avec le car Oulx 16h00Montgenèvre 16h23Briançon 17h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le TGV 9247 (Paris 12h45 – Chambéry15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23, qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le car Oulx 18h00 Montgenèvre 18h23Briançon 19h00 (qui circule uniquement le week-end).
  • Le TGV 9249 (Paris 14h41 – Saint-Éxupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21) est en correspondance avec le car Oulx 19h40 Montgenèvre 20h03Briançon 20h40.

Les cars Briançon – Oulx desservent au passage la station de Montgenèvre. Or les horaires des cars Briançon – Oulx ne sont pas forcément adaptés aux besoins de desserte de Montgenèvre.

Face à cette situation, le Conseil général des Hautes-Alpes a décidé de créer des services supplémentaires entre Briançon et Montgenèvre.

Ces services ont été inauguré mercredi 15 février par Jean-Yves Dusserre (président du CG 05), Guy Hermitte (maire de Montgenèvre) et Gérard Fromm (conseiller général et maire de Briançon).

Cette nouvelle ligne régulière départementale répond à un réel besoin non seulement des touristes qui souhaitent rejoindre la station mais aussi ceux de la population locale comme les saisonniers et personnels qui y travaillent notamment en période hivernale.

Cette amélioration de la desserte de Montgenèvre fait suite à une démarche de la municipalité. Le coût des cars supplémentaires est pris en charge à part égale entre la commune et le département des Hautes-Alpes.

Ces cars supplémentaires circulent depuis le 10 décembre 2011. Ils ont déjà trouvé des usagers. Plus de 900 titres de transports ont été vendus en décembre 2011 et en janvier 2012.

Jusqu’au 1er mai, cinq aller-retours quotidiens étaient assurés entre la gare SNCF de Briançon et Montgenèvre. Le trajet Briançon – Montgenèvre coûte 3€.

Sens Briançon  > Montgenèvre (horaires valables jusqu’au 29 juin)

  • Briançon 6h45Montgenèvre 7h15 : du lundi au vendredi à partir du 21 mai (sauf fêtes ; sans réservation).
  • Briançon 7h00Montgenèvre 7h30 – Oulx 8h00 : quotidien.
  • Briançon 7h55Montgenèvre 8h35 : jusqu’au 20 mai (sauf fêtes ; sans réservation du lundi au vendredi).
  • Briançon 11h00 Montgenèvre 11h30 – Oulx 12h00 : les samedis et dimanches.
  • Briançon 12h00 – Montgenèvre 12h30Oulx 13h00 : du lundi au vendredi
  • Briançon 14h05Montgenèvre 14h35 – Oulx : du lundi au vendredi

Réservation impérative 36h avant le départ au 04 92 502 505.

Sens Montgenèvre > Briançon (horaires valables jusqu’au 29 juin)

  • Montgenèvre 7h15 Briançon 7h40 : du lundi au vendredi à partir du 21 mai (sauf fêtes ; sans réservation).
  • Montgenèvre 8h35Briançon 9h00 : jusqu’au 20 mai (sauf fêtes ; sans réservation du lundi au vendredi).
  • Oulx 9h00 – Montgenèvre 9h23Briançon 10h00 : quotidien.
  • Oulx 13h05Montgenèvre 13h28Briançon 14h05 : quotidien.
  • Oulx 16h00Montgenèvre 16h23 – Briançon 17h00 : du lundi au vendredi.
  • Montgenèvre 17h35Briançon 18h00 : sauf fêtes (sans réservation du lundi au vendredi).
  • Oulx 18h00Montgenèvre 18h23 Briançon 19h00 : les samedis et dimanches.
  • Oulx 19h40Montgenèvre 20h03Briançon 20h40 : quotidien.

Réservation impérative 36h avant le départ au 04 92 502 505.

Télécharger les fiches horaires :

Posted in Alpes du Sud, Italie, Loisirs | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

SCOT de l’aire gapençaise : enjeu majeur pour les transports

Posted by ardsl sur 25 avril 2012

Le périmètre du SCOT de l'aire gapençaise

Le syndicat mixte du SCOT (schéma de cohérence territoriale) de l’aire gapençaise a tenu  à Veynes jeudi 19 avril une réunion de concertation publique. Le SCOT est un document d’urbanisme qui aménage notre territoire dans une perspective d’une vingtaine d’années. Il a pour objectif de mieux structurer notre espace de vie, de prendre en compte toutes les dimensions de la vie quotidienne des habitants.

En 2007, le projet du SCOT a été présenté aux élus. En 2010 et 2011, des réunions avec les élus des communes concernées ont abouti à un deuxième document : le projet d’aménagement et de développement durable (PADD), qui fixe les objectifs des politiques d’urbanisme. Le SCOT doit faire baisser les obligations de déplacements des habitants, notamment par le développement des transports collectifs.

Développer l’économie de façon réfléchie

Les cinq défis du SCOT sont :

  • protéger l’environnement comme source d’attractivité économique et sociale ;
  • protéger et valoriser l’agriculture ;
  • harmoniser et développer de manière équilibrée le territoire ;
  • pérenniser les activités touristiques
  • maintenir la qualité du cadre de vie.

Il doit respecter trois grands principes d’équilibre, de diversité des fonctions urbaines et de mixité sociale et de respect de l’environnement.

Cette présentation a suscité de la part des personnes présentes un questionnement sur le développement de l’emploi mais aussi des moyens de transports qui devraient être mis en œuvre. La directrice du SCOT Myriam Reynaud-Banus a rappelé que l’objectif du schéma n’était pas uniquement de protéger l’environnement et le cadre de vie mais aussi de le valoriser et de développer l’économie de façon réfléchie en fonction des spécificités du territoire. Des propositions portées par le SCOT en matière de transport sont en cours avec les Régions PACA et Rhône-Alpes, SNCF et RFF.

Actuellement le syndicat mixte du Scot travaille sur l’élaboration du document d’orientation et d’objectifs, qui définit les prescriptions réglementaires mettant en œuvre le PADD et précise les orientations d’organisation de l’espace. Il devrait se terminer d’ici novembre. Viendra ensuite l’enquête publique, afin de finaliser et de mettre en œuvre le projet.

Le SCOT et les transports

La dispersion de l’habitat et plus récemment de certains espaces économiques, la faible densité de population et les contraintes topographiques, l’existence de trois autorités organisatrices de transport non réunies dans une communauté de transport rendent très difficile la mise en place d’une offre de transports collectifs performante sur l’ensemble de l’aire gapençaise.

L’existence d’un réseau urbain sur la ville de Gap (Linéa), du réseau du Conseil général 05-Voyageurs, mais aussi l’offre en train et bus du Conseil régional PACA constituent des efforts importants des collectivités.

L’objectif affiché par le Grenelle 2 est de réduire les obligations de déplacement ou les besoins liés au transport en voiture particulière.

En outre, il est nécessaire d’anticiper la crise énergétique et la mobilité à « bon marché ».

Pour autant, le SCOT ne peut décider de l’évolution de l’offre de transports collectifs. Par contre, il peut créer les conditions favorables à son développement.

Les orientations du SCOT pour les transport :

  • Développement d’un tourisme sans voiture.
  • Rendre accessibles en transports collectifs les bourgs principaux et bourg relais depuis les communes du bassin de vie local.
  • Assurer des dessertes en transports collectifs de Gap entre les bourgs principaux et bourg relais.
  • Organiser en complément les transports alternatifs (covoiturage, transports à la demande) et l’intermodalité (à partir de la voiture et des modes doux).
  • Réaffirmer le niveau stratégique de la desserte ferrée entre Veynes et Chorges et réfléchir à l’utilisation optimale de la voie ferrée pour des dessertes de type cadencé.
  • Mettre en place des sites propres pour les transports collectifs et les modes de déplacement doux, ces derniers permettant une traversée/ desserte de Gap et une connexion à sa périphérie sur des topographies acceptables.
  • Harmoniser les offres des différentes transports collectifs en doublon car gérées par deux autorités organisatrices de transport (AOT) différentes.
  • Contenir l’attraction du pôle d’emploi de Gap sur l’aire gapençaise en proposant un développement économique mieux équilibré, pour que chaque territoire soit en mesure de proposer localement un volume d’emploi minimal et adapté aux besoins de la population et des entreprises locales.
  • Inciter l’activité économique à rejoindre en priorité les espaces urbanisés.
  • Limiter le développement et l’extension des espaces économiques périphériques, sauf si ceux-ci présentent un intérêt majeur et stratégique pour le territoire.
  • Proscrire le développement d’activités isolées (mitage) ou le long de voie de transit (qualité des entrées de villes et des fonds de vallée).
  • Conditionner l’ouverture à l’urbanisation des développements futurs à la présence (ou création préalable imposée) d’infrastructures de transport et desserte en transport collectif et modes doux (vélo, cheminement piéton…).

Le SCOT de l’aire gapençaise

  1. Le Scot de l’aire gapençaise c’est : 77 communes, 8 intercommunalités, 5 communes hors intercommunalité dont Gap, 77 000 habitants, 1 700 km ².
  2. Le syndicat mixte c’est : un conseil syndical composé de 82 élus (dont 6 représentants pour la ville de Gap), un bureau de 18 membres dont le président et 8 vice-présidents.
  3. Les personnes publiques associées : les conseils général et régional, les services déconcentrés de l’État, les chambres consulaires, le parc des Écrins.
  4. Les acteurs du territoire associés : le pays gapençais, la population, le conservatoire botanique national alpin, la direction régionale de l’environnement, les représentants du monde agricole.
  5. Des partenaires financiers : le Département des Hautes-Alpes, la Région PACA, l’État, le Pays gapençais.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Réduction de 3 à 2 du nombre d’allers-retours TGV Paris – Milan

Posted by ardsl sur 8 mars 2012

L’introduction des nouveaux horaires, le 11 décembre 2011, s’est traduit sur l’axe Paris – Milan, par le passage 2 à 3 allers-retours quotidiens. Mais de nouveau la desserte retombe à 2 allers-retours. Tentatives d’explications.

Horaires des TGV Milan – Paris

Milan > Paris

  • 9240 Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa 7h44/46 – Oulx 8h35/37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – Saint-Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – Saint-Éxupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h26.
  • 9242 Milan Garibaldi 10h12 – Turin Porta Susa 11h38/40 – Oulx 12h34/36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – Saint-Éxupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h22 (le week-end).
  • 9244 Milan Garibaldi 11h10 – Turin Porta Susa 12h38/40 – Oulx 13h35/37 – Bardonecchia 13h46/48 – Modane 14h08/24 – Chambéry 15h48/16h06 – Saint-Éxupéry TGV 17h13/15 – Paris 19h10 (sauf le week-end).
  • 9248 Milan Garibaldi 16h10 – Turin Porta Susa 17h33/35 – Oulx 18h35/37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – Saint-Éxupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h24.

Paris > Milan

  • 9241 Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – Saint-Éxupéry TGV 9h47/49 – Chambéry 10h52/57 – Saint-Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30 – Turin Porta Susa 13h25 – Milan Garibaldi 14h45
  • 9245 Paris 10h41 – Saint-Éxupéry TGV 12h33/35 – Chambéry 13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26 – Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46 (sauf le week-end)
  • 9247 Paris 12h45 – Chambéry 15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23 – Turin Porta Susa 18h22 – Milan Garibaldi 19h47 (le week-end).
  • 9249 Paris 14h41 – Saint-Éxupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21 – Turin Porta Susa 20h13 – Milan Garibaldi 21h45.

Les TGV 9244 et 9245 ne circulent plus

Sans fournir la moindre explication, SNCF a supprimé la circulation des TGV 9244 et 9245 depuis lundi 5 mars.

En effectuant une recherche sur www.voyages-sncf.com, on constate que :

  • le TGV 9245 (Paris 10h41 – Milan Garibaldi 17h46) ne circule plus du lundi au jeudi du 5 au 22 mars. Sur cette période, il n’est maintenu que les vendredis.
  • le TGV 9244 (Milan Garibaldi 11h10 – Paris 19h10) ne circule plus du mardi au vendredi du 6 au 23 mars. Sur cette période, il n’est maintenu que les lundis.

Ces suppressions ne semblent pas être liées à des travaux. Aucun chantier majeur n’empêche la circulation des TGV entre Paris et Modane (tous les autres trains circulent tant sur la LGV que sur les lignes classiques Chambéry – Lyon et Chambéry – Modane).

S’agirait-il de suppressions liées à la maintenance des rames ? Les trajets Paris – Milan sont effectués par un petit lot de rames dédiées aux liaisons avec l’Italie, qui nécessitent des adaptations spécifiques. Ce cas de figure a déjà été subi par les usagers, mais SNCF procédait autrement. La compagnie française assurait le trajet Paris – Modane avec un TGV ordinaire, puis les voyageurs empruntaient à Modane un TGV apte aux trajets en Italie.

Avec la suppression des TGV 9244 et 9245, il ne reste que deux allers-retours pour Milan depuis Paris et Rhône-Alpes. Cela ne laisse guère de choix pour les voyageurs au niveau des horaires de déplacements … sauf celui de se rendre en Italie avec un autre moyen de transport.

Par ailleurs, SNCF semble avoir volontairement négliglé la clientèle de Saint-Exupéry, Chambéry et Modane qui empruntent les TGV 9244 ou 9245 pour d’autres motifs de déplacement qu’un voyage en Italie. En effet, la majorité sans doute des voyageurs sur ces deux TGV effectuent des trajets internes au territoire français. Aucune mesure n’a été prise pour compenser la suppression des TGV 9244 et 9245.

Quelques exemples :

  • les habitués du 9245 sur le trajet Paris 10h41 – Saint-Éxupéry 12h33 doivent se reporter sur le TGV 6911 (Paris 9h37 – Saint-Éxupéry 11h30) ou sur le TGV 6193 (Paris 11h27 – Saint-Éxupéry 13h22).
  • les habitués du 9245 sur le trajet Paris 10h41 – Chambéry 13h35 doivent se reporter sur le TGV 9241 (Paris 7h49 – Chambéry 10h52) ou sur le TGV 6941 (Paris 12h45 – Chambéry 15h35). Il est aussi possible d’emprunter le TGV 6937 (Paris 9h49 – Aix-les-Bains 12h51), puis le TER 883663 (Aix 13h12 – Chambéry 13h25).
  • les habitués du 9245 sur le trajet Paris 10h41 – Modane 14h53 doivent se reporter sur le TGV 9241 (Paris 7h49 – Modane 11h57) ou sur le TGV 9249 (Paris 14h41 – Modane 18h41). Il est aussi possible d’emprunter le TGV 6607 (Paris 8h57 – Part-Dieu 10h56), puis le TER 18503 (Part-Dieu 11h40 – Modane 14h32) ou encore le TGV 6611 (Paris 10h57 – Part-Dieu 12h56), puis le TER 17929 (Part-Dieu 13h40 – Chambéry 14h58) et le TER 883221 (Chambéry 15h04 – Modane 16h20).
  • les habitués du 9245 et des cars du CG 05 sur le trajet Paris 10h41 – Briançon 17h00 doivent se reporter sur le TGV 6211 (Paris 12h07 – Valence TGV 14h19) puis le TER 17357 (Valence TGV 14h34 – Briançon 18h46). Ces suppressions de TGV sont d’autant plus regrettables pour la desserte du Briançonnais. En effet, le Conseil général des Hautes-Alpes assure un service de navettes routières entre Briançon et Oulx. Ces navettes permettent de réaliser le trajet Paris – Briançon en 6h30 environ ou le trajet Briançon – Chambéry en 3h15 environ (lire notre article sur la ligne Briançon – Oulx).
  • les habitués du 9244 sur le trajet Modane 14h24 – Paris 19h10 doivent se reporter sur le TGV 9240 (Modane 9h16 – Paris 13h26) ou le TGV 9248 (Modane 19h18 – Paris 23h24). Il est aussi possible d’emprunter le TER 18518 (Modane 13h25 – Part-Dieu 16h20), puis le TGV 6664 (Part-Dieu 16h36 – Paris 18h36).
  • les habitués du 9244 sur le trajet Chambéry 16h06 – Paris 19h10 doivent se reporter sur le TGV 6976 (Chambéry 16h25 – Paris 19h18).
  • les habitués du 9244 sur le trajet Saint-Éxupéry 17h15 – Paris 19h10 doivent se reporter sur le TGV 6920 (Saint-Éxupéry 16h29 – Paris 18h28) ou le TGV 6922 (Saint-Éxupéry 18h29 – Paris 20h28).

Posted in Service 2012 | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Région PACA à l’écoute pour les horaires 2013

Posted by ardsl sur 17 février 2012

La Région PACA mène une concertation pour les choix de desserte du service 2013 du TER dans les Alpes du Sud et la Drôme.

Le vice-président de la Région PACA en charge des transports, Jean-Yves Petit a rencontré ces derniers jours l’ARDSL, Jean-Yves Dusserre (président du Conseil général des Hautes-Alpes) et Marcel Cannat (vice-président chargé des transports au CG 05).

Le 26 janvier, la Région PACA a organisé un comité d’étoile à Veynes.

Le 31 janvier, la Région PACA a organisé une réunion de travail avec l’ARDSL à Alixan (Valence TGV) et les élus rhônalpins (Didier Jouve, Gérard Leras, Jean-Charles Kohlhaas).

Le 11 février, une réunion de travail s’est tenue à Gap avec SNCF, RFF et le Conseil général des Hautes-Alpes pour préparer les grilles horaires 2013 du  TER PACA 2013.

L’ARDSL et le Conseil général des Hautes-Alpes veulent améliorer les correspondances à Valence ville et Grenoble sur les TGV. Cela passe notamment par la mise en place de 3 allers-retours Briançon – Valence en correspondance avec les TGV Vallée du Rhône.

Le souhait du Conseil général des Hautes-Alpes est de parvenir à « une meilleure complémentarité des réseaux régionaux et départementaux mais aussi d’améliorer les dessertes TER quotidiennes (matin et soir) vers les deux principaux pôles d’emplois des Hautes-Alpes que sont Gap et Briançon ».

L’ARDSL et le CG 05 ont également exprimé la nécessité d’une offre TER devant mieux répondre aux besoins de mobilité des touristes.

N’hésitez pas à nous transmettre vos suggestions pour améliorer la desserte des lignes TER de l’étoile de Veynes en commentant cet article.

Posted in Alpes du Sud, ARDSL, Drôme, Service 2013 | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Les Hautes-Alpes pénalisées par la fermeture du tunnel du Mont-Cenis

Posted by ardsl sur 9 janvier 2012

Le Conseil général des Hautes-Alpes propose une ligne régulière entre Briançon et Oulx (via Montgenèvre). Les cars sont le plus souvent en correspondance avec les TGV venant de Paris et Milan. Le trajet coûte 10€.

  • Le car Briançon 7h00Oulx 8h00 est en correspondance avec le TGV 9240 (Oulx 8h37 – Bardonecchia 8h45/47 – Modane 9h11/16 – St Jean-de-Maurienne 9h36/38 – Chambéry 10h15/19 – St Exupéry TGV 11h26/31 – Paris 13h23).
  • Le TGV 9240 (Milan Garibaldi 6h07 – Novara 6h48/50 – Vercelli 7h03/05 – Turin Porta Susa7h44/46Oulx 8h35) est en correspondance avec le car Oulx 9h00Briançon 10h00.
  • Le car Briançon 11h00Oulx 12h00 est en correspondance avec le TGV 9241 (Oulx 12h30Turin Porta Susa 13h25Milan Garibaldi 14h45) et le TGV 9242 (Oulx 12h36 – Bardonecchia 12h46/48 – Modane 13h10/15 – Chambéry 14h15/25 – St Exupéry TGV 15h25/28 – Paris 17h19, qui circule uniquement le week-end).
  • Le TGV 9241 (Paris 7h49 – Mâcon TGV 9h24/26 – St Exupéry TGV 9h47/49 – Chambéry10h52/57 – St Jean-de-Maurienne 11h34/36 – Modane 11h57/12h02 – Bardonecchia 12h20 – Oulx 12h30) et le TGV 9242 (Milan Garibaldi 10h12Turin Porta Susa 11h38/40Oulx 12h34, qui circule uniquement le week-end) sont en correspondance avec le car Oulx 13h05Briançon 14h05.
  • Le car Briançon 14h05Oulx 15h05 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance le TGV 9245 (Oulx 15h26Turin Porta Susa 16h17 – Vercelli 16h57 – Novara 17h11 – Milan Garibaldi 17h46, qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 15h30Oulx 16h55 (qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le TGV 9247 (Oulx 17h23Turin Porta Susa 18h22Milan Garibaldi 19h47, qui circule uniquement le week-end).
  • Le TGV 9245 (Paris 10h41 – St Exupéry TGV 12h33/35 – Chambéry13h35/50 – Modane 14h53/58 – Bardonecchia 15h16 – Oulx 15h26, qui circule du lundi au vendredi) est en correspondance avec le car Oulx 16h00Briançon 17h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi).
  • Le car Briançon 16h25Oulx 18h00 (qui circule uniquement du lundi au vendredi) est en correspondance avec le TGV 9248 (Oulx 18h37 – Bardonecchia 18h46/48 – Modane 19h05/18 – Chambéry 20h17/24 – St Exupéry TGV 21h25/28 – Paris 23h21).
  • Le TGV 9247 (Paris 12h45Chambéry15h35/42 – Modane 16h40/50 – Bardonecchia 17h12 – Oulx 17h23, qui circule uniquement le week-end) est en correspondance avec le car Oulx 18h00Briançon 19h00.
  • Le car Briançon 18h05 –Oulx 19h05 est en correspondance avec le TGV 9249 (Oulx 19h21Turin Porta Susa 20h13Milan Gabaldi 21h45).
  • Le TGV 9249 (Paris 14h41 – St Exupéry TGV 16h33/35 – Chambéry 17h35/43 – Modane 18h41/51 – Bardonecchia 19h11 – Oulx 19h21) est en correspondance avec le car Oulx 19h30Briançon 20h30.

Mais avec la fermeture du tunnel ferroviaire du Mont-Cenis, les TGV ne circulent plus entre Modane et Milan. Cela pénalise les voyageurs qui utilisent le TGV jusqu’à Oulx, puis le car Oulx – Briançon pour se rendre dans le Briançonnais.

« Comme à chaque fois, on oublie de prévenir les Hautes-Alpes », s’indigne le député Joël Giraud (PRG). « Des Briançonnais ou des gens de passage ont pris la navette en direction d’Oulx. Personne n’était au courant qu’il n’y avait pas de TGV ».

Dimanche 8 janvier, à 11 h 57 à Modane, en Savoie. Les 350 passagers du TGV 9241 en provenance de Paris ont dû descendre de l’appareil avant de monter dans l’un des sept cars affrétés pour se rendre en Italie.

Parmi les voyageurs, une quarantaine de personnes allait en direction de Puy-Saint-Vincent pour le festival du rire, qui débute. Pour, notamment, Patrick Sabatier, Bruno Salomone, Ambroise Michel (joue le rôle de Rudy dans Plus Belle la vie) ou Denis Maréchal, un bus a été spécialement affrété afin de les amener à bon port.

(Avec ledauphine.com).

Posted in Alpes du Sud, Italie, Savoie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le ferroviaire s’invite dans l’hémicycle du Conseil général des Hautes-Alpes

Posted by ardsl sur 19 octobre 2011

Le Conseil général des Hautes-Alpes s’est réuni en séance plénière mardi 18 octobre 2011. Le train était au cœur des débats. Une délibération sur le financement des études pour le tunnel ferroviaire du Montgenèvre a été votée. Les élus ont aussi critiqué la gestion par SNCF du train de nuit et les nouveaux horaires qui sont entrés en vigueur le 11 décembre 2011. 

Les élus sont prononcés en faveur d’une participation au financement d’études sur le projet de tunnel ferroviaire du Montgenèvre (50 000 euros sur un total de 950 000 euros). La discussion a laissé apparaître de véritables lézardes dans l’unanimité affichée par les élus du département sur ce projet. Si tous sont pour, certains n’hésitent pas à faire part de leurs doutes. Roger Para, conseiller général de Gap-campagne (UMP), en fait partie. Pour lui, ces études sont « de la fumée et de l’argent gaspillé ». L’élu est sans illusion sur le projet et préférerait que l’attention des politiques se porte sur la ligne actuelle. De l’autre côté de l’hémicycle, Guy Blanc tient un discours presque analogue. Le conseiller général gapençais (divers gauche) estime que « pour se faire plaisir, on peut toujours y croire ». Et, évoquant un « rêve » de tunnel, il constate plutôt la réalité de la voie ferrée actuelle et de la desserte des Hautes-Alpes : la fermeture de la ligne pour travaux, le Paris-Briançon devenu « un train fantôme », des problèmes de correspondance, etc.

Le Paris-Briançon, “train fantôme

Bernard Jaussaud (PS) se désole de « ces propos de Cassandre ». Le Gapençais qui siège aussi au conseil régional estime que « s’il y a un projet sur lequel il faut qu’on soit concentré, c’est bien celui-ci. »

Gérard Fromm est également plus positif que ses collègues. L’élu socialiste de Briançon voit des raisons d’espérer de l’autre côté des Alpes : la Ligue du nord aux commandes de la province de Turin est favorable au Montgenèvre. Au final, la participation départementale aux études a été entérinée à la majorité malgré une abstention (Guy Blanc) et un vote contre (Roger Para).

Mais on n’en avait pas fini avec le ferroviaire puisqu’une motion a été présentée en fin de séance par Jean-Yves Dusserre, visant à dénoncer les nouveaux horaires des trains prévus par la SNCF à partir du 11 décembre. Cette motion a recueilli l’unanimité de l’assemblée départementale.

(Avec Le Dauphiné Libéré).

Posted in Alpes du Sud, Service 2012 | Tagué: , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :